Eloha – n°11

 

– lien pour écoute/vidéo de cette canalisation : http://vimeo.com/29491028

 

 

Long chant introductif


Ô mes Très Aimés, me voici, Eloha, Mère Elohim Créatrice, et si joyeuse et tendre de vous retrouver, du moins en paroles car je n’ai cessé d’être près de vous, mes Très Aimés, mes Tout Doux, mes Très Beaux.

Qu’il est doux et joyeux à présent de savoir vous faire chanter ainsi, de pouvoir entendre ces mélodies que votre voix sait, que votre voix fait, que vous êtes, avec lesquelles vous pouvez jouer !

chant

…Je ne cesserais de chanter, si ce n’était aussi le moment de vous dire des choses, un petit peu en paroles. Mais, de même que cet aspect de moi, Marie-Isis, s’est exprimée avec peu de paroles, de même je souhaiterais également en avoir peu.

Vous n’avez plus besoin, mes Très Chéris, tant d’écouter avec votre mental qui analyse des codes et décortique le sens des paroles et leur construction, que simplement d’entendre, sans cesse, en vous et autour de vous : ce qui est, ce qui se chante, ce qui se joue, ce qui se fait et se défait, s’architecture, ce qui se danse, ce qui traverse parfois les dimensions, les retraverse, et toutes les formes qui ainsi se créent, se répètent, se symphonisent perpétuellement, tout autour de vous et par vous. Car vous n’êtes pas étrangers, mes Très Chéris, à ce qui se fait et à ce qui se joue : vous êtes entièrement co-créateurs, co-responsables, co-étants et co-agissants de tout cela.

Ces quelques paroles ne servent à vrai dire qu’à rassurer la petite partie de vous qui encore s’accroche aux habitudes de penser de façon formulée pour avoir des certitudes, qui -à vrai dire- sont peu de choses en comparaison des certitudes que vous pouvez avoir dans votre véritable sens d’écoute : celui de vos êtres, de vos essences, qui eux n’ont nul besoin de ces quelques paroles… Mais néanmoins, je sais que nous avons encore besoin -vous et moi, et nous avec vous- d’établir ce lien. Il demeure important, il demeure un aspect du Jeu.

Je vais cependant continuer à jouer avec le chant, et pas seulement avec les paroles, pour pouvoir développer l’entièreté de se que je souhaite vous dire, vous raconter, vous partager aujourd’hui…

chant

Voici que ces quelques phrases chantées, mes Très Chers, ont ainsi célébré, dans la plénitude des architectures sonores transmises par cette voix, ce qui vous a été annoncé, formulé peu auparavant par Marie-Isis et qui concerne votre Vérité, votre véritable Être, Essence. Ainsi ce chant, mes Très Aimés, permet de desceller encore certaines coquilles dont les attaches sont restées fermées.

chant

Mes Aimés, je sais qu’à présent mon frère Eshtananda serait capable et ravi de vous expliquer la nature du programme que je viens d’installer en vous par ce chant. Cela n’est pas ma nature d’expliquer les programmes de cette manière : je suis simplement en train de jouer de ma harpe, et je le fais non seulement avec doigté, avec jeu, avec amour, mais avec croyez-moi une grande précision. Ainsi, ce ne sont pas quelques explications adressées à votre mental qui pour moi sont d’une grande utilité. Bien plus utile est ce que je chante pour vous en ces instants, mes Très Aimés, et je me réjouis de pouvoir ainsi ajouter, réajuster, revisiter certains petits et grands aspects de votre composition.

Nous allons donc poursuivre. N’oubliez pas que j’aime jouer avec les perles : cela est important pour ce qui va suivre…

chant

Je vais vous inviter, mes Très Chéris, à bien agiter ces quelques perles à présent. Imaginez que vous tenez un grand coquillage dans lequel elles sont rassemblées, que vous pouvez les agiter faisant ainsi un joli bruit et dynamisant joyeusement ce qui vient d’être déposé dans chacune. Cela constitue un certain nombre de codes, comme vous dites, et le fait de les agiter ensemble ainsi, les inter-relient d’autant mieux. Cette image peut vous paraître futile mais il n’en est absolument rien, bien au contraire. Je vous rappelle qu’une perle est la quintessence d’une action, la cristallisation d’un chant et la perfection d’une forme.

chant

Ainsi, moi Créatrice, moi Mère Elohim, moi joueuse de perles et de harpe, installatrice de perles sonores, je vous informe, mes Très Aimés, mes Enfants, de votre plénitude. Vous pouvez à présent, dans l’Océan que vous êtes à vous tous, danser, jouer la danse et les formes infiniment subtiles… A vrai dire, vous n’avez pas de mots pour décrire ce dont je vous parle à l’instant, mais je vous parle de ces perles – mais si je vous dis d’imaginer des perles dans l’océan, cela est une image extrêmement dérisoire, je ne souhaite donc pas que vous puissiez vous arrêter à cette image. Je vous demande donc simplement d’être cet ensemble de perles et cette perle unique tout à la fois que vous êtes, et je vous remercie d’avoir été là pour entendre et intégrer ce que j’ai chanté. Car cela devait être. Cela est ma nature et mon travail, cela est ma joie, cela est ce que je suis pour vous, cela est ce que vous êtes pour moi. Nous avons donc, ensemble, co-accompli ce qui devait l’être, et je n’en dirai pas davantage par la voie des mots.

chant

Je vous salue, mes très Aimés. Je suis Eloha, Créatrice. Vous êtes mes Enfants. Mon Amour pour vous est sans limites, et nous sommes à tout instant et sans cesse en train de parfaire cette magnifique Création.

Soyez. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 22/09/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Eloha – n°9


Cette canalisation débute par un chant aux nombreuses syllabes -langage vibratoire de lumière-

Accueillez, mes Très Aimés, cette cascade de sons, qui sont les sons de mon langage en lequel j’aimerais bientôt pouvoir m’exprimer auprès de vous, mes Très Chéris, mes Splendides Créatures…Vous qui êtes en train de franchir les seuils de votre Perfection la plus accomplie, avant pour beaucoup d’entre vous de vous transformer en d’autres formes, natures : pour d’autres aventures dans d’autres vibrations, où vous serez néanmoins toujours l’Être que vous êtes.

Les sons sont une voie que vous ne pouvez pas éviter. Sachez que les sons sont de la lumière, du moins dans leur véritable réalité. Ainsi, dans vos structures, vous êtes son, vous êtes lumière, vous êtes joie, vous êtes couleur, vous êtes ce que nous appellerons (pour désigner cela par un mot) mathématique -bien que cela réfère à des choses désagréables pour certains d’entre vous… Mais il s’agit là de désigner une organisation complexe et raffinée, qui emploie les nombres et les structures , et les harmoniques complexes issues des nombres et de leur emploi. Cela est musique, cela est Joie, cela est perpétuel déploiement, cela est vie, cela n’est pas figé – cela est rigoureux mais non figé. Cela est rigoureux comme une partition de musique, mais toutes les variations et les arrangements sont ainsi accueillis, déployés, joyeusement explorés, sans jamais que cela crée le moindre chaos ni la moindre confusion. Cela s’inscrit dans un ensemble dont vous ne sauriez encore aujourd’hui vous figurer la splendide et la parfaite complexité… Il y a orchestration, immense orchestration, de par cette complexité et les formes qu’elle implique et qui la structurent.

