Orionis – n°21

 

lien écoute : http://vimeo.com/30984503

Qu’en vos coeurs soient la Paix et la Joie, Fils et Filles de l’Un, Enfants de la Terre, Humains éclairés. Je vous salue. Je suis Orionis, que vous connaissez.

Je m’adresse à vous, en ce jour, pour la 21ème fois : ce sera peut-être la dernière. (Nous verrons, comme on dit). Il se peut que j’aie à revenir : cela dépend de vous; mais je considère moi, qu’en ce jour j’ai accompli ce que je m’étais donné à dire, et je m’en réjouis.

Ainsi donc je vous invite à la Paix de vos Coeurs, et à la Joie intérieure. Ce sont les seules vérités, qui ont la seule valeur de réalité à laquelle vous puissiez vous référer, vous accrocher, si jamais besoin était de vous accrocher – état que je ne vous souhaite pas, mais qui est humain néanmoins, et que je respecte.

Voici donc venue, très proche de nous en vos calendriers, une échéance importante, qui conjoint l’achèvement de nombreux cycles dont vous connaissez l’existence à travers ce que vous nommez les calendriers Maya, et qui conjoint également plusieurs cycles cosmiques importants, auxquels votre système solaire appartient ou bien est relié. Cela est une grande Joie, indéniablement et véritablement. Il n’y a aucune crainte, aucune terreur, aucun espoir stupide non plus, à entretenir à ce sujet : cela est un passage, cela n’est pas un cataclysme. Cela est en principe l’annonce pour vous d’un océan de possibles, dont certains sont déjà en grande partie programmés, et d’autres sont entièrement en votre pouvoir, mes très Chers, très Aimés, très respectés, Vous que je valorise infiniment.

J’ai pour rôle comme vous le savez, d’être un des grands ordonnateurs dans cet Univers. J’ai ainsi par conséquent participé, orchestré, une partie non seulement de ces formes, de ces états, de ces temporalités dans lesquels vos cycles sont inscrits. J’ai également contribué à ce qui s’est préfiguré pour la suite, qui encore une fois n’est pas à considérer comme totalement écrite, et dont une partie notoire vous revient en ce qui vous concerne vous, Enfants et habitants de la Terre, qui actuellement se transfigure vers sa nouvelle dimension, vers son nouvel état.

Il est vrai mes très Chers qu’encore actuellement les voiles de l’illusion sont fort présents -du moins en apparence- à vos yeux, et à vos représentations de ce que vous êtes, ainsi que de tout ce qui fait votre environnement, votre vie, vos systèmes. Cela est vrai mais néanmoins cela est fort ténu à présent, en dépit des apparences. Je vous invite par conséquent à vous tourner intérieurement davantage encore, car c’est là, et là seulement que vous découvrez ce qui est véritablement solide et ce à quoi vous pouvez vous tenir, et être en toute sûreté et en toute vérité de vous-même. Et cela non seulement individuellement mais collectivement, bien sûr.

Qu’en ce silence s’accomplisse le premier état de ce que j’ai à vous transmettre aujourd’hui.

Silence

Recevez… Soyez.

Silence

Je vous donne des clés. Ce sont autant des clés de fermeture de ce qui est ancien et s’achève, que des clés d’ouverture de ce qui s’initie. Mais c’est à vous qu’il appartient de les employer.

Silence

Considérez mes très Chers que ces clés vous appartiennent, mais que vous ne saurez les employer que dans la Simplicité, l’Humilité et la Vérité… Et que toute prise de pouvoir et toute velléité égotique, tout maintien d’illusion, de contrôle, et cetera, en vous vis-à-vis de l’emploi de ces clés, ne peut que vous priver de cet emploi. Elles sont belles, elles sont simples. Elles ont été préparées de longue date et avec soin. Et encore une fois elles vous appartiennent.

Silence

Demeurez mes très Chers, que j’estime, que je valorise, que je souhaite voir réussir les plus belles des créations, dans la Paix de votre Coeur, demeurez dans l’innocence et la joie des débuts.

Silence

Je vais à présent, toujours dans un silence, vous transmettre le second état qu’il vous appartient de recevoir et d’être… Recevez.

Silence

Soyez.

Silence

Ce que je vous délivre en ce deuxième état, ce sont ce que vous pouvez appeler des structures; structures ouvertes, mais néanmoins structures qui donc vous permettent de jeter les bases, d’étayer, de projeter ce qui ensuite vous appartient, ce qui ensuite doit être votre Réalisation, votre Monde.

Ces structures, de même que les clés qui ont précédé, ont fait l’objet d’une préparation soigneuse, aimante, concise mais complexe, ferme et légère tout à la fois, passée à l’épreuve de différents obstacles qui les ont testées, afin qu’elles soient parfaitement sûres. Vous en avez besoin mes très Chers. Ayez confiance dans ce qu’elles sont, dans leur qualité, dans la Joie inhérente qu’elles transportent et dans la Vie qu’à travers elles vous allez pouvoir développer, construire, enrichir.

Ils vous appartient mes très Chers, de maintenir ces structures. Il vous appartient de les respecter, mais vous le ferez. Ils vous appartient de les développer et vous le ferez. Et pour cela, encore une fois, aucune impulsion de pouvoir, de contrôle, d’avidité, de distorsion ne peut vous être allouée. Vous n’êtes plus soumis aux lois de la matrice de par ces structures-là qui sont neuves, et ainsi vous ne pouvez les employer dans les modes de fonctionnement que vous avez connus et auxquels je viens de faire allusion.

Néanmoins vous avez encore le loisir de faire des erreurs, car cela fait partie de l’expérience de tous. Je vous invite donc à surveiller vos erreurs et à en retirer les enseignements qu’elles vous apporteront lorsque vous en ferez. Cela fait partie du développement naturel de la Vie et de ce qu’un nouveau cycle propose comme expérience également.

Silence

Il est vrai, très Chers, que ce que je vous délivre en cet instant -en ces instants- ne produira pas, aux yeux de vos médias terrestres actuels, d’effets spectaculaires, de cataclysme, de catastrophe, de révolution visible -ou si peu- car tout cela que je viens d’évoquer ne participe que des lois de l’illusion, qui sont en train, toujours, de chercher à faire croire qu’elles ont de l’épaisseur.

Il est vrai également que ce que je vous délivre là aura néanmoins une extrême puissance et sera indéniablement effectif : n’en doutez pas un instant, je vous prie. Ne vous accrochez pas à l’illusion qui vous ferait croire que l’on ne voit rien et que par conséquent il n’y a rien : cela est précisément le monde que vous êtes en train de quitter. Ne vous y accrochez pas, sinon il vous entraînerait, et ce serait dommage.

…Vous constatez je pense que ma façon de m’adresser à vous n’est pas très semblable à celle que j’emploie habituellement : que je parle peu, que je ne parle pas de la même manière. Cela vient de vous et non pas de moi. Cela vient du fait, mes très Chers, que vous n’avez plus besoin tant de ces longues paroles qui vous ont été indispensables et que je vous ai délivrées, avec tout mon Amour, ma Sagesse, mes compétences, mon dévouement, de par ma fonction.

Aujourd’hui je m’adresse en simplicité à ceux qui sont les nouveaux Terriens que vous êtes, que vous êtes du moins en train de découvrir que vous êtes. Je ne dis pas « que vous devenez » car pour moi vous êtes, vous n’êtes plus « devenants », vous êtes déjà, et je vous l’affirme. Même si pour vous cela n’est peut-être pas évidence : entendez-moi dans cette affirmation.

Je vais à présent vous délivrer, mes très Chers, un troisième état de vous, encore une fois dans le silence.

Silence

Que la Joie de la Paix encore une fois habitent vos Coeurs. Ce troisième état n’a pas de nom. Vous pourriez le considérer comme un effacement radical de toutes les données de ce que vous êtes, une remise à zéro. Recevez-le avec joie, en toute Beauté de ce que vous êtes…Car bien sûr ce que vous êtes n’est pas effacé : n’est effacé que précisément ce que vous n’êtes pas, et n’êtes plus.

Soyez.
Il n’y a plus à prétendre, il n’y a plus à croire. Il n’y a plus à faire comme si, il n’y a plus à prouver. Il n’y a plus à souffrir, ni à vaincre.
Que la Paix en vos Coeurs soit le seul état.

Silence

Encore une fois mes très Chers, très Aimés, très respectés, très valorisés : ne retombez pas dans le doute, dans la confusion, dans les méandres théoriques de vos pensées, de vos analyses, de vos croyances et de vos égos. Abandonnez les flammes de vos certitudes. Tout cela n’a plus cours, tout cela ne peut que vous gêner pour être ce qui se présente dorénavant. Tout cela ne pourrait qu’éventuellement vous entraîner à rester accrochés à ce qui s’effondre.

Vous assisterez donc certainement -du moins pour certains d’entre vous- à des effondrements. Vous n’avez pas à y participer, vous n’avez pas à en être, vous n’avez pas à croire que vous devriez aider à maintenir quelque chose qui s’effondre. Vous n’avez pas à vous soucier de préserver quelque valeur que ce soit, car il n’y en a pas.

Sachez que tout ce qui peut s’effondrer autour de vous, devant vous, voire en vous, n’est que justement ce qui est illusion. Et même si une partie de vous est encore attachée à croire très fermement à ces éléments illusoires, ne la suivez pas. Et je sais que vous ne la suivrez pas car elle-même s’effondrera, sans que cela vous cause la moindre difficulté mes très Chers, sans que cela mette votre vie en péril mes très Chers, sans que cela mette la vie de quiconque de vos proches en péril mes très Chers. Cela est important à préciser, et à vous rappeler.

Ayez donc Joie et Confiance en ces trois états qu’à présent vous avez à votre disposition et qui sont déjà engrammés en vos nouvelles structures. Vous avez les clés, vous avez les structures, et vous avez la remise à zéro.

Vous avez également en vous, et cela vous appartient, et à vous seuls, la Joie intérieure qui n’est qu’Une et qui vous relie indéfectiblement à la Source.

Silence

Je suis en ces instants, moi Orionis que vous connaissez, extrêmement proche de vous. Il m’est arrivé de vous parler, disons depuis un état fort éloigné. Cela n’est pas le cas en cet instant. Considérez que d’une certaine manière je suis parmi vous (ne vous demandez pas pourquoi, cela n’a pas de sens). Disons qu’à un certain niveau de compréhension, j’aime à partager votre expérience, un moment, quelques temps, quelques souffles, et cela est.

…Vous aurez bientôt la manifestation en vos corps de quelques modifications, que je pense vous goûterez plutôt avec plaisir que déplaisir, mes très Chers…

Je vous salue, et remercie ce canal pour sa constance et la qualité, la fidélité, le dévouement de sa contribution. Je vous dis adieu mes très Chers. Soyez.

Alleluiah.

via Christine Anne K. le 22/10/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.