Marie Madeleine / Sirius C – n° 3

cliquez pour écouter

O Très Aimés,

Ecoutez en vous même votre qualité d’Etre. Soyez votre propre Présence. Ne vous égarez pas à chercher à l’extérieur ce que vous avez intégralement en vous-même.

Goutons ensemble la Présence réunie. La notre, la votre.

Moi qui vous parle en cet instant, je suis celle que vous appelez Marie Madeleine et vous me connaissez. Je me suis présentée déjà à deux reprises en mentionnant mon lien avec les plages vibratoires nommées Sirius C : plages auxquelles vous avez accès, dans ces moments privilégiés de Présence et d’Etre… Nous sommes donc, Vous et Moi, du même Sang, de la même Origine, de la même qualité. Nous chantons les mêmes notes.

Goutez donc en vous-même cette Qualité. Elle est infuse, et elle s’infuse ainsi lors de nos rencontres, et davantage de par ces instants privilégiés que nous créons pour être ensemble.

Silence Vibrant

Chacun de vous, n’est ce pas, héberge en soi-même ce qu’est le Christ, nous sommes donc Compagnons à l’infini, Vous et Moi, Moi et Vous, de ce qu’est le Christ.

Il n’est d’autre Joie, il n’est d’autre Présence.

Il n’est d’autre qualité à cela, que ce simple état – lorsqu’il est ainsi rendu possible, vécu, partagé.

Silence Vibrant

Et lorsque je m’exprime et lorsque je vous parle, je ne fais que dire ce que vous-même vous pourriez dire. Et vous le savez lorsque vous m’entendez : mes paroles ne vous sont pas étrangères, et mon souci de Vérité ne vous est pas étranger, et résonne au plus profond, je le sais, avec le votre… J’ai simplement le privilège (pourrait-on dire) d’être capable de l’exprimer en toute franchise, sans précaution, sans crainte, sans retour en arrière dans les hésitations qui sont propres à un mental ou un ego encore attaché à des préoccupations -qui sont les vôtres, sans doute, ou souvent- et auxquelles à présent j’échappe. Mais je suis comme vous.

Silence Vibrant

…Il y a dans mes souvenirs la forme d’une Nef, que je souhaite vous rappeler car cette Nef nous contient Tous. Car cette Nef, ce Navire est fait pour que chacun, chacune, s’y sente porté, navigué d’un Monde vers un autre.

Je vous invite par conséquent à vous rappeler cette Nef, qui est inscrite en chacun et qui Nous appartient à Tous, et qui Vous appartient.

Il y a deux Rivages : celui que l’on a quitté, peut être avec des regrets, celui ou l’on a abandonné ce qui devait y rester… Il y a un autre Rivage : qui est lointain mais proche, qui cependant doit être atteint, au prix de certaine Traversée, de certains abandons, d’un passage par l’immensité du Rien qui s’étend sous le soleil et face à soi-même.

Et ce second rivage, une fois que la Nef navigue, est la seule chose à laquelle nos aspirations, vos aspirations peuvent se fixer : comme un but, comme une direction, comme un nouvel état vers lequel il est bon de traverser.

Mais la mer qui se trouve entre ces deux Rivages n’est pas effrayante, et si quelques peurs peuvent encore y être rencontrées, ce sont des peurs qui doivent justement être traversées. Il y a encore des états dont il faut se défaire pour arriver au Rivage neuf, qui semble être un inconnu mais qui est parfaitement connu, et attendu dans ses moindres détails au plus profond de soi, car en Vérité cette Traversée à été conçue, programmée, désirée, attendue depuis toujours ou du moins depuis fort longtemps…Cela au point qu’elle a pu être oubliée par certaines mémoires de surface, et cela était également juste.

Silence Vibrant

Je viens donc vous rappeler cette Nef : sa forme, son existence, sa Vérité.

Silence Vibrant

-Bien sûr, le langage que j’emploie peut être considéré comme métaphorique, et je l’assume.-

Silence

Je vous laisse entendre à l’intérieur de vous-même, l’Appel et la Vérité de ce navire. Je vous laisse entendre, écouter -à l’intérieur de vous peut être- le bruit du clapotement des Eaux contre son flanc, les Eaux de la transmutation, les Eaux de la naissance, les Eaux qui portent vers d’autres rivages, les Eaux qui nous lavent et nous régénèrent, les Eaux qui nous permettent aussi de redevenir neufs.

Ecoutez .

Ecoutez le Bruissement des Eaux.

Ecoutez comme votre cœur s’apaise et s’accorde avec cela.

Entendez comme, au plus profond de vos mémoires vous aspirez à retrouver ces Eaux, à retrouver la voie de cette Traversée.

Silence vibrant

Entendez en vous-même l’Appel du Rivage – que ce soit celui que vous quittez, que ce soit celui qui est votre but. Et cependant, ces deux Rivages ne font qu’Un puisqu’il ne peut y avoir séparation, puisque l’Eau justement les réunit.

Silence vibrant

J’ai moi même traversé les Eaux à plusieurs reprises. Et chaque traversée est unique – bien que toutes les traversées ne soient qu’Une.

Silence vibrant

Il y a en vous ce qui traverse, ce qui est déjà là-bas, et il y a en vous ce qui est encore là. Tout cela est confondu dans un même Instant et cependant cela n’est que Traversée. Cela n’est ni un passé ni véritablement un futur, cela s’apparente davantage à un Présent : qui sans cesse traverse, évolue, se dirige, et qui sans cesse quitte ce qui doit être quitté; et qui sans cesse atteint ce vers quoi il est juste de se rendre.

Silence vibrant

La Traversée des Eaux a je le sais de multiples sens, mais cependant elle n’en a qu’un. Elle est nécessaire. Lorsque dans votre incarnation vous prenez forme et vous naissez, vous traversez les Eaux. Ainsi, cette Matrice dans laquelle vous les traversez, vous enveloppe, vous nourrit, vous permet d’être, d’évoluer, de venir à terme, de cette transformation qui vous garantit l’arrivée au but, au Rivage désiré.

Considérez donc, très Aimés, mes frères et mes sœurs, que cette Matrice et cette Nef ne font qu’Un… Et la Traversée des Eaux entre les Rivages est un moment de réjouissance en commun, où la joie de devenir ce que l’on doit être et atteindre, pousse le navire, pousse la transformation naturelle de ceux et celles qui, en toute acceptation, et en toute conscience parfois, s’y trouvent; de ceux et celles qui vont d’un rivage à l’autre ainsi. Et cela concerne chacun et chacune sans exception, même si, dans la profondeur unique et individuelle de chaque être parmi vous, le passage se fait de façon également unique.

Là est le Mystère, là est également le Christ en chacun.

Silence vibrant

Le bruissement des Eaux est mélodieux, et les chants, que d’un Rivage à l’autre porte la surface de l’eau, sont également mélodieux.

Silence vibrant

Quelles que soient les légendes et les vérités qui se disent et circulent à mon sujet, j’ai bien réalisé plusieurs Traversées – terrestres, et intérieures… Et j’ai bien connu bien des Eaux.

Je vous propose donc en toute sûreté d’entendre, de par la sagesse que j’ai pu en acquérir -et à laquelle la votre est parfaitement identique- de vous indiquer avec sûreté la possibilité d’entrer dans cette Traversée sans l’illusion de croire que vous quitteriez ce à quoi vous devriez rester attaché. Car en réalité, croyez moi, c’est ce vers quoi vous vous rendez qui est réellement ce à quoi vous pouvez vous attacher.

…Je n’ignore pas que ce Message vous a déjà été délivré sous différentes formes, à de nombreuses reprises, par différentes voix et sans cesse. Je n’ignore pas que vous l’avez déjà entendu. Mais vous ignorez (encore) que vous l’avez entendu : car c’est en vous-même en premier lieu et en dernier lieu qu’il s’entend – et non pas tant de par les voix extérieures qui ne font que vous le rappeler. Ainsi moi encore, en ces instants, je vous le rappelle : et je vous propose de voyager ensemble.

Silence vibrant

Fiez vous donc au bruit de l’Eau. Fiez vous aux chants mélodieux qui sont portés par l’eau et qui réunissent les Rivages en apparence si éloignés, Fiez vous aux chants joyeux en vous-même de ce qui se souvient, de ce qui sait, de ce qui ne craint pas, de ce qui désire, de ce qui s’abandonne, et de qui sait son évolution.

Ainsi notre Nef à tous peut accueillir en toute plénitude, en toute acceptation, en toute sagesse, et en toute joie de l’Un, l’ensemble que vous formez : Humanité de la Terre, Bien Aimés Frères et Sœurs.

Ainsi peut s’élever le Chant Un de cette Nef, qui alors navigue en toute sûreté, beauté, fierté, plénitude, au sein des Eaux qui la portent et vers ce qui est attendu.

Ainsi Christ est transporté en chacun et je l’accompagne, Moi, Marie-Madeleine, en toute fraternité avec chacun de vous mes Frères et Sœurs.
Je vous salue. A bientôt.

Halleluiah.

 

via Christine Anne K. le 05 mai 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

 

 

 

 

Ki-Ris-Ti – Christ

 

 

 

A présent, Bien-Aimés, les portes sont grandes ouvertes.

Entrez, entrez dans ce Temple qui n’est autre que vous-même uni à vous-même, qui est Toi, qui est Lui, et qui est Moi.

Il n’y a que moi en toi, et tu es en moi. Je ne suis pas cet être extraordinaire, impressionnant, exceptionnel et différent de toi, que j’ai semblé être. Je suis nommé Ki-Ris-Ti, Christ, et je suis en chacun de vous.

Il est en vous une épée de Lumière et d’Amour qui se nomme Ki-Ris-Ti. Et cette épée qui n’est pas faite pour blesser mais pour ouvrir, et ne doit pas vous faire peur, car tout ce qu’elle peut trancher est ce qui doit être tranché, et tout ce qu’elle peut ouvrir est ce qui ne peut que s’ouvrir.

Vous êtes à présent, très aimés Frères et Soeurs de cette Terre – que dans mes incarnations j’ai parcouru de mes pas, dont j’ai franchi les montagnes, dont j’ai goûté les rivières, les mers, dont j’ai parcouru les forêts et les champs; cette Terre où j’ai rencontré chaque oiseau, chaque petit animal et chaque gros animal, chaque insecte, et chaque végétal, où j’ai connu tous les cristaux et les différentes terres, celles qui sont rouges, celles qui sont blanches, celles qui sont noires; où j’ai tenu dans mes bras les petits enfants ou les vieillards, les femmes douces ou les hommes radoucis; où j’ai contemplé les levers et les couchers de l’astre solaire et la magnificence des cieux remplis d’étoiles, où j’ai entendu les musiques les plus délicieuses ou les plus envoûtantes ou les plus profondément belles; et où j’ai prié avec les uns et avec les autres, quelles que soient vos langues et quelles que soient vos religions… J’ai été partout et Je suis partout, et J’affirme que Je suis en vous, en chacun, en chacune; et que c’est là ma place, et que c’est là votre place.

Je suis cette Flamme qui s’est réveillée et qui se réveille de jour en jour en vous : Flamme de Vérité, Flamme d’exigence absolue d’être soi dans l’Un et d’être Un dans le Soi. Flamme d’Amour, Flamme dont la totalité vous englobe et vous réduit à n’être que vous-même et rien d’autre… Nous sommes vous et moi, Toi et Moi, cette Flamme, cette Vérité, cette immensité, cette proximité, car nous sommes proches, plus proches qu’on ne saurait le dire, le penser, l’imaginer, ou l’expérimenter.

Je suis donc revenu – mais est-ce que je m’étais absenté ? Je suis revenu car c’est en Toi que Je suis, et tu m’as cru absent. Et de ce fait, je l’ai été… Nous voilà donc réunis comme des bien-aimés véritables, dont l’union est si belle et parfaite que le soleil et la lune les jalousent.

effusion vibratoire, en silence.

Reçois, mon Frère, ma Soeur, la Flamme de cette Présence…

effusion vibratoire, en silence.

Nous pourrions crier de joie, n’est-ce-pas, tant cette Flamme est pure, et tant elle nous transporte et nous élève…

effusion vibratoire, en silence.

 

Que la douceur sous tes pieds nus du sable, lorsqu’il est tiède et lisse, te rappelle que ce sont mes pieds…

Que le sol rugueux ou tranchant sous la plante de tes pieds te rappelle que ce sont mes pieds…

Que le sol mouillé ou glacé, ou la boue sur tes pieds, te rappellent que ce sont mes pieds, et que jamais tu n’es abandonné car nous sommes Un, toi et moi…

effusion vibratoire, en silence.

Les portes sont grandes ouvertes à présent, et nous entrons, et nous nous avançons… Tu t’avances. Tu es, de même que je suis… Tu te tiens dans ta Lumière qui est la Lumière de l’Un, de même que je me tiens dans ta Lumière, qui est celle de l’Un et que Je suis.

effusion vibratoire, en silence.

Que les trompettes sonnent ! Que les chants se répandent et se déploient et résonnent !

Que les danses se déploient, se jouent, traversant les mondes, car vous êtes accueillis.

Vous êtes Temples de Lumière, vous êtes là, et nous sommes face à face et nous ne sommes qu’Un et nous partageons la même épée de Vérité, celle qui défait tous les attachements révolus et qui ouvre tous les seuils. Alleluiah !

effusion vibratoire , long silence…

…Que tous ceux qui ont été les Porteurs de la Flamme à travers les époques soient honorés, car leurs Présences en cet instant sont réunies en une seule Présence. Et toutes les joies que leurs paroles ont ensemencées là où ils étaient, où elles étaient, sont à présent Une. Et cela est un émerveillement.

Il y a en cet instant célébration de l’Un, par tous ceux et celles qui l’ont porté à travers les âges de la Terre, par leurs voix et par leurs actes, et qui sont à présent Un dans la perfection de cet instant. Amen

 

 

via Christine Anne K. le 12/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

KI-RIS-TI – Christ

Entendez.
Entendez… de tous vos
Êtres, de tous vos cœurs, de tout ce que vous êtes, entendez de tout ce que
vous n’avez jamais osé être !

Les portes s’ouvrent, vous êtes ces portes :
nous sommes ensemble…

 

A présent, Ki-Ris-Ti se manifeste,
en vous.

La voix est la vôtre, la Parole réside comme un germe en chacun de
vous.

Je ne suis pas un individu, mais une totalité. Ki-Ris-Ti est le Nom dont
la vibration est la mienne.

Les Cieux s’ouvrent, en toute grandeur – en majesté,
diriez-vous – car vous êtes là, comme le nouveau-né tant attendu.

L’enfant de
Lumière est revenu et vous êtes cet enfant.

 

Ne pleurez pas, abandonnez toute
fausse joie et toute fausse tristesse entre les mains de la Lumière que vous
êtes. Vos cœurs à présent sont comme les mille tambours qui fêtent l’ouverture
des portes du Temple Céleste, qui n’est autre que la petite vibration d’origine
qui indéfectiblement réside en chacun de vous.

Là est le Temple, immense et
joyeux. Là est la splendeur, là est la Vérité, là est votre innocence.

Redevenez
cet enfant de Lumière. Il n’est d’autres rois ou reines que vous dans la Splendeur
inégalée de l’Amour.

 

Ouvrez grand vos oreilles pour
entendre ce que vous n’entendez pas si souvent : votre Nom – Nom de
Lumière, Nom de Splendeur, Nom d’Entièreté et de Joie.

Vous êtes appelés . Vous n’avez pas d’autre nom que celui-là, celui qui
résonne en secret comme le battement des tambours en votre cœur – Temple intérieur, Porte de Joie, Portail céleste.

Votre Nom résonne car il est appelé par tous,
et les échos se répondent joyeusement dans l’appel de ce nom.


Les portes sont
ouvertes à l’appel de ton Nom : Ki-Ris-Ti, Christ dans votre langue.

 

Vous recevez à travers ces syllabes
la vibration qui vous a fondés, et qui est le noyau de votre Vérité. Vous n’êtes
rien d’autre – si vous acceptez de vous regarder en face – car votre face est
éclatante.

Ne craignez pas sa Lumière.


Entendez comment le Feu consume votre cœur
en cet instant et réjouissez-vous ;  car ce Feu est la célébration de votre retour, Enfants de Lumière.

Vous étiez attendus. Vous êtes revenus, à l’appel de votre Nom… Et ne résistez pas à cet appel, car il n’y a pas d’autre Vérité.

Il n’y a
que cette Lumière sur laquelle vous puissiez marcher, vous avancer.

 

Que vos regards s’ouvrent, que vos
yeux se décillent  : à la Vérité et à la simple Lumière dans laquelle tombent tous
les artifices, comme des coquilles qui se réduisent en poussière.

A l’appel de
ton Nom, ton regard se fait Lumière et retrouve son éclat.

Il n’y a plus rien à
prouver, il n’y a plus rien à négocier : l’innocence que vous avez cachée à tous
peut enfin se révéler dans ce regard, car il n’est d’autre témoin que toi-même.

 

La voix qui s’élève pour parler en
votre corps est celle de Ki-Ris-Ti, en cet instant.

Ta voix est la trompette,
splendide et magnifique, victorieuse et pleine d’Amour, de Christ, en cet
instant.


Le Feu qui en ce cœur consume et répand sa Joie, est ce qu’il y a de
plus véritable et éternel.

 

Il n’y a que ce Feu, il n’y a que
cette Joie, il n’y a que cette voix, il n’y a que ton Nom.

Tu es splendeur, tu
es victoire, tu es absolution – absolution de tout ce que tu as décidé de ne
plus être, ce que tu pourrais appeler tes erreurs, et c’est ta propre voix qui
te pardonne et qui t’accueille en ton propre sein de Vérité et de Lumière.

 

Ki-Ris-Ti, l’Union absolue dans le
Feu et dans le Feu de l’appel, dans le Feu du retour à la maison de l’enfant
qui oublia son chemin quelque temps, mais ne fut jamais perdu.

Soyez cet enfant
que vous êtes, soyez ce retour, soyez ce Feu, soyez votre Nom, soyez votre
absolution et votre Vérité.

 

Entendez l’appel de votre Nom,
entrez dans la Splendeur qui ainsi s’ouvre et qui ne vous a jamais été fermée,
mais simplement oubliée.

 

Qu’il en soit ainsi.

via
Christine Anne K. le 16/08/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eshtananda – n°3




Le
canal fait vibrer un son…

 

Mes chers, qui êtes présents,
recevez la vibration de ces sons.

 

Les Elohim vous saluent, par moi,
qui suis Eshtananda. Vous me connaissez.

Nous accueillons ensemble dans la Beauté
de cette vibration partagée, la Présence infinie, resplendissante, de Christ. Que vos Cœurs chantent à l’unisson dans cette Présence.

 

Je Suis, ainsi que Tu Es, la voix
de l’Un.

 

Les chants des étoiles et des
innombrables danses célestes des multi-univers, le jeu de leurs formes, de
leurs mouvements, de leurs sons, de leurs matières, de leurs vibrations
colorées, des formes de vie qui se déploient en divers endroits, innombrables
et variés, n’est qu’un chant unique. Christ assemble et unifie ce chant en une
seule note, condensant dans la Joie la plus pure la multiplicité infinie des
vibrations, si nombreuses et variées, qui constituent ce que je viens de vous
décrire.

 

Vous êtes Christ, chacun, chacune,
en un point précis de Lumière situé indéfectiblement en vous.

Cette semence de
Lumière vous a été remise aux origines et nous vous demandons de la regarder,
de l’entendre, de la glorifier en toute simplicité et en toute Joie.

Moi qui
suis Eshtananda, Elohim, j’accueille également la vibration Christ, telle
qu’elle est semée en moi, et je joue avec elle, je la cultive. Elle me sert à
nourrir les notes de mon instrument, à donner à mes créations la plus parfaite
pureté, la plus authentique vérité, tout simplement. Je suis au Service, dans
cette Lumière et nulle autre.

 

Nous vous invitons à faire jouer en
vous comme le plus délicat et le plus précieux des instruments que vous ayez
jamais eu entre les mains, cette vibration Christ qui vous insémine de Lumière,
de Vérité, d’Amour, de Sagesse, de Joie, de Plénitude et d’Unité. Jouer
signifie là : chanter, danser, être, créer de la Lumière -non pas
volontairement mais dans le pur Service que sont la Joie et la Liberté infinies
d’appartenir à cette Unité.

 

Nous vous saluons, je vous salue,
en tant que frères et sœurs, en tant qu’âmes de Lumière, en tant que créateurs
et créatrices aux dons illimités. Ces dons, vous les partagez entre vous. Il
vous incombe de mettre en actes ce partage et de faire que chaque instant soit
la symphonie des innombrables facettes lumineuses, pures et simples de votre
création personnelle, de votre propre instant… Ne vous méprenez pas : vous
n’êtes pas appelés en ce jour par moi à créer des univers, ainsi que certains
d’entre nous les Elohim le font. Vous êtes créateurs de votre propre vie et
de vos propres instants : cela est la Beauté entière, ultime et infinie de
votre immense création. Il vous arrive également de créer ensemble des formes,
et ces formes vous appartiennent. Parfois elles peuvent donner naissance à
d’autres formes, à de la vie, à de la Joie. Abandonnez-vous, mes frères et mes
sœurs, à ces joies de chaque instant et ne regardez pas tout ce qui n’est
qu’illusion autour de vous, car ce monde à présent n’est plus qu’une sorte de
reflet de pacotille qui est appelé à s’éteindre et à se désintégrer, dès que
vous cesserez de le faire vivre par vos croyances, et votre manque de foi pour
certains.

 

La naissance que vous êtes sur le
point de traverser est également votre création. Vous êtes, chacun, chacune, le
créateur de votre propre naissance -appelée aussi renaissance- et qui est,
comme on vous l’a dit, une transmutation. Cette transmutation sera votre
création.

 

Je suis le Feu. Je suis ce qui
donne feu à votre soleil. Je suis l’infinie douceur de ce feu qui ne brûle pas
mais qui consume afin que de ses cendres se dégage le joyau que vous êtes
appelés à découvrir en tant que vous-mêmes. Sachez et reconnaissez que vous
êtes comme le diamant. Or le diamant ne devient pas cendres, le diamant trouve
tout son éclat au sortir de ce qui a pu consumer les scories qui l’entouraient
et le masquaient à la Lumière.

 

La Vibration Christ habite ce
diamant, pour peu que vous la reconnaissiez, l’accueilliez, la fassiez vivre,
la glorifier en vous.

 

Vous êtes à l’aube d’un nouvel
univers, sachez-le. Ainsi en est-il décrété sur commande de la Source. Nous
créons ensemble les prémices de cet univers naissant. Alléluia !

 

Je me
retire. Je vous salue, moi, Eshtananda, prince des Elohim.

 

(suit le message du Sans Nom)

via
Christine Anne K. le 15/07/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Questions/Réponses – n°6 (avec Voix de Lumière)

(Ceci fait suite aux interventions de Mikael, puis Marie, 17 mai)




Il vous est proposé de
poser quelques questions. C’est un ange porte-parole du canal Voix de Lumière qui répond…

 

Mikaël est parti, Mikaël nous a fait ses adieux, mais peut-on considérer
qu’on le garde dans notre cœur ?

 

Bien-aimée, comment
peux-tu ne pas avoir dans ton cœur ceux que tu aimes ? Et comment peux-tu
présupposer un abandon dans ce départ ? Il s’agit simplement, comme on dit,
de la « relève »… Mikaël cède la place, il ne disparaît pas. Sois en paix.

 

Qu’en est-il de la première annonce de Marie ? Est-elle imminente
comme on nous le dit d’autre part ?

 

Cette annonce doit se
faire en vos cœurs et il a été dit que vous n’en douteriez pas. Il ne m’appartient
pas de vous donner de dates, ni d’explications qui puissent satisfaire votre
mental curieux ou anxieux. Soyez en paix. Cette annonce est annoncée. Ne
craignez pas de ne pas l’entendre.

 

Nous avons constaté que les orbs se manifestent différemment selon les
personnes ? Est-ce que chaque orb correspond à l’être qui le photographie ?

 

Bien-aimé, ta question
présuppose un phénomène d’action-réaction. Il n’y a pas d’action-réaction. En revanche,
il y a – comme dans ce que vous appelez la physique quantique – des phénomènes
où l’observateur influe sur le phénomène. Que vos egos ne s’emparent pas de ces
situations pour s’imaginer que telle ou telle chose s’adresse à vous
personnellement. Cela n’est pas le chemin. Recevez, accueillez en toute
humilité et en toute joie ces manifestations de Lumière qu’il vous est donné d’observer
et de recueillir, et sachez les partager en toute humilité et en toute générosité
tant qu’elles se manifesteront. Soyez pleins de gratitude et soyez les êtres de
Lumière que chacun de vous est appelé à être. Ne tournez pas uniquement vos
observations vers l’extérieur et ces manifestations de Lumière extérieure.
Attachez-vous à votre Lumière intérieure en priorité, ce qui ne signifie pas
que vous avez à vous détourner des orbs. Cela signifie que votre Lumière
intérieure est la priorité. Les orbs vous accompagnent dans ce chemin, avec
joie, car les orbs sont des êtres pleins d’Amour et d’intelligence.

 

 

… Je souhaite encore
répondre à une question s’il en est une. Sachez que vos questions profitent non
seulement à vous-mêmes, mais à toutes les personnes qui lisent en grand nombre ce
qui se dit dans ces petites assemblées. Et beaucoup de gens se reconnaissent
dans ce que vous demandez ; cela les aide dans leur chemin. Ainsi, ne
craignez pas de poser une question.

 

Est-ce que Celui qui représente de Chemin, la Vérité et la Vie est de
retour parmi nous ?

 

En chacun de nous, en
chacun de vous. Le retour du Christ est intérieur. Vous êtes arrivés au temps
où chacun d’entre vous peut se reconnaître en Christ. Nous savons qu’il est dit
par ailleurs qu’un tel personnage pourrait se manifester au sein des hommes.
Mais il ne m’appartient pas de vous donner d’informations ni dans le sens du
vrai ni dans le sens du faux à ce propos. Cultivez votre Christ, chacun de vous
a cette capacité. C’est cela le chemin, c’est cela la Lumière, c’est ainsi que
vous vous élèverez tous ensemble.

 

Je vous remercie. Recevez
tout notre Amour. Nous sommes avec vous. Nous vous aimons. Je suis l’ange
Suraïvan, et je me retire.



via
Christine Anne K. le 17/05/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Message de Pâques de Marie Madeleine


Je suis celle que vous nommez Marie Madeleine.
En cette vie d’ici et maintenant vous êtes mes soeurs et mes frères. Dans une vie passée nous l’étions, et dans cette vie présente vous l’êtes, hors ma présence physique au sein de votre communauté.

Nous sommes serviteurs aimants de Christ notre frère et ami, Christ l’enseignant, et le Ressuscité d’entre les morts et les vivants au tombeau. Nous sommes les aimants fidèles et fous de la Vérité : celle qu’il enseigna, celle qui se fait jour au sein de chacun d’entre vous, lorsque votre âme chante et danse la Gloire de la Présence en votre sein.

Aujourd’hui est retourné Christ, hors de son tombeau, ouvert par la force de sa lumière, et (par la force) de vos coeurs aimants de serviteurs de l’Un et de l’Unique.
Unique est la Joie, Unique est et sera votre résurrection dans l’Un et la Joie de l’Un, à nulle autre pareille. Nous sommes frères et soeurs à l’infini dans cette joie de l’Un.
Réjouissez votre coeur et ne le laissez plus s’alourdir car la pierre fermant le tombeau a roulé, allégée par Christ ressuscité en vous-même.
Il n’est d’autre lieu de cette résurrection que vous, et l’ouverture de ce tombeau sacré sera irréversible, telle la Résurrection de Christ en ce matin du quatrième (troisième) jour.
Accueillez en vous Celui/Celle qui est, et nul(le) autre que vous-même en votre êtreté (ainsi que la nomment ces derniers temps ceux qui vous parlent de vous).

Je suis celle qui releva et accompagna Christ en les entrailles de cette mort choisie par lui. Nous fûmes amis, aimants, aimée et aimé face à notre Créateur/Créatrice et à notre destinée, commune un temps en ce plan physique, et à tout jamais dans les plans de « Lumière ».


Soyez attentifs à votre évolution à présent, frères et soeurs aimés et aimants, car s’accélère le temps qui vous est imparti pour réaliser Christ pleinement en vous-mêmes. A présent les jours et les semaines se comptent et se déroulent au tempo de votre joie ou de votre oubli de la joie.
Pour qui pratique cette joie le temps est infini et ne se mesure plus.
Pour qui pratique et demeure encore dans la non-joie le temps s’emballe et ne voit plus en arrière ni au devant. Les roues s’inversent et se dérèglent, à l’image de ce qui s’intitule le chaos dans votre langage de dualité.

Il n’y a pas ici de jugement sur ce qui serait bon ou mauvais en vous, il y a résonance pure, entre la joie d’une part – qui est lumière, simplicité, unité, présence, humilité et oubli de soi dans l’aimant-aimé qui ne font qu’Un -, et d’autre part la non-joie – qui absout sous forme d’erreurs les paramètres compliqués et les non-sens de ce qui n’a plus le nom de vie et qui, à grand renfort d’illusion, cherche à vous éloigner de vous-même.
Pardonnez si mes propos vous semblent parfois opaques lorsque je parle de la non-joie, mais celle-ci est elle-même une opacité de votre conscience; et c’est ainsi qu’elle s’opacifie, au sein d’une parole fondée en la Vérité de l’Un telle que celle que je m’emploie à vous dire.

.. Recevez, mes ami/es, mes frères mes soeurs, le témoin en vous, par ma parole, de la joie Christique de cette Résurrection qu’il vous est donné – en ce jour de Pâques – de pouvoir vivre et ancrer en chacun d’entre vous. Soyez les brebis heureuses et fières de mon Seigneur, Frère, Epoux et Maître, Christ ressuscité, qui vous indique simplement le chemin.

Je suis Marie, Madeleine; celle qui reçut la Joie en partage et qui la redistribue, votre soeur et amie aimante en toute joie et humilité.
Soyez bénis. Je vous aime.


Question posée  : Marie Madeleine, notre soeur et aimée, peux-tu retracer rapidement le lien entre Christ ressuscité et Isis (Marie)?

Frères et soeurs, ceci est un long propos, qui vous est déjà en partie connu, et dont vous souhaitez en vérité confirmation en cet instant par moi…

Abstenez-vous de douter car cela vous tire dans l’ombre et vous éloigne de cette joie que j’ai exposée il y a quelques instants. Votre mental cherche toujours à s’accrocher à votre savoir « spirituel », ce qui est encore la voie – de dualité – du doute et de la raison, et non celle de la joie. La vérité du lien avec Isis la Mère Créatrice, et de nos initiations nombreuses que je n’ai pas mentionnées, vous est déjà connue. Nous n’avons pas à répéter ce qui est déjà enseigné. Votre curiosité est un vieux penchant…

Soyez, comme il vous a été dit, des enfants, et réjouissez-vous de l’Un. La Joie de l’Un ne connait ni curiosité ni doute, ni supputations : elle est. Et elle joue de ses cordes comme le harpiste en joie d’êtreté. Amen.


via Christine Anne K. le 04/04/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.


Message de Marie Madeleine

(suite au message n°3 de Marie, qui a annoncé pour terminer qu’elle laisse la place à Marie Madeleine)


Quelques instants en silence, en joie.

Nous sommes ensemble.

 

Vous êtes les aimés, mes chers frères et sœurs.

Il n’y a pas de mots. Il n’y a qu’à être ensemble avant d’aller chacun
vers ce qu’il a à faire, ainsi que mon Bien-Aimé me l’a enseigné.

Recevez
l’immense Amour qui vous est dévolu de tout temps, de toute éternité, et soyez.

Il n’y a pas d’autre enseignement. Vous êtes, et le Christ habite dans chacun
de vous. C’est sa demeure.

Nous nous reverrons, mes amis, mes frères, mes sœurs bien-aimés, en ce
jour de la Pâques chrétienne, s’il est possible. Et nous nous reverrons en vos cœurs,
si ce n’est dans un rassemblement des corps.

 

Amen, dans la paix du Christ,

et avec tout mon respect pour ce que vous
avez à découvrir et à traverser, en tout Amour et humilité.

Je suis Marie Madeleine, votre amie, votre sœur, et je m’efface.

 

via Christine Anne K. le 14/03/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie, Isis, Eloha – n°2




Bienvenue, bienvenue mes enfants, mes chéris, mes tout
petits, mes grands.

 

Je sais que malgré le peu que vous êtes physiquement, le
nombre est important.

 

Soyez reçus dans les bras de votre Mère, de votre Créatrice.

 

Votre enfantement n’est jamais terminé car je suis celle
qui vous enfante, qui vous reçoit, qui vous pardonne qui vous couvre de mes
bras, qui accueille vos larmes et vos rires. Je suis celle qui donne le sens à
votre chemin et qui vous regarde à chaque instant de tout mon amour, tandis que
vous le parcourez avec votre joie et vos tristesses. Je suis Marie, Je suis
Isis, Je suis Eloha la Créatrice.

 

Je laisse parler en ce jour ce qui de moi est connu comme
la jeune, très jeune Marie, celle qui enfanta dans la Lumière cet enfant qu’on
nomma le Christ et qui est votre Christ dans votre histoire. Aujourd’hui le
Christ se déploie en vous.

 

 

Je suis Marie la jeune, la jeune et sage. Je voudrais
déployer pour vous les fleurs qui ont entouré mon enfance et celle de mon fils.
Ces fleurs sont à l’image de vous.

 

Vous êtes des fleurs des champs, des chemins, des fleurs
des bois sombres et celles des sommets enneigés, pierreux sous le soleil. La
voix des fleurs est importante car les fleurs chantent leur amour sans cesse,
tournant leur visage vers le soleil. Elles sont humbles et raffinées, elles sont
précieuses et éphémères, elles s’élancent vers la Lumière de toute leur beauté,
de toute leur innocence, de toute la perfection de leur forme, même pour celles
qui sont atrophiées, car il y en a.

 

Je voudrais vous parler de l’enfance. L’enfance, c’est
l’ouverture du chemin, c’est la joie au quotidien, la joie pure de la fleur qui
s’élance comme je l’ai dit vers le soleil.

 

L’enfance n’a pas peur, l’enfance ne manque de rien,
l’enfance marche d’un pas vif, joyeux, spontané, sans se poser de questions.
Elle balaie du regard l’horizon avec joie et puis se tourne vers sa mère, et
l’horizon se trouve dans le regard et dans le cœur de la mère.

 

La mère est là pour que l’enfant aille son chemin en toute
sûreté, en toute joie, en toute perfection. La mère n’a que ce souci et c’est
un souci de joie et non pas, comme vous employez ce mot, un souci qui implique
la moindre ombre.

 

 

Redevenez des enfants, je vous offre mon regard dans
lequel vous pourrez lire l’horizon, celui auquel vous tendez, celui qui vous
appelle, celui qui marque la ligne entre le ciel et la terre tel que vos yeux
la perçoivent, et qui marque également la ligne de partage entre le dense et le
subtil, entre l’opacité et la lumière. L’horizon est donc ce vers quoi votre
regard, lisant le mien, n’a de cesse de cheminer, car c’est là que tous les
espoirs encore non révélés se cachent.

 

La ligne d’horizon est ce qui vous appelle à manifester ce
qui est encore simplement espéré, entrevu intérieurement.

 

Soyez remerciés d’être ce que vous êtes. Soyez reconnus
comme les enfants de l’Un et dans toute votre perfection.

 

Acceptez d’être ce que vous êtes et ne cherchez plus les
faux-semblants, les diverticules, les apparences. Eloignez-vous de ce qui
embrouille votre clarté et votre innocence. Revenez à la simplicité de
l’enfant. Alignez-vous sur le soleil et l’horizon. Le soleil qui s’élève sur
l’horizon n’est autre que vous, vous-même, toi-même.

 

Tu peux être la même chose que ce feu qui quitte la
densité pour s’élever dans le subtil. C’est là ta vraie nature, mon enfant.
Regarde les fleurs et sois l’une d’entre elles car la fleur, quand elle a fini
sa croissance de plante émet son parfum puis se flétrit. C’est alors que sa
nature subtile se révèle complètement.

 

Il en est de même à votre manière pour le processus
biologique que vous traversez.

 

C’est votre parfum qui monte. Soyez ce parfum, soyez la
lumière du parfum et soyez le parfum de la Lumière.

 

Restons en silence.

 

Contemplez le disque solaire intérieurement.

 

De part et d’autre de ce disque, les deux mains d’Isis
vous indiquent très précisément que lorsque vos deux mains se placent de part
et d’autre de votre soleil intérieur, dont le lieu d’émanation est votre cœur,
alors vous vous unissez, vous vous unissez à l’Un. Vous êtes ce qu’Isis a
choisi que vous soyez et à l’image de son geste qui entoure le soleil.

 

 

Soyez ce que vous êtes et ne cherchez plus ailleurs,
dépouillez-vous de tout ce qui constitue votre fausseté. Il ne s’agit pas là
d’émettre un jugement, il ne s’agit pas de vous critiquer. Je vous donne tout
mon amour et je vous parle avec tout mon amour. Vous n’êtes pas fautifs. Je
vous invite simplement à regarder avec les yeux du cœur ce que vous êtes réellement.

 

Vous êtes mes enfants.

 

Non pas que je vous possède, non pas que je cherche à
brider votre énergie ni vos erreurs, car il y en a, ni votre liberté qui est
essentielle dans ce que vous êtes.

 

Mais votre liberté n’est pas, ainsi qu’on vous l’a déjà
enseigné, ce libre arbitre qui n’est qu’une illusion. Votre liberté, c’est
celle d’aller vers la Lumière vous-mêmes, il n’y a pas d’autre liberté. Cette
liberté là est joie, immense joie, et lorsque vous placez vos deux mains ainsi
qu’il a été prescrit par mon bien-aimé fils Mikaël-Christ, vous êtes en train
d’ouvrir les portes de votre liberté. Ces deux mains ne sont pas une posture
ésotérique, ces deux mains ainsi que je l’ai dit sont le geste d’Isis qui ouvre
le temple intérieur où le soleil intérieur resplendit.

 

Allez mes enfants, je vous bénis de mon amour. Je suis
Marie, Isis, Eloha.

 

 

Je peux accueillir une ou deux questions concernant ce qui
vient d’être dit et je tenterai d’y répondre.

 

Cette ouverture du temple intérieur
advient-elle aussi quand on est exilé de toute vibration, perception des autres
dimensions ?

 

Ce temple intérieur, mon enfant, ne t’est pas fermé, n’est
pas non plus fermé à quiconque car vous êtes tous concernés. Il n’est point
besoin, si cela ne t’est pas donné, d’avoir une perception définie avec les organes
de tes sens, de la manifestation de ce temple. Tes sens, tes perceptions ne
sont que des outils propres à cette forme de conscience, celle qui relève de
votre incarnation dans sa forme et sa matière actuelles.

 

Ainsi, l’ouverture de ce temple est indépendante tout
autant de votre ignorance que de votre habileté. C’est la nature d’enfant dont
je vous ai parlée qui propose le chemin et non pas les satisfactions de
connaître telle ou telle sensation. Amen

 

 

Qu’en est-il des pratiques du culte
d’Isis concernant l’énergie sexuelle ?

Je parle des pratiques concernant ce
soleil intérieur, cette lumière intérieure et qui se manifestent sous d’autres
appellations par la kundalini ou les respirations microcosmiques, toutes ces
pratiques énergétiques amenant la joie, la lumière et l’énergie à l’intérieur
des cellules…

 

Toutes ces pratiques vous ont été fidèlement transmises au
cours des siècles par les initiés qui les ont maintenues et, bien évidemment,
elles vous ont servi et vous servent encore à trouver la force et la joie de
votre chemin. Il n’y a pas ici à établir ni que ces pratiques seraient
obsolètes, ni qu’elles seraient aujourd’hui nécessaires. Elles sont, et par là-même
il n’y a bien évidemment aucun inconvénient à les pratiquer. Tout ce qui est
source de joie, tout ce qui amène à la conscience de la Lumière intérieure,
tout ce qui conduit à l’unification, que ce soit à travers la sexualité ou dans
un chemin solitaire individuel, sont – si cela vous convient – des pratiques
qu’il est bon de maintenir.

 

Mais sache que ces pratiques ont été données du temps de
la matrice afin de permettre que se maintienne un minimum de connexion à la
Source. Et dans la mesure où actuellement la matrice est sur le point de
disparaître, considère qu’il y a une sorte d’éclatement dans la Lumière, si
l’on peut dire, qui est amené à se produire et dans lequel ces pratiques et
celles de bien d’autres traditions vont se fondre dans la pure joie de l’Un
lorsqu’elles auront achevé leur utilité.

 

…Il vous est demandé à présent de faire connaître ce qui a
été dit par Marie. Ce message est destiné au plus grand nombre. Il vous
appartient de réaliser l’amorce de cette transmission via les moyens de
communication qui sont entre vos mains.

 

Je vais à présent me retirer. Recevez tout mon amour et ma
gratitude. Regardez votre soleil intérieur entre vos deux mains, ainsi qu’il
vous l’a été décrit, et soyez des enfants dans cette découverte. Amen

 

 

via Christine Anne K. le 16/02/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.