L’Enfant Elohim – « Istirulwah » -n°1


La
vibration de l’être qui vous parle pourrait se nommer l’Enfant Elohim…

…Car
sachez que les enfants sont appelés à vous guider bien plus que vous ne les
guiderez : ils sont bien plus proches de nous, les Créateurs. Acceptez
ainsi d’être humbles et joyeux lorsque les enfants auront à vous montrer le
chemin, parfois à travers leurs jeux et à travers leur innocence, voire à
travers leurs crises de colère ou de joie.

Je
suis l’Elohim des enfants. Je n’ai pas encore de nom, du moins officiellement,
car je suis en apprentissage et la vibration de mon nom n’est pas encore
définitivement réglée. Il parait que cela vous gêne et que vous aimeriez que j’aie
un nom afin de consigner cela dans vos notes, ainsi que je le comprends : appelez-moi donc provisoirement   » I.s.t.i.r.u.l.w.a.h  »

Je
vous invite à vous pencher sur la vibration des enfants, car les enfants de la
Terre aujourd’hui sont un réseau, un réseau vibratoire lumineux où la vibration
circule d’une façon que vous ne soupçonnez pas. Bien sûr, pouvez-vous penser,
certains de ces enfants pourraient avoir pâti d’un grand nombre de pollutions
diverses, à la fois chimiques, électromagnétiques et plus subtiles. Néanmoins,
sachez que leur cœur contient de façon indestructible la clé qui leur permet ou
leur permettra d’ouvrir le réseau et de communiquer et de fonctionner de façon
groupale. Cela fait partie de leurs tâches de guides et d’accompagnants.

Ne
tombez pas pour autant dans la confusion qui consisterait à traiter ces enfants
comme des adultes. Cela les mettrait dans l’embarras et leur insufflerait des
bouffées d’ego non désirables. Vous avez, vous les adultes de la Terre, les
parents, les éducateurs, les grands-parents et le voisinage, à apprendre avec
humilité comment vous laisser guider – car il ne s’agit pas non plus d’être
complaisants et de laisser tout caprice enfantin se réaliser. Il s’agit d’être
à l’écoute par le cœur et d’être dans l’authenticité de cette communication du
cœur ; il s’agit de pratiquer la Vérité et la Simplicité ; il s’agit
de pratiquer l’Amour au quotidien et non pas uniquement celui de l’affection,
souvent possessive, des parents pour leurs enfants.

L’Amour au quotidien dont
il s’agit est d’une vibration beaucoup plus élevée : c’est une reliance à
vos Êtres, c’est une simplicité évidente qui vous relie les uns aux autres, dans
la tolérance, la Joie, la solidarité bien sûr, l’intelligence collective, la
bienveillance, et l’amusement parfois. L’amusement a souvent plus de valeur que
ce qui est très sérieux, avec les enfants, et vous devez le savoir.

Voilà
que je vous dis que je suis un enfant et que je vous parle comme un pédagogue…

Cela est la preuve pour vous qu’un enfant peut vous guider. Bien évidemment nos
jeux sont multiples, car c’est par le jeu et uniquement par le jeu que nous
développons tous nos apprentissages. Le jeu est création, le jeu est
auto-créant, le jeu est co-création : tout cela constitue la matrice de
base nécessaire au développement d’un être, au développement d’un groupe et
au développement de certaines constructions réalisées en groupe ou
individuellement.

Apportez
à vos enfants le soin que vous apporteriez à un vieux maître extrêmement
vénéré, pour qui vous avez la plus grande tendresse et le plus grand respect,
mais qui a besoin de vous pour assurer une partie de sa survie au quotidien.
C’est par le cœur que vous pouvez obéir à vos enfants et non pas, encore une
fois, par la voie des caprices et des argumentations. Obéir ne signifie pas se
soumettre : obéir, c’est simplement obéir aux lois du cœur et à la sagesse
du cœur et de la Lumière, telles qu’elles arrivent en toute pureté et sans
scories par le réseau du cœur des enfants incarnés sur la Terre aujourd’hui.
Certains d’entre vous les appellent les Nouveaux Enfants et vous avez raison.

Ne traitez donc pas les enfants comme des animaux de compagnie ou comme des
êtres stupides à qui il faut soit tout expliquer, soit laisser la bride sur le
cou lorsqu’ils créent quelque chose.

Les
enfants vous aiment. Les enfants n’ont pas besoin que vous leur achetiez des
monceaux de choses pour vous assurer leur amour. Bien évidemment, comme ils
aiment jouer, ils aiment les monceaux de choses, comme nous les Elohim nous
adorons les monceaux de choses avec lesquelles nous pouvons nous amuser,
bricoler, et inventer de nouveaux systèmes, de nouveaux êtres et de nouveaux
univers… Mais nous n’accumulons pas les choses par accumulation : nous les
employons et nous les transformons. Les enfants sont des transformateurs, si
vous les laissez agir. Ainsi, prenons l’exemple d’un enfant qui démolit son
jouet pour en faire autre chose : peu d’entre vous se rendront compte qu’il
s’agit d’une création.

Je
sais qu’il est chez vous une notion qui se nomme « l’enfant
intérieur » et que pas mal d’adultes cherchant l’éveil ont tenté de
pratiquer. Cela est très louable. Toutefois, il semble qu’il y ait un certain
nombre d’illusions qui se soient engluées autour de cette notion de l’enfant
intérieur telle que vous la pratiquez. Il semblerait que bon nombre aient
greffé, collé dessus des notions de psychologie un peu tortueuses, des
questionnements sur la souffrance qui n’ont rien à voir avec l’enfance telle
que je désire vous en parler aujourd’hui… Par conséquent, ceux qui penseraient
que recontacter leur enfant intérieur ainsi qu’il a été pratiqué, correspond au
chemin que je veux vous indiquer, ne doivent pas se mettre dans l’erreur.
Certes, il y a dans cet enfant intérieur la part d’innocence, de Joie et la Semence de Lumière pure qui vous fait, et là, recontactez-le. Si cela vous aide
à pratiquer le jeu, c’est encore une excellente chose. Mais ne cherchez pas
chez l’enfant intérieur vos souffrances passées, ne cherchez pas chez l’enfant
intérieur une fragilité, une vulnérabilité : cela n’est pas le chemin.
Cela appartient au domaine de l’auto-compassion qui vous a servi à travailler
sur vous pour vous libérer, à une certaine époque encore assez récente, d’un
certain nombre d’entraves créées par les entrelacs de mémoire et d’encodages
successifs qui vous voilaient en grande partie votre Être. Aujourd’hui cela
appartient au placard d’un passé dont vous n’avez plus besoin.

Je
vous invite donc à écouter le rire des enfants et à respecter leur voie ainsi,
encore une fois, que vous le feriez d’un vieux maître un peu fantasque, un peu
imprévisible, mais absolument adorable et que vous respectez plus que tout, dont
vous acceptez de temps en temps les bizarreries. Là est le chemin. Je précise
qu’il ne s’agit de vous laisser entraîner par des bizarreries, ne vous méprenez
pas. Je vous ai parlé de l’écoute du cœur et de la loi des cœurs : c’est
cela qui fait la qualité de l’écoute réciproque et non pas le fait que les bizarreries
soient bizarres. Quand je parle de bizarreries, il s’agit simplement de l’approche
– un peu déroutante pour certains d’entre vous – qui n’emploie pas les canaux
de votre raisonnement logique et pragmatique. Vous pouvez ainsi discuter avec
les enfants de certaines stratégies à adopter, et écouter avec votre cœur et
toute votre bienveillance tendre et votre vénération au vieux maître caché en
eux, leurs suggestions parfois étonnantes. Et n’hésitez pas à jouer en leur
compagnie plutôt qu’à les obliger à des devoirs, qui les privent de leur
vibration, bien souvent.

La
transmission entre nous étant d’excellente qualité -et cela grâce au réseau actif
des enfants- je vous propose si vous le désirez la possibilité de poser quelques
questions, auxquelles je me ferai un honneur de vous répondre.

 

Le terme enfant :
cela englobe ces êtres jusque vers quel âge ?

Très
bonne question. L’âge où la puberté commence est déjà un portail où l’enfant
change, mais la qualité d’enfance peut demeurer encore, cela dépend de l’étincelle
qui est en eux. Par ailleurs, ceux que nous appelons et que vous appelez les Nouveaux Enfants de la Terre ont commencé à descendre en incarnation voici… je
ne sais pas le nombre des années, mais certains d’entre eux sont des adultes
actuellement. Tant que ces adultes ont conservé la pureté et leur étincelle de Nouveaux Enfants – certains d’entre eux sont des parents d’ailleurs -, nous les
considérons comme des accompagnateurs. Mais mon propos a surtout concerné les
enfants les plus jeunes, c’est-à-dire ceux dont le corps n’est pas encore en
train de les emmener vers davantage de poids. Je ne sais pas à vrai dire parler
en termes d’âge… Cette notion m’échappe encore en grande partie, à mon niveau,
car nous les Elohim gardons cette vibration d’enfant quel que soit notre âge. Chère
amie, je ne saurais pas mieux répondre à ta question et je m’en excuse.

S’il
n’est pas d’autres questions, je vais vous saluer et je vais laisser celle que
vous connaissez et qui se nomme Eloha, vous adresser ainsi qu’elle aime le
faire quelques notes de sa harpe et de ses mots.



via
Christine Anne K. le 09/09/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.