Cercle de Beauté

 
écoute : http://vimeo.com/34666710

Introduction en langue stellaire

Nous sommes invités dans un Cercle, qui se dit « Cercle de Beauté », et qui réunit tous ceux qui aiment s’y retrouver et ainsi entretenir le fil de la Beauté de par de multiples Formes -mais qui ne sont que des Jeux d’expression…Car la Beauté sait se faire voir, entendre et percevoir en d’innombrables Formes, qui sont et que sont ces Jeux d’expression.

En vérité ce ne sont que des Jeux – et cela est bien.

…La Beauté dans son Unicité est en chacun, absolument en chacun de nous tous – et ce n’est que pour jouer qu’elle se décline en toutes ces Formes… Il y a certes intervention des Lois de l’Harmonie, il y a certes intervention des Lois Musicales, des Nombres, il y a certes intervention de la Joie, d’innombrables Formes de Lumière pour accomplir une partie de ces Jeux…Mais l’Essence de ce qui nous fait Etre ensemble est cela : nous sommes Unis, Unifiés, Unifiants – car la Beauté lorsqu’elle est authentique procure cette Unification intérieure avec ce qui Est Un, avec ce qui ne peut être divisé.

…En ce Cercle nous jouons donc à être Unis à la fois dans les Jeux exprimés de la Beauté, et dans son Essence également : qui est Essence Une, Essence indivisible, Essence pure de l’Un et Joie pure, absolue, sans forme.

Chant

Ce Cercle de Beauté, ou du moins qui se dit « de Beauté » (car que pourrait être un Cercle de Beauté sans tomber dans certaines beautés illusoires?)…est donc un instant en lequel se partagent ces Jeux, dans l’Instant et la Simplicité, dans la Sagesse.

Silence, puis séquence en langage stellaire

Nous savons dans ce Cercle qu’également, dans un monde de dualité comme celui que vous connaissez encore Très Chers Frères et Soeurs de Terre, la Beauté est un grand fourre-tout d’illusions et d’expansion des égos. Cela nous fait rire… Il s’agit certes de Jeux, mais ces Jeux sont déformés et souvent vous ne le savez pas.

Il y a bien sûr d’innombrables Formes qui portent la signature et la vibration de la Beauté authentique dans vos jeux et vos créations, dans vos regards, dans vos sourires, dans la beauté de vos corps, celle de vos paysages, de vos oeuvres. Mais il y a tout autant de fausseté aussi…Et comme vos égos s’emparent de ces vibrations de Beauté pour souvent se les approprier, les façonner – habilement certes parfois mais dans un état d’esprit possessif, limitant, avide…Il vous est demandé de retrouver le chemin en vous vers la Simplicité et l’Instant qu’est la véritable Beauté; celle qui ensuite oui, dans de nombreux jeux va prendre de nombreuses Formes, celle qui oui utilisera des Lois d’Harmonie, des Lois de Nombres, des Lois de Forme et de Couleur, et d’Intelligence aussi  : pour manifester des Formes accomplies, harmonieuses, intelligentes et sages qui reflèteront pleinement son Essence.

Cela fait partie oui de ce qui est beau et juste, et nous savons que vous le goûtez pleinement.

Ne confondez donc pas Très Chers, Très Aimés Frères et Soeurs cette authenticité, et ces petites déviations dont vous avez malheureusement acquis la coutume, bien malgré vos Coeurs.

silence

Ce Cercle est ouvert, et vous pouvez à tout instant venir y jouer, vous pouvez à tout instant venir contempler, venir Etre, rester, contribuer à cette Essence de la Beauté de par votre simple Présence…Car chacun d’entre vous est Beauté. 

Chant  (à quoi se joint une grosse quinte de toux)

Ainsi : chanter sans chercher à faire, c’est déjà tout simplement la voix qui joue la Beauté pure de ce qui intérieurement resplendit. Ne cherchez pas à contrôler – ni votre voix ni ce que votre mental voudrait faire de joli, dès lors que vous savez contacter simplement cette Essence, qui vous appartient et qui est vous.

La Beauté véritable n’a rien à prouver. Jetez donc vos masques, même si ils sont très beaux.

séquence en langage stellaire, de cloture

Alléluiah!

Ce Cercle se poursuit, comme tous les Cercles, après la cloture formelle qui vient d’être prononcée.

Vous continuez donc d’en être les invités.

Je ne souhaite pas donner mon nom, cela n’est pas intéressant : car je suis participant de ce Cercle, et je me fonds dans cette Unité.

 

via Christine Anne K. le 04/01/2012

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie-Isis du 22 septembre

 

 

 

Bien Aimés, Enfants de l’Un, mes très Chéris, mes Enfants… Voici qu’en ce jour mes paroles seront peu, car Je vous invite, mes très chers, mes très Aimés, Enfants de l’Un, à simplement être ce qu’à présent vous pouvez être pleinement. Il n’y a plus d’obstacle, ou si peu…

Il ne vous est plus tant nécessaire de recevoir des exhortations, des conseils. Vous avez à vous tourner en vous-mêmes, vous avez simplement à être ce que véritablement et de toute essence vous avez été et vous êtes – après un certain temps d’oubli, disons, ou d’effacement de certaines parties de votre conscience.

A présent donc -et je m’en réjouis tant ! – Je vous vois, Je vous entends, Je vous sais redevenus pleinement ce que véritablement vous êtes, mes très Aimés.

Et quelle immense réjouissance pour un coeur de Mère -et pour toute mère terrestre avant tout- de voir son enfant être qui il est véritablement, en toute plénitude, en toute lumière, en toute certitude; en toute humilité aussi, car en tout cela il ne peut qu’y avoir grande humilité, justement !

Si vous êtes véritablement aujourd’hui, c’est lorsque vous avez su vous débarrasser de tout ce qui vous a enorgueillis tout en n’étant qu’illusion, sachez-le mes Aimés. Réjouissez-vous donc lorsque vous n’êtes plus que Simplicité, lorsque vous ne savez plus véritablement qui vous étiez il y a encore si peu de temps, car cela à vrai dire n’avait pas tant d’importance que ce que vous êtes véritablement aujourd’hui : dans la simplicité nue de vous, de Toi mon Enfant, mon Aimé, ma Joie.

Votre coeur a désormais toute la place en vous, et n’est plus confiné à un petit espace (parfois bien exigu en ces temps où il l’était). Votre coeur à présent a toute latitude et toute grandeur, en toute Simplicité et en toute Unité, et en toute humilité je le répète, pour vivre sa propre Lumière, qui n’est autre que celle de l’Un, dont vous êtes indéfectiblement, et quoi qu’il advienne.

Mes très Aimés, mes Enfants, je vous contemple de jour en jour avec soin, avec délicatesse, avec joie, d’un Amour qui vous laisse toute Liberté, qui ne vous impose rien, qui ne vous enferme pas dans ce qu’il est; qui au contraire s’efface et se retire pour mieux vous laisser vous épanouir dans votre propre Grâce, dans votre propre Beauté, dans votre propre Intelligence, dans votre propre Splendeur.

Quelle Joie, quel Accomplissement, quelle Finitude, n’est-ce-pas !

Je sais, mes très Aimés, que malgré la certitude qui se trouve imprégner mes paroles -celles que vous entendez en ces instants par la voix qui vous parle- beaucoup d’entre vous pensent, croient, qu’ils n’en sont pas là, qu’ils n’en sont pas à ce que je viens de proclamer. Eh bien détrompez-vous, mes très Aimés. Acceptez de vous reconnaître plus grands, plus beaux, plus libres que ce que vous croyez car, à vrai dire, ce qui en vous croit encore que cela n’est pas n’est qu’une coquille, une simple coquille dont vous êtes en train justement de vous défaire. Aussi ne vous attachez pas à la croyance que cette coquille c’est vous : cela n’est pas vous, cela n’est pas Toi. Rappelez-vous que la noix, lorsqu’elle est pleine et fermée, s’appelle une noix; et  lorsque la coquille est enlevée, se découvre ce qui à l’intérieur est véritablement le trésor, la véritable essence et le véritable fruit, qui s’appelle noix tout autant. Réfléchissez donc : de la coquille qui cache l’essence en la protégeant, ou de cette essence, qu’est-ce qui est véritablement Toi ? C’est bien cela que je viens de vous dire, et c’est bien à vous que je m’adresse, mes très Aimés, car votre coquille à présent n’est plus que coquille.

Il n’y a plus nécessité que la vie interpénètre cette enveloppe et votre véritable être, votre véritable essence : cela n’est plus nécessaire, cela n’est plus de mise, cela n’est plus d’actualité. Ainsi se révèle en toute Humilité et en toute Splendeur -et cela n’est pas un paradoxe, bien au contraire- la simple Vérité de Toi à Toi-même, mon Enfant.

silence

Ainsi, mes très Aimés, mes très chéris, Enfants de l’Un, Enfants de la Joie que vous êtes, j’espère vous aider par ces paroles, par ces affirmations, à finir de vous débarrasser, de vous extraire très très simplement, très librement, très fluidement, de ce qui peut être laissé derrière vous. Vous constaterez alors, si cela n’est déjà fait -car je sais que pour certains cela est fait et consciemment fait, consciemment engrammé, consciemment vécu, consciemment reçu- vous constaterez donc à quel point vous êtes alors libres, joyeux, infinis, et simples. Cela est la véritable Vérité de ce que vous êtes, tout simplement. La complexité ou la complication n’existe à vrai dire que dans ce monde illusoire dans lequel vous avez survécu, et dans lequel vous avez fait aussi de grandes choses dans le sens de l’évolution de votre conscience et de votre lumière. Mais il est temps à présent que cette évolution passe par là.

silence

Je crois n’avoir d’autres paroles à vous transmettre, mes très Aimés, en ce jour. Mais je vous invite simplement à bien entendre et à bien être ce que vous êtes, dès maintenant. Alleluiah

Je suis Marie-Isis, Mère Terrestre, et je me réjouis de vous.

 

 

 

via Christine Anne K. le 22/09/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

La Mère à l’Infini du 5 septembre

Ô très aimés, très chéris, très enfants de La Source, gouttes de l’Un multipliées presque à l’infini, pourrait-on dire, en ce que vous êtes : chacun, tout en étant ce Un.

Je suis Celle que vous nommez Mère à l’Infini -ainsi que je vous l’ai suggéré. Je suis ce qui est l’Essence maternelle, c’est à dire : qui produit la vie, qui synthétise et fait être les corps. Je suis cette Mère là. Et je suis Mère dans tout cet Univers et non pas seulement au plan de votre Terre. Bien sûr, je ne suis pas quelqu’un, au sens où vous le concevez. Je suis comme je l’ai dit une Essence, je suis une des résonances très proche de La Source. Mais peu importent ces distinctions – cela ne fait appel qu’à vos capacités mentales d’analyse et cela n’est pas notre sujet.

J’ai pris soin néanmoins de me présenter car il y a peut-être en vous quelque confusion entre ces différentes résonances maternelles qui s’adressent à vous.  Ce sont bien, mes très chers, mes très aimés, des résonances, des formes distinctes mais Une de la même Essence et je suis cette Essence. Et c’est en cela que je suis en chacun de vous, et en aucun cas extérieure, ni à Toi, ni à Toi, ni à Toi.. ni même à Toi.

Je vous invite donc à entendre chanter, vibrer en vous cette essence que je suis – car que vous soyez un homme ou une femme, dans ces corps humains mon Essence est présente de façon absolument égale. Chacun et chacune de vous possède, recèle, Est, ce Fragment indéfectible de mon Essence, au même titre que vous êtes indéfectiblement, en vous, La Source.

silence

Je vous invite donc, ainsi que le musicien fait vibrer la corde de son instrument, à laisser vibrer en vous cette Essence… Et la musique qu’en cet instant vous entendez nous relie aussi sûrement qu’un fil de lumière, aussi sûrement qu’une main qui se donne à une autre pour ne faire qu’Un.

silence

Entendez mes très aimés, ce chant en vous, en votre Être, en votre Esprit, de cette Essence qui vous fait être, qui est ce qui vous donne la vie, ce qui vous crée, car.. La Source ne crée pas, La Source Est. La Source Se déploie et Se regarde. Je suis donc cette Essence qui pour La Source fait être, permet que les formes de vie se constituent, s’accomplissent, se multiplient, se regardent les unes les autres, et s’aiment.

Voilà donc pourquoi je suis Mère, et Mère à l’Infini – Mère dans l’infinité des formes, dans l’infinité des vibrations, des chants, des vies, dans l’infinité des possibles. Infinité de ce qui s’est créé autant de ce qui ne s’est pas encore créé. Infinité de ce qu’est le fait d’être. Infinité de ce que génère et contemple La Source, à tout instant de cette Eternité.

Je fais donc également appel à votre Eternité. Et en faisant vibrer cette Essence je vous invite à faire vibrer cette Eternité. Vous êtes, Tu es, chacun d’entre vous, Éternels. Cette Eternité de Toi et de cette Essence que Tu es, sont donc ce qui Te constitue, ce qui est la raison véritable de ce que Tu es – du fait que Tu es est la raison véritable que Tu es. (vérifier la ponctuation, à env. 12:37 bande son)

Mes très aimés, il y a un mois environ, un mois de votre temps terrestre encore en cours, je vous ai rappelé que l’heure était de faire votre Choix. Et bien, sachez qu’aujourd’hui vos choix ont été entendus, et la beauté de votre Choix vibre en vous. Ces choix, les uns avec les autres, sont en parfaite harmonie, et le choix que j’avais évoqué de ceux qui refuseraient est également intégré dans cette harmonie. Mais le choix du refus, qui est un Choix qui renvoie à soi-même, n’a pas été -en quantité ni en qualité- d’une importance qui pourrait avoir causé la moindre dysharmonie, je vous le dis.

Votre Essence mes très aimés est donc magnifiée, magnifiée encore de par ce Choix qui l’a débarrassée de toute confusion, de tout encombrement. Votre Essence brille, pourrait-on dire, et votre place a été trouvée par chacun de vous. Pour ceux qui ne l’avaient pas encore trouvée, ou qui croyaient soit ne pas l’avoir encore trouvée, soit ne pas pouvoir la trouver. Sachez-le. Chacun est à sa place; et ainsi la perfection de cette Essence s’est répandue tel un parfum, encore bien d’avantage qu’elle ne l’était jusqu’à lors – du fait de la non-clarté de certains choix, qui demeurait encore et qui la privait, pourrait-on dire, de son entièreté partagée et la plus absolue.

Nous avons à présent la Joie et la Plénitude de contempler cet état d’Absoluité.
Je vous laisse donc, mes très aimés, mes très chéris, contempler en vous la Force et la Lumière de cette Absoluité que je viens d’évoquer.

 Silence

Il n’est peut-être pas facile me direz-vous, de contempler cette Absoluité, car sa Lumière est telle que rien ne peut lui échapper, et que tout ce qui en vous a encore besoin de s’aligner ne peut être caché. Ainsi en est-il et cela est bien. Cela vous permet de pouvoir augmenter votre Lumière encore, cela vous permet d’abandonner encore et encore ce qui n’a plus lieu d’être, et que vous n’aviez pas encore identifié.

Je ne parle pas seulement de ce qui n’a plus lieu d’être dans vos conditions de vie personnelles, mais également de ce qui n’aurait plus lieu d’être ou n’a plus lieu d’être au sein de ce que vous êtes : c’est à dire aussi au niveau de votre Être. Ne soyez pas surpris, vous êtes en évolution, et tout autant que votre personne peut avoir à lâcher ce qui n’a plus lieu d’être, ainsi votre Etre – cela afin de s’avancer encore davantage dans l’Absoluité de cette Lumière partagée, de cette Essence chantante.

Nous partageons vous et moi cette exigence d’Absolue Lumière et d’Essence aussi Une que possible…Et même au-delà de la notion de possible : car il n’y a plus d’effort pour être Un lorsque cet état est réalisé.

Soyez donc mes très aimés, mes très chéris, ce que vous êtes aujourd’hui, maintenant, dans ce présent qui est votre Eternité; mais qui peut-être n’a plus que faire de ce qui vous a aidé à être quelque temps et qui ne vous est plus nécessaire.

Je sais que certains ont un peu de mal à comprendre de quoi je parle, et peut-être seront étonnés de m’entendre dire que : les Êtres pourraient avoir besoin de lâcher ce qui n’a plus lieu d’être en eux. Car je sais que vous avez une notion parfois éthérée et idéalisée de ce qu’est votre Être : Être de Lumière certes, mais Être avec ses caractéristiques, ses attributions, ses places, son histoire, ses choix.

Ne confondez pas votre Être avec ce qu’est La Source en vous. C’est ce qu’est La Source en vous qui est parfaitement indestructible, lumineux, et qui n’a rien à lâcher de ce qui n’aurait plus à être puisque c’est l’Essence même du fait d’être. Cela oui est l’Essence de votre Être. Ainsi, votre Être, tel qu’il est véritablement, peut avoir à évoluer, tout simplement, – et cela est Beauté, cela est Vie, cela est Lumière, cela est naturel, cela est évidence et cela est Vérité.

Dire que votre Être peut avoir besoin d’évoluer n’est pas, bien au contraire, une façon de dire que votre Être n’est pas assez ceci ou cela. C’est simplement la Vérité, c’est la Vie, c’est le mouvement des univers, c’est le mouvement et la danse des Êtres, et c’est la recherche perpétuelle de La Source, de la Joie. C’est la véritable Vie, c’est la véritable Éternité.

Ainsi en est-il, donc, du fait de clarifier cette Essence et cette Absoluité en vous, et je ne vous invite donc plus en ces paroles à travailler  au niveau de votre personne pour effectivement lâcher certains aspects de cette construction là, mais je vous invite à vous intéresser à votre Être : cela est donc un autre stade -peut-on dire, de votre point de vue.

Écoutez donc en vous, mes très aimés, mes très chéris, mes très parfaits, écoutez tout ce que chante votre Être. Et observez à la lumière de cet Essence ce qui peut être, ce qui peut être laissé, ce qui peut être déployé davantage, ce qui peut se rapprocher encore de cet Absolu et de cette Présence de La Source en vous, en votre Être.

Ainsi mes très chers vous atteignez un point de Clarté avec votre Être qui ne peut que vous apporter Joie, Absolu, vitalité, perfection dans le Service, Chant accru de votre Lumière, (Champ accru de votre Lumière) , et cela est juste, cela est Vérité, cela est Simplicité. Je parle de Simplicité car la simplicité n’est effectivement pas toujours l’apanage de tous les Êtres. Il sera donc temps pour certains de cheminer vers de la simplification en abandonnant simplement ce qui n’est plus nécessaire – même si cela a pu l’être, en toute Vérité.

Ainsi donc mes très aimés mes très chéris, que la Vibration, l’Essence de l’Absoluité, de la Simplicité, de la Vérité de votre Être se magnifie, car cela ne peut être que le chemin de votre Être dès lors que, de par vos Choix qui ont été faits, vous êtes sur le chemin, sur la plate-forme disons, de cette Absoluité, et où votre Lumière s’est dégagée de ce qui jusqu’alors l’encombrait. C’est votre Lumière elle-même qui va pouvoir contribuer à vous faire observer votre Être et à vous faire comprendre ce qui peut rester à faire, ce qui doit être, ce qui est – et donc ce qui n’a plus lieu d’être.

Je vous aime à l’Infini.

Je suis Essence Infinie de ce que vous êtes, et mon Essence est en vous. La Source en vous cherche son absolue Simplicité et Vérité. Que d’Amour entre nous, que de Splendeur, que de Vérité.

Je vous aime à l’Infini. Et vous vous aimez de même, à l’Infini.

Soyez.

Alleluiah


 

via Christine Anne K. le 05/09/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.