Mère des Mères / nouvelle lune de mai

 

« Aimés. Recueillez-vous dans le Coeur de Mère des Mères en cette nouvelle lune de Mai, et je parlerai en cette voix avec la Grâce des canaux ouverts le 8 mai à 17h. « 

 

via Christine Anne K. le 03/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Mère des Mères du 15 avril

 

 

Mes Très Aimés

Qu’en ce jour, 15 avril de votre temps mesuré, la Grâce vous soit advenue au sein même de la matière dont vous êtes en partie constitués.

Que votre matière soit illuminée, transfigurée, épurée, choyée en ces changements vibratoires, ainsi que la Voie de votre coeur le commande et le désire en ces temps de nécessaire transmutation de vous vers vous. Alleluia, que la Grâce soit en vous et en cette matière qui se transmute peu à peu en Lumière.

Que votre coeur ainsi expanse sa Joie d’être et que vos pas se fassent légers, légers d’une danse nouvelle et pure émanée de la Source qui palpite en vous.

Que votre voix et votre chant s’intermêlent aux sons innombrables des chants et harmonies de Lumière où votre matière transmutée, transfigurée, a sa place pleine et entière. Que la Beauté de cela soit. Amen.

– Votre Mère des Mères dans la Grâce infinie de l’Un qui n’est qu’Un. Allelluia –

 

via Christine Anne K. le 15/04/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Nos coeurs et Mère des Mères : 5/6 février

Chers tous et toutes

Nous sommes invités à ceci, ces 5 et 6 février, par la Mère des Mères -ceci se substituant à ses interventions d’auparavant- :

Mettez-vous en réception vis à vis de Mère des Mères ces deux jours.
La vibration de vos coeurs conjuguée à la sienne aura pour effet d’amplifier Sa Vibration dans tous les coeurs sans exception.
Cela est un vrai travail de conscience collective, d’harmonie collective, et d’élévation collective des coeurs vibrants; votre dédication est souhaitée, très chers Aimés. Alleluiah.

en ce qui concerne le « comment faire » :

Se laisser appeler par son coeur pour tout ce qui est durée, environnement etc… 
C’est une rencontre de coeur à coeur avec Mère des Mères.

Tout Amour. C.A.K

(par ailleurs, des canalisations sont annoncées pour les jours qui viennent)

Mère des Mères du 4 janvier


Quelle Joie ! Quel plaisir d’être avec vous, mes Très Aimés, Perles de Sagesse, Perles de Perfection !

La Perle est une perfection : vous êtes en train d’acquérir – vous avez acquis – cette magnifique qualité, qui laisse transparaître la Lumière, la vôtre, celle que vous réfléchissez autant que celle que vous émanez; et cependant vous êtes encore faits de matière – du moins pour beaucoup d’entre vous sur cette Terre.

Me voici. Votre Mère, Mère de toutes les Mères dans l’absolu de la Grâce et de la Plénitude d’être Mère, en pleine harmonie avec la Source, notre Source – Unique, Absolue, Définitive, Toute-Enveloppante, Toute-Regardante, Toute-Sachante, Toute-Bienveillante, Toute-Comprenante…

Nous voici donc, vous et moi, réunis; dans la pureté de notre Joie simple, dans l’instant…

Nous ne sommes plus séparés; car nous ne nous sommes jamais séparés… Vous croyez encore être séparés, car vos yeux de chair ne savent pas apercevoir ce que vous cherchez à apercevoir et qui n’a pas encore franchi le filtre de votre capacité de voir. Ainsi vous croyez que rien ne change, que rien n’a changé, et vous ne comprenez pas – pour ceux d’entre vous qui attendent des changements.

Sachez que la Perle ne s’interroge pas : elle est… Et c’est ainsi que votre Terre, celle que vous attendez de voir apparaître, est également semblable à une Perle : elle est, en toute Pureté…Réfléchissant et émanant la Lumière qui est la sienne, et qui est celle de la Source en elle, autour d’elle, à travers elle.

