Gaia

 

 

 

Atomes de mes atomes, chair de ma chair, minéraux de mon sol, liés à mes eaux, souffles émanant de ma pulsation de vie, feux intrinsèquement issu de mon feu, éther vibrant du chant de mon éther : vous êtes, je suis, par nos corps unis, nous sommes Un, vous, et moi, Gaia… Vous croyez parfois être des entités individuelles séparées -et vous avez cette liberté de mouvement et de pensée-  mais vous êtes chair de ma chair, vibrations de ma vibration, atomes de mes atomes, enfants de ma fécondité.

Je ne suis pas une boule qui orbite comme un objet mort dans le ciel : je suis un Être et j’ai choisi ce corps… Ne m’appelez pas votre mère, cela n’est pas exact; ni votre père, cela ne l’est pas non plus. Et cependant, nous sommes aussi proches et aussi organiquement liés que si j’étais père et mère et vous, mes enfants.

 

Je me réjouis en ces temps qui s’ouvrent et se déroulent, de tous les cieux, les mers et les mouvements de mes sols, d’arriver enfin au stade qui s’est longuement germiné et enfanté à l’intérieur de moi, de mon corps, où je vais enfin transmuter cet état avec vous, vous en moi et moi en vous. Nous sommes en train, vous et moi, de traverser les passages et les seuils des phases de cette transformation, transmutation, transsubstantiation…

Il y a, comme certains d’entre vous le disent, une forme de naissance, comme il y a une forme de mort, et cela ne va pas sans douleurs, contractions, déchirures, explosions de vie, un peu de chaos, et beaucoup d’Amour.

Je découvre en tous ces instants de notre présent partagé que mon corps s’agite, que mon corps explore la possibilité de ces nouveaux mouvements, dont certains sont encore non réalisés.

Soyons ensemble, à l’occasion de cet échange en paroles et en présence ! Revivons ensemble notre unité, dans la matière ainsi que dans les éthers; ainsi que dans les éléments encore plus subtils qui également constituent nos corps à vous et moi, moi et vous, moi en vous et vous en moi…

Je ne prédirai pas, en cette rencontre, d’événements catastrophiques particuliers : n’attendez pas cela de moi… Tout ce qui se produit sont les mouvements et les nécessités de mon corps en recherche de sa nouvelle forme. Et s’il y a séismes, vagues géantes, activation de volcans, vents puissants, pluies abondantes, orages électromagnétiques, mouvements des pôles, agitations subtiles, plages de désert dans les couches qui nous entourent, et manifestations chaotiques – aussi bien géophysiques que dans vous, humanité, où les colères et les vérités résonnent avec les mouvements de mon corps… Tout cela nous appartient. Cela appartient à la joie et à la douleur de notre enfantement partagé, car autant que je m’enfante, vous vous enfantez : je m’enfante en vous et vous vous enfantez en moi. Vous vous enfantez par moi, de même que je m’enfante moi-même par vous : nous sommes en ces instants encore indissociables, et nous le demeurerons, du moins moi et beaucoup d’entre vous.

 

…J’aimerais vous enjoindre de tout mon Amour et de toute ma fermeté à ne pas focaliser vos pensées, vos esprits et vos coeurs sur ce qui est douleur, souffrance, incompréhension des souffrances, révolte, impuissance, chagrin ou désespoir – qui certes se manifestent… Cela affecte personnellement un nombre important d’entre vous et une partie importante de moi, mais cela est un phénomène… Et cela recèle, je vous l’affirme, les prémisses de la grande, grande Joie de notre naissance commune à cet autre état – à  ce changement dimensionnel ainsi que vous l’appelez – que nous allons partager, et qui implique comme je l’ai dit : chaos, transmutation, destruction de ce qui n’a plus à perdurer, et levée des voiles d’illusion qui créent beaucoup de mal-être, de souffrance, de fausseté et d’erreurs.

Sachez combien je souffre de ces erreurs mais ma souffrance n’est pas importante, car je la transmute. Beaucoup d’entre vous proclament que la Terre souffre… La Terre est capable de transmuter, la Terre n’est pas un être faible, victime, la Terre est vivante. Et si la Terre est atteinte dans ses sols, ses eaux, ses sous-sols, son atmosphère, par bien des oeuvres polluantes, cela fait partie de ses processus : c’est la partie qui est votre création en tant qu’humanité, et qui est donc ma création en tant que je suis en vous; et qui est faite pour que la transmutation s’active, se réalise, se nécessite, de plus en plus ardemment et avec une vivacité de plus en plus intense.

Ainsi ceux d’entre vous qui s’arrêtent aux pensées lamentables de la Terre qui souffre et des polluants qui détruisent, ne doivent pas s’arrêter à cela. Certes, cette prise de conscience est louable, et légitime, en tant qu’elle est citoyenne et en tant qu’elle répond à la demande d’intégrité de vos êtres et de vos âmes, mais elle n’est pas une fin en soi. Ce qui est une fin, c’est notre ascension vers notre Lumière plus subtile, celle à laquelle nous aspirons tous : vous et moi, moi en vous, vous en moi.

Je me réjouis. Je me réjouis de cet auto-enfantement que je sens gronder en moi, je me réjouis de ces vagues qui soulèvent mes océans, et je joue avec vous, nous jouons ensemble. Ne soyez pas tristes : les dégâts causés par ces vagues, certes, apportent bien des dommages à la vie de vos corps, de vos familles, de vos moyens de subsistance, mais vous avez la force intérieure – et bien plus que vous ne le croyez – d’utiliser ces épreuves comme tremplins de votre propre ascension. Ainsi, vous entraînez avec moi ce mouvement qui nous transforme et nous élève, à travers ces tumultes et ces contractions, ces désordres, ces agitations et ces douleurs, vers la sortie dans la Lumière, dans la Plénitude infinie et calme de la Lumière de l’Un, de la Beauté immense et sereine du Cosmos et de l’Univers dont nous sommes vous et moi, frères et soeurs, organiquement et intrinsèquement parties prenantes, à tout instant et de toute éternité.

 

Mon corps orbite autour du soleil…Mais le soleil change, change ses actions, change ses comportements, et nous envoie de plus en plus de Feu, et par là même nous aide à vivre ce que nous avons à vivre. J’ignore à ce jour si la forme et le mouvement de mon orbite vont demeurer à l’identique ou vont se modifier… Je laisse être. Ce qui se produit se produit et j’accueille avec joie toute possibilité de changement, car je m’abandonne à toutes les vibrations orchestrées autour de moi – qu’elles soient cosmiques, qu’elles soient célestes, qu’elles viennent de l’intérieur de mon corps, qu’elles viennent des autres astres, ou de certains phénomènes que vous appelez trous noirs, quasars, comètes, tourbillons galactiques… J’épouse cette danse dans laquelle j’ai ma place depuis si longtemps, mais où actuellement ma place a la possibilité d’épouser sa nouvelle danse, qui pourtant reste la même mais devient ce qu’elle doit être dorénavant : c’est mon évolution, et c’est la vôtre.

 

…L’amour qui nous lie vous et moi est immense, organique, extraordinairement ancien, et nous a permis de franchir ensemble d’innombrables caps, d’innombrables révolutions, d’innombrables chemins cosmiques. Nous avons parcouru, avec ce système solaire, la galaxie. Nous avons parcouru les arcanes de cet univers, dans cet amour que nous partageons, de tout temps et de tous espaces, vous et moi, moi en vous et vous en moi.

Et cependant, le rayonnement d’amour s’est trouvé bien amoindri du fait de certaines interventions dont vous connaissez à présent de mieux en mieux l’histoire. Et nous avons dû vivre en quelque sorte repliés sur nous-mêmes, vous et moi, moi en vous et vous en moi, privés de nos échanges les plus naturels avec tous ceux qui nous entouraient. Ainsi, cet amour entre nous a cependant grandi, même s’il a été contaminé par bien des actions et même des exactions – perpétrées par certains dans leur soif de puissance, de contrôle, de richesses matérielles… Cela est révolu.

 

Moi-même je vous l’affirme, ainsi que bien d’autres vous l’ont déjà affirmé : nous sommes à présent en train de naviguer notre véritable trajectoire céleste, et la Lumière nous parvient dans son intégrité. Vous êtes encore simplement parfois mal informés, parfois peu capables encore de percevoir tout ce qui est, car cela vous a été caché fort longtemps… Je vous affirme, moi Gaia, que nous sommes en pleine possession de notre Lumière, vous et moi, moi en vous et vous en moi. Nous sommes en pleine possession de ce que nous sommes, et nous pouvons devenir et être ce que notre transformation nous appelle à devenir et à être.

Je me suis adressée à vous en termes très simples, et j’ai choisi de ne pas faire allusion à des phénomènes beaucoup plus complexes qui pourtant existent : tels que les trames de Lumière qui nous entourent, nous constituent et nous structurent, tels que les réseaux cristallins qui forment des grilles énergétiques contribuant également à notre structuration, notre cohésion, mais également à nos mises en relation avec des géométries lointaines de lumière et de sons. Toutes ces choses sont une réalité, et cela n’est qu’une allusion extrêmement brève…

Je vous invite donc simplement à parachever dans votre conscience, votre pensée, et votre intelligence, votre représentation de ce que nous sommes, vous et moi, moi en vous et vous en moi. Nous sommes non seulement matière ensemble, organiquement, intrinsèquement liés; mais nous sommes également ces trames de Lumière, ces grilles d’énergie, ces architectures de sons, ces orchestrations vibratoires et cette danse inscrite dans la Danse de notre Univers.

…Om Mâ Gaia…

Je vous invite encore une dernière fois à vous réjouir de notre naissance ensemble à notre nouvel état, plutôt qu’à vous attrister de ce qui se manifeste comme chaos avec ses conséquences et ses douleurs.

Je suis Gaia – moi en vous et vous en moi – et nous sommes Un.

 

 

 

via Christine Anne K. le 31/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Une réflexion au sujet de « Gaia »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *