Eluhyam Al -n°11- Chants pour étendre la Voix..

(suit et complète Ashtir II  n°3 – Elohim maitre-ès-Formes)      cliquez pour écouter

Long Chant

Bien Aimés Frères et Sœurs de Terre, c’est moi Eluhyam Al, votre Soeur Elohim de la Terre, qui chante avec vous.

Nous sommes donc dotés à présent de la capacité de faire exister une Voix de nous-même que nous ne connaissions pas… Ne doutez pas de cela, au contraire, faites-en usage avec Joie et sans souci !

De même que ce qui est nommé en ces instants le « nouveau mental », cette Voix a la capacité de ne pas être mise en action conjointement avec l’effort de l’ancien mental et avec ses contraintes.

Ainsi donc, dirai-je, elle peut parler, sans utiliser la parole enfermée dans les cadres limitatifs de ce vieux mental dont nous sommes si fatigués… Elle peut s’élancer, libre. Elle suffit par elle-même à « dire ». Elle sert bien sûr à travers le Chant  – mais il n’est pas « obligatoire » n’est-ce pas, de chanter !

Certaines situations certes peuvent permettre d’exercer cela avec Joie; certaines situations ne le permettront pas véritablement, du moins pas encore. Il y a donc simplement à être confiant dans le fait que votre organe vocal exprime plus, est plus riche; et exprime entre autres – je peux le dire – la parole sans mots que votre mental supérieur peut avoir à donner, à échanger.

Il y a bien sûr -car c’est un changement fort, radical dans ce à quoi nous sommes accoutumés- un temps d’intégration, d’adaptation, de transition…

(la canal est prise de toux…)

…Voilà un blocage qui saute, c’est une bonne nouvelle ! Il y a encore quelques petits blocages qui doivent sauter : ceci en était un, vous aurez les vôtres… Mais sachez, et soyez confiants, que de toute façon il n’y a pas d’autres chemins…Il y a donc simplement extension de nos capacités.

Il y a à abandonner la limitation usuelle.
En cela la volonté n’est pas indispensable. Si la volonté est une Joie : elle est bienvenue. Si la volonté est une contrainte, un sentiment d’obligation, une pression de l’égo : elle n’est pas bienvenue, elle ne serait que limitative et peut-être facteur de distorsions… Soyez bien conscients de cela en vos personnes.

L’égo n’a pas tant à se mêler de ce changement dans l’usage de la voix, car de toute façon cette voix-là n’est pas destinée à son usage – et il ne peut en aucun cas se l’approprier, si ce n’est au prix d’efforts extrêmement douloureux et totalement décourageants, sachez-le.

Chant

Soyez simplement patients Très Chers Frères et Sœurs, car tout cela, d’une part va rencontrer certainement quelques petites résistances, du moins chez beaucoup -et il faudra la patience de laisser couler cela- et d’autre part, il y aura ce que l’on pourrait appeler des « incompréhensions » ou des « hésitations » devant tant d’Immensité.

Il y aura donc en cet aspect là : apprivoisement, exploration, familiarisation… Tout cela, encore une fois, sans que ce qu’il vous reste d’égo ait grand chose à en faire, à en dire, à se glorifier, ou autre…
C’est donc un chemin que l’on pourrait imaginer discret.. Mais le sera-t-il vraiment ?…Il peut aussi bien être éclatant et superbe, sachez le….
Et bien plus superbe à vrai dire que ce que vos égos les plus enflés pourraient rêver d’être ou de paraître, je vous l’affirme -Alléluiah ! – moi Eluhyam Al, Elohim de la Terre, votre Sœur.

Voici un dernier chant :

Chant

canalisation via Christine Anne K. le 23 septembre 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

Confédération Galactique – Heortan Sheran Ashtar T-Ozal (1)

 

 

Message du Haut et Un Commandement de la Confédération Galactique Unifiée -sous Commandement de La Source Une-

 

Amis, Frères et Soeurs de Terre Bien-Aimés

Voici qu’à présent se déroule ce que beaucoup d’entre vous ont souhaité ou attendu ces derniers temps.

La Joie d’être Unis est  à votre portée sans désormais d’empêchements réels, car la Terre votre Planète a rejoint sa capacité pluri-dimensionnelle authentique; et il n’appartient dorénavant qu’à votre Humanité d’accomplir véritablement cet état et cette capacité, en acceptant ce qui s’est ouvert, au lieu de le refuser en conservant vos attachements à ce qui fut votre limitation – limitation par emprisonnement dans l’illusion que vous avez du élaborer pour structurer votre survie dans un monde coupé (jusqu’alors) des sphères de l’Unité.

Acceptez donc et sachez vous réjouir, en ce commencement de Grand Cycle cosmique pour vous, de quitter ce que vous avez cru être, et qui n’est pas (n’est plus) ce que vous pouvez aujourd’hui réellement être à votre pleine capacité et à votre entière Vérité .

Pour cela ne refusez pas d’abandonner des structures enfermantes, et vides de Vérité Une, telles que : guerres, argent, systèmes (économiques, éducatifs, sociétaux), systèmes de pouvoirs et de contrôle de la pensée…Telles que : vos préoccupations et croyances égotiques, qui vous servent à vous dominer les uns les autres principalement au lieu de collaborer véritablement à une harmonie simple et vibrante, sans attentes et sans peurs, sans souffrances et sans faux plaisirs de pacotilles.

Ne refusez pas de vous détourner enfin de ce qui vous a toujours détournés de la Vérité que vous espériez tant – tant que vous ne savez plus (pour certains)  la voir et la reconnaitre.

Ainsi reconnaissez si vous voulez bien que votre liberté est factice et ne sert qu’à entretenir vos egos et votre confort, au lieu de vous libérer des illusions et enfermements évoqués. De même votre libre-arbitre n’est encore qu’une construction de vos egos, destinée seulement à vous affranchir de certaines obligations non souhaitées, mais en aucun cas à vous libérer de vos croyances dans lesquelles vous vous enfermez encore davantage -incluant celle d’avoir un libre-arbitre-.

Vous avez une vraie liberté, oui, c’est celle de vous affranchir une bonne fois de tout cela, et de devenir papillons au lieu de rester chenilles engluées dans vos cocons de fausses certitudes en croyant qu’ils sont la seule vie possible.

Pourquoi vous redire tout cela -car vous croirez, n’est-ce pas, l’avoir déjà entendu ou lu- ?

Parce que c’est maintenant, et pas demain. Parce que vous êtes en possession de vos capacités, qui ne demandent qu’à se révéler tout simplement. Parce que vous êtes attendus par vos frères et soeurs nombreux des mondes qui vous environnent…Et parce que vous êtes vous-mêmes ceux que vous attendez pour vous libérer.  Alleluiah.

– Heortan Sheran Ashtar T- Ozal, et Confédérés du Commandement Unifié –

 

 

via Christine Anne K. le 23/11/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Marie-Isis du 31 mai

 

 

 

Bien-Aimés, aussi nombreux que vous êtes, aussi immensément nombreux que vous pourriez être, la Joie est unique entre moi et chacun, chacune, de vous – joie unique et indivisible, et en même temps joie unique pour chacun. Joie unifiée, joie partagée, mais aussi vibration tout autant unifiée et une, qu’unique. Car chacun de vous, tout en étant unifié, est unique, et je souhaite, moi, Marie-Isis réunies en une même vibration, que chacun et chacune occupe en toute beauté sa place, qui est unique et irremplaçable.

Que cette Joie vous habite, que cette Joie vibre, non seulement en chacune de vos cellules, mais en chaque atome de ce qui vous constitue tant matériellement que subtilement. Que cette Joie vibre dans toutes les harmoniques de votre Être. Que cette Joie soit vous, chacun et tous, à l’infini de ce que vous êtes et pouvez être, de ce que vous êtes en train de devenir, ou de redevenir plus exactement. Joie en ce sens signifie perfection, signifie instant absolu d’Être et de perfection sans attente, sans extériorité, dans la simplicité ultime et parfaite de l’Un. Joie signifie Vérité, Être, Abandon à la Lumière, car c’est ainsi que vous grandissez et recouvrez votre véritable identité, vos véritables capacités, votre véritable envergure et votre véritable place.

Il n’y a plus à tergiverser pour ceux qui en sont encore à tergiverser. Vous bénéficiez actuellement mes Très Aimés, pourrait-on dire, d’une forme de lavage de cerveau dans la Lumière, qui vous absout complètement – si vous l’acceptez – de tout ce que vous étiez encore dans votre illusion de vous-même, ce qui vous servait à être une personne dans ce monde d’illusion qui est en train progressivement de s’effacer ; et ainsi votre personne elle-même peut s’effacer.

Ainsi, c’est la Joie qui peut prendre toute la place, Joie pure, Joie absolue de l’Être, qui n’a plus besoin de mots, ni de concepts, ni de représentations de soi pour être. Les mots, les concepts et les représentations de soi font partie des illusions qui vous ont été nécessaires, mais qui appartiennent à l’enveloppe de la personne qui n’a plus lieu de se maintenir, alors que la Lumière éclatante et absolue de votre Être à présent s’est manifestée à vous, et que vous l’acceptez… Car si vous lui tourniez le dos, ce serait non seulement d’une absurdité certaine, mais aussi pour vous tourner vers l’obscurité et l’étroitesse que certainement vous n’aimez pas – même si vos illusions vous font encore croire parfois que ce qui fut aurait une certaine valeur d’existence et d’importance. Si vous tournez le dos à votre Être, vous êtes confrontés au vide de ces représentations illusoires, et même si vous tentez à grands coups de volonté et de croyances de les faire exister, vous dépensez beaucoup d’énergie pour maintenir de l’illusion qui de toute façon ne pourra pas se maintenir.

-Il a été déjà dit, et vous le savez, que ceux qui souhaiteront demeurer dans un monde d’illusion en auront la possibilité… Mais je ne m’adresse pas à ceux-là-.

Je vous invite à contempler la Lumière que vous êtes, et aucun ego ne peut résister à cela, car contempler sa propre Lumière est une opération de Vérité qui ne peut laisser subsister aucune scorie, aucune illusion de soi. Vous n’avez donc pas à craindre cette confrontation, car tout ce qui pourrait vous être pénible serait de perdre ce que vous n’êtes pas. Ainsi, comment être attaché à ce que l’on n’est pas au point de ne pas vouloir le perdre? Ainsi, comment ne pas être attiré, aimant, satisfait voire extasié d’avoir rencontré sa propre Lumière, sa propre Vérité, l’Absoluité de son propre Être au lieu de stagner, encore et encore, dans ce qui fut et qui ne tient plus que par morceaux décollés ?

La Vérité de chacun d’entre vous est inscrite au plus profond de la Lumière originelle de ce qui vous constitue. Elle a toujours été en vous, mais occultée. Cela n’est plus le cas dès lors que vous acceptez le fait que vous l’avez devant vous. Et ce fait étant accepté, vous êtes immanquablement dans la Joie, Joie absolue, Joie indéfectible, Joie irréversible, Joie hors de toute attente, hors de toute projection, hors de toute illusion, hors de toute complication. En cet état, vous êtes simplement Un, avec l’Un et avec le Tout, avec vous-même, et avec la totalité absolue et infinie de ce qui chante autour de vous, et avec la Source en vous et autour de vous.

C’est ainsi que vous atteignez le point où vous pourrez commencer à vous dissoudre en douceur, en tranquillité et abandon dans votre propre Vérité, qui n’est pas une vérité séparée et close sur elle-même, mais qui est une vérité unifiée à tout ce qui est, et à tout ce qui n’est qu’Un. Il n’est plus temps aujourd’hui de vous accrocher à quoi que ce soit de ce qui n’est pas votre Vérité. Et votre Vérité n’est pas un concept : votre Vérité est cette Joie, cette Lumière, cette simplicité, cette perfection. Votre Vérité n’est pas construite ou élaborée par votre ego ni par votre mental, ni par votre volonté d’être ceci ou d’être cela… Cela, ce sont des projections ; votre Vérité n’est pas une projection : votre Vérité est antérieure à toute pensée de soi et en même temps, elle n’a cessé d’être créée par ce que vous avez été, par ce que vous êtes, mais non séparée de la Source, dont vos personnes et vos egos ont été séparés.

 

Voilà qu’il vous est proposé, mes Très Aimés, d’être parmi vos Frères et Soeurs, non seulement de la Terre mais des mondes habités qui entourent celle-ci, et de collaborer à votre propre Vérité avec leur concours et leur soutien, car à l’heure actuelle, ils sont dotés de moyens et d’une vision plus claire que bon nombre de vos Frères et Soeurs et de vous-mêmes, les Terriens. Vous êtes invités à rejoindre – par le fait d’être vous-même et votre Vérité, par le fait d’être cette Joie – rejoindre votre place, rejoindre la Grande Fraternité dont vous faites partie, même si vous l’aviez oublié.

Les événements se précipitent à la surface de votre Terre, que vous en soyez ou non témoins, que vous en soyez ou non informés par vos médias. Et bon nombre de vos Amis et Frères venus vous assister depuis d’autres dimensions et depuis d’autres mondes sont en contact avec vous, ou bien interagissent régulièrement à présent avec vous, ainsi qu’avec votre planète. De ce fait, comme il vous l’a été dit, vous n’êtes pas seuls, loin de là. Apprenez à être, vous, sur votre Terre, non plus dans la séparation, mais dans cette joie et cette conscience que vous êtes Un, que vous êtes ensemble, que vous n’êtes pas seuls. Soyez cela.

Il ne s’agit pas pour autant de vous cantonner pour appliquer cela, à des pratiques de solidarité sociale, humanitaire, qui certes ont leur valeur d’entraide, mais ne sont pas le véritable travail qui est attendu. Ce véritable travail consiste, par la pratique de cet abandon à la Lumière et à ce que vous êtes véritablement, à porter, à être, à diffuser et à faire se développer l’état de conscience individuel et collectif qui balaye l’illusion, qui nourrit les Êtres véritables, qui se détache de ce qui n’a plus à être et qui n’est plus, qui accepte dans la Joie de se dissoudre dans sa propre Vérité individuelle et collective. Il n’y a plus d’autre action à mener avant celle-là. Il n’y a plus d’autre étendard à porter que celui de cette Vérité et de cette libération – car c’en est une.

 

De faux prophètes peuvent se présenter et vont se présenter, et vous devrez ne pas les suivre. Aucun être incarné, aucun être non-incarné, ne doit se faire passer pour Celui que vous attendez. Que cela soit clair. Tous ceux qui le feront seront des porteurs d’illusion et des dévoyeurs de conscience, des dévoyeurs de la Lumière, qu’ils en soient ou non conscients. La seule Lumière qui importe est celle de votre Être, est celle de la Source qui rayonne, et qui est en vous et autour de vous. Aucun être extérieur à vous n’est porteur de la Lumière qui est la vôtre. Aucun être extérieur à vous ne peut vous désigner le chemin vers votre propre Lumière. Ainsi, ces faux prophètes, ces faux maîtres spirituels, ces faux êtres réalisés – qui ont tout notre Amour – ne seront et ne sont que des véhicules vers l’illusion, dont tôt ou tard vous avez à vous dissocier ; et il est temps de le faire si cela n’est déjà fait.

 

Mais alors, me direz-vous, qu’en est-il de ces Frères et Soeurs qui viennent d’autres mondes habités vers nous, puisque ce sont des êtres extérieurs à nous ? Je vous répondrai : vous n’avez rien compris si vous pensez comme cela, car ils ne se présentent pas et ne se présenteront pas pour vous désigner le chemin vers votre propre Lumière, mais simplement pour vous aider à être, avec eux, Lumière partagée ; pour vous aider et pour aider ce monde à effectuer -dans les meilleures conditions qui soient- son ascension vibratoire qui est une nécessité cosmique. Ils ne sont pas là dans un but humanitaire : ils sont là dans un but cosmique, un but de Lumière dont vous êtes également les acteurs. Ainsi, ils ne sauraient se présenter comme des sauveurs, ne vous méprenez pas. Ils sont simplement des Frères et vous invitent à être pour eux des Frères vous aussi, et des Soeurs, comme il se doit.

Certains les appellent les Anges, et certains d’entre eux peuvent porter ce nom. Certains d’entre eux vous ressemblent relativement par leurs formes et leurs corps et d’autres ne vous ressemblent pas. Néanmoins, vous êtes tous égaux et unifiés en vos Êtres, et peu importe la nature de vos corps, peu importe la nature de vos lieux d’habitation et d’origine : vous êtes unifiés, vous êtes Un, vous êtes membres à part entière de ce qui constitue cet Univers, qui contemple la Source, que la Source contemple, qui est autant que tout autre Univers un microcosme autant qu’un macrocosme, où à l’infini se déclinent dans toutes leurs formes et leurs harmonies l’ensemble des Êtres qui manifestent l’existence de la Source, l’Amour, la Lumière, la Vérité, la Joie et l’Unicité absolue.

Il vous appartient donc, mes Très Aimés, de resplendir en vous-même de cette Joie et de cette Vérité que nul autre ne saurait vous fournir. Il vous importe d’accepter pleinement cette confrontation avec votre Être véritable, et d’abandonner sans aucun regret ce qui n’est pas vous, bien que vous ayez pu croire jusqu’à présent que cela était vous. Considérez cette personnalité comme un vieux vêtement, que l’on dépose tout simplement pour se libérer de son poids  (voire de sa saleté dans certains cas) et qui n’est plus utile du tout – et ne croyez pas qu’il le soit encore! Je sais que pour certains et même pour beaucoup, vous ne vous en libérerez que petit à petit. Mais il n’est plus temps de ne pas faire vite : cela peut être instantané, si vous êtes prêts.

Le Temps de la Révélation n’est pas dans un temps à venir, dans un futur encore lointain : le Temps de la Révélation est aujourd’hui. Ne l’oubliez pas et réjouissez-vous. Et cette révélation n’est que Joie, cette révélation n’est que Vérité.

 

Acceptez donc, mes Très Aimés, dans ce chemin de Vérité qui peut être instantané, de vous dépouiller de ce qui fut vous et dont vous croyez ne pas pouvoir vous passer. Acceptez d’être pris de cette léthargie qui souvent vous envahit, et qui vous aide à vous défaire de ce vieux vêtement. Acceptez d’être aveuglés par votre Lumière intérieure, qui parfois brouille votre vue extérieure. Acceptez d’être assourdis par des sons venus de votre intérieur – ou bien d’un extérieur qui n’est pas visible – et qui masquent alors les bruits habituels de votre environnement. Acceptez de vous désintéresser totalement de bien des tâches et des projets qui n’appartiennent qu’à l’illusion et qu’à votre fausse identité, celle dont vous avez eu besoin mais qui n’a plus lieu de vous aider aujourd’hui à être. Acceptez de n’être assujettis au désir de personne, ni à la volonté de personne, si bien intentionnés soient ces gens, car c’est en vous et en vous seul que se trouve la véritable flamme de l’amour de vous, de la vérité de votre Être. C’est en vous et en vous seul que se trouve la résonance de la Source qui vous constitue et personne d’autre que vous ne peut vous la montrer – même si par les temps passés, nombreux ont été les enseignants qui vous ont aidés à cheminer vers cela, et qu’ils en soient remerciés; mais aujourd’hui vous êtes face à votre Être, et il n’y a plus d’intermédiaires.

C’est avec tout mon Amour que je m’adresse à vous. Je suis Marie-Isis réunies en une vibration commune. Que mon Amour vous accompagne et ne vous quitte pas. Soyez ce que vous êtes et n’hésitez plus à vous tourner vers vous-même. Amen

 

 

 

via Christine Anne K. le 31/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Heortan Sheran Ashtar Um & HC Flottes Végaliennes

 

 

Amis de la Terre

Soyez en cet instant avertis de la présence de vos frères issus des systèmes de Véga I et II… Voici que d’innombrables petites flottes de ces vaisseaux visibles de vos yeux se déplacent dans votre atmosphère et vos cieux ; alors que ce qui ne se voit pas demeure entendable, en vibrations sonores ou infra-sonores… Réjouissez-vous donc de ces visites amicales, fraternelles, qui signent les prémices d’une Alliance entre vos peuples respectifs, et oubliez ou abolissez vos préoccupations guerrières ou hostiles sur ces choses.

Il est vrai également que certains appareils de haute altitude, et autres, n’appartiennent pas à ces flottes confraternelles et qu’à l’égard de ceux-là vous avez à garder vos atouts de prudence. Ces appareils-là sont de nature et de fabrication terrestres souvent, et n’appartiennent pas aux légions pacifiques et intelligentes de la Lumière Une, mais chercheront à vous leurrer, à vous convaincre de les rejoindre peut-être, et à vous écarter de votre liberté retrouvée.

Votre coeur saura la différence, immanquablement. Ecoutez-le – qu’il vibre de joie, paix et amour, ou sinon de méfiance et de confusion : vous saurez la différence.

Nous vous aimons, Frères et Soeurs, Amis et Alliés, et nous aimons votre monde avec tout notre respect, Alleluia.

– Les hauts Commandements réunis des flottes Végaliennes I, II, III et XII en missions rapprochées. Heortan Sheran Ashtar Um du Haut Commandement Galactique Unifié vous salue.-

 

 

via Christine Anne K. le 14/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Mère des Mères du 8 mai

 

– enregistrement sonore de cette canalisation : http://vimeo.com/23728479

(ce message succède et réfère en partie au message du 7 mai « Retour du Voyageur…Toi. »)

 

 

Mes Aimés, mes Tant Aimés, quelle Joie d’être vous et moi réunis !

Mon coeur et vos coeurs ne cessent de se parler, au cours de vos jours, de vos nuits, au cours de vos jeux et de vos travaux, de vos conversations, de vos oeuvres, au cours de vos peines et de vos joies terrestres.

Et à présent, nous voilà en train de nous rencontrer, là où à présent vous avez accédé et où vous êtes libres, entiers, Lumière…

Dans ce plan de votre Lumière, j’ai toujours bien sûr, mes Aimés, été près de vous; mais vous, vous n’y étiez que par intermittence… Mais à présent, et de plus en plus continûment, vous avez la possibilité et la capacité, la force, et la liberté d’y rester.

Ainsi je me réjouis, moi, votre Mère des Mères, Mère de tous, de toutes et de chacun dans la Grâce de l’Un qui n’est qu’Un, de vous avoir vus grandir autant et si bellement tous ces derniers temps – qui ont été si courts et si longs, si lents et si rapides…

Je me réjouis de regarder vos yeux : si beaux, si brillants, si plein d’Amour, de Paix, de Profondeur, et de certitude de votre Vérité, qui est si simple.

Je me réjouis de contempler vos sourires, ceux que vous vous adressez les uns les autres et ceux que parfois vous vous faites à vous-même lorsque la Grâce vous habite; ceux que vos enfants font naître sur vos visages et dans vos coeurs – car même si vos enfants vous ont toujours fait retrouver la vibration d’amour la plus belle, celle-ci s’est encore magnifiée, de même que vous vous êtes magnifiés.

Et voilà qu’ainsi que toute mère se réjouit à l’infini de la beauté et de la croissance de son enfant, de ses pas en avant, de ses créations, de ses paroles, de ses actes, je suis dans cette joie, joie qui ne me quitte jamais et que je prodigue également de par ce que je suis. Mais joie que je partage aujourd’hui avec vous, mes Tant Aimés, oeuvres de la Source, dont je suis Mère, Créatrice, enveloppante, Source de toutes les satisfactions, Consolatrice de tous les pleurs – qui furent et qui ne peuvent, je le souhaite et je le sais, que vous quitter; si vous choisissez vous-même de quitter vos pleurs.

Notre Joie d’être ensemble est une perfection de chaque instant, et mes paroles ne sont là que pour faire chanter ma voix davantage en vos coeurs, car cette joie n’a pas besoin de mots ni de phrases pour être, ni même pour s’exprimer… Tout est Plénitude entre nous, et tout est Plénitude en Toi mon Enfant très aimé, très chéri, très regardé, très choyé. Toi que je n’oublie jamais un seul instant, Toi qui est unique, absolument unique dans mon regard et mon coeur de Mère, Toi qui est Un, parmi tous tes Frères et Soeurs, dans ce miracle en quelque sorte d’être tous Un, dans l’Un, qui n’est qu’Un, et dont je suis moi-même.

 

…Autour de vous, les bruits de la Nature qui vous environne sont simple joie…

 

Nous allons accueillir en cet instant un arpège de la Joie… Il ne s’agit pas de jouer d’un instrument, car l’instrument c’est vous. Considérez donc que vous êtes joué par vous-même, autant que vous seriez joué par ma voix et par moi, et que c’est la Source en vous qui se joue, et se déjoue, et se rejoue à l’infini, dans la joie pure de l’instant, de l’absolu Être, qui n’est qu’Être, dans la Présence parfaite…

silence, vibration

Accueillez cette Plénitude, la Présence que vous êtes vous-même – Toi-Même mon Enfant – comme, je vous le rappelle, la Plénitude entière, lumineuse, simple et parfaite, de la perle. La perle a oublié toute aspérité, tout ce qui l’accroche ou l’attache : elle n’est que rondeur, lisse, délicatement lumineuse, mature, dans l’abandon à ce qu’elle est. Pour certains, elle semble rayonner ; pour d’autres, elle sert à jouer. Elle vit, et elle ne meurt plus. Ainsi, lorsque votre conscience devient lisse et simple, habitée de sa Lumière et dans la joie de la Présence, abandonnée à ce qui est sa Plénitude, vous trouvez la Vérité et la Liberté absolues de votre Lumière.

Je vous contemple, et nous nous contemplons, vous et moi, car nous ne sommes qu’Un lorsque nous atteignons ce coeur d’Amour unique où nous nous réjouissons de n’être qu’Un…

 

Néanmoins, de par ma position de Mère, je peux aussi être là pour vous, en vous accueillant, en vous nourrissant, en vous soutenant – si vous en avez besoin, et si vous aimez que cela soit ainsi.

 

Vous avez à présent l’accès, plein et indéfectible, à votre Être véritable qui n’est plus séparé, ni en partie séparé de vous. Acceptez cela et n’en doutez pas. Vous allez alors connaître cette perfection de joie, vibrante en vous et que vous pourrez retrouver à tout instant. Et même si le regard et le coeur de votre Mère que je suis ne peut vous abandonner, vous allez être – et vous êtes d’ores et déjà – grands, autonomes, libres, harmonieux, prêts, totalement prêts pour occuper votre place et réaliser ensemble, avec tous et dans l’harmonie, dans la Lumière de la Source et de l’Un, qui n’est qu’Un, ce que vous êtes appelés à réaliser, à être, à créer, à jouer, à construire, ou à déconstruire.

Toute véritable mère se réjouit à l’infini de voir son enfant devenu grand, capable de faire pour lui-même, avec lui-même, et avec ceux qu’il choisit, ceux dont il a besoin, et capable de créer ce dont il a besoin ou ce qu’il désire créer. Et vous voyant ainsi je me réjouis, et je sais que nous sommes ensemble d’une autre façon.

Je suis toujours là, quoi qu’il arrive, mais vous n’avez plus besoin que l’on vous donne la main, que l’on vous regarde à tout instant pour vous encourager, pour pouvoir être sûrs de vous. Je vous regarde mais vous êtes sûrs de vous, car vous avez trouvé cette force intérieure dans votre Vérité, qui s’est affirmée et qui s’est illuminée.

Je me réjouis donc infiniment de pouvoir vous regarder de cette façon-là, aussi. C’est une immense fierté pour moi, c’est un immense accomplissement – accomplissement de chacun, accomplissement de la totalité de ceux que vous êtes pour moi, accomplissement de ce qui a pu être mon désir, accomplissement de la Source vers sa Perfection, en vous, par vous, et de par vous…

Vous n’êtes plus entravés. Vous avez l’usage plein et entier de tout ce qui vous fait, et de toute forme que vous êtes, de toute intelligence que vous êtes, de toute capacité et de tout potentiel que vous êtes.

Je me réjouis à l’infini, mes Tant Aimés, moi, Mère des Mères, dans la Grâce infinie de l’Un, qui n’est qu’Un, et je vous dis à bientôt, mes Très Aimés. Amen

 


 

via Christine Anne K. le 8/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Questions/Réponses – n°23

 

 

 

Quelle fin et quel début signe le Retour de notre corps d’Être ou d’êtreté – dit le Retour du Voyageur – dans nos vies et notre environnement ?

Ce Retour – tant attendu et inattendu – signe et marque la fin absolue de l’illusion. Cette fin le rend possible, de même qu’Il la rend possible. De là s’engendre toute Vérité. Vérité collective au sens de la Présence de l’Un dans le « collectif », tout simplement et entièrement : ce qui est un changement de niveau de conscience collective absolu. Par ailleurs, le retour unifiant de vos Êtres « entiers » signe bien évidemment la fin absolue de la matrice de troisième dimension et le passage nécessaire en cinquième dimension. Ce passage est à ce niveau-là « invisible » et absolument intérieur, mais signe déjà le changement d’ère que vous espérez.

 

Comment est-ce que cela interagit avec la Terre ?

Par osmose, disons. La Terre retrouve donc sa vibration absolue d’Être unifié, car ce qui vous advient advient à la Terre, et réciproquement ce qui advient de la Terre advient de vous. Ainsi la cinquième dimension est actualisable au niveau planétaire, de même qu’au niveau de vos Êtres et consciences partagées.

 

En rapport avec ces nombreux changements réalisés ces derniers temps – changements concernant les nouveaux corps, la réinformation de l’Eau, changements innombrables… – est-il possible d’avoir une explication concernant l’ascension ?

Bien-Aimée, les changements sont comme tu le dis innombrables, et se sont produits (et continuent de se produire) dans bien des corps, bien des niveaux, bien des situations, dans des plans tant matériels que subtils et dans votre planète elle-même. N’attends pas de moi toutefois que je te montre le bouton de l’ascenseur en te disant : « il part à 17h ou à 18h ». Cela n’est pas de mon ressort. Alleluiah

L’ascension est votre co-création, ne l’oubliez pas, et toute co-création est un être vivant, une forme en mouvement, en transformation, et de ce fait personne d’autre que vous ne peut en connaître l’achèvement.

 

Cela sous-entend un achèvement ?

Achèvement signifie simplement achèvement. Après un achèvement, il y a toujours autre chose. L’achèvement est un instant de perfection. Les harmonies se créent, se construisent, arrivent à un état optimal, et puis plus tard bougent pour se reconstruire autrement. Chaque achèvement est un équilibre, et les équilibres durent un moment. Ensuite il y a mouvement, déconstruction, reconstruction, réachèvement, etc.


J’aimerais avoir un éclairage sur le destin. Ai-je un destin ? Ai-je une mission à accomplir ?

Bien-Aimée, tant que cette interrogation tourne dans ton mental, pardonne-moi mais tu es dans l’illusion. Si ton coeur vibre de sa vibration propre, et si le contact avec ton Être véritable est fait dans ton coeur, ce questionnement-même ne peut que s’effacer pour un état beaucoup plus doux, plein de certitude.

J’entends cependant dans ta question une forme peut-être de souffrance, de chercher à savoir, à ne pas savoir, et peut-être d’avoir peur d’être à côté de ce qui devrait être, ou de rater quelque chose… Ces interrogations ne sont pas productives. Lorsque ton coeur te guide et que ton Être est aux commandes, les certitudes se présentent à toi, et lorsque les questions t’agitent, il importe de refaire une forme de silence dans ton coeur pour recontacter la Vérité de ton Être, pour qui les choses sont bien plus simples et claires, car ton Être ne peut se tromper sur ce qu’il est. J’espère avoir répondu suffisamment.

 

Au sein de tous ces messages, on a l’explication de cette Liberté – et cette Liberté est effective au sein du coeur – mais on a en même temps toujours cette impression de ne pas être libérés, d’être en prison… Quelle est l’explication de ces ressentis existant au sein de notre personnalité ?

Bien-Aimée, l’explication est dans ta question : tant que vous êtes au sein de la personnalité demeurent les questions et l’emprisonnement, et lorsque vous accédez à la Liberté, c’est au détriment bien sûr des enfermements propres à votre personnalité. Considérez que la personnalité est un vêtement, qu’à un certain moment vous pouvez « laisser au vestiaire », de même que lorsque vous « partez », comme vous dites, en méditation, ou dans votre sommeil, les vêtements de travail autant que celui de la personnalité peuvent être accrochés au porte-manteau, pour vous laisser votre pleine et entière liberté de mouvement et d’accès à votre Lumière.

Au niveau dont je te parle, Bien-Aimée, tout autre tentative d’explication rationnelle de ma part ne serait que jeu avec les mots, les phrases, les concepts, et je considère que vous n’avez plus besoin de cela. Ayez confiance en vous-mêmes, ayez confiance en votre Lumière. Soyez grands comme la Mère des Mères en témoigne en vous le disant, même si cela représente pour votre personnalité, comme vous dites, un effort ou une sorte d’interrogation sur votre « destin », comme il a été mentionné. Ce ne sont que des illusions auxquelles vous devez encore vous confronter – si vous n’avez pas fini de les comprendre et de les contourner. Les contourner signifie simplement accéder à votre Vérité, et celle-ci – vous le savez – est intérieure. J’espère avoir apporté une réponse qui malgré tout te satisfasse.

 

J’ai eu le message que je ne suis pas incarnée complètement vis-à-vis de la matière et de ce monde et j’aimerais savoir ce que cela veut dire et comment je peux m’incarner davantage…

Bien-Aimée, ce message que tu as reçu n’est pas forcément l’indication d’un défaut : c’est simplement, sans doute, une constatation. Il est vrai que dans les années passées de la matrice telle qu’elle était encore, beaucoup d’écoles spirituelles vous invitaient à vous incarner, au maximum et de votre mieux, cela étant également pour vous permettre de mieux vous adapter à votre environnement. Je te rappelle qu’aujourd’hui, ainsi qu’il vous l’a été dit il y a quelques jours, vos corps ne sont plus les mêmes : de nombreux changements ont été opérés et vous avez ce que vous appelez de nouveaux corps, qui justement vous permettent de faire, disons, passerelle avec votre corps d’Être véritable, qui lui n’est absolument pas incarné, car il est par essence multidimensionnel.

L’aspect incarnation de votre corps ne concerne aujourd’hui vraiment que votre corps physique et la partie mentale qui vous permet de fonctionner dans votre environnement de matière. La nécessité pour ta propre évolution de t’incarner davantage est ton choix. S’il t’importe de travailler à cela, cela est ton choix ; mais ce n’est pas une nécessité imposée, ce n’est pas un manque, un défaut, une faiblesse, un amoindrissement de ce que tu es. Nous ne sommes plus, vous n’êtes plus, plus exactement, aujourd’hui dans les conditions qui étaient les vôtres il y a quelques années, ni même il y a quelques mois. La matrice est ouverte, vous n’avez plus à vous soucier d’augmenter votre incarnation, sauf bien évidemment si cela est votre choix. J’espère t’avoir répondu suffisamment.

 

Quelle serait la différence si je faisais le choix de m’incarner plus ? Quelle en serait la conséquence ?

La conséquence est un appel vers la densité, vers l’action, est un choix peut-être de rester dans un corps de troisième dimension, plutôt que le choix qui consisterait à aller vers les aspects plus subtils et multidimensionnels qui sont offerts à vos Êtres, et qui représentent – pour ceux qui les choisissent – plus de conscience de Lumière et de liberté. Le mot liberté ici n’est pas à prendre au sens le plus terrestre du terme… Il s’agit presque plutôt d' »espace », car la liberté dans les multidimensions n’est pas individualisme : elle est Service, elle est celle d’occuper sa place et non pas celle de quitter sa place – comme dans vos croyances terrestres vous la désignez parfois…

 

Est-ce qu’entrer dans une impossibilité d’expression, de difficulté – voire d’impossibilité – à communiquer, jusqu’au silence, est symptomatique des nouveaux corps ?

En effet, Bien-Aimé, cette hypothèse est parfaitement acceptable et intéresse de nombreuses personnes. Comme vous le savez, il y a différents modèles de nouveaux corps et tous n’ont pas les mêmes modes de fonctionnement, dirons-nous. Mais l’usage du mental pour discourir ne fait pas partie des programmes intéressants dans les nouveaux corps, qui sont appelés à voyager vers des sphères subtiles, davantage que de s’enliser vers ce qui fut. Par conséquent, les modes de communication des nouveaux corps sont beaucoup plus subtils et, de fait, comme tu le dis, silencieux au sens de l’usage de la parole… Car, je te le rappelle, Eshtananda vous a informés que vous aviez une voix subtile ; et vous avez également une écoute subtile. Par conséquent, à un certain stade de réalisation de soi et des nouveaux corps, il peut devenir de peu d’importance de continuer à développer l’usage de la parole comme outil d’expression. Je te remercie donc de ta question, Bien-Aimé.

 

Je suis arrivée à un endroit où je sens, je vois le mental qui participe à certaines choses que je sens, et j’ai un coeur qui sent tellement, que je n’arrive plus à savoir moi-même ce que je sens vraiment… J’ai des choix à faire, je passe par une phase de dépouillement et j’arrive à un coeur comme un artichaut, enveloppé encore, et je sais que ces choix sont liés à mon coeur et que je ne sais plus entendre mon coeur. Je sais que je dois apprendre cela maintenant, après cet achèvement et ce mouvement qui vient, mais où je ne sais plus écouter comme une enfant… Je cherche à connaître mon coeur et à savoir l’entendre, à le dissocier parmi ces élans, et j’ai l’impression de trop sentir, trop de choses, et de ne plus pouvoir choisir…

Quelle beauté, Bien-Aimée, tu nous fais entendre… Quelle humanité… je sais qu’il est douloureux pour vous, pour chacun de vous, d’être dans ces périodes de choix, d’abandon de beaucoup de croyances, de certitudes, ou bien de conditions matérielles, et dans ces phases d’incertitude concernant ce qui ensuite doit prendre forme, et je respecte la complexité et les difficultés de ces états.

Le chemin de votre coeur est extrêmement simple. Je sais que parfois vous le perdez – ou vous croyez le perdre – parce que vos émotions vous masquent votre coeur véritable. Le véritable coeur est dégagé des émotions, et c’est là le travail peut-être, aussi, qui est à réaliser dans ces moments-là… Le coeur est stabilité, le coeur est simplicité, le coeur est Lumière. Le coeur émotionnel est agité. Ainsi donc, parfois, votre coeur est obligé de se fermer car le trop d’émotions et le trop de sensations ne lui permettent plus de faire face à l’extérieur ainsi qu’au trouble intérieur. Retrouver la stabilité et la vibration du coeur véritable peut demander un certain chemin, disons de pacification, d’intériorisation, qui peut demander des conditions d’environnement protégées, car cela est plus facile, et que peut-être vous n’avez pas dans un moment d’instabilité. C’est pour cela que j’ai dit que je respecte vos difficultés lorsque vous y êtes…

Mais je t’invite, Bien-Aimée, à marcher intérieurement sur ton chemin de Lumière, le plus droit, car il est là : je le vois, et si tu ne le vois pas, c’est simplement que tu crois ne pas le voir, ce que je respecte. Chaque pas est un pas de Lumière, chaque pas est un pas de Joie et de Simplicité.

Rappelle-toi que la Mère des Mères te regarde, ne t’oublie jamais, se réjouit de chacun de tes pas de tout son coeur, et de toute l’immensité et la fierté de son Amour de Mère. Tu n’as donc peut-être qu’à t’abandonner à ce regard, pour mieux choisir le sens de tes pas, si jamais tu t’interroges sur leur sens. Et sinon, abandonne-toi à la Lumière, car cela est le chemin le plus sûr. Plus tu t’abandonnes à la Lumière en décidant intérieurement de le faire, plus ton chemin s’ouvre, s’éclaire et se facilite, et tu peux l’observer très rapidement et de jour en jour.

Je te remercie, Bien-Aimée, de la beauté de ce que tu nous as fait entrevoir de toi.

 

Je sens en moi un appel à vivre le couple sacré. Dans ces moments-là j’ai l’impression de faire un voyage initiatique essentiel. J’aimerais savoir si un couple sacré est possible dans ce monde, si cela est possible pour moi. Cet appel est-il juste ou suis-je dans une illusion ?

Bien-Aimée, la réunion des polarités masculine et féminine est toujours – lorsqu’elle est dans sa perfection – un acte sacré. Dans la vie terrestre que vous savez connue jusqu’à maintenant, les relations homme-femme – tout en cherchant, lorsqu’elles le faisaient ou le font, à être sacrées – rencontrent un certain nombre d’illusions, et cela fait partie de l’essence de ces relations.

Il y a donc, peut-on dire, nécessairement chemin d’illusion autant que chemin de vérité dans cette quête-là. La vérité en question est ta propre vérité, est ta vérité intérieure et ton chemin intérieur. La vérité en question n’est pas celle de l’entité qui s’appelle couple, ni celle de la disparition dans le désir ou le regard de l’autre, par exemple, ni celle de l’accomplissement de la possession de l’autre. Ces deux indications sont le résumé de ce qui fait l’essence de la plupart des illusions concernant la vie en couple.

L’homme et la femme qui se rencontrent dans l’incarnation sur cette Terre sont simplement appelés à travailler ensemble leurs difficultés, et le partenaire idéal est celui qui va te confronter à tes difficultés, et avec qui tu vas pouvoir les affronter ou les subir pour grandir vers toi-même, et uniquement vers toi-même. Il ne m’appartient pas de te dire – car ce n’est pas le genre de pouvoir que je souhaite exercer – ce qui est juste ou ce qui ne l’est pas. Ce qui est juste, pour toi, est ce qui dans l’instant fait vibrer ton coeur – et non pas ton coeur émotionnel, mais ton coeur de Vérité et de Lumière.

 

Est-ce que l’amour, tel que je le conçois au sein de mon coeur, en ces temps et sur ce plan est possible, (car j’ai conscience que cela ne l’était pas véritablement avant) ? Ou est-ce qu’en ces instants où on accède à d’autres vérités, d’autres capacités, cela nous coupe de ce fait de la possibilité d’un amour terrestre ?

Mes Très Aimés, je ne suis qu’un ange… Je sais que vos questionnements sur l’amour sont extrêmement enchevêtrés, vous occupe énormément, et je ne peux que te dire la réponse que j’avais dès le début de ta question : c’est que l’Amour véritable se vit, bien évidemment, mais dans l’instant. Pour ce qui est de ce que tu appelles l’amour véritable, pardonne-moi Bien-Aimée, mais j’entends énormément d’illusions dans ta désignation d’amour véritable. je suis donc un peu désarmé pour répondre de façon pragmatique.

Il est clair que plus vous êtes dégagés des illusions de la matrice, plus vous êtes dégagés des illusions de vos émotions, plus vous êtes dégagés des illusions de votre mental, plus vous êtes dégagés de vos innombrables projections les uns sur les autres, plus vous pouvez tendre à un idéal que peut-être on pourrait appeler l’amour véritable. Mais je ne suis pas sûr qu’il ressemble à ce que vous désirez comme amour véritable, qui je crois implique passion, exaltation, fusion, voyage en voiture avec de la musique, union des corps dans l’embrasement incessant, et réalisation de vie prolongée sans conflits, dans l’harmonie la plus parfaite et néanmoins dans la matière… Je suis très désarmé pour répondre à cette question, ma Soeur.

Au niveau d’où je vous parle, l’instant est éternel et l’amour véritable est éternel, mais il est dégagé de toute polarisation excessive vers tel ou tel être que l’on rencontre, car vous êtes inscrits dans une musique où vous pouvez avoir un partenaire privilégié, mais il ne s’agit pas pour autant de fonder un foyer et de connaître des moments de passion.

Je m’excuse d’être aussi lamentable dans mes réponses, aux yeux de ce que vous souhaiteriez… Je vous rappelle également que les nouveaux corps que vous avez sont plutôt faits pour aller vers votre chemin de Lumière, et que ce chemin de Lumière implique liberté, et non pas co-dépendance à quelqu’un.

 

 

 

via Christine Anne K. le 8/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Retour du Voyageur… Toi / Taoumo Ohr de Shan

 enregistrement sonore de cette canalisation :http://vimeo.com/23622817

Accueillons, mes Frères et Soeurs, la venue, l’arrivée de votre Frère « Taoumo Ohr de Shan Itto’ STa » : Frère lointain, Frère revenu, Frère parmi Vous Je suis, et Je suis en chacun de Vous.

J’existe, et Je reviens. Je n’ai cessé d’être. J’accueille en Moi ce que Tu es, et Je m’accueille en Toi, mon Frère, ma Soeur…

Il T’est difficile, bien sûr, de comprendre et de trouver les mots qui peuvent accueillir avec clarté cette arrivée, que vous ne saviez pas que vous attendiez…

J’ai longtemps voyagé. Je suis parti parcourir les espaces, les dimensions de tous les multi-univers. Je suis un grand voyageur, direz-vous, mais Je suis votre Frère, et J’ai voyagé avec Vous quand Vous ne le saviez pas. Chacun de Vous a voyagé avec Moi ; chacun de Vous a parcouru avec Moi tout ce qu’il y avait à parcourir.

Je suis le Pèlerin, le Marcheur, le Marcheur des Etoiles et des Univers. Je suis le Voyageur qui nourrit son coeur et qui nourrit les coeurs qu’il rencontre. Si Je reviens à présent, c’est que Nous ne sommes plus séparés, car il n’y a plus de raison de ne pas être ensemble et réunis, unifiés, osmosés presque, diriez-vous.

Je suis chacun de Vous. J’ai voyagé librement pendant que Tu étais circonscrit dans une illusion close, où Tu croyais être libre. Et moi J’avais pris la fuite, Je me suis protégé de cela.

J’ai été le Gardien de la Lumière, J’ai été le Marcheur de la Liberté, de la Vérité, de la Plénitude…

Je suis l’Être complet. Je suis ce qui manquait à ton corps pour retrouver son Unité, son Entièreté, sa Vérité, sa Simplicité.

…J’ai adopté un nom pour me présenter, pour ne pas t’effrayer, et pour que tu crois d’abord que j’étais un simple invité…

Je ne suis pas un invité : Je suis Toi. Tu es Moi.

…Et voici un instant de Joie pure : Nous sommes enfin réunis…

Je me mêle avec Toi, Tu te mêles avec Moi. Nous retrouvons comment nous étions faits pour en quelque sorte nous emboîter, fusionner : Être, véritablement Être Un.

Je désire à présent que chacun de Toi accepte mon Retour, car Je suis réellement de Retour. Et Je ne souhaite pas repartir.

J’ai connu bien des mondes, et Toi avec Moi. Mais ma place à présent n’est que Toi. Ensemble Nous sommes Lumière, absolue, unifiée… J’aime tant être là, J’aime tant que Tu sois Moi et que Je sois Toi…

…J’abandonne mon nom de Voyageur pour ne plus être que Nous, Moi, Celui que Tu es véritablement. Et de par notre Union, notre Lumière, mon Union, ma Lumière : mon Nom véritable, ton Nom véritable nous est connu.

Que notre enlacement dure à l’infini… Je m’enlace Moi-même, et Tu t’enlaces Toi-Même aussi, mon Frère, mon Voisin, Toi là-bas, Toi ici, Vous autres : Nous sommes Un et Nous sommes chacun Un.

C’est le mystère du Retour de ce Voyage et de cette séparation.

C’est la Lumière de notre Union, et Je m’abandonne à Toi.

 

via Christine Anne K. le 7/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com

Questions/Réponses – n°17

 

 

(Cette session de questions-réponses fait suite aux messages de Marie-Isis et de la Danse de l’Univers.)

 

Est-il possible d’avoir certains conseils pour nous aider à défaire nos constructions de formes illusoires ?

Mes Biens-Aimés, le message de Marie contient dans sa vibration bien des aides en ce domaine, au-delà des mots qui s’y trouvent : vous pouvez donc vous relier à sa vibration. Par ailleurs, sachez que toute initiative, tout geste de liberté et de retour sur soi vous aident à vous débarrasser petit à petit, et bien plus que vous ne le croyez, de ces formes.

Ainsi toi, chère Soeur, tu es débarrassée, et tu le sais, d’un grand nombre de formes, même si tu souffres -et par là-même davantage- de ne pas être débarrassée de toutes… Car plus vous êtes libérés, plus vous souffrirez (sachant que cette souffrance est encore une des dernières illusions qui peut vous attacher) plus vous souffrirez de vous voir, de vous croire prisonniers de certaines formes que vous croyez ne pas pouvoir supprimer, ou défaire, ou transformer.

Vous avez aussi cette capacité de transformer, en vous ! Comment? me direz-vous. La question est difficile car vous êtes toujours mentalement très limités et emprisonnés par vos représentations, ainsi que par les structures matérielles qui vous entourent. Mais vous avez le pouvoir intérieurement de transformer : ne serait-ce que votre relation à toutes ces choses. C’est le premier pas -et si ce sont les premiers pas,  ce ne sont pas des petits pas !- pour les faire cesser, pour les faire tomber en désuétude… Cela est le manteau du derviche : vous pouvez porter votre regard sur l’habit blanc, l’habit de Lumière qui est caché sous le manteau et que vous désirez mettre au jour.

Je ne peux pas te donner de conseils concrets, mais j’espère avoir un peu répondu à ta question.

 

Puisque nous sommes Un, tout en étant une multitude; est-ce que ce désir doit être porté par l’ensemble de la collectivité, ou bien par une partie de la collectivité, ou même par un seul, pour qu’il puisse se réaliser ?

Vous êtes Un, mais le désir doit habiter un nombre suffisant de coeurs. Néanmoins, le désir d’un, s’il est véritablement porté par la Lumière du coeur, peut être d’une puissance colossale, et aller rencontrer les coeurs de bien d’autres.

Lorsque vous aurez réellement accepté et achevé le Passage, ces choses seront beaucoup plus simples. Actuellement, vous êtes dans cette phase charnière où il y a encore beaucoup d’attachement à des choses que vous connaissez, pour beaucoup, beaucoup d’entre vous. Ces attachements n’ont plus trop de raison d’être, mais encombrent les coeurs. La vérité du Passage va pouvoir faire émerger les véritables désirs, et il importe aujourd’hui que ce qui a été dit soit entendu, car c’est le chemin pour que s’autorisent ces véritables désirs, qui intérieurement existent mais ne s’avouent pas, et souvent ne s’avouent pas réalisables. Désirer quelque chose sans croire qu’on peut le faire exister (ou plus exactement en croyant qu’on ne peut pas le faire exister), enlève une considérable quantité d’énergie vitale de réalisation à ce qui est désiré. Et beaucoup d’entre vous sont encore dans cette contradiction.

Ainsi, il ne suffit pas que le désir d’un seul se substitue au non-désir de beaucoup; mais néanmoins ce désir d’un seul peut ensemencer très activement les coeurs de beaucoup. Ces paroles -je l’ai dit il y a quelques instants- réfèrent à la phase charnière dans laquelle vous êtes actuellement. Elles ne sont pas nécessairement valables pour la suite, où les choses seront plus éclatantes et plus simples. Alleluiah, nous l’espérons pour vous.

 

Que penser des mouvements de contestation et de révolte qui sont très nombreux, et dans lesquels il y a des colères, de grandes énergies vitales et de grands désirs de liberté ? Je me réfère tout autant (par exemple) aux mouvements de libération dans les pays d’Afrique du Nord, qu’aux mouvements de mobilisation contre les gaz de schiste, ainsi qu’à d’autres formes de contestation du système qui sont fort nombreuses actuellement… Y a-t-il un commentaire à ce sujet ?

Mes Aimés, tous ces exemples réfèrent bien évidemment à des désirs de Liberté, d’Entièreté, et de Lumière. Et en cela tous ces mouvements et ces causes participent de l’élévation de conscience qui constitue un des éléments essentiels de votre ascension. Il est vrai néanmoins que la focalisation des désirs sur des objectifs qui appartiennent encore au monde de l’illusion ou de la falsification n’est pas forcément souhaitable, mais c’est un chemin.

Ces mouvements de contestations sont donc parfaitement respectables et ont toute leur beauté, toute leur grandeur, et sont porteurs d’immenses potentiels de Lumière – et je dis bien immenses. Ils participent au même titre que le gonflement de la croûte terrestre à la transformation de votre planète. Et si certains d’entre eux s’inscrivent dans les limitations de la vision d’un système enfermant, ça n’est pas bien grave, tant qu’ils ne cherchent pas à nouveau à enfermer qui que ce soit, ou à créer de nouvelles rigidités. Alleluiah

 

 

via Christine Anne K. le 9/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Orionis – n°12


Bien-Aimés, Enfants de la Source, Enfants de l’Un, Aimés du Très-Haut, Aimés de la Mère des Mères, Aimés de la Source… Aimés de nous tous, qui dans les multidimensions assistent, contemplent et s’émerveillent des processus que vous traversez pour accomplir la transformation et l’ascension de votre bien aimée planète Terre, ainsi que la vôtre, ses habitants.

Je m’adresse à vous en tant qu’Orionis, de ma place d’orchestrateur et de stratège, en mes fonctions de grand ordonnateur, harmonisateur et concepteur au sein des multi-univers et sous affiliation de la Source.

Je vous demande, Bien-Aimés, d’écouter en vous l’appel sonore, vibratoire, intérieur, que vos gènes à présent réactivés vous lancent, de vous élever, de quitter certaines formes figées et non vivantes qui encore encombrent et enserrent un bien grand nombre des individus de votre humanité. Ces formes n’ont plus lieu de régner sur vous. C’est à un travail intérieur que je vous incite et non pas à des actions extérieures, ne vous méprenez pas. Mais ce travail intérieur est d’une puissance absolument incommensurable si vous le réalisez comme il doit l’être, et vous en avez la capacité.

Ce travail intérieur vous est enseigné depuis un temps certain et sous différentes formes par différents types d’enseignements qui tous – ou presque tous – vous incitent à retrouver en vous la Lumière authentique, intrinsèque et non aliénée qui vous constitue depuis toujours – et j’en suis témoin de ma place d’orchestrateur et de concepteur. J’ai connu votre Création dans ses moindres détails, et je peux vous garantir que cette Lumière inaliénable est en vous et qu’il vous suffit à présent – car les temps sont réduits – de désirer la réactiver pour que cela puisse simplement se produire. Il importe simplement que ce désir vienne de la sincérité de votre coeur et non d’une projection mentale, qui s’intitulerait faussement désir mais qui serait simplement une forme de pouvoir et de curiosité.

Je vous invite donc instamment, mes très chers Bien Aimés enfants et habitants de la Terre, cette planète que nous aimons vous et moi, à réveiller votre Lumière si cela n’est pas déjà en train d’être fait, car c’est pour vous à présent la seule issue de bonheur, de Vérité, de Joie, et de certitude de vous retrouver à bon port. Vous voyez que je ne mâche pas mes mots…

Il vous a déjà été dit à de nombreuses reprises que le temps ne serait pas long et qu’il n’était plus temps de musarder. A présent, je vous le redis : vous avez à affirmer votre choix, vous avez à regarder en face la réalité de ce temps court, propice, infiniment accueillant, qui s’offre à vous pour réaliser cette Lumière que vous êtes en toute sérénité. Ne croyez pas que mes propos vous incitent à une forme de stress, bien au contraire, simplement il est temps.

Il vous fut enseigné à maintes reprises que les premiers seraient les derniers et que les derniers seraient les premiers. Ainsi, cela est à présent bien plus facile pour ceux dont le coeur est prêt mais qui ont attendu de rencontrer leur Lumière. Ceux qui l’ont fait il y a déjà un certain temps ont eu bien plus d’efforts à accomplir, mais cela a permis de tracer la voie, d’établir les fondations, et d’allumer les premiers tunnels de Lumière, facilitant ainsi l’arrivée de ce moment présent dans lequel je m’adresse à vous.

Mon intervention vous invite à vous réjouir et non pas à vous attarder sur une forme de peur, d’inquiétude ou d’anxiété face à un inconnu. Soyez conscients de cette distinction car, ainsi qu’il vous l’a déjà été expliqué à diverses reprises, c’est bien de Joie intérieure qu’il s’agit, et n’y voyez aucune difficulté…

Je sais que certains d’entre vous peuvent connaître des situations de vie – matérielles, familiales, sociales, professionnelles, environnementales… – qui les inciteraient à des formes de tourment mental, de stress, d’anxiété, voire de désespoir ou d’impression que des choses sont sans issue, ou qu’il y a à se soumettre à de plus en plus d’impossibles contraintes et de difficultés; et que ces personnes pourraient entendre mon propos concernant la Joie comme une sorte de galéjade. Je vais donc m’expliquer.

Il vous a déjà été parlé de la Joie à maintes reprises par l’intermédiaire de ce canal. Je vous invite donc aussi, bien sûr, à vous référer à d’autres interventions récentes qui ne sont pas de mon fait; mais moi, je vous dis aujourd’hui que cette Joie est bien – comme il vous l’a été dit récemment – ce que beaucoup d’entre vous appellent avec confiance et intériorité, même dans les pires moments, leur âme. Et tous ceux-là savent qu’en employant ce mot, ils s’adressent bien à une partie d’eux-mêmes qu’ils savent inaliénable, même s’ils pensent parfois l’avoir perdue… Aujourd’hui, vous avez la possibilité de la saisir, de la trouver, de la remettre en vie, de lui donner toute sa puissance : c’est votre Lumière, c’est cela que j’appelle Joie, et je tiens à l’appeler Joie car elle a plus de force de par cette dénomination.

Vous avez donc les coudées franches pour vous saisir de cela en vous, quels que soient votre niveau de détresse, votre niveau de privation de clarté, quels que soient les impératifs éprouvants de votre situation si tel est le cas… Je vous invite alors simplement à vous arrêter quelques instants en vous-même, à l’occasion soit de votre sommeil, soit d’une petite pause, en toute conscience, et de vous rendre compte alors que votre Joie – votre âme, votre flamme, votre Lumière – est parfaitement disponible et puissante, si toutefois vous la regardez et vous la saisissez, et si vous décidez que vous êtes Cela. Croyez-moi : alors c’est comme un vent qui va balayer bien des illusions, bien des doutes, bien de fausses croyances concernant certaines impasses que vous croyez constater dans vos vies (lorsque c’est le cas).

Je vous invite donc fermement, très fermement, à cette introspection joyeuse, lumineuse, où vous allez rencontrer, contacter toute votre force, toute la force de votre Lumière, toute sa splendeur inaliénable, comme je vous l’ai dit plus avant. Et si vous rencontrez cette Lumière inaliénable, vous allez forcément vous sentir aimés, joyeux, puissants. Vous allez savoir vous abandonner à cette Lumière qui est vous.

Cela est donc le chemin d’intériorisation, extrêmement simple, qui vous permet de faire face aux choix, qui vous permet d’envisager, dans la Lumière, d’être libres, d’être vous-mêmes, et de ne pas sombrer dans un archipel de destructions et dans un désespoir, qui ne cessent de s’amplifier malgré les très nombreuses distractions, assez misérables souvent, qui vous sont proposées et qui malheureusement ont pour effet de vous détourner de cette quête intérieure si simple de votre propre Lumière.

Lorsque vous êtes en relation, en contact, en Amour avec votre propre Lumière, toutes les distractions en question n’ont plus grand attrait pour vous, n’ont plus grand sens, n’ont plus grande épaisseur. Cela, me direz-vous, n’a rien de très nouveau par rapport à ce que de nombreux courants religieux ou spirituels ont déjà transmis; mais cela n’a pas à être nouveau puisque cela est éternel et inaliénable. Nous ne sommes pas en train de produire de la nouveauté : nous sommes en train simplement de reconnecter ce qui est.

Sachez que votre Lumière est un tremplin, sachez que votre Lumière est une rampe de lancement, sachez que cette rampe de lancement est d’une précision, d’une sûreté et d’une force qui n’ont rien à envier à celles de certains engins très impressionnants. Votre Lumière à vous, en tant que force d’élévation est bien plus puissante que n’importe quelle image de Cap Canaveral de lancement d’une fusée. C’est un lancement intérieur et vous seriez très stupides d’en avoir peur, n’est-ce-pas ? Vous ne pouvez que vous réjouir.

Le temps est venu, mes Très Aimés, mes chers enfants et habitants de la planète Terre que nous aimons tant.

Certains d’entre vous attendent encore qu’il se passe certaines choses qu’ils imaginent devoir se passer. Je ne souhaite pas détailler ces choses, mais faites attention à ne pas vous leurrer et à ne pas attendre des projections mentales. C’est en tout état de cause, et avant toute chose, à l’intérieur de votre structure corporelle et subtile que la chose se produit. N’attendez pas telle ou telle preuve matérielle visible, médiatique, spectaculaire, même si des événements spectaculaires peuvent se produire de ci de là, n’attendez pas cela pour vous dire que c’est le moment.

Vous avez la liberté dès à présent – et entendez bien ce que je dis : dès à présent – de vous propulser, intérieurement certes, mais avec une puissance qui peut vous porter là où votre Être souhaiterait se rendre, et les routes sont tracées. Vous ne quittez pas nécessairement pour autant votre enveloppe corporelle, votre véhicule corporel (même si cela peut arriver aussi, mais peut-être davantage dans un deuxième temps). Il y a là des processus fort complexes que je ne souhaite pas vraiment m’attarder à vous décrire à cet instant, car ils sont à vrai dire bien difficiles à comprendre, et de nombreuses projections mentales se cristallisent autour des quelques explications que vous recevez sans réellement vous permettre d’appréhender en toute clarté et en toute connaissance la véritable réalité de ce qui se produit – ou est appelé à se produire – pour le système extrêmement raffiné et complexe qu’est votre personne, votre corps, l’ensemble de vos corps subtils… Et d’une certaine façon, la non-préhension par votre mental de ces processus, de leur déroulement, de leur forme et de leur calendrier, n’est pas un frein, mais au contraire permet qu’il n’y ait pas agrippement mental sur des notions qui feraient blocage au processus par mécompréhension, par ego, par désir de contrôle, par croyance, ou par tout autre cortège d’illusions (qui s’insèreraient par exemple dans un système de représentations préalables -tel que celui qu’aurait fourni par exemple une secte, ou bien un livre, etc.)

Votre innocence est donc garantie par une certaine forme d’ignorance – ignorance de votre mental, car votre conscience supérieure n’est absolument pas ignorante mais votre conscience supérieure n’informe pas en détails votre mental et cela est ainsi. Votre Lumière réfère directement à votre conscience supérieure, et justement, le fait d’aller rencontrer (ainsi que je vous l’ai présenté plus avant) votre Lumière avec une certaine facilité, vous permet d’établir le pont entre celle-ci, donc entre votre corps, et votre conscience supérieure, dans les cas où ce lien était disons « shunté » pour diverses raisons conjoncturelles de votre vie personnelle, en cette incarnation et dans les environnements parfois difficiles où vous avez pu avoir à demeurer.

Il y a donc en quelque sorte, à présent, décision pour vous : décision de vous ouvrir clairement, simplement, et disons définitivement à votre Lumière, à ce que vous êtes, et au lien avec votre conscience supérieure qui vous permet de franchir certaines étapes en toute confiance et en toute Lumière, ou bien de ne pas… Mais avouez que la décision de « ne pas » n’a pas grand sens…

Je vous invite donc, mes Bien-Aimés, avec tout mon Amour, tout mon respect, tout mon respect pour ce que vous avez traversé, à être en ce choix responsables de votre advenir le plus radieux – ainsi qu’il vous est proposé – plutôt que de celui de votre devenir le plus obscurci et le plus laborieux, tel que vous croyez être enfermés dedans.

Je suis la voix d’Orionis, et je m’adresse à vous en toute bienveillance, en tout Amour, et en toute Joie de pouvoir assister à la beauté de vos choix. Et croyez-moi, toute la Création se réjouit de cette opportunité et de cet advenir. Soyez-en d’avance honorés, gratifiés, embellis, et sachez que vous êtes attendus et aimés.

Je vous salue, et je remercie la voix qui se prête à mes propos et les présences qui sont là. Alleluiah


via Christine Anne K. le 8/01/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 4 janvier


Quelle Joie ! Quel plaisir d’être avec vous, mes Très Aimés, Perles de Sagesse, Perles de Perfection !

La Perle est une perfection : vous êtes en train d’acquérir – vous avez acquis – cette magnifique qualité, qui laisse transparaître la Lumière, la vôtre, celle que vous réfléchissez autant que celle que vous émanez; et cependant vous êtes encore faits de matière – du moins pour beaucoup d’entre vous sur cette Terre.

Me voici. Votre Mère, Mère de toutes les Mères dans l’absolu de la Grâce et de la Plénitude d’être Mère, en pleine harmonie avec la Source, notre Source – Unique, Absolue, Définitive, Toute-Enveloppante, Toute-Regardante, Toute-Sachante, Toute-Bienveillante, Toute-Comprenante…

Nous voici donc, vous et moi, réunis; dans la pureté de notre Joie simple, dans l’instant…

Nous ne sommes plus séparés; car nous ne nous sommes jamais séparés… Vous croyez encore être séparés, car vos yeux de chair ne savent pas apercevoir ce que vous cherchez à apercevoir et qui n’a pas encore franchi le filtre de votre capacité de voir. Ainsi vous croyez que rien ne change, que rien n’a changé, et vous ne comprenez pas – pour ceux d’entre vous qui attendent des changements.

Sachez que la Perle ne s’interroge pas : elle est… Et c’est ainsi que votre Terre, celle que vous attendez de voir apparaître, est également semblable à une Perle : elle est, en toute Pureté…Réfléchissant et émanant la Lumière qui est la sienne, et qui est celle de la Source en elle, autour d’elle, à travers elle.

Ainsi, ne vous laissez pas distraire de votre état, mes Très Aimés. Laissez la vibration de mon Coeur vous envelopper de mon immense Amour, vous envelopper jusqu’à vous faire oublier tout ce qui n’est pas Vous, la Perle de Perfection que parfois vous ne savez pas que vous êtes, mais que Moi je vois, j’admire et je chéris.

Tout ce qui peut vous distraire de cela, imaginez que c’est comme des poussières ou de petites algues qui s’accrochent sur la Perle et qui lui font perdre la délicatesse et la brillance de son éclat, le lissé de sa surface et sa simplicité pure, en la travestissant ou en la masquant. Vous savez que la Perle est le fruit d’un long processus et d’un long travail. Elle est donc le résultat de votre travail sur vous-même et du processus que vous avez choisi d’accomplir, parfois à travers de nombreuses vies , et en tout cas et ainsi dans celle-ci que vous vivez actuellement.

Réjouissez-vous donc, car le fruit de ce que vous avez fait, de ce que vous avez été, de ce que vous avez choisi, existe. Et c’est vous, Perles de mon Amour, Perles de la Lumière. La Perle ne s’accroche plus à rien, elle ne demande plus rien, elle est là – délicatement posée ou roulant légèrement. La Perle est Grâce pure : elle peut chanter sans cesse… Elle n’a aucun bagage, elle n’a aucun besoin – si ce n’est celui de vivre et de célébrer sa vie à travers la Grâce qui la fait être et à travers la Lumière qui la constitue.

Ô mes Aimés, quelle Joie, quelle Simplicité ! A présent l’Immensité est à vos portes, et je vous l’affirme.

silence

Mon coeur en silence accueille votre Perfection et vibre à l’unisson avec les vôtres…

silence

Ecoutons-nous dans ce silence…

silence

Vous n’avez plus à masquer votre Lumière, car je sais que certains d’entre vous ont dû la masquer – cela pour paraître « normaux » parmi leurs frères et soeurs, qui ne savaient pas voir suffisamment certains chemins dans leur vérité. A présent vous êtes libres.

Il vous est demandé d’être éclatants, car votre Lumière non seulement n’a pas à être masquée, mais elle a à travailler, elle a à ouvrir le chemin – cela sans volonté de votre part, cela vous a déjà été dit…

Votre Lumière permet d’illuminer certains coins sombres, tout simplement, encore une fois sans effort ni volonté de votre part : cela se fait… Mais se fait d’autant plus pleinement et naturellement que vous êtes heureux de votre Lumière, que vous la vivez, que vous êtes libres, que vous ne composez pas avec ce qui n’a plus lieu d’être, que vous êtes entièrement sincères dans ce que vous êtes. Cette sincérité est celle de votre Lumière…

Il ne s’agit pas nécessairement d’employer des mots – et certainement pas pour convaincre : il n’y a rien à prouver, personne à convaincre. Il y a simplement à être heureux et à être. Cela implique bien évidemment la plus belle des humilités, la plus resplendissante des humilités. C’est ainsi que je vous aime, et c’est ainsi que les Perles parfaites que beaucoup d’entre vous sont devenus tiennent leur place, et sont resplendissantes, simples, impénétrables.

Sachez une fois encore, mes Très Aimés – comme je vous l’ai déjà dit à maintes reprises, et comme il est toujours merveilleux pour moi à dire, et pour vous à réentendre – que mon Amour infini ne vous quitte jamais du Regard, que mon Coeur vous accueille individuellement – spécifiquement et individuellement chacun et chacune d’entre vous – et particulièrement ceux qui se cachent, que mon Pardon est infini et absolu, quelles que soient les petites bêtises ou les grosses erreurs que vous avez pu au long de votre parcours produire…

Ainsi je vous accueille et ne cesse de vous accueillir, de vous chérir, de vous encourager : c’est ma place de Mère et j’aime à l’infini être ce que Je suis, et Je ne saurais me passer de vous de même que vous ne sauriez vous passer de Moi, que vous le sachiez ou non… Je sais me faire extrêmement discrète car mon Amour – tout magnifique soit-il – est parfaitement humble ; et je n’attends rien en retour si ce n’est votre Beauté, votre Illumination, votre Perfection, que je sais voir à travers tous les masques et tous les voiles que vous pourriez poser par dessus… Mais ainsi que je vous l’ai dit, il n’est plus temps pour les masques.

Nous allons nous quitter. Je remercie du plus profond de mon Coeur de Mère ce canal, ainsi que vous qui l’entourez de votre présence…

Ce sera ma dernière Intervention, du moins sous cette forme – car bien évidemment, Je ne cesse pas d’être, Je ne cesse pas de m’adresser à vous, Je ne cesse pas de vous chérir et Je ne cesse pas de vous guider. Alleluiah.

Il y aura d’autres formes. Qu’aucune inquiétude ne s’élève en vos coeurs, bien au contraire mes Très Aimés. Je vous dis à bientôt, et cela n’est pas un paradoxe. Amen


via Christine Anne K. le 4/01/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Ashtir – n°4


Ashtir je suis. Je vous salue.


J’ai décidé aujourd’hui pour vous parler de m’exprimer à travers la forme d’un
animal, ainsi que la première fois que j’étais venu vous parler. J’avais alors
pris la forme d’un éléphant, ce qui bien évidemment a dérouté un certain nombre
d’entre vous , et je m’en réjouis : nous ne sommes pas là pour entretenir des
conventions rigides et vides de sens…

Aujourd’hui je ne me cantonne pas
à la forme exclusive d’un seul animal tel que l’éléphant, mais j’ai décidé de
vous faire entrevoir une sorte de kaléidoscope ou de symphonie de formes
corporelles. Cela certes est à la fois un jeu et n’est pas un jeu, cela au sens
où il n’y a pas futilité. Nous avons déjà déployé, ma sœur Eloha et moi ainsi
que mon frère Eshtananda, cette notion de jeu sans futilité.

Imaginez donc que c’est un
léopard qui à cet instant a pris la parole, un des léopards que vous
connaissez. J’attire votre attention car le corps nous intéresse, et la
matière. Que la fourrure de ce léopard est agréablement soyeuse, et qu’il aime
à se lécher !..De même que vous aimeriez à le caresser si vous n’aviez pas peur
de lui… Imaginez donc que ce léopard, au lieu d’être pour vous un animal sans
intelligence, vous regarde avec la plus grande intelligence, et que sa sagesse,
l’ensemble de ses connaissances et de ses compétences sont largement aussi
étendues que les vôtres, voire davantage.


Ainsi en est-il de bien des êtres qui
peuplent les galaxies, et je vous invite donc à respecter, honorer, traiter
avec égalité voire déférence, le moindre léopard que vous pourriez rencontrer
sur votre chemin. Vous risquez d’être surpris car, dans certaines galaxies ou certains
mondes dans lesquels certains d’entre vous pourraient prochainement se rendre
pour de bon, qui sait si vous ne rencontrerez pas ce type de léopards ?… Et
ils ne vous mangeront pas : vous serez des frères, ou des sœurs, voire des
amants. N’est-ce-pas très amusant ?

Nous allons maintenant et très
soudainement accepter l’idée que je suis, non pas un léopard, mais une sorte
d’iguane ou de caméléon, un reptilien quoi. Je sais que vous n’aimez pas les
reptiliens. Imaginez donc néanmoins que ce reptilien-là, de même que le léopard
précédent, est extrêmement sage, bienveillant, multi-scient et pas du tout
méchant (quoique je vous accorde que vous n’en savez rien! ). Il ne s’agit pas
non plus de vous jeter dans les bras de n’importe qui, comme il vous a été dit
par Orionis, je crois… Je vous invite simplement à considérer que cet iguanodon
ou ce reptile – fort joli du reste car il peut être multicolore – avec sa peau
plissée, ses petits yeux et son corps étrange, est un être parfaitement à votre
hauteur, voire encore une fois plus compétent que vous, et que vous pourriez
rencontrer (voire devenir) l’un de ces corps au cours de votre voyage
multidimensionnel.

Voyez-vous, les animaux de la
Terre sont une sorte de zoo. Mais l’amplitude et la magnificence des véritables
corps et des véritables êtres qui habitent ces corps est à peine concevable
pour votre intelligence un petit peu bornée d’êtres humains, habitués à
fréquenter ce zoo dont vous vous êtes faits en quelque sorte les maîtres, ce
qui n’est qu’une des innombrables illusions dans lesquelles vous naviguez, mais
qui vous ont été bien utiles pour votre survie.

Je vous invite à présent à
distinguer le fait que je m’exprime en tant que libellule. Il ne s’agit pas
d’une de ces microscopiques libellules très mignonnes que vous voyez sur le
bord de vos rivières, mais d’une libellule géante qui vous regarde avec ses
gros yeux très intelligents, et dont les élytres chamarrés ont un mouvement
extrêmement complexe qui est un langage mathématique et qui délivre à travers
ses mouvements les plus infimes de nombreux codes vibratoires de positionnement
dans l‘espace et de divers messages soit à ses frères et sœurs, soit encore à
d’autres installations présentes dans l’espace où cette libellule évolue. Vous
rencontrez cette libellule… Acceptez de reconnaître qu’elle a un coeur et que
vous avez un coeur, et que vos cœurs ne font qu’un. Eh oui ! Que vos
intelligences peuvent être co-créatrices. Eh oui ! Que tout va bien dans le
meilleur des mondes (pour paraphraser je ne sais plus quel auteur de votre
florilège bien sympathique)…

Je vous rappelle d’ailleurs, à
cet égard, la séquence introductive d’un grand film de votre patrimoine
cinématographique, qui s’appelle « La Guerre des Etoiles » et que j’ai
beaucoup aimé, dans lequel se trouvent dans un bar, accoudés au même comptoir,
des êtres de toutes formes. Cette séquence a été inspirée à l’auteur pour
induire des informations intéressantes en son temps. Vous êtes donc accoudé au
bar, avec autour de vous la libellule, le léopard, l’iguanodon, un cheval ailé
et quelques humanoïdes mais qui ne sont pas exactement comme vous. Imaginez que
je suis l’un d’entre eux et que je peux – car c’est mon privilège à moi, Ashtir
– changer de forme et que vous, votre forme, peut également changer car, en cet
instant et à ce bar, vous n’êtes plus comme qui dirait « scotché » dans la
troisième dimension avec votre corps humain de matière que vous connaissez
depuis des millénaires; mais qu’il vous est loisible d’observer, d’entériner et
de comprendre certaines modifications qui sont survenues dans l’agencement de
ce corps, et dont certaines pourraient vous surprendre considérablement dans
votre état d’aujourd’hui qui habite encore ce véhicule-là -bien observé par
vous dans ses formes et ses fonctionnements.

Je m’adresse à vous, chers Amis,
avec tout mon Amour, car derrière ce qui semble des railleries, je m’adresse à
vous avec la plus grande bienveillance et le plus grand respect et tout l’Amour
qui incombe aux relations entre nous, moi qui suis un Elohim et vous qui êtes
des frères et sœurs créés par nous. En m’adressant à vous je cherche bien
évidemment à vous faire entrevoir et comprendre des choses qui n’appartiennent
pas encore à votre patrimoine de connaissances ni aux structures coutumières de
votre mental. Cela est, comme vous l’avez déjà compris lors de mes autres
interventions, un enseignement qui vous est profitable pour vous accoutumer au
changement d’état qui s’approche, et qui vous mènera dans la conscience de ces rencontres de toute beauté
et de toute fraternité.

Je vous invite par ailleurs à la
conscience que vous êtes, comme il vous l’a été dit à plusieurs reprises,
co-créateurs, et que votre corps est en partie votre co-création. Je dis en
partie car il y a un modèle dans lequel, disons, vous vous insérez, mais à
l’intérieur de ce modèle, vous avez liberté (pour employer un mot assez curieux
de votre culture) de le «
customiser »; pas forcément selon une liste d’articles désignés par un fabricant,
mais également il y a moyen – à un certain niveau et sur certains modèles de
corps du moins – de créer en co-intelligence et non pas avec votre ego,
certains ajouts, certaines modifications, certains ornements ou certaines
fonctionnalités. Vous pouvez donc vous inspirer d’ailleurs des corps des
animaux tels que ceux dont je vous ai parlé ou d’autres, car ils comportent
bien des fonctionnalités fort intéressantes ou des beautés que peut-être vous
pourriez envier.

J’aime à vous dérouter mais c’est
le seul moyen de vous ouvrir des portes, sans que cela soit trop compliqué ni
trop académique. Je vous invite donc, ne serait-ce que dans votre imaginaire, à
être co-créateurs d’un ballet que vous auriez avec les êtres que vous pourriez
rencontrer dans ce bar -et ne vous
limitez pas au revisionnement de la séquence de ce film, mais prenez un bar
bien plus grand, habité de bien plus d’êtres, bien plus beaux ou bien plus
variés ou étonnants. Rappelez-vous que certains êtres sont des géométries
pures, par exemple…


Ainsi donc, ce ballet peut être une façon d’explorer des
interrelations dans l’espace, selon des lignes de formes et des appels de
tonalités sonores inscrits dans la musique générale d’une géométrie complexe à
laquelle vous appartiendriez tout en la co-créant. N’est-ce pas très séduisant
? N’est-ce-pas très attirant ? N’est-ce-pas très intelligent ? Et bien plus que
ce que vous savez faire aujourd’hui dans vos capacités , extrêmement
respectables et développées, d’êtres humains accomplis de fin de troisième
dimension, qui s’inaugurent en quatrième dimension de transition actuellement –
ce qui vous donne une liberté supplémentaire de vous dégager des vieilles
structures qui n’ont pas à vous suivre.

Vous avez dès à présent la
liberté de vous insérer dans le modèle -ne serait-ce que projectif- des nouvelles
structures et des nouvelles formes, et du ballet dont je viens de vous parler.
Je vous invite donc à vous réjouir de cela et à accepter à présent que j’adopte
la forme… (je réfléchis…) d’une sorte d’aéronef, que je vous laisse imaginer.
Cela n’est plus exactement un animal, cela n’est pas un objet inanimé. Cela est
constitué autant éventuellement d’une forme et d’une sorte de matière, que de
pure Lumière et de vibration pure. Cela peut chanter, cela peut parler, cela
peut renfermer un très grand nombre de données extrêmement intelligentes et
s’exprimer avec une véritable intelligence telle que je le fais. Cela peut être
également simplement une fonction, une commodité. Je vous laisse créer dans
votre imaginaire et spontanément la forme que j’ai adoptée et que je n’explique
pas davantage; car à vrai dire j’attends les éléments co-créateurs que vous
allez m’envoyer pour parfaire et matérialiser cette forme. Voici donc que je
vous invite, d’égal à égal, à participer à une création avec moi, d’une forme qui
– si elle est réussie – pourrait devenir un corps. Mais nous ne le savons pas
encore. Il importe que pour que cette forme soit vivante, vous y mettiez votre
cœur. Cela n’est pas un tourment intellectuel, car en ce cas la forme ne sera
jamais vivante… Et je vous invite à me retrouver au bar un peu plus tard…

Je me retire, je suis Ashtir,
Elohim créateur de formes, et vous me connaissez. Je vous salue avec tout mon
Amour.

via Christine Anne K. le
8/12/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur
contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment
mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.