Orionis – n°12


Bien-Aimés, Enfants de la Source, Enfants de l’Un, Aimés du Très-Haut, Aimés de la Mère des Mères, Aimés de la Source… Aimés de nous tous, qui dans les multidimensions assistent, contemplent et s’émerveillent des processus que vous traversez pour accomplir la transformation et l’ascension de votre bien aimée planète Terre, ainsi que la vôtre, ses habitants.

Je m’adresse à vous en tant qu’Orionis, de ma place d’orchestrateur et de stratège, en mes fonctions de grand ordonnateur, harmonisateur et concepteur au sein des multi-univers et sous affiliation de la Source.

Je vous demande, Bien-Aimés, d’écouter en vous l’appel sonore, vibratoire, intérieur, que vos gènes à présent réactivés vous lancent, de vous élever, de quitter certaines formes figées et non vivantes qui encore encombrent et enserrent un bien grand nombre des individus de votre humanité. Ces formes n’ont plus lieu de régner sur vous. C’est à un travail intérieur que je vous incite et non pas à des actions extérieures, ne vous méprenez pas. Mais ce travail intérieur est d’une puissance absolument incommensurable si vous le réalisez comme il doit l’être, et vous en avez la capacité.

Ce travail intérieur vous est enseigné depuis un temps certain et sous différentes formes par différents types d’enseignements qui tous – ou presque tous – vous incitent à retrouver en vous la Lumière authentique, intrinsèque et non aliénée qui vous constitue depuis toujours – et j’en suis témoin de ma place d’orchestrateur et de concepteur. J’ai connu votre Création dans ses moindres détails, et je peux vous garantir que cette Lumière inaliénable est en vous et qu’il vous suffit à présent – car les temps sont réduits – de désirer la réactiver pour que cela puisse simplement se produire. Il importe simplement que ce désir vienne de la sincérité de votre coeur et non d’une projection mentale, qui s’intitulerait faussement désir mais qui serait simplement une forme de pouvoir et de curiosité.

Je vous invite donc instamment, mes très chers Bien Aimés enfants et habitants de la Terre, cette planète que nous aimons vous et moi, à réveiller votre Lumière si cela n’est pas déjà en train d’être fait, car c’est pour vous à présent la seule issue de bonheur, de Vérité, de Joie, et de certitude de vous retrouver à bon port. Vous voyez que je ne mâche pas mes mots…

Il vous a déjà été dit à de nombreuses reprises que le temps ne serait pas long et qu’il n’était plus temps de musarder. A présent, je vous le redis : vous avez à affirmer votre choix, vous avez à regarder en face la réalité de ce temps court, propice, infiniment accueillant, qui s’offre à vous pour réaliser cette Lumière que vous êtes en toute sérénité. Ne croyez pas que mes propos vous incitent à une forme de stress, bien au contraire, simplement il est temps.

Il vous fut enseigné à maintes reprises que les premiers seraient les derniers et que les derniers seraient les premiers. Ainsi, cela est à présent bien plus facile pour ceux dont le coeur est prêt mais qui ont attendu de rencontrer leur Lumière. Ceux qui l’ont fait il y a déjà un certain temps ont eu bien plus d’efforts à accomplir, mais cela a permis de tracer la voie, d’établir les fondations, et d’allumer les premiers tunnels de Lumière, facilitant ainsi l’arrivée de ce moment présent dans lequel je m’adresse à vous.

Mon intervention vous invite à vous réjouir et non pas à vous attarder sur une forme de peur, d’inquiétude ou d’anxiété face à un inconnu. Soyez conscients de cette distinction car, ainsi qu’il vous l’a déjà été expliqué à diverses reprises, c’est bien de Joie intérieure qu’il s’agit, et n’y voyez aucune difficulté…

Je sais que certains d’entre vous peuvent connaître des situations de vie – matérielles, familiales, sociales, professionnelles, environnementales… – qui les inciteraient à des formes de tourment mental, de stress, d’anxiété, voire de désespoir ou d’impression que des choses sont sans issue, ou qu’il y a à se soumettre à de plus en plus d’impossibles contraintes et de difficultés; et que ces personnes pourraient entendre mon propos concernant la Joie comme une sorte de galéjade. Je vais donc m’expliquer.

Il vous a déjà été parlé de la Joie à maintes reprises par l’intermédiaire de ce canal. Je vous invite donc aussi, bien sûr, à vous référer à d’autres interventions récentes qui ne sont pas de mon fait; mais moi, je vous dis aujourd’hui que cette Joie est bien – comme il vous l’a été dit récemment – ce que beaucoup d’entre vous appellent avec confiance et intériorité, même dans les pires moments, leur âme. Et tous ceux-là savent qu’en employant ce mot, ils s’adressent bien à une partie d’eux-mêmes qu’ils savent inaliénable, même s’ils pensent parfois l’avoir perdue… Aujourd’hui, vous avez la possibilité de la saisir, de la trouver, de la remettre en vie, de lui donner toute sa puissance : c’est votre Lumière, c’est cela que j’appelle Joie, et je tiens à l’appeler Joie car elle a plus de force de par cette dénomination.

Vous avez donc les coudées franches pour vous saisir de cela en vous, quels que soient votre niveau de détresse, votre niveau de privation de clarté, quels que soient les impératifs éprouvants de votre situation si tel est le cas… Je vous invite alors simplement à vous arrêter quelques instants en vous-même, à l’occasion soit de votre sommeil, soit d’une petite pause, en toute conscience, et de vous rendre compte alors que votre Joie – votre âme, votre flamme, votre Lumière – est parfaitement disponible et puissante, si toutefois vous la regardez et vous la saisissez, et si vous décidez que vous êtes Cela. Croyez-moi : alors c’est comme un vent qui va balayer bien des illusions, bien des doutes, bien de fausses croyances concernant certaines impasses que vous croyez constater dans vos vies (lorsque c’est le cas).

Je vous invite donc fermement, très fermement, à cette introspection joyeuse, lumineuse, où vous allez rencontrer, contacter toute votre force, toute la force de votre Lumière, toute sa splendeur inaliénable, comme je vous l’ai dit plus avant. Et si vous rencontrez cette Lumière inaliénable, vous allez forcément vous sentir aimés, joyeux, puissants. Vous allez savoir vous abandonner à cette Lumière qui est vous.

Cela est donc le chemin d’intériorisation, extrêmement simple, qui vous permet de faire face aux choix, qui vous permet d’envisager, dans la Lumière, d’être libres, d’être vous-mêmes, et de ne pas sombrer dans un archipel de destructions et dans un désespoir, qui ne cessent de s’amplifier malgré les très nombreuses distractions, assez misérables souvent, qui vous sont proposées et qui malheureusement ont pour effet de vous détourner de cette quête intérieure si simple de votre propre Lumière.

Lorsque vous êtes en relation, en contact, en Amour avec votre propre Lumière, toutes les distractions en question n’ont plus grand attrait pour vous, n’ont plus grand sens, n’ont plus grande épaisseur. Cela, me direz-vous, n’a rien de très nouveau par rapport à ce que de nombreux courants religieux ou spirituels ont déjà transmis; mais cela n’a pas à être nouveau puisque cela est éternel et inaliénable. Nous ne sommes pas en train de produire de la nouveauté : nous sommes en train simplement de reconnecter ce qui est.

Sachez que votre Lumière est un tremplin, sachez que votre Lumière est une rampe de lancement, sachez que cette rampe de lancement est d’une précision, d’une sûreté et d’une force qui n’ont rien à envier à celles de certains engins très impressionnants. Votre Lumière à vous, en tant que force d’élévation est bien plus puissante que n’importe quelle image de Cap Canaveral de lancement d’une fusée. C’est un lancement intérieur et vous seriez très stupides d’en avoir peur, n’est-ce-pas ? Vous ne pouvez que vous réjouir.

Le temps est venu, mes Très Aimés, mes chers enfants et habitants de la planète Terre que nous aimons tant.

Certains d’entre vous attendent encore qu’il se passe certaines choses qu’ils imaginent devoir se passer. Je ne souhaite pas détailler ces choses, mais faites attention à ne pas vous leurrer et à ne pas attendre des projections mentales. C’est en tout état de cause, et avant toute chose, à l’intérieur de votre structure corporelle et subtile que la chose se produit. N’attendez pas telle ou telle preuve matérielle visible, médiatique, spectaculaire, même si des événements spectaculaires peuvent se produire de ci de là, n’attendez pas cela pour vous dire que c’est le moment.

Vous avez la liberté dès à présent – et entendez bien ce que je dis : dès à présent – de vous propulser, intérieurement certes, mais avec une puissance qui peut vous porter là où votre Être souhaiterait se rendre, et les routes sont tracées. Vous ne quittez pas nécessairement pour autant votre enveloppe corporelle, votre véhicule corporel (même si cela peut arriver aussi, mais peut-être davantage dans un deuxième temps). Il y a là des processus fort complexes que je ne souhaite pas vraiment m’attarder à vous décrire à cet instant, car ils sont à vrai dire bien difficiles à comprendre, et de nombreuses projections mentales se cristallisent autour des quelques explications que vous recevez sans réellement vous permettre d’appréhender en toute clarté et en toute connaissance la véritable réalité de ce qui se produit – ou est appelé à se produire – pour le système extrêmement raffiné et complexe qu’est votre personne, votre corps, l’ensemble de vos corps subtils… Et d’une certaine façon, la non-préhension par votre mental de ces processus, de leur déroulement, de leur forme et de leur calendrier, n’est pas un frein, mais au contraire permet qu’il n’y ait pas agrippement mental sur des notions qui feraient blocage au processus par mécompréhension, par ego, par désir de contrôle, par croyance, ou par tout autre cortège d’illusions (qui s’insèreraient par exemple dans un système de représentations préalables -tel que celui qu’aurait fourni par exemple une secte, ou bien un livre, etc.)

Votre innocence est donc garantie par une certaine forme d’ignorance – ignorance de votre mental, car votre conscience supérieure n’est absolument pas ignorante mais votre conscience supérieure n’informe pas en détails votre mental et cela est ainsi. Votre Lumière réfère directement à votre conscience supérieure, et justement, le fait d’aller rencontrer (ainsi que je vous l’ai présenté plus avant) votre Lumière avec une certaine facilité, vous permet d’établir le pont entre celle-ci, donc entre votre corps, et votre conscience supérieure, dans les cas où ce lien était disons « shunté » pour diverses raisons conjoncturelles de votre vie personnelle, en cette incarnation et dans les environnements parfois difficiles où vous avez pu avoir à demeurer.

Il y a donc en quelque sorte, à présent, décision pour vous : décision de vous ouvrir clairement, simplement, et disons définitivement à votre Lumière, à ce que vous êtes, et au lien avec votre conscience supérieure qui vous permet de franchir certaines étapes en toute confiance et en toute Lumière, ou bien de ne pas… Mais avouez que la décision de « ne pas » n’a pas grand sens…

Je vous invite donc, mes Bien-Aimés, avec tout mon Amour, tout mon respect, tout mon respect pour ce que vous avez traversé, à être en ce choix responsables de votre advenir le plus radieux – ainsi qu’il vous est proposé – plutôt que de celui de votre devenir le plus obscurci et le plus laborieux, tel que vous croyez être enfermés dedans.

Je suis la voix d’Orionis, et je m’adresse à vous en toute bienveillance, en tout Amour, et en toute Joie de pouvoir assister à la beauté de vos choix. Et croyez-moi, toute la Création se réjouit de cette opportunité et de cet advenir. Soyez-en d’avance honorés, gratifiés, embellis, et sachez que vous êtes attendus et aimés.

Je vous salue, et je remercie la voix qui se prête à mes propos et les présences qui sont là. Alleluiah


via Christine Anne K. le 8/01/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Une réflexion au sujet de « Orionis – n°12 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *