Mère des Mères du 7 décembre


NdR : notez que les 5
messages du 7 décembre (1.Mère des Mères, 2.le Sans-Nom + 3.les
dauphins, 4.Orionis,
et 5.Snow) se suivent dans l’ordre donné, et développent chacun par un
angle différent, en se complétant successivement, le même sujet du
(proche) franchissement vibratoire individuel du
Seuil dimensionnel… L’idéal est donc de les lire dans l’ordre (mais
chacun
d’eux
étant toutefois suffisant à sa manière :
libre à votre intuition)

Oh quel Amour immense ! Quelle
Joie, quelle immense Joie ! Quel apaisement, quelle beauté… Que de Lumière
à présent parmi vous, mes Tant Aimés… Comme vos regards rayonnent, comme vos
cœurs s’épanouissent, que vous êtes beaux ! Oh combien vous avez grandi, en
Beauté, en Lumière, en Vérité, en Simplicité, en Sagesse et en immensité du Cœur !

Je vous ouvre, comme je n’ai jamais
cessé de le faire, l’immensité accueillante et enveloppante de ce que j’appellerais
mes bras ou mon manteau, et de mon cœur de Mère. Je suis votre Mère des Mères, à
l’infini, dans la Grâce et dans la plénitude de l’Être et de l’Un, et je
m’incline devant tant de Beauté.

Vous êtes en train d’être redevenus
Vous.

Ne croyez pas qu’il y a certains privilégiés et d’autres qui ne le
seraient pas : je m’adresse à tous. Bien évidemment, parmi vous mes Enfants
de la Terre il y a encore : ceux qui cheminent dans la conscience et le désir
d’aller vers leur Lumière et de changer, et ceux qui le font sans le savoir.
Les formes adoptées par ces chemins ne sont pas les mêmes, mais ne croyez pas
pour autant que les seconds soient à la traîne. Le chemin de ceux qui ont
cherché l’éveil consciemment, bien sûr a permis de débroussailler, peut-être (diriez-vous), et d’illuminer davantage certaines zones obscures, facilitant ainsi
la marche générale. Mais, ainsi que l’a dit Christ, mon Fils, les premiers
seront les derniers, et les derniers seront les premiers. Ne croyez donc pas,
vous qui êtes plus avancés dans un chemin d’éveil actif et construit, que vous
serez les premiers. Chacun sera simplement à sa place, comme chacun est déjà à
sa place.

Je vous invite donc à vous regarder, à
vous contempler les uns les autres : comme autant de Lumières, comme autant
d’êtres accomplis et en chemin vers leur ultime Vérité et leur Joie la plus
parfaite. Vous êtes à présent au point où les chemins se clarifient. Vous
n’avez plus à tergiverser. Vous êtes déjà presque arrivés, du moins là où votre
vie terrestre a eu pour but de vous faire arriver. Il ne reste à présent que
fort peu de pas à faire, ainsi que fort peu de temps pour vous trouver sur le
seuil de Lumière. Dans ce seuil de Lumière, il n’est que musique, Joie, Lumière,
accomplissement, Présence, révélation de la Présence – et cette Présence n’est
autre que Vous-même.

Il y aura des routes qui ne se
ressembleront pas, à partir de ce seuil de Lumière. Je ne m’apprête pas à vous
décrire ces routes en détail. Sachez simplement (et cela vous a déjà été dit)
que la route de chacun est la sienne et lui correspond. Elle correspond à votre
cœur, elle correspond à votre lignée vibratoire, elle correspond à vos choix,
ceux de votre âme et de votre Être. Il ne s’agit donc pas d’imaginer un
quelconque changement de route – fût-ce pour accompagner quelqu’un d’autre ou
pour toute autre raison qui appartiendrait encore aux derniers remous de votre
mental, qui n’aura plus lieu d’être, car il sera complètement remplacé par votre
intelligence pure et détachée de toute contingence liée à votre passé.

Soyez donc, mes Enfants, dans la Joie.
Entrevoyez, si vous ne le faites déjà, la Joie pure, la Joie qui est Lumière et
Vérité, et qui ne repose sur aucune cause circonstancielle liée à ce monde de
matière. Cette Joie qui est celle de la réunion de vous-même avec les mondes
célestes, et les musiques des univers et des multi-univers qui se tissent
perpétuellement autour du chant de la Source, qui ne cesse jamais.

Vous êtes à présent très près de ce
seuil : seuil de Lumière, seuil de plénitude, seuil d’accomplissement,
seuil de résolution, seuil également d’oubli – (oubli) de ce que vous laisserez en
arrière et qui n’appartient qu’à l’illusion que vous allez quitter et que
certains d’entre vous ont déjà en grande partie quittée.

Ainsi, nul n’a à se poser la question
de tourner le dos, ou de repartir en arrière chercher quelque chose, car ce
quelque chose n’existe plus. Ceux qui sont près de vous sont ceux qui sont près
de vous. Il n’y a pas à aller en quête de celui ou celle qui n’est plus près de
vous. Vous n’avez rien à quitter, car tout se fait naturellement. Il n’y a pas
de deuil, il n’y a pas de séparation, il y a simplement être soi et il n’y a
que joie à être soi. N’imaginez aucun déchirement, n’imaginez aucune douleur,
n’imaginez aucune tristesse. La joie et la simplicité d’être soi et d’être
arrivé à son but terrestre l’emportent infiniment, largement, sur toute autre
notion d’attachement à des choses que l’on devrait voir s’éloigner.

Ainsi, réjouissez-vous et communiquez
votre Joie à ceux qui vous entourent. N’oubliez pas que l’étincelle de votre
regard transmet la Joie, la Lumière, la Vérité et la Vie véritable.

Ecoutez la vibration de votre cœur et entendez
comme elle est belle et fine et comme elle se réjouit. Entendez comme elle
s’est dépouillée de bien des cristallisations qui l’encombraient -cristallisations émanées tant de vos émotions que de vos mémoires, que de vos
constructions mentales et que de vos attachements à vous-même.

Je vous aime, et vous m’aimez, et vous
vous aimez. Aimez-vous à l’infini, aimez-vous dans la Grâce de l’Un, aimez-vous
dans toute la Joie d’être Vous et d’être Un.

Rappelez-vous qu’il ne vous reste que
quelques pas dans la direction tant désirée, tant recherchée et si belle de
l’accomplissement que vous avez recherché de tout votre cœur et de toute votre
âme en ce monde terrestre… Ce monde d’avec lequel vos attachements se dénouent,
se délient, dans la Grâce et la Simplicité, car vous abandonnez peu à peu tous
vos liens illusoires pour aller vers ce seuil de Vérité et de Plénitude dont je
vous ai parlé.

Que la Grâce soit en vous et recevez à
l’infini mon Amour de Mère, qui ne cesse d’être pour chacun de vous.

via Christine Anne K. le 7/12/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *