Questions/Réponses – n°20

 

 

Par rapport à ce que vient de dire Eshtananda sur notre pouvoir de création et sur la réactualisation de ce qu’il a appelé le Son Primordial, j’aimerais mieux comprendre le degré de cette actualisation par rapport à ce qu’était déjà notre pouvoir de création; parce que nous constatons souvent, et ce de plus en plus depuis quelques temps, que nous créons très rapidement les situations de notre vie…

Mes Aimés, je suis Suraïvan, je vais tenter de répondre à cette question. Votre pouvoir de création certes existe de tout temps, et avec la sortie de la matrice, la montée vibratoire, la montée de conscience, vous avez pu constater qu’il a augmenté en clarté, en capacité, en rapidité de création; et qu’effectivement vous observez de mieux en mieux combien vous êtes très souvent manifestement complètement créateurs de ce qui se produit dans votre vie, que ce soit de petites choses ou de grandes orientations.

Quel est donc l’impact de l’information donnée par Eshtananda il y a quelques instants au regard de cela ? Cet impact à vrai dire peut être considérable, car à présent, d’une part – si vous vous référez en conscience avec votre désir et votre pensée à ce Son d’origine qui a été restitué dans sa vibration pure – vous allez constater très certainement que cela influe directement sur la qualité et la force de votre pouvoir de création tel que vous l’avez déjà expérimenté. Je ne saurais pas vous dire de façon anticipée le niveau des résultats car cela vous appartient : c’est votre expérience. Mais soyez sûrs de cela.

Cet appel au Son Primordial et originel peut certes se faire, comme je l’ai dit, de façon délibérée, en conscience et avec le désir ou la volonté du coeur, et dans le Service, mais il peut également être référé de façon spontanée à mesure que l’impact vibratoire, la reprogrammation pourrait-on dire, va se diffuser au travers de toute l’humanité… Dès lors cette capacité va se réaliser sans nécessairement passer par l’intention délibérée d’en appeler au Son Primordial tel que cela vient d’être formulé.

Cette capacité vous est restituée à présent et ne l’a pas encore été, car il était nécessaire d’attendre que tout ce qui pouvait encore être création de la négativité, de la dualité, des égocentrismes, de l’avidité, de l’ombre, de la lutte pour s’imposer et de la recherche du profit, soit devenu quantité réellement négligeable, parmi vous, en vous, à travers vous et de par vous… Aujourd’hui, si cela vous a été délivré, restitué, cela est bien également le signe pour vous que ces états ne représentent plus de risques dans vos capacités de créer. Cela signifie également donc que le niveau de conscience, le niveau des coeurs, l’avancée de l’ascension en d’autres termes, a considérablement évolué. Que cela vous serve également de guide, de stabilité, en ce que cela peut vous rassurer, si jamais vous aviez besoin de l’être. Soyez donc créateurs en toute sincérité et en toute simplicité de ce que la Lumière en vous fait naître : en vous, parmi vous, entre vous, et pour tous. Alleluiah

 

Peut-on expliquer un petit peu mieux cette notion de Son Primordial ?

Bien-Aimé, je crois que cette notion n’a pas tant à être expliquée, car comme de coutume le mental a trop tendance à fermer les choses à partir du moment où certaines explications sont fournies, et l’écoute des vibrations peut être obstruée justement par ces aspects mentaux. Soyez donc dans l’écoute plutôt que dans la volonté de compréhension et de maîtrise par le mental. Néanmoins, je vous rappelle que vous pouvez vous référer à la notion du Verbe Créateur, ainsi qu’à l’intervention qui a été donnée hier par celui/celle qui se dit la Matrice et l’Architecte des sons, et qui n’a pas de nom. Vous pouvez également vous référer à ce que les traditions spirituelles vivantes de votre planète transmettent sur cette existence du Son Créateur, lorsqu’elles le font. Je n’en dirai pas plus.

 

Qu’en est-il de ces personnes en chemin d’ascension qui ne percoivent pas les sons de l’âme dont il est beaucoup parlé actuellement ? Le pouvoir créateur du Son Primordial est-il aussi à leur disposition ?

Mon Aimée, il semble que l’intervention d’Eshtananda ait bien indiqué, impliqué, que vous êtes absolument tous concernés, dotés et en possesssion de ce pouvoir de création. Il n’est nul besoin que cette oeuvre de création passe par l’outil (si l’on peut dire) d’entendre certains sons. Cela n’est pas une clé pour accéder au pouvoir de création. Le Son auquel il est fait référence s’apparente strictement et avant tout à une vibration intérieure, qu’elle soit perçue par le mental et les sens ou non. J’espère avoir répondu.

 

Que peut-on dire du Son Primordial en relation avec le Peuple des baleines et les ultra-sons ?

Mes Aimés, les baleines sont des porteurs de sons. Il y a donc effectivement une sorte de connexion subtile, très subtile, au peuple des baleines dans cet appel à la création véhiculée par la puissance du Son Originel… Il ne s’agit pas pour autant de faire appel délibérément aux baleines comme à un outil. Néanmoins, pour celui ou celle qui aimerait le faire, cela n’est pas du tout une interdiction.

Je vous rappelle par ailleurs que le retour il y a quelques semaines des Grands Cétacés Géants fut également un des aspects de la mise en place de cette possibilité de restitution et d’actualisation du Son d’origine, car ils sont eux-mêmes porteurs de la vibration de ce Son, parmi tout ce dont ils sont porteurs. Merci d’avoir posé cette question, car cela vous relie à ces peuples, et cela est une bonne chose. Amen

 

 

via Christine Anne K. le 3/04/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Marie-Isis du 9 mars

 

…chant de Lumière

 

Mes Très Aimés Enfants, Fils et Filles de l’Un que je chéris à l’infini, mon coeur de Mère est à tout instant et de toute éternité fait de la joie pure de vous connaître et de vous contempler. Je vous aime.

Je suis Marie et Isis unifiées en cette intervention.

Gouttez la saveur de votre Lumière propre et indivisible, mes Enfants, mes Aimés. Vous êtes les perles de votre propre sagesse et de votre propre beauté. Vous n’avez plus à présent à vous regarder un peu de travers dans votre miroir en ne sachant pas très bien si vous êtes ou non celui que vous aimeriez être, c’est-à-dire l’Être de Lumière parfait que vous aimeriez voir et que vous croyez ne pas voir : vous êtes cet Être, que votre miroir vous le montre ou non.

silence

En ces instants de silence, la vibration de nos coeurs se mêle, danse… Vous recevez, et je reçois.

silence

La Lumière en ce jour est immense, et il peut arriver qu’elle vous aveugle (je parle de vos yeux de chair ainsi que de l’oeil de votre mental ou de vos émotions, lesquels peuvent être aveuglés par la Lumière). C’est une bonne chose, et vous le savez : car ainsi vous êtes libérés de bien des complications, des tourments qui encore récemment pouvaient vous entraîner loin, un petit peu loin de votre Lumière qui est Simplicité, qui est Joie, qui est Unité et Entièreté. Cela, votre Être le sait et votre Être sait l’être.

Votre Terre à présent a commencé de prendre le chemin de sa nouvelle vie, celle que vous ne savez pas encore vous représenter pour la plupart d’entre vous, mais que vous désirez si ardemment en vos coeurs et en tous vos désirs depuis fort longtemps – parfois depuis toujours, car certains d’entre vous sont nés pétris de ce désir d’aller vers ce nouvel état… Et parfois ce désir a été votre seul moteur au cours de toutes les années que vous avez pu vivre, souffrir, aimer, lutter, persister.

Aujourd’hui va éclore cette nouvelle réalité, dont les formes vous sont encore si peu représentables et visibles que vous avez tendance à croire qu’elle va se manifester à travers des formes continuant celles que vous connaissez. Et si cela est votre désir, mes chers Enfant, bien évidemment, vous ferez continuer une grande partie de ces formes. Mais réfléchissez bien car nombre d’entre elles, vous ne les désirez pas ; nombre d’entre elles vous encombrent et vous entravent, mais vous y êtes habitués! Et vous avez là le choix de ne plus les faire vivre, de ne pas les faire durer, de les faire oublier. Mais vous avez peur de l’inconnu parfois, et vous ne savez pas votre pouvoir de les remplacer, ou simplement de les effacer.

Attardez-vous donc – et il est grand temps – à l’observation de ce que vous désirez véritablement voir être et rester dans le nouvel état vers lequel vous êtes en train à grands pas de vous rendre. Ne maintenez pas l’inutile, ne maintenez pas ce qui est faux, ne maintenez pas ce qui est laid, ne maintenez pas ce qui vous enferme et vous prive de vos capacités. Ne maintenez pas ce qui réduit votre Joie, ne maintenez pas ce qui n’a plus lieu de rester. Donnez libre cours à la joie de vos désirs les plus illuminés, les plus innocents et les plus audacieux : là est le chemin, je vous en prie… Je vous y invite et je vous encourage de tout mon regard joyeux, bienveillant, attentionné, indulgent et attentif de Mère.

J’attends de vous des merveilles, j’attends de vous que vous me surpreniez, j’attends de vous de découvrir les extraordinaires progrès et les extraordinaires créations et les extraordinaires pas en avant que vous allez faire. Je sais que vous avez des quantités de possibilités, une fois vos Êtres débarrassés de toutes les scories qui les ont encombrés dans cette dimension qui maintenant est achevée – car elle est achevée. Tout ce qu’il en reste peut être balayé. Ce ne sont que des constructions éphémères que rien dans l’Univers ne pousse à demeurer, car elles n’appartiennent pas pour la plupart d’entre elles à ce qui fait exister les véritables géométries sacrées et les véritables géométries vivantes de cet Univers et de votre véritable Nouvelle Terre, tout autant que de tout autre véritable lieu de vie – quel que soit celui que vous choisiriez.

Vous n’avez pas à vous ancrer dans le passé, vous n’avez pas à vous ancrer dans ce que vous appelez la réalité. Vous avez à ouvrir vos yeux, vos coeurs. Vos mains sont des mains de Lumière, vos corps sont des corps de Lumière. Vous avez des possibilités infinies : ne les réduisez pas. Ne croyez pas que vous êtes contraints par les limitations illusoires qu’ont connues vos corps, vos pensées, vos environnements et vos nécessités vitales -marquées par le poids de structures savamment élaborées au cours des siècles mais qui n’ont cessé de vous enfermer de diverses manières, et aujourd’hui vous enferment insupportablement dans bien des cas pour beaucoup d’entre vous, je le sais, et que vous n’avez pas à maintenir… Si vous choisissez de les maintenir, vous ne créez pas le potentiel de Joie qui est entre vos mains ; vous allez à l’encontre de votre grandeur, de votre beauté, de votre intelligence.

De tout mon Amour de Mère, je me réjouis car je sais que vous pouvez être grands et beaux, magnifiques, puissants, splendides… Je pourrais dire que vous pourriez être même dévastateurs, dans la beauté de ce que vous êtes capables en réalité et en vérité de produire, de créer et de faire exister -et qui n’a rien de commun avec ce qui vous entoure la plupart du temps et dans la plupart des lieux encore actuellement.

Ainsi, pensez à moi, pensez que je vous regarde et que je vous encourage dans tous vos gestes de libération. Je me réjouis de chacun de vos pas en avant, de chacun de vos pas de danse. Je me réjouis de chacune de vos belles idées ; je me réjouis de chacune de vos petites créations, qui n’ont pas besoin d’être grandes car c’est ensemble que vous faites celles qui sont grandes, et je me réjouis de cet ensemble. Je suis immensément heureuse de pouvoir ainsi vous regarder, vous aimer. Je vous donne dans cette présence la source infiniment renouvelée de ma Vie. Je suis là pour vous, mais je ne ferai rien à votre place : ce n’est pas mon rôle.

silence

Que ce silence porte en vous les messages de votre beauté, de votre liberté et de votre puissance de créer et d’être. Vous pouvez à vrai dire abandonner tout ce que êtes. Je sais que cette représentation vous est difficile tant que vous cherchez à la contrôler dans votre pensée. Mais vous le pouvez : votre coeur le peut et votre Être le peut. Et ne croyez pas qu’en faisant cela vous alliez au devant d’un grand vide et d’une grande peur de ne plus exister, bien au contraire : vous allez rencontrer votre véritable plénitude et votre véritable existence. Et je m’en réjouis, car je vois, moi, ce véritable Vous, qui se dresse au sein de ce que vous croyez être vous.

…Qui eut cru qu’une mère parlerait ainsi à ses enfants, dans votre habituelle vision et habitude de ce qu’est une mère en vos vies incarnées ? Mais je sais que certaines véritables mères le font et l’ont toujours fait. car une véritable mère n’enferme jamais ses enfants, ne réduit pas leurs possibles, et se réjouit d’être surprise et de découvrir tous les nouveaux possibles que son enfant va lui faire voir, ou entendre, ou vivre. C’est ce que toute mère attend, et vous le savez.

Ainsi, je vous unis dans mon Amour. Vous êtes, chacun de vous individuellement, malgré votre nombre que vous croyez immense mais qui ne l’est pas : mon Enfant, chacun, chacune. Mais vous êtes également Un, et tout le nombre que vous êtes, vous êtes à vous tous, collectivement : mon Enfant. Ainsi donc, je ne peux pas ne pas être au plus près de vous, je ne peux pas ne pas suivre chacun de vos pas et m’en émerveiller.

Je vous demande de m’émerveiller, mes Enfants. Je te demande, mon Enfant, de m’émerveiller. C’est cela que j’attends, que je désire. C’est cela dont je te sais capable. C’est cela qui nous unit Toi et Moi, dans la joie du partage que nous aimons, Toi et Moi, renouveler en chaque instant et pour l’Eternité.

Je t’aime. Je suis au service de ta beauté et de ta perfection, mais Tu es le créateur de ta perfection. C’est celle-là que j’attends de contempler. Amen

Je suis Marie-Isis, réunies en ce jour.

 

 

 

via Christine Anne K. le 9/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°7


Mes très Aimés,
quelle Joie, quelle Joie de vous retrouver !

Je sais qu’ici vous
êtes nombreux et je m’en réjouis. Je suis avec vous. (Vous êtes à vrai dire
bien plus nombreux que vous ne le pensez, mais cela est une parenthèse)… Je n’emploie
pas tant les parenthèses dans mon langage ni dans mon travail de
créatrice : j’agis, et j’aime, et je suis. C’est cela que vous êtes
appelés à être : agir, aimer et être. Agir sans aucune volonté orchestrée
par le mental, mais agir dans toute la fraîcheur, la grâce, la beauté,
l’énergie ultime et sans faille de votre être qui a gardé – si vous savez la
retrouver – l’étincelle originelle qu’étant enfant vous savez encore préserver,
mais que votre éducation peu à peu s’est employée à empoussiérer, à éteindre ou
à étouffer. Parfois, Dieu merci, vous avez pu garder cette étincelle et parfois
certains d’entre vous savent à merveille la cultiver, quel que soit le poids de
l’environnement.

Ces trois mots – agir,
aimer et être – à vrai dire n’en font qu’un, car agir de la sorte ne peut se
faire sans que cela soit aimer, et cela de peut qu’être être, en toute
simplicité et en toute vérité. C’est donc aussi, pourrait-on dire, la pratique
de l’Un qui est en vous, dans la Joie, l’Amour, la Vérité, la Simplicité et la
pétillance de l’étincelle.

Vous remarquerez qu’une étincelle est un instant
d’allumage et qu’une véritable étincelle – c’est-à-dire, qui dure et qui n’est
pas une fulgurance sans lendemain -, la véritable étincelle qui dure est un
allumage permanent. Ne me demandez pas comment cela se fait : vous devez
le vivre et vous savez le vivre. Et si vous ne savez plus le vivre, je vous
aide, croyez-moi. : je vous demande simplement de tourner votre cœur vers moi, à
tout instant où vous souhaiterez le tourner vers moi. Ainsi votre étincelle ne
peut que vivre… Et imaginez à présent l’infinie multitude d’étincelles qui
peuvent se côtoyer en vos personnes, en vos êtres, et en présence des êtres qui
vous accompagnent  et qui ne sont pas forcément de chair. Imaginez l’extraordinaire
feu d’artifices, l’extraordinaire scintillement, l’extraordinaire joie, et la
pétillance de ce mouvement d’Amour et de Joie vers l’Un qu’est chaque étincelle
ainsi multipliée et surmultipliée par le nombre. Cela est beau,
n’est-ce-pas ?

Je vous ai déjà
parlé d’eau, ou de musique, ou de perles. Aujourd’hui, je vous parle du feu de
votre étincelle, et de comment jouer avec les étincelles. Il ne s’agit pas de
mettre le feu, quoique !… Il s’agit à vrai dire de mettre le feu, mais pas le feu
qui détruit, du moins pas le feu qui ravage : mais le feu qui purifie, le feu
qui est la Vie – et cela n’est pas strictement l’image du feu tel que vous le
connaissez dans votre troisième dimension. Il s’agit là dans mes paroles d’un
autre degré du feu qui vous a par ailleurs été expliqué en d’autres lieux et
par d’autres intervenants.

Parlons donc d’allumage. Chaque fois que vous
respirez, chaque fois que vous faites un souffle, c’est un instant
d’allumage : vous rallumez votre étincelle et ainsi elle se rallume à
chaque souffle. Bien sûr, si vous respirez, comme vous dites « en
conscience », la qualité lumineuse et active de votre étincelle est
infiniment plus ample, plus riche et plus active que si vous respirez
mécaniquement (en pensant à autre chose et sans accorder le moindre intérêt à
votre respiration), ce qui je le sais est le cas – en raison de votre système,
de votre éducation et de l’illusion dans laquelle vous baignez encore en de
nombreux aspects – ce qui est le cas, donc, d’un trop grand nombre d’entre vous.
Mais sachez que si les étincelles se multiplient, elles communiquent autour
d’elles l’allumage.

Respirez donc en
conscience, allumez votre feu. Cela est d’une grande simplicité, n’est-il pas
vrai ? Amusez-vous donc de la Joie de cette simplicité. N’est-il pas
extrêmement léger et amusant de se rendre compte qu’il suffit de respirer pour
être cette étincelle et pour participer ainsi au feu d’artifices et au
scintillement que sont, que doivent être vos derniers instants dans cette
dimension ? Ainsi que vos futurs instants dans le monde qui est appelé à se
créer avec vous, comme mon frère Eshtananda vous en a parlé tout récemment
et si bien !

Je vous laisse
respirer quelques instants… Je vous laisse goûter la joie de la conscience, et
de la recherche – en chacun de vos souffles – de l’instant ou des instants de
l’allumage de l’étincelle. Ces étincelles peuvent être colorées, et certains
d’entre vous le savent. Il peut y avoir des combinaisons de couleurs qui créent
certaines vibrations comme certains d’entre vous le savent, (mais vous êtes peu
nombreux à ce jour). Cela participe de la constitution des formes, des
géométries subtiles et des agencements de couleurs qui font partie des éléments
architecturaux de tout ce qui orchestre les multi-vibrations, ce qu’on appelle
dans votre langage l’Univers. Ainsi, cela conjugué à d’autres forces, à
d’autres formes vibratoires, ainsi qu’aux éléments que vous connaissez – je vous
rappelle que nous avons parlé du feu et qu’il y a donc les autres -, cela donc,
cette architecture, aboutit à différentes mises en forme, et parfois
matérialisations, dans ce que donc nous appelons ici l’Univers.  Je n’entre pas
dans les détails ; il s’agit simplement de vous faire entrevoir, avec les
connaissances et les moyens dont vous disposez personnellement, de quoi nous
parlons et quelle est votre place au sein de cela.

Comprenez donc que par votre
étincelle entretenue par votre respiration, entretenue aussi bien sûr par votre Joie, par votre Vérité, par votre authenticité, par votre reliance à la Source,
par votre Amour… Que donc vous êtes les co-créateurs en tout instant par
votre vibration – celle de votre étincelle et celle d’autres composants de ce
que vous êtes -, les co-créateurs de toute cette architecture qui sans cesse, ainsi
que les étincelles se rallument à chaque instant, vit, palpite, se recrée en
permanence comme tout ce qui est vivant et ne cesse d’évoluer au rythme de l’évolution
des consciences – non seulement les vôtres mais toutes celles qui peuplent
largement ce que nous appelons ici Univers.

Je me réjouis de
partager cela avec vous. Vous grandissez, vous évoluez. Bien des choses se sont
passées depuis que nous nous connaissons qui vous ont fait lâcher pas mal de
poussières, de rigidités, d’incompréhensions, de naïvetés, et des grands
lambeaux d’illusion qui sont en train de se déchirer : ce qui fait
qu’aujourd’hui je peux vous parler de ce dont je vous parle  (ce qui je crois
n’aurait pas été approprié en ces termes il y a quelques mois, reconnaissez-le).

Je vous aime. C’est
la première et la dernière et l’ultime essentielle donnée dans tout cet
ensemble de données .

L’ensemble de données auquel de me réfère est toujours ce
que j’ai appelé Univers depuis tout à l’heure; mais cela n’est qu’une convention,
car ce que vous appelez Univers est une abstraction pour vous, et reflète en
réalité une notion que vous ne savez pas très bien envisager (ce dont je ne
vous tiens pas rigueur), la première difficulté étant que vous confondez Univers
et Cosmos, ce qui à votre échelle est parfaitement naturel. Sachez donc, très
très brièvement, qu’il y a de nombreux univers et que vous êtes inscrits dans
l’un d’eux; et que bien évidemment tous ces univers, à un certain degré
vibratoire de leur essence, ne font qu’Un. Sachez juste qu’ils ne se
ressemblent pas. Ne croyez pas qu’il y ait des duplications de votre Cosmos : votre mental s’égarerait dans une fausse piste. D’ailleurs je ne fais pas appel
à votre mental mais à ce qui est appelé chez vous supra-mental et qui est votre
véritable faculté d’intelligence et de connaissance, celle qui est directement
en relation avec la vibration du cœur, alors que votre mental en est coupé.

Sachez que
l’étincelle qui est la vôtre se lit dans votre regard. Cela est l’une de mes
œuvres et j’en suis très heureuse. J’ai placé dans votre regard cette étincelle
qui est en vous, que votre souffle entretient, qui est votre reliance à la Joie
de la Source, qui est de nombreuses choses à vrai dire : qui est par
exemple ce que vous appelez la vie de votre âme, qui est le feu de l’Amour
reflété en vous, etc. Sachez donc que votre regard en est porteur ;  et lorsque
vous échangez vos regards avec leurs étincelles vous créez, non pas une
étincelle supplémentaire mais néanmoins un pont vibratoire qui amplifie, disons,
l’électricité de ces étincelles et de l’ensemble de l’architecture vibratoire…

Lorsque donc vous échangez vos regards avec leurs étincelles – cela lorsque vos
regards liv ent leur étincelle authentique – vous participez instantanément à
la création de la montée vibratoire, la vôtre, en échangeant vos regards, mais
aussi celle qui vous entoure. Cela est très très subtil mais cela existe.

Alors n’éteignez
pas les étincelles et retrouvez celles qui sont voilées ou endormies : elles ne meurent pas, c’est impossible… Il est des gens qui se sont coupés de
leur étincelle, par choix, parce que leurs conditions de vie leur ont fait
croire qu’ils ne pouvaient pas la supporter. Peut-être, par votre regard tout
simplement, pouvez-vous peu à peu contribuer à leur donner le courage et la
joie de rencontrer à nouveau leur étincelle, que par un mécanisme regrettable ils ont parfois réussi à séparer réellement d’eux… D’autres se sont contentés
de l’enfermer, et dans ce cas-là aussi l’étincelle des regards, la
compréhension des cœurs, le non jugement, la joie d’être ensemble peuvent
contribuer à enflammer la boîte qui contient l’étincelle pour qu’elle revienne
à la vie.

J’ai envie enfin de
vous parler de l’étincelle des enfants… Notre bien aimé enfant Istirulwah vous
a parlé de cela mais j’insisterai encore : n’éteignez pas les étincelles
des enfants ! Ne les faites pas se mettre dans une boîte, ne les faites pas se
séparer de leur étincelle pour avoir le regard mort ! Les étincelles de vos
enfants vous sont précieuses car elles peuvent également et formidablement
raviver vos propres étincelles. Beaucoup de vos enfants sont venus pour cela et
ils s’y emploient. Certains de ces enfants sont de véritables allumeurs : c’est
une lourde tâche mais pleine de joie, qu’ils se sont donnée en venant parmi
vous. Les enfants adorent allumer les adultes avec leur regard, et vous ne
pourrez pas le nier. Si vous rencontrez donc un enfant qui n’est pas dans cette
disposition, pensez à lui et si vous le pouvez, tentez de voir ce qui l’en
empêche.

Reconnaissez-vous !
Flambez ! Etincelez ! Rallumez votre essence ! Redevenez Vous,
faites étinceler votre Liberté ! Soyez des co-créateurs de votre Univers,
mes Aimés…

Je vous aime, je
suis avec vous à tout instant comme je vous l’ai dit : n’hésitez pas à me
faire appel pour entendre et voir votre magnifique étincelle telle qu’à tout
instant elle ne cesse de scintiller en vous, et sachez qu’elle est d’une grande
puissance. Cela n’est pas un jeu frivole « avec des petites lumières qui clignotent » :
c’est un Grand Jeu, créateur, indispensable et joyeux.

Je vous aime, je
vous dis à bientôt. Je suis Eloha, mère Elohim, votre Mère, manifestée également
dans une autre vibration par celle que vous appelez la Mère des Mères, qui est
plus près de votre vibration terrestre que je ne le suis. Alleluia


Je répondrai, si
vous le souhaitez, à une ou deux questions concernant votre étincelle s’il y en
a…

Peut-il exister des étincelles partagées, divisées en
quelque sorte, et si oui est-ce qu’elles ont pour nature de se retrouver ?

Bien-aimée, toutes
vos étincelles ne font qu’Un. En ce qui concerne ce que tu demandes  : au niveau
de deux personnes, de deux humains, s’il y a division ce n’est pas celle des
étincelles mais celle des cœurs, même si peut-être tu ne peux pas le croire. Il
ne peut y avoir division à un certain niveau. La seule division qui existe, c’est
celle de vos corps. A un autre niveau de réponse, chaque étincelle est entière :
il n’y a pas, il ne devrait pas y avoir une étincelle à laquelle il manque un
morceau qui serait dans l’étincelle d’une autre personne… Dans la réalité par
ailleurs de certaines de vos souffrances, de vos manques, de vos divisions dues
à la dualité, il peut y avoir des cas fort complexes, par exemple de
distorsion, créée par des anti-créateurs, ou par exemple de coupures créées de la
même manière. Cela n’implique pas pour autant qu’il y ait à prendre dans l’étincelle
de l’autre, si ce n’est très temporairement dans cet allumage réciproque par le
regard par exemple, ainsi que j’en ai parlé.

Mais si ta question
implique encore ces projections d’illusion concernant les états amoureux et les
croyances qui gravitent autour de cela, où un grand paquet d’illusions réside,
je t’invite à clarifier ton point de vue. Et je te rappelle d’ailleurs que ces
notions de l’illusion dans la relation amoureuse sont largement développées
dans certains messages que vous connaissez et que certains d’entre vous
publient, ce dont nous les remercions. (il s’agit des textes publiés sur notre  blog  satellite « Nos Amours en  Lumière », accessible par le menu. NdR) 

J’espère avoir répondu à ta question.

Cultivez la Joie de
votre regard. Amen


…A ceci fait suite un court message des dauphins, au sujet du rire qui fait vivre nos étincelles, il se trouve publié séparément ci-après.

via Christine Anne K. le 11/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eshtananda – n°5


Frères et Sœurs, Amis, Eshtananda je suis.

Je crée des mondes, ainsi que je vous l’ai déjà dit. Je fais partie des
Elohim, créateurs des mondes, et je remplis ma mission dans la Joie et le
Service. Dans la musique de mon cœur se trouvent les racines, les germes de ce
que je fais exister. Ces tâches parfois m’occupent durant des éons de votre
temps. Qu’elles soient immenses ou réduites, je m’y emploie avec toute la
sagesse dont je peux disposer, tout l’Amour, tout le désir de bien faire qui se
trouvent en moi, et tout l’amusement qui incombe à ce qu’on appelle le chemin
de la création dans son processus et ses découvertes.

Amusement ne signifie pas ici frivolité. Le mot amusement a déjà été
abondamment traité dans ces pages, en particulier par notre bien aimé Ashtir,
je crois, ainsi que par ma sœur Eloha. Je partage donc cette philosophie, même
si je suis un Elohim assez sérieux (si l’on peut dire, car le mot sérieux ne
convient absolument pas, à vrai dire, pour me désigner)…Je suis simplement ce
que je suis, et ainsi je suis aligné : là est la forme de sérieux à
laquelle je me réfère. Etant aligné avec ma Vérité, je suis dans ce que je suis
et ainsi, en tant que créateur ou créatrice – car je n’ai pas vraiment au sens
où vous l’entendez de sexe –, je suis aligné avec mon énergie créatrice et tous
les moyens dont je dispose et qui sont infiniment nombreux.

Je me réjouis donc et je ne cesse de me réjouir de ce que j’ai à être et
à faire. Cela est ma Joie et mon Service de toute éternité, et je ne saurais
m’en lasser. La lassitude n’appartient à vrai dire qu’à votre dimension, car
elle provient d’une perte d’énergie et d’un sentiment d’ennui ou de désintérêt
qui ne sont provoqués que par la perte de contact avec votre véritable énergie,
qu’elle soit créatrice ou simplement agissante. Sachez donc qu’il n’y a pas de
lassitude, il n’y a pas de routine, il n’y a pas d’ennui : il y a le
Service, la Joie, la découverte et la recherche d’une perfection.

Les mondes que je crée deviennent autonomes et cela est ma Joie
également. Parfois je les visite et je contemple quelques instants ce qu’il s’y
produit, ce qui est. J’observe l’évolution de ce que j’y ai mis et cela est
bien. Parfois, je fais des erreurs car cela fait partie de la découverte. Je
vous parle de mes erreurs afin de ne pas me placer sur un piédestal, mais j’en
fais peu, à vrai dire, sinon je ne serais pas à la hauteur de mes
responsabilités. Mes erreurs sont perfectibles et cela est le chemin.

Ainsi n’hésitez pas, soyez créateurs à votre niveau, même si (pour
certains d’entre vous) vous pouvez juger que c’est un très petit niveau. Vous
allez avoir un monde à créer très prochainement, et certains d’entre vous sont
déjà au travail. Il importe donc que vous connaissiez non seulement quelques
outils que vous pourriez avoir oubliés, mais aussi la certitude de la Joie
d’opérer ces travaux, ainsi que des aides qui vous seront fournies par nous et
par d’autres qui nous aident et qui vous aideront. Il y a quelques artisans
fabuleux qui oeuvrent dans ces créations de par leur extraordinaire
savoir-faire de certains aspects de formes, de résonances, d’articulations, de
réseaux, de mises en concordance et d’autres réalisations techniques
indispensables à la véritable existence, agissante et vivante, de tout ce qui
se crée pour être,  pour durer, et pour
interagir avec un environnement.

Dans votre monde, les sciences sont séparées, et les arts, et les
sciences, et les philosophies sont des branches différentes dans vos
universités. Ainsi, tout est cloisonné, et rien ne peut réellement interagir au
sens où l’interaction est réellement créatrice et productrice. Mais au niveau
de création qui est le nôtre – et qui devra être le vôtre pour ceux qui l’agiront
– il n’y a pas de cloisonnement entre les mathématiques, la musique, la
colorimétrie; la science des nombres et des vibrations s’allie à la subtilité
des couleurs, à l’emploi de fractales de Lumière et de fractales sonores,
faisant appel aux ressources également de la matière dans tous ses composants,
ainsi qu’à l’énergie des éléments. Tout cela est en interaction avec encore
d’autres principes que je n’énumèrerai pas tous, mais qui au niveau du
patrimoine de vos savoirs relèvent de différentes sciences, disciplines,
parfois ésotériques également (mais cela n’est pas le fin mot de la création : je parle de l’ésotérique).

La création est ouverte, la création est simple, la
création est orchestrée, la création fait agir de nombreuses forces, de
nombreuses lois et elle en crée. Mais sachez que tout est en vous. Il vous
appartient simplement de connaître ou de reconnaître votre pouvoir et votre
Liberté. La Liberté du cœur, dont la Mère des Mères vous a parlé hier, est
indispensable et naturelle dans ces mises en œuvre dont je vous parle.

Observez quelques instants votre main, par exemple. Votre main à
laquelle vous êtes tellement habitués est un trésor de compétences raffinées,
complexes et orchestrées… Mais outre ce que vous en connaissez en termes
d’ossature, de ligaments, de connections nerveuses, de peau, de circulation
sanguine, de méridiens d’acupuncture, etc., sachez que votre main recèle encore
bien des compétences et des secrets qui sont trop subtils pour que votre panel
scientifique se soit intéressé à les observer. Il y a dans vos doigts des
messages vibratoires, il y a dans la paume de votre main également des
encodages qui vous relient à ce que vous devriez être et à vos pouvoirs. Cela
n’est qu’un exemple. Ainsi l’ensemble de votre corps peut être lu et regardé de
la même manière, et je vais très vite dans ce que je viens de vous dire, c’est un
survol. Concernant votre main, je vous dirai aussi – histoire de vous ouvrir un
peu à d’autres observations – que sa construction est également fondée sur des
aspects musicaux et des ratios qui utilisent ce que vous appelez le nombre
d’or, et que ses mouvements sont inspirés par certains corps célestes dont vous
n’avez pas connaissance, mais qui ont servi en partie d’inspirateurs ou de
modèles pour reproduire les compétences qu’il fut souhaité d’offrir, lors de
votre création, à cet organe fort intéressant et d’une utilité radicale dans
votre fonctionnement. Vos mains contiennent également des codes de création qui
leur permettent – en reliance avec votre organe cérébral – d’effectuer des
tâches de créateurs dans votre dimension. Tout cela est inscrit dans des
programmes (pour employer un mot qui réfère à une de vos sciences). Ainsi la
nature, ce que vous appelez « la Nature », contient également de forts nombreux
programmes dont vous n’avez pas la moindre idée, mais pour lesquels l’exemple
de votre main, que j’ai survolé, peut vous indiquer la marche à suivre pour les
envisager.

A vrai dire, tous ces programmes – et là je parle de votre corps – sont
parfaitement lisibles dans vos programmes génétiques et dans les codes de vos
ADN, dont les scientifiques ont observé qu’une grande partie en apparence ne
sert à rien, alors que justement ils contiennent ces innombrables programmes
subtils – ainsi que d’autres parmi lesquels, comme vous le savez, certains vous
relient à la Lumière, la vraie, l’authentique, la Source. Tout cela bien
évidemment – et beaucoup d’entre vous le savent – a été abondamment trafiqué
par la suite, distordu, écrasé. Certaines
chaînes ont été volontairement coupées, certains codes ont été remplacés par
d’autres, pervers, etc. Je n’entrerai pas dans ces détails, inutilement
désagréables aujourd’hui, car aujourd’hui tout cela est dans un processus, non
seulement de restauration, mais d’illumination.  Vous êtes en train de revenir à votre
véritable nature et ainsi de pouvoir recouvrer tous vos pouvoirs. Et c’est
ainsi que vous allez pouvoir créer, recréer un monde pour vous, assez
prochainement (du moins je le souhaite, et nous le souhaitons tous).

Voilà ce que j’avais à vous dire, mes très chers Frères et Sœurs, Amis,
Aimés. Je vous invite donc à être ce que vous êtes, et à retrouver en vous les
inscriptions de la mémoire de la création d’origine qui vous a faits bien plus
extraordinaires que ce que vous pourriez croire aujourd’hui, en voyant ce qui
n’est plus si parfait mais qui ne cesse à présent de le redevenir.

Je vous salue. Je suis Eshtananda.

 

via Christine Anne K. le 8/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Ashtir – n°3



Je vous salue, moi,
Ashtir. La Forme est mon domaine : et c’est en jouant à changer de forme que je
m’étais adressé à vous la première fois.

Sachez qu’aujourd’hui la
forme que j’adopte pour m’adresser à vous peut se désigner comme une
multi-spirale qui évoque un peu les hélices de votre  ADN telles que vous les représentez. Cette muti-spirale est constituée
de filets de lumière dont l’ascension conjointe est parfaitement harmonieuse,
dans une géométrie dont les nombres et les harmoniques dépassent sans doute ce
que vous pouvez concevoir. Cette géométrie n’est pas seulement une forme
visible par l’œil, mais également sonore, musicale. Je l’emploie aujourd’hui
afin de m’exprimer  : vous voyez ainsi que cela n’a rien à voir avec un
éléphant ! Néanmoins, n’oubliez pas que c’est dans la forme d’un éléphant
que j’avais choisi la première fois de vous rencontrer en ce lieu : il s’agit
d’un animal extrêmement sacré et intéressant…

Je souhaite donc – du
moins je l’espère – pouvoir vous entraîner un peu dans la danse de cette forme
que j’ai adoptée. Cela n’est pas un jeu gratuit : le mouvement ascensionnel de
ces spirales présente tout l’intérêt de ce jeu. Je sais que mon canal n’a
aucune idée de ce que nous allons faire, et c’est extrêmement amusant.

Je vous invite pour
commencer à faire table rase de toute idée préconçue : cela est
l’équivalent de la feuille vierge sur laquelle on va tracer des mots ou des
formes. Un mouvement alors peut naître et vous entraîner comme une vague, comme
une musique, comme une balançoire… Ne croyez pas que nous faisons un exercice
de développement personnel -même si cela en est un : je m’amuse avec ces
paradoxes.

Les fréquences de Lumière qui vont apparaître dans ce mouvement
peuvent commencer par scintiller ou par clignoter  (cela est votre choix)… Elles peuvent également se manifester comme un chant, ou comme plusieurs chants,
dans le mouvement de ces filets de Lumière qui peu à peu désirent prendre forme
et peuvent prendre forme de par le pouvoir de votre désir créateur, en toute
liberté et en tout amusement, car le mouvement de balancement ou de spirale
que nous adoptons est très agréable, et incite à un certain plaisir nonchalant
qui convient parfaitement à cet exercice créateur.

Vous êtes créateur de
vous-même en tant que cette forme -que moi-même j’ai adoptée pour venir vous
parler. On pourrait dire, pour s’amuser, que le but serait qu’à la fin nous
soyons vous et moi de la même forme pendant quelques instants. Si cette
perspective vous inquiète ou vous semble impossible, je vous invite néanmoins à
accepter de continuer l’expérience, ne serait-ce que pour vous amuser à faire
quelque chose que vous n’avez jamais fait – que cela marche ou pas, comme vous
dites.

Je vous propose de créer
les couleurs de ces filets de Lumière. Il s’agit simplement pour vous de
choisir la couleur qui vous plait. Ces filets peuvent être tous de la même
couleur (mais ça n’est pas très intéressant) ou bien de couleurs différentes.. J’oubliais de vous avertir que ce n’est pas votre mental qui doit être aux
commandes dans ce jeu de création de votre propre forme, mais que les décisions
vont arriver spontanément de votre cœur, c’est-à-dire du centre pur et lumineux
de vous-même, sans la moindre prévision, ni la moindre supputation, ni la
moindre tergiversation.

Ne vous préoccupez pas de maintenir les choses :
vous n’avez qu’à désirer qu’elles se maintiennent et à faire confiance à la
faculté créatrice de votre désir… Je vous ai dit que ces filets de Lumière
chantent, ne l’oubliez pas.

Acceptez maintenant
l’idée que tout cela peut se dérouler doucement vers le haut. Même si vous ne
voyez rien en vous, même si vous croyez n’avoir rien constitué, même si vous
pensez être dans le vide, continuez. Acceptez ce mouvement qui va vers le haut,
qui s’élève, qui tourne et qui compose une harmonie : différents brins de
Lumière colorée qui forment comme l’escalier en colimaçon d’une invisible tour
de Babel, cristalline, et qui vous emmènent en musique et en lumière, peut-être
scintillante, peut-être continue (vous avez eu le choix de la lumière et de la
couleur) …

Voilà : cette ascension vous conduit gentiment, agréablement,
dans ce mouvement ascendant… Et alors, me direz-vous, cela va jusqu’où ?
Je ne sais pas : c‘est à vous d’arrêter, à vous de continuer, à vous de trouver,
de choisir, de créer : soit ce qui couronne cette forme pour arrêter le
mouvement, soit ce qui va créer la possibilité du mouvement inverse, soit ce qui
va – et c’est ce que j’ai choisi pour ma propre forme – créer l’existence d’un
mouvement infini.


Pourquoi vous ai-je
proposé un tel exercice ? Ce n’est pas pour meubler le silence ni pour
honorer à tout prix un rendez-vous que j’ai fixé; mais pour vous ouvrir, dans
votre conscience, à la possibilité que vous avez de changer de forme au niveau
de votre Êtreté, et de vous faire comprendre que vous pouvez être créateurs
dans des formes extrêmement complexes (de votre point de vue). Vous auriez pu
choisir l’éléphant, ou le tigre, ou la Tour Eiffel aussi, et vous avez
d’innombrables possibilités. Sachez néanmoins que nous avons une sorte de
préférence, bien souvent, pour les formes qui emploient l’harmonie des nombres,
des couleurs, des géométries subtiles et des sons.

Les formes animales sont
également des formes extrêmement parfaites et, comme certains d’entre vous le
savent, nombre de planètes que vous appelez extraterrestres sont habitées par
des êtres dont les corps ont des similitudes avec certains animaux que vous
connaissez en taille réduite sur votre terre… C’est une autre option, et il y
en a d’autres : j’aurais pu me présenter en tant qu’instrument de musique, ou en
tant que cascade vibratoire… Ceci n’est pas pour vous présenter un magasin de
gadgets, ne vous méprenez pas.

Votre mental terrien et
terrestre a été tellement limité qu’il est important de vous indiquer que cela
est fini et que vous avez d’incommensurables possibilités au regard de ce que
vous avez connu. Cela est fort important pour la création de ce que vous avez à
créer pour vous-même dans un temps très rapproché. Je m’adresse à vous avec
tout mon Amour et toute ma bienveillance pour vous inviter à comprendre la
véritable nature de ces messages.

C’est votre liberté qui
également est aux commandes. Ne vous sentez pas asservis par des exemples, bien
que les exemples soient extrêmement fructueux. Sachez que la Source a
l’aptitude d’adopter n’importe quelle forme et ne cesse de le faire. Or la
Source vous adopte également comme forme et comme manifestation. Vous êtes,
chacun et chacune, une émanation de la Source et à ce titre vous avez le
pouvoir d’aller vous projeter dans d’autres formes. C’est donc moi Ashtir,
maître ès-formes, qui vous invite à écouter, et intégrer, et jouir de ces
possibilités.

Vous êtes quoi qu’il en
soit maintenant aux commandes – comme le Bateleur de vos cartes de Tarot – d’un
certain nombre de possibles qui se présentent à vous. Sachez qu’en réalité ce
nombre est extensible et que plus il s’étend, plus vous découvrirez qu’il ne
cesse d’être extensible. Cela n’est pas une invitation à vous disperser dans
une multitude d’essais chaotiques et stériles : cela est simplement
l’indication de votre réelle puissance.

Je vous salue et je vous
adresse tout l’Amour et la bienveillance et la Joie du peuple des Elohim à
travers moi. Je suis Ashtir et je reviendrai une autre fois.

via
Christine Anne K. le 11/10/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Les Dauphins de Sirius

Les
Dauphins de Sirius se réjouissent et vous saluent,  vous annonçant néanmoins que leur
interaction technique de transmission dans ces communications n’a plus
réellement lieu d’être, car la montée vibratoire que vous avez connue ne
nécessite plus autant de relais pour vous relier à l’écoute de certains plans
de conscience.

Réjouissez-vous
donc car, tous autant que vous êtes devriez avoir très prochainement la
possibilité d’écouter, d’entendre et de communiquer avec beaucoup d’êtres pour
lesquels jusqu’à maintenant vous aviez à employer des personnes servant de
canal, ainsi que celle qui est employée en cet instant.

Nous
vous saluons et vous envoyons toute notre fraternelle bienveillance et souhaitons
partager la Joie que nous avons à observer les grands changements qui se
produisent dans votre dimension, bien que beaucoup d’entre vous ne sachent pas
les voir car votre mental ne peut être l’outil approprié pour évaluer,
observer et connaître la nature et l’existence de beaucoup de ces changements.

Vous
avez encore malheureusement, chers Frères Terriens, trop d’accoutumance à l’usage
de votre mental comme outil d’évaluation. Cet outil qu’est votre mental ne devrait
plus vous servir qu’à établir dans la clarté et l’analyse les nombreux petits
fonctionnements que vous avez à réaliser au sein de votre environnement et ne
devrait plus être employé par vous comme moyen de comprendre, et de juger, et d’évaluer
ce qui se passe. Il semble que cela vous soit très difficile : peut-être
aurez-vous la capacité de créer la solution…

Nous
vous aimons et nous vous saluons.

Que les Dauphins de la Terre vous inspirent.
Amen

via
Christine Anne K. le 11/10/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°6

Ecoutons
ensemble la Joie, mes Biens-Aimés, de nous retrouver. Ecoutons comme elle
chante et distille à l’intérieur de vous les perles de son… voilà que je ne
trouve pas les mots dans votre langage : choisissons le mot extase. La
Joie est-elle une extase ? Moi je dis oui.

Ecoutons :
imaginez que le rire se répand dans vos veines, un rire qui oublie toute autre
notion que cet instant dans lequel nous nous réjouissons, purement,
innocemment, comme des enfants, car vous êtes – bien que vous l’ignoriez – des
enfants. Cela n’est pas pour vous minimiser : cela est au contraire une
façon de vous grandir.

Moi,
Eloha, qui suis à la fois enfant et mère, de par ma nature de créatrice, et qui
suis l’un des visages de la Mère des Mères telle qu’à présent vous la
connaissez, je me réjouis de pouvoir jouer avec vous durant ces quelques
instants où nous sommes réunis ainsi que je le fais en d’autres instants – car
souvent je joue avec vous et vous jouez avec moi dans le cours de vos vies que
vous appelez quotidiennes. Imaginez que lorsqu’un rire vous prend, un amusement,
un clin d’œil, l’émerveillement devant un rayon de soleil qui frappe à votre
fenêtre, la joie de voir que quelque chose s’est déplacé de façon amusante, l’envie
qui peut vous prendre soudain de faire un geste sortant de votre routine mais
qui vous plait et qui a un sens dans l’instant où il se fait : tous ces
instants (et bien d’autres car ils sont innombrables), vous pourriez vous
rappeler que vous pouvez jouer avec moi ainsi que je peux jouer avec vous, car
le Jeu est créateur.

N’oubliez
jamais lorsque je parle de Jeu qu’il n’y a aucune notion de futilité dans ce
mot, à mon niveau – ni au votre j’espère – mais qu’il y a un certain état où
tout est possible dans l’instant. C’est un état de liberté, de liberté
créatrice. La seule responsabilité en cet état est de faire ce que l’on a envie
de faire et de le faire bien.

Il
y a dans le Jeu une responsabilité d’accomplissement ainsi qu’une
responsabilité de maintenir le plaisir que l’on a, car ce plaisir est le signe
de ce qui se vit et de ce qui se joue. Lorsque le plaisir s’en va, le jeu est
terminé. Il doit donc y avoir un plaisir à l’achèvement de certains jeux, car
leur achèvement fait partie de leur forme.

Le
Jeu est créateur de formes parfois. Le Jeu est créateur de chemins, le Jeu est
créateur de sons ou de chemins sonores – ne serait-ce que par la parole qui
l’accompagne. Le Jeu est créateur de géométries subtiles dans l’espace où vous
vous déplacez.

Le
Jeu est créateur de liens subtils et vibratoires : par exemple entre vous
et les objets ou entre vous et les autres personnes qui jouent avec vous ou
encore entre vous et l’espace, tant celui où vous vous trouver qu’un espace
plus large. Le Jeu vous relie parfois sans que vous le sachiez à des êtres
d’autres plans, qui ainsi se relient avec vous dans des géométries subtiles et
qui parfois chantent et dansent avec vous sans que vous le sachiez. Vous
remarquerez que les enfants le savent lorsqu’ils jouent : c’est leur grand
pouvoir, car les enfants sont bien souvent les plus grands joueurs et leur
pouvoir de création – bien qu’étant en apprentissage – possède une vibration et
une énergie que beaucoup d’adultes ne savent pas conserver… Du moins, il en fut
ainsi jusqu’à maintenant, dans les temps que vous avez vécus, enfermés dans cet
archipel d’illusions qui a constitué ce que vous avez appelé votre espace
quotidien.

C’est
donc avec le plus grand sérieux que je vous parle de la nécessité de jouer,
mais ce sérieux vous invite à la plus extrême légèreté, car sans légèreté il ne
peut y avoir de Jeu. Disons que c’est une légèreté sage, une légèreté pensée, une
légèreté consciente et illuminée et non pas une légèreté frivole et factice. La
frivolité néanmoins peut être un chemin vers la légèreté. Donc ne la négligez
pas, lorsque vous êtes vraiment trop sérieux : cela peut être une ouverture
vers le véritable sens du Jeu et vers la véritable légèreté de son sérieux.

Pourquoi
est-ce que je vous invite à jouer avec autant d’insistance, me
direz-vous ? Parce que, à présent, cette activité est peut-être une des
rares qui ait un sens dans ce que vous êtes en train de vivre – qui n’a plus
grand sens, excepté de faire continuer un certain nombre de structures dans
lesquelles vous avez coutume de vous insérer mais qui n’ont plus grand sens
malgré ce que vous pensez. Je ne vous tiens pas rigueur de ce que vous pensez,
naturellement, cela est même assez amusant – mais je n’ai pas à me moquer de
vous, car je vous aime.

Ceux
d’entre vous qui pratiquent certains arts que l’on nomme à ce que je crois
théâtre, clown, mime (et d’autres dont je ne sais pas les noms) ainsi que bien
sûr l’art de la musique, avez le privilège de pouvoir pratiquer le Jeu dans des
conditions exceptionnellement privilégiées. Pardonnez-moi cette
répétition : je sais qu’il n’est pas de bon ton dans votre langage de
répéter les mots, c’est assez amusant, j’avoue, mais c’est assez joli… Il est
d’ailleurs des gens parmi vous qui jouent avec les mots et je les tiens en
grand respect.

Je
crains fort d’être ennuyeuse et cela ne me ressemble pas. J’ai juste évoqué vos
arts du théâtre pour vous inviter à comprendre un petit peu mieux cet aspect du
Jeu (mais que je ne vais pas développer car je me lancerais dans des théories
qui là seraient réellement ennuyeuses au regard de qui je suis.) Sachez néanmoins
pour conclure sur le Jeu qu’il s’agit d’un outil extrêmement puissant, et que
je vous invite en toute légèreté et en tout amusement à méditer sur son sérieux
et sur son pouvoir, immense en certaines occasions, de créer ce qui doit être
et devenir votre nouvelle Réalité, dont vous êtes les seuls créateurs. Là est
la raison de mes propos.

 

Je
souhaiterais à présent vous proposer une petite cascade, une pirouette… La
pirouette ou le retournement est un des moments essentiels du jeu : il
s’agit, dans un mouvement qui accumule de l’énergie et qui met tout sens-dessus-dessous
pour retomber sur ses pieds, de créer une multitude de possibles à nouveau.
N’hésitez donc pas lorsque votre jeu commence à vous sembler ralenti ou
routinier ou ennuyeux, à vous lancer dans une pirouette qui peut vous faire
entrevoir une autre direction ou qui peut simplement vous amuser et peut ainsi vous
rappeler que vous pouvez retomber sur vos pieds. La pirouette permet de balayer
tout ce qui est ennuyeux et tout ce qui n’a plus lieu d’être. C’est un
mouvement cosmique que vous ne connaissez pas en astronomie, mais qui au plan
subtil existe et qui a toute sa valeur.

J’emploie
le mot pirouette pour vous amuser mais il s’agit davantage d’un retournement.
Vous pouvez donc jouer en arrière subitement lorsque vous regardez en avant, ou
à inverser votre parole ou votre mouvement : vous serez surpris de
constater à quel point cela peut nourrir votre jeu et votre création.

Je
m’amuse de penser que certains d’entre vous sont peut-être surpris ou ennuyés
de mes propos et en cela je rejoins peut-être la forme d’humour de notre
bien-aimé et vénéré Ashtir, que j’aime tant.

Sachez
que votre cœur – pour revenir à des sujets qui peuvent paraître plus « sérieux »
– a la capacité de se retourner. Il s’agit là bien sûr de se retourner vers
l’intérieur. Il s’agit également (lorsque les émotions existent et fonctionnent
encore), de se retourner dans des changements rapides de sentiments et des
changements de perspectives, et des changements de vibrations : car le
cœur est votre plus grand instrument vibratoire et la subtilité de ses gammes
est infinie. Votre cœur donc, malgré certaines apparences, est un grand
instrument de Jeu, car c’est lui qui vous guide : c’est la vibration de
votre cœur qui valide la joie et la qualité de vie de votre jeu.

Je
me réjouis, mes chers Enfants, chers créateurs, chers joueurs en puissance, de
ces instants passés en votre compagnie, et j’aimerais petit à petit vous faire
entrevoir de mieux en mieux les étendues infinies des possibles que vous pouvez
parcourir et rencontrer à mesure que votre conscience s’éveille et se déploie
dans le paysage des multi-dimensions qu’il vous est peu à peu donné de
découvrir, de connaître et pour certains de parcourir. Je vous bénis, je vous
adresse toutes les perles et les gouttes de Joie et de rire de la musique de
mes bénédictions, et de mon plaisir à pouvoir jouer avec vous, et à vous faire
jouer avec moi. Ainsi en est-il.

Je
suis Eloha, votre Mère Créatrice, et je vous dis à bientôt.

via
Christine Anne K. le 10/10/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

L’Enfant Elohim – « Istirulwah » -n°1


La
vibration de l’être qui vous parle pourrait se nommer l’Enfant Elohim…

…Car
sachez que les enfants sont appelés à vous guider bien plus que vous ne les
guiderez : ils sont bien plus proches de nous, les Créateurs. Acceptez
ainsi d’être humbles et joyeux lorsque les enfants auront à vous montrer le
chemin, parfois à travers leurs jeux et à travers leur innocence, voire à
travers leurs crises de colère ou de joie.

Je
suis l’Elohim des enfants. Je n’ai pas encore de nom, du moins officiellement,
car je suis en apprentissage et la vibration de mon nom n’est pas encore
définitivement réglée. Il parait que cela vous gêne et que vous aimeriez que j’aie
un nom afin de consigner cela dans vos notes, ainsi que je le comprends : appelez-moi donc provisoirement   » I.s.t.i.r.u.l.w.a.h  »

Je
vous invite à vous pencher sur la vibration des enfants, car les enfants de la
Terre aujourd’hui sont un réseau, un réseau vibratoire lumineux où la vibration
circule d’une façon que vous ne soupçonnez pas. Bien sûr, pouvez-vous penser,
certains de ces enfants pourraient avoir pâti d’un grand nombre de pollutions
diverses, à la fois chimiques, électromagnétiques et plus subtiles. Néanmoins,
sachez que leur cœur contient de façon indestructible la clé qui leur permet ou
leur permettra d’ouvrir le réseau et de communiquer et de fonctionner de façon
groupale. Cela fait partie de leurs tâches de guides et d’accompagnants.

Ne
tombez pas pour autant dans la confusion qui consisterait à traiter ces enfants
comme des adultes. Cela les mettrait dans l’embarras et leur insufflerait des
bouffées d’ego non désirables. Vous avez, vous les adultes de la Terre, les
parents, les éducateurs, les grands-parents et le voisinage, à apprendre avec
humilité comment vous laisser guider – car il ne s’agit pas non plus d’être
complaisants et de laisser tout caprice enfantin se réaliser. Il s’agit d’être
à l’écoute par le cœur et d’être dans l’authenticité de cette communication du
cœur ; il s’agit de pratiquer la Vérité et la Simplicité ; il s’agit
de pratiquer l’Amour au quotidien et non pas uniquement celui de l’affection,
souvent possessive, des parents pour leurs enfants.

L’Amour au quotidien dont
il s’agit est d’une vibration beaucoup plus élevée : c’est une reliance à
vos Êtres, c’est une simplicité évidente qui vous relie les uns aux autres, dans
la tolérance, la Joie, la solidarité bien sûr, l’intelligence collective, la
bienveillance, et l’amusement parfois. L’amusement a souvent plus de valeur que
ce qui est très sérieux, avec les enfants, et vous devez le savoir.

Voilà
que je vous dis que je suis un enfant et que je vous parle comme un pédagogue…

Cela est la preuve pour vous qu’un enfant peut vous guider. Bien évidemment nos
jeux sont multiples, car c’est par le jeu et uniquement par le jeu que nous
développons tous nos apprentissages. Le jeu est création, le jeu est
auto-créant, le jeu est co-création : tout cela constitue la matrice de
base nécessaire au développement d’un être, au développement d’un groupe et
au développement de certaines constructions réalisées en groupe ou
individuellement.

Apportez
à vos enfants le soin que vous apporteriez à un vieux maître extrêmement
vénéré, pour qui vous avez la plus grande tendresse et le plus grand respect,
mais qui a besoin de vous pour assurer une partie de sa survie au quotidien.
C’est par le cœur que vous pouvez obéir à vos enfants et non pas, encore une
fois, par la voie des caprices et des argumentations. Obéir ne signifie pas se
soumettre : obéir, c’est simplement obéir aux lois du cœur et à la sagesse
du cœur et de la Lumière, telles qu’elles arrivent en toute pureté et sans
scories par le réseau du cœur des enfants incarnés sur la Terre aujourd’hui.
Certains d’entre vous les appellent les Nouveaux Enfants et vous avez raison.

Ne traitez donc pas les enfants comme des animaux de compagnie ou comme des
êtres stupides à qui il faut soit tout expliquer, soit laisser la bride sur le
cou lorsqu’ils créent quelque chose.

Les
enfants vous aiment. Les enfants n’ont pas besoin que vous leur achetiez des
monceaux de choses pour vous assurer leur amour. Bien évidemment, comme ils
aiment jouer, ils aiment les monceaux de choses, comme nous les Elohim nous
adorons les monceaux de choses avec lesquelles nous pouvons nous amuser,
bricoler, et inventer de nouveaux systèmes, de nouveaux êtres et de nouveaux
univers… Mais nous n’accumulons pas les choses par accumulation : nous les
employons et nous les transformons. Les enfants sont des transformateurs, si
vous les laissez agir. Ainsi, prenons l’exemple d’un enfant qui démolit son
jouet pour en faire autre chose : peu d’entre vous se rendront compte qu’il
s’agit d’une création.

Je
sais qu’il est chez vous une notion qui se nomme « l’enfant
intérieur » et que pas mal d’adultes cherchant l’éveil ont tenté de
pratiquer. Cela est très louable. Toutefois, il semble qu’il y ait un certain
nombre d’illusions qui se soient engluées autour de cette notion de l’enfant
intérieur telle que vous la pratiquez. Il semblerait que bon nombre aient
greffé, collé dessus des notions de psychologie un peu tortueuses, des
questionnements sur la souffrance qui n’ont rien à voir avec l’enfance telle
que je désire vous en parler aujourd’hui… Par conséquent, ceux qui penseraient
que recontacter leur enfant intérieur ainsi qu’il a été pratiqué, correspond au
chemin que je veux vous indiquer, ne doivent pas se mettre dans l’erreur.
Certes, il y a dans cet enfant intérieur la part d’innocence, de Joie et la Semence de Lumière pure qui vous fait, et là, recontactez-le. Si cela vous aide
à pratiquer le jeu, c’est encore une excellente chose. Mais ne cherchez pas
chez l’enfant intérieur vos souffrances passées, ne cherchez pas chez l’enfant
intérieur une fragilité, une vulnérabilité : cela n’est pas le chemin.
Cela appartient au domaine de l’auto-compassion qui vous a servi à travailler
sur vous pour vous libérer, à une certaine époque encore assez récente, d’un
certain nombre d’entraves créées par les entrelacs de mémoire et d’encodages
successifs qui vous voilaient en grande partie votre Être. Aujourd’hui cela
appartient au placard d’un passé dont vous n’avez plus besoin.

Je
vous invite donc à écouter le rire des enfants et à respecter leur voie ainsi,
encore une fois, que vous le feriez d’un vieux maître un peu fantasque, un peu
imprévisible, mais absolument adorable et que vous respectez plus que tout, dont
vous acceptez de temps en temps les bizarreries. Là est le chemin. Je précise
qu’il ne s’agit de vous laisser entraîner par des bizarreries, ne vous méprenez
pas. Je vous ai parlé de l’écoute du cœur et de la loi des cœurs : c’est
cela qui fait la qualité de l’écoute réciproque et non pas le fait que les bizarreries
soient bizarres. Quand je parle de bizarreries, il s’agit simplement de l’approche
– un peu déroutante pour certains d’entre vous – qui n’emploie pas les canaux
de votre raisonnement logique et pragmatique. Vous pouvez ainsi discuter avec
les enfants de certaines stratégies à adopter, et écouter avec votre cœur et
toute votre bienveillance tendre et votre vénération au vieux maître caché en
eux, leurs suggestions parfois étonnantes. Et n’hésitez pas à jouer en leur
compagnie plutôt qu’à les obliger à des devoirs, qui les privent de leur
vibration, bien souvent.

La
transmission entre nous étant d’excellente qualité -et cela grâce au réseau actif
des enfants- je vous propose si vous le désirez la possibilité de poser quelques
questions, auxquelles je me ferai un honneur de vous répondre.

 

Le terme enfant :
cela englobe ces êtres jusque vers quel âge ?

Très
bonne question. L’âge où la puberté commence est déjà un portail où l’enfant
change, mais la qualité d’enfance peut demeurer encore, cela dépend de l’étincelle
qui est en eux. Par ailleurs, ceux que nous appelons et que vous appelez les Nouveaux Enfants de la Terre ont commencé à descendre en incarnation voici… je
ne sais pas le nombre des années, mais certains d’entre eux sont des adultes
actuellement. Tant que ces adultes ont conservé la pureté et leur étincelle de Nouveaux Enfants – certains d’entre eux sont des parents d’ailleurs -, nous les
considérons comme des accompagnateurs. Mais mon propos a surtout concerné les
enfants les plus jeunes, c’est-à-dire ceux dont le corps n’est pas encore en
train de les emmener vers davantage de poids. Je ne sais pas à vrai dire parler
en termes d’âge… Cette notion m’échappe encore en grande partie, à mon niveau,
car nous les Elohim gardons cette vibration d’enfant quel que soit notre âge. Chère
amie, je ne saurais pas mieux répondre à ta question et je m’en excuse.

S’il
n’est pas d’autres questions, je vais vous saluer et je vais laisser celle que
vous connaissez et qui se nomme Eloha, vous adresser ainsi qu’elle aime le
faire quelques notes de sa harpe et de ses mots.



via
Christine Anne K. le 09/09/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères / Marie du 8 septembre

 



Il n’est, mes Très Aimés, que Joie. Il n’est que satisfaction des cœurs et de la Lumière qui s’épanouit en vos cœurs, vers lesquels à présent vous vous tournez, à l’exclusion de tout autre sentiment, de toute autre préoccupation, à l’exclusion de toute illusion encore présente à travers les doutes, en particulier, qui peuvent vous habiter.


L’Annonce qui a été promulguée hier en cette fin de cycle lunaire n’est pas un leurre. Mais le fait que certains puissent en douter – certes compréhensible au niveau de ce que votre mental et votre ego ont besoin de maintenir comme attachements et comme certitudes face à la réalité matérielle qui vous environne –, ces doutes vous empêchent d’accéder à ce qui doit être.


La Joie n’est pas le doute, la Joie est innocente, la Joie se réjouit, la Joie est porteuse et source d’énergie, la Joie est sans arrières pensées, la Joie est simplicité, la Joie est entière. La Joie ne fait pas la part des choses et ne réserve pas une issue de secours ou un plan B. Plus votre engagement dans le canal qui va vous être présenté sera simple et joyeux, plus facilement s’accomplira ce qui vous est proposé. Sachez-le.


Je suis celle que vous appelez Marie, moi qui me nomme parfois la Mère des Mères, englobant ainsi tous les aspects de Marie, déployés au travers de toutes vos religions, civilisations et cultures, sans en exclure aucune. Je suis, ainsi que certains le disent, la Reine du Ciel et de la Terre, bien que ces mots appartiennent à votre dimension. Je suis à la fois immense et intimement proche en tant que Mère de chacun et chacune, sans exception, d’entre vous – où que vous soyez et quels que soient l’état de vos certitudes, de vos doutes, de vos joies, de vos peurs ou de vos colères. Je vous englobe tous sans exception dans le manteau de mon Amour, et j’accepte et je pardonne tout ce qui pourrait se rebeller, s’insurger, se désolidariser, se voiler la face ou simplement se désespérer. Tous ces états je les accepte, tous ces états je les couvre du manteau de mon Amour, sachez-le. Je ne vous invite pas à pratiquer un chemin de béatitude stupide mais un chemin d’élévation et de Vérité. Car vous êtes mes Enfants et je sais attendre le meilleur de vous-mêmes -car je vous connais-, et cependant je me réjouis de me laisser surprendre parfois par vos qualités et vos dons, qui peuvent dépasser ce qu’en tant que Mère j’ai pu espérer ou souhaiter.


Je m’adresse à vous à présent dans toute la plénitude, dans toute la magnificence, dans toute la grandeur simple de ce que je suis et de ce que vous êtes, pour vous inviter très tendrement à regarder en face vos doutes, et à vous demander si vous les acceptez, ou si vous décidez de les laisser sur le côté afin de vous avancer librement, souplement, gaiement et avec confiance dans la plénitude entière de vos corps de Lumière. Douter vous empêche cette plénitude, douter vous retient prisonniers dans ce que vous avez pourtant tant voulu quitter. L’ensemble de vos joies -les doutes ayant été balayés, si c’est le cas – vous portera collectivement vers cette ascension dans la Lumière que vous méritez et qui vous est offerte. L’ensemble de vos doutes vous ferme l’accès en très grande partie à cela, et vous n’aurez que des bribes dont vous ne saurez pas vous servir.


Je vous pardonne vos doutes, ainsi que je l’ai dit, et je les accueille, et je vous invite très tendrement à les déposer à mes pieds comme on dépose des fleurs aux pieds de la Mère. Ainsi font, dans certaines traditions que vous connaissez, les fidèles aux pieds de leurs mères enseignantes terrestres. Vos doutes sont des fleurs, mais ces fleurs se fanent. Ne les maintenez pas en vie : leurs pétales vont tomber quoi que vous fassiez, et vous n’aurez plus à la main que des fleurs tristes et mortes qui cependant vous auront empêchés de regarder la fleur de Lumière qui est en vous, et qui elle ne saurait se flétrir.


Vous avez donc le choix…Mais laissez-moi vous dire qu’il n’y a plus de choix. Ne prenez pas cela comme un paradoxe vain. C’est effectivement le terme du choix. Douter vous écarte définitivement, ou presque, de ce qui vous est offert. Si je dis presque, c’est que mon cœur de Mère ne peut accepter que quiconque soit définitivement rejeté, ou exclu, ou non pardonné  : cela m’est impossible.


Le chemin de Lumière qui vous est proposé mes Enfants, est clair, vaste, agréable, généreux, gai, vivant, musical, beau, et il est assez vaste pour accueillir tous ceux, toutes celles -si nombreux soyez vous- qui auront la Joie de le choisir. Ainsi est invitée à s’élever l’ensemble de votre humanité en ces jours qui vous sont annoncés.


Si vous choisissez de ne pas vous engager dans ce chemin, c’est votre liberté entière. Il vous reste  alors à traverser encore de très nombreuses expériences : cela n’est pas la voie de la simplicité, cela n’est pas la voie de l’évidence de la Lumière, cela n’est pas la voie de la liberté, quoi que vous puissiez en penser (même si c’est votre liberté en ce jour qui peut vous la faire choisir)… Et je souhaite que vous soyez libres : je vous ai créés ainsi.


Ecoutez à présent, en vous et autour de vous, la symphonie des multi-dimensions dans lesquelles votre place véritable se trouve. La Beauté, inimaginable pour beaucoup d’entre vous, de cette symphonie, vous est offerte comme ce qu’il y a de plus naturel et de plus évident dès lors que vous avez fait votre choix de Lumière. Certains de vous y sont déjà, certains de vous déjà vivent en très grande partie dans les harmoniques constantes et magnifiquement organisées de l’immensité de cette symphonie céleste. La Joie, l’Amour, la Lumière, l’Intelligence et bien d‘autres Beautés encore sont les notes et les fréquences qui la constituent.


Appelez à présent ceux qui vous sont chers et n’ayez crainte de les importuner, car vous ne le ferez pas, pour leur dire que ce choix se présente maintenant. Ainsi que l’eau se répand, ainsi que la lumière se répand, ainsi que l’air pénètre tout, ainsi que la vibration compénètre tout, ainsi ces messages doivent être entendus, reçus, intégrés et – nous l’espérons – acceptés.


Sachez que l’Amour immense de tous les êtres assemblés pour célébrer votre naissance pourrait vous paraître semblable à la plus belle gerbe de feu d’artifices que vous ayez jamais pu oser imaginer. Ainsi est ce à quoi mène ce chemin de liberté auquel je vous ai invités, auquel je vous invite et auquel je vous inviterai encore jusqu’au dernier.


Il n’est plus temps de jouer, avec ces messages, à les entendre ou à les lire sans les utiliser. Ces messages ne sont pas faits pour vous distraire, ils ne sont pas faits pour occuper votre mental à des tâches plus nobles que certaines autres, sans que cela vous change, sans que cela vous amène à vous transfigurer. Il est un temps où il n’y aura plus de messages car il n’y aura que vous, car vous serez dans la symphonie.


Mes Très Aimés, mes Tout Aimés, mes Chers Enfants, Enfants de la Source, Enfants bénis des multi-dimensions et de mon cœur de Mère, je vous invite à présent à méditer mes paroles, et mon Amour, à méditer la liberté – la véritable liberté et non pas l’illusoire – dont le chemin vous est indiqué, et à faire votre choix!


En cette nouvelle lune, tout s’ouvre. La lune ne peut que croître après avoir disparu.


Recevez la Bénédiction de mon Amour de Mère des Mères, et dans la Grâce de l’Un, et dans la Grâce de vos Êtres en déploiement. Je vous aime

……

Je vous invite à joindre la vibration de vos cœurs à ma vibration, et ainsi à entrevoir votre liberté.

…….

Je peux répondre à quelques questions, en tant que Mère des Mères…


Comment ceux qui n’ont pas entendu par cette voie les messages vont-ils être aidés, ouverts à ces vibrations et à ce qui va se présenter ?


Moi Mère des Mères je me suis adressée à chacun, depuis environ cinq semaines. Tous  -à quelques exceptions près encore, mais très peu nombreuses- ont reçu d’une manière ou d’une autre en leur cœur ma voix, mon message, qui parfois a été explicitement reconnu et parfois non. Néanmoins, la semence de ce message a été posée et elle vit en chacun. Par ailleurs, la diffusion aujourd’hui du message que j’ai donné hier et qui je l’espère devrait être donné encore par d’autres canaux, cette vibration circule, ce message circule. Par la loi de résonance et de synchronicité, ceux qui sont appelés à avoir connaissance en termes clairs de ces messages en auront connaissance, car les voies sont multiples -tant au travers de vos technologies de communication, qu’au travers des technologies de Lumière qui sont mises en œuvre par les peuples célestes qui assistent à votre éclosion.


Par conséquent, je vous dis : ne vous souciez pas à votre niveau personnel des moyens de diffusion, et de savoir qui entend, n’entend pas, connait, ne connait pas. Il vous est simplement proposé de partager ce que vous désirez faire connaître avec les personnes proches de vous que vous souhaitez informer. S’il est des personnes que vous ne savez pas comment aborder, ne vous chargez pas de cette responsabilité. Laissez votre cœur communiquer avec le cœur de la personne, laissez la Lumière faire son travail. Vous n’êtes pas responsables de ces messages, vous êtes simplement parfois leurs véhicules,  et parfois sans le savoir. L’intelligence de la Lumière est considérable, et vous pouvez vous y fier. Il est clair, toutefois, qu’un certain nombre de vos frères et sœurs refuseront ces messages et cela est leur choix.

Soyez en paix.

 

Je sais qu’une question se pose : il est déjà arrivé à de nombreuses reprises que des événements annoncés n’aient pas lieu, ou du moins ne semblent pas avoir lieu… Que peut-il être dit à ce sujet aujourd’hui, au regard de ce qui a été annoncé ?


Faites confiance à la Lumière, mes Aimés. Il ne vous appartient pas d’être les observateurs ni les consigneurs de ce qui se produit. Il vous appartient de suivre votre chemin et d’entrer dans la voie qui vous est indiquée. Je ne souhaite pas vous parler des événements extérieurs, car cela ne fait que vous détourner  -par beaucoup de supputations, d’anxiété, d’interrogations et de bavardages- du chemin intérieur de Lumière et d’explosion de Lumière dans lequel vous êtes invités à vous rendre à présent.


Ceux qui attendent des manifestations extérieures pour avoir la preuve que quelque chose d’intérieur se passe, ne peuvent qu’être renvoyés à eux-mêmes. Les manifestations extérieures ont été annoncées à de nombreuses reprises, sous maintes formes et par de très nombreux canaux. Certaines de ces prédictions sont justes, et certaines ne le sont plus. Par ailleurs tout n’est pas écrit, tout n’est pas enregistré, avant d’avoir eu lieu… Vous êtes co-créateurs, et pleinement co-créateurs de tout événement et de tous événements qui peuvent ou non se produire. Et là votre liberté est entière, au plan collectif autant qu’au plan individuel. Ne croyez pas par là que vous êtes laissés à vous-mêmes : être co-créateurs ne signifie pas être livrés au chaos. Nous sommes co-créateurs avec vous, et la Lumière est organisée en structures numériques, géométriques, musicales, colorées, qui servent de matrices à ces co-créations.  Je vous ai répondu.

 


Je me retire, avec tout mon Amour, mes Aimés.

Marchez votre chemin de Lumière, et cela sera ma Joie de Mère, en ce jour 8 septembre de vos calendriers à présent très éphémères.

 

 

 



via Christine Anne K. le 08/09/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Ashtir – n°2

 



Ashtir vous salue, depuis ces lieux
à la fois vagues et très déterminés dans lesquels il opère -ainsi que ses Frères
et Sœurs- toutes ses fabrications, créations, « entortillifications »,
bricolages célestes et sacrés, géométrisations, expérimentations, amusements
sérieux… Dédiés à la Vie et au commandement de la Source, nous, les Elohim,
employés à la création…

 

Je voulais aujourd’hui vous parler,
moi, Ashtir, de votre corps humain terrestre, composé (pour ce que vous en
savez) d’une quantité de formes, de circuits, de matières, de textures organiques,
de composants électriques, magnétiques et subtils, de torsades vibratoires que
vous appelez ADN et qui vous relient presque directement à la Lumière, entre
autres fonctions.


Sachez que votre corps a été notre œuvre, à un certain stade
de ce qu’aujourd’hui nous pourrions appelez sa pré-évolution (puisque chez vous
on parle d’évolution) – cela étant repéré à partir d’un certain stade d’existence
de vos corps, et de ce que vous nommez espèce avec un certain penchant
animalier dans votre vocabulaire, dont nous pourrions rire : vous n’êtes
pas exactement des animaux, bien que vous soyez des mammifères…

 

Nous vous avions élaborés avec un
grand soin. Votre Mère, Eloha, étant – disons dans cette équipe – celle qui
occupait le rôle de mère, c’est–à-dire de vous engendrer. Disons que la
conception était partagée et l’engendrement dévolu à notre Sœur que je viens de
nommer. Votre corps fut conçu comme un immense instrument de musique, à l’origine,
non pas tant de musique mélodique mais vibratoire  : un fort complexe
récepteur-émetteur de géométries musicales subtiles, qui sont la façon
principale dont les informations circulent dans les univers et les
multi-dimensions. Cela était la Joie commanditée par la Source, en quelque sorte,
qui animait vos créateurs dans ce magnifique projet.

 

Nous avions le choix entre bien des
formes et cette forme humaine a été finalement celle qui fut retenue, car elle
semblait le mieux adaptée à la fois à nos désirs et à certaines fonctionnalités
que nous souhaitions que vous ayiez. Il y avait également ce souci, si l’on peut
dire, disons plutôt objectif, que vous puissiez vous reconnaître comme étant à
l’image de Dieu – ce qui appartient à votre langage mais signifie une forme d’accomplissement
et de perfection des données matérialisées dans cette forme organique, qui
devait pouvoir évoluer par elle-même, se reproduire de façon toujours créative
et variée -car vous conviendrez que chacun de vos individus est unique, même s’il
y a des ressemblances- , cela est une de vos caractéristiques en tant qu’espèce.


Il était également intéressant d’élaborer le fait que vos intelligences
pourraient fonctionner séparément les unes des autres. Il n’était certes pas
prévu qu’il y eût compétition entre vous. Il n’était
pas prévu que certaines intelligences chercheraient à dominer d’autres
intelligences ou à les empêcher de se développer comme cela fut le cas plus
tard.

 

Pourquoi, me direz-vous, est-ce que
je dresse cette sorte d’historique ? Disons -vous connaissez mon côté
badin– que je cherche à vous distraire, disons que je vous invite à méditer
sur votre forme humaine et sur l’architecture de vos corps ainsi que leur
fonctionnement, en ces moments où beaucoup d’entre vous vont très certainement
connaître des modifications très importantes de leur forme, de leur matière et
de leur fonctionnement… C’est assez amusant, ne trouvez-vous pas ? J’espère
en tout cas que cela peut vous amuser, car c’est la meilleure chose qui puisse
être. L’amusement n’est pas une fantaisie stupide : l’amusement est l’état
d’esprit qui convient au jeu et à sa gaîté. Il y a en cela légèreté, ouverture,
Paix et Lumière. C’est à cela que je vous convie.

 

Sachez donc que ce que vous nommez
votre corps appartient au patrimoine universel et multi-étendu de la science de
création des corps en ces univers. Vous ne sauriez donc vous attacher
personnellement à votre corps, car il est répertorié, n’ayez crainte. Sachez
même que chacun de vous, d’une certaine manière, en tant que composition
unique, est en quelque sorte répertorié. Nous pourrions donc dire, toujours
avec cette forme de badinage que j’aime à pratiquer, que votre corps ne se
perdra pas, quoi qu’il vous arrive et quels que soient les changements que vous
pourriez rencontrer. Ceux qui craignent pour leur corps pourraient ainsi,
peut-être, avoir une satisfaction en recevant cette information de sauvegarde. Il y a des bases de données (j’emploie ici un concept issu de votre langage). Ce
qui pour nous est une base de données est infiniment plus complexe et musical
que ce que vous pouvez imaginer.

 

Amusez-vous quelques instants à
méditer sur le fait que vos corps pourraient être d’ici quelque temps ce que
vous appelez des pièces de musée. N’est-ce pas très amusant ? Avouez-le… J’aimerais
que vous puissiez en rire. Certains de vos maîtres spirituels pourraient
appeler cela un exercice de détachement. Le détachement est une clé de l’évolution.
J’aimerais que vous sachiez bondir vers le nouveau en vous détachant dans l’amusement
de ce que vous quittez, lorsque cela vous arrivera. Avouez que c’est amusant…

 

Certaines pièces dans les corps
sont immuables et auto-transformantes. Votre cœur en est une et c’est la
principale : vous ne perdrez pas votre cœur. Il ne s’agit pas du morceau de
chair à deux ventricules et parcouru d’artères dans lequel réside la pulsation
de la Source et dont vous êtes dotés. Il s’agit de ce qui est lié à cette
pulsation, qui est vitalisé par cet organe dont nous venons de parler dans vos
corps physiques, qui correspond comme vous le savez très bien à un centre
énergétique que vous nommez chakra -cela également appartient à ce vieux
corps-patrimoine, pièce de musée, dont nous avons parlé-…Mais néanmoins, la
Lumière, l’énergie, l’immensité, les facultés exceptionnelles, la Présence, la
reliance directe à la Source et la communication d’Amour dont il est capable,
font de cette pièce de vos corps ce qui est immortel, indestructible et capable
de traverser toutes les transformations de formes pour perdurer dans la Joie et
la Paix, dans l’Immensité, dans l’Amour, dans la Sagesse, et dans la mélodie de
l’Univers.

 

Attachez-vous donc à la Beauté et à
la pérennité de votre cœur.


Certains vont demander : qu’en est-il de mon
intelligence et de ma pensée, auxquelles je suis tant attaché, qui font ma
fierté sur bien des choses ? Et je répondrai : ce sont des interconnexions
électriques, ce sont des mécanismes de création engendrés de façon très
complexe, tant par votre cerveau que par vos corps subtils et votre reliance à
la Source. Mais votre cœur est également l’outil central de cette partie de
vous que vous nommez parfois esprit et qui recèle effectivement les outils de
pensée et d’intelligence -que vous avez l’habitude d’identifier à votre ego, ce
qui est très stupide de votre part, mais nous ne vous en tenons pas rigueur :
cela fait partie de votre programmation.

 

Nous vous aimons.

Pardonnez-moi la
forme de légèreté que je pratique et qui parfois peut peut-être vous vexer pour
certains, vous surprendre, mais j’espère vous amuser pour beaucoup. Mon grand
âge me permet ces petits écarts, car j’ai vu –comme je vous l’ai déjà dit une
autre fois– bien des créations, bien des univers, bien des corps et bien des
transformations. Je vous adresse donc, avec tout mon Amour et ma Sagesse de
vieil Elohim (un vieux routard de la création, pourriez-vous dire) mes encouragements
et mes félicitations pour cette transformation qu’il va vous être donné de
traverser et dont vous êtes, ne l’oubliez pas, co-créateurs.

 

Je vous salue.

via
Christine Anne K. le 17/08/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°4


Aujourd’hui
les paroles, mes Aimés, seront à l’image des perles. Leur brillance, leur
délicate contenance nous permettront de jouer la musique des mots et celle de
ce qu’ils disent. Voyez, je m’habitue à votre forme de langage… Je suis Eloha,
votre Mère Elohim, et je ne cesse de jouer la création qui est le jeu le plus
puissant, le plus sage, le plus délicat, le plus gracieux entre mes mains.

 

Naturellement,
je n’ai pas de mains comme vous en avez, mais je sais égrener les sons de ma
harpe : vous pourriez appeler cela des multi-doigts. Ainsi, je m’amuserai
volontiers à lancer les perles des mots, afin de réaliser dans le jeu et la
musique une architecture de paroles, de sons, de beauté et de concepts.


Qu’en
dites-vous ?

Voyez : je m’amuse à parler comme vous !


..Entre les autres
Elohim qui vous ont parlé et moi, ne voyez pas tant de différence, et cependant
nous avons chacun un registre – registre musical, vibratoire, registre de
formes, registre de nos joies, de nos envies, envies de créer telle ou telle
forme ou tel ou tel monde –  toujours
dans le Service absolu de notre Source bien aimée dont nous sommes les
serviteurs et les employés, doués de toutes nos capacités.

 

Ce
que j’aimerais aujourd’hui jouer, avec les perles de votre langage parlé, serait
une architecture de formes et de sons destinée à vous faire oublier la rigidité
des structures de votre mental et des impasses logiques dans lesquelles parfois
vous vous complaisez… Mais je ne souhaite pas vous mettre en difficulté : je vais
donc jouer avec modération et je n’irai pas au plus fort de mes capacités en ce
jeu.


J’espère que vous saurez m’y accompagner, car je vous invite par là à
déployer vos propres ressources de créateurs; car même si vous n’aviez qu’un
mot à créer, vous accomplissez là une tâche sacrée, si ce mot est au service de
la Lumière et de la Source. Comprenez-vous cela ?

Toute création se doit,
pour être vibrante et juste, de refléter intégralement la vibration originelle
issue de la Source et à laquelle nous donnons forme et intention, dans la plus
grande liberté et avec l’usage de notre intelligence.

Notre intelligence n’est
pas un intellect, car un intellect ne nous permettrait pas de faire notre
travail de créateurs, nous les Elohim. Ainsi, ne vous réfugiez pas dans votre
intellect lorsque la création vous prend…

 

La
Source est intarissable : la cascade des mots se produit, les gouttes du
verbe se déversent et s’organisent dans leur écoulement, où le chant de la
source, cascade, ruisseau s’amuse à moduler ces petites chutes dans une forme
que l’eau crée elle-même sur la commande des sons, car ce sont les sons qui
engendrent non seulement le bruit de l’eau que vous entendez avec vos oreilles,
mais les formes que prend l’eau, les choix dans son cheminement de ses mouvements.


Voici là ma première petite architecture : cette cascade de mots et d’eau
mélangés dans laquelle votre mental ne saurait se retrouver. Je ne cherche pas
néanmoins à vous égarer ni à vous rendre fous, cela n’est pas mon but, car ce
serait un but de destruction -je ne suis pas de ceux qui travaillent la
destruction-.


Je vous invite en cela à pénétrer les arcanes musicales qui en
vous-mêmes peuvent apprendre à se déployer, afin que vos mots, vos paroles,
s’enrichissent : dans un premier temps en vibrations subtiles de par la Joie que
vous pouvez avoir intérieurement en les disant. Dans un deuxième temps, vos
mots et vos paroles pourraient s’enrichir de tonalités musicales légères. Cela
veut dire que, d’une certaine façon, vous pourriez les chanter un peu plus.

 

Souvenez-vous
que tout cela n’est que Service, et non pas fantaisie…Il est certain que la
fantaisie peut être un petit morceau de l’exercice, pour relâcher vos structures
rigides : à ce niveau là, la fantaisie a sa place un tout petit moment, mais
elle n’est pas le but, et elle n’est même pas le moyen ni la forme. Elle n’est
qu’une petite clé, utile à certains et superflue pour d’autres…


Ainsi donc la
parole, les sonorités des mots que vous employez et des mots que vous pourriez
créer participent de cette architecture sur laquelle aujourd’hui nous jouons.
Bien sûr, comme vous êtes silencieux autour de nous, l’interaction ne peut être
entre nous qu’intérieure.

 

Je
vous invite à aller au bord du ruisseau et à repenser à ce jeu que je viens de
vous proposer, au bord du ruisseau, dans le chant du ruisseau, où votre honte
(si stupide parfois) ne pourrait vous empêcher de lancer quelques mots sans
risquer qu’ils soient entendus par des personnes dont les oreilles ne vous
satisfont pas. Vous pourriez donc dans ce ruisseau jouer à entremêler les mots
avec l’eau, ainsi que j’ai tenté de vous l’indiquer dans ma petite histoire de
cascade, si jolie, et si limitée par la limitation de vos mots.


Cela vous
exercerait à déployer dans la chatoyance des mots et de votre voix certaines
perles qui ainsi prendraient forme, et s’ajouteraient aux grands bols de perles
dans lesquels moi et vous pouvons puiser pour nos jeux…


Nous créons ensemble
votre nouvelle Terre, il ne s’agit pas de futilité ni d’exercice vain.


Imaginez
que ce bol de perles est déjà bien rempli et qu’avec vos doigts vous pourriez
les faire rouler, tinter, glisser et que chacune de ces perles aura la capacité
d’être un mot ou une parole; mais qu’au lieu de s’agencer d’une façon stricte
comme votre langage a besoin de le faire, elles peuvent s’agencer autrement
: non pas de façon anarchique ni chaotique – car cela n’est pas notre façon de
créer – mais simplement d’une nouvelle façon, dont les lois géométriques et
musicales sont plus larges, plus complexes, plus vibrantes, plus riches, plus
intégratrices de tout ce que les multi-dimensions dans leurs communications
avec votre nouveau monde peut donner et recevoir.

 

Sachez
que vous apprendrez de plus en plus à communiquer par la vibration pure, mais
la vibration pure peut être comme une architecture de perles. Les sons s’orchestrent
et se combinent en cascades ou en géométries pour constituer…(petit silence).. Je ne trouve pas
le mot pour dire dans votre langage ce que je souhaitais vous faire entrevoir; nous pourrions donc créer un nouveau mot pour cela : disons des « perlifications ».
J’ai choisi ce mot parce que le mot perle est à la base de ce que je tente de
vous faire entrevoir aujourd’hui.


« Perlification » désignerait non
pas réduire quelque chose à la forme d’une perle, mais au contraire déployer
une architecture de perles différentes en une forme harmonieuse et créatrice de
sens, afin de créer de la communication intelligente, voire de la beauté, et d’insérer
cette communication intelligente dans une harmonie – l’harmonie des sphères,
diriez-vous, dans le langage de vos poètes et de votre philosophe Pythagore… Pythagore était l’un des nôtre, je crois, et nous avons joué avec lui de
maintes façons et pour le plus grand bien de ses œuvres en votre Terre.

 

Mes
propos pourraient vous sembler décousus, mais j’ai décidé aujourd’hui, comme je
vous l’ai dit, de jouer avec votre langage. Dans ce cas les mots s’échappent
dans des directions différentes, de même que les perles lorsqu’on laisse tomber
le bol. Toutefois aucun bol n’est tombé -car si le bol tombait ce ne serait
pas un accident, mais simplement une étape dans le jeu de création.


Ainsi je
vous laisse mes perles et je vous invite à créer les vôtres. Le propre des
perles étant de rouler, elles peuvent circuler dans différents canaux, se
rencontrer, se séparer; elles peuvent enrichir votre vocabulaire. Allez au bord
de la rivière et jouez près de l’eau de la perlification dont je vous ai parlé.
Cela n’est pas une obligation pour ceux qui n’y voient aucun intérêt : cela s’adresse
à ceux qui y trouvent un sens et une joie!


Vous avez quoiqu’il en soit à
développer des formes de langage qui actuellement n’appartiennent pas encore à
votre langue et à vos méthodes de communication. C’est pourquoi je vous invite
à vous rappeler qu’il y a des règles de création subtiles et joyeuses et non
pas seulement des impératifs techniques, raisonnés, et des structures vides.

 

Je
vous remercie d’avoir accepté ce petit jeu de perles et je vous invite à la
légèreté, à l’humour, à la déridation de vos fronts et à la pétillance dans vos
yeux lorsqu’ils se regardent les uns les autres. Je vous invite à trouver dans
vos cœurs la justesse et l’harmonie indispensables à toute œuvre dans vos
nouvelles formes de vie.


Ne commettez pas l’erreur de considérer que mes propos
ont été une sorte de toile d’araignée mentale, mais bel et bien un élargissement
dans le cœur de vos capacités, que l’image de la toile d’araignée dans sa
magnifique géométrie subtile peut vous servir à intégrer, si jamais elle vous
est utile.

 

Je
vous aime, je vous dis à bientôt et je vous invite à ne jamais oublier la
Grâce, l’harmonie, la Joie dans la création et dans la Joie des créatures. Je
suis Eloha, je vous ai parlé et je me retire.

via
Christine Anne K. le 13/08/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.