L’Enfant Elohim « Istirulwah » – n°2

 

Il est souhaité et nous est demandé, par le coeur, que ce message au sujet de nos enfants soit très largement diffusé. Revoyez également le précédent message d’Istirulwah, daté du 09/09, qui bien évidemment s’ajoute. Merci à tous.             


Je souhaite à présent vous dire quelques mots. Vous me connaissez :
je suis l’Enfant Elohim, nommé Istirulwah.

Je me réjouis de pouvoir vous parler car j’aime que les enfants de la
Terre soient aussi éveillés, aussi prêts à être ce qu’ils sont en ces temps où,
parait-il, vous êtes sur le point d’opérer un grand changement dans tout ce qui
fait vos vies, vos êtres, vos corps, votre planète.

Je ne sais pas tout car je suis un enfant, mais je suis en vibration
avec les enfants de la Terre et je connais leurs capacités. La plupart d’entre
eux font partie de programmes de réensemencement et d’accompagnement de
l’humanité dans cette fin de cycle. Vos enfants ont donc les yeux
particulièrement brillants, l’intelligence particulièrement vive, joyeuse,
aigue, efficace, surprenante parfois. Vos enfants vous surprennent parfois et
ne vous ressemblent pas, du moins pas tant que cela, ou bien ils savent vous
ressembler tout en étant très surprenants. Vos enfants souvent sont plus rapides
que vous pour comprendre bien des choses. Vos enfants vous entraînent en avant,
vos enfants vous obligent à abandonner ce qui n’est plus. Vos enfants souvent
sont vos maîtres en ce qu’ils vous tracassent. Ils vous obligent à revoir
complètement vos comportements, vos attitudes, vos préjugés, vos croyances. Ils
vous invitent alors à être vous. Ne croyez pas qu’ils vous martyrisent, bien au
contraire : ils vous aiment et ils attendent de vous le meilleur de ce que
vous êtes ; ils ne veulent pas transiger, ils ne souhaitent pas avoir
affaire à des fantoches. Ils savent qui vous êtes, et ils vous ont choisis
-lorsqu’ils sont vos propres enfants.

Moi aussi je suis un enfant : j’apprends, je découvre, je grandis,
j’aime ceux qui sont mes parents et mes enseignants. Je sais qu’un jour je les
dépasserai et que peut-être ils choisiront de disparaître, ou de se transmuter,
ou bien nous travaillerons ensemble. Bien des choses sont possibles… Moi-même,
quand je ne serai plus un enfant, je deviendrai un parent et je m’en réjouis.
Mais je sais que nous, les Elohim, nous ne perdons jamais l’étincelle et la
véracité de l’énergie enfantine, et même les plus vieux d’entre nous ont gardé
cela intact, vivace, joyeux, et c’est une grande joie pour moi de jouer avec
eux.

Ainsi je vous invite, Amis de la Terre, à jouer avec vos enfants pour
conserver votre étincelle. Cela me réjouirait beaucoup, et réjouirait beaucoup
tous ces enfants, je le sais. Il parait que vous avez beaucoup de travail et
d’obligations (je ne sais pas bien ce que cela veut dire) et que vous n’avez
pas le temps de jouer : je n’arrive pas à y croire… C’est une absurdité,
qui me fait beaucoup rire, mais il parait que c’est vrai. Mais je vous en
supplie, n’enseignez pas à vos enfants toutes ces obligations : c’est trop
absurde, ils ne sont pas là pour ça. Même s’ils grandissent et deviennent
parents, il faut qu’ils continuent à jouer, je vous en supplie, comprenez cela…

Je vais m’en aller faire quelques pirouettes à présent. Je vous quitte et
j’espère que vous respecterez mes conseils, j’y tiens beaucoup.

Je vous salue, moi l’enfant Istirulwah des Elohim. (Je ne suis pas le seul
enfant des Elohim, nous sommes nombreux et nous jouons beaucoup.)

 


via Christine Anne K. le 8/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°6

Ecoutons
ensemble la Joie, mes Biens-Aimés, de nous retrouver. Ecoutons comme elle
chante et distille à l’intérieur de vous les perles de son… voilà que je ne
trouve pas les mots dans votre langage : choisissons le mot extase. La
Joie est-elle une extase ? Moi je dis oui.

Ecoutons :
imaginez que le rire se répand dans vos veines, un rire qui oublie toute autre
notion que cet instant dans lequel nous nous réjouissons, purement,
innocemment, comme des enfants, car vous êtes – bien que vous l’ignoriez – des
enfants. Cela n’est pas pour vous minimiser : cela est au contraire une
façon de vous grandir.

Moi,
Eloha, qui suis à la fois enfant et mère, de par ma nature de créatrice, et qui
suis l’un des visages de la Mère des Mères telle qu’à présent vous la
connaissez, je me réjouis de pouvoir jouer avec vous durant ces quelques
instants où nous sommes réunis ainsi que je le fais en d’autres instants – car
souvent je joue avec vous et vous jouez avec moi dans le cours de vos vies que
vous appelez quotidiennes. Imaginez que lorsqu’un rire vous prend, un amusement,
un clin d’œil, l’émerveillement devant un rayon de soleil qui frappe à votre
fenêtre, la joie de voir que quelque chose s’est déplacé de façon amusante, l’envie
qui peut vous prendre soudain de faire un geste sortant de votre routine mais
qui vous plait et qui a un sens dans l’instant où il se fait : tous ces
instants (et bien d’autres car ils sont innombrables), vous pourriez vous
rappeler que vous pouvez jouer avec moi ainsi que je peux jouer avec vous, car
le Jeu est créateur.

N’oubliez
jamais lorsque je parle de Jeu qu’il n’y a aucune notion de futilité dans ce
mot, à mon niveau – ni au votre j’espère – mais qu’il y a un certain état où
tout est possible dans l’instant. C’est un état de liberté, de liberté
créatrice. La seule responsabilité en cet état est de faire ce que l’on a envie
de faire et de le faire bien.

Il
y a dans le Jeu une responsabilité d’accomplissement ainsi qu’une
responsabilité de maintenir le plaisir que l’on a, car ce plaisir est le signe
de ce qui se vit et de ce qui se joue. Lorsque le plaisir s’en va, le jeu est
terminé. Il doit donc y avoir un plaisir à l’achèvement de certains jeux, car
leur achèvement fait partie de leur forme.

Le
Jeu est créateur de formes parfois. Le Jeu est créateur de chemins, le Jeu est
créateur de sons ou de chemins sonores – ne serait-ce que par la parole qui
l’accompagne. Le Jeu est créateur de géométries subtiles dans l’espace où vous
vous déplacez.

Le
Jeu est créateur de liens subtils et vibratoires : par exemple entre vous
et les objets ou entre vous et les autres personnes qui jouent avec vous ou
encore entre vous et l’espace, tant celui où vous vous trouver qu’un espace
plus large. Le Jeu vous relie parfois sans que vous le sachiez à des êtres
d’autres plans, qui ainsi se relient avec vous dans des géométries subtiles et
qui parfois chantent et dansent avec vous sans que vous le sachiez. Vous
remarquerez que les enfants le savent lorsqu’ils jouent : c’est leur grand
pouvoir, car les enfants sont bien souvent les plus grands joueurs et leur
pouvoir de création – bien qu’étant en apprentissage – possède une vibration et
une énergie que beaucoup d’adultes ne savent pas conserver… Du moins, il en fut
ainsi jusqu’à maintenant, dans les temps que vous avez vécus, enfermés dans cet
archipel d’illusions qui a constitué ce que vous avez appelé votre espace
quotidien.

C’est
donc avec le plus grand sérieux que je vous parle de la nécessité de jouer,
mais ce sérieux vous invite à la plus extrême légèreté, car sans légèreté il ne
peut y avoir de Jeu. Disons que c’est une légèreté sage, une légèreté pensée, une
légèreté consciente et illuminée et non pas une légèreté frivole et factice. La
frivolité néanmoins peut être un chemin vers la légèreté. Donc ne la négligez
pas, lorsque vous êtes vraiment trop sérieux : cela peut être une ouverture
vers le véritable sens du Jeu et vers la véritable légèreté de son sérieux.

Pourquoi
est-ce que je vous invite à jouer avec autant d’insistance, me
direz-vous ? Parce que, à présent, cette activité est peut-être une des
rares qui ait un sens dans ce que vous êtes en train de vivre – qui n’a plus
grand sens, excepté de faire continuer un certain nombre de structures dans
lesquelles vous avez coutume de vous insérer mais qui n’ont plus grand sens
malgré ce que vous pensez. Je ne vous tiens pas rigueur de ce que vous pensez,
naturellement, cela est même assez amusant – mais je n’ai pas à me moquer de
vous, car je vous aime.

Ceux
d’entre vous qui pratiquent certains arts que l’on nomme à ce que je crois
théâtre, clown, mime (et d’autres dont je ne sais pas les noms) ainsi que bien
sûr l’art de la musique, avez le privilège de pouvoir pratiquer le Jeu dans des
conditions exceptionnellement privilégiées. Pardonnez-moi cette
répétition : je sais qu’il n’est pas de bon ton dans votre langage de
répéter les mots, c’est assez amusant, j’avoue, mais c’est assez joli… Il est
d’ailleurs des gens parmi vous qui jouent avec les mots et je les tiens en
grand respect.

Je
crains fort d’être ennuyeuse et cela ne me ressemble pas. J’ai juste évoqué vos
arts du théâtre pour vous inviter à comprendre un petit peu mieux cet aspect du
Jeu (mais que je ne vais pas développer car je me lancerais dans des théories
qui là seraient réellement ennuyeuses au regard de qui je suis.) Sachez néanmoins
pour conclure sur le Jeu qu’il s’agit d’un outil extrêmement puissant, et que
je vous invite en toute légèreté et en tout amusement à méditer sur son sérieux
et sur son pouvoir, immense en certaines occasions, de créer ce qui doit être
et devenir votre nouvelle Réalité, dont vous êtes les seuls créateurs. Là est
la raison de mes propos.

 

Je
souhaiterais à présent vous proposer une petite cascade, une pirouette… La
pirouette ou le retournement est un des moments essentiels du jeu : il
s’agit, dans un mouvement qui accumule de l’énergie et qui met tout sens-dessus-dessous
pour retomber sur ses pieds, de créer une multitude de possibles à nouveau.
N’hésitez donc pas lorsque votre jeu commence à vous sembler ralenti ou
routinier ou ennuyeux, à vous lancer dans une pirouette qui peut vous faire
entrevoir une autre direction ou qui peut simplement vous amuser et peut ainsi vous
rappeler que vous pouvez retomber sur vos pieds. La pirouette permet de balayer
tout ce qui est ennuyeux et tout ce qui n’a plus lieu d’être. C’est un
mouvement cosmique que vous ne connaissez pas en astronomie, mais qui au plan
subtil existe et qui a toute sa valeur.

J’emploie
le mot pirouette pour vous amuser mais il s’agit davantage d’un retournement.
Vous pouvez donc jouer en arrière subitement lorsque vous regardez en avant, ou
à inverser votre parole ou votre mouvement : vous serez surpris de
constater à quel point cela peut nourrir votre jeu et votre création.

Je
m’amuse de penser que certains d’entre vous sont peut-être surpris ou ennuyés
de mes propos et en cela je rejoins peut-être la forme d’humour de notre
bien-aimé et vénéré Ashtir, que j’aime tant.

Sachez
que votre cœur – pour revenir à des sujets qui peuvent paraître plus « sérieux »
– a la capacité de se retourner. Il s’agit là bien sûr de se retourner vers
l’intérieur. Il s’agit également (lorsque les émotions existent et fonctionnent
encore), de se retourner dans des changements rapides de sentiments et des
changements de perspectives, et des changements de vibrations : car le
cœur est votre plus grand instrument vibratoire et la subtilité de ses gammes
est infinie. Votre cœur donc, malgré certaines apparences, est un grand
instrument de Jeu, car c’est lui qui vous guide : c’est la vibration de
votre cœur qui valide la joie et la qualité de vie de votre jeu.

Je
me réjouis, mes chers Enfants, chers créateurs, chers joueurs en puissance, de
ces instants passés en votre compagnie, et j’aimerais petit à petit vous faire
entrevoir de mieux en mieux les étendues infinies des possibles que vous pouvez
parcourir et rencontrer à mesure que votre conscience s’éveille et se déploie
dans le paysage des multi-dimensions qu’il vous est peu à peu donné de
découvrir, de connaître et pour certains de parcourir. Je vous bénis, je vous
adresse toutes les perles et les gouttes de Joie et de rire de la musique de
mes bénédictions, et de mon plaisir à pouvoir jouer avec vous, et à vous faire
jouer avec moi. Ainsi en est-il.

Je
suis Eloha, votre Mère Créatrice, et je vous dis à bientôt.

via
Christine Anne K. le 10/10/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

L’Enfant Elohim – « Istirulwah » -n°1


La
vibration de l’être qui vous parle pourrait se nommer l’Enfant Elohim…

…Car
sachez que les enfants sont appelés à vous guider bien plus que vous ne les
guiderez : ils sont bien plus proches de nous, les Créateurs. Acceptez
ainsi d’être humbles et joyeux lorsque les enfants auront à vous montrer le
chemin, parfois à travers leurs jeux et à travers leur innocence, voire à
travers leurs crises de colère ou de joie.

Je
suis l’Elohim des enfants. Je n’ai pas encore de nom, du moins officiellement,
car je suis en apprentissage et la vibration de mon nom n’est pas encore
définitivement réglée. Il parait que cela vous gêne et que vous aimeriez que j’aie
un nom afin de consigner cela dans vos notes, ainsi que je le comprends : appelez-moi donc provisoirement   » I.s.t.i.r.u.l.w.a.h  »

Je
vous invite à vous pencher sur la vibration des enfants, car les enfants de la
Terre aujourd’hui sont un réseau, un réseau vibratoire lumineux où la vibration
circule d’une façon que vous ne soupçonnez pas. Bien sûr, pouvez-vous penser,
certains de ces enfants pourraient avoir pâti d’un grand nombre de pollutions
diverses, à la fois chimiques, électromagnétiques et plus subtiles. Néanmoins,
sachez que leur cœur contient de façon indestructible la clé qui leur permet ou
leur permettra d’ouvrir le réseau et de communiquer et de fonctionner de façon
groupale. Cela fait partie de leurs tâches de guides et d’accompagnants.

Ne
tombez pas pour autant dans la confusion qui consisterait à traiter ces enfants
comme des adultes. Cela les mettrait dans l’embarras et leur insufflerait des
bouffées d’ego non désirables. Vous avez, vous les adultes de la Terre, les
parents, les éducateurs, les grands-parents et le voisinage, à apprendre avec
humilité comment vous laisser guider – car il ne s’agit pas non plus d’être
complaisants et de laisser tout caprice enfantin se réaliser. Il s’agit d’être
à l’écoute par le cœur et d’être dans l’authenticité de cette communication du
cœur ; il s’agit de pratiquer la Vérité et la Simplicité ; il s’agit
de pratiquer l’Amour au quotidien et non pas uniquement celui de l’affection,
souvent possessive, des parents pour leurs enfants.

L’Amour au quotidien dont
il s’agit est d’une vibration beaucoup plus élevée : c’est une reliance à
vos Êtres, c’est une simplicité évidente qui vous relie les uns aux autres, dans
la tolérance, la Joie, la solidarité bien sûr, l’intelligence collective, la
bienveillance, et l’amusement parfois. L’amusement a souvent plus de valeur que
ce qui est très sérieux, avec les enfants, et vous devez le savoir.

Voilà
que je vous dis que je suis un enfant et que je vous parle comme un pédagogue…

Cela est la preuve pour vous qu’un enfant peut vous guider. Bien évidemment nos
jeux sont multiples, car c’est par le jeu et uniquement par le jeu que nous
développons tous nos apprentissages. Le jeu est création, le jeu est
auto-créant, le jeu est co-création : tout cela constitue la matrice de
base nécessaire au développement d’un être, au développement d’un groupe et
au développement de certaines constructions réalisées en groupe ou
individuellement.

Apportez
à vos enfants le soin que vous apporteriez à un vieux maître extrêmement
vénéré, pour qui vous avez la plus grande tendresse et le plus grand respect,
mais qui a besoin de vous pour assurer une partie de sa survie au quotidien.
C’est par le cœur que vous pouvez obéir à vos enfants et non pas, encore une
fois, par la voie des caprices et des argumentations. Obéir ne signifie pas se
soumettre : obéir, c’est simplement obéir aux lois du cœur et à la sagesse
du cœur et de la Lumière, telles qu’elles arrivent en toute pureté et sans
scories par le réseau du cœur des enfants incarnés sur la Terre aujourd’hui.
Certains d’entre vous les appellent les Nouveaux Enfants et vous avez raison.

Ne traitez donc pas les enfants comme des animaux de compagnie ou comme des
êtres stupides à qui il faut soit tout expliquer, soit laisser la bride sur le
cou lorsqu’ils créent quelque chose.

Les
enfants vous aiment. Les enfants n’ont pas besoin que vous leur achetiez des
monceaux de choses pour vous assurer leur amour. Bien évidemment, comme ils
aiment jouer, ils aiment les monceaux de choses, comme nous les Elohim nous
adorons les monceaux de choses avec lesquelles nous pouvons nous amuser,
bricoler, et inventer de nouveaux systèmes, de nouveaux êtres et de nouveaux
univers… Mais nous n’accumulons pas les choses par accumulation : nous les
employons et nous les transformons. Les enfants sont des transformateurs, si
vous les laissez agir. Ainsi, prenons l’exemple d’un enfant qui démolit son
jouet pour en faire autre chose : peu d’entre vous se rendront compte qu’il
s’agit d’une création.

Je
sais qu’il est chez vous une notion qui se nomme « l’enfant
intérieur » et que pas mal d’adultes cherchant l’éveil ont tenté de
pratiquer. Cela est très louable. Toutefois, il semble qu’il y ait un certain
nombre d’illusions qui se soient engluées autour de cette notion de l’enfant
intérieur telle que vous la pratiquez. Il semblerait que bon nombre aient
greffé, collé dessus des notions de psychologie un peu tortueuses, des
questionnements sur la souffrance qui n’ont rien à voir avec l’enfance telle
que je désire vous en parler aujourd’hui… Par conséquent, ceux qui penseraient
que recontacter leur enfant intérieur ainsi qu’il a été pratiqué, correspond au
chemin que je veux vous indiquer, ne doivent pas se mettre dans l’erreur.
Certes, il y a dans cet enfant intérieur la part d’innocence, de Joie et la Semence de Lumière pure qui vous fait, et là, recontactez-le. Si cela vous aide
à pratiquer le jeu, c’est encore une excellente chose. Mais ne cherchez pas
chez l’enfant intérieur vos souffrances passées, ne cherchez pas chez l’enfant
intérieur une fragilité, une vulnérabilité : cela n’est pas le chemin.
Cela appartient au domaine de l’auto-compassion qui vous a servi à travailler
sur vous pour vous libérer, à une certaine époque encore assez récente, d’un
certain nombre d’entraves créées par les entrelacs de mémoire et d’encodages
successifs qui vous voilaient en grande partie votre Être. Aujourd’hui cela
appartient au placard d’un passé dont vous n’avez plus besoin.

Je
vous invite donc à écouter le rire des enfants et à respecter leur voie ainsi,
encore une fois, que vous le feriez d’un vieux maître un peu fantasque, un peu
imprévisible, mais absolument adorable et que vous respectez plus que tout, dont
vous acceptez de temps en temps les bizarreries. Là est le chemin. Je précise
qu’il ne s’agit de vous laisser entraîner par des bizarreries, ne vous méprenez
pas. Je vous ai parlé de l’écoute du cœur et de la loi des cœurs : c’est
cela qui fait la qualité de l’écoute réciproque et non pas le fait que les bizarreries
soient bizarres. Quand je parle de bizarreries, il s’agit simplement de l’approche
– un peu déroutante pour certains d’entre vous – qui n’emploie pas les canaux
de votre raisonnement logique et pragmatique. Vous pouvez ainsi discuter avec
les enfants de certaines stratégies à adopter, et écouter avec votre cœur et
toute votre bienveillance tendre et votre vénération au vieux maître caché en
eux, leurs suggestions parfois étonnantes. Et n’hésitez pas à jouer en leur
compagnie plutôt qu’à les obliger à des devoirs, qui les privent de leur
vibration, bien souvent.

La
transmission entre nous étant d’excellente qualité -et cela grâce au réseau actif
des enfants- je vous propose si vous le désirez la possibilité de poser quelques
questions, auxquelles je me ferai un honneur de vous répondre.

 

Le terme enfant :
cela englobe ces êtres jusque vers quel âge ?

Très
bonne question. L’âge où la puberté commence est déjà un portail où l’enfant
change, mais la qualité d’enfance peut demeurer encore, cela dépend de l’étincelle
qui est en eux. Par ailleurs, ceux que nous appelons et que vous appelez les Nouveaux Enfants de la Terre ont commencé à descendre en incarnation voici… je
ne sais pas le nombre des années, mais certains d’entre eux sont des adultes
actuellement. Tant que ces adultes ont conservé la pureté et leur étincelle de Nouveaux Enfants – certains d’entre eux sont des parents d’ailleurs -, nous les
considérons comme des accompagnateurs. Mais mon propos a surtout concerné les
enfants les plus jeunes, c’est-à-dire ceux dont le corps n’est pas encore en
train de les emmener vers davantage de poids. Je ne sais pas à vrai dire parler
en termes d’âge… Cette notion m’échappe encore en grande partie, à mon niveau,
car nous les Elohim gardons cette vibration d’enfant quel que soit notre âge. Chère
amie, je ne saurais pas mieux répondre à ta question et je m’en excuse.

S’il
n’est pas d’autres questions, je vais vous saluer et je vais laisser celle que
vous connaissez et qui se nomme Eloha, vous adresser ainsi qu’elle aime le
faire quelques notes de sa harpe et de ses mots.



via
Christine Anne K. le 09/09/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°5


Eloha
je suis, et je me réjouis de la sagacité de cet enfant qui n’a pas de nom et
qui en a créé un pour vous.

Les perles que cet enfant produit par ses paroles coulent
de façon incessante par les paroles et par le rire de tous vos enfants. J’adore
jouer avec eux. Nous aimons l’eau, nous aimons les jeux, nous aimons les rires,
nous aimons les galipettes, nous aimons chevaucher notre imagination et créer
des mondes. Ainsi il m’arrive de jouer avec les enfants et de leur donner
quelques « trucs ». Je me réjouis toujours de ces occasions. Nous
faisons des cercles que vous appelez des rondes.


Je
vous invite – en ces temps qui sont très réduits pour votre forme de vie – à accepter
les paroles de cet enfant Elohim et à les conserver en mémoire, car elles vous
seront très utiles, très indispensables et très illuminantes.

J’en appelle à
tous les enfants de la Terre à éclairer, guider et accompagner tendrement leurs
parents et leurs aînés dans les rires, la joie, les galipettes, les intuitions,
les chemins amusants – qui sont les meilleurs quelquefois -, les tintements de
la voiex du cœur et les étincelles des yeux qui jouent les uns avec les autres.
Il y a des messages dans ces étincelles : jouez à les entendre, jouez à
les produire, jouer à les échanger.


Que
la Beauté vous porte, que la Joie ne vous quitte pas, que le rire demeure, que
l’étincelle de vos yeux jaillisse et scintille, que vos doigts pianotent
gaiement des notes de musiques subtiles ou réelles, au lieu de se serrer, voire
de se ronger.

Je
vous salue tendrement, moi Eloha, Mère Elohim, dans la Joie, la Beauté, la
légèreté et la toute-puissance de ce qui se crée en tout instant.

via
Christine Anne K. le 09/09/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°4


Aujourd’hui
les paroles, mes Aimés, seront à l’image des perles. Leur brillance, leur
délicate contenance nous permettront de jouer la musique des mots et celle de
ce qu’ils disent. Voyez, je m’habitue à votre forme de langage… Je suis Eloha,
votre Mère Elohim, et je ne cesse de jouer la création qui est le jeu le plus
puissant, le plus sage, le plus délicat, le plus gracieux entre mes mains.

 

Naturellement,
je n’ai pas de mains comme vous en avez, mais je sais égrener les sons de ma
harpe : vous pourriez appeler cela des multi-doigts. Ainsi, je m’amuserai
volontiers à lancer les perles des mots, afin de réaliser dans le jeu et la
musique une architecture de paroles, de sons, de beauté et de concepts.


Qu’en
dites-vous ?

Voyez : je m’amuse à parler comme vous !


..Entre les autres
Elohim qui vous ont parlé et moi, ne voyez pas tant de différence, et cependant
nous avons chacun un registre – registre musical, vibratoire, registre de
formes, registre de nos joies, de nos envies, envies de créer telle ou telle
forme ou tel ou tel monde –  toujours
dans le Service absolu de notre Source bien aimée dont nous sommes les
serviteurs et les employés, doués de toutes nos capacités.

 

Ce
que j’aimerais aujourd’hui jouer, avec les perles de votre langage parlé, serait
une architecture de formes et de sons destinée à vous faire oublier la rigidité
des structures de votre mental et des impasses logiques dans lesquelles parfois
vous vous complaisez… Mais je ne souhaite pas vous mettre en difficulté : je vais
donc jouer avec modération et je n’irai pas au plus fort de mes capacités en ce
jeu.


J’espère que vous saurez m’y accompagner, car je vous invite par là à
déployer vos propres ressources de créateurs; car même si vous n’aviez qu’un
mot à créer, vous accomplissez là une tâche sacrée, si ce mot est au service de
la Lumière et de la Source. Comprenez-vous cela ?

Toute création se doit,
pour être vibrante et juste, de refléter intégralement la vibration originelle
issue de la Source et à laquelle nous donnons forme et intention, dans la plus
grande liberté et avec l’usage de notre intelligence.

Notre intelligence n’est
pas un intellect, car un intellect ne nous permettrait pas de faire notre
travail de créateurs, nous les Elohim. Ainsi, ne vous réfugiez pas dans votre
intellect lorsque la création vous prend…

 

La
Source est intarissable : la cascade des mots se produit, les gouttes du
verbe se déversent et s’organisent dans leur écoulement, où le chant de la
source, cascade, ruisseau s’amuse à moduler ces petites chutes dans une forme
que l’eau crée elle-même sur la commande des sons, car ce sont les sons qui
engendrent non seulement le bruit de l’eau que vous entendez avec vos oreilles,
mais les formes que prend l’eau, les choix dans son cheminement de ses mouvements.


Voici là ma première petite architecture : cette cascade de mots et d’eau
mélangés dans laquelle votre mental ne saurait se retrouver. Je ne cherche pas
néanmoins à vous égarer ni à vous rendre fous, cela n’est pas mon but, car ce
serait un but de destruction -je ne suis pas de ceux qui travaillent la
destruction-.


Je vous invite en cela à pénétrer les arcanes musicales qui en
vous-mêmes peuvent apprendre à se déployer, afin que vos mots, vos paroles,
s’enrichissent : dans un premier temps en vibrations subtiles de par la Joie que
vous pouvez avoir intérieurement en les disant. Dans un deuxième temps, vos
mots et vos paroles pourraient s’enrichir de tonalités musicales légères. Cela
veut dire que, d’une certaine façon, vous pourriez les chanter un peu plus.

 

Souvenez-vous
que tout cela n’est que Service, et non pas fantaisie…Il est certain que la
fantaisie peut être un petit morceau de l’exercice, pour relâcher vos structures
rigides : à ce niveau là, la fantaisie a sa place un tout petit moment, mais
elle n’est pas le but, et elle n’est même pas le moyen ni la forme. Elle n’est
qu’une petite clé, utile à certains et superflue pour d’autres…


Ainsi donc la
parole, les sonorités des mots que vous employez et des mots que vous pourriez
créer participent de cette architecture sur laquelle aujourd’hui nous jouons.
Bien sûr, comme vous êtes silencieux autour de nous, l’interaction ne peut être
entre nous qu’intérieure.

 

Je
vous invite à aller au bord du ruisseau et à repenser à ce jeu que je viens de
vous proposer, au bord du ruisseau, dans le chant du ruisseau, où votre honte
(si stupide parfois) ne pourrait vous empêcher de lancer quelques mots sans
risquer qu’ils soient entendus par des personnes dont les oreilles ne vous
satisfont pas. Vous pourriez donc dans ce ruisseau jouer à entremêler les mots
avec l’eau, ainsi que j’ai tenté de vous l’indiquer dans ma petite histoire de
cascade, si jolie, et si limitée par la limitation de vos mots.


Cela vous
exercerait à déployer dans la chatoyance des mots et de votre voix certaines
perles qui ainsi prendraient forme, et s’ajouteraient aux grands bols de perles
dans lesquels moi et vous pouvons puiser pour nos jeux…


Nous créons ensemble
votre nouvelle Terre, il ne s’agit pas de futilité ni d’exercice vain.


Imaginez
que ce bol de perles est déjà bien rempli et qu’avec vos doigts vous pourriez
les faire rouler, tinter, glisser et que chacune de ces perles aura la capacité
d’être un mot ou une parole; mais qu’au lieu de s’agencer d’une façon stricte
comme votre langage a besoin de le faire, elles peuvent s’agencer autrement
: non pas de façon anarchique ni chaotique – car cela n’est pas notre façon de
créer – mais simplement d’une nouvelle façon, dont les lois géométriques et
musicales sont plus larges, plus complexes, plus vibrantes, plus riches, plus
intégratrices de tout ce que les multi-dimensions dans leurs communications
avec votre nouveau monde peut donner et recevoir.

 

Sachez
que vous apprendrez de plus en plus à communiquer par la vibration pure, mais
la vibration pure peut être comme une architecture de perles. Les sons s’orchestrent
et se combinent en cascades ou en géométries pour constituer…(petit silence).. Je ne trouve pas
le mot pour dire dans votre langage ce que je souhaitais vous faire entrevoir; nous pourrions donc créer un nouveau mot pour cela : disons des « perlifications ».
J’ai choisi ce mot parce que le mot perle est à la base de ce que je tente de
vous faire entrevoir aujourd’hui.


« Perlification » désignerait non
pas réduire quelque chose à la forme d’une perle, mais au contraire déployer
une architecture de perles différentes en une forme harmonieuse et créatrice de
sens, afin de créer de la communication intelligente, voire de la beauté, et d’insérer
cette communication intelligente dans une harmonie – l’harmonie des sphères,
diriez-vous, dans le langage de vos poètes et de votre philosophe Pythagore… Pythagore était l’un des nôtre, je crois, et nous avons joué avec lui de
maintes façons et pour le plus grand bien de ses œuvres en votre Terre.

 

Mes
propos pourraient vous sembler décousus, mais j’ai décidé aujourd’hui, comme je
vous l’ai dit, de jouer avec votre langage. Dans ce cas les mots s’échappent
dans des directions différentes, de même que les perles lorsqu’on laisse tomber
le bol. Toutefois aucun bol n’est tombé -car si le bol tombait ce ne serait
pas un accident, mais simplement une étape dans le jeu de création.


Ainsi je
vous laisse mes perles et je vous invite à créer les vôtres. Le propre des
perles étant de rouler, elles peuvent circuler dans différents canaux, se
rencontrer, se séparer; elles peuvent enrichir votre vocabulaire. Allez au bord
de la rivière et jouez près de l’eau de la perlification dont je vous ai parlé.
Cela n’est pas une obligation pour ceux qui n’y voient aucun intérêt : cela s’adresse
à ceux qui y trouvent un sens et une joie!


Vous avez quoiqu’il en soit à
développer des formes de langage qui actuellement n’appartiennent pas encore à
votre langue et à vos méthodes de communication. C’est pourquoi je vous invite
à vous rappeler qu’il y a des règles de création subtiles et joyeuses et non
pas seulement des impératifs techniques, raisonnés, et des structures vides.

 

Je
vous remercie d’avoir accepté ce petit jeu de perles et je vous invite à la
légèreté, à l’humour, à la déridation de vos fronts et à la pétillance dans vos
yeux lorsqu’ils se regardent les uns les autres. Je vous invite à trouver dans
vos cœurs la justesse et l’harmonie indispensables à toute œuvre dans vos
nouvelles formes de vie.


Ne commettez pas l’erreur de considérer que mes propos
ont été une sorte de toile d’araignée mentale, mais bel et bien un élargissement
dans le cœur de vos capacités, que l’image de la toile d’araignée dans sa
magnifique géométrie subtile peut vous servir à intégrer, si jamais elle vous
est utile.

 

Je
vous aime, je vous dis à bientôt et je vous invite à ne jamais oublier la
Grâce, l’harmonie, la Joie dans la création et dans la Joie des créatures. Je
suis Eloha, je vous ai parlé et je me retire.

via
Christine Anne K. le 13/08/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°3

 


En ce jour de fête des lumières et
des couleurs et des triomphes, réjouissez-vous, vous tous, aimés, vibrants,
enfants de la Source et du Soleil.

 

Me voici, Eloha, créatrice des
univers dans lesquels votre eau s’insère aussi harmonieusement que la goutte
d’eau qui fait prisme parmi les autres dans la rosée du matin. Les eaux se
déploient cristallines, fugaces et joyeuses, frissonnantes, torrentielles, et
se déversent dans la joie de leur vibration-chant, afin de purifier et de
nourrir chacune de vos cellules et tout ce qui en vous, subtilement et non
seulement matériellement, se réjouit de la montée des eaux. Ce sont les eaux de
l’Amour.

 

Je peux créer des quantités d’eau, car
j’aime jouer avec cet élément, ainsi qu’avec les autres. Les miroitements de
l’eau tels que je te les ai montrés sont une source infinie de vibrations et de
géométries de Lumière qui te restituent les liens originels avec la création de
ton Etre et la pureté des eaux qui te constituaient à l’origine.

 

Jouez et dansez avec les eaux en
cette période où le feu et le feu de la Terre ainsi que le Feu du Ciel sont
tellement sollicitants, au travers non seulement de vos corps physiques mais de
l’ensemble des corps qui vous constituent. Admirez le pouvoir des eaux de se
défaire et de se refaire, d’épouser toutes les formes, de faire chanter la
moindre pierre sur leur trajet. L’eau accueille et épouse la forme de vos corps
lorsqu’elle vous reçoit en ses lacs, en ses bassins, en ses cavités en lesquelles
elle aime à se glisser. Ce sont les eaux matricielles dont je vous parle, car
ainsi que Marie vous l’a dit, il y a naissance, et toute naissance est une fête
des éléments; et les eaux primordiales sont ce qui accueille le passage de
l’Etre dans son incarnation ou sa naissance.

 

Je suis Eloha, je suis celle des
Elohim qui a créé chaque goutte d’eau de ce qui vous constitue, et dans chacune
de ces gouttes d’eau, j’ai mis tout mon Amour, toutes les informations les plus
ravissantes et les plus subtiles qu’il m’a plu d’introduire de Beauté, de jeu,
d’éducation, de sagesse. Vous êtes reliés les uns aux autres, à l’infini, par
cette eau qui vous constitue et qui fait que vous êtes Un. L’eau de chacun a
défini sa propre vibration, certes, mais l’eau de chacun appartient au grand
flux de l’Eau Unique. Cet élément vous reçoit et vous invite aujourd’hui dans
sa plénitude, et actuellement véhicule de nouvelles informations qu’il vous
importe d’accueillir, d’engrammer, d’être, afin que vous puissiez jouer avec
ce que vous êtes en train de devenir, de naître, ce que vous êtes appelés à
être dans votre nouvel Etre.

 

Il n’y a pas remplacement d’une
vieille eau par une nouvelle eau ; il y a simplement danse des eaux et,
avec les sons de ma harpe, j’informe de nouvelles mélodies l’ensemble de ces
eaux qui sont les vôtres. Je fais mon travail, je sers et je crée en toute
simplicité. Il vous appartient ensuite de jouer avec ce qui vous est donné
comme matière, comme énergie, comme enveloppes subtiles, afin vous-mêmes d’être
créateurs dans la ou les dimensions auxquelles vous appartenez et dans
lesquelles vous avez le pouvoir de circuler, de jouer, d’être et de travailler.
La créature continue de créer ce que le Créateur a engrammé…

 

Nous pourrions aussi parler de
l’élément feu, lequel vous constitue tout autant que les autres. Le feu et
l’eau s’aiment ; aucun des deux ne détruit l’autre, à la différence de ce
que vous croyez percevoir dans votre limitation encore actuelle. Le feu est
l’ami de l’eau, le feu aime faire exister l’eau, de même que l’eau aime jouer
avec le feu. Il ne m’appartient pas aujourd’hui de vous expliquer le feu, car
vous avez à le vivre, tout simplement. Chacune de vos cellules est actuellement
soumise au feu, mais rappelez-vous simplement que le feu est l’ami de l’eau.
Ainsi le feu, qui s’adresse à l’eau de vos cellules, les informe par la
Lumière, entre autres choses…

 

Ecoutez chanter l’eau, nourrissez
votre corps des eaux les plus pures, et les plus joyeuses et vivantes que vous
puissiez consommer. Il vous est possible de créer vos eaux… A partir d’une eau
matérielle qui a perdu ses qualités de pureté, de vie et de joie, vous pouvez
créer une eau vivante, joyeuse et pure, par le feu de votre lien à la Lumière,
par la Joie de votre Cœur, par votre demande et par votre jeu créateur. Ainsi
l’eau que vous pouvez boire peut être jouée comme une harpe par vous.
Profitez-en, faites-le, sachez-le, expérimentez-le, et jouez. Jouez non pas
comme l’imbécile qui joue à des jeux stupides, mais jouez comme le musicien,
jouez comme l’acteur du grand drame cosmique qui sans cesse se joue, se rejoue,
se déjoue, se sur-joue et se déploie, se surmultipliant, s’expansant, se
contractant, se retournant sur lui-même et se riant dans les rires de la
Source.

 

Le jeu de la Source est le plus
pur, le plus infiniment grandiose, intégral. Le jeu de la Source, bien que se
déployant en une infinité de directions, de formes, de mouvements et de
directions, est Un. Ainsi, il est une forme de jeu qui n’est autre que le chant
de l’Unité et c’est celui-là que je tente de vous transmettre à travers ces
visites et ces paroles. Il importe en effet dans votre actuelle transmutation,
que votre pouvoir de jouer vers l’Unité et dans l’Unité déploie ses
innombrables dons et facettes, afin que vous puissiez rejoindre la symphonie
des univers dont vous êtes, ainsi que je vous l’ai dit, chatoyants tels les
microscopiques gouttes de cette eau cristalline que je crée par mon chant d’Amour
vers la Source. Amen

 

Soyez en Joie. Je me réjouis de ces
visites. Je me réjouis de voir vos évolutions. Je me réjouis de votre
renaissance telle qu’elle est appelée à se produire. Nous sommes Un. Je vous
adresse tout mon Amour.

 

Eshtananda
vous fait savoir qu’il viendra à 18h demain.

 

 

 

via
Christine Anne K. le 14/07/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Orionis n°6 + Dauphins de la Terre

Enfants de la loi de l’Un, bien-aimés
frères et sœurs de la Terre, vous recevez toute notre attention en ces temps de
changement et de Joie qui s’annoncent.


Ne vous laissez pas abuser par les
fausses interprétations de ce qui est en train de se produire, quels que soient
les niveaux de conscience qui se côtoient parmi vous, dans vos vies, dans votre
travail, dans votre âme, dans votre intimité et dans votre Etre. Le seul et
unique chemin est celui de votre Etre : il n’y a pas de chemin extérieur à
celui-là. Il n’y a pas de chemin qui soit l’apanage d’une autre personne qui
chercherait à vous le montrer. Il n’y a que vous avec vous-même.

 

Ainsi que la Divine Marie vous l’a
exposé et vous l’exposera encore, l’horizon c’est vous, et la seule demeure à
laquelle vous pouvez aspirer est celle de votre Etre. Il n’y a pas d’autre
voie. Cette voie est une voie d’Amour, de simplicité, de Lumière. C’est le
chant de l’âme qui vous guide, ainsi que parfois vous l’entendez siffler en vos
oreilles physiques. La vibration qui s’installe en votre cœur, de plus en plus
souvent accompagnée ou non de ce chant de l’âme, est ce qui vous guide, à nulle
autre exception.


Ne vous étonnez pas parfois d’être, disons, déstabilisés par
certaines impulsions : cela – si ces impulsions viennent avec la vibration du
cœur -, cela est la voie, la voie de la Vérité, la voie de votre Etre.
Néanmoins la voie de votre Etre n’est pas un chemin solitaire. Ce n’est pas un
chemin de l’individualité. Vous cheminez en effet – ainsi qu’il vous l’a été
enseigné maintes fois – vers l’Unité et la Conscience Unifiée de tous, de vous
tous, avec nous, avec les multi-dimensions et la Source. -Tout ceci vous a déjà
été dit, en d’autres occasions-.

 

Vous êtes donc appelés, dorénavant,
à suivre cette voie, et nulle autre préoccupation ne devrait s’imposer à vous
hors cela. Sachez être lumineux, ouverts, joyeux comme l’enfant qui s’élance
vers son horizon de Lumière, celui où il sait qu’il va trouver tout ce qu’il désire.
C’est là que votre Mère Divine vous attend ainsi qu’elle l’a dit, ces derniers
jours et d’autres fois, ainsi qu’elle n’a cessé d’être pour vous dans toute sa
Joie, son infinie patience et sa Beauté. Il est temps pour vous maintenant
d’aller vous unir à cela. L’ensemble de la Confédération Galactique est à vos
côtés dans cette Joie et ces tressaillements de votre libération tant
souhaitée. N’hésitez pas.

 

Je suis Orionis-Melchisedek.
J’appartiens aux multi-univers et ma forme est si vaste dans sa Lumière et dans
son champ, ainsi que dans l’intelligence qui la traverse et y circule, qu’elle
ne peut qu’être entièrement au Service des multi-univers et de la Source – et, en ce jour et en ces paroles, à votre Service.

 

Nous avons décourbé le temps, nous
avons dissipé les voiles, nous avons disposé les flottes intergalactiques, les
vaisseaux de Lumière, les vaisseaux géants et celui de Marie, tout autour de
votre petit système solaire. Votre planète est l’objet de notre attention la
plus aimante et la plus scrupuleuse en ces temps. Rien ne sera épargné pour que
s’achève et se réalise ce qui est tant souhaité : la transmutation de vos
Êtres et de cette planète en leur véritable nature, de Lumière, de Joie,
d’Amour et d’Unité.

Ne craignez pas les faits, les événements, les taches
solaires, les retournements, les cataclysmes, petits ou grands. Tout cela
participe de la Joie du retour vers votre Etre. C’est ainsi que vous conduiront
la voie du cœur, de la Joie et de la vibration, et non celle des erreurs et des
illusions que certains tenteront de vous proposer comme issue. Il n’y a pas
d’autre issue que votre Joie.

 

Sachez qu’actuellement, le pétrole
qui se déverse entre mer et terre, est Joie. Votre planète se libère et ainsi
elle chante sa Joie. Vous pourriez comparer cela à ce qui est perte des eaux
dans le processus de naissance, au niveau de vos corps physiques humains. Les
eaux de la planète se mêlent à ses liquides intérieurs. Ainsi en est-il, ainsi
s’accomplit la prophétie de l’Apocalypse du bien-aimé Jean. Ainsi
s’accomplissent d’autres prophéties. Soyez donc en Joie : la naissance est
proche. Préparez vos intérieurs à cette naissance. Chacun de vous sera l’enfant
à naître. Mais vous ne serez plus séparés, ni les uns des autres, ni les uns ni
les autres de la Source, ni de tous les êtres infiniment nombreux qui peuplent
les autres dimensions et les multi-univers. Dans cette naissance, vous serez
accueillis avec la plus grande des Joies et le plus beau des recueillements.
N’hésitez pas à vous engager dans le canal qui se présente à vous pour naître.
Il ne sera que douceur, Amour, effacement des peines, révélation de vous-même
par vous-même.

 

Alors vous aurez pleine possession
des potentialités infinies de votre Etre, alors vous ne ferez qu’Un avec notre
bien-aimée Source, et vos consciences ne seront plus fragmentées. La Conscience
Une vous enveloppera et chacun de vous y chantera sa partition, celle que de
tous temps vous avez été appelés à chanter et que dès à présent vous chantez
déjà sans parfois vous en rendre compte…

 

Je vous salue, au nom des forces
des multi-univers, au nom de la Lumière de Melchisedek et je vous dis :
« Allez vers l’Un », avec tout notre Amour.

 


Les Dauphins de la Terre

 

Nous avons le bonjour du peuple des
Dauphins qui disent :

 

« Il nous plait d’échanger
avec vous.

Il nous plait de ressentir
l’élévation de votre conscience, nous qui avons été si longtemps gardiens d’une
certaine vibration sur votre planète.

Il nous plait de jouer avec vous,
non plus seulement dans les piscines et dans les vagues, mais dans ces
rencontres plus subtiles.

Il nous plait d’apprendre de vous
comment vous cheminez dans cette expansion qui est la vôtre. (nous ne savions
pas comment vous feriez…).

Il nous plait d’être vos frères.

 

Sachez que la pollution des mers
que vous connaissez nous réjouit.

C’est le signal de Joie que nous attendions
depuis bien longtemps. Nos paroles concernent bien sûr l’expansion et le
déversement du sang de la Terre dans la mer; nous ne parlons pas ici des pollutions
industrielles.

Il est une grande Joie des éléments et de la nature à se mêler
ainsi dans cette danse. Nous savons que cette Joie peut vous paraître étrange,
voire choquante… Si vous ne la comprenez pas, vous n’avez pas à la comprendre,
elle ne vous appartient pas. Sachez simplement qu’elle peut vous apporter un
peu de paix et contrecarrer les peurs qui vous sont transmises au sujet de ce
qui se produit. »

 


Nous pouvons tenter de répondre à
une ou deux questions concernant la nature, telle qu’actuellement elle vous
surprend…

 

Par
rapport aux éléments que nous connaissons, le pétrole qu’est-ce-que
c’est ?

 

Chère sœur, le pétrole est un
liquide organique. Le pétrole n’est pas un élément. Dans le pétrole, tu trouves
un composé de l’élément terre, de l’élément feu, de l’élément eau, ainsi que de
l’élément air lorsqu’il se décompose en gaz volatiles. Ainsi que toute création
sur cette Terre, organique et vivante, l’ensemble des éléments s’y conjuguent
en de multiples combinaisons.

 

Les
pluies et les vents abondants que nous connaissons depuis quelques semaines,
dans une période pourtant presque estivale, sont-ils le signe d’une
purification ? Les éléments ont-ils été libérés de la matrice ?

 

Chères sœurs et frères, réjouissez-vous de la
danse des éléments. Amusez-vous le leur liberté. Ne vous accrochez pas par
conséquent à vos habitudes saisonnières, cela est de si peu d’importance… Une
naissance ne peut se produire sans qu’il y ait de la danse, de l’agitation, de
l’intensité, des contractions. Ainsi, acceptez avec Joie et avec jeu les
multiples changements de temps. Les vents s’amplifieront sans doute et
cependant vous laisseront en paix lorsque vous le demanderez. Les pluies sont
nécessaires car il y a beaucoup de feu…Et il y a interaction entre l’eau et le
feu  : dans la descente des éléments, l’eau est issue du feu.

 

Amusez-vous ainsi que nous nous
amusons. Ne vous attristez pas de ces revirements d’humeur climatiques. Rien ne
doit vous attrister aujourd’hui, chère sœur.

 

Quelles
sont les relations entre les dauphins et les esprits de la nature ?

 

Nous sommes tous au Service, chère sœur.
En cela nous partageons nos tâches et nos joies.

Les esprits de la nature (du
moins une grande partie d’entre eux) et nous, n’appartenons pas à la même
dimension. Néanmoins, considérez-nous comme une fraternité.

N’hésitez pas à
jouer avec les esprits de la nature, ainsi qu’avec nous : cela est aussi
le chemin. Jouer signifie ici s’amuser, créer, être, être ensemble sans attente,
sans relation de pouvoir, tel que vous les humains avez tant pris l’habitude de
croire que vous en aviez sur la nature…

 

Frères et sœurs nous vous saluons, avec toute notre bienveillance et notre Joie.




via
Christine Anne K. le 18/06/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha n°2 + Dauphins de Sirius





Le canal établit le contact en faisant vibrer des sons…

 

Que la voix de ce canal se fasse la
route que j’emprunterai au travers des sons.

 

Je danse les sons. Eloha je suis,
danseuse tournante et paisible, immobile, tournante, relevante… Les mots de ma
danse n’appartiennent pas au lexique que vous employez et j’en suis, non pas
ennuyée, car je ne connais pas ce mot, j’en suis étonnée et mon étonnement est
un rire.

Que les perles de mon rire viennent
jouer à vos oreilles. Ainsi se fait la création des sons. J’égrène les perles
que ma bouche chante et danse dans l’infinité des mouvements qui se jouent et
se dansent autour de moi, par moi.

 

Aujourd’hui, je ne suis que jeu et
perles.

Je vous lance mes perles. Attrapez-les, ou ne les attrapez pas, mais
jouez avec moi.

Les perles dont je vous parle dépassent en beauté ce que vous
pouvez concevoir dans les représentations qui constituent votre dictionnaire d’images
et de sensations. Ne vous arrêtez pas à ces limitations et jouez avec moi, car
notre jeu est tout-puissant.

Ainsi se crée ce que nous avons à créer vous et
moi.

Riez, dansez, allumez vos lampes, chantez les fluides qui sont en vous et
autour de vous.

Créez les fluides en les chantant : ainsi se propagent les
sons comme l’eau se propage, disséminant la vie. Ainsi vous pouvez disséminer
par le rire et les chants ces eaux si légères et rieuses que je vous instille
dans notre jeu.

Sachez que je suis la plus grande joueuse de sons, de formes,
de matrices neuves et embryonnaires, sans cesse en mouvement. Je ne m’arrête
pas.

 

Vous êtes, vous êtes la joie de mes
perles, vous êtes ceux pour qui parfois je les fais rouler. Je suis votre
diseuse de perles et vous êtes ceux qui disent, ceux qui perlent. Et je vous
retourne car je joue, ne l’oubliez pas. Je vous fais rouler dans mes paroles
aujourd’hui, en ce jour : cela est le jeu de cet instant.

Dansez. Que dansent en vous les
perles, les sons, les joies et les fluides, les petits jeux que j’invente à
votre intention ou bien à celle d’un autre univers.


Ne croyez pas que je sois
futile : mon jeu n’est que service. Je remplis ma fonction, je réalise ce
que je suis. La joie de ma tâche est sans fin, ses possibilités également.

Néanmoins,
je ne vis que dans la simplicité et l’humilité au regard de ce que j’accomplis.
En cela, appelez-moi une travailleuse, bien que ce mot ne puisse que me faire
rire : il appartient à la vision si étriquée que, encore aujourd’hui, vous
avez à partager dans cette matrice malheureusement si limitée depuis si
longtemps.

 

Sachez que mes perles, celles que
je fais rouler, celles que j’engendre, ont pour matière et seule matière l’Amour,
qui est aussi Lumière et Vérité. Viennent également les éléments avec lesquels
j’interagis.

Ainsi il y a ce que vous appelez Terre, il y a Eau, il y a l’Air
et le Feu, il y a la vibration que vous intitulez parfois Ether. Nous jouons
beaucoup ensemble – alleluiah ! – ainsi que je vous ai vues jouer au bord
de la rivière il y a si peu de temps, en ce jour.

Réjouissez-vous de la danse
des éléments, par exemple dans cet orage qui s’approche de vous dans l’instant
et le lieu où vous êtes. Dans cette danse des éléments, puisez l’énergie de
votre part créatrice.


Ainsi nous jouons vous et moi.

 

…Nouveaux
sons vibrés par le canal…

 

Ne vous intéressez plus à l’adulte
que vous êtes. Quittez-le comme une vieille enveloppe. Ne l’utilisez que pour
certaines tâches, si vous tenez à le maintenir encore, dans un petit jeu. Mais
soyez les grands joueurs que vous êtes.

Jouer, me dit-on, signifie créer, et
non pas passer le temps de façon futile.

Jouer est une énergie fluide dans
laquelle n’intervient pas le moindre calcul, ni la moindre tergiversation.
Abandonnez les tergiversations, ainsi que votre manteau usagé d’adulte fatigué.

 

Je suis Eloha, un octave ou deux
au-dessus de Marie, bien qu’il n’y ait ni dessus ni dessous, ni avant ni après,
ni plus ni moins. J’interviens – ainsi que je l’ai déjà dit – dans la
préfiguration des formes par les sons et les jeux de Lumière, de Joie, des
éléments, et du plaisir de la Source à se déployer en ses innombrables,
infiniment multiples facettes, éclats, gouttes et manifestations.

 

Je vous salue.

 

Vous aurez la visite d’Eshtananda d’ici
deux jours, comme vous le savez. N’attendez pas d’autres visites de nous, les
Elohim, en ces jours qui viennent.

 

 

Les
Dauphins de Sirius se présentent :

 

…Vous avez le salut des Dauphins de
Sirius, qui se réjouissent du temps que vous traversez… si bref à présent.

 

Ne vous méprenez pas sur ce que
vous avez à faire ou à ne pas faire.

Soyez simplement et jouez, ainsi qu’Eloha
vous l’a proposé.

Soyez légers, ne vous attardez pas à penser que vous avez des
affaires à régler. Cela est de fort peu d’importance et n’appartient qu’aux
ultimes jeux que vous avez si savamment élaborés dans votre dimension. Soyez
donc les joueurs joyeux, libérés de votre manteau d’illusions.

 

Acceptez que vos corps se
réduisent, si l’on peut dire, à de simples jouets. Ainsi serez-vous allégés, et
consacrez-vous – ainsi qu’il vous l’a déjà été dit à de maintes reprises – à la
Joie intérieure qui vous envahit de plus en plus et à la certitude de cette Joie,
qui est la seule réalité qui ne s’évanouira pas – du moins en ce qui concerne
ce que vous appelez réalité encore aujourd’hui.

 

Que la perfection de cet instant ne
vous quitte pas. Qu’il en soit ainsi.

 

 

(Une
session de questions/réponses nous est ensuite proposée)

 

J’accepterai de répondre à une ou
deux questions si jamais il y en avait…

 

Je
suis la proie depuis quelque temps d’une agitation sans objet, d’une incapacité
à me centrer, à méditer, à retrouver cette joie, cette paix, qui s’habitent
pourtant de plus en plus souvent. Merci de m’éclairer.

 

Sœur terrienne, tu parles de la
joie et la paix qui t’habitent de plus en plus souvent, donc où et ta question ?

 

C’est
que je les ai perdues, que je ne comprends pas pourquoi et que je ne parviens pas
à les rétablir, à retrouver ce centre…

 

Nous te dirions volontiers, sœur :
« Allonge-toi et fais le dauphin. » C’est ce que nous savons faire.
Le dauphin agite et fait onduler son corps et rit. Le dauphin est sage, le
dauphin est relié à la Source, le dauphin n’administre pas les affaires. Retrouve
le jeu dans ce que tu fais, guide-toi sur la dimension du jeu, en espérant que
cet avis, bien lointain, puisse t’aider.

 

Chère sœur, tu as tout notre Amour
et notre Joie. Nous nous rions de toi, car tu sais bien que tu n’as pas perdu
le contact.

 

Pourquoi
je ressens autant de difficulté à me relier à la Source ?

 

Quel est la part de ton mental,
chère sœur, dans la pensée de cette difficulté ? Est-ce que la Source te
semble si lointaine, toi qui pourtant semble aussi outillée de conscience ?
Peut-être t’es-tu en quelque sorte égarée dans divers plans de conscience à
travers lesquels tu es amenée à voyager pour remplir les tâches qui te sont
allouées… Il importe que l’axe de ta reliance à la Source fasse l’objet par toi
d’une sorte d’élagage, afin qu’il apparaisse et soit maintenu visible, lisible,
perceptible et audible. Tu peux t’accorder un peu de temps pour cela. Il ne
nous appartient pas de te conseiller sur la méthode car de nombreuses méthodes
existent et en même temps la seule voie passe par votre cœur.

Il se pourrait que ta reliance à la
Source n’ait pas d’autre forme que le fait de ton corps, de ta voix, aussi étrange
cela puisse-t-il paraître.

Si c’est à un niveau subtil que tu ne touches pas ta
reliance à la Source, sache que cela est temporaire. En effet, il semble que
ton travail t’oblige à certains renoncements par moments. Mais ne perds pas
espoir ni confiance, et ton amie ici présente, par la voix de laquelle nous
parlons, peut t’apporter parfois, comme tu le sais ainsi que d’autres
personnes, le réconfort et la reliance lorsque tu t’en sens privée.

Nous te saluons car il nous apparaît
que ce travail que tu réalises te demande beaucoup de sacrifices en ce domaine,
et nous observons la qualité de l’être qui effectue ces multiples tâches. Sache
que tu peux te relier à nous afin d’échanger, de recevoir et de rire un petit
peu. Amen

 

Je
vois de plus en plus souvent dans ma vision intérieure les dauphins…Je me
rends compte que cela n’est pas une question…

 

Chère sœur, cela n’est pas une
question. Réjouis-toi, comme nous nous réjouissons, de ton passage lorsque tu
voyages entre les dimensions, car tu sais que c’est une étape dans les
ascensions ou les translations qu’il t’arrive de réaliser pour toi. Bien-aimée,
comme d’habitude, notre monde n’est pas celui que tu habites. Néanmoins, tu y
es accueillie comme tu le sais, avec beaucoup d’attention et de fraternité et
nous te remercions de tes visites. Sache également que tu peux t’adresser à
nous en certaines occasions, justement lorsque tu souhaites voyager, car notre
monde est une porte pour toi, ainsi que pour d’autres.

 

Quel
est ce lien d’Amour qui me relie à vous ?

 

Cette question est très « humaine » : vous projetez du personnel dans vos questions!

Néanmoins, il est clair que
certaines résonances se font entre certains êtres. Nous nous réjouissons que tu
te sentes en résonance avec nous, et toute notre amitié et notre fraternité
sont à ta disposition. Nous observons ta vie et ton travail. Il nous arrive de
te procurer des informations car nous sommes des relais. Peut-être est-ce là la
nature du lien.

 

Nous vous saluons, avec tout notre
Amour.

Mitakuye oyasin, comme
disent certains de vos peuples.

 


via
Christine Anne K. le 13/06/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.