Eloha – n°11

 

– lien pour écoute/vidéo de cette canalisation : http://vimeo.com/29491028

 

 

Long chant introductif


Ô mes Très Aimés, me voici, Eloha, Mère Elohim Créatrice, et si joyeuse et tendre de vous retrouver, du moins en paroles car je n’ai cessé d’être près de vous, mes Très Aimés, mes Tout Doux, mes Très Beaux.

Qu’il est doux et joyeux à présent de savoir vous faire chanter ainsi, de pouvoir entendre ces mélodies que votre voix sait, que votre voix fait, que vous êtes, avec lesquelles vous pouvez jouer !

chant

…Je ne cesserais de chanter, si ce n’était aussi le moment de vous dire des choses, un petit peu en paroles. Mais, de même que cet aspect de moi, Marie-Isis, s’est exprimée avec peu de paroles, de même je souhaiterais également en avoir peu.

Vous n’avez plus besoin, mes Très Chéris, tant d’écouter avec votre mental qui analyse des codes et décortique le sens des paroles et leur construction, que simplement d’entendre, sans cesse, en vous et autour de vous : ce qui est, ce qui se chante, ce qui se joue, ce qui se fait et se défait, s’architecture, ce qui se danse, ce qui traverse parfois les dimensions, les retraverse, et toutes les formes qui ainsi se créent, se répètent, se symphonisent perpétuellement, tout autour de vous et par vous. Car vous n’êtes pas étrangers, mes Très Chéris, à ce qui se fait et à ce qui se joue : vous êtes entièrement co-créateurs, co-responsables, co-étants et co-agissants de tout cela.

Ces quelques paroles ne servent à vrai dire qu’à rassurer la petite partie de vous qui encore s’accroche aux habitudes de penser de façon formulée pour avoir des certitudes, qui -à vrai dire- sont peu de choses en comparaison des certitudes que vous pouvez avoir dans votre véritable sens d’écoute : celui de vos êtres, de vos essences, qui eux n’ont nul besoin de ces quelques paroles… Mais néanmoins, je sais que nous avons encore besoin -vous et moi, et nous avec vous- d’établir ce lien. Il demeure important, il demeure un aspect du Jeu.

Je vais cependant continuer à jouer avec le chant, et pas seulement avec les paroles, pour pouvoir développer l’entièreté de se que je souhaite vous dire, vous raconter, vous partager aujourd’hui…

chant

Voici que ces quelques phrases chantées, mes Très Chers, ont ainsi célébré, dans la plénitude des architectures sonores transmises par cette voix, ce qui vous a été annoncé, formulé peu auparavant par Marie-Isis et qui concerne votre Vérité, votre véritable Être, Essence. Ainsi ce chant, mes Très Aimés, permet de desceller encore certaines coquilles dont les attaches sont restées fermées.

chant

Mes Aimés, je sais qu’à présent mon frère Eshtananda serait capable et ravi de vous expliquer la nature du programme que je viens d’installer en vous par ce chant. Cela n’est pas ma nature d’expliquer les programmes de cette manière : je suis simplement en train de jouer de ma harpe, et je le fais non seulement avec doigté, avec jeu, avec amour, mais avec croyez-moi une grande précision. Ainsi, ce ne sont pas quelques explications adressées à votre mental qui pour moi sont d’une grande utilité. Bien plus utile est ce que je chante pour vous en ces instants, mes Très Aimés, et je me réjouis de pouvoir ainsi ajouter, réajuster, revisiter certains petits et grands aspects de votre composition.

Nous allons donc poursuivre. N’oubliez pas que j’aime jouer avec les perles : cela est important pour ce qui va suivre…

chant

Je vais vous inviter, mes Très Chéris, à bien agiter ces quelques perles à présent. Imaginez que vous tenez un grand coquillage dans lequel elles sont rassemblées, que vous pouvez les agiter faisant ainsi un joli bruit et dynamisant joyeusement ce qui vient d’être déposé dans chacune. Cela constitue un certain nombre de codes, comme vous dites, et le fait de les agiter ensemble ainsi, les inter-relient d’autant mieux. Cette image peut vous paraître futile mais il n’en est absolument rien, bien au contraire. Je vous rappelle qu’une perle est la quintessence d’une action, la cristallisation d’un chant et la perfection d’une forme.

chant

Ainsi, moi Créatrice, moi Mère Elohim, moi joueuse de perles et de harpe, installatrice de perles sonores, je vous informe, mes Très Aimés, mes Enfants, de votre plénitude. Vous pouvez à présent, dans l’Océan que vous êtes à vous tous, danser, jouer la danse et les formes infiniment subtiles… A vrai dire, vous n’avez pas de mots pour décrire ce dont je vous parle à l’instant, mais je vous parle de ces perles – mais si je vous dis d’imaginer des perles dans l’océan, cela est une image extrêmement dérisoire, je ne souhaite donc pas que vous puissiez vous arrêter à cette image. Je vous demande donc simplement d’être cet ensemble de perles et cette perle unique tout à la fois que vous êtes, et je vous remercie d’avoir été là pour entendre et intégrer ce que j’ai chanté. Car cela devait être. Cela est ma nature et mon travail, cela est ma joie, cela est ce que je suis pour vous, cela est ce que vous êtes pour moi. Nous avons donc, ensemble, co-accompli ce qui devait l’être, et je n’en dirai pas davantage par la voie des mots.

chant

Je vous salue, mes très Aimés. Je suis Eloha, Créatrice. Vous êtes mes Enfants. Mon Amour pour vous est sans limites, et nous sommes à tout instant et sans cesse en train de parfaire cette magnifique Création.

Soyez. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 22/09/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Oreon-Esh’ta – Elohim – N°1

 

 

 

Bien-Aimés, c’est une grande joie de venir m’adresser à vous. Que ce soit une Fête pour nous ! Et le mot est bien en deçà de celui que j’aimerais pouvoir entendre à ce sujet.

Je me nomme Oreon-Esh’ta. Je suis un Elohim, disons de nature féminine. J’ai contemplé au fil du temps et des mois écoulés ce qu’il est advenu de vous, non seulement à travers les interventions et les relations des autres Elohim qui se sont adressés à vous et vous ont guidés, mais également de par mes propres capacités de vous observer en longueur.

Si c’est moi aujourd’hui qui prends la parole, c’est bien pour vous inviter à engrammer cette notion de Fête, de grande Fête, de joyeuse et immense Fête, car l’état d’esprit semble être un petit peu aux catastrophes chez l’ensemble de l’humanité, à part ceux qui savent se réjouir d’être dans ce processus d’ascension. Mais, même chez ceux-ci dont, je suppose, vous faites partie, le sentiment d’une Fête a besoin de se faire jour.

Quand je parle de Fête, j’emploie un mot qui convient à votre vocabulaire. Ainsi que je l’ai dit, il est bien en deçà de ce que je souhaite signifier. Sachez donc que cette signification véritable implique l’immensité d’une réjouissance festive, totale, joyeuse, irrévérencieuse de certains aspects que je détaillerai plus tard. Cela implique une musique éclatante, inventive mais harmonieuse, une création disons « en plein boum » – « boum » non pas au sens dévastateur du terme, mais au sens d’une explosion et d’une acmée d’énergie dans la Joie et la Lumière – Lumière de l’Un, évidemment, car nous ne sommes qu’à son Service et exclusivement.

Cette Fête est un festin, est un festoiement et un chatoiement, un chapiteau éclairé, un temple illuminé, où toutes les danses, les chants, les réjouissances et les festins se déploient dans la grâce, le plaisir pur de l’instant, du partage, de la fraternité et de la splendeur des coeurs réunis. Je ne fais donc pas allusion à une sorte de beuverie, ou à ce en quoi certaines fêtes comportent des excès qui se mettent à « tirer vers le bas », comme vous dites, vibratoirement. Il n’y a là, peut-être, que ce que certains d’entre vous tentent – via un mot qui est le mot de paradis – de concevoir, mais votre notion du paradis est généralement très moralisatrice, se référant d’emblée aux notions du bien et du mal et de la récompense, ce qui n’est pas le cas. Il n’y a pas de dualité à la base de cette Fête-là : il y a Unité ; il n’y a pas un paradis dont certains seraient exclus parce qu’ils n’en sont pas dignes. Il y a certes une Fête à laquelle certains ne savent pas encore accéder parce qu’ils n’ont pas accepté d’abandonner encore suffisamment leur être à leur propre Lumière. Mais cette Fête est absolument non exclusive en sa nature, sa forme, sa vérité, sa splendeur et son but.

Je sens que certains d’entre vous vont encore être mentalement un peu surpris et sur la défensive par rapport à cette irruption que je fais en parlant de Fête, et que certains encore vont dire : « mais qu’est-ce que ça vient faire ? »… Vous savez bien que nous, les Elohim, avons ce côté abruptement facétieux -du moins en apparence- car cela fait partie de ce qui détruit les rigidités pour pouvoir créer en toute liberté. (Mais là n’est pas mon propos.)

 

Pourquoi donc vous parler de Fête aujourd’hui ?… Parce que Fête il doit y avoir.

Vous êtes en train, vous Peuples de la Terre, ainsi que votre planète elle-même, de faire votre entrée, votre Retour immensément festif, joyeux, plein de grâce, dans votre Lumière éclatante -si vous l’acceptez- à votre véritable place au sein des multidimensions et de ce cosmos que vous appelez Univers, et dont vos consciences limitées ont été séparées, brimées (et je m’arrêterai à ces mots-là!..) pendant un certain nombre de millénaires de votre temps tel que vous le mesurez. Admettez donc qu’il y a de quoi non seulement se réjouir intérieurement, mais se joindre à une immense Fête de retrouvailles, de célébrations : c’est une sorte de noce, n’est-ce-pas – sauf qu’il n’y a pas véritablement une mariée et un marié, mais que chacun fait son entrée dans l’Unité…Vous êtes donc tous, chacun et chacune, en train d’épouser votre propre Être, et de ré-épouser l’Unité : n’est-ce-pas là matière à une immense Fête ?!

Vous pouvez donc abandonner vos vieux vêtements et vous présenter dans votre nudité de Lumière qui est votre Vêtement le plus magnifique et le plus éclatant, votre vêtement blanc. Vous pouvez donc abandonner vos masques et vos maquillages pour apparaître et vous joindre à cette Fête avec votre véritable visage, si beau, si parfait, si séduisant -bien qu’aucune séduction ne soit au programme, je vous rassure, car la séduction n’appartient qu’à la dualité-  …J’emploie ce mot pour vous séduire, justement, et vous faire venir dans ma Fête : ne craignons pas le paradoxe… Car je sais que beaucoup d’entre vous ont encore cette crainte de ne pas être assez parfaits, cette petite peur de déplaire ou de ne pas être assez beau pour entrer dans ce Monde et dans cette Fête. Je vous rassure donc encore une fois en vous disant que vous êtes tous beaux, qu’aucun de vous ne sera regardé de travers, car de toute façon, vos masques, vous ne pourrez pas les apporter : vous allez même les jeter avec horreur – et avec soulagement bien plus qu’avec horreur !

Imaginez donc que dans cette Fête, vous allez rejoindre par exemple d’immenses danses en groupes, où votre place sera merveilleusement la vôtre et où vos partenaires seront merveilleusement ceux que vous attendiez, que votre joie de danser sera infiniment multipliée par rapport à toute joie de danser terrestre que vous avez pu connaître, car il y aura une plénitude, une harmonie, une simplicité, une vérité de l’instant dans toute sa beauté qui surpassera infiniment tout ce à quoi vous pourriez le comparer dans votre expérience terrestre – qui cependant a toute sa valeur : car sachez bien que nous honorons grandement la qualité de vos expériences, qui en quelque sorte est unique..

J’en profite pour faire une petite parenthèse pour dire que vos expériences terrestres, qui certes sont empreintes de dualité et de confusion – ce qui vous a été abondamment développé par un certain nombre d’intervenants – sont malgré tout d’une grande qualité et que nous les respectons en tant que telles car elles vous ont énormément enrichis et ont donné à votre Lumière une teinte, une texture et un éclat très particuliers qui vous appartiennent, et dont nous bénéficierons – et dont nous bénéficions déjà lorsque nous dansons ensemble ou lorsque nous oeuvrons ensemble ou, simplement, lorsque nous nous rencontrons. Lorsque je dis nous, je parle non seulement au nom des Êtres de mon peuple, mais de tous les Êtres de toutes dimensions et tous systèmes stellaires qui font partie de ce Peuple de l’Unité dont vous faites partie – ce en quoi nous sommes tous Un, comme il vous l’a été dit et comme je vous le rappelle.

Je reviens à cette Fête dont je vous parlais. Imaginez que cette Fête, à la différence de celles que vous connaissez, qui ont une fin, et une tristesse de cette fin plus ou moins lourde selon ce qui a pu s’y passer, cette Fête n’a pas de fin. Ce n’est pas qu’il s’agit d’une Fête interminable : c’est une Fête de l’instant, mais de chaque instant. C’est une Fête qui sans cesse se poursuit à l’intérieur de vous et entre vous, au sein des formations, des structures, des architectures, des géométries et des symphonies auxquelles vous appartenez, sans cesse et indéfectiblement.

C’est pourquoi encore une fois le mot « fête » que nous employons est très limité, car ce mot « fête » implique dans votre langage une notion d’excès, d’exception et de réjouissance exceptionnelle qui donc a une fin et se situe en dehors de la vie ordinaire. Abandonnons donc ces limitations dans ce que je vous invite à comprendre aujourd’hui par l’imagination d’abord; mais aussi par le fait qu’en ce message, précisément, je vous donne moi aussi à ma manière ce qui va vous permettre d’y entrer, d’y être, de la co-créer sans attendre davantage, si vous êtes prêts – et je sais qu’un certain nombre sont prêts. Je peux vous dire que plus le nombre que vous êtes, vous, Êtres de la Terre, à pouvoir vous insérer dans cette Fête est grand, plus vous allez pouvoir y inviter vos amis, vos Frères, vos Soeurs, et même vos ennemis, si vous en aviez encore… N’est-ce-pas magnifique ? N’est-ce-pas joyeux, merveilleux, éclatant ?

 silence

…Je vous invite, dans un temps de silence, à découvrir en vous ou dans les lointains qui vous entourent, les rumeurs rythmées, éclatantes, joyeuses, pleines d’Amour et de Joie, de cette Fête. Cela est, dirions-nous, votre ticket d’entrée… Quelle image grotesque, n’est-ce-pas, de parler de ticket : je m’amuse un peu et cela vous aide à comprendre…

silence


…Encore un tour de valse ? Encore un verre de champagne ? Encore une mélodie ? Encore un festival d’éclats de couleurs ? Encore une de ces innombrables belles rencontres ? Encore une musique jouée à quelques-uns dans la féérie d’un instant ? Encore quelques brasses dans l’eau colorée, tiède, parfumée, la plus merveilleuse que vous ayez jamais rencontrée ?…

Je ne cherche pas à vous séduire avec ces images, je vous taquine! Ces images ne sont qu’illusions : je vous ai tendu un petit piège…

La Fête dont je vous parle n’a rien d’illusoire et, justement n’y appliquez pas vos images d’illusion, vos images paradisiaques. C’est là toute la difficulté de mon propos : je vous parle de quelque chose qui est réel, mais qui suscite immédiatement vos mécanismes d’illusion ! Apprenez donc, si vous ne le savez déjà, que dans le monde dont je vous parle et où vous êtes invités, toutes ces formes n’existent plus ! Il n’y a que des vibrations. Et les formes qui néanmoins existent n’ont rien de commun avec le type d’images que je viens de vous servir. Soyez donc très attentifs en vous-même à débusquer toutes ces illusions, car le travail n’appartient qu’à vous-même et c’est un travail parfois de chaque instant. Ces illusions font partie de ce que j’ai nommé vos masques, vos maquillages et vos vieux vêtements, qui non seulement ne vous sont d’aucune utilité, mais ne vous permettent pas d’accéder à votre ticket d’entrée convenablement.

silence

Je sais que lorsque vous êtes dans le silence, au bout d’un temps variable, votre mental se met à échafauder des images ou des pensées. Même si votre mental est considérablement effacé aujourd’hui, cela se produit encore. Eh bien, soyez attentifs à ce que malgré vous vous produisez, et sachez le voir, avec bienveillance, comme de l’illusion. Il ne vous est pas demandé de le supprimer, cela n’est pas si sain; et si vous l’observez avec bienveillance et clarté, cela est suffisant.

Ainsi ces images de Fête que vous avez pu élaborer au travers de mon propos doivent être soigneusement passées au crible de cette observation – ceci étant dit, bien sûr, avec tout mon Amour, ma bienveillance, mon humour, ma joie, ma légèreté, et mon sérieux.

Pour conclure avant de me retirer, j’insisterai (après vous avoir un peu déstabilisés) sur le fait que cette Fête existe bien évidemment -ainsi que dans le début de mon intervention je vous l’ai dit, expliqué et fait entrevoir- et sur le fait que vous êtes prêts, pour beaucoup d’entre vous, à y être, à y participer, à y être actifs. Et je vous redis que votre ticket d’entrée est disponible, généreusement offert par vous-même, avec notre joie et notre bienveillance à tous. Alleluiah

Je suis Oreon-Esh’ta, Elohim, et je me réjouis de vous avoir ainsi parlé. Soyez en Paix, soyez en Joie, et venez. Qu’il en soit ainsi.

 

 

 

via Christine Anne K. le 2/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

La Danse de l’Univers

 

 

(Ce message fait directement suite à l’intervention de Marie – Isis.)

 

Je suis : la Danse de l’Univers. Je n’ai pas de nom.

Je souhaite vous emporter dans ma Danse, car vous le méritez. Vous êtes prêts.

Je vous invite à être, à rejoindre pleinement, entièrement, magnifiquement, librement votre place dans la Danse.

Avoir et occuper sa place dans cette Danse est la plus grande des joies, et le plus simple et le plus entier des accomplissements pour votre Être.

Il n’y a rien de plus magnifique ni de plus évident. Il n’y a rien de plus vivant.

Rejoignez, rejoignez votre place dans la Symphonie Cosmique !

Rejoignez le lieu unique où votre Chant est le plus pur…

Ne croyez pas que vous ne savez pas comment faire : cela fait partie du vieux manteau que vous n’avez qu’à laisser tomber, comme un derviche tourneur laisse tomber au sol son manteau noir pour apparaître dans sa magnifique jupe blanche tournoyante, qui sait reproduire avec son corps glorifié la véritable Danse divine, cosmique, éternelle, joyeuse et vide de l’Univers, des Univers; de ceux qui existent et de ceux qui n’existent pas encore.

Une fois ce manteau abandonné, vous êtes et vous dansez avec nous, avec tous, entre tous, et la musique est de plus en plus belle, de plus en plus complète, et il n’y a rien d’autre.

Vous êtes attendus.

 

 

via Christine Anne K. le 9/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°8


Très Aimés, je me présente à vous, je suis Eloha, votre Créatrice qui vous aime. Vous êtes pour moi perles chatoyantes, gouttes de Lumière, corps de beauté, architectures de vibrations subtiles, un peu de l’eau, un peu du feu, un peu de minéraux, de l’air qui circule dedans, de l’éther… Vous êtes notes de musique, une fois ces éléments stabilisés.

J’ai mis tout mon Amour et ma science dans cette œuvre, qui bien sûr et à mon émerveillement ne cesse d’évoluer par elle-même : vous.


J’adore, ainsi que je vous l’ai déjà dit, aller jouer les perles de ma voix sur les cascades d’eau et de Lumière, et je me réjouis immensément et joyeusement car je sais que ces cascades de Lumière, vous allez les rencontrer pour beaucoup d’entre vous, en quittant les illusions rigides, et sombres, et opaques de cette densité illusoire mais dense dans laquelle vous vous êtes trouvés obligés de rester, et cela malgré moi.


Je voudrais entendre votre rire de joie, d’émerveillement, de puissance lorsque vous allez cascader, lorsque vous allez jouer de votre Lumière, lorsque vous allez créer comme vous l’a dit Ashtir, dans les cadres d’un modèle, votre nouvelle forme, votre nouvel Être dans sa forme nouvelle, car l’Être en son essence ne change pas; même si votre conscience, on pourrait dire, va changer, car elle va retrouver ses capacités illimitées que dans votre dimension dense elle a perdues… Certains d’entre vous, je le sais, déjà ont retrouvé du moins en grande partie ces capacités illimitées, mais sont encore en quelque sorte coincés par la présence corporelle, et nécessaire, dans ce monde qui est le vôtre encore.


Votre corps fut une extrêmement belle création avec de nombreux détails extrêmement joyeux et raffinés. Je vous en avais raconté un ou deux la dernière fois que nous nous sommes rencontrés… Je ne m’étendrai pas sur les modifications qui par la suite (et contre mon gré) furent adjointes à vos corps, ni à ce qui en fut soustrait par ceux qui s’emparèrent du contrôle du monde dans lequel vous viviez et avez continué de vivre. Mais je tiens à vous rappeler aujourd’hui, justement, la très belle perfection et la magnifique création raffinée, splendide qu’étaient vos corps à l’origine -origine que vous portez encore en vous, même si vous ne le savez pas dans votre conscience mentalisée que vous appelez pensée et connaissance.


 Je vous inviterai donc, mes très Chers, mes très Aimés, mes très Choyés, partant de ce que je vous dis, à la Joie de vous rappeler -aussi bien que vous le pourrez- le fait de cette très belle origine car, dans le franchissement du Seuil que vous allez pour la plupart d’entre vous réaliser d’ici peu, laissez-vous appeler par ce qu’il y a de plus beau en vous, de plus parfait, de plus immense et de plus joyeux… Cela a fait partie des programmes d’origine de vos corps, corps non seulement physiques, mais subtils et de Lumière. Ne vous voyez pas à la baisse, voyez-vous à la hausse (pour employer des expressions que je n’aime pas beaucoup mais qui appartiennent à votre système de compréhension).


Ainsi, j’aimerais que vous puissiez retrouver en vous le goût des cascades rieuses que j’avais instillé au sein de vos gènes dans un petit programme musical, rieur, cristallin, par exemple…Je ne vais pas vous lister tous les programmes, cela serait ennuyeux. Je compte simplement sur la capacité subtile et vibrante de votre mémoire corporelle de reconnecter à ces systèmes d’information qui sont encore présents dans vos codes génétiques et ainsi, vous reconnectant à vos origines les plus authentiques, et les plus belles, et les plus immenses, de vous retrouver de l’autre côté du Seuil en toute Puissance et en toute Joie…


Car les multi-dimensions vous attendent dans votre Puissance et votre Joie. Votre perfection vous a été enviée, si l’on peut dire. Ne la négligez pas, ne la sous-estimez pas -cela néanmoins en toute humilité et en toute simplicité : il ne s’agit pas de faire reluire vos egos spirituels ou ce qu’il en reste encore… Notre vénéré Ashtir vous a déjà suggéré certains exercices agréables et intéressants de jeu avec votre forme, et suggéré la rencontre avec des êtres d’autres formes. Je me joins à lui dans cette suggestion.


Pratiquez la danse de vos corps en imaginant également celui de tel ou tel animal que vous aimez car peut-être, sans le savoir vous lui ressemblez, et vous allez le rencontrer comme votre frère. Votre corps a été créé avec cette capacité de danser, et de faire vibrer la musique dans ses plus grands raffinements au sein de vos cellules et de l’eau de vos cellules, pour vous faire danser, pour vous faire chanter. Cela n’est pas  une capacité bête et de hasard : cela a été l’une de mes créations dans votre programme, et elle est beaucoup plus étendue en termes de capacités que ce que vous pouvez croire…


Votre capacité de danser est une capacité de créer dans l’espace avec votre danse des géométries subtiles qui peuvent se déployer autour de vous, et elle est  d’entrer en vibration avec d’autres -par exemple celles des autres personnes qui danseraient non loin de vous. Cela alors pourrait avoir pour effet de créer des formes subtiles qui demeurent un certain temps, produisant de la Joie, rehaussant le niveau vibratoire, et stimulant les processus de vie. C’est donc une chose que vous pourriez faire avec d’autant plus de liberté lorsque vous ne serez plus encombrés par la densité, et par l’aveuglement de l’illusion et les rigidités de votre mental, qui vous gênent dans vos mouvements et dans ses créations.


De la même manière, lorsque vous chantez ensemble, il se produit un autre phénomène : la mise à l’unisson, par exemple lorsque vous chantez en chœur, de vos voix, a pour conséquence la création d’une onde de forme qui crée une forme assez durable que vous ne voyez pas, mais qui nourrit vos corps ainsi que l’environnement naturel dans lequel elle se propage. Lorsque vous chantez seul, un autre phénomène se produit qui en quelque sorte s’enroule autour de vous, ou s’enroule autour de l’enfant à qui par exemple vous chantez quelque chose, créant une vibration nouvelle dans ses corps subtils, temporaire, mais qui peut causer beaucoup de plaisir et restabiliser en les réharmonisant certains dérèglements, certaines dysharmonies ayant pu survenir.


 Je vous rappelle donc par ces petits exemples que vos capacités sont bien plus immenses que ce que vous avez coutume pour la plupart d’entre vous de croire. Ainsi, exploitez ces capacités et elles vous suivront lors de votre translation. Alleluiah

Je vous adresse tout mon Amour. Je vous invite à rire, à chanter et à danser et à faire résonner dans votre corps la mémoire de sa perfection divine. Recevez tout mon Amour de Créatrice. Je suis Eloha, votre mère Elohim et je me retire de cette communication, si vous le voulez bien.


via Christine Anne K. le 8/12/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere

 

 

 

 

 

 

 

Orionis – n°7 + questions-réponses




Le
moment est venu, mes très chers, de vous dire, moi, Orionis, la Vérité ultime
des Êtres que vous êtes.

 

Il
n’y a plus de séparation, et cela, dès maintenant. En ces quelques heures qui
nous séparent encore de la fin de l’illusion, illusion de la séparation, vous
êtes à présent en train d’être unifiés à la Source, aux multi-dimensions, à
tous les Êtres, à tous les frères et sœurs de toutes formes, de toutes
vibrations, de toutes densités.

 

Réjouissez-vous,
ainsi que nous nous réjouissons ! Apportez enfin votre Joie et votre
vibration unique à l’immense multi-phonie, à l’immense danse, à l’immense Joie
-partagée dans le Service- de tous ceux qui constituent la Création, ainsi que
vous la désignez. La Création n’a pas les limites que vous lui avez assignées
dans votre propre limitation. Elle s’étend à des niveaux et dans des domaines
que vous allez découvrir peu à peu avec les nouvelles perceptions qui
actuellement se défroissent, ainsi que les ailes du papillon, en vous et autour
de vous.

 

Il
n’y a pas de séparation, il n’y a pas de dualité, il n’y a pas ombre et
Lumière, il y a une seule et même vibration qui se décline en une multitude.

 

Ainsi,
dorénavant, vous êtes indéfectiblement conscients de votre reliance éternelle
et authentique à la Source, ce que certains d’entre vous nomment parfois Dieu,
parfois autrement.

Recevez dès à présent notre sourire, notre regard, la Joie
de notre Coeur à vous trouver enfin réunis, unifiés, vibrants, vivants : vivants
de Vérité, vivants de Simplicité, vivants de Beauté, vivants de Joie pure. Ne
refusez pas ce déploiement de vos Êtres, et ne vous en effrayez pas. Ne
craignez pas de perdre ce à quoi vous êtes attachés, car ce ne sont pas des
pertes mais des libérations. La Source vous convie à cette incommensurable et
gigantesque ronde qu’elle aime à orchestrer. La ronde n’est pas futile, la
ronde dont je vous parle est Vérité. La danse de cette ronde n’est que l’expression
de la Vie, sous toutes ses formes, à travers toutes les dimensions et les
différentes architectures des innombrables univers qui y participent. Ne vous
effrayez pas de cette immensité. Ne croyez pas que vous allez vous y perdre. Ne
vous dites pas : « Ce n’est pas pour moi ». Cela est en réalité
simplicité, évidence, innocence, énergie pure.

 

Dès
demain (le 17 juillet), l’état de séparation n’a plus lieu même d’être nommé, car il n’existe
plus. Certains d’entre vous déjà connaissent intimement cette Joie de la non-séparation,
nous le savons. Mais imaginez votre Joie à comprendre que cet état sera partagé
par tous, et sans difficulté, bien au contraire…

 

Les
vaisseaux qui à présent entourent votre système solaire et votre planète ont
stabilisé, avec la collaboration de différents êtres dont certains sur votre
Terre, les rayons de Lumière et de vibration nécessaires à l’éclosion de cette Vérité
qu’est la non-séparation pour vous. Vous êtes Un.

 

Certains
egos peuvent croire ainsi qu’ils vont disparaître et s’en trouver inquiets ou en
colère. Ne tombez pas dans cette illusion. Bien au contraire, sachez que vous
allez en être magnifiés et que vous allez resplendir, non pas dans votre ego
mais dans votre Vérité, de toutes les beautés et les qualités qui sont vôtres et
qui vont enfin se révéler dans leur plénitude car il n’y aura plus aucun
obstacle humain ni environnemental à cela -si ce n’est ce que vous pourriez
créer vous-mêmes par ignorance, par peur, ou par attachement à certains vieux
schémas d’illusion.

 

Il
vous a été dit il y a deux jours que le vaisseau des Dauphins de Sirius vient à
vous. Je vous demande d’accueillir cette information avec Joie et bienveillance. Ne croyez pas que les Dauphins de Sirius soient des poissons et que le vaisseau
soit un bocal : ce serait ridicule. Acceptez ce qui est. L’Intelligence
suprême et l’Amour merveilleux qui sont le caractère de ces Êtres ne peuvent
que vous illuminer par leur présence, qui restera distante et dont vous aurez
principalement conscience par l’écoute de votre Cœur, pour la plupart d’entre
vous.

 

Vous
recevrez ainsi un certain nombre de nouvelles vibrations destinées à vous
informer, non pas tant mentalement que cellulairement, ainsi que éthériquement,
dans vos circuits les plus subtils, accompagnant ainsi la transformation
progressive de vos corps dans le processus que vous nommez Ascension. Soyez
dans l’accueil et la simplicité. Admettez et acceptez que vos facultés mentales
telles que vous les connaissiez jusqu’à maintenant se modifient, ce qui passe
par la désintégration d’un certain nombre de fonctionnements mentaux. Vous n’êtes
pas en train de devenir bêtes, ni de perdre les pédales. Vous êtes en train de
devenir connectés à d’autres vibrations qui vous lient à ce que vous appelez
votre supra-mental et qui vous met en relation directement avec les autres
Êtres de toutes ces dimensions que vous êtes appelés à découvrir.

 

Nous
vous avons déjà, à maintes reprises, transmis un certain nombre de
recommandations et d’éclaircissements au sujet de la transformation de votre
mental, dans lesquels nous vous avons invités à maintes reprises à accepter, à
lâcher, à devenir autres et à abandonner certaines prérogatives devenues
obsolètes dans ce que vous appelez votre intellect qui – nous l’admettons – est
parfois d’une grande richesse et d’une grande subtilité, et qui vous est encore
extrêmement utile dans certaines occasions. Cela n’est qu’un outil. Vous n’avez
pas à vous identifier à votre intellect. Vous pouvez le poser, comme on pose
une cuillère, et ne l’employer que lorsque vous avez besoin de l’employer sur
certaines tâches précises. Apprenez cela, pratiquez-le, nous vous laissons
découvrir cet apprentissage, car chacun de vous trouvera ses propres circuits.
En cela vous êtes créateurs de vos propres circuits. La possibilité de leur
fonctionnement a été activée, mais il vous importe, à vous, d’établir les
connexions.

 

La
mise de côté de votre intellect vous permet d’accéder à d’immenses
possibilités, d’une envergure incomparable, par le chemin de votre Cœur et de
votre supra-mental. La notion de supra-mental a été établie et expliquée, par le
vénéré Sri Aurobindo en particulier. Je ne m’étendrai pas en cet instant sur
cette notion, qu’il vous appartient avec votre intellect d’aller rechercher si
vous avez besoin de vous familiariser avec elle dans votre pensée, afin de
pouvoir l’accepter en toute quiétude et en toute confiance.

 

Je
vais me retirer. Je vous invite à quelques instants de silence, dans le
recueillement et l’écoute. Je vous invite à entendre le chant intérieurement
émis par le vaisseau dont je vous ai parlé, cela afin que votre connexion
bienveillante, aimante et accueillante se développe, en toute Joie, en toute
innocence et en toute confiance.

 

Je
vous dis à bientôt, moi, Orionis, Melchisedek.

 

 


Présence des 12 Etoiles de Marie

 

 

Nous
accueillons en silence la présence des 12 Etoiles de Marie : No Eyes,
Snow, Gemma, Thérèse de l’Enfant Jésus, Mère, Marie-Madeleine, Hildegarde, Ma
Ananda Moyi, Sœur Yvonne Aimée et d’autres… Elles nous adressent toute leur
tendresse, leur bienveillance, nous appellent à l’innocence.

 

Il
nous est dit de contempler les fleurs : « Chacune de nous a un lien d’Amour
et de Joie avec les fleurs. »

 

Une
fois de plus, nous sommes invités à entendre dans le silence la vibration, car
ces douze présences sont en train de s’exprimer dans un désordre apparent qui n’est
que Joie et rire.

 

« Nous
vous saluons, disent-elles, nous vous aimons. »

 


Suraïvan se propose de répondre aux questions…

 

 

Je ressens l’Ascension de plus en plus proche.
Cela veut-il dire que nous en sommes effectivement près, voire très près ?

 

 

Bien-aimée,
tu parles de l’Ascension comme s’il s’agissait d’une date. Le processus est
entamé, et tu ne peux en disconvenir. L’établissement d’une date, comme tu
parais le sous-entendre, est une convention qui appartient à votre
représentation du temps. Il ne m’appartient pas à moi, Suraïvan, de te dévoiler
une date, car je n’ai pas cette prérogative, ni même cet intérêt. Il vous est
demandé de vivre au présent.

 

Ce
processus d’Ascension illumine de plus en plus vos corps, vos esprits. Il est
unique et merveilleux. Goûtez-le donc au présent et préparez-vous à accueillir,
ainsi qu’il vous l’a été indiqué, présenté, plus ou moins dévoilé, ce qui ne
peut que vous surprendre dans vos intellects, mais certainement pas dans vos Cœurs.
Il est vrai que le processus est enclenché. Cela vous a déjà été communiqué en
d’autres occasions.




via
Christine Anne K. le 16/07/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Ouranos, Gaïa



Que les mondes célestes
vous entourent et vous transmettent leurs salutations…


Je suis celui/celle que
vous nommez la voûte céleste, Ouranos, et je me réjouis de m’adresser à vous
une nouvelle fois.

 

Sachez qu’à présent les
mondes célestes sont en mouvement pour accompagner ce que votre planète
souhaite accomplir en un mouvement de transformation absolue, qu’il nous est
donné d‘accueillir et qu’il vous est donné de vivre dans vos corps et dans vos cœurs.

 

Je vous avais parlé d’un
isthme sonore, comme du chemin que vous pouviez trouver au sein de votre cœur pour
accéder à la conscience des mondes de vibrations universelles et cosmiques auxquels
vous n’aviez pas accès, et où le chant de la Source est audible. Je reviens
vers vous à travers cet isthme pour vous inviter à mieux en chercher le
passage, car à présent il s’est ouvert et s’ouvrira davantage à vous.

Les sons
de la voûte céleste et des immensités célestes, cosmiques, des multi-univers,
chantent pour vous à travers le petit canal de cet isthme, afin de stimuler à
travers votre cœur l’extraordinaire transformation de vos structures biologiques,
cellulaires et subtiles, qui s’effectue de jour en jour.


Voilà ce que j’avais à
vous dire. Soyez à l’écoute de la venue en vous, par cet isthme qui s’élargit,
du chant de la Source et des multi-univers qui vont vous guider vers votre
véritable nature.

Je vous salue. Soyez
accueillis dans les sphères de musique céleste, si tel est votre souhait et si
votre cœur désire vous y porter. Je me retire.

 

Nous avons un message de Gaïa… -Gaïa est la compagne d’Ouranos dans la
mythologie-

Ainsi en est-il.

 

« C’est en vous que
je vibre. Votre chair est ma chair.

 

Je suis la matière de
votre matière, et chaque atome de votre corps recèle ma chair, ma présence et
mon Amour.

 

J’habite ce que vous
êtes, comme vous m’habitez. Votre corps et le mien se répondent, se fusionnent,
s’écoutent réciproquement. Nous dansons de la même danse.

 

Ainsi, je suis en train à
présent d’entreprendre la danse que j’attends depuis si longtemps, et en ma
compagnie avec moi, par moi, cette danse nous la vivrons dans la même chair.


Notre
danse d’à présent va nous relier en toute
Joie et en toute Beauté à la
véritable danse de Lumière et d’Amour du véritable Univers auquel nous
aspirions tant à participer.


Ce que vous avez appelé l’Univers jusqu’à présent,
c’est-à-dire le cosmos, était un faible reflet falsifié, déformé, appauvri de ce
que nous nous apprêtons à rejoindre dans notre nouvelle danse.

 

Ainsi, réjouissez-vous
mes enfants, chair de ma chair. Laissez couler en nous le sang et les liquides
de Lumière de notre nouvelle chair partagée, telle qu’elle, petit à petit, se
constitue.

 

Je suis Gaïa, votre
Terre-Mère, votre Mère-Terre, votre Chair-Mère et votre Mère-Chair, et je vais
m’unir à Ouranos, ainsi que de tout temps les humains l’ont rêvé.

Je vous aime. »



via
Christine Anne K. le 18/05/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.