Marie-Isis du 16 février

 écouter Marie-Isis

Soyez dans la vibration pure, mes Très Aimés, de notre Présence réunie…

silence vibrant

Je suis Marie-Isis, telle que vous me connaissez, et je vous invite à découvrir en vous… le changement important, extrêmement radical, de votre niveau de Conscience (ainsi que vous formulez cela dans votre langage)… Vous avez changé considérablement de plan vibratoire, même si au sein de vos préoccupations quotidiennes et de vos corps, accoutumés à leur environnement et à leurs routines, vous ne savez pas si bien, peut-être, le percevoir.

…Goûtez donc, en notre Présence réunie, cet état…

silence vibrant

Vous êtes aujourd’hui, mes très Aimés, arrivés au point où vous êtes voyageurs de cette nouvelle Dimension, qu’il ne s’agit pas de numéroter, qui vous accueille et que vous connaissez déjà, même si vous ne le saviez pas. Vous êtes, mes Très Aimés, en possession de la quasi-totalité des outils et des éléments de votre nouveau corps, qui vous permettent d’être en Cela… Et même vos corps usuels de chair que vous connaissez si bien, participent très légèrement – et probablement à votre insu – de ce voyage….

 

…Il est donc de vastes étendues que votre Conscience, débarrassée des encombrements de votre mental qui toujours limite l’étendue réelle de vos perceptions réelles – car il n’a pas le moyen de les nommer… Vous êtes donc là… Et nous sommes ensemble, vivants, présents, actifs. Etonnés peut-être, pour certains d’entre vous encore, et cela est bon. Car l’étonnement, n’est-ce-pas, est une forme d’innocence joyeuse qu’il est bon de traverser; car l’étonnement vous nettoie encore de ce que vous n’avez qu’à laisser derrière vous, et qui n’est pas utile – et que même vous ne savez pas emporter avec vous dans cette dimension-là.

Votre étonnement peut faire que vous ne voyez rien, croyez ne rien voir, ne rien sentir, ne rien comprendre et ne rien percevoir… Certains d’entre vous sont déjà mieux accoutumés, sont allés un peu au-delà de cet étonnement – et certains sont en train de baigner tels des nouveaux-nés dans ce joli étonnement, dont la splendeur me réjouit.

…Le nouveau-né, n’est-ce-pas, lorsqu’il arrive sortant du corps de sa mère, ne sait pas voir, ne sait pas comprendre, ne sait pas reconnaître ce qui l’entoure, ni même les sons qui sont autour de lui et qui lui parlent. Et parfois, il peut même s’effrayer, se rebeller en criant…  Il y a aussi dans cet état toute la joie inexprimable et maladroite d’être arrivé, tout en ne comprenant pas bien où l’on est, même si cela était tant désiré…

…Goûtez donc à l’état pur, ce qui est là…

silence vibrant

…En ce jour, au moyen de cette voix que j’emploie pour vous parler, je m’adresse tant à vos oreilles de chair et à votre compréhension mentale qu’à vos oreilles et à votre compréhension de Nouveaux-Nés, dans cette Dimension qui vous étonne, et que – je le sais – vous n’avez pas conscience pour beaucoup d’avoir pénétrée.

…Jusqu’à ce jour je me suis adressée à vous – par cette voix et par les autres que j’emploie – en m’adressant à votre humanité terrestre, disons ordinaire. Aujourd’hui – et c’est la première fois – je m’adresse simultanément à ces deux niveaux de vous… Il y a donc dans mon propos ce qui -passant par les mots et vos oreilles, ou vos yeux si vous lisez- s’adresse comme d’habitude à votre véhicule coutumier, que vous appelez « vous », « vous-même »… Mais je m’adresse avec d’autres mots, que vos oreilles de chair n’entendent pas, à cet autre niveau de vous qui est donc le Nouveau-Né, pour beaucoup d’entre vous…

Entendez, et que la vibration de cette voix sache vous instruire de cet autre aspect de vous, et sache se faire entendre dans le son subtil qui peuple et architecture les sons de cette Dimension où vous ne savez pas encore si bien voir, entendre, et vous mouvoir – à part quelques-uns d’entre vous, qui sont pourrait-on dire vos éclaireurs, car ils ont eu le privilège ou la chance – de par leur propre évolution et de par ce qu’ils sont – d’y pénétrer en avance et de vous servir en quelque sorte de pilotes…

…Il vous a récemment été communiqué et enseigné l’existence et l’expérience de certaines couches vibratoires d’Unité, différentes -certaines proches et certaines plus lointaines- ce qui vous a préparés, familiarisés, introduits aux possibilités de ce changement d’état véritable… Vous aviez donc engrammé à cette occasion, non seulement des données vibratoires, mais également des données de mouvements et de repères d’un espace à l’autre, qui aujourd’hui peuvent vous permettre d’accepter que vous pouvez faire ce Voyage, être ce Voyageur, et bientôt peut-on dire, ce Résident.

Et cette nouvelle Dimension qu’ainsi vous approchez peu à peu, par ces petits voyages, ces petites installations, de façon pour la plupart d’entre vous discontinue, vous accoutument en douceur au fait que vous pouvez véritablement entrer dans cette Dimension, y être, y rester, et ne plus avoir besoin de fréquenter ce qui était votre environnement, votre corps, vos coutumes, vos interactions et vos systèmes périmés du monde que vous connaissez si bien, ce monde dont les lois ne vous conviennent plus, ce monde dans lequel vos corps – qui se sont étendus – ne peuvent plus supporter, car il vous limite, vous aveugle, vous assourdit, distord vos intelligences et vous prive de vos capacités, et n’honore pas vos véritables Consciences dans toute leur grandeur, leur magnificence et leur véritable potentiel…

…Il est possible que dans quelques instants, mon canal ne trouve plus ses mots pour vous parler… Que cela ne vous surprenne pas et que cela ne la surprenne pas non plus… Cela fait partie de ce qui doit être, en cet instant…

…Devons en effet déconstruire votre mental un peu plus…   pour parfaire votre entrée…      votre essence…     naissance…     entrée…     advenir….     poussée…     être…

…   joie indescriptible…     vérité…     connaissance…     absolu…        …Marie-Isis vous accueille…      abondance…      étonnement partagé…

…Les sons se taisent, les sons parlent…     pousser…     être…     émerger…     ouvrir les yeux…     refermer…     sentir…      être soi…      étonnement…      abondance….     joie…

…  perfection de l’instant…     nausée passagère…   (la nausée est l’abandon de ce qui doit être abandonné…)…     immensité…     plénitude…     être là…     simplicité…     accueil…     évidence…

chant fredonnant

…Simplicité…     évidence…     absolue simplicité…     simple évidence…     immédiateté de l’évidence…      simplicité immédiate…     nécessité d’être là…     être… soi…

…Je vous accompagne…      je vous explique…      je vous apprends…      je vous montre…

…Nous sommes, n’est-ce-pas, ensemble dans notre grand jardin…

silence vibrant suivi d’un chant

Vos yeux vont s’ouvrir, n’en doutez pas. Vous allez apprendre à reconnaître… Votre coeur est paisible…

C’est en vérité un retour, n’est-ce-pas ? Mais vous ne le saviez plus.

Acceptez…

Entendez à présent les voix qui s’adressent à vous et qui vous parlent…

silence, écoute intérieure

Ces voix qui vous parlent, apprenez à les reconnaître : ce sont les vôtres

silence, écoute intérieure

Alleluiah. Je suis Marie-Isis, je vous aime.

Je ne reviendrai pas, dans cette forme. Cela n’est plus nécessaire.

Avec tout mon Amour….Je suis avec vous. Vous êtes avec moi. Nous n’avons plus besoin de ces échanges sous cette forme.

 

 

via Christine Anne K. le 16 février 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

Seh’elam Anna, de Sirius -Melchisedek & HCIG- n°2

 Nous fait voyager avec notre corps dans la découverte et l’expérience de 2 couches dimensionnelles précises…d’où nous co-créons, pour nous, une forme spécifique.

– écoute : http://vimeo.com/33365562

 

Que mes salutations vous honorent Bien Aimés de la Terre. Je me présente Seh ‘elam Anna. Vous me connaissez à présent. J’appartiens tant à l’ordre des Melchisedek qu’à la Confrérie des Hautes Consciences Intergalactiques de Sirius.

Et je suis donc en quelque sorte mandatée pour succéder à mon Bien Aimé compagnon de route Orionis, dans ces interventions – quoique la forme de mes interventions ne soit pas comparable à la forme des siennes, cela est de plein accord entre nous.

Je suis chargée de continuer à vous transmettre les éléments de vous-mêmes que vous avez à découvrir et à mettre en lumière, et particulièrement les formes de votre intelligence de Lumière que vous avez besoin de mieux pratiquer et connaître et développer. Je vous ai donc introduit précédemment aux quelques ajustements vibratoires nécessaires à votre écoute, à votre entente, à votre présence lors de ma présence et de mes propos, et nécessaire à l’écoute intégrative de ce que je viens vous apporter et échanger.

Je vous invite donc à présent quelques instants à ce premier ajustement vibratoire qui nous est demandé ensemble…

Silence vibrant

…Peut-être vous sentez-vous un peu à l’étroit dans votre corps physique, dans le cours de cet ajustement. Ne vous en souciez pas, c’est une manifestation, mais ce n’est pas une véritable gêne… Il est de par cet ajustement une circulation probablement dans votre corps physique, et aussi dans vos champs subtiles, d’une vibration qui expanse et délie. Sachant cela il vous est peut-être plus facile de l’accueillir avec plaisir, avec bienveillance, avec joie peut-être, du moins je le souhaite.

Je vous ouvre, en ces instants, quelques canaux supplémentaires d’écoute et de réceptivité et de compréhension, à des espaces dimensionnels qui sont sans doute peu familiers à un grand nombre d’entre vous. Sachez que ces espaces vous sont absolument ouverts, accueillants, et doivent vous être confortables. Il ne peut en être autrement, car vous êtes appelés à pouvoir les fréquenter, à votre guise dirai-je. Considérez donc que je vous introduis à une sorte de mise en forme vibratoire qui vous permet justement de fréquenter certains de ces espaces…

Ceci peut alors vous permettre aussi, en expansant votre conscience, dans ce nouvel espace, de relativiser davantage la forme et les limites supposées de ce que vous appelez votre corps – et qui n’est à vrai dire qu’un très respectable et très beau véhicule destiné à parcourir l’illusion du monde construit dans lequel vous évoluez. Ainsi donc, si vous êtes en mesure de relativiser un peu mieux l’importance que vous croyez exclusive de ce véhicule, voilà que vous pouvez mieux rencontrer de vous-mêmes ce qui justement existe hors la conscience limitée, propre à ce véhicule, et qui est également un corps, votre corps, lequel également en cela est un véhicule disons plus vaste et plus subtil, et très orchestré dans de nombreuses fonctions. Véhicule que vous pouvez nommer multidimensionnel puisque ce vocabulaire pour vous revêt une certaine précision.

Je vais donc vous conduire en quelque sorte dans ce que nous pourrions appeler une visite, par l’entremise de votre véhicule et corps multidimensionnel que je viens d’évoquer, dans une ou deux couches, que je souhaite mieux vous faire appréhender.

J’espère qu’à présent, après cette introduction, l’ajustement vibratoire que je vous ai proposé a produit son effet et que vous avez retrouvé l’aisance et le confort qui vous sont nécessaires pour participer à ce petit voyage; car bien sûr je n’ai pas l’intention de créer une situation où vous allez quitter, comme vous dites, complètement la conscience de votre corps habituel, physique, humain et limité… Cela n’est pas mon objectif même si je sais que beaucoup d’entre vous pratiquent ce genre d’exercice, avec parfois beaucoup de savoir faire, ou parfois simplement avec une joyeuse curiosité. Cela n’est pas néanmoins la méthode que je souhaite pratiquer en votre compagnie, car il importe justement que vous fréquentiez chacun et chacune, au sein de votre propre expérience individuelle, la confrontation dans votre conscience limitée à votre conscience non limitée. Cela est une ouverture qui s’inscrit donc alors dans une Unité.

Vous allez cependant à présent accepter que votre mental, que vous appelez souvent votre « conscience » (du moins dans cette langue que nous employons, ce qui est une certaine confusion de langage), vous allez donc accepter que votre mental ne cherche pas à avoir le contrôle de ce que vous pouvez entendre ou expérimenter, mais que simplement il accueille en se relaxant et en s’abandonnant. Si votre mental s’éteint complètement, cela peut être une excellente chose, mais soyez à la mesure de ce que vous êtes, chacun, chacune. Il n’y a rien à s’obliger, il n’y a qu’à être, et c’est justement cela que je cherche à vous faire rencontrer dans une extension de ce qu’est votre conscience et votre notion d’être.

Silence vibrant

Dans le silence qui actuellement s’installe, et va se prolonger un petit moment de votre temps, j’aimerais que vous arriviez à être totalement en phase avec vous-mêmes en tant que véhicule expansé dans la multidimensionnalité -limitée à une ou deux couches, je le précise- que j’ai souhaité vous faire visiter d’une façon particulièrement cadrée dirais-je, aujourd’hui… Soyez donc simplement réceptif et voyageur dirai-je.

Que ce que vous expérimentez soit sensations, soit éléments que l’on peut appeler visuels, soit éléments sonores subtils, acceptez-le simplement, découvrez-le, parcourez-le et ne cherchez pas je vous prie, à l’analyser. Soyez le véritable voyageur que vous êtes, confiant, aimant, aimant de vous-mêmes, aimant de tout ce qui se présente autour de vous.

Vous êtes omnidirectionnel, omniauditif.

Silence vibrant

Je vous rappelle que je suis une forme et que j’ai entre autres la capacité de me déployer en forme enveloppante. Vous êtes donc en train de voyager en parfaite sécurité, enveloppés dans un espace, enveloppé plus exactement par ma forme, ou du moins par celle que j’ai choisi d’émaner pour vous, pour cette occasion.

Silence vibrant

…Acceptez d’entendre la musique qui transparait et se fait dans cet espace. Rappelez-vous que vous êtes une note, un élément, une sonorité dans la composition de cette musique. Ainsi votre corps illimité est en train de voyager en tant que corps sonore dans cette texture sonore, parmi d’autres textures qui également caractérisent cette couche particulière dans laquelle je vous permets, de par la forme que j’ai épousée, de voyager quelques instants.

Silence vibrant

Ainsi vous êtes constamment informés et constamment mélodiques, informés par la mélodie et l’architecture des mélodies à l’intérieur de laquelle vous intervenez et que vous entendez… Et cela mes Aimés est votre véritable nature, et tout particulièrement dans cette couche dimensionnelle. (Je n’emploie pas l’un de vos numéros pour la désigner car votre numérotation que je respecte, ne me convient pas… De plus, l’emploi de cette référence à cette numérotation ne ferait que solliciter une excitation de votre mental.)

Silence vibrant

Que pouvez-vous faire dans cette couche dimensionnelle, dans laquelle bien sûr vous aurez, une fois que vous l’avez connue ainsi, la possibilité de vous rendre par vous-mêmes, sans restriction. Que pouvez-vous donc y faire ? Eh bien, vous y intervenez comme je l’ai dit, en quelque sorte musicalement : ce qui est très important car cette couche consiste à maintenir une texture sonore, qui a son rôle en tant que couche vibratoire dans l’architecture d’un ensemble de couches vibratoires où elle s’insère spécifiquement.

Il est de toute beauté et de toute grandeur, de toute plénitude et de toute évidence, dans la Vérité de votre propre Être et de sa reliance à votre Unité partagée, d’être participant tout simplement de cette texture sonore dans laquelle actuellement vous êtes en train d’expérimenter votre présence. Ainsi il n’y a pas autre chose à faire en cet espace-là, en cette couche dimensionnelle-là. Il y a simplement Être, de toute éternité, de toute essence, de toute globalité, de toute unicité. Et c’est un Service Absolu, dans la joie la plus simple et la plus pleine.

Silence vibrant

… Je vous introduirai d’ici quelques instants à une seconde couche dimensionnelle. Je vous invite donc à accepter de vous préparer à un passage qui sera fluide, car il n’y a pas grand écart entre ces deux couches. Et je vous invite à observer dans votre corps, véhicule physique terrestre, la qualité vibratoire qui vous sert d’ancrage. Je vous invite à observer votre respiration physique, car elle aussi vous sert, non seulement d’ancrage, mais d’accordage aux gammes musicales que vous traversez.

Que votre respiration donc vous serve de conducteur lors du passage que nous allons effectuer – toujours dans la sécurité du contenant que je vous ai proposé, forme enveloppante que j’émane pour vous. Vous allez donc recevoir et entendre la gamme vibratoire qui va vous fluidifier le passage et l’entrée, et l’Être, dans la deuxième couche que j’ai choisi de vous faire visiter également aujourd’hui, et qui pour ainsi dire est relativement mitoyenne de la précédente.

Silence vibrant

Voici donc que dans ce silence vous recevez ce qui peut vous permettre de vous engager, en toute fluidité, dans ce que vous pourriez appeler un couloir – et l’entrée dans cette seconde couche dimensionnelle de notre voyage d’aujourd’hui… Là aussi sentez je vous prie que votre corps humain ne vous lâche pas dans ce voyage. Cela n’est pas nécessaire et c’est justement, je le dis une seconde fois, une pratique d’Unification de ne pas l’oublier en route.

…Voici donc que s’ouvre à vous probablement un espace dont je vous invite à remarquer, si vous le pouvez, que la texture vibratoire n’est pas identique au précédent. Peut-être saurez-vous observer qu’elle est plus « fine », diriez-vous, ou que son taux vibratoire est légèrement plus élevé.

Acceptez de vous sentir confortable en cela. Acceptez la forme de fluidité qui se présente, et qui peut-être vous fait percevoir qu’il y aurait en quelque sorte (pour employer des mots à vous) possibilité de s’étendre à très grande vitesse…

Dans cette couche dimensionnelle (dont je ne vous donne pas non plus l’un de vos numéros, que je ne souhaite pas employer) il n’y a plus tant omniprésence de l’architecture et de la texture sonore -qui sont l’apanage de l’autre couche que nous avons rencontrée- mais ici extension, omnidirectionnelle et omnispatiale, des possibilités d’intelligence entrecroisées, partagées, échangées – à la vitesse de la Lumière, pourriez-vous dire, et sur des distances que vous ne pourriez même pas imaginer… Cela est également mes Très Aimés, parfaitement et naturellement à votre portée. Je ne fais que vous le faire visiter de cette façon très contenante et cadrée que j’ai choisi de vous proposer, mais vous pouvez accéder par vous-mêmes en toute liberté et en toute sécurité, à cette couche dimensionnelle.

Silence vibrant

Soyez simplement ce que vous êtes, dans cette dimension-là. Vous êtes cet Être expansé dans l’Intelligence partagée, et à des niveaux d’intelligence qui vibratoirement sont sans comparaison avec ce qu’en votre environnement usuel vous avez coutume de considérer comme intelligence – ce qui n’est pas dit pour rabaisser les formes d’intelligence que vous employez dans votre environnement usuel, qui sont parfaitement adaptées et hautement performantes parfois dans cet environnement.

…Ici donc vous goûtez pourrait-on dire, à la Musique de l’Intelligence de l’Univers, pour employer une formulation qui puisse parler à vos besoins de comprendre. Car je souhaite que vous ne perdiez pas la notion du « comprendre », même si je vous ai invités à ne plus faire usage de votre mental, j’assume ce paradoxe, et je vous demande de l’assumer également. Comprenez donc que vous êtes dans ce niveau vibratoire de Super-Intelligence – que j’espère vous sentez avant d’en avoir la compréhension par les mots que j’ai employés…

Silence vibrant

Sachez et observez que de par votre station dans cette couche dimensionnelle où nous sommes en visite -vous avec moi, de par le cadre que j’ai posé-  sachez donc que se crée une Forme de par la conjonction des intelligences de votre présence et de vos Êtres. Cette Forme est à vous, elle est pour vous : elle n’est pour ainsi dire qu’à vous. Vous en êtes collectivement l’intelligence constituante. Et il vous appartient à présent, dirai-je, de la faire exister… On pourrait dire pour employer une sorte de métaphore, que vous pourriez la ramener jusqu’à vous, dans votre état limité d’habitant de la surface de votre planète, telle que vous croyez qu’elle est et tels que vous croyez que vous êtes (cela dit dans vouloir porter critique ou jugement négatif à cette situation qui est ce qu’elle est).

Sachez donc que cette Forme, créée par vos intelligences dans cette autre dimension, il vous appartient donc de la faire être véritablement, et je dirais utilitairement, dans l’interface avec le monde usuel que vos consciences limitées habitent. Ce n’est pas à moi de le faire, mais à vous. Je vous invite pour cela, encore une fois, à être dans la conscience de votre corps véhicule physique et subtil -néanmoins de limitation- unifié avec votre corps véhicule non limité que vous avez pratiqué, et pratiquez encore en cet instant pour ce voyage et cette ouverture de conscience… Employez donc le rythme de votre respiration, employez le passage de l’air que vous respirez, air matériel et air subtil, Lumière de l’air, pour permettre que l’interface de l’existence de cette Forme s’installe.

Cette Forme précisément, je le constate en l’observant, vous permet d’améliorer considérablement cette interface dont je viens de parler. Cela est votre Création, Création de votre intelligence partagée, dans cette dimension de partage expansé des intelligences que vous avez visitée, et où vous pouvez vous rendre à tout instant…

…Que la forme contenante que j’ai installée vous permette, si ce n’est déjà fait, de revenir en toute sécurité si cela est votre besoin, dans la limitation de votre corps et de votre environnement actuel, quotidien et limité.
Mais restez dans l’Unité entre votre illimité et votre limitation, car vous en avez la possibilité et d’autant plus de par cette Forme interface qui à présent vous appartient, car vous l’avez créée.

Je me réjouis et je vous dis à bientôt. Je suis Seh’elam Anna et je me retire en clôturant mon intervention. Alleluiah.

 

 

via Christine Anne K. le 06/12/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Ashtir – n°7

 

 

 

Alleluiah ! Bien aimés Fils et Filles de la Terre, Fils et Filles de la Source, Fils et Filles de toutes vos lignées célestes; je suis Ashtir, Elohim, Maître-ès-formes, vous me connaissez bien. Je vous connais aussi.

Me voici parmi vous en ce jour, fixé par moi et par mes auxiliaires de communication, pour vous exposer ainsi qu’à mon habitude (dans mes façons qui sont parfois déroutantes mais qui vous permettent d’activer certains circuits : disons plus « frais » que vos circuits habituels de compréhension) : un certain nombre de choses – je dirai « choses » pour le moment.

Nous allons donc jouer avec une première chose. Qu’est-ce que c’est qu’une chose ? C’est quelque chose d’informe, de non défini, mais qui est là. Cela désigne tout : que ce soit matériel, que ce soit pensé, que ce soit subtil, que ce soit justement indéfinissable, vous dites chose. Eh bien nous allons « choser« .

Je vais m’appuyer un petit peu sur les choses que notre ami Keznoar vous a transmises, et particulièrement en matière de formes puisque c’est mon domaine de prédilection. Ainsi Keznoar Nd Hey Az’k -vénéré représentant des Hautes Consciences Galactiques que j’honore et respecte absolument- vous a envoyé un certain nombre de choses. Que sont ces choses ? Elles sont faites, dirai-je, d’une part pour que vous les receviez, d’autre part pour que vous les emmagasiniez dans vos boîtes à choses, mais pour que vous en fassiez quelque chose.

Qu’est-ce que vous allez pouvoir en faire ? Vous pouvez jouer, sans savoir ce que c’est. Vous pouvez les assembler, les trier, les empiler, les disposer dans des formes d’agencement de votre choix. Vous pouvez les faire rouler. Vous pouvez même essayer de les manger. Vous pouvez les ranger sur des étagères…Mais tout cela fait partie de vos petites opérations de gestion de votre espace : cela n’est pas leur seule destination!

Ces formes donc, complexes et mystérieuses, que votre mental même ne sait absolument pas envisager dans leur véritable envergure (et votre mental s’en est aperçu, je n’en doute pas), sont de magnifiques préludes -architecturaux en particulier- à tous les programmes que votre futur, quel qu’il soit, peut déployer.

Vous avez en quelque sorte des formes qui sont un peu repliées sur elles-mêmes, un peu mises en boule -un peu comme ces éponges déshydratées qui prennent la forme de ceci ou cela et qui, quand vous les mettez dans l’eau, redeviennent une belle éponge, libre… Voilà, ces formes sont donc un peu… non pas déshydratées, mais préparées dans un compactage qui vous permet de les mettre sur vos étagères sans qu’elles coulent…Pardonnez-moi, je m’amuse, mais cela m’est absolument nécessaire, et cela vous est également nécessaire… Car bien sûr ces formes peuvent couler : couler au sens de perdre une partie de leur substance si vous ne les rangez pas exactement dans les meilleurs conditions -c’est-à-dire si vous les laissez traîner quelque part, au soleil ou à la pluie, sans vous en occuper.


…Voici donc une chose – et je prends là l’une des formes que notre ami Keznoar ND Hey Az’k vous a transmises : je la tiens; je vais souffler dessus… Bing ! Elle s’ouvre un peu d’un côté, ou de l’autre. Ô merveille : voici qu’elle révèle des choses qui me plaisent beaucoup ! Si j’étais un enfant en train de jouer, je me dirais que c’est magique -et même en tant que vieil Elohim je suis ravi- et Dieu sait que j’en ai vu des formes, que j’en ai créées, que j’en ai architecturées, que j’en ai enseignées; que j’en ai détruites aussi (ou disons : recyclées, plus exactement) lorsqu’elles ne sont pas suffisamment correctes ou opérantes, ou adaptées…

L’intérêt de ces formes telles que Keznoar Nd Hey Az’k vous les a données, c’est qu’elles ne sont pas encore adaptées mais qu’elles sont parfaitement adaptables, et adaptables pas à une seule opération ni à une seule situation, mais adaptables dans des configurations assez nombreuses, pour ne pas dire très nombreuses. Elles sont donc d’une utilité tout à fait exceptionnelle et importante, comparée au type de matériel que vous avez l’habitude d’utiliser sur votre planète (et qui même dans ses hautes technologies est généralement tellement spécialisé qu’il ne sert plus qu’à une seule opération dans un contexte extrêmement cadré, défini, et ne peut plus être parfois manipulé que par un ou deux individus seulement, dans les cas les plus extrêmes de la recherche scientifique)… Nous avons ici un tout autre type d’objet ! -j’abandonne le mot « chose » pour le moment.

Je reprends donc mon exemple : je tiens cette forme dont je vous ai parlé. Je viens de souffler dessus et elle s’est un peu ouverte, comme un insecte qui ouvrirait ses pattes ou ses ailes lorsqu’il se réveille à votre toucher. Et puis, je vais l’écouter pour voir si elle dit quelque chose ou si elle chante quelque chose : je vais tendre mon oreille et je vais entendre. Je vais alors peut-être avoir envie d’ouvrir un peu plus ce que me réserve cet objet qui est encore non déployé, qui ne révèle pas encore tout ce qu’il cache ou tout ce qu’il propose… Lorsque je l’ai ouvert davantage, je vais commencer à l’observer en me disant : « hum, ça me fait penser à quelque chose que j’aimerais faire… Et si j’essayais d’employer cet objet, cette forme, dans la situation que précisément j’ai envie de créer, avec quelques amis, ou seul…Tiens, tiens? « … Je vais m’atteler à cela et je vais entendre ce que me dit cette forme : je vais donc me faire guider par ce que me dit cette forme, qui va me proposer de la structure, des circulations, des systèmes de polarités, des circuits de circulation d’informations qui sont déjà disposés d’une façon fort intelligente et efficace.

Et puis je vais aussi écouter ce qui me pousse à vouloir créer cette situation, en partant des données extérieures à cette forme; que je suis en train de trier, d’accumuler et de réfléchir avec ma pensée créatrice. Après, pourrait-on dire : vous prenez un shaker, vous agitez le tout et vous voyez ce qui sort. C’est une image certes dynamique et amusante mais qui ne suffit pas; néanmoins il y a de cela, car vous avez à mélanger et à ne pas véritablement contrôler les opérations détaillées de ce mélange. Il y a une part d’auto-organisation des données, qui justement est possible du fait de certains programmes que contiennent ces formes qui vous sont proposées.

Sachez néanmoins que ces formes n’imposent absolument pas un certain résultat : elles sont des matrices qui offrent comme je l’ai dit une structure fort intéressante et des possibilités de circulation des données et des polarisations, mais elles restent… je cherche le mot, cela n’est pas « auto-créantes »… elles restent à la disposition de ce qui se crée, et elles vont s’y adapter à un certain stade; ou bien elles vont être adaptables par vous…C’est-à-dire que vous pourrez exploiter au mieux de votre projet ce que cette forme vous propose, mais vous ne serez pas prisonnier dans votre projet des structures prévues intégralement dans cette forme -qui justement vous offre un certain nombre de possibles que vous pouvez combiner de plusieurs façons, et même avec lesquelles vous pouvez créer de nouvelles combinatoires. N’est-ce-pas merveilleux !? Je vous invite donc à prendre bien soin de votre petit panier de choses –et à ne pas les laisser traîner ni au soleil, ni sous la pluie, ni trop longtemps au frigidaire…

Je ne vais pas traiter l’ensemble des sortes de données qui vous ont été délivrées par ce vénéré ami Keznoar Nd Hey Az’k car les vibrations compactées qui se trouvent dans d’autres éléments de la transmission n’ont pas à être « dépactées » par moi : ce sont des données plus scientifiques qui ne sont pas exactement du domaine dans lequel j’excelle. Vous aurez peut-être l’occasion -je ne sais pas- d’avoir quelques révélations à ce sujet, mais je crois qu’il vous a été dit déjà quelques explications et commentaires, qui peuvent déjà vous convenir.

Je vais donc maintenant reprendre mon jeu avec les choses quelques instants. Imaginez donc que vous êtes une chose… « Ciel, me direz-vous, je suis un Être ! Je ne suis pas une chose ! » Bien sûr, vous répondrai-je : imaginez simplement que vous êtes une chose. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que vous pouvez changer de forme !… Je vous en avais déjà parlé dans l’une de mes toutes premières interventions, où je vous ai montré que je changeais de forme. Sachez que vous avez cette possibilité en tant qu’Être : donc le fait d’imaginer que vous êtes une chose peut vous aider justement, dans une phase de gestation d’une forme, ou de transition entre deux formes, à justement ne plus avoir de fixation sur une certaine forme mais à rendre possible toute nouvelle forme. Et de même que les choses-formes fournies par notre ami dont je vous ai parlé, se déploient de façon inattendue et révèlent ce qu’elles ont à révéler, dans des configurations qui sont variables comme je viens de vous l’exposer, de même, en tant que choses vous pouvez vous déployer dans de nouvelles configurations de formes.

Qu’est-ce que cela signifie pour un Être d’avoir une forme et de changer de forme ? D’abord un Être ne peut pas être sans forme, c’est un non sens. Après, bien sûr, vous pouvez adopter en tant qu’Être la forme d’un brouillard extrêmement diffus si cela vous fait plaisir, et à ce moment-là vous pourriez jouer à dire intellectuellement que vous n’avez pas de forme… Mais ce brouillard extrêmement diffus est une forme en lui-même, qui a même ses contraintes, croyez-moi. Vous pouvez également, ainsi que je l’avais dit je crois une fois, prendre la forme d’une Tour Eiffel, ou d’un ballon, d’un cube, d’un animal, d’un multi-polyèdre extrêmement complexe… Je crois que je vous ai déjà raconté tout ça une autre fois.

Je vous invite aujourd’hui plus particulièrement à vous intéresser à ce passage par l’état de chose, chose indéfinie, qui n’est pas pour autant (bien évidemment) une destruction ni une négation de ce que vous êtes. C’est simplement un jeu avec le changement de forme, qui temporairement va passer par cet état non déployé, indiscernable : et cela peut vous aider, croyez-moi, à faire certains passages dimensionnels. Passer d’une dimension à une autre implique généralement, et à vrai dire toujours, une transition vibratoire importante -et parfois dérangeante, du moins très temporairement… Et le fait de savoir abandonner sa forme initiale avant ce changement, pour récupérer harmonieusement et créativement sa nouvelle forme dans la nouvelle dimension, est bien agréable -croyez-moi- plutôt que de se sentir concassé alors qu’on ne l’a pas prévu. De ce fait, le mot chose est extrêmement intéressant car tout est possible avec une chose.

 

Je vais donc vous proposer un petit exercice pour vous chosifier quelques instants. « Ciel, me direz-vous, je ne veux pas disparaître » – mais vous n’allez pas disparaître, et vous n’allez pas non plus être abîmé : vous allez au contraire en retirer un regain d’énergie, je vous l’annonce déjà.

Vous allez donc recevoir en silence d’une part un peu de sons qui vont vous aider… Et d’autre part je vais vous demander de pratiquer un abandon intérieur et extérieur de la structure de votre corps, en tant qu’elle vous fait tenir dans une certaine forme… Il se peut donc que vous vous mettiez à remuer pour vous dégager de cette forme. Je vous rassure, votre corps physique tel que vous avez l’habitude de le chouchouter ne va absolument pas être endommagé et vous ne verriez aucune différence si un observateur  extérieur vous regardait. Nous sommes à un niveau plus subtil.

Voilà… Donc il y a un abandon et une chosification de votre structure corporelle qui est en train de se présenter, et d’être acceptée – et avouez que ça chatouille un peu… cela n’est pas du tout désagréable… Vous pourriez imaginer, pour vous aider, que vous allez être quelques instants une sorte de boule de pâte (pâte à tarte, pâte à modeler, argile, prenez ce qui vous plaît). L’intérêt c’est que cette boule peut être posée, roulée, un peu cabossée, sans que sa matière n’en soit ni destructurée ni affectée, mais aussi sans que la moindre forme ne s’impose pendant un certain temps.

Je vous laisse vous abandonner davantage…

J’espère que vous sentez un certain ramollissement de vos enveloppes, un grand surcroît d’élasticité et de fluidité qui a envahi votre série de corps subtils – sans pour autant les détériorer, je le redis, puisque nous faisons un jeu et que vous avez cette capacité de changer de forme. Dans quelques instants, vous allez être sans doute à point dans la chosification…

…Je vous laisse vous pétrir vous-même en imagination un petit peu, si vous voulez, ou laisser votre corps épouser cette possibilité de pétrissage. C’est un pétrissage créateur, vous n’allez pas être mangé !

Nous allons maintenant activer un point d’assemblage qui se trouve à quelques centimètres au-dessus de votre nombril et qui va symboliser la possibilité du changement de dimension. C’est réellement un point d’assemblage multi-dimensionnel.

Vous êtes donc en train, en appuyant sur ce point et grâce à votre chosification, de jouer à un changement dimensionnel qui se passe donc fluidement… Avouez qu’il n’y a aucune gêne à cela, peut-être un petit sentiment d’inconnu, mais beaucoup de sécurité. Vous allez ensuite, de la même main si possible, toucher un point qui se trouve à peu près à la distance d’un doigt au-dessus -qui donc va être à peu près dans le creux intercostal, grosso modo au niveau de votre plexus solaire. (Je vous laisse trouver la place de ces points vous-même, car chaque corps physique a ses petites distances individuelles.) Une fois que vous avez trouvé le deuxième point, vous allez lâcher le premier, et là : restructuration – vous devez le sentir tout de suite….

Nous n’avons évidemment pas fait le projet d’un changement de forme précis, et je ne vous ai pas proposé de vous transformer en Tour Eiffel car vous seriez bien embarrassés à l’arrivée. Donc vous retrouvez simplement votre forme originelle : sentez comme vos corps se restructurent avec fraîcheur… Sentez qu’un surcroît de lumière s’est produit en vous.

Vous lâcherez le point quand cela sera approprié pour vous. Je vous conseille de maintenir la pression quelques instants pour que cette restructuration et cet afflux d’énergie soit à leur qualité optimale.

Voilà, mes chères choses (comme on dit en anglais). Je suis bien content de vous avoir enseigné ce jeu extrêmement vital et je compte sur vous pour en tirer profit.

Vous n’êtes donc à nouveau plus des choses mais vous êtes vous-mêmes, dans votre forme habituelle – sauf si quelqu’un parmi vous avait décidé un changement de forme : j’espère en ce cas qu’il est réussi… Si jamais vous avez un changement de forme qui est raté, c’est réversible : vous refaites la même opération tout simplement, d’accord ? Avec un projet qui tient la route, si possible – d’où l’aide, aussi, des structures qui ont été délivrées à travers les formes nombreuses et complexes de notre ami des Hautes Consciences Intergalactiques.

Je vous salue. Je suis Ashtir, Maître-es-formes, Elohim.

 

 

 

 

via Christine Anne K. le 5/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.