Ainsi, ne vous laissez pas distraire de votre état, mes Très Aimés. Laissez la vibration de mon Coeur vous envelopper de mon immense Amour, vous envelopper jusqu’à vous faire oublier tout ce qui n’est pas Vous, la Perle de Perfection que parfois vous ne savez pas que vous êtes, mais que Moi je vois, j’admire et je chéris.

Tout ce qui peut vous distraire de cela, imaginez que c’est comme des poussières ou de petites algues qui s’accrochent sur la Perle et qui lui font perdre la délicatesse et la brillance de son éclat, le lissé de sa surface et sa simplicité pure, en la travestissant ou en la masquant. Vous savez que la Perle est le fruit d’un long processus et d’un long travail. Elle est donc le résultat de votre travail sur vous-même et du processus que vous avez choisi d’accomplir, parfois à travers de nombreuses vies , et en tout cas et ainsi dans celle-ci que vous vivez actuellement.

Réjouissez-vous donc, car le fruit de ce que vous avez fait, de ce que vous avez été, de ce que vous avez choisi, existe. Et c’est vous, Perles de mon Amour, Perles de la Lumière. La Perle ne s’accroche plus à rien, elle ne demande plus rien, elle est là – délicatement posée ou roulant légèrement. La Perle est Grâce pure : elle peut chanter sans cesse… Elle n’a aucun bagage, elle n’a aucun besoin – si ce n’est celui de vivre et de célébrer sa vie à travers la Grâce qui la fait être et à travers la Lumière qui la constitue.

Ô mes Aimés, quelle Joie, quelle Simplicité ! A présent l’Immensité est à vos portes, et je vous l’affirme.

silence

Mon coeur en silence accueille votre Perfection et vibre à l’unisson avec les vôtres…

silence

Ecoutons-nous dans ce silence…

silence

Vous n’avez plus à masquer votre Lumière, car je sais que certains d’entre vous ont dû la masquer – cela pour paraître « normaux » parmi leurs frères et soeurs, qui ne savaient pas voir suffisamment certains chemins dans leur vérité. A présent vous êtes libres.

Il vous est demandé d’être éclatants, car votre Lumière non seulement n’a pas à être masquée, mais elle a à travailler, elle a à ouvrir le chemin – cela sans volonté de votre part, cela vous a déjà été dit…

Votre Lumière permet d’illuminer certains coins sombres, tout simplement, encore une fois sans effort ni volonté de votre part : cela se fait… Mais se fait d’autant plus pleinement et naturellement que vous êtes heureux de votre Lumière, que vous la vivez, que vous êtes libres, que vous ne composez pas avec ce qui n’a plus lieu d’être, que vous êtes entièrement sincères dans ce que vous êtes. Cette sincérité est celle de votre Lumière…

Il ne s’agit pas nécessairement d’employer des mots – et certainement pas pour convaincre : il n’y a rien à prouver, personne à convaincre. Il y a simplement à être heureux et à être. Cela implique bien évidemment la plus belle des humilités, la plus resplendissante des humilités. C’est ainsi que je vous aime, et c’est ainsi que les Perles parfaites que beaucoup d’entre vous sont devenus tiennent leur place, et sont resplendissantes, simples, impénétrables.

Sachez une fois encore, mes Très Aimés – comme je vous l’ai déjà dit à maintes reprises, et comme il est toujours merveilleux pour moi à dire, et pour vous à réentendre – que mon Amour infini ne vous quitte jamais du Regard, que mon Coeur vous accueille individuellement – spécifiquement et individuellement chacun et chacune d’entre vous – et particulièrement ceux qui se cachent, que mon Pardon est infini et absolu, quelles que soient les petites bêtises ou les grosses erreurs que vous avez pu au long de votre parcours produire…

Ainsi je vous accueille et ne cesse de vous accueillir, de vous chérir, de vous encourager : c’est ma place de Mère et j’aime à l’infini être ce que Je suis, et Je ne saurais me passer de vous de même que vous ne sauriez vous passer de Moi, que vous le sachiez ou non… Je sais me faire extrêmement discrète car mon Amour – tout magnifique soit-il – est parfaitement humble ; et je n’attends rien en retour si ce n’est votre Beauté, votre Illumination, votre Perfection, que je sais voir à travers tous les masques et tous les voiles que vous pourriez poser par dessus… Mais ainsi que je vous l’ai dit, il n’est plus temps pour les masques.

Nous allons nous quitter. Je remercie du plus profond de mon Coeur de Mère ce canal, ainsi que vous qui l’entourez de votre présence…

Ce sera ma dernière Intervention, du moins sous cette forme – car bien évidemment, Je ne cesse pas d’être, Je ne cesse pas de m’adresser à vous, Je ne cesse pas de vous chérir et Je ne cesse pas de vous guider. Alleluiah.

Il y aura d’autres formes. Qu’aucune inquiétude ne s’élève en vos coeurs, bien au contraire mes Très Aimés. Je vous dis à bientôt, et cela n’est pas un paradoxe. Amen


via Christine Anne K. le 4/01/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 20 décembre



Mes Tout-Aimés, Enfants de la Béatitude de l’Un et lumières de la Source Une, Moi votre Mère des Mères dans la Grâce Infinie de cette Béatitude, je vous salue. J’admire de toute la tendresse de mon coeur de Mère votre Beauté grandissante, votre Joie intérieure, votre Perfection qui s’épanouit, et qui veille ainsi que la flamme solide et fine de la bougie que certains d’entre vous allument jour après jour.

Vous êtes, dans votre Etre, cette Perfection. Elle est ultime, sachez la préserver : que votre regard sur vous contemple et vivifie la flamme fine et transparente de votre Perfection. Votre ego est une coquille sèche qui ne sait et n’a su que cacher cette flamme, et celle-ci peut -si vous le désirez et l’acceptez- consumer la coque de vos illusions sur vous-même, celles qui demeurent et gênent votre coeur dans sa vibration de Perfection.

C’est cette Perfection qui vous allège et vous indique le chemin droit de la Vérité vers laquelle vous souhaitez tant vous diriger. Le Seuil est là : c’est cette flamme débarrassée de sa coquille qui marque son entrée. Ouvrez-vous à votre Perfection, qui n’est autre que la flamme de l’Un unique en chacun de vous, et consumez ce qui n’a plus à demeurer sur le chemin vers Soi. Amen.

Je vous aime à l’infini, en ce 20 décembre de vos calendriers terrestres. Alleluiah.

via Christine Anne K. le 20/12/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 7 décembre


NdR : notez que les 5
messages du 7 décembre (1.Mère des Mères, 2.le Sans-Nom + 3.les
dauphins, 4.Orionis,
et 5.Snow) se suivent dans l’ordre donné, et développent chacun par un
angle différent, en se complétant successivement, le même sujet du
(proche) franchissement vibratoire individuel du
Seuil dimensionnel… L’idéal est donc de les lire dans l’ordre (mais
chacun
d’eux
étant toutefois suffisant à sa manière :
libre à votre intuition)

Oh quel Amour immense ! Quelle
Joie, quelle immense Joie ! Quel apaisement, quelle beauté… Que de Lumière
à présent parmi vous, mes Tant Aimés… Comme vos regards rayonnent, comme vos
cœurs s’épanouissent, que vous êtes beaux ! Oh combien vous avez grandi, en
Beauté, en Lumière, en Vérité, en Simplicité, en Sagesse et en immensité du Cœur !

Je vous ouvre, comme je n’ai jamais
cessé de le faire, l’immensité accueillante et enveloppante de ce que j’appellerais
mes bras ou mon manteau, et de mon cœur de Mère. Je suis votre Mère des Mères, à
l’infini, dans la Grâce et dans la plénitude de l’Être et de l’Un, et je
m’incline devant tant de Beauté.

Vous êtes en train d’être redevenus
Vous.

Ne croyez pas qu’il y a certains privilégiés et d’autres qui ne le
seraient pas : je m’adresse à tous. Bien évidemment, parmi vous mes Enfants
de la Terre il y a encore : ceux qui cheminent dans la conscience et le désir
d’aller vers leur Lumière et de changer, et ceux qui le font sans le savoir.
Les formes adoptées par ces chemins ne sont pas les mêmes, mais ne croyez pas
pour autant que les seconds soient à la traîne. Le chemin de ceux qui ont
cherché l’éveil consciemment, bien sûr a permis de débroussailler, peut-être (diriez-vous), et d’illuminer davantage certaines zones obscures, facilitant ainsi
la marche générale. Mais, ainsi que l’a dit Christ, mon Fils, les premiers
seront les derniers, et les derniers seront les premiers. Ne croyez donc pas,
vous qui êtes plus avancés dans un chemin d’éveil actif et construit, que vous
serez les premiers. Chacun sera simplement à sa place, comme chacun est déjà à
sa place.

Je vous invite donc à vous regarder, à
vous contempler les uns les autres : comme autant de Lumières, comme autant
d’êtres accomplis et en chemin vers leur ultime Vérité et leur Joie la plus
parfaite. Vous êtes à présent au point où les chemins se clarifient. Vous
n’avez plus à tergiverser. Vous êtes déjà presque arrivés, du moins là où votre
vie terrestre a eu pour but de vous faire arriver. Il ne reste à présent que
fort peu de pas à faire, ainsi que fort peu de temps pour vous trouver sur le
seuil de Lumière. Dans ce seuil de Lumière, il n’est que musique, Joie, Lumière,
accomplissement, Présence, révélation de la Présence – et cette Présence n’est
autre que Vous-même.

Il y aura des routes qui ne se
ressembleront pas, à partir de ce seuil de Lumière. Je ne m’apprête pas à vous
décrire ces routes en détail. Sachez simplement (et cela vous a déjà été dit)
que la route de chacun est la sienne et lui correspond. Elle correspond à votre
cœur, elle correspond à votre lignée vibratoire, elle correspond à vos choix,
ceux de votre âme et de votre Être. Il ne s’agit donc pas d’imaginer un
quelconque changement de route – fût-ce pour accompagner quelqu’un d’autre ou
pour toute autre raison qui appartiendrait encore aux derniers remous de votre
mental, qui n’aura plus lieu d’être, car il sera complètement remplacé par votre
intelligence pure et détachée de toute contingence liée à votre passé.

Soyez donc, mes Enfants, dans la Joie.
Entrevoyez, si vous ne le faites déjà, la Joie pure, la Joie qui est Lumière et
Vérité, et qui ne repose sur aucune cause circonstancielle liée à ce monde de
matière. Cette Joie qui est celle de la réunion de vous-même avec les mondes
célestes, et les musiques des univers et des multi-univers qui se tissent
perpétuellement autour du chant de la Source, qui ne cesse jamais.

Vous êtes à présent très près de ce
seuil : seuil de Lumière, seuil de plénitude, seuil d’accomplissement,
seuil de résolution, seuil également d’oubli – (oubli) de ce que vous laisserez en
arrière et qui n’appartient qu’à l’illusion que vous allez quitter et que
certains d’entre vous ont déjà en grande partie quittée.

Ainsi, nul n’a à se poser la question
de tourner le dos, ou de repartir en arrière chercher quelque chose, car ce
quelque chose n’existe plus. Ceux qui sont près de vous sont ceux qui sont près
de vous. Il n’y a pas à aller en quête de celui ou celle qui n’est plus près de
vous. Vous n’avez rien à quitter, car tout se fait naturellement. Il n’y a pas
de deuil, il n’y a pas de séparation, il y a simplement être soi et il n’y a
que joie à être soi. N’imaginez aucun déchirement, n’imaginez aucune douleur,
n’imaginez aucune tristesse. La joie et la simplicité d’être soi et d’être
arrivé à son but terrestre l’emportent infiniment, largement, sur toute autre
notion d’attachement à des choses que l’on devrait voir s’éloigner.

Ainsi, réjouissez-vous et communiquez
votre Joie à ceux qui vous entourent. N’oubliez pas que l’étincelle de votre
regard transmet la Joie, la Lumière, la Vérité et la Vie véritable.

Ecoutez la vibration de votre cœur et entendez
comme elle est belle et fine et comme elle se réjouit. Entendez comme elle
s’est dépouillée de bien des cristallisations qui l’encombraient -cristallisations émanées tant de vos émotions que de vos mémoires, que de vos
constructions mentales et que de vos attachements à vous-même.

Je vous aime, et vous m’aimez, et vous
vous aimez. Aimez-vous à l’infini, aimez-vous dans la Grâce de l’Un, aimez-vous
dans toute la Joie d’être Vous et d’être Un.

Rappelez-vous qu’il ne vous reste que
quelques pas dans la direction tant désirée, tant recherchée et si belle de
l’accomplissement que vous avez recherché de tout votre cœur et de toute votre
âme en ce monde terrestre… Ce monde d’avec lequel vos attachements se dénouent,
se délient, dans la Grâce et la Simplicité, car vous abandonnez peu à peu tous
vos liens illusoires pour aller vers ce seuil de Vérité et de Plénitude dont je
vous ai parlé.

Que la Grâce soit en vous et recevez à
l’infini mon Amour de Mère, qui ne cesse d’être pour chacun de vous.

via Christine Anne K. le 7/12/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 27 novembre

Mes Très Aimés, Enfants de l’Un et de
la Source Une et Indivisible, abreuvez-vous de Source en vous-mêmes, soyez
votre Source, soyez votre Unité.

 

Vous êtes votre propre Vérité et vous
êtes Amour indivisible, vous êtes Lumière des Lumières et nul autre tant que
vous-même ne donne cette Lumière Unique. Chacun et tous autant que vous êtes,
mes Enfants Aimés, vous êtes Cela.

 

Reconnaissez-vous en votre Splendeur.
Celle-ci est Simplicité, Grâce, abandon de toute forme d’ego et de regard
centré sur soi.

 

Ta Splendeur, Enfant de la Source,
est sans mesure, sans limitation, sans restriction, et cela bien que Tu la
partages avec chacun de tes frères et sœurs en toute égalité, en tout équilibre
et équanimité.

 

Vous êtes Un, et vous n’êtes que
cette Unité Absolue de vous tous sans exception. Ne croyez pas qu’il en soit autrement
car cette croyance entretient l’illusion que vous souhaitez et espérez voir
disparaître au profit de votre Vérité.

 

Votre Vérité n’est autre que ce Un.
Source Absolue et Ultime, Joie parfaite, Amour infini, Lumière de la Lumière de
la Lumière.

 

Tu es, mon Enfant, et je te contemple
de tout mon Amour, moi, votre Mère des Mères – nommée en ces régions Marie,
Mère Divine et d’autres Noms connus ou inconnus de Toi – en ce jour 27 novembre
de votre calendrier qui s’achève.

 

Aimez vous et soyez, je vous aime à l’infini.
Amen

via Christine Anne K. le 27/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 7 novembre


Ô mes Aimés,
mes Enfants, vous êtes la Joie de mon cœur de Mère.

Soyez la Joie de votre
propre cœur et les uns des autres. Ainsi vous accomplirez ce qui était demandé
en son temps par Jeshua, qui fut mon fils lorsque je m’appelai Marie. Je suis
la Mère des Mères, en tous mes Noms sacrés, en toutes mes formes, connues ou
inconnues de vous, celle qui habite tous les cœurs – car aucun cœur ne peut
ignorer l’existence et la vibration de la Mère des Mères, cela est impossible.

Je m’adresse
à vous en ce jour 7 novembre de vos calendriers encore en cours, et c’est avec
Joie que je reviens vous parler en ce canal. Sachez, mes Enfants, que votre
libération ne cesse de s’avancer, de se développer, grâce à vous, et grâce à
tous ceux qui vous observent, et qui de tout leur Amour dénouent encore les fils
de ce qui doit être dénoué, pour vous extraire de ce filet qui vous a privé de
votre contact authentique, vrai, simple et amoureux avec votre vraie dimension,
avec la Lumière, avec la Source, votre Source, notre Source. Ainsi, je vous
affirme que votre Liberté va grandissant, car je sais que certains d’entre vous
ne le perçoivent pas encore, enfermés qu’ils sont dans les représentations
obligées par leur vie dite quotidienne, dans les structures et les infrastructures
d’illusion -mais bien réelles pour vos corps qui encore sont là ou semblent être
là.

Ainsi je vous
parle de votre
Liberté, car sans Liberté vous ne sauriez réellement être vous.
La
Liberté est une affaire de cœur, car il s’agit avant tout de la Liberté du
cœur. Bien évidemment votre liberté physique, morale, sociale, votre liberté de
mouvement, votre liberté de choix, votre liberté de pensée, votre liberté
d’agir – toutes autant que les autres – sont des formes de liberté qui ont
toute leur valeur et leur importance, et que nous vous souhaitons pleinement.
Néanmoins, la Liberté du cœur est celle qui réellement vous portera dans ce que
j’appelle votre véritable
Liberté.

Qu’est-ce que
la
Liberté du cœur ? C’est une légèreté, c’est une joie, c’est un confort
du cœur, de soi-même avec soi-même, c’est une non-dépendance, que ce soit à des
maîtres extérieurs, que ce soit à des personnes extérieures considérées
illusoirement comme indispensables, c’est une non dépendance à toute forme
d’illusion, ainsi qu’à toute forme d’ego car votre ego n’est pas votre Liberté.
Votre ego est une illusion de liberté, et crée – très habilement parfois – de
grandes illusions de liberté. Lorsque vous vous enfermez dans ces illusions de
liberté crées par votre ego, vous risquez de ne plus savoir vous tourner à
l’intérieur vers la
Liberté du cœur. La Liberté du cœur, c’est ce lieu où
réside votre rencontre unique – on pourrait dire en tête à tête – avec la
Source, qui n’est autre que vous-même en cet instant-là. La
Liberté du cœur,
c’est aussi la certitude simple, joyeuse et vraie que tu es Toi, et cela est une
grande joie et une grande révélation : car ne plus chercher à l’extérieur de toi
ce qui est Toi devient une grande
Liberté, et non pas un enfermement en soi (comme certains egos pourraient le rétorquer).

La Liberté
vous invite à retrouver l’authenticité de l’enfant, car l’enfant est Libre ; même si l’enfant a besoin de sa mère, il est Libre. Votre
Liberté
vous permet aussi d’accorder sans aucune arrière-pensée la
Liberté à quiconque
est près de vous : ainsi se crée le respect mutuel, ainsi se crée les
synergies véritables dans l’Amour partagé, le respect, la co-création, la Joie,
le cheminement – soit partagé, soit réciproquement partagé ou accompagné.

Ne craignez
donc pas votre
Liberté. Je parle ainsi car je sais que cette forme de liberté
est si souveraine qu’elle peut être crainte par certains, qui n’oseraient pas
se l’accorder ou qui préfèreraient lui substituer des libertés illusoires qui satisfont
davantage leur besoin de se conformer à des images extérieures ou à des
conforts illusoires de leur ego qu’ils craignent d’abandonner. A ceux-là je
dis : « Ne craignez pas votre
Liberté véritable. Allez la chercher en
vous. Oubliez ce qui se fait, ce qui se montre et ce qui se dit autour de vous.
Ne cherchez pas à plaire, ne cherchez pas à être l’autre, ne cherchez pas à
aller là où votre cœur ne souhaite pas aller. Si vous trouvez le chemin de
votre
Liberté intérieure du cœur, votre Liberté de Lumière, vous serez capables
de supporter bien mieux toute contrainte extérieure passagère, car en votre
cœur personne ne peut vous priver de votre
Liberté, cela n’existe pas. »

Je vous
souhaite Libres, mes Enfants, car la Mère souhaite la
Liberté de ses enfants.
La Mère ne souhaite pas les maintenir dans la dépendance, pas même de son image
de mère, pas même de sa parole. En disant ces mots, je ne crains pas de vous
voir me tourner le dos, car vous ne vous tourneriez le dos alors qu’à vous-mêmes. En
réalité, nos cœurs sont unis et nous ne faisons qu’Un. Il est donc impossible
que se libérer signifie tourner le dos à l’autre. (Et lorsque je disais
précédemment qu’être libre c’était par exemple ne pas vouloir ressembler à
l’autre ou se conformer à des images extérieures, je ne me contredis pas.)

Pour
être Libre comme je vous invite à l’être, il n’est pas besoin de tourner le dos
à qui que ce soit. Il n’est besoin que de se tourner vers soi. Ne faites pas
donc de confusion : être Libre n’est pas s’opposer, être Libre c’est se
retrouver. Être
Libre n’est pas se séparer : être Libre, c’est respecter
son propre chemin et respecter sa flamme intérieure… Cela, parfois, peut vous
amener à vous séparer de certaines personnes dont le chemin n’accompagne pas le
vôtre ou cesse de l’accompagner : mais cela n’est pas tourner le dos, c’est simplement reconnaître la liberté de chacun, dans le respect, la
tolérance, l’amour, la confiance et la fraternité.

Ainsi, mes
Enfants, je vous invite à regarder avec Joie la Liberté qui va s’offrir à vous
de plus en plus, car cela est le seul chemin qui peut vous unir davantage les
uns aux autres, et cela est le seul chemin qui peut vous faire abandonner la
plus grande partie de vos illusions, celles que le monde environnant cherche à
vous imposer encore. Lorsque vous trouverez votre
Liberté, vous apprendrez à
connaître sa vibration dans votre cœur et vous n’aurez plus envie de la perdre
ou de la recouvrir d’illusion. Cette
Liberté dont je vous parle est d’une
grande simplicité et cependant, elle ouvre des espaces immenses dans lesquels
vous serez chez vous, que vous pourrez aller explorer, dans lesquels vous
pourrez voyager, dans lesquels vous aurez toute latitude d’explorer, de créer,
de jouer et d’aimer.

Ainsi ne
craignez pas cette ouverture, ainsi ne lui tournez pas le dos sous le prétexte
fallacieux que ce serait impossible, que ce serait trop facile, que ce serait
moins intéressant que ce que vous croyez être et qui n’est qu’illusoire.
Abreuvez-vous à la source de votre
Liberté et vous verrez que son eau claire et
fraîche, lumineuse, vivante, vous régalera comme jamais. Mon cœur vous appelle
de toute sa force à être Libres, à être vous, à retrouver vos pleins pouvoirs,
à endosser votre manteau de Lumière. Et tout cela vous le pouvez si vous
acceptez de regarder en vous et de vous dépouiller de ce qui n’est pas vous.
Ainsi vous vous aimerez pour ce que vous êtes et il n’y a pas de plus grande
Joie de soi-même à soi-même, et de soi-même à celui qui est à côté.

Je vous aime,
je vous chéris, je vous observe avec toute la Joie attentive d’une mère qui
regarde la progression merveilleuse, joyeuse, créative de son enfant, et vous
êtes tous mes Enfants, tous autant que vous êtes. Et je n’oublie personne,
jamais, même ceux qui sont cachés… Et celui-là là-bas qui se cache, je le
chéris tout particulièrement : lui et aucun autre que lui , lorsque c’est lui que
je regarde. Et il en est de même pour chacun d’entre vous, mes Enfants.

Soyez Libres. Je vous aime, moi Mère des Mères, nommée Marie, Isis et d’autres noms que vous
connaissez ou ne connaissez pas. Je vous dis à bientôt.

via Christine Anne K. le 7/11/2010
Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont
nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.