Ashtir – n°5

 

Cette intervention d’Ashtir s’enchaîne avec l’intervention d’Eloha (n°10).

 

….langage de lumière…

 

Salut à vous, bien aimés de votre Planète, bien aimés des Univers, bien aimés de vous-mêmes, bien aimés des dieux que vous devenez de jour en jour, bien aimés de la Source Une qui n’est qu’Une, bien aimés de la loi de l’Un qui n’est qu’Un.

Je suis Ashtir, le vénérable, comme aiment à me nommer mes frères et soeurs et mes enfants, et je vous enseigne à ma façon la science des formes et des changements de formes, et des jeux créateurs de formes.

 

Nous allons imaginer ensemble une forme que vous connaissez historiquement, bien que vous la connaissiez imparfaitement. C’est celle qui avait servi à représenter ce que vous appelez la Tour de Babel, dans certaines images que la plupart d’entre vous ont déjà du voir. Il s’agit donc d’un édifice qui s’élève en cercles successifs pour monter vers le ciel en devenant de plus en plus étroit, et qui sur certaines images, penche un peu. L’histoire, si je ne me trompte, raconte que les hommes ont voulu édifier cela pour monter vers le Très-Haut, et puis se sont trouvés divisés, soudain, par des langages différents qu’ils ne comprenaient plus, et qui les ont empêchés de poursuivre leur oeuvre.

Cela est bien l’exemple (ou le contre-exemple) de ce que l’intelligence collective non régie par les lois de l’harmonie peut rencontrer comme réussite, ou comme échec, car sachez que dans une véritable harmonie collective, il n’y a pas de barrière de langage, et que s’il vous advient un jour de contribuer à l’élaboration d’un travail ou d’un édifice avec de nombreux êtres de différentes origines, de différentes formes et parlant chacun leur langue, vous n’aurez aucune barrière de communication car la langue du coeur et de la Lumière est universelle, et vous ne pouvez que vous comprendre et fonctionner dans l’harmonie. Si effectivement cela n’est pas le cas, il y a dysharmonie, il y a division, il y a non-réalisation, il y a échec, ou il y a tour qui penche, il y a inachèvement… Cela n’est pas -bien évidemment- ce qu’aujourd’hui nous vous souhaitons.

Nous allons donc imaginer qu’il serait en votre pouvoir, en tant que regroupement de par exemple quelques milliers d’individus, de réaliser, d’architecturer, de projeter, de vouloir réaliser dans la matière, un édifice ayant grosso modo la forme qui a été évoquée -qui est donc celle d’un cône spiralé, pourrait-on dire, dont la base est plus large et où la spirale tout en s’élevant involue vers une forme de plus en plus étroite. Il s’agit strictement d’un exemple : je ne vous invite pas à réaliser cette structure (sauf si vous y voyez un véritable intérêt, bien évidemment).

Vous allez donc avoir à mettre en jeu un certain nombre de facteurs. Sachez que les nombres, comme vous vous en doutez, sont d’une grande importance. Vos facultés et vos connaissances, à la fois en mathématiques, en architecture, en résistance des matériaux, en balistique, en musique, en subtilisation -c’est-à-dire l’art de passer du dense au subtil- et bien d’autres compétences encore, vont devoir se conjoindre pour pouvoir matérialiser un tel projet… Surtout que peut-être vous aurez envie de ne pas le matérialiser en pierres mais dans des matériaux plus futuristes, tels que certains métaux ou alliages ou même simplement des vibrations colorées…

Comment donc allez-vous faire si ce n’est en conjoignant vos innombrables capacités individuelles et le pouvoir de vos pensées – car la première étape sera d’élaborer collectivement la vision. La vision ne doit pas appartenir à un seul car cela est voué aux dérives du pouvoir, aux dérives des conflits de la non-compréhension, et soit à de la réussite au prix de grands sacrifices et de grandes souffrances, soit à l’échec : cela est une problématique appartenant à la matrice et non pas à ce que vous avez à faire. Vous avez donc à conjoindre non seulement toutes vos compétences -chacun dans les domaines qu’il a su développer- mais également la force de vos pensées conjointes et de vos coeurs unis pour l’élaboration, donc, d’une vision unifiée.

