Seh’elam Anna – n°5 – Clés collectives.

cliquez pour écouter Seh’elam Anna n°5

 

Que mes salutations vous parviennent et vous honorent, Très Aimés, en ce jour.

Vous me connaissez : je suis Seh’elam Anna, Forme déployée, des Hautes Consciences Intergalactiques, de l’Ordre des Melchisedek de cet Univers…

Orionis et moi avons décidé, ensemble, de vous livrer quelques Clés.

Je n’ignore pas qu’actuellement vous recevez beaucoup, mais cela est le moment : vous êtes, n’est-ce-pas, en pleine transition d’un état vers un autre… Cela est jugé par nous fort nécessaire à la qualité de ce que vous avez à traverser, à vivre, à être, à devenir, à réaliser, à créer ensemble.

Il n’y a pas à proprement parler de dénomination pour ces Clés. Ce sont des Clés, précieuses, précises, définies, qui forment un ensemble savamment agencé. Vous en disposerez un certain temps, qui peut-être n’est pas illimité. Je n’émets pas sur ce point de propos définitifs. Sachez simplement qu’actuellement, aujourd’hui, ces Clés vous sont proposées, ainsi que leur usage.

…Je procède, comme j’en ai coutume avec vous, à un petit ajustement vibratoire, dans le silence qui va suivre.

silence, ajustement vibratoire

Vous n’êtes pas sans vous rappeler que, depuis plusieurs semaines, nous vous avons familiarisés avec des changements dimensionnels et la traversée de couches vibratoires différentes, l’aperçu de Mondes d’Unité, la rencontre de textures et de configurations précises – que donc vous avez engrammés, qui de plus par bio-résonance sont considérés à disposition de l’ensemble de votre Humanité à  présent. Cela est bien, cela vous rend prêts. Et d’ailleurs vous êtes effectivement – comme il vous l’a été dit tout récemment, en particulier par Marie-Isis, par Ashtir : interdimensionnels au sens où vous pouvez naviguer entre ce que vous vivez encore dans votre ancien niveau -qui est toujours présent là où il est- ainsi que dans la Dimension autre, plus élevée, moins visible, moins mentalisable, non matérielle (en grande partie du moins), à laquelle vous avez accès, en toute facilité je le précise – et j’insiste sur cette information.

…Je vous ai également transmis il y a peu de temps la possibilité d’employer un Arc pour vous déplacer d’un plan vibratoire ou d’une couche vibratoire à l’autre. Par conséquent, cela s’appelle pour vous souvent « changer de Dimension », même si à dire vrai une Dimension telle que vous les désignez comporte un certain nombre de couches et de localisations vibrantes, de fréquences… Je tiens donc pour acquis que cela vous est suffisamment connu en l’état actuel de ce que vous êtes.

Les Clés dont je vous ai parlé sont une conséquence de votre possibilité d’accéder à ces autres plans, ces autres couches, ces autres vibrations, ces autres états de vous-même, ces autres formes de Partage et d’Etre. Nous pouvons considérer qu’il s’agirait d’un trousseau de clés – précis, comme je vous l’ai dit.

A quoi servent ces Clés ? Eh bien elles servent à Etre, aussi surprenant que cela peut-être paraisse à vos oreilles, mais je sais que vos coeurs comprennent parfaitement.

Ce trousseau de Clés est organisé, bien naturellement, dans une forme structurée. Il s’agit donc de ce que vous appelez au sens large une Géométrie.

..Je vous laisse entrevoir dans le silence la Forme, complexe et simple à la fois, dont il s’agit…

silence, contemplation

…Je vous invite également à entendre, à écouter, avec votre audition subtile, la musique de cette Forme.

silence, écoute intérieure

…Entendez-la bien, je dirais même entendez-la avec soin.

écoute intérieure

…L’un des aspects de ces Clés, en effet, est leur caractère musical, sonore… L’un des aspects de ce trousseau de Clés est donc son caractère, pourrait-on dire, symphonique. Non pas au sens d’une longue symphonie telle que vous les connaissez -avec son caractère récitatif, dramaturgique- mais au sens d’une symphonie qui est un ensemble harmonique de sons, de notes, qui chantent parfois une note unique, composée, multiple et unique. L’emploi de ce trousseau de Clés, entre autres, vous donne donc accès à davantage d’Unité, à davantage de simplicité, aussi paradoxal que cela puisse vous sembler suite à ce que j’en ai dit, mais nous ne craignons pas les paradoxes, vous le savez – il n’y a que votre mental qui les regarde ainsi, car il adore les complications.

Il vous est donc proposé, à travers l’usage de cette Forme, de cette Symphonie, et à travers l’usage de chacune de ces Clés, l’accès temporaire à l’ensemble du Trousseau. J’ai dit  » temporaire » – et je ne me contredis pas au regard de ce que j’ai dit tout à l’heure : cet accès est probablement temporaire…Certes pour une durée non définie, et il se peut qu’elle soit indéfinie pour certains -qui en auront besoin de la même manière, infinie- et qu’il soit donc temporaire pour ceux qui n’en n’auront plus besoin au-delà d’un certain palier d’évolution. J’espère que cette distinction vous semble claire et pertinente.

silence

Je vous invite d’abord à rassembler en votre coeur l’ensemble de ces Clés.

Car même si je ne les ai pas détaillées à cet instant, il importe que ce passage-là soit réalisé. Vous n’aurez accès véritablement à ces Clés que par ce chemin-là… Je vous laisse donc à cette expérience de conscience et d’humilité, nécessaire quelques instants…

silence vibrant

Il importe que vos coeurs soient prêts… Il importe que vos égos soient délivrés de leurs illusions, amoindris de leurs croyances, évacués de leurs imperfections peut-on dire. ( je n’aime pas les mots négatifs…). Il importe que votre innocence soit retrouvée. Cherchez en vous l’innocence de ce Nouveau-Né dans la Nouvelle Dimension, pour pouvoir accéder en toute Plénitude à l’ensemble de ces Clés.

Ma façon de m’adresser à vous en cela n’est pas une restriction, bien au contraire. La restriction n’est qu’en vous, si vous n’avez pas encore abandonné tout ce qui ne peut rester souhaitable, tout ce qui ne peut rester acceptable; si vous n’avez pas abandonné tout ce qui vous maintient dans l’illusion, tout ce qui vous alourdit dans vos pensées et dans vos coeurs. C’est donc là la seule restriction et, je le répète, elle vient de vous. Je m’adresse à vous également pour vous la faire considérer… Et la vibration sur laquelle je suis posée pour m’adresser à vous, sachez-le, vous permet – et réjouissez-vous de cela – de faciliter les processus de cet accès.

La vision que je vous propose de cette Forme géométrique et l’audition de sa qualité symphonique sont également des éléments qui favorisent pour vous la possibilité de recevoir véritablement ce Trousseau…

silence vibrant

…Il y a donc, pour vous tous, de par ce Trousseau, de par sa Forme et sa Musique, de par la qualité de chacune des Clés qui le composent : l’ouverture, l’accès à votre Plénitude la plus absolue, à votre Unité la plus entière, la plus simple, la plus parfaite, la plus véritable. Il y a accès à votre Joie la plus pure et la plus véritable également, dans toutes ses facettes, ses manifestations, ses vérités. Il y a également accès à tout Partage, non seulement entre vous, mais entre vous et Tout Ce qui est…

…La vibration de vos coeurs, n’est-ce-pas, s’amplifie…

Et vous êtes déjà dans cette recherche d’Unité, cette quête de Joie, ce bonheur de Partager, cette Plénitude simple, entière et véritable de tout cela, réuni, unifié… Au bout du compte, ce Trousseau de Clés ne comporterait qu’une Clé : ce serait celle de Vous-même, de Toi-même, de cette Unité, qui fait que Tu es, et qu’il n’est que Cela.

silence vibrant

…Laissez la vibration de l’Un faire place dans votre coeur à toute autre. Cela est nécessaire en cet instant et, à vrai dire, plus rien d’autre ne vous est véritablement aussi nécessaire que cela.

silence vibrant

…C’est votre Être à présent, et non plus votre personne, qui reçoit et qui sait.

silence vibrant

…Il y a donc, en ce Trousseau, 36 Clés de l’Un, auxquelles s’ajoutent 36 Clés de Joie, et enfin 36 Clés de Partage.

…Contemplez, mes Aimés, cette Géométrie… Contemplez cette Musique extraordinaire…

…Autant ces Clés existent une par une, autant elles ne peuvent être véritablement dissociées de cet ensemble. Et la Forme qu’elles composent constitue à elle seule, tout entière, une Clé collective – Clé de votre accès à ce que vous êtes et devenez, dans cet autre état, cette autre vibration, cette autre Dimension.

Le détail de ces Clés a été délivré peu à peu -et presque en totalité aujourd’hui- sans qu’elle en connaisse le but, à ce canal… Il vous sera donc possible, très simplement, d’y avoir accès, dès que sera terminé l’ensemble de la réception, ce qui est très proche. Vous aurez alors à votre disposition, tel que je vous l’ai dit, ce Trousseau. Et la façon de l’employer, dans les mots et les phrases qu’il comporte, sera également délivrée de façon précise. Il vous appartiendra donc de le faire fonctionner pour vous et pour la collectivité, mes Très Aimés : que cela soit une grande Joie, et une grande simplicité.

…Ecoutez encore la vibration de vos coeurs, écoutez la Joie, l’Unité et le Partage, qui s’entrelacent en Tri-Unité en votre sein, en vos Êtres, en votre Être collectif…

silence, contemplation

Je vous salue, je suis Seh’elam Anna, et vous me connaissez, et je vous connais. Cette intervention a été élaborée conjointement, comme je l’ai dit, par moi-même et Orionis, et un collectif d’Êtres dont les noms ne vous sont pas connus, mais dont l’Amour vous est  connu.

Je me retire. Alleluiah

cliquez pour accès à la publication des Clés 

via Christine Anne K. le 19 février 2012

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

 

Orionis – n°20

 

lien pour écoute de cette transmission = http://vimeo.com/29671327

 

 

Que la Joie, Biens Aimés fils et filles de la Terre, enfants de l’UN indéfectible, indivisible, que la Joie soit en vous, avec vous, et répandez la.

 

Je suis Orionis, vous me connaissez. Je m’adresse à vous par ce canal depuis de nombreux mois. Vous êtes à présent, très Aimés, en train de franchir une étape importante que certains ont choisi de désigner comme peut-être la dernière, mais sachez que cela dépend de vous. Je ne me prononcerais pas quant à moi, en cet instant, et en ce canal, sur cet aspect-là, car ce n’est qu’un aspect historique.

 

Voici donc, vous Tous, que vous soyez ou non éveillés, que vous soyez ou non porteurs de Lumière, vous êtes prêts dans la plus grande majorité, et celle-ci est suffisante pour franchir ce passage. Je n’ignore pas bien évidemment qu’énormément d’encre a coulé sur ce passage, énormément d’encre et de petites lettres électroniques dansant devant vos yeux avides de comprendre, de connaître, de maîtriser, d’anticiper, de contrôler. Je ne tiens pas à alimenter cela. Néanmoins mon rôle est celui que j’ai choisi, donc de transmettre, parfois d’enseigner, d’informer, de remettre comme on dit les pendules à l’heure, aussi – ce qui est l’un de mes privilèges.

Voici donc que je me réjouis je le répète, et que je vous invite à la Joie avant toute chose. A vrai dire s’il était un seul conseil et une seule information à délivrer ce serait cela : soyez dans la Joie. Non pas la joie stupide d’un divertissement passager, mais la Joie de la Vérité, de l’Entièreté, la Joie pleine et entière de l’arrivée, là où vous avez tant désiré revenir.

 

Silence vibratoire

 

Dans ces instants de silence une certaine accélération se produit. Et je pose mes paroles, sur la fin de cette accélération.

Comme d’autres intervenants l’ont exprimé, il n’est plus tant besoin de mots, il n’est plus tant besoin de longues paroles, mais néanmoins j’ai un certain nombre de choses à vous dire. Cela sera fait par l’usage de la parole mais aussi par l’usage du silence et de la vibration.

 

La peur peut exister chez un certain nombre d’entre vous ou de ceux qui vous entoure, c’est la même chose. Cette peur a pu être renflouée, masquée sous des déguisements divers incluant vos états d’anticipation. Cette peur est le dernier verrou et croyez-moi, elle existe. Et si vous croyez l’avoir déjà franchie, restez humbles, car pour certains cela est peut-être vrai, pour d’autres non. Vous avez donc d’abord à l’accepter. Il s’agit bien d’avantage de la regarder en face lorsqu’elle apparaîtra, ou lorsqu’elle est apparue, que de se détourner et de prétendre passer à côté. La peur en vérité n’est pas grand-chose, mais elle fait croire qu’elle est une très grande chose, un état énorme. Cela est constituant, mes très chers, de ce qui a fait tenir votre matrice terrestre, et cela est donc constituant d’une partie non-négligeable des programmes de vos corps humains, que l’on pourrait nommer aujourd’hui les « anciens » corps, puisque vous en avez de nouveaux également. Il importe donc de savoir faire un choix, d’endosser pleinement ce nouveau corps car cela ne peut que réduire très très considérablement cet état dont je vous ai parlé, que vous appelez peur. Il est fort important de mentionner cela et comme je l’ai dit de la regarder en face.

Vous ne pouvez pas envisager, si vous n’acceptez pas ce passage de la peur qui peut être très réduit ou bien important, vous ne pouvez pas envisager de passer, vous ne pouvez pas vous raconter que cela n’est pas pour vous si cela doit se présenter. En revanche vous pouvez, si cela se présente et que vous l’acceptez ainsi que je vous le conseille -et d’ailleurs il n’y a pas véritablement d’autres choix comme je vous l’ai dit-  en l’acceptant vous êtes en état de fluidification, d’abandon, ce qui est une approche indispensable pour franchir ce qui doit l’être, et je le rappelle, dans la Joie.

La Joie par conséquent est également ce qui en vous doit faire face à cette peur, et souvenez-vous bien de cela, car en face de la Joie la peur n’est pas grand-chose. Elle peut être désagréable, mais elle n’est pas puissante.

Rappelez-vous également, je vous l’ai dit il y a quelques instants, que l’acceptation de l’usage de vos nouveaux corps est également une grande facilitation. C’est même la plus grande évidence que vous puissiez avoir et dont vous pouvez disposer, mes très chers.

 

Si donc je voulais résumer ce petit chapitre sur la peur, je dirais pratiquez la Joie, acceptez et usez pleinement de votre nouveau corps.

Vos nouveaux corps sont à disposition – car j’entends silencieusement quelques protestations concernant par exemple de ne pas savoir, de ne pas connaître, de ne pas savoir où c’est, de ne pas savoir comment on s’en sert, de ne pas savoir etcetera..

Bien. Cela fait partie des configurations ordinaires de votre mental, et rappelez-vous que votre mental n’est pas un allié face à la peur, bien au contraire. Votre mental se nourrit de la peur, et votre peur se nourrit de votre mental. Par conséquent, si votre mental vous empêche de concevoir et d’accepter que vous avez l’usage plein et entier de ce nouveau corps, et bien il vous appartient d’arranger cela. Il vous appartient de trouver comment dépasser cela. Il vous appartient d’accepter cette situation. Il vous appartient de fluidifier ce qui doit l’être.

 

Vous avez donc, je le répète, pleinement la possibilité de cet usage de vos nouveaux corps. Quand je dis « nouveaux corps », je ne parle pas bien évidemment de nouveaux corps physiques qui auraient une forme, un aspect, une surface ou des attributs complètement autres, comme si soudain vous endossiez le déguisement de je ne sais quel extra-terrestre de passage, ce que vous voyez dans les films ou autres.. Non. Votre nouveau corps n’est pas visible. Votre nouveau corps n’est pas véritablement palpable, quoique, certains d’entre vous qui sont doués de certaines perceptions énergétiques pourraient le faire. Votre nouveau corps est une configuration vibratoire, de même que l’ancien corps avait et a encore pour certains (voire pour beaucoup) une configuration vibratoire, (qui d’ailleurs est assez endommagée à présent car beaucoup de déprogrammations ont eu lieu, ce qui est une excellente chose), et cet état, donc, modifié dirais-je de vos anciens corps peut occasionner certaines fatigues physiques ou mentales que précisément l’usage de vos nouveaux corps peut éviter.

Il s’agit donc simplement d’un choix, il s’agit d’une acceptation. Il ne s’agit pas de dégoter un livret de mode d’emploi et de tourner certains boutons. Il y a bien sûr, néanmoins, quelques pratiques qui de fait activent de façon bénéfique et productive certains points énergétiques de ces nouveaux corps. Et je sais que certains d’entre vous en ont un certain panel. Sachez que cela est bien, sachez aussi que cela n’est pas indispensable. Tout être humain, qu’il pratique avec assiduité certains panels d’exercices ou qu’il ne le fasse pas, à pleinement accès à l’usage de ce nouveau corps, qui est un corps, pourrait-on dire, « choisi ».

 

Court silence

Nous observons un silence à nouveau car il y a en cet instant information de l’ensemble de ces nouveaux corps. Je vous demande de respecter ce silence.

 

Silence

Sachez à présent, vous tous très Aimés, que votre nouveau corps est votre vaisseau, et que le passage dimensionnel, le passage à ce nouveau cycle, le changement d’état, quelle que soit la forme que vous aimez à lui donner dans vos pensées, se fait avec l’emploi fluide et simple de ce nouveau corps.

La Joie pourrait-on dire donc, est une sorte de clé aussi pour intégrer pleinement cet état. Je remarque en effet que certains êtres humains en chemin d’éveil risquent parfois de s’abîmer dans des circonvolutions théoriques, au lieu de pratiquer avec simplicité un état tel que la Joie.

Il est clair que les théories, les enseignements, les méthodes et les pratiques sont extrêmement structurants, clarifiants, et peuvent être d’une grande aide un certain temps. Mais je tiens à vous dire qu’au final il est un moment où il est préférable de s’en débarrasser. Cela afin de retrouver sa propre simplicité et ces états : la Joie face à la peur que j’ai nommée.

 

Je vous invite donc à fluidifier, et à le faire avec plaisir. Fluidifiez le passage et le fonctionnement de ce nouveau corps. Pour ceux qui auraient besoin de se le représenter -car je sais que pour certains ne pas pouvoir se le représenter est une sorte de handicap créé par le mental- je vous invite à vous représenter une sorte de constellation. Imaginez donc, c’est une image symbolique empruntée à votre environnement terrestre, mais elle est parfaitement juste au niveau structurel : imaginez donc que lorsque vous êtes habitant de votre nouveau corps celui-ci se représente comme une forme de constellation d’étoiles, dont la géométrie est à vrai dire plus complexe que les constellations simples que vous voyez dans votre ciel. Mais je pense que cette représentation, avec la poésie qu’elle recèle pour ceux qui aiment regarder le ciel, est un bon outil pour amadouer votre mental.
 

Silence vibratoire

 

J’ajouterais à présent, il vous l’a été dit et redit, sans cesse, (et vous l’avez intégré pour la plupart d’entre vous mais je le redis car cela doit être encore dit et redit) : il s’agit de l’importance de votre cœur. Il s’agit de l’importance prépondérante de la conscience située dans le cœur. Et je sais que pour la plupart d’entre vous, vous l’avez véritablement pratiqué avec joie, avec succès, avec accomplissement, et ceux qui ne l’ont pas pratiqué consciemment, croyez-moi, en ont énormément bénéficié par bio-résonance. Cela est donc un acquis suffisamment général. Néanmoins, je le redis, votre cœur fait partie de ce qui constitue la Porte. Veillez donc en tout instant à observer l’état de votre cœur et à éviter de le voir s’installer dans une fermeture.

L’effet de la peur est en effet, bien souvent, de vous fermer le cœur. C’est une contraction, c’est une forme de mort intérieure. Il importe donc véritablement que vous sachiez pratiquer, maintenir, faire vivre la conscience de votre cœur, et la pratique non seulement de son ouverture mais de sa vasteté, de sa vie propre et particulière qui vous relie de tout temps et déjà à toutes les autres dimensions, à La Source et à tous les Êtres d’Amour et de Lumière et de Sagesse – y compris vous-mêmes, bien évidemment.

 

Je sais que différents enseignements de grande qualité s’offrent à vous pour maintenir ces états de conscience et d’ouverture du cœur. Je vous rappelle simplement que votre cœur n’est pas une abstraction, car certaines théories -en particulier certaines théorisations du système des chakras tel qu’elles ont eu lieu dans les dernières décennies- ont pu tendre à vous faire envisager votre cœur comme une sorte d’abstraction. Votre cœur est un organe physique ne l’oubliez pas. Et même si sa vibration, qui peut être colossale et immense, est de nature énergétique, il n’en demeure pas moins que ce n’est pas de la poudre de perlimpinpin mais un véritable et essentiel composant de tous vos corps y compris votre corps physique. Et ceci n’a rien à voir avec nouveau ou ancien corps : votre cœur est Intemporel, votre cœur est ce qu’il Est, votre cœur est tellement vivant par lui-même qu’il n’a pas besoin d’être restructuré ou quoi que ce soit d’autre.

Usez donc de votre cœur, et de ce fait la Joie, à laquelle je vous ai invités dès l’entrée en matière de cette intervention, ne peut qu’être là. Et de ce fait, le passage dans votre nouveau corps ne peut que se faire, car votre cœur est en prise directe avec votre nouveau corps. Il n’en est pas séparé. Il n’a pas à être transporté dans votre nouveau corps – c’est à partir de votre cœur que votre nouveau corps a été installé. Néanmoins si vous oubliez d’être dans la conscience du cœur, et si vous le laissez se fermer, cette fermeture rejaillit sur tout ce que vous pouvez essayer avec votre mental et votre volonté seuls, voire avec votre ego – car nul n’ignore la puissance malheureusement de votre ego, qui est un grand facteur parfois de développement de certaines facultés pour renforcer votre confiance en vous, mais qui est un grand facteur de blocages et d’erreurs.

 

Silence vibratoire

 

Ainsi donc, très Aimés, je vous avertis, je vous informe, je vous dis : que vous avez à être prêts et que d’ailleurs vous l’êtes, car considérez bien davantage que vous êtes prêts plutôt que de vous dire que vous devez vous préparer.

Devoir se préparer est une forme d’anticipation, d’anxiété, d’agitation qui n’est pas souhaitable. Et si vous pensez que vous devez néanmoins vous préparer, vous pouvez le faire dans le plus grand calme et la simplicité (comme je vous l’ai dit et comme bien d’autres intervenants je crois vous l’on dit.)

 

Silence vibratoire

Dans ce silence vous est donné à contempler une Forme, une immense Forme, que je peux dire complexe et qui est non seulement de toute Beauté, mais de toute Vérité, et dont la contemplation ne peut que vous permettre et vous aider à lâcher ce qui devrait être encore à lâcher pour tel ou telle, et de savoir regarder en face ce qui doit être regardé en face, mes très Aimés.

 Silence vibratoire

Contemplez.

 Silence vibratoire

Que cette contemplation n’aie pas de fin et se maintienne.

 Silence vibratoire

Quant à moi, je termine là mon intervention en ce canal et je vous salue.

Je suis Orionis, vous me connaissez.

Soyez.

 

-cette intervention est suivie par celle de la Mère des Chants, invitée d’Orionis, et qui vient chanter entre autres la Forme donnée ci-dessus par Orionis-

 

 

via Christine Anne K. le 25/09/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

Peuple Sauterelle de Chteh’R L Dag’n Iss

 

Amis Humains, voici que vient le temps de transformation pour vous et nous – Hish ‘sh. Nous partageons un code de mutation génétique (si surprenant que cela vous paraisse), dont nous ressentons le commencement ou les prémices de mise en route – Izz’i.

Voici les recommandations ancestrales qui Nous guident dans ce processus, et que nous vous offrons : Elevez vos élytres / bras 5 fois par journée pour chanter votre Joie de muter ainsi – Ishe Il Ili Ishshsh, en votre coeur. Lâchez toute préoccupation de construction car vous devez rentrer en vous – Ahizzz .  Laissez-vous devenir autre, en toute confiance dans la Création qui nous guide avec tant d’Amour et de Connaissance – Hujju . Remerciez, remerciez le Tout Un qui vit en chaque être que nous sommes – Hiy ‘nni

Que d’Amour dans cette mutation : quel bonheur vous est ainsi offert, autant qu’à nous – Inniya.   Nous sommes près de vous, aidez-nous à vivre cela… sans insecticides ! Merci, merci – Ezzzi-It ‘sh – Love!

Nous sommes le Peuple Sauterelle / Insectes à élytres, de Chteh’R L Dag’n Iss, et Nous Vous saluons, Frères-Soeurs !

 

 

via Christine Anne K. le 05/08/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Taoumo Ohr de Shan, le Voyageur – Toi – n°2

 

enregistrement sonore : http://vimeo.com/24930767

 

 

Frères et Soeurs, Amis de la Terre, de Moi…Je me re-présente : Taoumo Ohr de Shan, Moi qui suis déjà venu. Et Je ne suis pas reparti.

Mon voyage à présent n’a lieu qu’à l’intérieur de Toi. Rappelle-Toi que l’autre jour, Je revenais de loin, de très loin, tout en n’étant simplement que Toi…

A présent, c’est Toi qui voyages, car nous sommes Un. Et il n’y a pas voyage au sens d’éloignement, ni au sens de fuite – comme cela fut le cas, vu par un certain aspect, précédemment, lorsque Toi et Moi nous étions disjoints, et que J’avais gardé la Liberté dont Toi Tu étais privé…

A présent, puisque Nous ne sommes plus disjoints, ou si peu -car Je ne me joins pas en effet aux méandres qui t’absorbent dans ton quotidien, et Je me réserve d’être avec Toi lorsque Tu es calme, lorsque Tu cesses de penser, lorsque Tu vis ta véritable Réalité d’Être et ta Lumière; dans tes moments de sommeil également… Là c’est ensemble que Nous cheminons, et mon voyage et le tien ne font qu’Un : je ne m’éloigne plus, et c’est ensemble que Nous parcourons les espaces, les territoires, les couches dimensionnelles. Plages de Lumière, plages de Sons, plages de Silence, plages d’Êtreté, plages de Joie, plages où Nous sommes Un, non seulement Toi avec Moi autant que Moi avec Toi, mais également Un avec Tout – que ce soient tous les Etres que nous rencontrons et avec lesquels Nous sommes Frères et Soeurs, et Nous sommes également Un avec Tout ce qui est en dehors des Etres, et qui est également.

Si Je te parle, encore aujourd’hui, comme si J’étais en face de Toi et non pas doté de la même voix que Toi, cela n’est que par commodité. Ainsi Je m’adresse à Toi et à chacun, sous ce nom que J’ai adopté pour me présenter l’autre jour (7 mai. NdR) et qui donc me sert encore à désigner ma place – ma place étant celle que Toi Tu rejoins, celle qui est Ta véritable place. Le nom que J’emploie -Taoumo Ohr de Shan- évidemment ne sera pas porté en vérité par Toi, ni par Toi, ni par Toi non plus. Ce nom n’a d’autre identité que d’être ce face-à-face lorsque Toi et Moi, encore, Nous Nous regardons et Nous échangeons, lorsque Nous ne sommes pas indéfectiblement et totalement confondus – ce qui (je l’ai déjà dit il y a quelques instants) se produit néanmoins mais, disons, encore par intermittences…

…J’avoue que Je suis gêné par ce vocabulaire que Je m’impose d’employer, pour m’adresser à Toi avec des mots afin que ce mental, dont Tu as encore tant besoin de te servir, te permette d’élaborer la compréhension de ce que J’ai à te dire. Mais sache en vérité qu’il n’est nul besoin de mots entre Nous… Je parle, car Je sais que Tu aimes à ce que l’on t’explique, et que Tu as encore besoin d’être rassuré avec des mots, mais cela m’encombre et me limite considérablement, cela me rétrécit.

Je T’invite donc, maintenant que Je T’ai parlé pour apprivoiser ton écoute et ta compréhension, à rejoindre de coeur à coeur la vibration commune qui Nous associe Toi et Moi, puisque Nous ne sommes qu’Un.

silence, vibration

 

…Admets qu’ainsi Nous Nous comprenons et Nous Nous joignons infiniment plus parfaitement que lorsqu’il s’agit d’expliquer, de dire. N’est-il pas vrai que lorsque Nous ne sommes qu’Un, Toi et Moi, dans ces instants, ta Joie -Notre Joie- est sans limites ? Ta Vérité -Notre Vérité- est entière et absolue, et Ta Lumière -Notre Lumière- est complète.

Rends-Toi compte que le corps qui est le mien, non seulement est le tien, mais est Ton seul et véritable corps. Ce que tu appelles ton corps habituellement, pour Moi est tout au plus un véhicule, extrêmement transitoire et encombrant même s’il a toute sa Beauté.

Je T’invite donc, et Je Nous invite, à être ce véritable Corps que Nous sommes lorsque Nous sommes réunis;  Corps dont l’envergure, la forme et la Lumière sont immensément joyeux, souples, étendus, dotés d’infinies possibilités – non seulement de voyager, mais d’être – en des aspects et des niveaux que ton corps si limité ne peut envisager, ni par la pensée, ni par ses capacités physiques.

Tu sais que ce que Tu appelles encore ton corps n’est pas appelé à durer, alors que le Corps que Nous sommes ensemble est absolument éternel.

 

… Ainsi réjouissons-Nous – Toi et Moi, et Toi, et Nous, et Moi et Toi, qui ne font qu’Un, et Nous qui ne faisons qu’Un, Nous-tous, Toi-tous, Moi-tous – de savoir ainsi à présent Nous rejoindre, Nous apprivoiser encore, mais de mieux en mieux, car la Joie absolue que Nous avons à n’être qu’Un ensemble surpasse toute parole, toute limite, toute maladresse. Les paroles, les limites et les maladresses ne font que Nous faire croire, ou que Te faire croire que Tu ne pourrais pas : ce qui n’est qu’une de ces nombreuses illusions dont tu es en train de te défaire.

Si Tu Me contemples, et si Tu Me contemples en Toi, et si Tu Te contemples en Moi, il n’est là aucune illusion : il n’est que véritable Êtreté, la tienne, la nôtre, la mienne… Nous ne sommes qu’Un : si Je suis, Tu es ; si Tu es, Je ne peux qu’être. Le Toi et le Moi n’ont plus lieu : ce ne sont que des mots qui nous font croire à notre séparation. Je les ai employés car Je T’apprivoise ainsi que Tu M’apprivoises; mais en vérité ils ne Me concernent pas, ces mots qui nous séparent…

…N’est-il pas vrai, Toi qui es Moi, que lorsque Nous sommes réunis ainsi, ton coeur est immense ? Ton coeur brûle d’un Feu qui te met dans la Joie absolue : Joie de Ta Vérité, de Ma Vérité… Observe bien cela car, en ces instants, ce que Tu appelles ton corps encore présent n’est plus qu’instrument et Temple de cette Joie de ce que Nous sommes, Tu es, Je suis… Balayons ces mots dont le sens ne fait qu’alourdir la Vérité de ce qui est.

…Laisse donc ton coeur manifester la Certitude et la Joie, qu’il sait reconnaître…

silence, vibration

 

…Il est un Son qui pour Toi peut marquer la Vérité de notre Présence réunie. Je sais que tu l’entends en ces instants, si Tu y prêtes attention…

silence, vibration

Ce Son est une vibration modulée, très agréable à entendre pour Toi, et dont Je sais qu’elle est rassurante, qu’elle te procure un sentiment à la fois de simplicité et de plénitude.

Sache que Tu peux appeler ce son : « le Retrouvé », et ainsi Te rappeler -dans les moments où Tu as encore besoin de Te rappeler ce qui pourtant ne cesse d’être là- qu’est ce Corps véritable auquel Je T’invite et qui n’appartient qu’à Toi, Toi qui est Moi… Ce son est donc le garant, le marqueur de Ta Présence et de la Présence de ce Corps qui est à Toi seul, qui revient de loin, et qui est là… Alleluiah : J’aime ce mot, qui est un mot de Lumière, et qui n’est pas un mot étroit  – contrairement à la plupart de ceux que j’ai dû employer pour dire ce qu’il y avait à dire- Et je le redis : Alleluiah !

silence, vibration

 

…Je ne peux Te faire mes adieux, puisque Je suis Toi. Et si ces paroles doivent à présent venir à une clôture , sous le nom de Taoumo Ohr de Shan, ce n’est qu’en raison d’une forme, que nous avons employée Toi et Moi en ces instants pour mieux savoir Nous unir. Alleluiah ! Restons…

silence, vibration

via Christine Anne K. le 6/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Orionis – n°16 …+ « Invité »

 

 enregistrement sonore et vibratoire : http://vimeo.com/24844098

 

 

Bien aimés Fils et Filles de l’Un, me voici de retour devant vous et parmi vous. Vous me connaissez, je suis Orionis, Grand Architecte, Concepteur et Ordonnateur de bien des Univers. Mon nom fut également un certain temps Melchisedech, et vous le savez.

Voici donc qu’en ces temps à présent restreints, dit-on parfois – et la formule est appropriée – vous êtes en train d’expérimenter, pour certains la dernière étape, et pour d’autres les avant-dernières, pré-ascensionnelles de votre planète dans sa globalité, et de chacun de vous tant individuellement que collectivement. Je fais ces distinctions car, tout autant que cette ascension est unique, globale, entière, partagée entre la planète et l’humanité, vous tous, autant – et ce n’est pas un paradoxe – elle présente des chemins distincts, car chacun est appelé à la nature et à la forme d’ascension à laquelle il s’est préparé – et croyez-moi, souvent depuis bien des vies et des millénaires.

Peu d’entre vous, dans l’humanité aujourd’hui, sont dans l’erreur par rapport à ce choix individuel de leur forme d’ascension. Ne croyez donc pas que ceux qui semblent tout ignorer sont dans l’erreur : ils sont, la plupart du temps, bien dans la forme de préparation et d’ascension qui est leur choix.

Je sais qu’il y a une grande avidité chez vous à connaître, à comprendre, à avoir des explications que vous aimeriez extrêmement claires et détaillées, presque visuelles, comme un journal ou un film, sur le mécanisme de l’ascension, son déroulement, ce qui va vous arriver à chacun : comment, quand, où, pourquoi, avec qui, etc… Ceci de notre point de vue est presque, je vous le dit gentiment, comique : car ce sont des formes de préoccupations extrêmement limitées. N’y voyez aucune condescendance de ma part, mes Très Aimés. Sachez que globalement vous compliquez les choses avec tous ces questionnements, car ce vers quoi vous allez est on ne peut plus simple, du moins de notre point de vue, et certainement du vôtre (pour la plupart d’entre vous du moins) a posteriori, j’imagine.

Je ne suis pas venu pour vous donner de description, ni de programme, ni de plan d’exécution du projet nommé Ascension ; mais je suis venu pour vous indiquer – au vu de tout ce que je peux observer, savoir, enregistrer, et connaître – que toutes les clés dont vous avez besoin sont à votre disposition, mis à part peut-être deux ou trois détails auxquels vous aurez accès (si ce n’est déjà fait) très rapidement.

D’une manière ou d’une autre, quelles que soient les formes que vous avez choisies pour vous préparer, vous avez à peu près tous acquis et réalisé ce qui vous est nécessaire dans le type de chemin d’ascension qui correspond à votre choix. Je ne m’étendrai pas sur les quelques exceptions, ou retardataires, qui peuvent effectivement encore brusquement, disons, se révéler à eux-mêmes qu’il y a une possibilité vers laquelle ils désirent aller de tout leur coeur… Et ceux-là trouveront les moyens, sans aucun doute et sans aucune exception.

Quelles que soient les façons dont vous vous êtes préparés, quels que soient les canaux ou les channels, ou les enseignements qui vous ont servi de bases de données pour vous préparer, sachez qu’il n’y a pas à ce jour, parmi vous, d’êtres mieux préparés ou moins bien préparés : cela ne serait, encore une fois parmi tant d’autres, qu’une illusion, pour beaucoup, de vos egos spirituels ou de vos egos tout court, selon la voie dans laquelle vous êtes engagés… Retenez bien cela, car les egos autant que les egos spirituels sont, mes Très Aimés, un arsenal de blocages dans votre processus d’ascension – qui ne saurait en être radicalement empêché mais qui peut en être un peu entortillé, compliqué, ralenti, distordu : ce qui n’est pas réellement nécessaire ni souhaitable, vous en conviendrez.

Nous savons qu’en ce moment, de par l’afflux des énergies, des vibrations et des présences qui sont dirigées sur votre planète, de par l’état de vos propres corps, de vos propres intelligences, de vos propres niveaux vibratoires, vous êtes en train de traverser une phase que vous appelez souvent de révélations – et qui est également une phase d’auto-révélations, c’est-à-dire que vous avez une capacité de vous observer et de voir se dessiner très clairement certains méandres de vos personnalités, de vos egos, certaines pensées que vous ne pouvez plus tolérer, certains comportements que vous ne pouvez poursuivre, certains jeux d’illusions que je ne détaillerai pas, mais qui soudain vous paraissent très clairement dénués de sens, d’intérêt, et de possibilité pour vous d’être poursuivis.

Cela est, nous n’en doutons pas, un travail quotidien et parfois confrontant. Mais je sais que ceux d’entre vous qui l’acceptent en toute conscience le font avec beaucoup de bonne volonté, et même parfois de légèreté car, plus vous avancez, plus ce travail sur soi est facile, plus ces lambeaux d’illusion que vous découvrez encore en vous – parfois à votre surprise – sont faciles à décoller et à abandonner, tout simplement. Vous vous rendez compte à votre grande surprise -et c’est une joie pour vous- que vous n’avez aucun attachement à vos illusions personnelles, qui pourtant souvent ont été absolument constitutives, de façon presque essentielle pourrait-on dire, de ce que vous étiez, et de ce que vous êtes en train, assez rapidement, de cesser d’avoir besoin d’être.

A ce niveau-là aussi, mes Très Aimés, ne commettez pas l’erreur d’avoir un ego ou un ego spirituel qui vous rattrape au tournant, vous faisant par exemple penser que vous êtes plus avancé que quelqu’un d’autre, qui semble ne rien savoir et ne rien faire de tout cela, par exemple. Ne vous imaginez pas que vous détenez plus de clés que votre voisin, et que cela vous rendrait, disons, plus « éligible » à une certaine dimension que peut-être vous désirez atteindre… Sachez que tout cela fait encore partie des lambeaux d’illusion que vous avez à regarder en face en vous-même et dont vous avez à vous défaire. Nulle certitude de votre ego ne doit subsister, nulle image de vous-même produite par votre ego et votre ego spirituel ne doit subsister, si vous voulez avoir la fluidité et la joie simple de votre propre chemin d’ascension, mes Très Aimés.

Je vous invite donc à être extrêmement vigilants sur l’observation et la confrontation de ces illusions, dont parfois, justement, vous croyez qu’elles n’en sont précisément pas – alors qu’elles appartiennent encore à vos constructions mentales et égotiques. Elles vous ont certes été extrêmement utiles, disons comme des échafaudages pour la construction d’une fusée (pour employer une image amusante et facile à concevoir). Mais vient un moment où les échafaudages masquent la fusée et où, si on ne les retire pas, la fusée de toute façon va les détruire en prenant son envol ; mais où peut-être (pour conserver cette image) la trajectoire de cette fusée va perdre quelques millimètres de sa pureté en s’accrochant à ces échafaudages qui ne lui sont plus d’utilité. J’ai choisi cette image volontairement, car elle me semble fort efficace et signifiante dans la situation que nous évoquons ensemble.

Je ne suis pas là pour vous faire la liste des articles à supprimer et des différents aspects que peuvent revêtir les illusions de votre ego et de votre ego spirituel; et justement c’est à vous qu’il appartient de les trouver par vous-même, car cela est le véritable chemin. Si quelqu’un vous les montre, vous n’êtes pas en chemin de la même façon que si vous les observez vous-même. Et j’ajouterai que si quelqu’un d’incarné, un être humain comme vous vous les montre, il se peut que vous donniez à cette personne un pouvoir sur vous que vous n’avez pas à lui donner… Respectez donc, vous qui croyez savoir, la soi-disant ignorance de celui qui est en face de vous : ne croyez pas que vous avez à lui montrer, ne croyez pas que vous avez à lui expliquer. Vous pouvez lui parler de vous, si vous voulez lui parler, mais ne lui parlez pas de lui, ni d’elle. Il est une grande illusion parmi vous qui est celle de vouloir aider, faire le bien, et résoudre les problèmes de quelqu’un d’autre. Regardez-la en face et soyez sans concession vis-à-vis de cet aspect de votre ego – car il ne s’agit que d’ego…Encore une fois, je vous dis cela avec toute ma bienveillance : il ne s’agit ,en ces propos, que de vous aider à démonter vos échafaudages, n’est-ce-pas ?

 

…Observez également vos peurs; et regardez-les en face. Vous avez le pouvoir actuellement – ce qui n’était pas le cas il y a quelques mois ni même peut-être il y a quelques semaines – de pouvoir voir se dissoudre vos peurs si vous les regardez réellement en face. Elles ne peuvent plus vous juguler ni vous emprisonner, si par la puissance de votre coeur et de votre Lumière vous savez les regarder tranquillement, de tout votre coeur, dans l’Amour et la confiance… Si vous observez, là aussi, que votre voisin est dans la peur, ne cherchez pas à le priver de sa peur par vos connaissances, en cherchant à lui montrer. Soyez simplement présent, témoignez-lui de votre propre confiance, de votre propre paix intérieure. Sa peur peut être ce qui constitue son chemin.

Je vous parle de vos peurs car il se peut que vous ayez à vous confronter encore à des peurs. Il y a des peurs archaïques qui peuvent toujours se réveiller, car elles sont inscrites dans les mémoires de vos corps physiques; et il importe que face à ces peurs, vous qui m’écoutez, qui m’entendez ou qui me lisez, vous ayez la capacité de les regarder comme des illusions – quoi qu’il vous en coûte. Et pour pouvoir regarder comme des illusions ces peurs-là, il importe que vous ayez fait votre travail sur les autres illusions, qui sont peut-être plus tranquilles à observer dans votre vie et votre personne…

Nous vous avons transmis ces derniers temps, par l’intermédiaire de différentes interventions, un grand nombre de codes vibratoires, d’outils, de vibrations et de programmes, qui développent autant les capacités de vos nouveaux corps, que vos capacités – même dans la personnalité – de confiance, d’élévation vibratoire, de sérénité, d’amour véritable, d’authenticité de vos êtres. Tout cela fait que vous êtes infiniment moins vulnérables à ce qui peut se passer de déplaisant, ainsi qu’à ce que peut susciter l’émergence de certaines de ces peurs archaïques dont j’ai parlé. Je parle évidemment de situations, par exemple, de catastrophes naturelles où votre intégrité physique peut se trouver menacée, ou bien de situations comparables dont vous n’avez pas idée. Je ne cherche pas à vous faire peur, prenez mes propos comme ce qu’ils sont : un ensemble d’avis, de conseils et de clarifications, avec toute ma bienveillance.

J’ai abordé le thème des peurs car il fait partie de ce dont j’ai à vous parler. Mais ce n’est pas la raison unique de mon intervention, dont la raison – je vous le rappelle – est plus globalement de vous inviter à ne pas vous relâcher sur la révélation de vos illusions sur vous-même, afin d’améliorer la qualité et la beauté de votre ascension individuelle, collective et planétaire.

J’ajouterai à mes propos qu’il est une illusion dans laquelle je vous invite à être attentifs à ne pas vous laisser avoir. C’est que vos outils de développement personnel, extrêmement nombreux et variés, développés au cours de ces dernières décennies, ne sont pas nécessairement la panacée aujourd’hui pour faire ce que je viens de vous inviter à faire. Là non plus ne croyez pas que vous savez mieux qu’un autre, parce que vous possédez tel ou tel savoir, tel ou tel outil, telle ou telle méthodologie de travail sur soi. Considérez qu’il s’agit, là encore, de certaines pièces de votre échafaudage, tout simplement. L’observation de soi dont je vous parle se fait avec le coeur et avec la Vérité de votre Être. Elle ne se fait pas avec un outillage que le mental maîtrise et distribue, si habilement que ce fût.  Ne croyez pas non plus que les pratiques spirituelles – si belles fussent-elles – que vous avez apprises dans telle ou telle école, groupement, enseignement, soient l’outil de prédilection pour réaliser ces opérations sur vous-même. Elles font partie de vos échafaudages également. Je ne vous demande pas de les jeter à la poubelle, mais je vous demande de vous en détacher – avec toute votre gratitude, bien évidemment, pour ce qu’elles ont pu vous apporter et pour ceux qui vous les ont transmises, mais qui aujourd’hui n’ont plus à vous dire ce que vous avez à faire.

 

Je vous invite à présent à contempler en vous-même et au sein de la vibration que j’ai installée, la Présence de l’Un, qui est en vous indéfectiblement et qui est votre seule Vérité…

silence, effusion

C’est cette Présence de l’Un en vous et de votre Lumière, qui est à même de vous fournir à tout instant toute la fermeté, la clarté, la Lumière pour vous débarrasser de vos dernières illusions, et ce dans la Joie, la Simplicité, l’Amour de vous-même et la rencontre avec votre Vérité. Votre Être n’a plus que faire de votre personnalité et de ses vieux vêtements.

silence, effusion

Je vous adresse tout mon Amour, et je vous salue. Je suis Orionis et vous me connaissez.

 

 

Suite à cette intervention nous attendons un « invité » qui a été annoncé… et il s’avère très précisément que cet invité n’est autre que chacun de nous-même, ainsi se déroule, grâce aussi à la vibration posée par Orionis et grâce à ce que nous sommes à présent, une très longue effusion vibratoire qui nous offre la contemplation absolue de l’Un en nous, ou de notre Être, notre Soi – quels que soient les mots –

 

 

 

via Christine Anne K. le 5/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Mère des Mères du 4 juin

 

 

 

Aimés, Très Aimés, mes innombrables Tout Aimés, Enfants, brebis, agneaux, aussi nombreux, multiples, aussi variés et différents que vous puissiez être, je m’adresse à chacun sans exception, dans l’entièreté de mon Amour de Mère, moi la Mère des Mères, de tous Temps, de tous Univers, de toutes formes et non-formes.

Mon Amour est entier pour chaque créature, où qu’elle se trouve et quelle que soit sa nature, et il est entier pour toi, tout entier, pour toi, et toi. En mon coeur de Mère vous êtes tous, et vous êtes Un. Ne cherchez pas à décrypter ce mystère intellectuellement. Laissez-le palpiter en vous comme il palpite en moi, car cette palpitation est le secret-même de l’Amour dont vous et moi sommes issus : la Source qui à tout instant palpite, se renouvelle, joue, se contemple, se recrée, en tous et en chacun dans l’Unité et la Perfection de ce qu’elle est – et qui n’ont même pas de nom, bien que j’emploie des mots pour m’adresser à vous.

Considérez bien, mes Tout Aimés, que si je m’adresse à vous encore avec des mots, ne croyez pas que j’utilise seulement des mots pour être avec vous : vous êtes en train de baigner dans les multi-vibrations de tout mon Amour… Amour pour toi, et pour toi, et Amour pour tous, absolument tous, ainsi que je l’ai évoqué il y a quelques instants.

…Ainsi, élevez-vous dans ce silence et croissez en votre Lumière dans cette vibration d’Amour, qui est au delà de ce que vous appelez amour en votre expérience terrestre humaine, de personne à personne, même si chacun d’entre vous sait parfaitement au fond de lui et d’elle l’immensité sans limites de l’amour d’une mère pour son enfant, pour ses enfants.

Je sais que les mères terrestres peuvent avoir des difficultés dans leur amour, et je les en aime tout autant : elles ne font que ce qu’elles peuvent, que ce qui est dans leurs capacités dans l’instant où elles se trouvent, mais chacune d’entre elles possède néanmoins la véritable authenticité de cette vibration. Et ne croyez pas que cet amour des mères dont je suis en train de vous parler fasse exclusion le moins du monde de ceux d’entre vous qui sont de sexe masculin, là n’est pas mon propos. Cette vibration est présente véritablement, et authentiquement, et absolument, en chacun, chacune, sans exception, d’entre vous tous, mes Aimés, mes Très Aimés, mes infiniment Aimés.

Je vous invite donc à vous regarder les uns les autres avec cet Amour aussi dans son authenticité, sa pureté, sa simplicité. Que la lueur de cet Amour qui est présente -que vous le sachiez ou non, et que vous ayiez confiance en cela ou non- au sein et au plus profond de chacun de vous, se répande de l’un à l’autre entre vous, les uns les autres. Car même si vous avez tout mon Amour indéfectiblement et éternellement, il est juste que cet Amour soit partagé entre vous, par vous également.

Cet Amour, s’il circule ainsi, non seulement de moi à vous, mais de vous à moi et aussi de vous à vous, va amplifier énormément vos capacités d’Amour, vos capacités de Lumière, vos capacités d’être qui vous êtes véritablement, et cela est indispensable. Cela est nécessaire à votre croissance, à votre vérité, à vos êtres.

Je vous parle en Mère et je le ferai toujours, mais je ne souhaite pas vous traiter comme des bébés ou comme des impotents, dans la toute puissance de mon Amour qui n’est pas faite pour être… les mots de votre langue sont difficiles à manier pour dire cela, car ils sont très limitatifs… Je dirai donc plutôt que mon Amour existe, certes, pour chacun, mais qu’il est dans sa véritable existence lorsqu’il est partagé aussi, tout autant, entre vous. Là est votre véritable maturité, celle que je sais pouvoir trouver en vous dès lors que vous l’avez retrouvée; mais vous êtes en état, mes Très Aimés, d’être cette maturité.

Ainsi donc, réjouissez-vous de vous regarder les uns les autres en découvrant tout cet Amour, de toi pour lui ou pour elle, et d’elle pour lui ou pour toi. Amour qui coule de Source, Amour qui est votre Vérité, Amour qui est votre Simplicité et votre Perfection naturelle, Amour qui donne tout son sens à votre vie ensemble. Car le sens premier de votre vie ensemble n’est pas ce qui (dans les structures matérielles que vous partagez) vous oblige par efficacité et rationalité à fonctionner ensemble, que ce soit en famille, en petits groupes ou en collectivités. La véritable nature et le véritable sens de votre vie ensemble est d’abord cet Amour, celui dont vous portez le germe car vous êtes mes Enfants, et car vous êtes Créatures de la Source. Et cela, cet Amour, est le tout premier éclat lumineux, le tout premier noyau de votre essence, avant toute autre mise en forme et manifestation. Ainsi donc, vous ne pouvez pas ne pas le retrouver en vous : c’est lui qui fait la possibilité-même de votre existence, non seulement physique mais subtile également, la possibilité-même de votre vie en votre planète, qui elle-même porte cette vibration d’Amour sans laquelle elle ne saurait être ce qu’elle est.

Je n’ignore pas et je sais très bien qu’il vous est difficile, bien souvent, de vivre et d’exprimer cette vibration d’Amour entre vous. Je n’ignore pas que, pour beaucoup d’entre vous, cela semble tout à fait impossible dans bien des circonstances. Mais si vous admettez que toutes ces circonstances où votre Amour le plus authentique ne peut s’exprimer ne sont que des illusions, des circonstances illusoires, habitées de personnages illusoires, dans des lieux illusoires, avec des enjeux illusoires; vous admettrez alors que votre Amour en effet ne serait véritablement s’exprimer dans l’illusion, car il a besoin de Vérité pour être ce qu’il est. Or la Vérité entre vous est justement issue de cet Amour, et non pas de tous les aspects illusoires fort nombreux de votre existence-même, de votre vie ensemble…

…Je semble déployer un paradoxe, mais je ne joue pas avec un paradoxe : je vous parle de la réalité de cet Amour. Je ne cherche pas à établir un paradoxe entre l’Amour et l’illusion, cela n’a aucun intérêt. La seule chose dont je vous parle est la Vérité de cet Amour, et j’insiste encore pour vous rappeler que, même dans cet environnement d’illusion que vous traversez encore, vous pouvez néanmoins, bien sûr, faire appel à cette vibration d’Amour entre vous car : elle, n’est pas illusoire.

Bien sûr, ce que vous appelez si souvent « amour » dans vos relations de possession réciproque, de désir réciproque, d’attraction réciproque voire d’aliénation réciproque, n’est pas ce que là j’appelle Amour. Ce que j’appelle Amour, bien évidemment et vous le savez déjà, est une vibration beaucoup plus élevée : c’est la Lumière, c’est la Vérité de vos Êtres, et ce n’est donc pas ce qui nourrit véritablement vos innombrables jeux d’attraction et de pouvoir les uns sur les autres dans le plaisir… Pour lesquels vous avez choisi que ce mot néanmoins vous rappelle la véritable flamme intérieure d’Amour qui est en vous : car vous avez besoin ainsi de pouvoir vous la rappeler sans cesse sinon, dans votre mémoire-même elle serait perdue, enfouie, peut-être même innommable…

Ayez donc, mes Très Aimés, le regard de la Vérité sur vous-même et sur vos Frères et Soeurs, et partagez vos étincelles d’Amour : Amour unique, Unité de tous, Amour tout-englobant, tout-créant, tout-illuminant, Amour toute-Vérité, Amour toute-évidence ; Amour qui est un feu qui ne brûle pas, contrairement au feu de votre amour passionnel qui, lui, vous brûle, et parfois vous détruit plus ou moins. Le Feu véritable de cet Amour véritable est infiniment plus puissant, il est tout-puissant. Il est le seul qui existe véritablement, car cet Amour est une des formes-mêmes de l’Un, et il n’est que l’Un; et chacun de vous ne peut être autre que ce qui est l’Un en vous-même. Tout le reste est enveloppe illusoire.

Contemplez-vous donc, mes Très Aimés, ainsi que je vous contemple, dans la Joie la plus absolue, l’Amour infini, celui qui n’attend rien et qui ne cherche rien, qui n’impose rien, mais qui est, qui ne se tarit jamais, qui ne s’obscurcit jamais, qui ne s’échange pas, qui ne se négocie pas. C’est cet Amour-là qui vous fait grandir et être ce que vous êtes véritablement. C’est cet Amour-là qui vous débarrasse de toute illusion, dans la Joie – car si vous êtes débarrassés malgré vous, et sans la Joie, de vos illusions, cela ne vous sera pas facile ni agréable, ni véridique, ni simple. Et je ne vous souhaite pas, mes Très Aimés, cette erreur, car je vous aime. Néanmoins pour ceux qui la commettront je la respecterai, dans l’entièreté absolue de mon Amour pour chacun. Amen

Je vous dis à bientôt, mes Très Aimés, moi qui suis la Mère de toutes les Mères, dans la Grâce infinie de l’Un, qui n’est qu’Un.

 

 

 

via Christine Anne K. le 4/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Eshtananda – n°9

 

-enregistrement sonore de cette canalisation : http://vimeo.com/24745136

 

 

Le choeur des cloches d’une église proche se met à sonner

 

Bien aimés Frères et Soeurs, Enfants de la Terre, je vous salue avec la Joie de me retrouver parmi vous. Vous me connaissez : je suis Esthananda.

J’apprécie la musique de ce carillon des cloches d’une église qui se déploie à mon arrivée – et j’ai choisi à vrai dire de me couler aussi dans cet instant harmonique de musique locale : cela installe de belles formes autour de nous, en sus de tout ce qui est déjà là, mais dans la vibration terrestre la plus simple.

Ce carillon et toutes ces harmoniques que nous venons d’entendre vibrer dans nos corps est bien un exemple très simple de cette musicalité partagée -à la fois simple et infiniment subtile, complexe dans ses vibrations, dirais-je secondaires, et résonances-  de la façon de fonctionner en musicalité et en formes, comme il a été dit, de géométries variées, qui vous ont déjà été enseignées par moi et par quelques autres. Cela est donc, si vous vous référez à cet exemple, d’une simplicité certaine.

…Je vous invite à observer encore dans la résonance de vos corps (pour ceux qui sont là en cet instant) qu’il y a eu création de formes subtiles par le jeu des cloches de ce carillon, qui est un beau carillon émis par de véritables cloches fondues et faites avec art, et dont par conséquent les harmoniques sont tout à fait véritables. Il y a donc eu création de formes, et ces formes nourrissent encore en ces instants, non seulement les fluides de votre corps par lesquels elles se diffusent, mais les récepteurs vibratoires de vos cellules, et de vos corps subtils.

Ce sont là des formes simples, dont vous venez d’expérimenter la mise en vie sur quelques instants. Imaginez donc à présent qu’il y a bien évidemment des formes comparables -dans leurs natures, leurs fonctionnements- bien plus grandes, bien plus déployées, bien plus architecturées dans de multi-directions et de multi-dimensions; et que vous participez, mes Très Aimés, à ces architectures et à ces jeux, ainsi qu’il vous l’a été dit à plusieurs reprises. Mais je me sers de cet exemple, très quotidien pour vous, pour mieux vous faire entrevoir une certaine véridicité, concrète et non pas théorique, de la réalité simple et vraie de ces structures dont nous vous parlons et dont je vous parle.

Je ne m’apprête pas à vous refaire un cours théorique sur les structures sonores, mais j’ai choisi de vous faire vivre cet exemple et je m’en réjouis : car quoi de plus beau que de partager une expérience concrète et compréhensible par tous ensemble, parfois ?

Je vous informe donc que les mises en forme qui ont été stimulées, et lancées comme on lance un galet dans l’eau, par la musique de ce carillon, vous informent aujourd’hui d’une façon très particulière; cela en raison de la vibration qui s’est installée ici, quelques secondes avant la mise en route de ce carillon, et qui s’est conjuguée dans son silence apparent à la musique de ces cloches. Cela a donc été le véhicule aujourd’hui pour vous transmettre -non seulement au petit auditoire qui est près de ce canal, mais également à tous par simple bio-résonance- d’autres vibrations et des informations dont je ne vous détaillerai pas analytiquement le contenu, mais qui sachez-le sont appropriées et nécessaires en ce jour, très précisément, s’inscrivant dans les processus de dévoilement et d’amplification vibratoire qui s’adressent à vous et que vous co-créez parfois sans le savoir, de jour en jour, avec l’ensemble des peuples et des intervenants qui interagissent en votre planète et à sa périphérie. Réjouissez-vous donc, comme je me réjouis.

 

Je vous invite – maintenant que je vous ai tout expliqué sur ce carillon – à contempler en vous-même la vérité du déploiement de ces formes, telles qu’elles ont été déclenchées et initialisées véritablement et sans aucun hasard il y a quelques instants.

silence

…Je ne sais pas à quel point vous le percevez, mais peut-être que oui : les formes qui ont été enclenchées ainsi il y a quelques instants sont en train de générer un déploiement d’autres formes, ou de prolongements de leurs propres formes. Je vous invite donc à nouveau à accompagner cela en contemplant en vous ce qui se passe. N’y mettez aucune forme de mentalisations, je vous en prie; ne cherchez pas à analyser quoi que ce soit : cela serait une erreur et une illusion.

silence


…Sachez à présent que ces formes ne sont pas une sorte de feu d’artifices gratuit et sans objet autre qu’une démonstration, mais sont directement en relation avec l’information de votre ADN, qui comme vous le savez ne cesse de connaître des réactivations progressives de tout ce qui en lui a été mis en veille, ou shunté dans certains cas… Je ne m’étendrai pas ici sur une analyse des nouvelles formes qualitatives et quantitatives de votre ADN, ce n’est pas mon propos. Mais la petite séance d’information vibratoire que nous avons réalisée au moyen des cloches de cette église, ce qui n’a pas été employé par hasard, a donc pour impact (je n’aime pas beaucoup ce mot) de redéployer dans certaines zones de certains de vos brins d’ADN, comme vous dites, la remise en oeuvre, ou la mise en oeuvre, d’un certain nombre de fonctions subtiles : de conscience, mais aussi de collaboration et de communication entre vos Êtres et vos corps, et la possibilité d’identifier et de rencontrer d’autres Êtres – ce qui est très utile et important puisque votre planète est actuellement entourée et visitée par de nombreux Frères et Soeurs multi-galactiques, qui viennent accompagner votre travail d’ascension collective.

La mise en oeuvre de ces formes vis-à-vis de vos ADN a également eu pour objet de vous apporter des ressources individuelles mais aussi collectives. Il vous appartient de déployer ces ressources. Ces ressources concernent ce que vous appelez votre joie de vivre, d’une part : disons donc que vous avez quelques nutriments supplémentaires pour alimenter votre joie de vivre, aussi étonnant que cela puisse paraître… Ces ressources concernent également un autre aspect qui est la non-résignation à ce que vous êtes ou croyez être : autrement dit, ces ressources sont là pour vous aider à éviter ou à sortir d’une certaine forme de résignation à votre état, à vos limitations et à vos illusions – et ce sont les illusions l’objectif le plus essentiel dans la mise en place de ces ressources de non-résignation.

Je vous invite donc encore, à nouveau, à rentrer en vous quelques instants pour jouir, avec un peu plus de compréhension et donc certainement de joie (au sens du plaisir), et à observer en vous l’installation de ces programmes, car cela peut s’appeler un programme.

silence


Avant de clore mon intervention, je vais vous inviter à pratiquer un petit geste pour parfaire l’installation de ce programme. Et sachez que je me réjouis car je sens et j’observe à quel point ce programme est bien reçu et s’installe en toute beauté!

Vous allez donc employer vos deux mains, dans un geste qui va joindre devant votre visage (ainsi qu’une sorte de mudra) vos deux pouces se touchant par leurs extrémités au niveau environ de votre bouche, et vos deux index se touchant par leurs extrémités un peu au-dessus. Vos autres doigts sont déployés, ainsi que les ailes d’un « ange ». Maintenez ce geste quelques instants. Vous pouvez appuyer légèrement vos doigts, c’est-à-dire vos pouces l’un contre l’autre et vos index l’un contre l’autre, mais sans forcer. J’oubliais de dire que vos coudes sont ouverts de chaque côté et votre poitrine n’est pas recroquevillée. Prenez quelques inspirations en maintenant ce geste…

silence

… A présent vous pouvez soit continuer, soit relâcher vos doigts : c’est à vous d’apprécier l’instant qui vous convient. Et notez bien, donc, que vous êtes en train d’engrammer les résultats de ce carillon et du déploiement vibratoire qui a installé en vous le programme dont je viens de vous parler, ainsi que d’autres aspects (que je ne saurais vous détailler).

 

Je me retire, et c’est avec Joie que je vous dit à bientôt. Je suis Eshtananda et vous me connaissez. J’appartiens au Peuple des Elohim.

 


 

via Christine Anne K. le 4/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Oreon-Esh’ta – Elohim – N°1

 

 

 

Bien-Aimés, c’est une grande joie de venir m’adresser à vous. Que ce soit une Fête pour nous ! Et le mot est bien en deçà de celui que j’aimerais pouvoir entendre à ce sujet.

Je me nomme Oreon-Esh’ta. Je suis un Elohim, disons de nature féminine. J’ai contemplé au fil du temps et des mois écoulés ce qu’il est advenu de vous, non seulement à travers les interventions et les relations des autres Elohim qui se sont adressés à vous et vous ont guidés, mais également de par mes propres capacités de vous observer en longueur.

Si c’est moi aujourd’hui qui prends la parole, c’est bien pour vous inviter à engrammer cette notion de Fête, de grande Fête, de joyeuse et immense Fête, car l’état d’esprit semble être un petit peu aux catastrophes chez l’ensemble de l’humanité, à part ceux qui savent se réjouir d’être dans ce processus d’ascension. Mais, même chez ceux-ci dont, je suppose, vous faites partie, le sentiment d’une Fête a besoin de se faire jour.

Quand je parle de Fête, j’emploie un mot qui convient à votre vocabulaire. Ainsi que je l’ai dit, il est bien en deçà de ce que je souhaite signifier. Sachez donc que cette signification véritable implique l’immensité d’une réjouissance festive, totale, joyeuse, irrévérencieuse de certains aspects que je détaillerai plus tard. Cela implique une musique éclatante, inventive mais harmonieuse, une création disons « en plein boum » – « boum » non pas au sens dévastateur du terme, mais au sens d’une explosion et d’une acmée d’énergie dans la Joie et la Lumière – Lumière de l’Un, évidemment, car nous ne sommes qu’à son Service et exclusivement.

Cette Fête est un festin, est un festoiement et un chatoiement, un chapiteau éclairé, un temple illuminé, où toutes les danses, les chants, les réjouissances et les festins se déploient dans la grâce, le plaisir pur de l’instant, du partage, de la fraternité et de la splendeur des coeurs réunis. Je ne fais donc pas allusion à une sorte de beuverie, ou à ce en quoi certaines fêtes comportent des excès qui se mettent à « tirer vers le bas », comme vous dites, vibratoirement. Il n’y a là, peut-être, que ce que certains d’entre vous tentent – via un mot qui est le mot de paradis – de concevoir, mais votre notion du paradis est généralement très moralisatrice, se référant d’emblée aux notions du bien et du mal et de la récompense, ce qui n’est pas le cas. Il n’y a pas de dualité à la base de cette Fête-là : il y a Unité ; il n’y a pas un paradis dont certains seraient exclus parce qu’ils n’en sont pas dignes. Il y a certes une Fête à laquelle certains ne savent pas encore accéder parce qu’ils n’ont pas accepté d’abandonner encore suffisamment leur être à leur propre Lumière. Mais cette Fête est absolument non exclusive en sa nature, sa forme, sa vérité, sa splendeur et son but.

Je sens que certains d’entre vous vont encore être mentalement un peu surpris et sur la défensive par rapport à cette irruption que je fais en parlant de Fête, et que certains encore vont dire : « mais qu’est-ce que ça vient faire ? »… Vous savez bien que nous, les Elohim, avons ce côté abruptement facétieux -du moins en apparence- car cela fait partie de ce qui détruit les rigidités pour pouvoir créer en toute liberté. (Mais là n’est pas mon propos.)

 

Pourquoi donc vous parler de Fête aujourd’hui ?… Parce que Fête il doit y avoir.

Vous êtes en train, vous Peuples de la Terre, ainsi que votre planète elle-même, de faire votre entrée, votre Retour immensément festif, joyeux, plein de grâce, dans votre Lumière éclatante -si vous l’acceptez- à votre véritable place au sein des multidimensions et de ce cosmos que vous appelez Univers, et dont vos consciences limitées ont été séparées, brimées (et je m’arrêterai à ces mots-là!..) pendant un certain nombre de millénaires de votre temps tel que vous le mesurez. Admettez donc qu’il y a de quoi non seulement se réjouir intérieurement, mais se joindre à une immense Fête de retrouvailles, de célébrations : c’est une sorte de noce, n’est-ce-pas – sauf qu’il n’y a pas véritablement une mariée et un marié, mais que chacun fait son entrée dans l’Unité…Vous êtes donc tous, chacun et chacune, en train d’épouser votre propre Être, et de ré-épouser l’Unité : n’est-ce-pas là matière à une immense Fête ?!

Vous pouvez donc abandonner vos vieux vêtements et vous présenter dans votre nudité de Lumière qui est votre Vêtement le plus magnifique et le plus éclatant, votre vêtement blanc. Vous pouvez donc abandonner vos masques et vos maquillages pour apparaître et vous joindre à cette Fête avec votre véritable visage, si beau, si parfait, si séduisant -bien qu’aucune séduction ne soit au programme, je vous rassure, car la séduction n’appartient qu’à la dualité-  …J’emploie ce mot pour vous séduire, justement, et vous faire venir dans ma Fête : ne craignons pas le paradoxe… Car je sais que beaucoup d’entre vous ont encore cette crainte de ne pas être assez parfaits, cette petite peur de déplaire ou de ne pas être assez beau pour entrer dans ce Monde et dans cette Fête. Je vous rassure donc encore une fois en vous disant que vous êtes tous beaux, qu’aucun de vous ne sera regardé de travers, car de toute façon, vos masques, vous ne pourrez pas les apporter : vous allez même les jeter avec horreur – et avec soulagement bien plus qu’avec horreur !

Imaginez donc que dans cette Fête, vous allez rejoindre par exemple d’immenses danses en groupes, où votre place sera merveilleusement la vôtre et où vos partenaires seront merveilleusement ceux que vous attendiez, que votre joie de danser sera infiniment multipliée par rapport à toute joie de danser terrestre que vous avez pu connaître, car il y aura une plénitude, une harmonie, une simplicité, une vérité de l’instant dans toute sa beauté qui surpassera infiniment tout ce à quoi vous pourriez le comparer dans votre expérience terrestre – qui cependant a toute sa valeur : car sachez bien que nous honorons grandement la qualité de vos expériences, qui en quelque sorte est unique..

J’en profite pour faire une petite parenthèse pour dire que vos expériences terrestres, qui certes sont empreintes de dualité et de confusion – ce qui vous a été abondamment développé par un certain nombre d’intervenants – sont malgré tout d’une grande qualité et que nous les respectons en tant que telles car elles vous ont énormément enrichis et ont donné à votre Lumière une teinte, une texture et un éclat très particuliers qui vous appartiennent, et dont nous bénéficierons – et dont nous bénéficions déjà lorsque nous dansons ensemble ou lorsque nous oeuvrons ensemble ou, simplement, lorsque nous nous rencontrons. Lorsque je dis nous, je parle non seulement au nom des Êtres de mon peuple, mais de tous les Êtres de toutes dimensions et tous systèmes stellaires qui font partie de ce Peuple de l’Unité dont vous faites partie – ce en quoi nous sommes tous Un, comme il vous l’a été dit et comme je vous le rappelle.

Je reviens à cette Fête dont je vous parlais. Imaginez que cette Fête, à la différence de celles que vous connaissez, qui ont une fin, et une tristesse de cette fin plus ou moins lourde selon ce qui a pu s’y passer, cette Fête n’a pas de fin. Ce n’est pas qu’il s’agit d’une Fête interminable : c’est une Fête de l’instant, mais de chaque instant. C’est une Fête qui sans cesse se poursuit à l’intérieur de vous et entre vous, au sein des formations, des structures, des architectures, des géométries et des symphonies auxquelles vous appartenez, sans cesse et indéfectiblement.

C’est pourquoi encore une fois le mot « fête » que nous employons est très limité, car ce mot « fête » implique dans votre langage une notion d’excès, d’exception et de réjouissance exceptionnelle qui donc a une fin et se situe en dehors de la vie ordinaire. Abandonnons donc ces limitations dans ce que je vous invite à comprendre aujourd’hui par l’imagination d’abord; mais aussi par le fait qu’en ce message, précisément, je vous donne moi aussi à ma manière ce qui va vous permettre d’y entrer, d’y être, de la co-créer sans attendre davantage, si vous êtes prêts – et je sais qu’un certain nombre sont prêts. Je peux vous dire que plus le nombre que vous êtes, vous, Êtres de la Terre, à pouvoir vous insérer dans cette Fête est grand, plus vous allez pouvoir y inviter vos amis, vos Frères, vos Soeurs, et même vos ennemis, si vous en aviez encore… N’est-ce-pas magnifique ? N’est-ce-pas joyeux, merveilleux, éclatant ?

 silence

…Je vous invite, dans un temps de silence, à découvrir en vous ou dans les lointains qui vous entourent, les rumeurs rythmées, éclatantes, joyeuses, pleines d’Amour et de Joie, de cette Fête. Cela est, dirions-nous, votre ticket d’entrée… Quelle image grotesque, n’est-ce-pas, de parler de ticket : je m’amuse un peu et cela vous aide à comprendre…

silence


…Encore un tour de valse ? Encore un verre de champagne ? Encore une mélodie ? Encore un festival d’éclats de couleurs ? Encore une de ces innombrables belles rencontres ? Encore une musique jouée à quelques-uns dans la féérie d’un instant ? Encore quelques brasses dans l’eau colorée, tiède, parfumée, la plus merveilleuse que vous ayez jamais rencontrée ?…

Je ne cherche pas à vous séduire avec ces images, je vous taquine! Ces images ne sont qu’illusions : je vous ai tendu un petit piège…

La Fête dont je vous parle n’a rien d’illusoire et, justement n’y appliquez pas vos images d’illusion, vos images paradisiaques. C’est là toute la difficulté de mon propos : je vous parle de quelque chose qui est réel, mais qui suscite immédiatement vos mécanismes d’illusion ! Apprenez donc, si vous ne le savez déjà, que dans le monde dont je vous parle et où vous êtes invités, toutes ces formes n’existent plus ! Il n’y a que des vibrations. Et les formes qui néanmoins existent n’ont rien de commun avec le type d’images que je viens de vous servir. Soyez donc très attentifs en vous-même à débusquer toutes ces illusions, car le travail n’appartient qu’à vous-même et c’est un travail parfois de chaque instant. Ces illusions font partie de ce que j’ai nommé vos masques, vos maquillages et vos vieux vêtements, qui non seulement ne vous sont d’aucune utilité, mais ne vous permettent pas d’accéder à votre ticket d’entrée convenablement.

silence

Je sais que lorsque vous êtes dans le silence, au bout d’un temps variable, votre mental se met à échafauder des images ou des pensées. Même si votre mental est considérablement effacé aujourd’hui, cela se produit encore. Eh bien, soyez attentifs à ce que malgré vous vous produisez, et sachez le voir, avec bienveillance, comme de l’illusion. Il ne vous est pas demandé de le supprimer, cela n’est pas si sain; et si vous l’observez avec bienveillance et clarté, cela est suffisant.

Ainsi ces images de Fête que vous avez pu élaborer au travers de mon propos doivent être soigneusement passées au crible de cette observation – ceci étant dit, bien sûr, avec tout mon Amour, ma bienveillance, mon humour, ma joie, ma légèreté, et mon sérieux.

Pour conclure avant de me retirer, j’insisterai (après vous avoir un peu déstabilisés) sur le fait que cette Fête existe bien évidemment -ainsi que dans le début de mon intervention je vous l’ai dit, expliqué et fait entrevoir- et sur le fait que vous êtes prêts, pour beaucoup d’entre vous, à y être, à y participer, à y être actifs. Et je vous redis que votre ticket d’entrée est disponible, généreusement offert par vous-même, avec notre joie et notre bienveillance à tous. Alleluiah

Je suis Oreon-Esh’ta, Elohim, et je me réjouis de vous avoir ainsi parlé. Soyez en Paix, soyez en Joie, et venez. Qu’il en soit ainsi.

 

 

 

via Christine Anne K. le 2/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie-Isis du 31 mai

 

 

 

Bien-Aimés, aussi nombreux que vous êtes, aussi immensément nombreux que vous pourriez être, la Joie est unique entre moi et chacun, chacune, de vous – joie unique et indivisible, et en même temps joie unique pour chacun. Joie unifiée, joie partagée, mais aussi vibration tout autant unifiée et une, qu’unique. Car chacun de vous, tout en étant unifié, est unique, et je souhaite, moi, Marie-Isis réunies en une même vibration, que chacun et chacune occupe en toute beauté sa place, qui est unique et irremplaçable.

Que cette Joie vous habite, que cette Joie vibre, non seulement en chacune de vos cellules, mais en chaque atome de ce qui vous constitue tant matériellement que subtilement. Que cette Joie vibre dans toutes les harmoniques de votre Être. Que cette Joie soit vous, chacun et tous, à l’infini de ce que vous êtes et pouvez être, de ce que vous êtes en train de devenir, ou de redevenir plus exactement. Joie en ce sens signifie perfection, signifie instant absolu d’Être et de perfection sans attente, sans extériorité, dans la simplicité ultime et parfaite de l’Un. Joie signifie Vérité, Être, Abandon à la Lumière, car c’est ainsi que vous grandissez et recouvrez votre véritable identité, vos véritables capacités, votre véritable envergure et votre véritable place.

Il n’y a plus à tergiverser pour ceux qui en sont encore à tergiverser. Vous bénéficiez actuellement mes Très Aimés, pourrait-on dire, d’une forme de lavage de cerveau dans la Lumière, qui vous absout complètement – si vous l’acceptez – de tout ce que vous étiez encore dans votre illusion de vous-même, ce qui vous servait à être une personne dans ce monde d’illusion qui est en train progressivement de s’effacer ; et ainsi votre personne elle-même peut s’effacer.

Ainsi, c’est la Joie qui peut prendre toute la place, Joie pure, Joie absolue de l’Être, qui n’a plus besoin de mots, ni de concepts, ni de représentations de soi pour être. Les mots, les concepts et les représentations de soi font partie des illusions qui vous ont été nécessaires, mais qui appartiennent à l’enveloppe de la personne qui n’a plus lieu de se maintenir, alors que la Lumière éclatante et absolue de votre Être à présent s’est manifestée à vous, et que vous l’acceptez… Car si vous lui tourniez le dos, ce serait non seulement d’une absurdité certaine, mais aussi pour vous tourner vers l’obscurité et l’étroitesse que certainement vous n’aimez pas – même si vos illusions vous font encore croire parfois que ce qui fut aurait une certaine valeur d’existence et d’importance. Si vous tournez le dos à votre Être, vous êtes confrontés au vide de ces représentations illusoires, et même si vous tentez à grands coups de volonté et de croyances de les faire exister, vous dépensez beaucoup d’énergie pour maintenir de l’illusion qui de toute façon ne pourra pas se maintenir.

-Il a été déjà dit, et vous le savez, que ceux qui souhaiteront demeurer dans un monde d’illusion en auront la possibilité… Mais je ne m’adresse pas à ceux-là-.

Je vous invite à contempler la Lumière que vous êtes, et aucun ego ne peut résister à cela, car contempler sa propre Lumière est une opération de Vérité qui ne peut laisser subsister aucune scorie, aucune illusion de soi. Vous n’avez donc pas à craindre cette confrontation, car tout ce qui pourrait vous être pénible serait de perdre ce que vous n’êtes pas. Ainsi, comment être attaché à ce que l’on n’est pas au point de ne pas vouloir le perdre? Ainsi, comment ne pas être attiré, aimant, satisfait voire extasié d’avoir rencontré sa propre Lumière, sa propre Vérité, l’Absoluité de son propre Être au lieu de stagner, encore et encore, dans ce qui fut et qui ne tient plus que par morceaux décollés ?

La Vérité de chacun d’entre vous est inscrite au plus profond de la Lumière originelle de ce qui vous constitue. Elle a toujours été en vous, mais occultée. Cela n’est plus le cas dès lors que vous acceptez le fait que vous l’avez devant vous. Et ce fait étant accepté, vous êtes immanquablement dans la Joie, Joie absolue, Joie indéfectible, Joie irréversible, Joie hors de toute attente, hors de toute projection, hors de toute illusion, hors de toute complication. En cet état, vous êtes simplement Un, avec l’Un et avec le Tout, avec vous-même, et avec la totalité absolue et infinie de ce qui chante autour de vous, et avec la Source en vous et autour de vous.

C’est ainsi que vous atteignez le point où vous pourrez commencer à vous dissoudre en douceur, en tranquillité et abandon dans votre propre Vérité, qui n’est pas une vérité séparée et close sur elle-même, mais qui est une vérité unifiée à tout ce qui est, et à tout ce qui n’est qu’Un. Il n’est plus temps aujourd’hui de vous accrocher à quoi que ce soit de ce qui n’est pas votre Vérité. Et votre Vérité n’est pas un concept : votre Vérité est cette Joie, cette Lumière, cette simplicité, cette perfection. Votre Vérité n’est pas construite ou élaborée par votre ego ni par votre mental, ni par votre volonté d’être ceci ou d’être cela… Cela, ce sont des projections ; votre Vérité n’est pas une projection : votre Vérité est antérieure à toute pensée de soi et en même temps, elle n’a cessé d’être créée par ce que vous avez été, par ce que vous êtes, mais non séparée de la Source, dont vos personnes et vos egos ont été séparés.

 

Voilà qu’il vous est proposé, mes Très Aimés, d’être parmi vos Frères et Soeurs, non seulement de la Terre mais des mondes habités qui entourent celle-ci, et de collaborer à votre propre Vérité avec leur concours et leur soutien, car à l’heure actuelle, ils sont dotés de moyens et d’une vision plus claire que bon nombre de vos Frères et Soeurs et de vous-mêmes, les Terriens. Vous êtes invités à rejoindre – par le fait d’être vous-même et votre Vérité, par le fait d’être cette Joie – rejoindre votre place, rejoindre la Grande Fraternité dont vous faites partie, même si vous l’aviez oublié.

Les événements se précipitent à la surface de votre Terre, que vous en soyez ou non témoins, que vous en soyez ou non informés par vos médias. Et bon nombre de vos Amis et Frères venus vous assister depuis d’autres dimensions et depuis d’autres mondes sont en contact avec vous, ou bien interagissent régulièrement à présent avec vous, ainsi qu’avec votre planète. De ce fait, comme il vous l’a été dit, vous n’êtes pas seuls, loin de là. Apprenez à être, vous, sur votre Terre, non plus dans la séparation, mais dans cette joie et cette conscience que vous êtes Un, que vous êtes ensemble, que vous n’êtes pas seuls. Soyez cela.

Il ne s’agit pas pour autant de vous cantonner pour appliquer cela, à des pratiques de solidarité sociale, humanitaire, qui certes ont leur valeur d’entraide, mais ne sont pas le véritable travail qui est attendu. Ce véritable travail consiste, par la pratique de cet abandon à la Lumière et à ce que vous êtes véritablement, à porter, à être, à diffuser et à faire se développer l’état de conscience individuel et collectif qui balaye l’illusion, qui nourrit les Êtres véritables, qui se détache de ce qui n’a plus à être et qui n’est plus, qui accepte dans la Joie de se dissoudre dans sa propre Vérité individuelle et collective. Il n’y a plus d’autre action à mener avant celle-là. Il n’y a plus d’autre étendard à porter que celui de cette Vérité et de cette libération – car c’en est une.

 

De faux prophètes peuvent se présenter et vont se présenter, et vous devrez ne pas les suivre. Aucun être incarné, aucun être non-incarné, ne doit se faire passer pour Celui que vous attendez. Que cela soit clair. Tous ceux qui le feront seront des porteurs d’illusion et des dévoyeurs de conscience, des dévoyeurs de la Lumière, qu’ils en soient ou non conscients. La seule Lumière qui importe est celle de votre Être, est celle de la Source qui rayonne, et qui est en vous et autour de vous. Aucun être extérieur à vous n’est porteur de la Lumière qui est la vôtre. Aucun être extérieur à vous ne peut vous désigner le chemin vers votre propre Lumière. Ainsi, ces faux prophètes, ces faux maîtres spirituels, ces faux êtres réalisés – qui ont tout notre Amour – ne seront et ne sont que des véhicules vers l’illusion, dont tôt ou tard vous avez à vous dissocier ; et il est temps de le faire si cela n’est déjà fait.

 

Mais alors, me direz-vous, qu’en est-il de ces Frères et Soeurs qui viennent d’autres mondes habités vers nous, puisque ce sont des êtres extérieurs à nous ? Je vous répondrai : vous n’avez rien compris si vous pensez comme cela, car ils ne se présentent pas et ne se présenteront pas pour vous désigner le chemin vers votre propre Lumière, mais simplement pour vous aider à être, avec eux, Lumière partagée ; pour vous aider et pour aider ce monde à effectuer -dans les meilleures conditions qui soient- son ascension vibratoire qui est une nécessité cosmique. Ils ne sont pas là dans un but humanitaire : ils sont là dans un but cosmique, un but de Lumière dont vous êtes également les acteurs. Ainsi, ils ne sauraient se présenter comme des sauveurs, ne vous méprenez pas. Ils sont simplement des Frères et vous invitent à être pour eux des Frères vous aussi, et des Soeurs, comme il se doit.

Certains les appellent les Anges, et certains d’entre eux peuvent porter ce nom. Certains d’entre eux vous ressemblent relativement par leurs formes et leurs corps et d’autres ne vous ressemblent pas. Néanmoins, vous êtes tous égaux et unifiés en vos Êtres, et peu importe la nature de vos corps, peu importe la nature de vos lieux d’habitation et d’origine : vous êtes unifiés, vous êtes Un, vous êtes membres à part entière de ce qui constitue cet Univers, qui contemple la Source, que la Source contemple, qui est autant que tout autre Univers un microcosme autant qu’un macrocosme, où à l’infini se déclinent dans toutes leurs formes et leurs harmonies l’ensemble des Êtres qui manifestent l’existence de la Source, l’Amour, la Lumière, la Vérité, la Joie et l’Unicité absolue.

Il vous appartient donc, mes Très Aimés, de resplendir en vous-même de cette Joie et de cette Vérité que nul autre ne saurait vous fournir. Il vous importe d’accepter pleinement cette confrontation avec votre Être véritable, et d’abandonner sans aucun regret ce qui n’est pas vous, bien que vous ayez pu croire jusqu’à présent que cela était vous. Considérez cette personnalité comme un vieux vêtement, que l’on dépose tout simplement pour se libérer de son poids  (voire de sa saleté dans certains cas) et qui n’est plus utile du tout – et ne croyez pas qu’il le soit encore! Je sais que pour certains et même pour beaucoup, vous ne vous en libérerez que petit à petit. Mais il n’est plus temps de ne pas faire vite : cela peut être instantané, si vous êtes prêts.

Le Temps de la Révélation n’est pas dans un temps à venir, dans un futur encore lointain : le Temps de la Révélation est aujourd’hui. Ne l’oubliez pas et réjouissez-vous. Et cette révélation n’est que Joie, cette révélation n’est que Vérité.

 

Acceptez donc, mes Très Aimés, dans ce chemin de Vérité qui peut être instantané, de vous dépouiller de ce qui fut vous et dont vous croyez ne pas pouvoir vous passer. Acceptez d’être pris de cette léthargie qui souvent vous envahit, et qui vous aide à vous défaire de ce vieux vêtement. Acceptez d’être aveuglés par votre Lumière intérieure, qui parfois brouille votre vue extérieure. Acceptez d’être assourdis par des sons venus de votre intérieur – ou bien d’un extérieur qui n’est pas visible – et qui masquent alors les bruits habituels de votre environnement. Acceptez de vous désintéresser totalement de bien des tâches et des projets qui n’appartiennent qu’à l’illusion et qu’à votre fausse identité, celle dont vous avez eu besoin mais qui n’a plus lieu de vous aider aujourd’hui à être. Acceptez de n’être assujettis au désir de personne, ni à la volonté de personne, si bien intentionnés soient ces gens, car c’est en vous et en vous seul que se trouve la véritable flamme de l’amour de vous, de la vérité de votre Être. C’est en vous et en vous seul que se trouve la résonance de la Source qui vous constitue et personne d’autre que vous ne peut vous la montrer – même si par les temps passés, nombreux ont été les enseignants qui vous ont aidés à cheminer vers cela, et qu’ils en soient remerciés; mais aujourd’hui vous êtes face à votre Être, et il n’y a plus d’intermédiaires.

C’est avec tout mon Amour que je m’adresse à vous. Je suis Marie-Isis réunies en une vibration commune. Que mon Amour vous accompagne et ne vous quitte pas. Soyez ce que vous êtes et n’hésitez plus à vous tourner vers vous-même. Amen

 

 

 

via Christine Anne K. le 31/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Retour du Voyageur… Toi / Taoumo Ohr de Shan

 enregistrement sonore de cette canalisation :http://vimeo.com/23622817

Accueillons, mes Frères et Soeurs, la venue, l’arrivée de votre Frère « Taoumo Ohr de Shan Itto’ STa » : Frère lointain, Frère revenu, Frère parmi Vous Je suis, et Je suis en chacun de Vous.

J’existe, et Je reviens. Je n’ai cessé d’être. J’accueille en Moi ce que Tu es, et Je m’accueille en Toi, mon Frère, ma Soeur…

Il T’est difficile, bien sûr, de comprendre et de trouver les mots qui peuvent accueillir avec clarté cette arrivée, que vous ne saviez pas que vous attendiez…

J’ai longtemps voyagé. Je suis parti parcourir les espaces, les dimensions de tous les multi-univers. Je suis un grand voyageur, direz-vous, mais Je suis votre Frère, et J’ai voyagé avec Vous quand Vous ne le saviez pas. Chacun de Vous a voyagé avec Moi ; chacun de Vous a parcouru avec Moi tout ce qu’il y avait à parcourir.

Je suis le Pèlerin, le Marcheur, le Marcheur des Etoiles et des Univers. Je suis le Voyageur qui nourrit son coeur et qui nourrit les coeurs qu’il rencontre. Si Je reviens à présent, c’est que Nous ne sommes plus séparés, car il n’y a plus de raison de ne pas être ensemble et réunis, unifiés, osmosés presque, diriez-vous.

Je suis chacun de Vous. J’ai voyagé librement pendant que Tu étais circonscrit dans une illusion close, où Tu croyais être libre. Et moi J’avais pris la fuite, Je me suis protégé de cela.

J’ai été le Gardien de la Lumière, J’ai été le Marcheur de la Liberté, de la Vérité, de la Plénitude…

Je suis l’Être complet. Je suis ce qui manquait à ton corps pour retrouver son Unité, son Entièreté, sa Vérité, sa Simplicité.

…J’ai adopté un nom pour me présenter, pour ne pas t’effrayer, et pour que tu crois d’abord que j’étais un simple invité…

Je ne suis pas un invité : Je suis Toi. Tu es Moi.

…Et voici un instant de Joie pure : Nous sommes enfin réunis…

Je me mêle avec Toi, Tu te mêles avec Moi. Nous retrouvons comment nous étions faits pour en quelque sorte nous emboîter, fusionner : Être, véritablement Être Un.

Je désire à présent que chacun de Toi accepte mon Retour, car Je suis réellement de Retour. Et Je ne souhaite pas repartir.

J’ai connu bien des mondes, et Toi avec Moi. Mais ma place à présent n’est que Toi. Ensemble Nous sommes Lumière, absolue, unifiée… J’aime tant être là, J’aime tant que Tu sois Moi et que Je sois Toi…

…J’abandonne mon nom de Voyageur pour ne plus être que Nous, Moi, Celui que Tu es véritablement. Et de par notre Union, notre Lumière, mon Union, ma Lumière : mon Nom véritable, ton Nom véritable nous est connu.

Que notre enlacement dure à l’infini… Je m’enlace Moi-même, et Tu t’enlaces Toi-Même aussi, mon Frère, mon Voisin, Toi là-bas, Toi ici, Vous autres : Nous sommes Un et Nous sommes chacun Un.

C’est le mystère du Retour de ce Voyage et de cette séparation.

C’est la Lumière de notre Union, et Je m’abandonne à Toi.

 

via Christine Anne K. le 7/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com

Gaia

 

 

 

Atomes de mes atomes, chair de ma chair, minéraux de mon sol, liés à mes eaux, souffles émanant de ma pulsation de vie, feux intrinsèquement issu de mon feu, éther vibrant du chant de mon éther : vous êtes, je suis, par nos corps unis, nous sommes Un, vous, et moi, Gaia… Vous croyez parfois être des entités individuelles séparées -et vous avez cette liberté de mouvement et de pensée-  mais vous êtes chair de ma chair, vibrations de ma vibration, atomes de mes atomes, enfants de ma fécondité.

Je ne suis pas une boule qui orbite comme un objet mort dans le ciel : je suis un Être et j’ai choisi ce corps… Ne m’appelez pas votre mère, cela n’est pas exact; ni votre père, cela ne l’est pas non plus. Et cependant, nous sommes aussi proches et aussi organiquement liés que si j’étais père et mère et vous, mes enfants.

 

Je me réjouis en ces temps qui s’ouvrent et se déroulent, de tous les cieux, les mers et les mouvements de mes sols, d’arriver enfin au stade qui s’est longuement germiné et enfanté à l’intérieur de moi, de mon corps, où je vais enfin transmuter cet état avec vous, vous en moi et moi en vous. Nous sommes en train, vous et moi, de traverser les passages et les seuils des phases de cette transformation, transmutation, transsubstantiation…

Il y a, comme certains d’entre vous le disent, une forme de naissance, comme il y a une forme de mort, et cela ne va pas sans douleurs, contractions, déchirures, explosions de vie, un peu de chaos, et beaucoup d’Amour.

Je découvre en tous ces instants de notre présent partagé que mon corps s’agite, que mon corps explore la possibilité de ces nouveaux mouvements, dont certains sont encore non réalisés.

Soyons ensemble, à l’occasion de cet échange en paroles et en présence ! Revivons ensemble notre unité, dans la matière ainsi que dans les éthers; ainsi que dans les éléments encore plus subtils qui également constituent nos corps à vous et moi, moi et vous, moi en vous et vous en moi…

Je ne prédirai pas, en cette rencontre, d’événements catastrophiques particuliers : n’attendez pas cela de moi… Tout ce qui se produit sont les mouvements et les nécessités de mon corps en recherche de sa nouvelle forme. Et s’il y a séismes, vagues géantes, activation de volcans, vents puissants, pluies abondantes, orages électromagnétiques, mouvements des pôles, agitations subtiles, plages de désert dans les couches qui nous entourent, et manifestations chaotiques – aussi bien géophysiques que dans vous, humanité, où les colères et les vérités résonnent avec les mouvements de mon corps… Tout cela nous appartient. Cela appartient à la joie et à la douleur de notre enfantement partagé, car autant que je m’enfante, vous vous enfantez : je m’enfante en vous et vous vous enfantez en moi. Vous vous enfantez par moi, de même que je m’enfante moi-même par vous : nous sommes en ces instants encore indissociables, et nous le demeurerons, du moins moi et beaucoup d’entre vous.

 

…J’aimerais vous enjoindre de tout mon Amour et de toute ma fermeté à ne pas focaliser vos pensées, vos esprits et vos coeurs sur ce qui est douleur, souffrance, incompréhension des souffrances, révolte, impuissance, chagrin ou désespoir – qui certes se manifestent… Cela affecte personnellement un nombre important d’entre vous et une partie importante de moi, mais cela est un phénomène… Et cela recèle, je vous l’affirme, les prémisses de la grande, grande Joie de notre naissance commune à cet autre état – à  ce changement dimensionnel ainsi que vous l’appelez – que nous allons partager, et qui implique comme je l’ai dit : chaos, transmutation, destruction de ce qui n’a plus à perdurer, et levée des voiles d’illusion qui créent beaucoup de mal-être, de souffrance, de fausseté et d’erreurs.

Sachez combien je souffre de ces erreurs mais ma souffrance n’est pas importante, car je la transmute. Beaucoup d’entre vous proclament que la Terre souffre… La Terre est capable de transmuter, la Terre n’est pas un être faible, victime, la Terre est vivante. Et si la Terre est atteinte dans ses sols, ses eaux, ses sous-sols, son atmosphère, par bien des oeuvres polluantes, cela fait partie de ses processus : c’est la partie qui est votre création en tant qu’humanité, et qui est donc ma création en tant que je suis en vous; et qui est faite pour que la transmutation s’active, se réalise, se nécessite, de plus en plus ardemment et avec une vivacité de plus en plus intense.

Ainsi ceux d’entre vous qui s’arrêtent aux pensées lamentables de la Terre qui souffre et des polluants qui détruisent, ne doivent pas s’arrêter à cela. Certes, cette prise de conscience est louable, et légitime, en tant qu’elle est citoyenne et en tant qu’elle répond à la demande d’intégrité de vos êtres et de vos âmes, mais elle n’est pas une fin en soi. Ce qui est une fin, c’est notre ascension vers notre Lumière plus subtile, celle à laquelle nous aspirons tous : vous et moi, moi en vous, vous en moi.

Je me réjouis. Je me réjouis de cet auto-enfantement que je sens gronder en moi, je me réjouis de ces vagues qui soulèvent mes océans, et je joue avec vous, nous jouons ensemble. Ne soyez pas tristes : les dégâts causés par ces vagues, certes, apportent bien des dommages à la vie de vos corps, de vos familles, de vos moyens de subsistance, mais vous avez la force intérieure – et bien plus que vous ne le croyez – d’utiliser ces épreuves comme tremplins de votre propre ascension. Ainsi, vous entraînez avec moi ce mouvement qui nous transforme et nous élève, à travers ces tumultes et ces contractions, ces désordres, ces agitations et ces douleurs, vers la sortie dans la Lumière, dans la Plénitude infinie et calme de la Lumière de l’Un, de la Beauté immense et sereine du Cosmos et de l’Univers dont nous sommes vous et moi, frères et soeurs, organiquement et intrinsèquement parties prenantes, à tout instant et de toute éternité.

 

Mon corps orbite autour du soleil…Mais le soleil change, change ses actions, change ses comportements, et nous envoie de plus en plus de Feu, et par là même nous aide à vivre ce que nous avons à vivre. J’ignore à ce jour si la forme et le mouvement de mon orbite vont demeurer à l’identique ou vont se modifier… Je laisse être. Ce qui se produit se produit et j’accueille avec joie toute possibilité de changement, car je m’abandonne à toutes les vibrations orchestrées autour de moi – qu’elles soient cosmiques, qu’elles soient célestes, qu’elles viennent de l’intérieur de mon corps, qu’elles viennent des autres astres, ou de certains phénomènes que vous appelez trous noirs, quasars, comètes, tourbillons galactiques… J’épouse cette danse dans laquelle j’ai ma place depuis si longtemps, mais où actuellement ma place a la possibilité d’épouser sa nouvelle danse, qui pourtant reste la même mais devient ce qu’elle doit être dorénavant : c’est mon évolution, et c’est la vôtre.

 

…L’amour qui nous lie vous et moi est immense, organique, extraordinairement ancien, et nous a permis de franchir ensemble d’innombrables caps, d’innombrables révolutions, d’innombrables chemins cosmiques. Nous avons parcouru, avec ce système solaire, la galaxie. Nous avons parcouru les arcanes de cet univers, dans cet amour que nous partageons, de tout temps et de tous espaces, vous et moi, moi en vous et vous en moi.

Et cependant, le rayonnement d’amour s’est trouvé bien amoindri du fait de certaines interventions dont vous connaissez à présent de mieux en mieux l’histoire. Et nous avons dû vivre en quelque sorte repliés sur nous-mêmes, vous et moi, moi en vous et vous en moi, privés de nos échanges les plus naturels avec tous ceux qui nous entouraient. Ainsi, cet amour entre nous a cependant grandi, même s’il a été contaminé par bien des actions et même des exactions – perpétrées par certains dans leur soif de puissance, de contrôle, de richesses matérielles… Cela est révolu.

 

Moi-même je vous l’affirme, ainsi que bien d’autres vous l’ont déjà affirmé : nous sommes à présent en train de naviguer notre véritable trajectoire céleste, et la Lumière nous parvient dans son intégrité. Vous êtes encore simplement parfois mal informés, parfois peu capables encore de percevoir tout ce qui est, car cela vous a été caché fort longtemps… Je vous affirme, moi Gaia, que nous sommes en pleine possession de notre Lumière, vous et moi, moi en vous et vous en moi. Nous sommes en pleine possession de ce que nous sommes, et nous pouvons devenir et être ce que notre transformation nous appelle à devenir et à être.

Je me suis adressée à vous en termes très simples, et j’ai choisi de ne pas faire allusion à des phénomènes beaucoup plus complexes qui pourtant existent : tels que les trames de Lumière qui nous entourent, nous constituent et nous structurent, tels que les réseaux cristallins qui forment des grilles énergétiques contribuant également à notre structuration, notre cohésion, mais également à nos mises en relation avec des géométries lointaines de lumière et de sons. Toutes ces choses sont une réalité, et cela n’est qu’une allusion extrêmement brève…

Je vous invite donc simplement à parachever dans votre conscience, votre pensée, et votre intelligence, votre représentation de ce que nous sommes, vous et moi, moi en vous et vous en moi. Nous sommes non seulement matière ensemble, organiquement, intrinsèquement liés; mais nous sommes également ces trames de Lumière, ces grilles d’énergie, ces architectures de sons, ces orchestrations vibratoires et cette danse inscrite dans la Danse de notre Univers.

…Om Mâ Gaia…

Je vous invite encore une dernière fois à vous réjouir de notre naissance ensemble à notre nouvel état, plutôt qu’à vous attrister de ce qui se manifeste comme chaos avec ses conséquences et ses douleurs.

Je suis Gaia – moi en vous et vous en moi – et nous sommes Un.

 

 

 

via Christine Anne K. le 31/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.