Votre Joie est l’un de vos atouts (je m’exprime là en créatrice), votre Joie fait partie de ce que vous êtes ainsi que vous avez été créés… Ainsi votre Joie n’est pas un sentiment qui flotte par hasard ou vous traverse de temps en temps, non : votre Joie est une structure inhérente de votre Être, de votre forme telle que vous l’avez actuellement, votre forme humaine. Cette Joie bien sûr a été à de nombreuses reprises et sous différentes formes dévoyée, amenuisée, brisée, etc… Mais actuellement – pour ceux qui ont su accepter leur chemin de Vérité – cette Joie s’est restructurée, a retrouvé ses alignements, ses harmoniques et sa plénitude : ainsi votre Joie est l’un de vos atouts, comme je viens de vous le dire. Considérez-la comme une vague porteuse dans laquelle vous pouvez en quelque sorte vous glisser, pour naviguer, pour sortir, pour vous sortir de là ; car à présent l’enjeu va être – pour ceux qui le désirent –  de sortir de ce que vous appelez les restes de la matrice.

La matrice, sachez-le, n’existe plus réellement. Ne demeurent actuellement que les structures, les échos et les croyances qui la font en quelque sorte encore donner l’illusion qu’elle pourrait exister. C’est cela dont vous désirez sortir, et votre Joie – en tant que programme structurant ce que vous êtes dans cette dimension que vous souhaitez quitter – est donc pour vous une onde porteuse. Ne croyez pas, lorsque je vous dis cela, qu’il faille employer des artifices pour créer de la joie factice, circonstancielle en étant (comme vous dites) gais, primesautiers… La Joie vous a été à maintes reprise décrite et expliquée : c’est un état intérieur de plénitude et de Lumière, d’Unicité dans l’Amour, de rencontre totalement heureuse avec sa propre Vérité, qui vous donne paix, certitude, abandon de soi dans la Lumière de votre Être, et sécurité absolue en cela.

Cela est ce que j’appelle votre Joie. Ainsi, il ne s’agit pas de la fabriquer au moyen de certains jeux qui appartiennent à votre culture, même si ces jeux sont très respectables et si certains sont d’excellentes créations, réalisées par vous… Votre Joie réside au fond de vous, et vous la touchez lorsque vous savez reconnecter cette flamme intérieure si pure et si simple, lorsque vous abandonnez vos attentes, vos envies, vos pensées concernant le monde extérieur qui n’est qu’illusion, et que vous vous tournez en toute Beauté, Simplicité et Humilité vers la Beauté de la Source qui sans cesse flamboie et s’écoule en douceur et puissance à l’intérieur de votre Être.

Ainsi cette onde porteuse de votre Joie réside là, en cet intérieur si précieux, si intime et si splendide. Je l’ai placée là il y a bien longtemps, lorsque j’ai eu la joie de créer vos corps, car je savais qu’elle était inexpugnable et que rien ne pourrait jamais la détruire. Certains d’entre vous ont désigné cela par un mot : « âme », qui peut peut-être aider certains à recontacter ce dont je viens de vous parler. Ce mot ne convient pas à tout le monde, personnellement je préfère le mot Joie car, n’est-ce pas, il est plus joyeux, il est plus puissant… Le mot âme tel que vous l’employez généralement a quelque chose d’un peu évaporé qui ne convient pas tant à la situation dont je vous parle. Néanmoins cette notion d’âme peut vous aider à identifier en vous le lieu de votre Joie, si cela est ce qui vous convient.

Je vous ai parlé récemment de l’étincelle qui se trouve dans vos regard, rappelez-vous. Cela est également un des aspects de cette Joie dont je vous parle et cela est une de ses manifestations. Cela est donc un moyen de la trouver ; cela est également un moyen de la partager et (comme je vous le disais ce jour-là) de pouvoir la rallumer parfois chez la personne que vous rencontrez – cela sans effort et en toute spontanéité, en toute Lumière, et en toute innocence.

silence

Je vous invite à écouter dans le silence, quelques instants, les sons de votre Lumière, sons qui sont peut-être inaudibles à votre oreille de chair mais qui sont parfaitement audibles à l’oreille de votre coeur et de votre Joie.

silence

Sentez la Splendeur qui chauffe et anime votre coeur, sentez-la dans votre poitrine… Cela est une sensation dont vous pouvez être conscients. Cette sensation peut également vous guider car elle fait partie de l’arsenal des manifestations de votre Joie.

Plus vous serez présents à ces quelques repères que je viens de vous décrire, plus vous serez présents à votre coeur, à votre intériorité, à votre Joie intérieure, au son de votre Lumière, plus vous vous maintiendrez vous-mêmes sur le bon chemin , et plus également -par résonance, par bio-résonance- votre attitude intérieure pourra communiquer ce chemin à toute personne qui n’aurait pas cette conscience mais qui serait prête : n’est-ce pas merveilleux ?

Je vais m’adresser à vous à présent quelques instants dans mon langage, et je vous avertis que ce canal parlera souvent ce langage, qui vous informera bien plus subtilement et complètement que les mots, familiers à votre mental et certes extrêmement utiles et nécessaires, que nous employons et avons employés, et emploierons encore mais peut-être de moins en moins…

nouveau chant / langage de lumière

Avouez que c’est ravissant, n’est-ce-pas ? Vous aimeriez parler cette langue, j’en suis sûre… Que de cascades de sons ravissants, que de possibilités vibratoires, que de Joie, que de Simplicité ! Que de perles cristallines, sonores, et que d’informations !…

Ne croyez pas que vous n’avez rien compris : vous avez tout reçu. C’est un langage de Lumière et cela parle, cela désigne, cela raconte, cela transmet et cela harmonise

suite du chant

Je vous laisse méditer cette dernière phrase dans vos coeurs…

Ainsi s’achève notre rencontre d’aujourd’hui, mes Très Aimés, mes Perles de Lumière, mes joyeux Enfants de la Joie. Ainsi donc, soyez votre Joie et laissez-vous porter par elle et ne craignez pas d’entendre les sons que vous ne connaissez pas encore.

Je vous aime. Je suis Eloha, mère créatrice Elohim, et je vous couvre de tout mon Amour, et de mes chants cristallins qui compénètrent sachez-le, depuis toujours, la moindre de vos cellules. Alleluiah

via Christine Anne K. le 5/01/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°8


Très Aimés, je me présente à vous, je suis Eloha, votre Créatrice qui vous aime. Vous êtes pour moi perles chatoyantes, gouttes de Lumière, corps de beauté, architectures de vibrations subtiles, un peu de l’eau, un peu du feu, un peu de minéraux, de l’air qui circule dedans, de l’éther… Vous êtes notes de musique, une fois ces éléments stabilisés.

J’ai mis tout mon Amour et ma science dans cette œuvre, qui bien sûr et à mon émerveillement ne cesse d’évoluer par elle-même : vous.


J’adore, ainsi que je vous l’ai déjà dit, aller jouer les perles de ma voix sur les cascades d’eau et de Lumière, et je me réjouis immensément et joyeusement car je sais que ces cascades de Lumière, vous allez les rencontrer pour beaucoup d’entre vous, en quittant les illusions rigides, et sombres, et opaques de cette densité illusoire mais dense dans laquelle vous vous êtes trouvés obligés de rester, et cela malgré moi.


Je voudrais entendre votre rire de joie, d’émerveillement, de puissance lorsque vous allez cascader, lorsque vous allez jouer de votre Lumière, lorsque vous allez créer comme vous l’a dit Ashtir, dans les cadres d’un modèle, votre nouvelle forme, votre nouvel Être dans sa forme nouvelle, car l’Être en son essence ne change pas; même si votre conscience, on pourrait dire, va changer, car elle va retrouver ses capacités illimitées que dans votre dimension dense elle a perdues… Certains d’entre vous, je le sais, déjà ont retrouvé du moins en grande partie ces capacités illimitées, mais sont encore en quelque sorte coincés par la présence corporelle, et nécessaire, dans ce monde qui est le vôtre encore.


Votre corps fut une extrêmement belle création avec de nombreux détails extrêmement joyeux et raffinés. Je vous en avais raconté un ou deux la dernière fois que nous nous sommes rencontrés… Je ne m’étendrai pas sur les modifications qui par la suite (et contre mon gré) furent adjointes à vos corps, ni à ce qui en fut soustrait par ceux qui s’emparèrent du contrôle du monde dans lequel vous viviez et avez continué de vivre. Mais je tiens à vous rappeler aujourd’hui, justement, la très belle perfection et la magnifique création raffinée, splendide qu’étaient vos corps à l’origine -origine que vous portez encore en vous, même si vous ne le savez pas dans votre conscience mentalisée que vous appelez pensée et connaissance.


 Je vous inviterai donc, mes très Chers, mes très Aimés, mes très Choyés, partant de ce que je vous dis, à la Joie de vous rappeler -aussi bien que vous le pourrez- le fait de cette très belle origine car, dans le franchissement du Seuil que vous allez pour la plupart d’entre vous réaliser d’ici peu, laissez-vous appeler par ce qu’il y a de plus beau en vous, de plus parfait, de plus immense et de plus joyeux… Cela a fait partie des programmes d’origine de vos corps, corps non seulement physiques, mais subtils et de Lumière. Ne vous voyez pas à la baisse, voyez-vous à la hausse (pour employer des expressions que je n’aime pas beaucoup mais qui appartiennent à votre système de compréhension).


Ainsi, j’aimerais que vous puissiez retrouver en vous le goût des cascades rieuses que j’avais instillé au sein de vos gènes dans un petit programme musical, rieur, cristallin, par exemple…Je ne vais pas vous lister tous les programmes, cela serait ennuyeux. Je compte simplement sur la capacité subtile et vibrante de votre mémoire corporelle de reconnecter à ces systèmes d’information qui sont encore présents dans vos codes génétiques et ainsi, vous reconnectant à vos origines les plus authentiques, et les plus belles, et les plus immenses, de vous retrouver de l’autre côté du Seuil en toute Puissance et en toute Joie…


Car les multi-dimensions vous attendent dans votre Puissance et votre Joie. Votre perfection vous a été enviée, si l’on peut dire. Ne la négligez pas, ne la sous-estimez pas -cela néanmoins en toute humilité et en toute simplicité : il ne s’agit pas de faire reluire vos egos spirituels ou ce qu’il en reste encore… Notre vénéré Ashtir vous a déjà suggéré certains exercices agréables et intéressants de jeu avec votre forme, et suggéré la rencontre avec des êtres d’autres formes. Je me joins à lui dans cette suggestion.


Pratiquez la danse de vos corps en imaginant également celui de tel ou tel animal que vous aimez car peut-être, sans le savoir vous lui ressemblez, et vous allez le rencontrer comme votre frère. Votre corps a été créé avec cette capacité de danser, et de faire vibrer la musique dans ses plus grands raffinements au sein de vos cellules et de l’eau de vos cellules, pour vous faire danser, pour vous faire chanter. Cela n’est pas  une capacité bête et de hasard : cela a été l’une de mes créations dans votre programme, et elle est beaucoup plus étendue en termes de capacités que ce que vous pouvez croire…


Votre capacité de danser est une capacité de créer dans l’espace avec votre danse des géométries subtiles qui peuvent se déployer autour de vous, et elle est  d’entrer en vibration avec d’autres -par exemple celles des autres personnes qui danseraient non loin de vous. Cela alors pourrait avoir pour effet de créer des formes subtiles qui demeurent un certain temps, produisant de la Joie, rehaussant le niveau vibratoire, et stimulant les processus de vie. C’est donc une chose que vous pourriez faire avec d’autant plus de liberté lorsque vous ne serez plus encombrés par la densité, et par l’aveuglement de l’illusion et les rigidités de votre mental, qui vous gênent dans vos mouvements et dans ses créations.


De la même manière, lorsque vous chantez ensemble, il se produit un autre phénomène : la mise à l’unisson, par exemple lorsque vous chantez en chœur, de vos voix, a pour conséquence la création d’une onde de forme qui crée une forme assez durable que vous ne voyez pas, mais qui nourrit vos corps ainsi que l’environnement naturel dans lequel elle se propage. Lorsque vous chantez seul, un autre phénomène se produit qui en quelque sorte s’enroule autour de vous, ou s’enroule autour de l’enfant à qui par exemple vous chantez quelque chose, créant une vibration nouvelle dans ses corps subtils, temporaire, mais qui peut causer beaucoup de plaisir et restabiliser en les réharmonisant certains dérèglements, certaines dysharmonies ayant pu survenir.


 Je vous rappelle donc par ces petits exemples que vos capacités sont bien plus immenses que ce que vous avez coutume pour la plupart d’entre vous de croire. Ainsi, exploitez ces capacités et elles vous suivront lors de votre translation. Alleluiah

Je vous adresse tout mon Amour. Je vous invite à rire, à chanter et à danser et à faire résonner dans votre corps la mémoire de sa perfection divine. Recevez tout mon Amour de Créatrice. Je suis Eloha, votre mère Elohim et je me retire de cette communication, si vous le voulez bien.


via Christine Anne K. le 8/12/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere

 

 

 

 

 

 

 

Eloha – n°7


Mes très Aimés,
quelle Joie, quelle Joie de vous retrouver !

Je sais qu’ici vous
êtes nombreux et je m’en réjouis. Je suis avec vous. (Vous êtes à vrai dire
bien plus nombreux que vous ne le pensez, mais cela est une parenthèse)… Je n’emploie
pas tant les parenthèses dans mon langage ni dans mon travail de
créatrice : j’agis, et j’aime, et je suis. C’est cela que vous êtes
appelés à être : agir, aimer et être. Agir sans aucune volonté orchestrée
par le mental, mais agir dans toute la fraîcheur, la grâce, la beauté,
l’énergie ultime et sans faille de votre être qui a gardé – si vous savez la
retrouver – l’étincelle originelle qu’étant enfant vous savez encore préserver,
mais que votre éducation peu à peu s’est employée à empoussiérer, à éteindre ou
à étouffer. Parfois, Dieu merci, vous avez pu garder cette étincelle et parfois
certains d’entre vous savent à merveille la cultiver, quel que soit le poids de
l’environnement.

Ces trois mots – agir,
aimer et être – à vrai dire n’en font qu’un, car agir de la sorte ne peut se
faire sans que cela soit aimer, et cela de peut qu’être être, en toute
simplicité et en toute vérité. C’est donc aussi, pourrait-on dire, la pratique
de l’Un qui est en vous, dans la Joie, l’Amour, la Vérité, la Simplicité et la
pétillance de l’étincelle.

Vous remarquerez qu’une étincelle est un instant
d’allumage et qu’une véritable étincelle – c’est-à-dire, qui dure et qui n’est
pas une fulgurance sans lendemain -, la véritable étincelle qui dure est un
allumage permanent. Ne me demandez pas comment cela se fait : vous devez
le vivre et vous savez le vivre. Et si vous ne savez plus le vivre, je vous
aide, croyez-moi. : je vous demande simplement de tourner votre cœur vers moi, à
tout instant où vous souhaiterez le tourner vers moi. Ainsi votre étincelle ne
peut que vivre… Et imaginez à présent l’infinie multitude d’étincelles qui
peuvent se côtoyer en vos personnes, en vos êtres, et en présence des êtres qui
vous accompagnent  et qui ne sont pas forcément de chair. Imaginez l’extraordinaire
feu d’artifices, l’extraordinaire scintillement, l’extraordinaire joie, et la
pétillance de ce mouvement d’Amour et de Joie vers l’Un qu’est chaque étincelle
ainsi multipliée et surmultipliée par le nombre. Cela est beau,
n’est-ce-pas ?

Je vous ai déjà
parlé d’eau, ou de musique, ou de perles. Aujourd’hui, je vous parle du feu de
votre étincelle, et de comment jouer avec les étincelles. Il ne s’agit pas de
mettre le feu, quoique !… Il s’agit à vrai dire de mettre le feu, mais pas le feu
qui détruit, du moins pas le feu qui ravage : mais le feu qui purifie, le feu
qui est la Vie – et cela n’est pas strictement l’image du feu tel que vous le
connaissez dans votre troisième dimension. Il s’agit là dans mes paroles d’un
autre degré du feu qui vous a par ailleurs été expliqué en d’autres lieux et
par d’autres intervenants.

Parlons donc d’allumage. Chaque fois que vous
respirez, chaque fois que vous faites un souffle, c’est un instant
d’allumage : vous rallumez votre étincelle et ainsi elle se rallume à
chaque souffle. Bien sûr, si vous respirez, comme vous dites « en
conscience », la qualité lumineuse et active de votre étincelle est
infiniment plus ample, plus riche et plus active que si vous respirez
mécaniquement (en pensant à autre chose et sans accorder le moindre intérêt à
votre respiration), ce qui je le sais est le cas – en raison de votre système,
de votre éducation et de l’illusion dans laquelle vous baignez encore en de
nombreux aspects – ce qui est le cas, donc, d’un trop grand nombre d’entre vous.
Mais sachez que si les étincelles se multiplient, elles communiquent autour
d’elles l’allumage.

Respirez donc en
conscience, allumez votre feu. Cela est d’une grande simplicité, n’est-il pas
vrai ? Amusez-vous donc de la Joie de cette simplicité. N’est-il pas
extrêmement léger et amusant de se rendre compte qu’il suffit de respirer pour
être cette étincelle et pour participer ainsi au feu d’artifices et au
scintillement que sont, que doivent être vos derniers instants dans cette
dimension ? Ainsi que vos futurs instants dans le monde qui est appelé à se
créer avec vous, comme mon frère Eshtananda vous en a parlé tout récemment
et si bien !

Je vous laisse
respirer quelques instants… Je vous laisse goûter la joie de la conscience, et
de la recherche – en chacun de vos souffles – de l’instant ou des instants de
l’allumage de l’étincelle. Ces étincelles peuvent être colorées, et certains
d’entre vous le savent. Il peut y avoir des combinaisons de couleurs qui créent
certaines vibrations comme certains d’entre vous le savent, (mais vous êtes peu
nombreux à ce jour). Cela participe de la constitution des formes, des
géométries subtiles et des agencements de couleurs qui font partie des éléments
architecturaux de tout ce qui orchestre les multi-vibrations, ce qu’on appelle
dans votre langage l’Univers. Ainsi, cela conjugué à d’autres forces, à
d’autres formes vibratoires, ainsi qu’aux éléments que vous connaissez – je vous
rappelle que nous avons parlé du feu et qu’il y a donc les autres -, cela donc,
cette architecture, aboutit à différentes mises en forme, et parfois
matérialisations, dans ce que donc nous appelons ici l’Univers.  Je n’entre pas
dans les détails ; il s’agit simplement de vous faire entrevoir, avec les
connaissances et les moyens dont vous disposez personnellement, de quoi nous
parlons et quelle est votre place au sein de cela.

Comprenez donc que par votre
étincelle entretenue par votre respiration, entretenue aussi bien sûr par votre Joie, par votre Vérité, par votre authenticité, par votre reliance à la Source,
par votre Amour… Que donc vous êtes les co-créateurs en tout instant par
votre vibration – celle de votre étincelle et celle d’autres composants de ce
que vous êtes -, les co-créateurs de toute cette architecture qui sans cesse, ainsi
que les étincelles se rallument à chaque instant, vit, palpite, se recrée en
permanence comme tout ce qui est vivant et ne cesse d’évoluer au rythme de l’évolution
des consciences – non seulement les vôtres mais toutes celles qui peuplent
largement ce que nous appelons ici Univers.

Je me réjouis de
partager cela avec vous. Vous grandissez, vous évoluez. Bien des choses se sont
passées depuis que nous nous connaissons qui vous ont fait lâcher pas mal de
poussières, de rigidités, d’incompréhensions, de naïvetés, et des grands
lambeaux d’illusion qui sont en train de se déchirer : ce qui fait
qu’aujourd’hui je peux vous parler de ce dont je vous parle  (ce qui je crois
n’aurait pas été approprié en ces termes il y a quelques mois, reconnaissez-le).

Je vous aime. C’est
la première et la dernière et l’ultime essentielle donnée dans tout cet
ensemble de données .

L’ensemble de données auquel de me réfère est toujours ce
que j’ai appelé Univers depuis tout à l’heure; mais cela n’est qu’une convention,
car ce que vous appelez Univers est une abstraction pour vous, et reflète en
réalité une notion que vous ne savez pas très bien envisager (ce dont je ne
vous tiens pas rigueur), la première difficulté étant que vous confondez Univers
et Cosmos, ce qui à votre échelle est parfaitement naturel. Sachez donc, très
très brièvement, qu’il y a de nombreux univers et que vous êtes inscrits dans
l’un d’eux; et que bien évidemment tous ces univers, à un certain degré
vibratoire de leur essence, ne font qu’Un. Sachez juste qu’ils ne se
ressemblent pas. Ne croyez pas qu’il y ait des duplications de votre Cosmos : votre mental s’égarerait dans une fausse piste. D’ailleurs je ne fais pas appel
à votre mental mais à ce qui est appelé chez vous supra-mental et qui est votre
véritable faculté d’intelligence et de connaissance, celle qui est directement
en relation avec la vibration du cœur, alors que votre mental en est coupé.

Sachez que
l’étincelle qui est la vôtre se lit dans votre regard. Cela est l’une de mes
œuvres et j’en suis très heureuse. J’ai placé dans votre regard cette étincelle
qui est en vous, que votre souffle entretient, qui est votre reliance à la Joie
de la Source, qui est de nombreuses choses à vrai dire : qui est par
exemple ce que vous appelez la vie de votre âme, qui est le feu de l’Amour
reflété en vous, etc. Sachez donc que votre regard en est porteur ;  et lorsque
vous échangez vos regards avec leurs étincelles vous créez, non pas une
étincelle supplémentaire mais néanmoins un pont vibratoire qui amplifie, disons,
l’électricité de ces étincelles et de l’ensemble de l’architecture vibratoire…

Lorsque donc vous échangez vos regards avec leurs étincelles – cela lorsque vos
regards liv ent leur étincelle authentique – vous participez instantanément à
la création de la montée vibratoire, la vôtre, en échangeant vos regards, mais
aussi celle qui vous entoure. Cela est très très subtil mais cela existe.

Alors n’éteignez
pas les étincelles et retrouvez celles qui sont voilées ou endormies : elles ne meurent pas, c’est impossible… Il est des gens qui se sont coupés de
leur étincelle, par choix, parce que leurs conditions de vie leur ont fait
croire qu’ils ne pouvaient pas la supporter. Peut-être, par votre regard tout
simplement, pouvez-vous peu à peu contribuer à leur donner le courage et la
joie de rencontrer à nouveau leur étincelle, que par un mécanisme regrettable ils ont parfois réussi à séparer réellement d’eux… D’autres se sont contentés
de l’enfermer, et dans ce cas-là aussi l’étincelle des regards, la
compréhension des cœurs, le non jugement, la joie d’être ensemble peuvent
contribuer à enflammer la boîte qui contient l’étincelle pour qu’elle revienne
à la vie.

J’ai envie enfin de
vous parler de l’étincelle des enfants… Notre bien aimé enfant Istirulwah vous
a parlé de cela mais j’insisterai encore : n’éteignez pas les étincelles
des enfants ! Ne les faites pas se mettre dans une boîte, ne les faites pas se
séparer de leur étincelle pour avoir le regard mort ! Les étincelles de vos
enfants vous sont précieuses car elles peuvent également et formidablement
raviver vos propres étincelles. Beaucoup de vos enfants sont venus pour cela et
ils s’y emploient. Certains de ces enfants sont de véritables allumeurs : c’est
une lourde tâche mais pleine de joie, qu’ils se sont donnée en venant parmi
vous. Les enfants adorent allumer les adultes avec leur regard, et vous ne
pourrez pas le nier. Si vous rencontrez donc un enfant qui n’est pas dans cette
disposition, pensez à lui et si vous le pouvez, tentez de voir ce qui l’en
empêche.

Reconnaissez-vous !
Flambez ! Etincelez ! Rallumez votre essence ! Redevenez Vous,
faites étinceler votre Liberté ! Soyez des co-créateurs de votre Univers,
mes Aimés…

Je vous aime, je
suis avec vous à tout instant comme je vous l’ai dit : n’hésitez pas à me
faire appel pour entendre et voir votre magnifique étincelle telle qu’à tout
instant elle ne cesse de scintiller en vous, et sachez qu’elle est d’une grande
puissance. Cela n’est pas un jeu frivole « avec des petites lumières qui clignotent » :
c’est un Grand Jeu, créateur, indispensable et joyeux.

Je vous aime, je
vous dis à bientôt. Je suis Eloha, mère Elohim, votre Mère, manifestée également
dans une autre vibration par celle que vous appelez la Mère des Mères, qui est
plus près de votre vibration terrestre que je ne le suis. Alleluia


Je répondrai, si
vous le souhaitez, à une ou deux questions concernant votre étincelle s’il y en
a…

Peut-il exister des étincelles partagées, divisées en
quelque sorte, et si oui est-ce qu’elles ont pour nature de se retrouver ?

Bien-aimée, toutes
vos étincelles ne font qu’Un. En ce qui concerne ce que tu demandes  : au niveau
de deux personnes, de deux humains, s’il y a division ce n’est pas celle des
étincelles mais celle des cœurs, même si peut-être tu ne peux pas le croire. Il
ne peut y avoir division à un certain niveau. La seule division qui existe, c’est
celle de vos corps. A un autre niveau de réponse, chaque étincelle est entière :
il n’y a pas, il ne devrait pas y avoir une étincelle à laquelle il manque un
morceau qui serait dans l’étincelle d’une autre personne… Dans la réalité par
ailleurs de certaines de vos souffrances, de vos manques, de vos divisions dues
à la dualité, il peut y avoir des cas fort complexes, par exemple de
distorsion, créée par des anti-créateurs, ou par exemple de coupures créées de la
même manière. Cela n’implique pas pour autant qu’il y ait à prendre dans l’étincelle
de l’autre, si ce n’est très temporairement dans cet allumage réciproque par le
regard par exemple, ainsi que j’en ai parlé.

Mais si ta question
implique encore ces projections d’illusion concernant les états amoureux et les
croyances qui gravitent autour de cela, où un grand paquet d’illusions réside,
je t’invite à clarifier ton point de vue. Et je te rappelle d’ailleurs que ces
notions de l’illusion dans la relation amoureuse sont largement développées
dans certains messages que vous connaissez et que certains d’entre vous
publient, ce dont nous les remercions. (il s’agit des textes publiés sur notre  blog  satellite « Nos Amours en  Lumière », accessible par le menu. NdR) 

J’espère avoir répondu à ta question.

Cultivez la Joie de
votre regard. Amen


…A ceci fait suite un court message des dauphins, au sujet du rire qui fait vivre nos étincelles, il se trouve publié séparément ci-après.

via Christine Anne K. le 11/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°3

 


En ce jour de fête des lumières et
des couleurs et des triomphes, réjouissez-vous, vous tous, aimés, vibrants,
enfants de la Source et du Soleil.

 

Me voici, Eloha, créatrice des
univers dans lesquels votre eau s’insère aussi harmonieusement que la goutte
d’eau qui fait prisme parmi les autres dans la rosée du matin. Les eaux se
déploient cristallines, fugaces et joyeuses, frissonnantes, torrentielles, et
se déversent dans la joie de leur vibration-chant, afin de purifier et de
nourrir chacune de vos cellules et tout ce qui en vous, subtilement et non
seulement matériellement, se réjouit de la montée des eaux. Ce sont les eaux de
l’Amour.

 

Je peux créer des quantités d’eau, car
j’aime jouer avec cet élément, ainsi qu’avec les autres. Les miroitements de
l’eau tels que je te les ai montrés sont une source infinie de vibrations et de
géométries de Lumière qui te restituent les liens originels avec la création de
ton Etre et la pureté des eaux qui te constituaient à l’origine.

 

Jouez et dansez avec les eaux en
cette période où le feu et le feu de la Terre ainsi que le Feu du Ciel sont
tellement sollicitants, au travers non seulement de vos corps physiques mais de
l’ensemble des corps qui vous constituent. Admirez le pouvoir des eaux de se
défaire et de se refaire, d’épouser toutes les formes, de faire chanter la
moindre pierre sur leur trajet. L’eau accueille et épouse la forme de vos corps
lorsqu’elle vous reçoit en ses lacs, en ses bassins, en ses cavités en lesquelles
elle aime à se glisser. Ce sont les eaux matricielles dont je vous parle, car
ainsi que Marie vous l’a dit, il y a naissance, et toute naissance est une fête
des éléments; et les eaux primordiales sont ce qui accueille le passage de
l’Etre dans son incarnation ou sa naissance.

 

Je suis Eloha, je suis celle des
Elohim qui a créé chaque goutte d’eau de ce qui vous constitue, et dans chacune
de ces gouttes d’eau, j’ai mis tout mon Amour, toutes les informations les plus
ravissantes et les plus subtiles qu’il m’a plu d’introduire de Beauté, de jeu,
d’éducation, de sagesse. Vous êtes reliés les uns aux autres, à l’infini, par
cette eau qui vous constitue et qui fait que vous êtes Un. L’eau de chacun a
défini sa propre vibration, certes, mais l’eau de chacun appartient au grand
flux de l’Eau Unique. Cet élément vous reçoit et vous invite aujourd’hui dans
sa plénitude, et actuellement véhicule de nouvelles informations qu’il vous
importe d’accueillir, d’engrammer, d’être, afin que vous puissiez jouer avec
ce que vous êtes en train de devenir, de naître, ce que vous êtes appelés à
être dans votre nouvel Etre.

 

Il n’y a pas remplacement d’une
vieille eau par une nouvelle eau ; il y a simplement danse des eaux et,
avec les sons de ma harpe, j’informe de nouvelles mélodies l’ensemble de ces
eaux qui sont les vôtres. Je fais mon travail, je sers et je crée en toute
simplicité. Il vous appartient ensuite de jouer avec ce qui vous est donné
comme matière, comme énergie, comme enveloppes subtiles, afin vous-mêmes d’être
créateurs dans la ou les dimensions auxquelles vous appartenez et dans
lesquelles vous avez le pouvoir de circuler, de jouer, d’être et de travailler.
La créature continue de créer ce que le Créateur a engrammé…

 

Nous pourrions aussi parler de
l’élément feu, lequel vous constitue tout autant que les autres. Le feu et
l’eau s’aiment ; aucun des deux ne détruit l’autre, à la différence de ce
que vous croyez percevoir dans votre limitation encore actuelle. Le feu est
l’ami de l’eau, le feu aime faire exister l’eau, de même que l’eau aime jouer
avec le feu. Il ne m’appartient pas aujourd’hui de vous expliquer le feu, car
vous avez à le vivre, tout simplement. Chacune de vos cellules est actuellement
soumise au feu, mais rappelez-vous simplement que le feu est l’ami de l’eau.
Ainsi le feu, qui s’adresse à l’eau de vos cellules, les informe par la
Lumière, entre autres choses…

 

Ecoutez chanter l’eau, nourrissez
votre corps des eaux les plus pures, et les plus joyeuses et vivantes que vous
puissiez consommer. Il vous est possible de créer vos eaux… A partir d’une eau
matérielle qui a perdu ses qualités de pureté, de vie et de joie, vous pouvez
créer une eau vivante, joyeuse et pure, par le feu de votre lien à la Lumière,
par la Joie de votre Cœur, par votre demande et par votre jeu créateur. Ainsi
l’eau que vous pouvez boire peut être jouée comme une harpe par vous.
Profitez-en, faites-le, sachez-le, expérimentez-le, et jouez. Jouez non pas
comme l’imbécile qui joue à des jeux stupides, mais jouez comme le musicien,
jouez comme l’acteur du grand drame cosmique qui sans cesse se joue, se rejoue,
se déjoue, se sur-joue et se déploie, se surmultipliant, s’expansant, se
contractant, se retournant sur lui-même et se riant dans les rires de la
Source.

 

Le jeu de la Source est le plus
pur, le plus infiniment grandiose, intégral. Le jeu de la Source, bien que se
déployant en une infinité de directions, de formes, de mouvements et de
directions, est Un. Ainsi, il est une forme de jeu qui n’est autre que le chant
de l’Unité et c’est celui-là que je tente de vous transmettre à travers ces
visites et ces paroles. Il importe en effet dans votre actuelle transmutation,
que votre pouvoir de jouer vers l’Unité et dans l’Unité déploie ses
innombrables dons et facettes, afin que vous puissiez rejoindre la symphonie
des univers dont vous êtes, ainsi que je vous l’ai dit, chatoyants tels les
microscopiques gouttes de cette eau cristalline que je crée par mon chant d’Amour
vers la Source. Amen

 

Soyez en Joie. Je me réjouis de ces
visites. Je me réjouis de voir vos évolutions. Je me réjouis de votre
renaissance telle qu’elle est appelée à se produire. Nous sommes Un. Je vous
adresse tout mon Amour.

 

Eshtananda
vous fait savoir qu’il viendra à 18h demain.

 

 

 

via
Christine Anne K. le 14/07/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha n°2 + Dauphins de Sirius





Le canal établit le contact en faisant vibrer des sons…

 

Que la voix de ce canal se fasse la
route que j’emprunterai au travers des sons.

 

Je danse les sons. Eloha je suis,
danseuse tournante et paisible, immobile, tournante, relevante… Les mots de ma
danse n’appartiennent pas au lexique que vous employez et j’en suis, non pas
ennuyée, car je ne connais pas ce mot, j’en suis étonnée et mon étonnement est
un rire.

Que les perles de mon rire viennent
jouer à vos oreilles. Ainsi se fait la création des sons. J’égrène les perles
que ma bouche chante et danse dans l’infinité des mouvements qui se jouent et
se dansent autour de moi, par moi.

 

Aujourd’hui, je ne suis que jeu et
perles.

Je vous lance mes perles. Attrapez-les, ou ne les attrapez pas, mais
jouez avec moi.

Les perles dont je vous parle dépassent en beauté ce que vous
pouvez concevoir dans les représentations qui constituent votre dictionnaire d’images
et de sensations. Ne vous arrêtez pas à ces limitations et jouez avec moi, car
notre jeu est tout-puissant.

Ainsi se crée ce que nous avons à créer vous et
moi.

Riez, dansez, allumez vos lampes, chantez les fluides qui sont en vous et
autour de vous.

Créez les fluides en les chantant : ainsi se propagent les
sons comme l’eau se propage, disséminant la vie. Ainsi vous pouvez disséminer
par le rire et les chants ces eaux si légères et rieuses que je vous instille
dans notre jeu.

Sachez que je suis la plus grande joueuse de sons, de formes,
de matrices neuves et embryonnaires, sans cesse en mouvement. Je ne m’arrête
pas.

 

Vous êtes, vous êtes la joie de mes
perles, vous êtes ceux pour qui parfois je les fais rouler. Je suis votre
diseuse de perles et vous êtes ceux qui disent, ceux qui perlent. Et je vous
retourne car je joue, ne l’oubliez pas. Je vous fais rouler dans mes paroles
aujourd’hui, en ce jour : cela est le jeu de cet instant.

Dansez. Que dansent en vous les
perles, les sons, les joies et les fluides, les petits jeux que j’invente à
votre intention ou bien à celle d’un autre univers.


Ne croyez pas que je sois
futile : mon jeu n’est que service. Je remplis ma fonction, je réalise ce
que je suis. La joie de ma tâche est sans fin, ses possibilités également.

Néanmoins,
je ne vis que dans la simplicité et l’humilité au regard de ce que j’accomplis.
En cela, appelez-moi une travailleuse, bien que ce mot ne puisse que me faire
rire : il appartient à la vision si étriquée que, encore aujourd’hui, vous
avez à partager dans cette matrice malheureusement si limitée depuis si
longtemps.

 

Sachez que mes perles, celles que
je fais rouler, celles que j’engendre, ont pour matière et seule matière l’Amour,
qui est aussi Lumière et Vérité. Viennent également les éléments avec lesquels
j’interagis.

Ainsi il y a ce que vous appelez Terre, il y a Eau, il y a l’Air
et le Feu, il y a la vibration que vous intitulez parfois Ether. Nous jouons
beaucoup ensemble – alleluiah ! – ainsi que je vous ai vues jouer au bord
de la rivière il y a si peu de temps, en ce jour.

Réjouissez-vous de la danse
des éléments, par exemple dans cet orage qui s’approche de vous dans l’instant
et le lieu où vous êtes. Dans cette danse des éléments, puisez l’énergie de
votre part créatrice.


Ainsi nous jouons vous et moi.

 

…Nouveaux
sons vibrés par le canal…

 

Ne vous intéressez plus à l’adulte
que vous êtes. Quittez-le comme une vieille enveloppe. Ne l’utilisez que pour
certaines tâches, si vous tenez à le maintenir encore, dans un petit jeu. Mais
soyez les grands joueurs que vous êtes.

Jouer, me dit-on, signifie créer, et
non pas passer le temps de façon futile.

Jouer est une énergie fluide dans
laquelle n’intervient pas le moindre calcul, ni la moindre tergiversation.
Abandonnez les tergiversations, ainsi que votre manteau usagé d’adulte fatigué.

 

Je suis Eloha, un octave ou deux
au-dessus de Marie, bien qu’il n’y ait ni dessus ni dessous, ni avant ni après,
ni plus ni moins. J’interviens – ainsi que je l’ai déjà dit – dans la
préfiguration des formes par les sons et les jeux de Lumière, de Joie, des
éléments, et du plaisir de la Source à se déployer en ses innombrables,
infiniment multiples facettes, éclats, gouttes et manifestations.

 

Je vous salue.

 

Vous aurez la visite d’Eshtananda d’ici
deux jours, comme vous le savez. N’attendez pas d’autres visites de nous, les
Elohim, en ces jours qui viennent.

 

 

Les
Dauphins de Sirius se présentent :

 

…Vous avez le salut des Dauphins de
Sirius, qui se réjouissent du temps que vous traversez… si bref à présent.

 

Ne vous méprenez pas sur ce que
vous avez à faire ou à ne pas faire.

Soyez simplement et jouez, ainsi qu’Eloha
vous l’a proposé.

Soyez légers, ne vous attardez pas à penser que vous avez des
affaires à régler. Cela est de fort peu d’importance et n’appartient qu’aux
ultimes jeux que vous avez si savamment élaborés dans votre dimension. Soyez
donc les joueurs joyeux, libérés de votre manteau d’illusions.

 

Acceptez que vos corps se
réduisent, si l’on peut dire, à de simples jouets. Ainsi serez-vous allégés, et
consacrez-vous – ainsi qu’il vous l’a déjà été dit à de maintes reprises – à la
Joie intérieure qui vous envahit de plus en plus et à la certitude de cette Joie,
qui est la seule réalité qui ne s’évanouira pas – du moins en ce qui concerne
ce que vous appelez réalité encore aujourd’hui.

 

Que la perfection de cet instant ne
vous quitte pas. Qu’il en soit ainsi.

 

 

(Une
session de questions/réponses nous est ensuite proposée)

 

J’accepterai de répondre à une ou
deux questions si jamais il y en avait…

 

Je
suis la proie depuis quelque temps d’une agitation sans objet, d’une incapacité
à me centrer, à méditer, à retrouver cette joie, cette paix, qui s’habitent
pourtant de plus en plus souvent. Merci de m’éclairer.

 

Sœur terrienne, tu parles de la
joie et la paix qui t’habitent de plus en plus souvent, donc où et ta question ?

 

C’est
que je les ai perdues, que je ne comprends pas pourquoi et que je ne parviens pas
à les rétablir, à retrouver ce centre…

 

Nous te dirions volontiers, sœur :
« Allonge-toi et fais le dauphin. » C’est ce que nous savons faire.
Le dauphin agite et fait onduler son corps et rit. Le dauphin est sage, le
dauphin est relié à la Source, le dauphin n’administre pas les affaires. Retrouve
le jeu dans ce que tu fais, guide-toi sur la dimension du jeu, en espérant que
cet avis, bien lointain, puisse t’aider.

 

Chère sœur, tu as tout notre Amour
et notre Joie. Nous nous rions de toi, car tu sais bien que tu n’as pas perdu
le contact.

 

Pourquoi
je ressens autant de difficulté à me relier à la Source ?

 

Quel est la part de ton mental,
chère sœur, dans la pensée de cette difficulté ? Est-ce que la Source te
semble si lointaine, toi qui pourtant semble aussi outillée de conscience ?
Peut-être t’es-tu en quelque sorte égarée dans divers plans de conscience à
travers lesquels tu es amenée à voyager pour remplir les tâches qui te sont
allouées… Il importe que l’axe de ta reliance à la Source fasse l’objet par toi
d’une sorte d’élagage, afin qu’il apparaisse et soit maintenu visible, lisible,
perceptible et audible. Tu peux t’accorder un peu de temps pour cela. Il ne
nous appartient pas de te conseiller sur la méthode car de nombreuses méthodes
existent et en même temps la seule voie passe par votre cœur.

Il se pourrait que ta reliance à la
Source n’ait pas d’autre forme que le fait de ton corps, de ta voix, aussi étrange
cela puisse-t-il paraître.

Si c’est à un niveau subtil que tu ne touches pas ta
reliance à la Source, sache que cela est temporaire. En effet, il semble que
ton travail t’oblige à certains renoncements par moments. Mais ne perds pas
espoir ni confiance, et ton amie ici présente, par la voix de laquelle nous
parlons, peut t’apporter parfois, comme tu le sais ainsi que d’autres
personnes, le réconfort et la reliance lorsque tu t’en sens privée.

Nous te saluons car il nous apparaît
que ce travail que tu réalises te demande beaucoup de sacrifices en ce domaine,
et nous observons la qualité de l’être qui effectue ces multiples tâches. Sache
que tu peux te relier à nous afin d’échanger, de recevoir et de rire un petit
peu. Amen

 

Je
vois de plus en plus souvent dans ma vision intérieure les dauphins…Je me
rends compte que cela n’est pas une question…

 

Chère sœur, cela n’est pas une
question. Réjouis-toi, comme nous nous réjouissons, de ton passage lorsque tu
voyages entre les dimensions, car tu sais que c’est une étape dans les
ascensions ou les translations qu’il t’arrive de réaliser pour toi. Bien-aimée,
comme d’habitude, notre monde n’est pas celui que tu habites. Néanmoins, tu y
es accueillie comme tu le sais, avec beaucoup d’attention et de fraternité et
nous te remercions de tes visites. Sache également que tu peux t’adresser à
nous en certaines occasions, justement lorsque tu souhaites voyager, car notre
monde est une porte pour toi, ainsi que pour d’autres.

 

Quel
est ce lien d’Amour qui me relie à vous ?

 

Cette question est très « humaine » : vous projetez du personnel dans vos questions!

Néanmoins, il est clair que
certaines résonances se font entre certains êtres. Nous nous réjouissons que tu
te sentes en résonance avec nous, et toute notre amitié et notre fraternité
sont à ta disposition. Nous observons ta vie et ton travail. Il nous arrive de
te procurer des informations car nous sommes des relais. Peut-être est-ce là la
nature du lien.

 

Nous vous saluons, avec tout notre
Amour.

Mitakuye oyasin, comme
disent certains de vos peuples.

 


via
Christine Anne K. le 13/06/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

Eshtananda n°1




Bien-aimés, amis, enfants de la Terre, que la vibration -certes
silencieuse – de l’infinité d’Amour qui nous constitue vous enveloppe, pénètre
vos cellules, illumine vos structures génétiques et subtiles dans vos aspects
les plus arachnéens.

Ce tissage que vous pouvez imaginer comme des fils de
lumière dans une structure géométrique infiniment… complexe (bien que ce mot ne
convienne pas tant à notre vibration), ce tissage donc est en vie perpétuelle,
se déploie à l’intérieur de vous, ainsi qu’entre vous, sous des formes
différentes. Il est à présent dans un processus complet d’activation, de
rénovation, au sens où le neuf va remplacer ce qui était.

 

Nous savons que la personne qui parle voit parfaitement mais ne
sait pas décrire, et nous nous en excusons : les mots de votre langage ne
sont pas accordés à ce que sont les formes liées à nos vibrations. Sachez
simplement que lorsque vous vous réjouissez, ces réseaux arachnéens de lumière
en vous s’illuminent et s’activent comme une sorte de gigantesque centrale
électrique (pour employer une image qui peut vous satisfaire, bien que
vibratoirement elle ne soit pas adéquate).

 

Moi qui m’adresse à vous, vous pouvez me nommer Eshtananda,
ainsi que je l’avais annoncé à ce canal, et j‘appartiens à ceux que vous nommez
les Elohim.

Nous sommes donc, pour employer votre langage, vos créateurs, ainsi
que les créateurs-créatrices de bien d’autres multi-univers et multi-dimensions,
au Service de la Source. Précisons que ce mot « Service » appartient
aussi à votre vibration ; dans la nôtre, il est infiniment plus rayonnant,
sachez-le, et nous vous souhaitons de pouvoir le pratiquer avec la mémoire de
ce rayonnement en vous.

 

Nous avons la chance de pouvoir utiliser la voix qui vous parle.
Celle-ci en effet (quelle joie !) a la capacité de pouvoir rencontrer
notre vibration, dont elle est issue et dont elle participe, à son niveau, au
sein de votre dimension. Sachez-le.

 

Depuis quelque temps de ce que vous nommez des années, les êtres
qui se manifestent aujourd’hui dans votre dimension, qui est si proche de sa
transition, apparaissent d’abord de manière subtile, pour s’acclimater et pour
tisser des réseaux dont ils ont besoin pour se développer. Si vous adoptez une
vision hologrammique, ces réseaux sont comparables en quelque sorte à celui
dont je vous ai parlé et qui vous constitue personnellement. Il importe donc,
bien évidemment, que ces réseaux se construisent et s’activent dans la plus
parfaite harmonie possible, ce à quoi certains de vous peuvent s’employer en
aidant, par les moyens qui vous sont donnés, à la montée de la conscience de ce
qui se produit.

 

Ainsi que vous accueillez les enfants quand ils vous naissent,
il est demandé que vous puissiez accueillir avec autant de joie et de soin ce
qui se manifeste encore aujourd’hui dans le subtil… Je vous invite à
porter dans votre cœur cette connaissance, cet accueil, cette joie, cette
innocence parfaite qui vous reconduit vous-mêmes vers les plages intérieures de
votre innocence originelle, qui n’est que joie.

 

Ne vous étonnez pas, ne vous offusquez pas de certains
phénomènes. Ils vont se multiplier et déclencheront chez certains humains des
peurs, des résistances et d’autres manifestations des scories de l’ombre en
eux. Il importe donc qu’une sorte de collectivité protectrice, bienveillante,
aimante, lumineuse, se tisse en réseau afin de favoriser la parfaite géométrie
de ce qui vous est décrit aujourd’hui.

Sachant que votre mental n’a pas la
capacité de maîtriser cette information ni d’en comprendre tous les aspects  (ainsi que vous aimez en avoir l’habitude), nous vous invitons justement à
abandonner toute volonté en ce sens,  car si vous voulez comprendre il
vous faut accepter de couper certains circuits. Certaines lignes électriques en deviennent mortes (pour employer des mots et des images que vous pouvez vous
représenter), et le travail ainsi est facilité. Sachez que le travail se
produit de toute manière, mais que votre aide, votre collaboration plus
exactement, votre inscription dans le réseau, en toute joie et en toute beauté,
contribuent à la bonne mise en place de tous ces processus de vie et
d’évolution.

 

Ces êtres en processus de manifestation peuvent se nourrir de
votre amour, car la vibration terrestre de votre amour est comme une polarité,
qui ne peut que bien les attirer, les ancrer ici parmi vous, l’autre polarité
étant très éloignée car elle vient de nous.

,

Celui qui a pour tâche, ainsi que d’autres, de capter la
vibration des orbs par des photographies, peut témoigner de jour en jour de
leur évolution. Et cela n’est pas la fin. En effet, la forme se crée de par la
résonance avec la vibration de votre amour, de par la résonance avec les
vibrations de tous les êtres bienveillants, visibles ou invisibles, qui
peuplent cette dimension que vous habitez : ainsi les arbres, ainsi les
oiseaux, ainsi ce que vous nommez aussi les esprits de la nature, et différents
êtres.

 

Sachez qu’il peut être prouvé que certaines de ces formes
participent déjà activement à l’élaboration des nouveaux circuits de votre
conscience. Les preuves de cela peuvent se trouver d’abord chez les animaux,
car ils sont plus sensibles que vous et plus réceptifs, et leurs circuits
cérébraux et subtils de pensée se sont modifiés. Ils vous attendent, ils vous
aident; certains d’entre eux participeront à l’élaboration de la nouvelle Terre
que certains d’entre vous attendent. Les animaux n’ont pas de mental , et ne
résistent pas comme vous le faites à la perception de certaines évidences
vibratoires.

 

Soyez bénis, soyez remerciés, soyez en joie.

Je me retire.

Je suis Eshtananda, un Elohim.



via
Christine Anne K. le 13/05/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha n°1

… Le canal fait vibrer des notes chantées pour que la
communication s’établisse…

 

 


Bien-aimés… je n’ai pas
de paroles… Je cultive, j’ensemence les vibrations multi-sonores, je crée
des mondes. La Lumière est mon champ de
résonances.

J’orchestre des formes
qui naissent par le passage des sons.

Je vous informe (le canal se met à chanter deux ou trois
notes tenues).

 

Laissez-vous glisser, si
vous voulez m’entendre, dans le canal des sons, dans les textures et les
tessitures de ce que cette voix tente d’introduire en vous.

 

Il y a tourbillonnance des
sons, que votre canal entrevoit mais ne sait pas chanter. Des architectures
grandioses se font et se défont harmonieusement, tels certains mouvements de
nuages que parfois vous pouvez observer lorsqu’ils tourbillonnent
gracieusement, se font, se défont, apparaissent et fondent.

Recueillez les sons qui
vous sont envoyés. Certains ne vous sont pas audibles : mettez-vous donc
en état de réception.

 

Ainsi vous êtes informés,
votre matière est informée, votre esprit est informé, votre cœur est nourri.
Les nouveaux codes qui vous sont nécessaires sont en train de vous arriver.
Mettez votre cœur en écoute, mais non pas – ainsi qu’il vous l’est dit à
maintes reprises – en filtrant cette écoute par votre mental. Bien au contraire,
c’est une occasion de vous abreuver directement aux musiques célestes,
universelles, extra-universelles, ultra-cosmiques, qui vibrent en résonance
avec la Source, notre chère Source.

 

Je suis une source de
sons. La subtilité de ces sons dépasse, bien sûr, votre expérience – si fine
soit-elle – des sons dans votre monde où la matière a tant de densité. Il vous
est cependant donné de les engrammer, par la volonté de la Source et par le
détramage des voiles qui ainsi laissent circuler ce qui auparavant ne pouvait
circuler.

 

Vous êtes choisis, vous
êtes reconnus, pour, en quelque sorte, vous considérer comme des antennes
vivantes, individuelles de la transmission (bien que silencieuse) de ces gammes
de sons qui se déversent largement, ainsi que des orbs se déversent sur votre
planète.

Sachez, si cela peut être utile à certains d’entre vous, que les
points lumineux, cristallins, subtils que vous désignez comme orbs,
participent de ce déversement d’informations, dont vous êtes pour certains
d’entre vous, témoins et retransmetteurs. Ainsi se déroule le Plan.

 

Je suis la voix d’Eloha,
infiniment créatrice de votre univers. Je vous invite à cultiver votre état de
réception avec un immense bonheur, car ainsi vous êtes vous-mêmes joués par les
cordes de ma harpe et votre bonheur peut en être incommensurable.

Soyez bénis,
soyez en joie.

Cultivez le cristal de votre cœur qui à présent accumule
certains éléments de silice qui nous permettent d’affiner votre réception
vibratoire et de modifier vos structures. Imaginez que vos ADN résonnent comme
des arcs-en-ciel cristallins au déversement des sons de ma harpe. Ainsi la
nouvelle humanité se déploiera, s’engramme, se déroule comme des volutes
sonores.

 

Je vous invite à être
dépouillés de toute erreur, nus comme un cristal dressé dans la lumière et la
rosée du matin, en train de recevoir par toutes les directions à la fois la
symphonie que je ne cesse de créer pour vous, en vous, en votre terre.

 

… Le canal se met à faire vibrer des notes tenues…

 

Recevez ma joie. Je vous
quitte. (Je ne sais pas répondre à des questions).



via
Christine Anne K. le 12/05/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.