Cela ne se fait pas uniquement par la volonté et la puissance mentales : cela se fait par la magie des coeurs, de la vision des coeurs et de l’intelligence des coeurs, et de la puissance de création très véritable des coeurs réunis. Cela se fait également par les sons subtils et le réseau des formes subtiles qui sont créés d’emblée par l’harmonisation en groupes, et en sous-groupes, de chacun des êtres avec les autres et tous ensemble, dans ce processus d’élévation collective.

A vrai dire, la forme dont je vous parle en réalité est une véritable image de ce qui se produit lorsque vous oeuvrez ensemble : il y a effectivement cette énergie qui part du cercle que vous formez, et qui va s’élever en tournant pour converger petit à petit par la force de vos désirs, l’union de vos coeurs et de vos intelligences, et par votre affiliation à l’Un et à la loi de l’Un, en un point de plus en plus focalisé qui sera l’unification et l’aboutissement, et la concentration des énergies de tout de que un par un vous contribuez à fournir dans cette vision, dans ce désir, dans cette élaboration… Et la Tour de Babel ici ne saurait s’effondrer si vous êtes en harmonie! Et Babel devient une réalité magnifique qui véritablement va s’élever vers le Très-Haut : qui est, et qui n’est autre que votre oeuvre transfigurée à tous dans l’Unité, et non plus dans la division de la diversité mal harmonisée et mal comprise.

 

Vous allez imaginer maintenant que cette forme, une fois réalisée dans le subtil, a le pouvoir d’émettre des vibrations sonores, et que le niveau de vibration sonore qui est atteint dans le point où tout se focalise est d’une puissance extrêmement importante. Que fait-on avec cette puissance, me direz-vous ? Cette puissance va vous ensemencer : et ainsi qu’un jet d’eau qui se forme en l’air et retombe dans sa forme idéale de tous les côtés -ou ainsi qu’un champ magnétique qui, après avoir convergé, diverge de façon harmonieuse en se déployant dans toutes les directions alentour- cette énergie concentrée, magnifiée, vibratoirement harmonisée dans l’amour de l’Un et dans le désir de tous, va retomber comme les gouttes de ce jet d’eau, de cette fontaine et vous ré-ensemencer à l’infini, et non seulement ceux qui ont activement élaboré la forme dont nous avons parlé, mais également les autres…

Là est le véritable sens de la création et de la co-création de ces formes : il s’agit en vérité d’entretenir la vie. Et les nouvelles formes ne sont pas là juste pour le plaisir de créer de nouvelles formes, mais sont là pour entretenir la vie et engendrer de nouveaux possibles; car chaque retombée de ce jet d’eau dont je vous ai parlé, chaque retombée harmonique, doit avoir le pouvoir d’ensemencer par toute l’énergie produite l’élaboration d’un nouveau désir, d’une nouvelle dynamique, peut-être les prémices d’une nouvelle création, d’une nouvelle mise en groupe qui va elle-même déclencher l’élaboration collective d’un nouveau projet et sa réalisation…

 

Ainsi est l’oeuvre de co-création que vous êtes si chaleureusement invités à envisager d’entreprendre dès que vous en aurez les véritables capacités, ce qui à vrai dire ne saurait tarder, du moins nous l’espérons de tout notre coeur… Vous allez donc être en plein possession de ces capacités de vivre et d’engendrer le renouvellement, le déploiement, l’architecturation (je crois que ce mot n’appartient pas à votre dictionnaire) de tout ce que sera l’ensemble et les beautés de votre nouvel habitacle commun, que cela soit sur la surface de cette planète telle que vous la connaissez -mais qui est en train de changer considérablement- ou que cela soit dans l’espace encore non expérimenté physiquement par vous de son émanation, qualifiée de Nouvelle Terre, ou de Néo-Terre, ou de Nova Gaïa.

Nous nous réjouissons immensément du déploiement très proche maintenant de ces nouvelles possibilités, de ces nouvelles réalisations.

