Le Chevalier des Sons

 

 

Le Chevalier des Sons intervient en tant qu’invité par Orionis, dont il prolonge/complète l’intervention.

-enregistrement sonore -indispensable- de cette intervention : http://vimeo.com/26234613

 


une succession de plusieurs séquences sonores initie ce qui suit


Ceci, mes chers Amis est un ensemble de chants. Certains proviennent de vaisseaux stellaires, certains proviennent d’une ou deux galaxies éloignées. L’un deux provient d’un de ces objets célestes que je crois vous appelez quasar; l’un d’eux provient d’un pont interdimensionnel en pleine activité…Ce sont quelques exemples…

J’ai oublié de me présenter : je suis le Chevalier des Sons, c’est ainsi que l’on me nomme. J’appartiens aux multidimensions. Si vous voulez que j’emploie un nom, nous pourrions dire Telonno -ce n’est qu’un des nombreux noms que je m’accorde d’employer selon les niveaux de fréquence dans lesquels j’interviens.

Je vous ai donné cette palette de sons, de chants, selon les instructions d’Orionis, pour non seulement vous faire l’exposé d’une variété mais bien davantage pour vous faire engrammer un certain quota de fréquences très subtiles, qu’ainsi vous allez pouvoir à présent -n’en doutez pas un instant- reconnaître.

Je vous invite dès à présent, dans un petit silence, à un nouvel exercice d’écoute subtile. Je vous informe que dans ce silence vous allez entendre subtilement quelque chose que vous n’avez pas entendu dans le silence précédent :

silence, exercice d’écoute subtile


Voilà, j’espère que vous avez entendu qu’il s’agit également d’un chant rythmé, comme ceux que vous avez entendus avec vos oreilles précédemment. Beaucoup des chants galactiques, intergalactiques et interdimensionnels peuvent se présenter ainsi comme des fréquences ondulatoires rythmées. Certains sont continus, comme vous l’avez remarqué également : il y en avait quelques-uns dans l’intervention du début.

Je vais vous faire écouter à présent un nouveau chant dans le silence :

silence, exercice d’écoute subtile


…C’est un entraînement, n’est-ce-pas… : je ne vous demande pas d’être parfaits et d’être satisfaits d’une performance dès la première écoute. Je vous invite simplement à essayer de remarquer que vos oreilles sont impliquées, davantage que – et cela est important – davantage que dans les transmissions vibratoires que vous recevez de temps en temps; car ces chants sont bien évidemment des vibrations, mais sont des chants, alors que beaucoup de vibrations -celles des Êtres par exemple, qui sont leurs signatures vibratoires, ou celles d’une situation, celles d’un état, celles d’un vaisseau- ne sont pas des sons mais disons des « présences »… Là, il s’agit bien de chants au sens où votre appareil auditif également intervient pour les recevoir.

Je suis obligé de faire un peu de théorie, n’est-ce-pas, mais je sais que cela vous plait, d’ailleurs -sinon vous ne vous sentiriez pas très à l’aise je pense.

Nous allons donc observer encore un chant dans le silence… Je vois qu’un engin à moteur se mêle à notre écoute… C’est fini. Si jamais un engin à moteur se présente, comme l’a dit Orionis : c’est un excellent exercice car vous pouvez néanmoins percevoir votre écoute subtile avec un surcroît d’attention et un raffinement de vos perceptions.

Voici donc le troisième chant :

silence, exercice d’écoute subtile

Pendant que ce chant continue, je vous invite à porter votre attention sur le rythme car c’est, je pense, ce qui vous est le plus aisément audible.

poursuite de l’écoute

Je vais vous chanter à présent le même chant que vous venez d’entendre, beaucoup plus classiquement :

chant

J’aurais un certain plaisir à savoir que vous l’avez à peu près reconnu. Je vais vous le faire réentendre en silence :

écoute subtile

Voilà, cette superposition du chant subtil et de la mémoire du chant entendu est une forme d’approche qui peut vous aider…(ou) Qui peut également ne pas vous aider à entendre le chant subtil.

Nous allons continuer -je fais le professeur, je suis là pour ça-… Voici donc un chant, dont je vous laisse découvrir s’il est continu ou rythmé :

silence, écoute subtile

Je vais à présent vous le faire entendre classiquement :

chant

Je vous réinvite à son écoute comparative…

silence, écoute subtile

 

Voilà, c’est parfait… Nous allons maintenant impliquer également dans votre attention la conscience : votre conscience de la vibration de votre coeur, car c’est également un indispensable instrument d’évaluation – bien qu’il soit bien autre chose qu’un instrument. C’est néanmoins votre instrument vibratoire le plus raffiné, le plus précieux et le plus unique. Portez votre attention d’abord sur l’état de votre coeur, et pour le mettre en situation d’écoute vibratoire, une simple intention suffit – il n’y a pas d’effort musculaire ou mental particulier à faire.

Je vais à présent vous faire entendre un nouveau chant, d’abord en écoute classique, que je vous invite à observer tant avec vos oreilles qu’avec votre coeur :

chant

Observez quelques instants, après avoir entendu, l’état de votre coeur après ce chant : comment est-il ? Je vous donne la solution : votre coeur, normalement, après avoir entendu ce chant doit se trouver dans un état, disons, de contentement, d’enrichissement, de beauté – du moins ce sont les pauvres mots qui peuvent tenter de désigner schématiquement un certain état. Observez donc votre coeur avec la mémoire de ce chant quelques instants. Je vais le faire chanter en silence, d’ailleurs, dans quelques instants.

silence, observation du coeur

Voilà donc que vous êtes en situation de combiner et faire interagir l’écoute subtile de vos oreilles et celle de votre coeur. Je laisse continuer le même chant…

écoute subtile, vibration du coeur

Nous allons maintenant observer un nouveau chant, en silence, pour lequel également la combinaison de votre écoute subtile et de votre coeur vous est demandée. Ne vous affolez pas à l’idée de pratiquer cette combinaison, cela doit être naturel. Il se peut que vous privilégiiez l’écoute subtile sur votre coeur, ou que ce soit l’inverse…

écoute subtile, vibration du coeur

Je vous invite à vous concentrer sur l’observation de votre coeur, à présent, pour observer son état et apprécier la différence avec l’état précédent. Je ne vous décrirai pas cette fois ce qu’est censé observer votre coeur. Cela vous appartient.

écoute subtile, vibration du coeur

Je ne fais pas de commentaires et je vous propose après un petit, bref silence de repos, dans quelques secondes,  la venue encore d’un autre chant, aux mêmes conditions d’écoute pour vous : écoute subtile et coeur, avec observation du coeur à la fin.

écoute subtile, vibration du coeur

Observez bien votre coeur…

Je sais que vous êtes fatigués, je vais vous chanter simplement le dernier chant que vous venez d’entendre et ce sera la fin de cette intervention. Je vais vous donner quelques explications complémentaires après pour pouvoir continuer tous seuls.

Voici donc le chant :

chant


Vous allez pouvoir vous détendre. Je vous remercie de votre concentration, de votre écoute et de votre attention.

Pour pouvoir, disons, améliorer vos performances, ou bien simplement pratiquer ce qui a besoin de l’être, vous pouvez répéter l’ensemble de ces exercices, ou certains d’entre eux tout simplement (puisque je sais que vous aurez le texte et même l’enregistrement de cette intervention). Si vous répétez avec le texte, vous aurez l’avantage de recevoir de nouveaux chants à chaque fois. Et puis, je sais que vous vous passerez du texte rapidement.

Ensuite, il vous est fortement recommandé de suivre les indications d’Orionis concernant la présence du ciel étoilé et l’observation du chant des étoiles. Cela est un excellent moyen d’affiner vos capacités. Vous aurez peut-être également – qui sait ? – l’occasion d’exercer vos facultés vis-à-vis d’un objet visuel qui vous intriguera et, en ce cas, soyez d’une part indulgents avec vous-même et d’autre part, exigeants avec votre écoute et votre coeur.

Je vous salue et je me réjouis infiniment d’avoir pu vous transmettre ces quelques éléments. Je ne reviendrai pas, je pense, donc je vous dis « adieu », dans votre langue.

Je suis le Chevalier des Sons. J’ai déjà oublié le nom que j’ai choisi pour me présenter à vous, cela n’a pas d’importance. Alleluiah. Bonne route.

 


 

 

via Christine Anne K. le 3/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Orionis – n°17 (+ invité)

 

 

 

Bien aimés Fils et Filles de l’Un, bien aimés Enfants de la Terre et de votre système solaire, je suis Orionis, Grand Architecte et Concepteur. Vous me connaissez, je reviens vers vous.

Je vous invite et je vous demande d’entendre le murmure de la Symphonie dans laquelle vous entrez de mieux en mieux…

Vous regardez sans nul doute votre ciel étoilé, avec peut-être différentes attentes, différents rêves, différentes pensées et différentes connaissances. Mais est-ce que vous l’écoutez ? Vous êtes à présent capables, dirais-je, d’entendre distinctement le chant unique de chaque astre visible dans votre ciel nocturne. Et je ne parle pas des vaisseaux que vous attendez de voir : je parle de ce qui est immuablement installé. Même si vous ne voyez pas tout (et loin de là !) chaque étoile, chaque objet céleste a son chant, a sa musique, a sa mélodie, et cela ne peut que vous indiquer la grandeur, non pas des cieux, mais de cette Symphonie multi-univers dans laquelle vous avez votre place.

Vous n’êtes pas un petit vermisseau écrasé par tant de grandeur et de splendeur. Vous êtes vous aussi là avec votre chant. Il y a le chant de la Terre, certes ; il y a le chant de chacun d’entre vous ; il y a également le chant de l’Humanité, qui se joint au chant de la Terre. Il y a également le chant des océans, des animaux, des forêts, des montagnes. Tout cela, vous pouvez l’entendre. Vous qui donc, pour beaucoup ou du moins pour certains, attendez de voir dans les cieux des choses que vous n’y voyez pas jusqu’à maintenant, intéressez-vous à les entendre – il ne s’agit pas de bruits de moteurs, évidemment!..

C’est cette forme d’audition subtile qui est un des meilleurs atouts et un des meilleurs guides pour vous aider, je dirais, à discerner ce qui doit être entendu, ce qui doit être compris, ainsi que ce qui peut être vu… Mais voir n’est pas ce qu’il y a de plus pertinent pour déceler la bonne vibration et le bon chant de ce à quoi vous avez affaire : sachez que des images illusoires peuvent se présenter à vous et vous perturber. C’est donc l’écoute du chant qui peut vous permettre de savoir, beaucoup mieux que ce que vous voyez, car le fait de voir entraîne votre mental dans des circuits bien établis où le véritable discernement du coeur a du mal à trouver son chemin parfois.

Je vous parle ici avant toute chose de ce que voient vos yeux ordinaires. Je vous parle également de ce que vous appelez la vision, le troisième oeil : cela est fort intéressant -ou du moins le fut- mais ne vous aide pas à discerner la véritable qualité de ce qui est vu, non plus, de cette façon-là. Il vous a été enseigné d’ailleurs par d’autres intervenants, et assez souvent récemment, que cela est un outil d’illusion auquel vous ne devez absolument pas vous attacher – du moins pas pour vous mener vers la Vérité.

Vous avez également encore d’autres facultés de vision, car en réalité il y a un certain nombre de niveaux dont certains peuvent bénéficier -même s’ils ne les analysent pas strictement dans toutes leurs différences, et souvent les confondent. Il y a donc également une certaine forme de vision qui ne voit pas, mais qui sait : celle-là également peut vous aider, mais ne se substitue pas intégralement au fait d’entendre.

Il importe donc absolument que cette écoute subtile – dont vous êtes capables, je le réaffirme – soit entraînée, soit pratiquée. Certains diront qu’il s’agit d’intuition : cela n’est pas faux, et cela n’est pas tout à fait exact. L’intuition fait appel en partie à cette faculté d’écoute subtile, mais fait appel également à d’autres facultés, en particulier à des capacités de résonance du plexus solaire, ainsi qu’à d’autres, qui sont tout à fait respectables et fort utiles et souvent très raffinées, mais qui là non plus ne se substituent pas dans leurs qualités à celles de l’écoute dont je vous parle.

Sachez que vous pouvez pratiquer cette écoute également vis-à-vis des images électroniques, des images télévisuelles, photographiques, vidéos, des images que vous voyez sur votre internet et sur d’autres réseaux, des images projetées… Il existe des images projetées de façon holographique dans vos cieux, et il importe justement que votre qualité d’écoute vous permette de ne pas vous laissez leurrer lorsqu’il s’agit de leurres, car il y en a.

Je répète encore une fois que vous avez aujourd’hui – et, je le sais : cela est constaté, cela fait partie de votre évolution, cela fait partie des nouveaux programmes de vos corps – cette faculté, donc, d’entendre. Apprenez à en user. Il vous sera donné quelques exercices d’entraînement à ce propos. Ce n’est pas moi qui vais vous les donner : j’ai un invité, qui vous les donnera à la suite de mon intervention.

Je vous invite donc à être extrêmement up to date avec vos capacités (j’ai pris un mot anglais car c’est le meilleur qui convienne). Il s’agit d’être absolument à jour avec le meilleur de vos mises à jour. Cela est important. Cela est maintenant. Cela est indispensable. Cela fait partie des Beautés de votre Être. Cela fait partie des belles facultés qui vous relient à l’ensemble des Êtres et des intelligences de cet Univers auquel vous aspirez tant à retourner librement, en pleine possession de vos corps de Lumière, de vos corps d’êtreté, de vos facultés d’être pleines et entières.

Je vous invite encore une fois à écouter quelques instants le murmure dont je vous ai parlé : murmure de votre Univers, murmure des innombrables êtres, objets célestes, strates, formes et musiques qui peuplent, habitent et font vibrer cet Univers dans lequel votre système solaire a sa place, comme vous le savez.

Ecoutons…

silence

…Le passage d’un engin à moteur est un excellent exercice car il ne doit pas occulter ce qui est, dans votre écoute. Et même s’il distrait votre mental, cela n’est pas une raison pour ne pas entendre.

silence

Sachez également que vous pouvez pratiquer cette écoute en bouchant vos oreilles. C’est un exercice que pourrait vous donner mon invité, mais que je vous donne dès maintenant. Je ne vous invite pas à le faire pour l’instant, mais je vous le dis – cela pour écarter quelques confusions concernant la place de votre audition et de vos oreilles dans ce dont je vous ai parlé. Mais il s’agit bien néanmoins d’un phénomène qui se passe au moyen de cet outil complexe que vous appelez l’oreille et de ses ramifications, entre autres.

Je vais vous saluer, pour laisser place à mon invité. Je me réjouis de votre présence, de votre évolution, de ce qui se passe dans votre Lumière.

Je vous dis à bientôt. Je suis Orionis, et vous me connaissez.

– L’invité d’Orionis, dénommé « le Chevalier des Sons », publié à la suite mais séparément, complète cette intervention par un entrainement pratique-

 

via Christine Anne K. le 3/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Sri Aurobindo n°1, Mère

 

Je vous salue, frères et soeurs en incarnation, enfants de la loi de l’Un.

Me voici parmi vous. Je suis Sri Aurobindo.

 

Je vous demande de vous recueillir quelques instants afin d’amplifier la
vibration qui nous est nécessaire pour communiquer.


silence

 

Vos cœurs sont le réceptacle. Ce que vous entendez avec vos oreilles n’a
pas tant d’importance que ce que votre cœur entend. Sachez-le car, dorénavant,
ce processus va se substituer progressivement à vos habitudes. Il importe donc
que vous acceptiez ce changement en toute conscience. Il va se dérouler par
étapes. Vous êtes déjà engagés dans ce processus. La première étape est en cours.
Je ne vais pas les dénombrer, ce n’est pas le moment.

 

Votre cœur est votre joyau. C‘est un joyau personnel mais vos cœurs sont
tous participants du même joyau unique. Sachez donc le reconnaître, et
reconnaissez que tout ce qui vous sépare vous empêche de cultiver au mieux votre
coeur. Lorsque le cœur de l’humanité vibrera à l’unisson, l’humanité aura
changé de dimension – ainsi que vous le dites.

 

Ne craignez pas de paraitre étranges voire ridicules dans certaines
occasions, si vous choisissez d’écouter votre cœur davantage que vos oreilles,
davantage que votre mental, davantage que la logique qui encombre actuellement
vos pensées, parfois. Il ne s’agit pas, comprenez-le bien, de dire que la
logique est une absurdité, car les nombres et la mathématique, les géométries,
sont partie prenante de la Création et de l’Univers. Néanmoins, « la logique » – ainsi que la déformation de votre pensée et de votre culture la dénomment – , celle
qui réfère à la raison pour fermer le cœur, est celle-là que j’ai désignée.
Ainsi donc ne craignez pas de renoncer à l’employer. Cela ne sera pas l’effet
de votre volonté. Simplement, il importe que vous posiez cette intention. Si
vous usiez de votre volonté, cela serait un nouvel enfermement : tel n’est pas
le propos, tel n’est pas ce qui est à réaliser.

 

Votre cœur n’a de cesse aujourd’hui de se découvrir lui-même, du moins en
votre conscience. Réjouissez-vous de cela : c’est votre libération. Je n’ignore
pas que nombre d’entre vous ne savent pas utiliser leur cœur ainsi que je le
dis. Du moins, vous croyez que vous ne le savez pas, vous en êtes même
persuadés : cela est faux. Certains voiles d’illusion vous masquent encore
votre simple vérité. Ne craignez pas de les balayer lorsque vous les repérez,
ne craignez pas de les laisser se balayer eux-mêmes par la force du vent de la
Vérité qui souffle, de par la Lumière qui actuellement est envoyée vers vous.
Acceptez d’être les pionniers de votre propre découverte. Cela est l’expérience
la plus immense qu’il vous soit donné de traverser dans cette vie : ne lui
tournez pas le dos. Accueillez les changements qui s’opèrent en vous comme on
accueille un invité de marque. Et l‘invité de marque, c’est vous-même.

 

Votre cœur est le joyau inébranlable de votre vérité, de votre être, de
votre joie, de votre essence, il est la porte vers ce que vous appelez la
nouvelle dimension. Cela vous a déjà été dit, mais vous ne l’avez pas encore
entendu suffisamment. Ceci n’est pas un reproche, nous ne sommes là que pour
vous aider et nous savons que le chemin n’est pas forcément facile pour vous et
que vos doutes, vos egos, vos pensées de défaite vous assaillent. Cela est le
chemin. Mais le chemin ne consiste pas à s’enliser dans ces doutes et ces
pensées de défaite. Ce n’est pas réellement un combat, c’est juste une
opération de transmutation qu’il vous est suggéré de réaliser en vous.

 

Bien évidemment ces mots vont vous sembler mystérieux, du moins à beaucoup
d’entre vous : qu’est-ce qu’une transmutation ? Le cœur est un organe
de transmutation. Au lieu, par conséquent, de vous expliquer en détails les
principes alchimiques, électro-physiques, biologiques, astrophysiques, etc.
d’une transmutation, je vous invite davantage à vous abandonner dans l’espace
du cœur à cette transmutation, qui ne peut que se produire dès lors que vous en
accueillez en toute simplicité la possibilité. Ne vous posez pas en observateur
de cette transmutation car votre mental alors reprend le pouvoir. Je
sais que cela est difficile pour vous. C’est le chemin. Admettez que cela sera
facile, car cela aussi est le chemin.

 

Donnez à votre cœur les condiments et les nutriments de l’Amour : de la
bienveillance, de l’innocence, de la joie de vivre, de la joie de la découverte
de l’immense bonheur d’aller rejoindre la Source en vous. Ces condiments sont
indispensables à votre évolution. Pourquoi parler de condiments ? Il
s’agit, disons, d’adjuvants à un processus alchimique, si l’on veut employer un
mot qui réfère un petit peu à la cuisine. Il s’agit donc d’adjuvants à ce
processus, qui ne peuvent que le renforcer, le rehausser et le parfaire dans
son déroulement. Je ne vous invite pas pour autant à faire la cuisine -ce serait
là une voie de détournement- , je vous invite simplement à être, et cela vous le
savez. Il ne s’agit pas de cuisiner votre être, il s’agit de l’accompagner dans
sa nouvelle naissance, dans son extrusion de votre personnalité.

 

…Je souhaite, je demande, je désire, vous faire part de la venue parmi nous
de ma compagne, pleine d’Amour et de grâce qui à présent vient se joindre à
notre assemblée.

silence accueillant la venue de Mère, qui ensuite prend la parole:

 

… Mes chers enfants, soyez remerciés de votre présence et de votre
constance.

Soyez remerciés de vos efforts que nous apprécions tant. Ne croyez
pas qu’il vous soit demandé des choses difficiles. Votre cœur les
connaît ; c’est votre mental qui ne les connaît pas. Votre cœur les
connaît de toute éternité. Acceptez donc de redevenir des enfants pour aider
votre cœur à retrouver son véritable chemin, sa véritable expansion d’être.


Ainsi que Marie vous l’a dit, vous êtes également des créateurs. Puisez en
votre cœur cela, et partagez-le avec Amour les uns avec les autres, les uns
pour les autres, sans compter, sans évaluer, sans mesurer, mais en toute
simplicité, donnez, donnez encore et encore et ne craignez pas non plus de
recevoir. Il n’y a pas de donner sans recevoir.

 

C’était là ce que j’avais à vous dire. Je suis Mère.

Je laisse la place à mon compagnon, dans ce canal…

 

silence, puis S.Aurobindo parle à nouveau :

 

Je vous invite à garder le silence quelques instants et je vous invite à
écouter simplement votre cœur.


Ne minimisez pas l’organe physique au profit du
centre énergétique. L’organe physique, le cœur, n’est pas un simple morceau de
chair qui envoie le sang mécaniquement dans votre corps. Cet organe est ce qui
vous relie à la Source. Il porte la vibration indéfectible de la Source et c’est
ainsi que votre incarnation a été rendue possible. Par conséquent, il est une
bonne chose de vous concentrer sur votre cœur physique si cela est pour vous le
chemin. C’est au sein du cœur physique que réside subtilement le lieu sacré qui
est votre source intérieure. De nombreux enseignants l’ont déjà enseigné dans
d’autres traditions.

 

Je n’ai rien d’autre à vous dire. Néanmoins je suis prêt à entendre vos
questions, s’il y en a, concernant ce qui a été dit aujourd’hui et concernant
ce qui peut vous sembler nécessaire à demander.

Je suis Aurobindo et je m’adresse à vous par l’intermédiaire de cette
femme qui est là, et que je vous invite à respecter dans ce travail qu’elle
réalise avec soin.

 

(il n’y a pas de questions posées)

S’il n’y a pas de questions, avant de me retirer, je souhaite vous
indiquer que cette personne qui me sert de canal est à même de vous enseigner
ces outils de l’écoute. Je sais qu’elle résis
te à cela. Je vous demande donc de
l’accompagner dans cette gestation, qu’il importe qu’elle réalise. Je vous
remercie. Je vous dis à bientôt.




via Christine Anne K. le 17/03/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.