Eshtananda – n°7 + Istirulwah

 

 

-Phrase en langue Elohim-

Que mes salutations en langue Elohim vous parviennent !

Très Aimés, Enfants de la Source et Frères et Soeurs de la Terre, je suis Eshtananda, Elohim, vous me connaissez.

J’apporte avec moi – et avec joie, une joie importante, considérable – la certitude pour vous que votre Son Primordial d’origine est revenu, dans son intégrité, sa pureté. Cela a été le produit de l’intervention de celui qui est le Maître et l’Architecte et la Matrice de tous les sons, et qui ne porte pas de nom.

Sachez que ces sons -qu’il/elle nous porte, nous stabilise, nous trie, nous orchestre et nous forme- sont essentiels pour nos travaux, nos créations et pour toute oeuvre qui se fait dans la Lumière de la Source Une et au sein de tous les mondes et univers connus et inconnus.

Ainsi vous revenez, pas à pas, dans les vibrations les plus authentiques, les plus intègres, dans lesquelles vous avez été créés il y a bien longtemps, aux origines de la création de cette planète et de ses habitants. Ainsi se reconstituent l’entièreté et la simplicité de vos capacités de Lumière. Au niveau dont je vous parle, la Lumière et le Son ne sont pas deux choses qui « n’ont rien à voir » : la Lumière est Son et le Son est Lumière.

De même que la Lumière est Amour, le Son est Amour à ses origines; et il ne pourrait exister sans cette vibration d’Amour absolu, qui s’origine dans la Source, et qui est la toute première matrice de toutes les matrices. Ainsi le Son Premier n’est autre que la première onde de manifestation de cet Amour, extériorisé depuis la Source, et qui se transporte, et qui va se joindre à ce qui est déjà, ou qui va ensemencer ce qui doit être.

…Si vous entendez en cet instant dans le silence quelques chants d’oiseaux, ou quelque autre des nombreux bruits de la vie qui peuvent vous entourer; prêtez attention au fait qu’à présent la pureté authentique de leur sonorité est revenue, et vos oreilles peuvent restituer cette vibration à votre coeur et à vos cellules. Cela est non seulement une restauration de ce qu’à l’origine vous avez été désignés pour être, mais c’est également une actualisation : il ne s’agit pas d’un retour en arrière, mais d’un pas dans le présent.

Vous êtes ainsi actualisés dans l’architecture intime en vous de la vibration originelle du Son Premier, qui serait en quelque sorte le germe de Lumière primordial qui vous constitue. Et si je parle d’actualisation, c’est que ce germe primordial néanmoins vient d’être ré-informé (s’il ne l’était déjà) des données de Lumière qui constituent à présent votre patrimoine d’aujourd’hui – en tant qu’êtres dont l’évolution s’est faite, et dont la maturité a augmenté, peut-on dire, et dont les capacités de Lumière sont celles de votre présent.

La semence de Lumière d’origine est donc retrouvée, mais ré-actualisée : ainsi vous êtes dans la pleine possession de la plus grande liberté d’être, dans la plus grande magnificence de ce que vous pouvez être.

 

Moi Eshtananda je vous affirme, en tant qu’appartenant au peuple des créateurs, Elohim – qui collaborent avec de nombreux peuples, artisans,  intelligences, structurances, musiques – que vous êtes maintenant, non seulement vos propres créateurs à chaque instant, mais que vous êtes investis, de par ce son primordial auquel vous avez accès, de la possibilité déjà existante en partie mais réactualisée dans sa pleine potentialité, de créer ce qui vous entoure, en pleine possession de tous les outils nécessaires et accessibles, que vous le sachiez mentalement ou non. Ce que vous créerez ainsi sera traversé par ce Son Primordial.

Comment me direz-vous, pouvons-nous créer ainsi ? C’est la force et l’intelligence de votre Lumière et la Vérité de vos Êtres, manifestés en vos coeurs et en leurs vibrations de création, qui sont en oeuvre – je dirais presque : que vous le vouliez ou non… Ainsi soyez pleinement avertis et conscients que vous êtes créateurs, et je dirai : prenez soin de choisir dans vos coeurs et vos intelligences – celle de votre Lumière – ce que vous créez. Ne créez pas ce dont vous ne voulez pas, ne créez pas ce qui n’a pas lieu d’être, ne créez pas ce qui ne sert pas la Lumière ; choisissez ! Comment choisir ? Me direz-vous (…car parfois votre mental ne sait pas reconnaître la Vérité de l’illusion, et votre mental contribue bien souvent, en part plus ou moins importante, à vos choix).

…Le choix qui est juste doit être simple et faire résonner votre coeur de joie simple, immédiate et lumineuse. Le choix n’est pas compliqué. Le choix juste va dans le sens, non seulement de la Lumière intérieure partagée par tous, mais de la Vérité, vérité de cette Lumière et vérité de la Joie et non pas vérité de fausses connaissances. Le choix juste résonne comme sur une harpe dans la plus grande harmonie avec ce qui se joue, s’entend et se manifeste autour de vous. Le choix n’est jamais discordant. Le choix juste vient de la simplicité du coeur et non pas de l’élaboration audacieuse de concepts. Le choix juste vous relie à la Source et à l’ensemble de vos Frères et Soeurs dans le plus pur Service. Il n’est pas fait pour vous mettre en valeur en tant que personne; il n’est pas fait pour priver certains êtres de leur Lumière. Il est fait pour que la Lumière soit, et pour que la Symphonie soit de plus en plus parfaite, de plus en plus vivante, de plus en plus harmonieuse – même si elle l’est déjà.

C’est ainsi que vous êtes invités à être créateurs. Réjouissez-vous donc !

Je vous disais que je vous apportais une information importante et d’une grande joie : cela est donc ce que je vous ai dit. Ainsi je vous redis : réjouissez-vous !

Soyez simples et purs, soyez véridiques, soyez au service de la Lumière. Ne vous égarez pas dans les méandres de certains egos car vous n’arriveriez pas de toute manière à produire quoi que ce soit de véritable… Or il n’y a plus que ce qui est véritable qui ait lieu d’être en ces instants pour vous : tout ce qui ne l’est pas est appelé, soit à se désagréger, soit à disparaître, soit (lorsque c’est possible) à profiter d’un processus de transmutation qui sera naturel.

Réjouissez-vous donc, mes Très Aimés, et sachez que l’ensemble des êtres créateurs et des multi-créations participent de cette joie et de la vie, nouvelle encore, qui à présent se dessine à travers cela, de par vos capacités réactualisées de création.

Alleluiah ! Je vous salue.

 

 

Intervention d’Istirulwah, l’Enfant Elohim

 

Je me nomme Istirulwah, je sais que vous me connaissez.

Je ne suis plus un enfant aujourd’hui; mais j’ai encore tout le goût de l’enfance et l’amitié des enfants.

Je voulais simplement vous rappeler à quel point les enfants de votre planète sont de grands créateurs…

Je n’ai pas d’autre intervention à délivrer que cela. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 3/04/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

 

Les Dauphins de la Terre

 

-ceci fait directement suite à l’intervention de Gaia-

 

Les Dauphins de la Terre vous adressent leurs chaleureuses et joyeuses vibrations, salutations !

Ne croyez pas que nous souffrions, ne croyez pas que nous soyons victimes  (de procédures d’extermination)… Ne croyez pas que nous sommes, comme vous dites, une espèce en danger. Vous êtes vous-même une espèce en danger… Le seul danger qui soit est celui de s’accrocher au passé et de croire ce qui n’est pas.

Nous prêtons nos corps, parfois, à ce que vous appelez des massacres, mais cela nous permet de faire un certain travail de purification – purification de certaines négativités que nous avons la tâche de transmuter.

Ainsi, ne vous laissez pas capturer émotionnellement par certaines projections à notre égard, car bien sûr nous sommes sympathiques, nous sommes même mignons quelquefois, nous vous enchantons, nous vous faisons rire et nous vous aimons. Nous vous faisons partager la magie de nos vibrations et nous vous apparaissons comme une espèce animale à protéger… Mais nous sommes de passage dans ces corps et nous faisons notre travail… Et nous vous aimons. Nous aimons vous faire partager les délices de nos chants, de nos danses et de nos pensées. Nous ne sommes pas en danger, nous vous accompagnons.

Nous trions parfois les vibrations pour nettoyer celles qui sont discordantes et les élever. Nous jouons dans la mer avec nos corps, mais nous sommes également présents subtilement sur votre terre ferme. Nous sommes parmi vous, et de plus en plus, à mesure que nos corps diminuent en nombre  – et pourtant nous sommes bien vivaces et nous nous reproduisons toujours! A mesure donc de cette diminution, nous transférons nos présences dans le subtil, parmi vous, parfois en vous.

Cessez donc de vous lamenter et riez avec nous ! Alleluiah

via Christine Anne K. le 31/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

L’Enfant Elohim Istirulwah – n°3

 

enregistrement sonore de cette canalisation -avec sa chanson pour les enfants-  : http://vimeo.com/25221248

 

Me voici parmi vous, Istirulwah, vous me connaissez. Je parle au nom des enfants des Elohim.

C’est un très long voyage pour moi de venir vous rejoindre, mais je n’ai pas peur. De même les enfants que vous accueillez en vos familles, en votre planète, viennent souvent de très loin et ils n’ont pas peur. Ils ont fait ce choix joyeux, très joyeux et très intelligent, de venir pour être vos enfants, en cette époque où la vie sur votre planète connait de très grands changements que, je crois, vous attendez sans très bien savoir quelle est leur véritable forme.

Les enfants sont donc venus avec confiance, car comme vous ils ne savent pas tout sur la forme et les effets de ce changement, mais ils n’ont jamais eu peur. Ainsi vous-mêmes -ceux qui êtes leurs aînés- vous ne sauriez avoir peur. Vous devriez prendre cela comme un jeu, un jeu avec vos enfants, une grande balade, une grande aventure, un pique-nique, où vous allez créer ensemble avec le plus grand sérieux et le plus grand soin et en toute perfection, un véritable endroit pour jouer. J’adore jouer, j’adore vraiment jouer…D’ailleurs, c’est ce que je suis encouragé à faire, pour grandir.

J’essaie parfois de jouer avec vos enfants, mais je le fais lorsqu’ils sont dans leur état de sommeil et que leurs âmes voyagent loin de leurs corps. Là nous nous retrouvons pour jouer, dans un espace qui est à nous, et c’est très amusant. Nous apprenons beaucoup de choses ensemble et nous essayons des tas de constructions : des algorithmes, des symphonies, des chorégraphies, des fresques, des architectures gigantesques… Après on défait tout, pour jouer, pour tout changer. Il y en a qui ont des drôles d’idées quelquefois… Nous apprenons les lois de l’harmonie, et nous avons le droit d’en créer de nouvelles : cela ne marche pas toujours, mais nous sommes des enfants. Quand nous serons grands, nous saurons parfaitement les lois de l’harmonie.

C’est par mes jeux avec les enfants venus de la Terre, dans cet endroit qui est à nous, que j’ai appris des choses sur vous. Je n’ai pas tout compris, mais ça n’a pas d’importance. Je crois que vous êtes très fatigués, je ne sais pas ce que ça veut dire. Mais vos enfants me racontent que vous êtes très fatigués, et ils sont pleins de compassion; mais parfois ça ne les empêche pas de vous titiller un peu dans vos défenses et vos résistances, ou vos rigidités, car ils sont là pour ça. Ils ont beaucoup de tendresse pour votre fatigue, mais en même temps elle ne les intéresse pas beaucoup car ils savent que c’est passager et que vous êtes sur le chemin avec eux. Ils vous donnent beaucoup d’énergie d’ailleurs, et ils savent très bien le faire : ils ont appris les capacités pour faire cela. Je crois que vous ne vous en rendez pas compte, ou que du moins vous trouvez cela naturel -et cela vous donne beaucoup de bonheur, n’est-ce pas ?

Il parait que le mot bonheur est associé chez vous à un autre mot qui s’appelle je crois, malheur, ou maloheur ? Je n’ai aucune idée de ce que c’est. Il parait que ça n’est pas très agréable et que ça vous rend parfois méchants. Méchant, je ne sais pas non plus très bien ce que ça veut dire, mais d’après vos enfants ça n’a pas l’air très agréable… Je suis chargé de vous dire que dans ce grand jeu que vous seriez chargés de faire avec vos enfants, il n’y a plus rien de tout ça, ni maloheur, ni méchant, parce que ça n’a pas d’intérêt du tout quand on joue.

J’espère que vous savez que vos enfants sont très intelligents et qu’ils sont très savants. Il y en a qui ont fait des études que vous n’imaginez même pas… Leur forme d’intelligence est souvent très, très différente de la vôtre, et à l’école ils sont assez embêtés, un peu maloheureux parce qu’on ne respecte pas leur véritable intelligence – mais ça les fait un peu rire en même temps… Il n’y en a pas beaucoup qui sont vraiment, vraiment, vraiment maloheureux – je me suis amusé à déformer ce mot, voilà, j’ai décidé de jouer avec ce mot : je le trouve plus joli comme ça. Mais il y a une autre raison derrière ce changement, et je ne vous la dirai pas car c’est mon secret… Mais je vous le donne, ce mot – et le secret il est dedans…

Je vais vous chanter la chanson que je préfère en ce moment, et j’espère qu’elle va vous apporter du bonheur :

chanson « de Lumière »        (voir lien ci-dessus pour écoute)

Sachez que beaucoup de vos enfants connaissent cette chanson. Nous la chantons souvent ensemble. C’est notre façon quelquefois de nous réunir avant de jouer, ou quelquefois après. Et en chantant cette chanson ensemble, nous sommes tous Un. Après, quand nous jouons, nous jouons en étant Un et nous faisons de très belles choses de cette façon. Lorsque nous ne chantons pas avant de jouer, les belles choses que nous faisons quelquefois ne marchent pas si bien. C’est je crois parce qu’on a oublié d’être suffisamment Un, et qu’il y en a qui font les choses un peu de travers, ou parce qu’ils ont besoin de montrer aux autres qu’ils savent faire cela et qu’ils n’ont besoin de personne; et les lois de l’harmonie ne sont pas respectées dans ces cas-là… Lorsque nous sommes tous Un, c’est la loi de l’harmonie principale, et si nous ne connaissons pas les autres, les choses que nous faisons sont quand même assez réussies.

Je sais que vos enfants ne sauront pas vous chanter cette chanson comme je l’ai fait. Mais par contre ils connaissent au fond d’eux, dans leurs coeurs, cette façon d’être heureux et d’être tous Un, et de faire les choses ensemble de cette façon-là. Et si j’ai bien compris, quand ils vous embêtent un peu, c’est justement parce qu’ils cherchent à vous apprendre à être tous Un, et la première chose pour vous l’apprendre quand ils sont avec vous, c’est de vous l’apprendre à vous tout seuls, les parents, ou les autres… Peut-être aussi qu’ils vous embêtent pour d’autres raisons que je ne connais pas. Mais je sais qu’ils ne vous embêtent pas tout le temps et qu’ils vous aiment beaucoup, et qu’ils adorent vous faire plaisir. Cela, je sais ce que ça veut dire, moi aussi j’adore faire plaisir. J’espère beaucoup que ma chanson vous a fait plaisir, parce que vraiment je vous l’ai chantée de tout mon coeur, pour vous faire plaisir et pour vous rendre heureux, et pour que vous connaissiez la chanson que vos enfants chantent avec nous, quand ils sont dans ce lieu qui est à nous pendant leur sommeil.

Voilà, j’étais très content de parler avec vous, et là je vois que c’est la nuit et que déjà certains de mes amis enfants sont venus m’attendre dans ce lieu qui est à nous et je veux aller jouer avec eux.

Je vous salue. Mon nom est Istirulwah et je suis un enfant Elohim, et j’en suis fier, et je vous aime.

 

 

 

via Christine Anne K. le 10/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Message des Ainés du H-C Intergalactique

 

Amis, frères/soeurs de Terre. Recevez les dernières instructions du Haut Conseil de la Fédération Intergalactique avant retournement de votre planète : obscurcissez vos fenêtres au rayonnement solaire dès qu’il sera trop fort; retirez vos enfants de l’extérieur et aimez-les tout simplement. Ne vous affolez pas des bruits et chantez votre simple joie. Ce ne sera pas long -quelques heures sans doute. Vous gagnerez à vous endormir tranquillement, et à vous éveiller ainsi calmes et étonnés

Ajustez votre coeur et vos pensées à la Beauté du Monde sans tache dont vous rêvez souvent, et laissez être ce qui sera……

Ceci est un message des Ainés du Haut Conseil Intergalactique, transmis avec amour et bienveillance plus fermeté par Renit-Arkhut, mandaté pour cette transmission. Alleluia – Amen

 

Question : que se passera-t-il pour les enfants qui seraient à l’extérieur ?

Rien de bien méchant, mais désorientation importante… (Il n’y a pas de peur à développer.)

 

via Christine Anne K. – 7 mars 2011

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Questions/Réponses – n°15 / Suraïvan

(ces questions font directement suite à l’intervention d’Istom Huiam n°2 concernant l’inscription de nos lignages en nous)


Concernant les lignages, nous avons dit-on des lignages à la fois de peuples célestes et de peuples stellaires, et nous avons aussi des lignages par les Eléments. C’est du moins ce que nous croyons savoir. Peut-on avoir une vision plus claire là-dessus ? Je crois qu’il n’est pas facile pour nous tous de faire la différence entre peuples célestes et peuples stellaires par exemple… Y a-t-il d’autres choses à comprendre pour cette clarification ?

Mes très Aimés, je suis Suraïvan et je vais répondre dans la limite de mes attributions et de mes capacités. Vos lignages sont certes relativement nombreux. Votre planète a été ensemencée il y a bien longtemps par différents peuples. Et les peuples célestes et les peuples stellaires ont contribué à cet ensemencement.

Un peuple stellaire est un peuple dont l’origine relève d’une localisation dans l’univers des planètes, des galaxies, des soleils (étoiles), des trous noirs, des trous blancs, des objets cosmiques, etc. dont votre univers est peuplé. Ainsi tel peuple stellaire sera originaire de telle étoile ou de telle galaxie ou de tel système solaire dans telle galaxie, et leurs noms sont extrêmement variés. Vous êtes un peuple stellaire de la même façon : vous êtes les Terriens. Il n’y a aucune différence de qualité en tant que peuple stellaire entre un Terrien et un être issu d’Alpha du Centaure B, dans lequel il y a plusieurs systèmes solaires avec leurs planètes. Prenons par exemple une planète qui s’appellerait « Isterula X »… Vous avez donc des origines stellaires en tant que parenté. Si vous vous référez au système de parenté que vous avez sur la Terre, vous avez des cousins, des ancêtres, vous pouvez avoir dans votre famille d’origine une personne qui vient d’un certain pays : c’est la même chose, toute proportion gardée. Je suis conscient que mon exemple n’est pas parfait car il va vous induire dans quelques illusions : prenez-le donc avec un certain lâcher, ne calquez pas de façon stricte vos systèmes de parenté sur ce qu’est un lignage stellaire. J’ai juste essayé de vous donner une approche un peu familière mais cela n’est pas identique.

Un peuple céleste n’est pas localisé sur une certaine planète, ni une certaine étoile. Un peuple céleste est localisé dans une dimension, ce qui est un autre système de localisation, qui est vibratoire et qui n’est pas, disons, géographique ou plutôt « universographique », et vos lignages avec un peuple céleste sont beaucoup plus directs. Votre appartenance d’origine, effectivement, va vous relier à tel ou tel peuple céleste. Il y a ainsi, pour employer des noms, ceux que vous connaissez le mieux : des Elohim ou des Nephilim, et il y en a beaucoup d’autres… Ce sont les lois de l’incarnation qui régissent ces appartenances.

Vous pouvez donc avoir à la fois un lignage avec un peuple céleste et un lignage stellaire, et puis vous pouvez d’ailleurs avoir une parenté stellaire plus complexe dans certains cas, et en ce cas, c’est en tant qu’appartenant à votre peuple céleste que vous vous êtes localisés dans tel ou tel planète ou système planétaire : ce qui vous a donné la vibration et une histoire en ces lieux (en tant par exemple qu’Elohim ou Nephilim, pour reprendre les noms que j’ai donnés).

La Terre a été ensemencée donc par des êtres d’origines variées qui ont souhaité faire cette expérience d’incarnation très particulière. Et donc vous restez reliés, dans vos corps humains et dans votre oubli radical de tout cela, dans vos ADN et particulièrement dans ceux qui ont été réactivés très récemment, à ces lignages.

Le lignage par les Eléments est un lignage encore plus essentiel. Vous êtes effectivement – en sus de ce qui a été dit – liés à la famille de tel ou tel des Eléments, dont vous ne connaissez que quatre (Terre, Eau, Feu, Air) mais qui sont à vrai dire un petit peu plus nombreux.

La lignée de votre propre famille est également un repère important, car il s’y transmet des vibrations auxquelles vous pouvez vous référer dans la géométrie de tous vos lignages. J’essaie de prendre un exemple simple : votre père et votre mère, par exemple, peuvent être issus et sont généralement issus de peuples célestes différents et de peuples stellaires différents. Vous allez donc vous retrouver à combiner également, à titre secondaire, certaines de ces données. Tout cela repose bien évidemment sur les lois de la génétique. Mais n’oubliez pas qu’à ce stade, la génétique est vibratoire et non pas seulement observable au microscope.

Les lignages dont vous parle Istom Huïam sont bien évidemment en priorité vos lignages de Lumière, et non pas les nombreux accidents de parcours et interconnections dont votre histoire personnelle est le fruit. Le lignage de Lumière réfère d’une part au peuple céleste auquel vous appartenez, mais également à la Lumière de votre Être, car votre Être est éternel et votre Être est relié à la Source. Votre Être peut également être relié très spécifiquement, par exemple, à la Mère des Mères,  au Sans Nom -je prends là pour exemples des appellations qui vous sont un peu familières… Il y en a d’autres, dont je ne sortirai pas la liste ici car votre mental ne ferait que s’emballer à disséquer des données sans doute nouvelles pour beaucoup, et cela  n’est pas l’objet de notre propos : nous parlons là de structure et non pas de liste exhaustive.

Voilà, j’espère avoir donné quelques éléments de compréhension à cette réponse qui, dans votre système de pensée et de langage, n’est pas facile. Je vous remercie.

Il est beaucoup dit et observé qu’un certain nombre des enfants qui s’incarnent aujourd’hui proviennent directement des étoiles. Peut-on avoir quelques commentaires éclairés à ce sujet ?

Mes Aimés, tous vos enfants viennent comme vous dites des étoiles, de même que vous. La différence peut être que beaucoup de ces enfants effectivement, aujourd’hui, en proviennent directement. En cela, ce sont des êtres extrêmement précieux qui ont fait le choix de venir, autant vous accompagner que remplir certaines tâches ou missions. Leur état humain peut les fragiliser, et certains ne pourront pas remplir leur mission -ou du moins rencontrent des difficultés- alors que d’autres fort heureusement savent très bien être ce qu’ils doivent être, remplir leur mission, et néanmoins épouser la condition d’enfants sur la Terre qu’il ont choisie.

…Il m’est demandé de ne pas en dire davantage. Alleluiah.

via Christine Anne K. le 7/02/2011 

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eshtananda – n°6



(Dans cette intervention telle qu’elle a eu lieu, les diverses séquences en langage de Lumière ne sont  absolument pas transcriptibles, reste ici le texte « en clair »; mais notez bien que le message vibratoire de toute parole de ces séquences , et de tout silence, est fourni par ce texte tel qu’il se présente ici. Nous n’avons pas actuellement les capacités techniques de restituer  dans ce blog des plages sonores…)


les premières phrases ont lieu en langage de Lumière…

Je suis Eshtananda, revenu parmi vous.

Je me réjouis d’entendre la montée de vos vibrations et la pureté de certains de vos états. Vous êtes, et je m’en réjouis, de plus en plus de véritables harpes célestes, dont vous êtes souvent l’instrumentiste. Et votre doigté se raffine : c’est ce que je vois, c’est ce que j’entends et c’est ce que me rapportent tous ceux que je connais et qui vous connaissent.

Il vous a été délivré, en début de cette canalisation en paroles, un message vibratoire que vous ne sauriez négliger. Sachez que mon intervention ne fera que complémenter son contenu et sa forme. Alleluiah.

silence

Nous traversons un silence, mais ne vous méprenez pas : ce silence est porteur d’une vibration qui vous est transmise de mon fait. Je vous invite donc à accepter de l’engrammer…

silence

Vous êtes invités par la même à vous débarrasser gentiment de l’illusion qu’il faut recevoir des paroles en clair pour recevoir des paroles, des messages, des informations, et des sons. Cela est important au stade d’évolution de conscience où vous êtes arrivés, pour ceux qui n’ont pas encore acquis cette ouverture dans leur conception de la communication.

Pour vous mettre en réception maximale à ces vibrations, il importe que vous utilisiez votre coeur – disons comme interface – c’est-à-dire comme oreille en l’occurrence.

silence

séquence en langage de Lumière

…Nous allons maintenant continuer autant que possible dans le langage qui vous est le plus familier, c’est-à-dire votre langue parlée. Je me suis exprimé en langue Elohim. Sachez que les langages tels que le nôtre, que l’on appelle plus globalement langages de Lumière, sont interconnectés les uns aux autres, et que nous pouvons communiquer entre peuples en utilisant nos propres langages, et nous entendons celui de l’autre sans qu’une traduction soit nécessaire. Vous avez été coupés de cette faculté il y a bien longtemps. (Vous pouvez en cela bien entendu vous référer à votre mythe historique de la Tour de Babel ; cela n’est pas l’objet de mon intervention. )

Je souhaite vous faire entendre le fait qu’à un certain niveau de conscience et à un niveau vibratoire qui va avec, la communication se fait d’Être à Être, d’âme à âme, sans aucun souci de différence ou de traduction. Mais nous ne sommes pas partis pour un exposé de linguistique interstellaire, ça n’est pas mon propos. Je souhaite simplement vous sensibiliser individuellement et collectivement à l’emploi simple et réel de ces formes de langage qui sont indispensables pour que votre conscience puisse intégrer un certain nombre d’ouvertures, de joies, de possibilités d’entrer en contact avec tel ou tel être, lieu cosmique, et même dimension (ce qui n’est pas la même chose).

Apprenez – si vous ne le savez déjà – que pour la plupart d’entre vous durant votre sommeil, vous recevez disons des cours. Mais il vous appartient à vous, dans votre conscience réveillée -je parle là de celle qui habite votre corps ordinaire dans votre vie de tous les jours- il appartient donc à cette forme de votre conscience d’accepter de laisser le passage dans votre stase éveillée à ce qui vous est transmis dans votre stase endormie. Il s’agit là d’une décision du coeur et d’un abandon : l’un ne va pas sans l’autre car une décision du coeur comporte toujours son aspect d’abandon, ne serait-ce que l’abandon à votre propre coeur ou l’abandon à l’immensité dont vous faite partie, qui vous fait sortir de vos limitations personnelles. Ainsi donc, ces décisions-là se prennent dans une forme de Joie qui est celle de l’abandon tel que je viens d’en parler; cette décision ne doit pas être une mise en pression dictée par votre mental. Peut-être simplement votre mental peut vous accorder l’autorisation -avec ses propres mots et ses propres chemins de pensée et de rationalisation- : autorisation de recevoir, en conscience, en clair, en état éveillé, le commencement de ces données telles que vous les engrammez au cours de vos états de sommeil. Cela ne fera qu’augmenter votre intelligence et relativiser certaines conceptions étroites dont vous pourriez encore souffrir sur bon nombre d’aspects de votre vie, voire de votre corps, ainsi que concernant les autres personnes et les phénomènes liés à l’ascension planétaire.

Vous avez la possibilité par exemple – possibilité très agréable à mon avis – de vous laisser chanter, librement, des mots, des sons, qui n’ont pas de cohérence pour les filtres de votre pensée telle qu’elle s’exprime en silence dans votre langue personnelle, dite maternelle. Il y a donc une forme, comme vous dites, d’irrationalité à laisser émerger ce chant dans la Joie et la certitude, et dans l’innocence. Ne forcez pas, ne vous amusez pas à inventer des sons de par ce que vous appelez votre imaginaire en action. Cela peut néanmoins être un chemin car c’est ludique -et nous les Elohim nous approuvons toujours les démarches ludiques- ; mais ne vous laissez pas piéger par une illusion de votre mental qui consisterait à vous enfermer dans un système de création personnelle qui vous fermerait de la réalité de ce que vous recevez.

Je sais et nous savons que grand nombre d’entre vous souffrent de ce que vous appelez des trous de mémoire, des blancs, des absences, certains mots ou certains noms propres ne vous viennent plus. Cela est parce que ces processus s’installent en vous et qu’effectivement le fonctionnement très discursif, contrôleur et omnipotent (peut-on dire) de votre pensée mentale est en train doucement de s’obsolétiser, car il ne vous sera plus utile dès lors que vous aurez acquis toutes ces capacités de communiquer dont je vous ai parlé. Et votre pensée n’aura plus besoin de s’agripper à des projections vers le futur, ou à des ruminations de ce qui est passé, pour se construire. Cela est déjà et cela sera de plus en plus complètement sans objet.

A mesure que vous êtes des Êtres libres, libérés, allégés, vibratoirement plus accomplis, vous n’avez plus besoin de toutes ces formes qui vous ont permis extrêmement longtemps de vous structurer et de vous accrocher à l’ensemble fort complexe des illusions co-créées par vos systèmes, vos sociétés, la matrice dans laquelle vous avez été, etc. Cela vous a été nécessaire ; cela ne l’est plus, ou du moins fort peu. Il importe encore bien sûr que vous soyez encore aptes à interagir de façon coutumière avec votre environnement de vie. Mais peu à peu ces nouvelles formes de communication se substitueront tout naturellement et avec profit, bonheur et liberté, à ce qui n’a plus tellement de durée.

Je n’ai pas employé le mot intuition, mais cette faculté vous est précieuse et s’articule à la perfection avec ce dont je vous parle. Néanmoins, sachez qu’elle peut être limitée comparée à l’envergure infinie des possibles que ces communications et langages vibratoire vous apporteront. Je ne dis pas par là que votre intuition sera chose morte et obsolète. Elle aussi ne pourra que se développer car elle aussi appartient au langage du coeur. Vous devez donc la cultiver, bien évidemment (mais cela vous le savez, du moins je l’espère).

Vos enfants sont de précieux guides en communication car ils naissent aujourd’hui et depuis plusieurs années avec cet archipel de facultés. Et même si gentiment ils se plient à votre façon de fonctionner, et à ce que les mises en boîtes scolaires et autres leur proposent -lorsqu’ils y arrivent car certains n’y arrivent pas et n’y arriveront jamais- ils ont et gardent à l’état latent ces grandes facultés. Vous êtes donc encouragés, très chers Frères et Soeurs humains, à développer cette écoute auprès de ces enfants, et à ne pas leur inculquer de force des limitations d’illusion qu’ils accepteraient par amour et par gentillesse, mais qui les feraient grandement souffrir.

Sachez qu’il est une sorte de harpe dans votre structure subtile, qui peut donc, très finement, accorder, vibrer, harmoniser, jouer et rejouer non seulement de nombreuses musiques célestes, mais de nombreux langages. Vous n’aurez jamais aucun contrôle par votre mental ordinaire sur cet instrument -abandonnez immédiatement cette fantasmagorie!- ; mais néanmoins votre conscience supérieure, elle, a tous les accès et peut apprendre à jouer de façon de plus en plus maîtrisée de cette harpe. (Le mot harpe est une convention : n’imaginez pas qu’il s’agit d’une véritable harpe ni dans la forme ni dans la disposition des cordes ou quoi que ce soit.) Il s’agit en vérité d’une structure de géométrie subtile extrêmement raffinée, colorée, numérisée qui appartient à ce que vous appelez l’un de vos corps subtils, et qui est restée en sommeil, disons désactivée, pendant quelques millénaires, mais qui aujourd’hui peut se remettre à fonctionner, et fonctionne déjà parmi ceux d’entre vous qui sont les plus audacieux peut-être, ou les plus informés en conscience.

Nous traversons à nouveau un silence. Soyez donc à l’écoute de ce qui est transmis…

silence

J’espère que cela vous réjouit et vous illumine, et j’espère que cela peut vous satisfaire grandement.

silence

Ces messages se poursuivront durant votre sommeil. Alleluiah. Je vais clore cette intervention par quelques mots,et je vous inviterai, après que je me sois tu, à vous laisser aller chacun à dire quelques mots dans cette langue qui vous est inconnue, alleluiah – si vous le désirez bien sûr : n’y voyez pas d’obligation désagréable et, si tel était le cas, abstenez-vous.

Séquence finale en langage de Lumière…

(cette intervention est suivie du « Chant de Sirius » publié à sa suite)


via Christine Anne K. le 6/02/2011 

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.


Eloha – n°7


Mes très Aimés,
quelle Joie, quelle Joie de vous retrouver !

Je sais qu’ici vous
êtes nombreux et je m’en réjouis. Je suis avec vous. (Vous êtes à vrai dire
bien plus nombreux que vous ne le pensez, mais cela est une parenthèse)… Je n’emploie
pas tant les parenthèses dans mon langage ni dans mon travail de
créatrice : j’agis, et j’aime, et je suis. C’est cela que vous êtes
appelés à être : agir, aimer et être. Agir sans aucune volonté orchestrée
par le mental, mais agir dans toute la fraîcheur, la grâce, la beauté,
l’énergie ultime et sans faille de votre être qui a gardé – si vous savez la
retrouver – l’étincelle originelle qu’étant enfant vous savez encore préserver,
mais que votre éducation peu à peu s’est employée à empoussiérer, à éteindre ou
à étouffer. Parfois, Dieu merci, vous avez pu garder cette étincelle et parfois
certains d’entre vous savent à merveille la cultiver, quel que soit le poids de
l’environnement.

Ces trois mots – agir,
aimer et être – à vrai dire n’en font qu’un, car agir de la sorte ne peut se
faire sans que cela soit aimer, et cela de peut qu’être être, en toute
simplicité et en toute vérité. C’est donc aussi, pourrait-on dire, la pratique
de l’Un qui est en vous, dans la Joie, l’Amour, la Vérité, la Simplicité et la
pétillance de l’étincelle.

Vous remarquerez qu’une étincelle est un instant
d’allumage et qu’une véritable étincelle – c’est-à-dire, qui dure et qui n’est
pas une fulgurance sans lendemain -, la véritable étincelle qui dure est un
allumage permanent. Ne me demandez pas comment cela se fait : vous devez
le vivre et vous savez le vivre. Et si vous ne savez plus le vivre, je vous
aide, croyez-moi. : je vous demande simplement de tourner votre cœur vers moi, à
tout instant où vous souhaiterez le tourner vers moi. Ainsi votre étincelle ne
peut que vivre… Et imaginez à présent l’infinie multitude d’étincelles qui
peuvent se côtoyer en vos personnes, en vos êtres, et en présence des êtres qui
vous accompagnent  et qui ne sont pas forcément de chair. Imaginez l’extraordinaire
feu d’artifices, l’extraordinaire scintillement, l’extraordinaire joie, et la
pétillance de ce mouvement d’Amour et de Joie vers l’Un qu’est chaque étincelle
ainsi multipliée et surmultipliée par le nombre. Cela est beau,
n’est-ce-pas ?

Je vous ai déjà
parlé d’eau, ou de musique, ou de perles. Aujourd’hui, je vous parle du feu de
votre étincelle, et de comment jouer avec les étincelles. Il ne s’agit pas de
mettre le feu, quoique !… Il s’agit à vrai dire de mettre le feu, mais pas le feu
qui détruit, du moins pas le feu qui ravage : mais le feu qui purifie, le feu
qui est la Vie – et cela n’est pas strictement l’image du feu tel que vous le
connaissez dans votre troisième dimension. Il s’agit là dans mes paroles d’un
autre degré du feu qui vous a par ailleurs été expliqué en d’autres lieux et
par d’autres intervenants.

Parlons donc d’allumage. Chaque fois que vous
respirez, chaque fois que vous faites un souffle, c’est un instant
d’allumage : vous rallumez votre étincelle et ainsi elle se rallume à
chaque souffle. Bien sûr, si vous respirez, comme vous dites « en
conscience », la qualité lumineuse et active de votre étincelle est
infiniment plus ample, plus riche et plus active que si vous respirez
mécaniquement (en pensant à autre chose et sans accorder le moindre intérêt à
votre respiration), ce qui je le sais est le cas – en raison de votre système,
de votre éducation et de l’illusion dans laquelle vous baignez encore en de
nombreux aspects – ce qui est le cas, donc, d’un trop grand nombre d’entre vous.
Mais sachez que si les étincelles se multiplient, elles communiquent autour
d’elles l’allumage.

Respirez donc en
conscience, allumez votre feu. Cela est d’une grande simplicité, n’est-il pas
vrai ? Amusez-vous donc de la Joie de cette simplicité. N’est-il pas
extrêmement léger et amusant de se rendre compte qu’il suffit de respirer pour
être cette étincelle et pour participer ainsi au feu d’artifices et au
scintillement que sont, que doivent être vos derniers instants dans cette
dimension ? Ainsi que vos futurs instants dans le monde qui est appelé à se
créer avec vous, comme mon frère Eshtananda vous en a parlé tout récemment
et si bien !

Je vous laisse
respirer quelques instants… Je vous laisse goûter la joie de la conscience, et
de la recherche – en chacun de vos souffles – de l’instant ou des instants de
l’allumage de l’étincelle. Ces étincelles peuvent être colorées, et certains
d’entre vous le savent. Il peut y avoir des combinaisons de couleurs qui créent
certaines vibrations comme certains d’entre vous le savent, (mais vous êtes peu
nombreux à ce jour). Cela participe de la constitution des formes, des
géométries subtiles et des agencements de couleurs qui font partie des éléments
architecturaux de tout ce qui orchestre les multi-vibrations, ce qu’on appelle
dans votre langage l’Univers. Ainsi, cela conjugué à d’autres forces, à
d’autres formes vibratoires, ainsi qu’aux éléments que vous connaissez – je vous
rappelle que nous avons parlé du feu et qu’il y a donc les autres -, cela donc,
cette architecture, aboutit à différentes mises en forme, et parfois
matérialisations, dans ce que donc nous appelons ici l’Univers.  Je n’entre pas
dans les détails ; il s’agit simplement de vous faire entrevoir, avec les
connaissances et les moyens dont vous disposez personnellement, de quoi nous
parlons et quelle est votre place au sein de cela.

Comprenez donc que par votre
étincelle entretenue par votre respiration, entretenue aussi bien sûr par votre Joie, par votre Vérité, par votre authenticité, par votre reliance à la Source,
par votre Amour… Que donc vous êtes les co-créateurs en tout instant par
votre vibration – celle de votre étincelle et celle d’autres composants de ce
que vous êtes -, les co-créateurs de toute cette architecture qui sans cesse, ainsi
que les étincelles se rallument à chaque instant, vit, palpite, se recrée en
permanence comme tout ce qui est vivant et ne cesse d’évoluer au rythme de l’évolution
des consciences – non seulement les vôtres mais toutes celles qui peuplent
largement ce que nous appelons ici Univers.

Je me réjouis de
partager cela avec vous. Vous grandissez, vous évoluez. Bien des choses se sont
passées depuis que nous nous connaissons qui vous ont fait lâcher pas mal de
poussières, de rigidités, d’incompréhensions, de naïvetés, et des grands
lambeaux d’illusion qui sont en train de se déchirer : ce qui fait
qu’aujourd’hui je peux vous parler de ce dont je vous parle  (ce qui je crois
n’aurait pas été approprié en ces termes il y a quelques mois, reconnaissez-le).

Je vous aime. C’est
la première et la dernière et l’ultime essentielle donnée dans tout cet
ensemble de données .

L’ensemble de données auquel de me réfère est toujours ce
que j’ai appelé Univers depuis tout à l’heure; mais cela n’est qu’une convention,
car ce que vous appelez Univers est une abstraction pour vous, et reflète en
réalité une notion que vous ne savez pas très bien envisager (ce dont je ne
vous tiens pas rigueur), la première difficulté étant que vous confondez Univers
et Cosmos, ce qui à votre échelle est parfaitement naturel. Sachez donc, très
très brièvement, qu’il y a de nombreux univers et que vous êtes inscrits dans
l’un d’eux; et que bien évidemment tous ces univers, à un certain degré
vibratoire de leur essence, ne font qu’Un. Sachez juste qu’ils ne se
ressemblent pas. Ne croyez pas qu’il y ait des duplications de votre Cosmos : votre mental s’égarerait dans une fausse piste. D’ailleurs je ne fais pas appel
à votre mental mais à ce qui est appelé chez vous supra-mental et qui est votre
véritable faculté d’intelligence et de connaissance, celle qui est directement
en relation avec la vibration du cœur, alors que votre mental en est coupé.

Sachez que
l’étincelle qui est la vôtre se lit dans votre regard. Cela est l’une de mes
œuvres et j’en suis très heureuse. J’ai placé dans votre regard cette étincelle
qui est en vous, que votre souffle entretient, qui est votre reliance à la Joie
de la Source, qui est de nombreuses choses à vrai dire : qui est par
exemple ce que vous appelez la vie de votre âme, qui est le feu de l’Amour
reflété en vous, etc. Sachez donc que votre regard en est porteur ;  et lorsque
vous échangez vos regards avec leurs étincelles vous créez, non pas une
étincelle supplémentaire mais néanmoins un pont vibratoire qui amplifie, disons,
l’électricité de ces étincelles et de l’ensemble de l’architecture vibratoire…

Lorsque donc vous échangez vos regards avec leurs étincelles – cela lorsque vos
regards liv ent leur étincelle authentique – vous participez instantanément à
la création de la montée vibratoire, la vôtre, en échangeant vos regards, mais
aussi celle qui vous entoure. Cela est très très subtil mais cela existe.

Alors n’éteignez
pas les étincelles et retrouvez celles qui sont voilées ou endormies : elles ne meurent pas, c’est impossible… Il est des gens qui se sont coupés de
leur étincelle, par choix, parce que leurs conditions de vie leur ont fait
croire qu’ils ne pouvaient pas la supporter. Peut-être, par votre regard tout
simplement, pouvez-vous peu à peu contribuer à leur donner le courage et la
joie de rencontrer à nouveau leur étincelle, que par un mécanisme regrettable ils ont parfois réussi à séparer réellement d’eux… D’autres se sont contentés
de l’enfermer, et dans ce cas-là aussi l’étincelle des regards, la
compréhension des cœurs, le non jugement, la joie d’être ensemble peuvent
contribuer à enflammer la boîte qui contient l’étincelle pour qu’elle revienne
à la vie.

J’ai envie enfin de
vous parler de l’étincelle des enfants… Notre bien aimé enfant Istirulwah vous
a parlé de cela mais j’insisterai encore : n’éteignez pas les étincelles
des enfants ! Ne les faites pas se mettre dans une boîte, ne les faites pas se
séparer de leur étincelle pour avoir le regard mort ! Les étincelles de vos
enfants vous sont précieuses car elles peuvent également et formidablement
raviver vos propres étincelles. Beaucoup de vos enfants sont venus pour cela et
ils s’y emploient. Certains de ces enfants sont de véritables allumeurs : c’est
une lourde tâche mais pleine de joie, qu’ils se sont donnée en venant parmi
vous. Les enfants adorent allumer les adultes avec leur regard, et vous ne
pourrez pas le nier. Si vous rencontrez donc un enfant qui n’est pas dans cette
disposition, pensez à lui et si vous le pouvez, tentez de voir ce qui l’en
empêche.

Reconnaissez-vous !
Flambez ! Etincelez ! Rallumez votre essence ! Redevenez Vous,
faites étinceler votre Liberté ! Soyez des co-créateurs de votre Univers,
mes Aimés…

Je vous aime, je
suis avec vous à tout instant comme je vous l’ai dit : n’hésitez pas à me
faire appel pour entendre et voir votre magnifique étincelle telle qu’à tout
instant elle ne cesse de scintiller en vous, et sachez qu’elle est d’une grande
puissance. Cela n’est pas un jeu frivole « avec des petites lumières qui clignotent » :
c’est un Grand Jeu, créateur, indispensable et joyeux.

Je vous aime, je
vous dis à bientôt. Je suis Eloha, mère Elohim, votre Mère, manifestée également
dans une autre vibration par celle que vous appelez la Mère des Mères, qui est
plus près de votre vibration terrestre que je ne le suis. Alleluia


Je répondrai, si
vous le souhaitez, à une ou deux questions concernant votre étincelle s’il y en
a…

Peut-il exister des étincelles partagées, divisées en
quelque sorte, et si oui est-ce qu’elles ont pour nature de se retrouver ?

Bien-aimée, toutes
vos étincelles ne font qu’Un. En ce qui concerne ce que tu demandes  : au niveau
de deux personnes, de deux humains, s’il y a division ce n’est pas celle des
étincelles mais celle des cœurs, même si peut-être tu ne peux pas le croire. Il
ne peut y avoir division à un certain niveau. La seule division qui existe, c’est
celle de vos corps. A un autre niveau de réponse, chaque étincelle est entière :
il n’y a pas, il ne devrait pas y avoir une étincelle à laquelle il manque un
morceau qui serait dans l’étincelle d’une autre personne… Dans la réalité par
ailleurs de certaines de vos souffrances, de vos manques, de vos divisions dues
à la dualité, il peut y avoir des cas fort complexes, par exemple de
distorsion, créée par des anti-créateurs, ou par exemple de coupures créées de la
même manière. Cela n’implique pas pour autant qu’il y ait à prendre dans l’étincelle
de l’autre, si ce n’est très temporairement dans cet allumage réciproque par le
regard par exemple, ainsi que j’en ai parlé.

Mais si ta question
implique encore ces projections d’illusion concernant les états amoureux et les
croyances qui gravitent autour de cela, où un grand paquet d’illusions réside,
je t’invite à clarifier ton point de vue. Et je te rappelle d’ailleurs que ces
notions de l’illusion dans la relation amoureuse sont largement développées
dans certains messages que vous connaissez et que certains d’entre vous
publient, ce dont nous les remercions. (il s’agit des textes publiés sur notre  blog  satellite « Nos Amours en  Lumière », accessible par le menu. NdR) 

J’espère avoir répondu à ta question.

Cultivez la Joie de
votre regard. Amen


…A ceci fait suite un court message des dauphins, au sujet du rire qui fait vivre nos étincelles, il se trouve publié séparément ci-après.

via Christine Anne K. le 11/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

L’Enfant Elohim « Istirulwah » – n°2

 

Il est souhaité et nous est demandé, par le coeur, que ce message au sujet de nos enfants soit très largement diffusé. Revoyez également le précédent message d’Istirulwah, daté du 09/09, qui bien évidemment s’ajoute. Merci à tous.             


Je souhaite à présent vous dire quelques mots. Vous me connaissez :
je suis l’Enfant Elohim, nommé Istirulwah.

Je me réjouis de pouvoir vous parler car j’aime que les enfants de la
Terre soient aussi éveillés, aussi prêts à être ce qu’ils sont en ces temps où,
parait-il, vous êtes sur le point d’opérer un grand changement dans tout ce qui
fait vos vies, vos êtres, vos corps, votre planète.

Je ne sais pas tout car je suis un enfant, mais je suis en vibration
avec les enfants de la Terre et je connais leurs capacités. La plupart d’entre
eux font partie de programmes de réensemencement et d’accompagnement de
l’humanité dans cette fin de cycle. Vos enfants ont donc les yeux
particulièrement brillants, l’intelligence particulièrement vive, joyeuse,
aigue, efficace, surprenante parfois. Vos enfants vous surprennent parfois et
ne vous ressemblent pas, du moins pas tant que cela, ou bien ils savent vous
ressembler tout en étant très surprenants. Vos enfants souvent sont plus rapides
que vous pour comprendre bien des choses. Vos enfants vous entraînent en avant,
vos enfants vous obligent à abandonner ce qui n’est plus. Vos enfants souvent
sont vos maîtres en ce qu’ils vous tracassent. Ils vous obligent à revoir
complètement vos comportements, vos attitudes, vos préjugés, vos croyances. Ils
vous invitent alors à être vous. Ne croyez pas qu’ils vous martyrisent, bien au
contraire : ils vous aiment et ils attendent de vous le meilleur de ce que
vous êtes ; ils ne veulent pas transiger, ils ne souhaitent pas avoir
affaire à des fantoches. Ils savent qui vous êtes, et ils vous ont choisis
-lorsqu’ils sont vos propres enfants.

Moi aussi je suis un enfant : j’apprends, je découvre, je grandis,
j’aime ceux qui sont mes parents et mes enseignants. Je sais qu’un jour je les
dépasserai et que peut-être ils choisiront de disparaître, ou de se transmuter,
ou bien nous travaillerons ensemble. Bien des choses sont possibles… Moi-même,
quand je ne serai plus un enfant, je deviendrai un parent et je m’en réjouis.
Mais je sais que nous, les Elohim, nous ne perdons jamais l’étincelle et la
véracité de l’énergie enfantine, et même les plus vieux d’entre nous ont gardé
cela intact, vivace, joyeux, et c’est une grande joie pour moi de jouer avec
eux.

Ainsi je vous invite, Amis de la Terre, à jouer avec vos enfants pour
conserver votre étincelle. Cela me réjouirait beaucoup, et réjouirait beaucoup
tous ces enfants, je le sais. Il parait que vous avez beaucoup de travail et
d’obligations (je ne sais pas bien ce que cela veut dire) et que vous n’avez
pas le temps de jouer : je n’arrive pas à y croire… C’est une absurdité,
qui me fait beaucoup rire, mais il parait que c’est vrai. Mais je vous en
supplie, n’enseignez pas à vos enfants toutes ces obligations : c’est trop
absurde, ils ne sont pas là pour ça. Même s’ils grandissent et deviennent
parents, il faut qu’ils continuent à jouer, je vous en supplie, comprenez cela…

Je vais m’en aller faire quelques pirouettes à présent. Je vous quitte et
j’espère que vous respecterez mes conseils, j’y tiens beaucoup.

Je vous salue, moi l’enfant Istirulwah des Elohim. (Je ne suis pas le seul
enfant des Elohim, nous sommes nombreux et nous jouons beaucoup.)

 


via Christine Anne K. le 8/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 7 novembre


Ô mes Aimés,
mes Enfants, vous êtes la Joie de mon cœur de Mère.

Soyez la Joie de votre
propre cœur et les uns des autres. Ainsi vous accomplirez ce qui était demandé
en son temps par Jeshua, qui fut mon fils lorsque je m’appelai Marie. Je suis
la Mère des Mères, en tous mes Noms sacrés, en toutes mes formes, connues ou
inconnues de vous, celle qui habite tous les cœurs – car aucun cœur ne peut
ignorer l’existence et la vibration de la Mère des Mères, cela est impossible.

Je m’adresse
à vous en ce jour 7 novembre de vos calendriers encore en cours, et c’est avec
Joie que je reviens vous parler en ce canal. Sachez, mes Enfants, que votre
libération ne cesse de s’avancer, de se développer, grâce à vous, et grâce à
tous ceux qui vous observent, et qui de tout leur Amour dénouent encore les fils
de ce qui doit être dénoué, pour vous extraire de ce filet qui vous a privé de
votre contact authentique, vrai, simple et amoureux avec votre vraie dimension,
avec la Lumière, avec la Source, votre Source, notre Source. Ainsi, je vous
affirme que votre Liberté va grandissant, car je sais que certains d’entre vous
ne le perçoivent pas encore, enfermés qu’ils sont dans les représentations
obligées par leur vie dite quotidienne, dans les structures et les infrastructures
d’illusion -mais bien réelles pour vos corps qui encore sont là ou semblent être
là.

Ainsi je vous
parle de votre
Liberté, car sans Liberté vous ne sauriez réellement être vous.
La
Liberté est une affaire de cœur, car il s’agit avant tout de la Liberté du
cœur. Bien évidemment votre liberté physique, morale, sociale, votre liberté de
mouvement, votre liberté de choix, votre liberté de pensée, votre liberté
d’agir – toutes autant que les autres – sont des formes de liberté qui ont
toute leur valeur et leur importance, et que nous vous souhaitons pleinement.
Néanmoins, la Liberté du cœur est celle qui réellement vous portera dans ce que
j’appelle votre véritable
Liberté.

Qu’est-ce que
la
Liberté du cœur ? C’est une légèreté, c’est une joie, c’est un confort
du cœur, de soi-même avec soi-même, c’est une non-dépendance, que ce soit à des
maîtres extérieurs, que ce soit à des personnes extérieures considérées
illusoirement comme indispensables, c’est une non dépendance à toute forme
d’illusion, ainsi qu’à toute forme d’ego car votre ego n’est pas votre Liberté.
Votre ego est une illusion de liberté, et crée – très habilement parfois – de
grandes illusions de liberté. Lorsque vous vous enfermez dans ces illusions de
liberté crées par votre ego, vous risquez de ne plus savoir vous tourner à
l’intérieur vers la
Liberté du cœur. La Liberté du cœur, c’est ce lieu où
réside votre rencontre unique – on pourrait dire en tête à tête – avec la
Source, qui n’est autre que vous-même en cet instant-là. La
Liberté du cœur,
c’est aussi la certitude simple, joyeuse et vraie que tu es Toi, et cela est une
grande joie et une grande révélation : car ne plus chercher à l’extérieur de toi
ce qui est Toi devient une grande
Liberté, et non pas un enfermement en soi (comme certains egos pourraient le rétorquer).

La Liberté
vous invite à retrouver l’authenticité de l’enfant, car l’enfant est Libre ; même si l’enfant a besoin de sa mère, il est Libre. Votre
Liberté
vous permet aussi d’accorder sans aucune arrière-pensée la
Liberté à quiconque
est près de vous : ainsi se crée le respect mutuel, ainsi se crée les
synergies véritables dans l’Amour partagé, le respect, la co-création, la Joie,
le cheminement – soit partagé, soit réciproquement partagé ou accompagné.

Ne craignez
donc pas votre
Liberté. Je parle ainsi car je sais que cette forme de liberté
est si souveraine qu’elle peut être crainte par certains, qui n’oseraient pas
se l’accorder ou qui préfèreraient lui substituer des libertés illusoires qui satisfont
davantage leur besoin de se conformer à des images extérieures ou à des
conforts illusoires de leur ego qu’ils craignent d’abandonner. A ceux-là je
dis : « Ne craignez pas votre
Liberté véritable. Allez la chercher en
vous. Oubliez ce qui se fait, ce qui se montre et ce qui se dit autour de vous.
Ne cherchez pas à plaire, ne cherchez pas à être l’autre, ne cherchez pas à
aller là où votre cœur ne souhaite pas aller. Si vous trouvez le chemin de
votre
Liberté intérieure du cœur, votre Liberté de Lumière, vous serez capables
de supporter bien mieux toute contrainte extérieure passagère, car en votre
cœur personne ne peut vous priver de votre
Liberté, cela n’existe pas. »

Je vous
souhaite Libres, mes Enfants, car la Mère souhaite la
Liberté de ses enfants.
La Mère ne souhaite pas les maintenir dans la dépendance, pas même de son image
de mère, pas même de sa parole. En disant ces mots, je ne crains pas de vous
voir me tourner le dos, car vous ne vous tourneriez le dos alors qu’à vous-mêmes. En
réalité, nos cœurs sont unis et nous ne faisons qu’Un. Il est donc impossible
que se libérer signifie tourner le dos à l’autre. (Et lorsque je disais
précédemment qu’être libre c’était par exemple ne pas vouloir ressembler à
l’autre ou se conformer à des images extérieures, je ne me contredis pas.)

Pour
être Libre comme je vous invite à l’être, il n’est pas besoin de tourner le dos
à qui que ce soit. Il n’est besoin que de se tourner vers soi. Ne faites pas
donc de confusion : être Libre n’est pas s’opposer, être Libre c’est se
retrouver. Être
Libre n’est pas se séparer : être Libre, c’est respecter
son propre chemin et respecter sa flamme intérieure… Cela, parfois, peut vous
amener à vous séparer de certaines personnes dont le chemin n’accompagne pas le
vôtre ou cesse de l’accompagner : mais cela n’est pas tourner le dos, c’est simplement reconnaître la liberté de chacun, dans le respect, la
tolérance, l’amour, la confiance et la fraternité.

Ainsi, mes
Enfants, je vous invite à regarder avec Joie la Liberté qui va s’offrir à vous
de plus en plus, car cela est le seul chemin qui peut vous unir davantage les
uns aux autres, et cela est le seul chemin qui peut vous faire abandonner la
plus grande partie de vos illusions, celles que le monde environnant cherche à
vous imposer encore. Lorsque vous trouverez votre
Liberté, vous apprendrez à
connaître sa vibration dans votre cœur et vous n’aurez plus envie de la perdre
ou de la recouvrir d’illusion. Cette
Liberté dont je vous parle est d’une
grande simplicité et cependant, elle ouvre des espaces immenses dans lesquels
vous serez chez vous, que vous pourrez aller explorer, dans lesquels vous
pourrez voyager, dans lesquels vous aurez toute latitude d’explorer, de créer,
de jouer et d’aimer.

Ainsi ne
craignez pas cette ouverture, ainsi ne lui tournez pas le dos sous le prétexte
fallacieux que ce serait impossible, que ce serait trop facile, que ce serait
moins intéressant que ce que vous croyez être et qui n’est qu’illusoire.
Abreuvez-vous à la source de votre
Liberté et vous verrez que son eau claire et
fraîche, lumineuse, vivante, vous régalera comme jamais. Mon cœur vous appelle
de toute sa force à être Libres, à être vous, à retrouver vos pleins pouvoirs,
à endosser votre manteau de Lumière. Et tout cela vous le pouvez si vous
acceptez de regarder en vous et de vous dépouiller de ce qui n’est pas vous.
Ainsi vous vous aimerez pour ce que vous êtes et il n’y a pas de plus grande
Joie de soi-même à soi-même, et de soi-même à celui qui est à côté.

Je vous aime,
je vous chéris, je vous observe avec toute la Joie attentive d’une mère qui
regarde la progression merveilleuse, joyeuse, créative de son enfant, et vous
êtes tous mes Enfants, tous autant que vous êtes. Et je n’oublie personne,
jamais, même ceux qui sont cachés… Et celui-là là-bas qui se cache, je le
chéris tout particulièrement : lui et aucun autre que lui , lorsque c’est lui que
je regarde. Et il en est de même pour chacun d’entre vous, mes Enfants.

Soyez Libres. Je vous aime, moi Mère des Mères, nommée Marie, Isis et d’autres noms que vous
connaissez ou ne connaissez pas. Je vous dis à bientôt.

via Christine Anne K. le 7/11/2010
Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont
nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°6

Ecoutons
ensemble la Joie, mes Biens-Aimés, de nous retrouver. Ecoutons comme elle
chante et distille à l’intérieur de vous les perles de son… voilà que je ne
trouve pas les mots dans votre langage : choisissons le mot extase. La
Joie est-elle une extase ? Moi je dis oui.

Ecoutons :
imaginez que le rire se répand dans vos veines, un rire qui oublie toute autre
notion que cet instant dans lequel nous nous réjouissons, purement,
innocemment, comme des enfants, car vous êtes – bien que vous l’ignoriez – des
enfants. Cela n’est pas pour vous minimiser : cela est au contraire une
façon de vous grandir.

Moi,
Eloha, qui suis à la fois enfant et mère, de par ma nature de créatrice, et qui
suis l’un des visages de la Mère des Mères telle qu’à présent vous la
connaissez, je me réjouis de pouvoir jouer avec vous durant ces quelques
instants où nous sommes réunis ainsi que je le fais en d’autres instants – car
souvent je joue avec vous et vous jouez avec moi dans le cours de vos vies que
vous appelez quotidiennes. Imaginez que lorsqu’un rire vous prend, un amusement,
un clin d’œil, l’émerveillement devant un rayon de soleil qui frappe à votre
fenêtre, la joie de voir que quelque chose s’est déplacé de façon amusante, l’envie
qui peut vous prendre soudain de faire un geste sortant de votre routine mais
qui vous plait et qui a un sens dans l’instant où il se fait : tous ces
instants (et bien d’autres car ils sont innombrables), vous pourriez vous
rappeler que vous pouvez jouer avec moi ainsi que je peux jouer avec vous, car
le Jeu est créateur.

N’oubliez
jamais lorsque je parle de Jeu qu’il n’y a aucune notion de futilité dans ce
mot, à mon niveau – ni au votre j’espère – mais qu’il y a un certain état où
tout est possible dans l’instant. C’est un état de liberté, de liberté
créatrice. La seule responsabilité en cet état est de faire ce que l’on a envie
de faire et de le faire bien.

Il
y a dans le Jeu une responsabilité d’accomplissement ainsi qu’une
responsabilité de maintenir le plaisir que l’on a, car ce plaisir est le signe
de ce qui se vit et de ce qui se joue. Lorsque le plaisir s’en va, le jeu est
terminé. Il doit donc y avoir un plaisir à l’achèvement de certains jeux, car
leur achèvement fait partie de leur forme.

Le
Jeu est créateur de formes parfois. Le Jeu est créateur de chemins, le Jeu est
créateur de sons ou de chemins sonores – ne serait-ce que par la parole qui
l’accompagne. Le Jeu est créateur de géométries subtiles dans l’espace où vous
vous déplacez.

Le
Jeu est créateur de liens subtils et vibratoires : par exemple entre vous
et les objets ou entre vous et les autres personnes qui jouent avec vous ou
encore entre vous et l’espace, tant celui où vous vous trouver qu’un espace
plus large. Le Jeu vous relie parfois sans que vous le sachiez à des êtres
d’autres plans, qui ainsi se relient avec vous dans des géométries subtiles et
qui parfois chantent et dansent avec vous sans que vous le sachiez. Vous
remarquerez que les enfants le savent lorsqu’ils jouent : c’est leur grand
pouvoir, car les enfants sont bien souvent les plus grands joueurs et leur
pouvoir de création – bien qu’étant en apprentissage – possède une vibration et
une énergie que beaucoup d’adultes ne savent pas conserver… Du moins, il en fut
ainsi jusqu’à maintenant, dans les temps que vous avez vécus, enfermés dans cet
archipel d’illusions qui a constitué ce que vous avez appelé votre espace
quotidien.

C’est
donc avec le plus grand sérieux que je vous parle de la nécessité de jouer,
mais ce sérieux vous invite à la plus extrême légèreté, car sans légèreté il ne
peut y avoir de Jeu. Disons que c’est une légèreté sage, une légèreté pensée, une
légèreté consciente et illuminée et non pas une légèreté frivole et factice. La
frivolité néanmoins peut être un chemin vers la légèreté. Donc ne la négligez
pas, lorsque vous êtes vraiment trop sérieux : cela peut être une ouverture
vers le véritable sens du Jeu et vers la véritable légèreté de son sérieux.

Pourquoi
est-ce que je vous invite à jouer avec autant d’insistance, me
direz-vous ? Parce que, à présent, cette activité est peut-être une des
rares qui ait un sens dans ce que vous êtes en train de vivre – qui n’a plus
grand sens, excepté de faire continuer un certain nombre de structures dans
lesquelles vous avez coutume de vous insérer mais qui n’ont plus grand sens
malgré ce que vous pensez. Je ne vous tiens pas rigueur de ce que vous pensez,
naturellement, cela est même assez amusant – mais je n’ai pas à me moquer de
vous, car je vous aime.

Ceux
d’entre vous qui pratiquent certains arts que l’on nomme à ce que je crois
théâtre, clown, mime (et d’autres dont je ne sais pas les noms) ainsi que bien
sûr l’art de la musique, avez le privilège de pouvoir pratiquer le Jeu dans des
conditions exceptionnellement privilégiées. Pardonnez-moi cette
répétition : je sais qu’il n’est pas de bon ton dans votre langage de
répéter les mots, c’est assez amusant, j’avoue, mais c’est assez joli… Il est
d’ailleurs des gens parmi vous qui jouent avec les mots et je les tiens en
grand respect.

Je
crains fort d’être ennuyeuse et cela ne me ressemble pas. J’ai juste évoqué vos
arts du théâtre pour vous inviter à comprendre un petit peu mieux cet aspect du
Jeu (mais que je ne vais pas développer car je me lancerais dans des théories
qui là seraient réellement ennuyeuses au regard de qui je suis.) Sachez néanmoins
pour conclure sur le Jeu qu’il s’agit d’un outil extrêmement puissant, et que
je vous invite en toute légèreté et en tout amusement à méditer sur son sérieux
et sur son pouvoir, immense en certaines occasions, de créer ce qui doit être
et devenir votre nouvelle Réalité, dont vous êtes les seuls créateurs. Là est
la raison de mes propos.

 

Je
souhaiterais à présent vous proposer une petite cascade, une pirouette… La
pirouette ou le retournement est un des moments essentiels du jeu : il
s’agit, dans un mouvement qui accumule de l’énergie et qui met tout sens-dessus-dessous
pour retomber sur ses pieds, de créer une multitude de possibles à nouveau.
N’hésitez donc pas lorsque votre jeu commence à vous sembler ralenti ou
routinier ou ennuyeux, à vous lancer dans une pirouette qui peut vous faire
entrevoir une autre direction ou qui peut simplement vous amuser et peut ainsi vous
rappeler que vous pouvez retomber sur vos pieds. La pirouette permet de balayer
tout ce qui est ennuyeux et tout ce qui n’a plus lieu d’être. C’est un
mouvement cosmique que vous ne connaissez pas en astronomie, mais qui au plan
subtil existe et qui a toute sa valeur.

J’emploie
le mot pirouette pour vous amuser mais il s’agit davantage d’un retournement.
Vous pouvez donc jouer en arrière subitement lorsque vous regardez en avant, ou
à inverser votre parole ou votre mouvement : vous serez surpris de
constater à quel point cela peut nourrir votre jeu et votre création.

Je
m’amuse de penser que certains d’entre vous sont peut-être surpris ou ennuyés
de mes propos et en cela je rejoins peut-être la forme d’humour de notre
bien-aimé et vénéré Ashtir, que j’aime tant.

Sachez
que votre cœur – pour revenir à des sujets qui peuvent paraître plus « sérieux »
– a la capacité de se retourner. Il s’agit là bien sûr de se retourner vers
l’intérieur. Il s’agit également (lorsque les émotions existent et fonctionnent
encore), de se retourner dans des changements rapides de sentiments et des
changements de perspectives, et des changements de vibrations : car le
cœur est votre plus grand instrument vibratoire et la subtilité de ses gammes
est infinie. Votre cœur donc, malgré certaines apparences, est un grand
instrument de Jeu, car c’est lui qui vous guide : c’est la vibration de
votre cœur qui valide la joie et la qualité de vie de votre jeu.

Je
me réjouis, mes chers Enfants, chers créateurs, chers joueurs en puissance, de
ces instants passés en votre compagnie, et j’aimerais petit à petit vous faire
entrevoir de mieux en mieux les étendues infinies des possibles que vous pouvez
parcourir et rencontrer à mesure que votre conscience s’éveille et se déploie
dans le paysage des multi-dimensions qu’il vous est peu à peu donné de
découvrir, de connaître et pour certains de parcourir. Je vous bénis, je vous
adresse toutes les perles et les gouttes de Joie et de rire de la musique de
mes bénédictions, et de mon plaisir à pouvoir jouer avec vous, et à vous faire
jouer avec moi. Ainsi en est-il.

Je
suis Eloha, votre Mère Créatrice, et je vous dis à bientôt.

via
Christine Anne K. le 10/10/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

L’Enfant Elohim – « Istirulwah » -n°1


La
vibration de l’être qui vous parle pourrait se nommer l’Enfant Elohim…

…Car
sachez que les enfants sont appelés à vous guider bien plus que vous ne les
guiderez : ils sont bien plus proches de nous, les Créateurs. Acceptez
ainsi d’être humbles et joyeux lorsque les enfants auront à vous montrer le
chemin, parfois à travers leurs jeux et à travers leur innocence, voire à
travers leurs crises de colère ou de joie.

Je
suis l’Elohim des enfants. Je n’ai pas encore de nom, du moins officiellement,
car je suis en apprentissage et la vibration de mon nom n’est pas encore
définitivement réglée. Il parait que cela vous gêne et que vous aimeriez que j’aie
un nom afin de consigner cela dans vos notes, ainsi que je le comprends : appelez-moi donc provisoirement   » I.s.t.i.r.u.l.w.a.h  »

Je
vous invite à vous pencher sur la vibration des enfants, car les enfants de la
Terre aujourd’hui sont un réseau, un réseau vibratoire lumineux où la vibration
circule d’une façon que vous ne soupçonnez pas. Bien sûr, pouvez-vous penser,
certains de ces enfants pourraient avoir pâti d’un grand nombre de pollutions
diverses, à la fois chimiques, électromagnétiques et plus subtiles. Néanmoins,
sachez que leur cœur contient de façon indestructible la clé qui leur permet ou
leur permettra d’ouvrir le réseau et de communiquer et de fonctionner de façon
groupale. Cela fait partie de leurs tâches de guides et d’accompagnants.

Ne
tombez pas pour autant dans la confusion qui consisterait à traiter ces enfants
comme des adultes. Cela les mettrait dans l’embarras et leur insufflerait des
bouffées d’ego non désirables. Vous avez, vous les adultes de la Terre, les
parents, les éducateurs, les grands-parents et le voisinage, à apprendre avec
humilité comment vous laisser guider – car il ne s’agit pas non plus d’être
complaisants et de laisser tout caprice enfantin se réaliser. Il s’agit d’être
à l’écoute par le cœur et d’être dans l’authenticité de cette communication du
cœur ; il s’agit de pratiquer la Vérité et la Simplicité ; il s’agit
de pratiquer l’Amour au quotidien et non pas uniquement celui de l’affection,
souvent possessive, des parents pour leurs enfants.

L’Amour au quotidien dont
il s’agit est d’une vibration beaucoup plus élevée : c’est une reliance à
vos Êtres, c’est une simplicité évidente qui vous relie les uns aux autres, dans
la tolérance, la Joie, la solidarité bien sûr, l’intelligence collective, la
bienveillance, et l’amusement parfois. L’amusement a souvent plus de valeur que
ce qui est très sérieux, avec les enfants, et vous devez le savoir.

Voilà
que je vous dis que je suis un enfant et que je vous parle comme un pédagogue…

Cela est la preuve pour vous qu’un enfant peut vous guider. Bien évidemment nos
jeux sont multiples, car c’est par le jeu et uniquement par le jeu que nous
développons tous nos apprentissages. Le jeu est création, le jeu est
auto-créant, le jeu est co-création : tout cela constitue la matrice de
base nécessaire au développement d’un être, au développement d’un groupe et
au développement de certaines constructions réalisées en groupe ou
individuellement.

Apportez
à vos enfants le soin que vous apporteriez à un vieux maître extrêmement
vénéré, pour qui vous avez la plus grande tendresse et le plus grand respect,
mais qui a besoin de vous pour assurer une partie de sa survie au quotidien.
C’est par le cœur que vous pouvez obéir à vos enfants et non pas, encore une
fois, par la voie des caprices et des argumentations. Obéir ne signifie pas se
soumettre : obéir, c’est simplement obéir aux lois du cœur et à la sagesse
du cœur et de la Lumière, telles qu’elles arrivent en toute pureté et sans
scories par le réseau du cœur des enfants incarnés sur la Terre aujourd’hui.
Certains d’entre vous les appellent les Nouveaux Enfants et vous avez raison.

Ne traitez donc pas les enfants comme des animaux de compagnie ou comme des
êtres stupides à qui il faut soit tout expliquer, soit laisser la bride sur le
cou lorsqu’ils créent quelque chose.

Les
enfants vous aiment. Les enfants n’ont pas besoin que vous leur achetiez des
monceaux de choses pour vous assurer leur amour. Bien évidemment, comme ils
aiment jouer, ils aiment les monceaux de choses, comme nous les Elohim nous
adorons les monceaux de choses avec lesquelles nous pouvons nous amuser,
bricoler, et inventer de nouveaux systèmes, de nouveaux êtres et de nouveaux
univers… Mais nous n’accumulons pas les choses par accumulation : nous les
employons et nous les transformons. Les enfants sont des transformateurs, si
vous les laissez agir. Ainsi, prenons l’exemple d’un enfant qui démolit son
jouet pour en faire autre chose : peu d’entre vous se rendront compte qu’il
s’agit d’une création.

Je
sais qu’il est chez vous une notion qui se nomme « l’enfant
intérieur » et que pas mal d’adultes cherchant l’éveil ont tenté de
pratiquer. Cela est très louable. Toutefois, il semble qu’il y ait un certain
nombre d’illusions qui se soient engluées autour de cette notion de l’enfant
intérieur telle que vous la pratiquez. Il semblerait que bon nombre aient
greffé, collé dessus des notions de psychologie un peu tortueuses, des
questionnements sur la souffrance qui n’ont rien à voir avec l’enfance telle
que je désire vous en parler aujourd’hui… Par conséquent, ceux qui penseraient
que recontacter leur enfant intérieur ainsi qu’il a été pratiqué, correspond au
chemin que je veux vous indiquer, ne doivent pas se mettre dans l’erreur.
Certes, il y a dans cet enfant intérieur la part d’innocence, de Joie et la Semence de Lumière pure qui vous fait, et là, recontactez-le. Si cela vous aide
à pratiquer le jeu, c’est encore une excellente chose. Mais ne cherchez pas
chez l’enfant intérieur vos souffrances passées, ne cherchez pas chez l’enfant
intérieur une fragilité, une vulnérabilité : cela n’est pas le chemin.
Cela appartient au domaine de l’auto-compassion qui vous a servi à travailler
sur vous pour vous libérer, à une certaine époque encore assez récente, d’un
certain nombre d’entraves créées par les entrelacs de mémoire et d’encodages
successifs qui vous voilaient en grande partie votre Être. Aujourd’hui cela
appartient au placard d’un passé dont vous n’avez plus besoin.

Je
vous invite donc à écouter le rire des enfants et à respecter leur voie ainsi,
encore une fois, que vous le feriez d’un vieux maître un peu fantasque, un peu
imprévisible, mais absolument adorable et que vous respectez plus que tout, dont
vous acceptez de temps en temps les bizarreries. Là est le chemin. Je précise
qu’il ne s’agit de vous laisser entraîner par des bizarreries, ne vous méprenez
pas. Je vous ai parlé de l’écoute du cœur et de la loi des cœurs : c’est
cela qui fait la qualité de l’écoute réciproque et non pas le fait que les bizarreries
soient bizarres. Quand je parle de bizarreries, il s’agit simplement de l’approche
– un peu déroutante pour certains d’entre vous – qui n’emploie pas les canaux
de votre raisonnement logique et pragmatique. Vous pouvez ainsi discuter avec
les enfants de certaines stratégies à adopter, et écouter avec votre cœur et
toute votre bienveillance tendre et votre vénération au vieux maître caché en
eux, leurs suggestions parfois étonnantes. Et n’hésitez pas à jouer en leur
compagnie plutôt qu’à les obliger à des devoirs, qui les privent de leur
vibration, bien souvent.

La
transmission entre nous étant d’excellente qualité -et cela grâce au réseau actif
des enfants- je vous propose si vous le désirez la possibilité de poser quelques
questions, auxquelles je me ferai un honneur de vous répondre.

 

Le terme enfant :
cela englobe ces êtres jusque vers quel âge ?

Très
bonne question. L’âge où la puberté commence est déjà un portail où l’enfant
change, mais la qualité d’enfance peut demeurer encore, cela dépend de l’étincelle
qui est en eux. Par ailleurs, ceux que nous appelons et que vous appelez les Nouveaux Enfants de la Terre ont commencé à descendre en incarnation voici… je
ne sais pas le nombre des années, mais certains d’entre eux sont des adultes
actuellement. Tant que ces adultes ont conservé la pureté et leur étincelle de Nouveaux Enfants – certains d’entre eux sont des parents d’ailleurs -, nous les
considérons comme des accompagnateurs. Mais mon propos a surtout concerné les
enfants les plus jeunes, c’est-à-dire ceux dont le corps n’est pas encore en
train de les emmener vers davantage de poids. Je ne sais pas à vrai dire parler
en termes d’âge… Cette notion m’échappe encore en grande partie, à mon niveau,
car nous les Elohim gardons cette vibration d’enfant quel que soit notre âge. Chère
amie, je ne saurais pas mieux répondre à ta question et je m’en excuse.

S’il
n’est pas d’autres questions, je vais vous saluer et je vais laisser celle que
vous connaissez et qui se nomme Eloha, vous adresser ainsi qu’elle aime le
faire quelques notes de sa harpe et de ses mots.



via
Christine Anne K. le 09/09/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.