Votre vocabulaire usuel ne m’aide pas, car le mot nouvelle ou nouveau ne m’est pas si agréable tant il est chargé de projections mentales et de falsifications. Le nouveau à vrai dire n’est pas censé être plus à la mode et plus excitant que ce qui est (ainsi que le mot nouveau le sous-entend la plupart du temps dans vos cultures, du moins celles qui ont encore cours)…J’aimerais donc employer un mot qui ne sous-entende aucune dévalorisation par rapport à ce qui est car : ce qui est peut avoir à disparaître lorsque cela a fait son travail et son temps, mais peut aussi avoir la valeur de ce qui est. Et dans l’éternel présent que vous êtes appelés à vivre la nouveauté n’est pas quelque chose qui fait la grimace au passé, car il n’y a pas de passé. La nouveauté c’est simplement la vie qui continue, c’est simplement la création qui se déploie. Ce n’est pas une paire de chaussures neuves, clinquante, et qui sera faite pour être jetée lorsqu’elle ne le sera plus. La nouveauté s’engendre dans le présent, et sur la base des harmoniques du présent elle construit ce qui doit devenir le présent dans ses nouvelles lois, ses nouveaux besoins.

(Je me rends compte qu’il est extrêmement difficile et laborieux de développer ces notions dans l’utilisation de ce langage, qui n’a pas coutume de se référer à une absence de temps linéaire… Je vais faire une pirouette, c’est la seule solution : vous savez combien j’aime les pirouettes!).

 

…Je vais donc renverser complètement la forme dont nous avons parlé, et nous allons imaginer que la base large du cône se trouve très loin en l’air, et que le point de focalisation se trouve au sol. Cela va vous permettre d’abandonner toute représentation logique, et à moi aussi. Nous allons donc envisager que le point de focalisation se répand et répand son énergie dans l’instant, et strictement dans l’instant, à la base : là est le secret de ce que je vous disais. Le nouveau, l’aboutissement est à la base et n’est pas dans les lointains, dans un endroit où l’on doit monter très haut pour l’atteindre, si haut qu’on ne le voit pas : non, l’instant et la nouveauté sont bien dans ce point qui rayonne à la base et qui ensemence dans l’instant , et qui ensemence tout ce qui doit être ensemencé… Je ne sais pas si vous me suivez, je ne peux pas l’expliquer autrement aujourd’hui.

Vous pouvez donc intégrer dans votre représentation le fait que cette forme dont nous avons employé l’exemple existe à la fois dans les deux sens, c’est-à-dire tête en haut et tête en bas, upside down in english, et tout le secret est là, car c’est là que réside la véritable identité du temps… Mais je m’aventure là dans des notions qui actuellement vous sont encore difficiles… Je souhaite cependant que cette image soit bien engrammée dans vos mémoires, car elle contient la quantité d’information qui vous est nécessaire pour élaborer vos désirs, collectivement et dans l’harmonie, et dans l’abolition du temps linéaire, c’est-à-dire dans l’instant -ce qui ne veut pas dire dans la précipitation-… L’Instant est éternel et l’Eternité est un Instant. La création s’élabore et prend son temps mais elle a lieu dans la fulgurance parfaite et harmonique d’un Instant, et cet Instant est une Eternité.

Vous pouvez donc vous réjouir de savoir que vous avez la tête en haut et la tête en bas, mes chers Aimés! Je vous fais là une petite plaisanterie.

Je crois que mon intervention est suffisante. Je vous invite à vous réjouir, et à oublier tout ce que j’ai dit pour mieux l’intégrer. Alleluiah. Je me retire.

Je suis Ashtir, le vénérable Ashtir, maître-es-formes dans l’Instant de l’Eternité. Alleluiah.

 

Par rapport à ce qui s’est dit, il peut y avoir également réponse à une ou deux questions…

 

Il me semble que l’on peut faire un commentaire : je n’ai rien compris !…

Soyez en paix, mes Biens-Aimés. Vous connaissez la subtilité et l’esprit un peu facétieux de notre bien aimé Ashtir, qui ne sert de couverture qu’à la complexité et à la subtilité d’un maître-es-formes dont les arcanes ne sont pas si évidentes pour le mental humain. Sachez et soyez rassurés qu’il vous a transmis des informations extrêmement utiles, que le message vibratoirement est transmis, et que vous êtes par là-même invités à ce que votre mental perdre le contrôle d’un certain nombre de représentations et de logiques limitées qui sont encore bien souvent les vôtres (ce dont nous ne vous tenons pas rigueur). Je vous rappelle qu’Ashtir a conclu en disant d’oublier tout ce qu’il a dit : c’est la meilleure façon de l’intégrer. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 7/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *