Eloha – n°8


Très Aimés, je me présente à vous, je suis Eloha, votre Créatrice qui vous aime. Vous êtes pour moi perles chatoyantes, gouttes de Lumière, corps de beauté, architectures de vibrations subtiles, un peu de l’eau, un peu du feu, un peu de minéraux, de l’air qui circule dedans, de l’éther… Vous êtes notes de musique, une fois ces éléments stabilisés.

J’ai mis tout mon Amour et ma science dans cette œuvre, qui bien sûr et à mon émerveillement ne cesse d’évoluer par elle-même : vous.


J’adore, ainsi que je vous l’ai déjà dit, aller jouer les perles de ma voix sur les cascades d’eau et de Lumière, et je me réjouis immensément et joyeusement car je sais que ces cascades de Lumière, vous allez les rencontrer pour beaucoup d’entre vous, en quittant les illusions rigides, et sombres, et opaques de cette densité illusoire mais dense dans laquelle vous vous êtes trouvés obligés de rester, et cela malgré moi.


Je voudrais entendre votre rire de joie, d’émerveillement, de puissance lorsque vous allez cascader, lorsque vous allez jouer de votre Lumière, lorsque vous allez créer comme vous l’a dit Ashtir, dans les cadres d’un modèle, votre nouvelle forme, votre nouvel Être dans sa forme nouvelle, car l’Être en son essence ne change pas; même si votre conscience, on pourrait dire, va changer, car elle va retrouver ses capacités illimitées que dans votre dimension dense elle a perdues… Certains d’entre vous, je le sais, déjà ont retrouvé du moins en grande partie ces capacités illimitées, mais sont encore en quelque sorte coincés par la présence corporelle, et nécessaire, dans ce monde qui est le vôtre encore.


Votre corps fut une extrêmement belle création avec de nombreux détails extrêmement joyeux et raffinés. Je vous en avais raconté un ou deux la dernière fois que nous nous sommes rencontrés… Je ne m’étendrai pas sur les modifications qui par la suite (et contre mon gré) furent adjointes à vos corps, ni à ce qui en fut soustrait par ceux qui s’emparèrent du contrôle du monde dans lequel vous viviez et avez continué de vivre. Mais je tiens à vous rappeler aujourd’hui, justement, la très belle perfection et la magnifique création raffinée, splendide qu’étaient vos corps à l’origine -origine que vous portez encore en vous, même si vous ne le savez pas dans votre conscience mentalisée que vous appelez pensée et connaissance.


 Je vous inviterai donc, mes très Chers, mes très Aimés, mes très Choyés, partant de ce que je vous dis, à la Joie de vous rappeler -aussi bien que vous le pourrez- le fait de cette très belle origine car, dans le franchissement du Seuil que vous allez pour la plupart d’entre vous réaliser d’ici peu, laissez-vous appeler par ce qu’il y a de plus beau en vous, de plus parfait, de plus immense et de plus joyeux… Cela a fait partie des programmes d’origine de vos corps, corps non seulement physiques, mais subtils et de Lumière. Ne vous voyez pas à la baisse, voyez-vous à la hausse (pour employer des expressions que je n’aime pas beaucoup mais qui appartiennent à votre système de compréhension).


Ainsi, j’aimerais que vous puissiez retrouver en vous le goût des cascades rieuses que j’avais instillé au sein de vos gènes dans un petit programme musical, rieur, cristallin, par exemple…Je ne vais pas vous lister tous les programmes, cela serait ennuyeux. Je compte simplement sur la capacité subtile et vibrante de votre mémoire corporelle de reconnecter à ces systèmes d’information qui sont encore présents dans vos codes génétiques et ainsi, vous reconnectant à vos origines les plus authentiques, et les plus belles, et les plus immenses, de vous retrouver de l’autre côté du Seuil en toute Puissance et en toute Joie…


Car les multi-dimensions vous attendent dans votre Puissance et votre Joie. Votre perfection vous a été enviée, si l’on peut dire. Ne la négligez pas, ne la sous-estimez pas -cela néanmoins en toute humilité et en toute simplicité : il ne s’agit pas de faire reluire vos egos spirituels ou ce qu’il en reste encore… Notre vénéré Ashtir vous a déjà suggéré certains exercices agréables et intéressants de jeu avec votre forme, et suggéré la rencontre avec des êtres d’autres formes. Je me joins à lui dans cette suggestion.


Pratiquez la danse de vos corps en imaginant également celui de tel ou tel animal que vous aimez car peut-être, sans le savoir vous lui ressemblez, et vous allez le rencontrer comme votre frère. Votre corps a été créé avec cette capacité de danser, et de faire vibrer la musique dans ses plus grands raffinements au sein de vos cellules et de l’eau de vos cellules, pour vous faire danser, pour vous faire chanter. Cela n’est pas  une capacité bête et de hasard : cela a été l’une de mes créations dans votre programme, et elle est beaucoup plus étendue en termes de capacités que ce que vous pouvez croire…


Votre capacité de danser est une capacité de créer dans l’espace avec votre danse des géométries subtiles qui peuvent se déployer autour de vous, et elle est  d’entrer en vibration avec d’autres -par exemple celles des autres personnes qui danseraient non loin de vous. Cela alors pourrait avoir pour effet de créer des formes subtiles qui demeurent un certain temps, produisant de la Joie, rehaussant le niveau vibratoire, et stimulant les processus de vie. C’est donc une chose que vous pourriez faire avec d’autant plus de liberté lorsque vous ne serez plus encombrés par la densité, et par l’aveuglement de l’illusion et les rigidités de votre mental, qui vous gênent dans vos mouvements et dans ses créations.


De la même manière, lorsque vous chantez ensemble, il se produit un autre phénomène : la mise à l’unisson, par exemple lorsque vous chantez en chœur, de vos voix, a pour conséquence la création d’une onde de forme qui crée une forme assez durable que vous ne voyez pas, mais qui nourrit vos corps ainsi que l’environnement naturel dans lequel elle se propage. Lorsque vous chantez seul, un autre phénomène se produit qui en quelque sorte s’enroule autour de vous, ou s’enroule autour de l’enfant à qui par exemple vous chantez quelque chose, créant une vibration nouvelle dans ses corps subtils, temporaire, mais qui peut causer beaucoup de plaisir et restabiliser en les réharmonisant certains dérèglements, certaines dysharmonies ayant pu survenir.


 Je vous rappelle donc par ces petits exemples que vos capacités sont bien plus immenses que ce que vous avez coutume pour la plupart d’entre vous de croire. Ainsi, exploitez ces capacités et elles vous suivront lors de votre translation. Alleluiah

Je vous adresse tout mon Amour. Je vous invite à rire, à chanter et à danser et à faire résonner dans votre corps la mémoire de sa perfection divine. Recevez tout mon Amour de Créatrice. Je suis Eloha, votre mère Elohim et je me retire de cette communication, si vous le voulez bien.


via Christine Anne K. le 8/12/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere

 

 

 

 

 

 

 

Eshtananda – n°5


Frères et Sœurs, Amis, Eshtananda je suis.

Je crée des mondes, ainsi que je vous l’ai déjà dit. Je fais partie des
Elohim, créateurs des mondes, et je remplis ma mission dans la Joie et le
Service. Dans la musique de mon cœur se trouvent les racines, les germes de ce
que je fais exister. Ces tâches parfois m’occupent durant des éons de votre
temps. Qu’elles soient immenses ou réduites, je m’y emploie avec toute la
sagesse dont je peux disposer, tout l’Amour, tout le désir de bien faire qui se
trouvent en moi, et tout l’amusement qui incombe à ce qu’on appelle le chemin
de la création dans son processus et ses découvertes.

Amusement ne signifie pas ici frivolité. Le mot amusement a déjà été
abondamment traité dans ces pages, en particulier par notre bien aimé Ashtir,
je crois, ainsi que par ma sœur Eloha. Je partage donc cette philosophie, même
si je suis un Elohim assez sérieux (si l’on peut dire, car le mot sérieux ne
convient absolument pas, à vrai dire, pour me désigner)…Je suis simplement ce
que je suis, et ainsi je suis aligné : là est la forme de sérieux à
laquelle je me réfère. Etant aligné avec ma Vérité, je suis dans ce que je suis
et ainsi, en tant que créateur ou créatrice – car je n’ai pas vraiment au sens
où vous l’entendez de sexe –, je suis aligné avec mon énergie créatrice et tous
les moyens dont je dispose et qui sont infiniment nombreux.

Je me réjouis donc et je ne cesse de me réjouir de ce que j’ai à être et
à faire. Cela est ma Joie et mon Service de toute éternité, et je ne saurais
m’en lasser. La lassitude n’appartient à vrai dire qu’à votre dimension, car
elle provient d’une perte d’énergie et d’un sentiment d’ennui ou de désintérêt
qui ne sont provoqués que par la perte de contact avec votre véritable énergie,
qu’elle soit créatrice ou simplement agissante. Sachez donc qu’il n’y a pas de
lassitude, il n’y a pas de routine, il n’y a pas d’ennui : il y a le
Service, la Joie, la découverte et la recherche d’une perfection.

Les mondes que je crée deviennent autonomes et cela est ma Joie
également. Parfois je les visite et je contemple quelques instants ce qu’il s’y
produit, ce qui est. J’observe l’évolution de ce que j’y ai mis et cela est
bien. Parfois, je fais des erreurs car cela fait partie de la découverte. Je
vous parle de mes erreurs afin de ne pas me placer sur un piédestal, mais j’en
fais peu, à vrai dire, sinon je ne serais pas à la hauteur de mes
responsabilités. Mes erreurs sont perfectibles et cela est le chemin.

Ainsi n’hésitez pas, soyez créateurs à votre niveau, même si (pour
certains d’entre vous) vous pouvez juger que c’est un très petit niveau. Vous
allez avoir un monde à créer très prochainement, et certains d’entre vous sont
déjà au travail. Il importe donc que vous connaissiez non seulement quelques
outils que vous pourriez avoir oubliés, mais aussi la certitude de la Joie
d’opérer ces travaux, ainsi que des aides qui vous seront fournies par nous et
par d’autres qui nous aident et qui vous aideront. Il y a quelques artisans
fabuleux qui oeuvrent dans ces créations de par leur extraordinaire
savoir-faire de certains aspects de formes, de résonances, d’articulations, de
réseaux, de mises en concordance et d’autres réalisations techniques
indispensables à la véritable existence, agissante et vivante, de tout ce qui
se crée pour être,  pour durer, et pour
interagir avec un environnement.

Dans votre monde, les sciences sont séparées, et les arts, et les
sciences, et les philosophies sont des branches différentes dans vos
universités. Ainsi, tout est cloisonné, et rien ne peut réellement interagir au
sens où l’interaction est réellement créatrice et productrice. Mais au niveau
de création qui est le nôtre – et qui devra être le vôtre pour ceux qui l’agiront
– il n’y a pas de cloisonnement entre les mathématiques, la musique, la
colorimétrie; la science des nombres et des vibrations s’allie à la subtilité
des couleurs, à l’emploi de fractales de Lumière et de fractales sonores,
faisant appel aux ressources également de la matière dans tous ses composants,
ainsi qu’à l’énergie des éléments. Tout cela est en interaction avec encore
d’autres principes que je n’énumèrerai pas tous, mais qui au niveau du
patrimoine de vos savoirs relèvent de différentes sciences, disciplines,
parfois ésotériques également (mais cela n’est pas le fin mot de la création : je parle de l’ésotérique).

La création est ouverte, la création est simple, la
création est orchestrée, la création fait agir de nombreuses forces, de
nombreuses lois et elle en crée. Mais sachez que tout est en vous. Il vous
appartient simplement de connaître ou de reconnaître votre pouvoir et votre
Liberté. La Liberté du cœur, dont la Mère des Mères vous a parlé hier, est
indispensable et naturelle dans ces mises en œuvre dont je vous parle.

Observez quelques instants votre main, par exemple. Votre main à
laquelle vous êtes tellement habitués est un trésor de compétences raffinées,
complexes et orchestrées… Mais outre ce que vous en connaissez en termes
d’ossature, de ligaments, de connections nerveuses, de peau, de circulation
sanguine, de méridiens d’acupuncture, etc., sachez que votre main recèle encore
bien des compétences et des secrets qui sont trop subtils pour que votre panel
scientifique se soit intéressé à les observer. Il y a dans vos doigts des
messages vibratoires, il y a dans la paume de votre main également des
encodages qui vous relient à ce que vous devriez être et à vos pouvoirs. Cela
n’est qu’un exemple. Ainsi l’ensemble de votre corps peut être lu et regardé de
la même manière, et je vais très vite dans ce que je viens de vous dire, c’est un
survol. Concernant votre main, je vous dirai aussi – histoire de vous ouvrir un
peu à d’autres observations – que sa construction est également fondée sur des
aspects musicaux et des ratios qui utilisent ce que vous appelez le nombre
d’or, et que ses mouvements sont inspirés par certains corps célestes dont vous
n’avez pas connaissance, mais qui ont servi en partie d’inspirateurs ou de
modèles pour reproduire les compétences qu’il fut souhaité d’offrir, lors de
votre création, à cet organe fort intéressant et d’une utilité radicale dans
votre fonctionnement. Vos mains contiennent également des codes de création qui
leur permettent – en reliance avec votre organe cérébral – d’effectuer des
tâches de créateurs dans votre dimension. Tout cela est inscrit dans des
programmes (pour employer un mot qui réfère à une de vos sciences). Ainsi la
nature, ce que vous appelez « la Nature », contient également de forts nombreux
programmes dont vous n’avez pas la moindre idée, mais pour lesquels l’exemple
de votre main, que j’ai survolé, peut vous indiquer la marche à suivre pour les
envisager.

A vrai dire, tous ces programmes – et là je parle de votre corps – sont
parfaitement lisibles dans vos programmes génétiques et dans les codes de vos
ADN, dont les scientifiques ont observé qu’une grande partie en apparence ne
sert à rien, alors que justement ils contiennent ces innombrables programmes
subtils – ainsi que d’autres parmi lesquels, comme vous le savez, certains vous
relient à la Lumière, la vraie, l’authentique, la Source. Tout cela bien
évidemment – et beaucoup d’entre vous le savent – a été abondamment trafiqué
par la suite, distordu, écrasé. Certaines
chaînes ont été volontairement coupées, certains codes ont été remplacés par
d’autres, pervers, etc. Je n’entrerai pas dans ces détails, inutilement
désagréables aujourd’hui, car aujourd’hui tout cela est dans un processus, non
seulement de restauration, mais d’illumination.  Vous êtes en train de revenir à votre
véritable nature et ainsi de pouvoir recouvrer tous vos pouvoirs. Et c’est
ainsi que vous allez pouvoir créer, recréer un monde pour vous, assez
prochainement (du moins je le souhaite, et nous le souhaitons tous).

Voilà ce que j’avais à vous dire, mes très chers Frères et Sœurs, Amis,
Aimés. Je vous invite donc à être ce que vous êtes, et à retrouver en vous les
inscriptions de la mémoire de la création d’origine qui vous a faits bien plus
extraordinaires que ce que vous pourriez croire aujourd’hui, en voyant ce qui
n’est plus si parfait mais qui ne cesse à présent de le redevenir.

Je vous salue. Je suis Eshtananda.

 

via Christine Anne K. le 8/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°4


Aujourd’hui
les paroles, mes Aimés, seront à l’image des perles. Leur brillance, leur
délicate contenance nous permettront de jouer la musique des mots et celle de
ce qu’ils disent. Voyez, je m’habitue à votre forme de langage… Je suis Eloha,
votre Mère Elohim, et je ne cesse de jouer la création qui est le jeu le plus
puissant, le plus sage, le plus délicat, le plus gracieux entre mes mains.

 

Naturellement,
je n’ai pas de mains comme vous en avez, mais je sais égrener les sons de ma
harpe : vous pourriez appeler cela des multi-doigts. Ainsi, je m’amuserai
volontiers à lancer les perles des mots, afin de réaliser dans le jeu et la
musique une architecture de paroles, de sons, de beauté et de concepts.


Qu’en
dites-vous ?

Voyez : je m’amuse à parler comme vous !


..Entre les autres
Elohim qui vous ont parlé et moi, ne voyez pas tant de différence, et cependant
nous avons chacun un registre – registre musical, vibratoire, registre de
formes, registre de nos joies, de nos envies, envies de créer telle ou telle
forme ou tel ou tel monde –  toujours
dans le Service absolu de notre Source bien aimée dont nous sommes les
serviteurs et les employés, doués de toutes nos capacités.

 

Ce
que j’aimerais aujourd’hui jouer, avec les perles de votre langage parlé, serait
une architecture de formes et de sons destinée à vous faire oublier la rigidité
des structures de votre mental et des impasses logiques dans lesquelles parfois
vous vous complaisez… Mais je ne souhaite pas vous mettre en difficulté : je vais
donc jouer avec modération et je n’irai pas au plus fort de mes capacités en ce
jeu.


J’espère que vous saurez m’y accompagner, car je vous invite par là à
déployer vos propres ressources de créateurs; car même si vous n’aviez qu’un
mot à créer, vous accomplissez là une tâche sacrée, si ce mot est au service de
la Lumière et de la Source. Comprenez-vous cela ?

Toute création se doit,
pour être vibrante et juste, de refléter intégralement la vibration originelle
issue de la Source et à laquelle nous donnons forme et intention, dans la plus
grande liberté et avec l’usage de notre intelligence.

Notre intelligence n’est
pas un intellect, car un intellect ne nous permettrait pas de faire notre
travail de créateurs, nous les Elohim. Ainsi, ne vous réfugiez pas dans votre
intellect lorsque la création vous prend…

 

La
Source est intarissable : la cascade des mots se produit, les gouttes du
verbe se déversent et s’organisent dans leur écoulement, où le chant de la
source, cascade, ruisseau s’amuse à moduler ces petites chutes dans une forme
que l’eau crée elle-même sur la commande des sons, car ce sont les sons qui
engendrent non seulement le bruit de l’eau que vous entendez avec vos oreilles,
mais les formes que prend l’eau, les choix dans son cheminement de ses mouvements.


Voici là ma première petite architecture : cette cascade de mots et d’eau
mélangés dans laquelle votre mental ne saurait se retrouver. Je ne cherche pas
néanmoins à vous égarer ni à vous rendre fous, cela n’est pas mon but, car ce
serait un but de destruction -je ne suis pas de ceux qui travaillent la
destruction-.


Je vous invite en cela à pénétrer les arcanes musicales qui en
vous-mêmes peuvent apprendre à se déployer, afin que vos mots, vos paroles,
s’enrichissent : dans un premier temps en vibrations subtiles de par la Joie que
vous pouvez avoir intérieurement en les disant. Dans un deuxième temps, vos
mots et vos paroles pourraient s’enrichir de tonalités musicales légères. Cela
veut dire que, d’une certaine façon, vous pourriez les chanter un peu plus.

 

Souvenez-vous
que tout cela n’est que Service, et non pas fantaisie…Il est certain que la
fantaisie peut être un petit morceau de l’exercice, pour relâcher vos structures
rigides : à ce niveau là, la fantaisie a sa place un tout petit moment, mais
elle n’est pas le but, et elle n’est même pas le moyen ni la forme. Elle n’est
qu’une petite clé, utile à certains et superflue pour d’autres…


Ainsi donc la
parole, les sonorités des mots que vous employez et des mots que vous pourriez
créer participent de cette architecture sur laquelle aujourd’hui nous jouons.
Bien sûr, comme vous êtes silencieux autour de nous, l’interaction ne peut être
entre nous qu’intérieure.

 

Je
vous invite à aller au bord du ruisseau et à repenser à ce jeu que je viens de
vous proposer, au bord du ruisseau, dans le chant du ruisseau, où votre honte
(si stupide parfois) ne pourrait vous empêcher de lancer quelques mots sans
risquer qu’ils soient entendus par des personnes dont les oreilles ne vous
satisfont pas. Vous pourriez donc dans ce ruisseau jouer à entremêler les mots
avec l’eau, ainsi que j’ai tenté de vous l’indiquer dans ma petite histoire de
cascade, si jolie, et si limitée par la limitation de vos mots.


Cela vous
exercerait à déployer dans la chatoyance des mots et de votre voix certaines
perles qui ainsi prendraient forme, et s’ajouteraient aux grands bols de perles
dans lesquels moi et vous pouvons puiser pour nos jeux…


Nous créons ensemble
votre nouvelle Terre, il ne s’agit pas de futilité ni d’exercice vain.


Imaginez
que ce bol de perles est déjà bien rempli et qu’avec vos doigts vous pourriez
les faire rouler, tinter, glisser et que chacune de ces perles aura la capacité
d’être un mot ou une parole; mais qu’au lieu de s’agencer d’une façon stricte
comme votre langage a besoin de le faire, elles peuvent s’agencer autrement
: non pas de façon anarchique ni chaotique – car cela n’est pas notre façon de
créer – mais simplement d’une nouvelle façon, dont les lois géométriques et
musicales sont plus larges, plus complexes, plus vibrantes, plus riches, plus
intégratrices de tout ce que les multi-dimensions dans leurs communications
avec votre nouveau monde peut donner et recevoir.

 

Sachez
que vous apprendrez de plus en plus à communiquer par la vibration pure, mais
la vibration pure peut être comme une architecture de perles. Les sons s’orchestrent
et se combinent en cascades ou en géométries pour constituer…(petit silence).. Je ne trouve pas
le mot pour dire dans votre langage ce que je souhaitais vous faire entrevoir; nous pourrions donc créer un nouveau mot pour cela : disons des « perlifications ».
J’ai choisi ce mot parce que le mot perle est à la base de ce que je tente de
vous faire entrevoir aujourd’hui.


« Perlification » désignerait non
pas réduire quelque chose à la forme d’une perle, mais au contraire déployer
une architecture de perles différentes en une forme harmonieuse et créatrice de
sens, afin de créer de la communication intelligente, voire de la beauté, et d’insérer
cette communication intelligente dans une harmonie – l’harmonie des sphères,
diriez-vous, dans le langage de vos poètes et de votre philosophe Pythagore… Pythagore était l’un des nôtre, je crois, et nous avons joué avec lui de
maintes façons et pour le plus grand bien de ses œuvres en votre Terre.

 

Mes
propos pourraient vous sembler décousus, mais j’ai décidé aujourd’hui, comme je
vous l’ai dit, de jouer avec votre langage. Dans ce cas les mots s’échappent
dans des directions différentes, de même que les perles lorsqu’on laisse tomber
le bol. Toutefois aucun bol n’est tombé -car si le bol tombait ce ne serait
pas un accident, mais simplement une étape dans le jeu de création.


Ainsi je
vous laisse mes perles et je vous invite à créer les vôtres. Le propre des
perles étant de rouler, elles peuvent circuler dans différents canaux, se
rencontrer, se séparer; elles peuvent enrichir votre vocabulaire. Allez au bord
de la rivière et jouez près de l’eau de la perlification dont je vous ai parlé.
Cela n’est pas une obligation pour ceux qui n’y voient aucun intérêt : cela s’adresse
à ceux qui y trouvent un sens et une joie!


Vous avez quoiqu’il en soit à
développer des formes de langage qui actuellement n’appartiennent pas encore à
votre langue et à vos méthodes de communication. C’est pourquoi je vous invite
à vous rappeler qu’il y a des règles de création subtiles et joyeuses et non
pas seulement des impératifs techniques, raisonnés, et des structures vides.

 

Je
vous remercie d’avoir accepté ce petit jeu de perles et je vous invite à la
légèreté, à l’humour, à la déridation de vos fronts et à la pétillance dans vos
yeux lorsqu’ils se regardent les uns les autres. Je vous invite à trouver dans
vos cœurs la justesse et l’harmonie indispensables à toute œuvre dans vos
nouvelles formes de vie.


Ne commettez pas l’erreur de considérer que mes propos
ont été une sorte de toile d’araignée mentale, mais bel et bien un élargissement
dans le cœur de vos capacités, que l’image de la toile d’araignée dans sa
magnifique géométrie subtile peut vous servir à intégrer, si jamais elle vous
est utile.

 

Je
vous aime, je vous dis à bientôt et je vous invite à ne jamais oublier la
Grâce, l’harmonie, la Joie dans la création et dans la Joie des créatures. Je
suis Eloha, je vous ai parlé et je me retire.

via
Christine Anne K. le 13/08/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Orionis (Melchisedek) – n°4




Quelle joie de vous avoir tous assemblés ici !

 

Je suis Orionis. Je m’adresse à vous.

La vibration des
chants d’oiseaux qui nous accompagnent aujourd’hui est à l’image de ce que vous
êtes appelés à devenir. Ne craignez pas de ne pas y arriver.

 

Sachez, en ces temps désormais courts, que vous êtes
simplement appelés à être et à devenir de plus en plus chantants, vibrants,
simples – simples au-delà de ce que vous pourriez vous figurer. Toutefois cette
simplicité recèle l’immensité (inconcevable également en votre mental
aujourd’hui) des modulations de fréquences dont vous serez la musique.

 

J’ai demandé, oui, à ces oiseaux de chanter autour de nous,
de leurs plus délicates façons d’être. Ainsi votre cœur se purifie davantage et
votre mental relâche la trame de ses tensions et de ses certitudes. Mettez
votre mental au repos.

Votre mental est un outil, rien de plus. Votre pensée
n’est pas à confondre avec les tribulations de votre mental. Votre intelligence
n’est pas en cause. L’intelligence est une faculté dont vous ne sauriez être
privés, bien au contraire. A mesure que vous purifiez votre mental, votre
intelligence se dégage de certains tunnels dans lesquels vous l’avez obligée à
se glisser. Ainsi ne craignez pas (car certains d’entre vous le craignent) de
perdre votre pensée, votre intelligence, dont vous êtes parfois si fiers ou si
heureux. Elle ne vous sera pas retirée. Acceptez d’amoindrir vos pensées, dans
le sens où la lune décroît. La lune décroît pour s’amoindrir encore et encore,
puis elle renaît et vous le savez. La pleine lune n’est qu’un passage
éphémère : ne vous y accrochez pas.

 

Puisque nous parlons de votre intelligence, apprenez à
laisser couler le flux cosmique dont vous n’êtes qu’une infime goutte d’eau et
auquel vous participez tout simplement et en toute beauté. Quelle joie d’être
cette goutte au lieu d’être un être autosuffisant (ainsi qu’encore certains
d’entre vous ont besoin de le croire). La musique de ces oiseaux aujourd’hui
vous révèle la parfaite symphonie à laquelle vous participez de votre unique
voix et vibration – et ce de plus en plus à mesure que vous évoluez dans votre
véritable nature : vos « êtres de Lumière » comme il est dit
parfois.

 

Ne soyez plus en attente de vos performances personnelles.
Sachez que dans cette symphonie, vous avez toute la place et tout l’espace de
resplendir bien davantage et bien plus simplement qu’en ces réussites, si
éphémères mais si importantes pour vous dans la matière de votre vie. Je ne
souhaite pas par là apporter le discrédit sur vos efforts et vos réussites dans
cette vie, ne vous méprenez pas. Vos efforts et vos réussites vous
appartiennent, et en ce sens ce sont vos créations, et en ce sens vos
créations sont infiniment respectées. Néanmoins, vos co-créations sont
dorénavant ce qu’il importe de mettre en avant et de faire vibrer. La vibration
de vos co-créations est ce qui va créer la nouvelle matière de ce nouveau monde
auquel vous aspirez. La création comme vous le savez commence par les
vibrations, ainsi que vous l’a enseigné récemment la Créatrice, Eloha.

 

Je m’adresse à vous, moi, Orionis, dans la lumière de ce
jour 24 avril, et il vous est demandé d’être les serviteurs joyeux et abondants
de cette co-création, que vous êtes les seuls à pouvoir effectuer. Nous vous
regardons, nous vous aimons, nous prenons soin de vous à notre manière, mais
vous êtes les seuls à pouvoir agir au niveau vibratoire auquel vous vous
trouvez : celui de vos vies, celui de votre monde, celui de votre futur
comme vous dites, qui est déjà inscrit dans votre présent. Vous êtes en train,
à chaque instant, de créer ce qu’est la nouvelle vie de l’humanité, par vos pensées,
par vos actes, par vos joies, par vos actions spontanées.

 

Sachez que vos actions spontanées sont les plus fortes sur
le plan de la co-création. Leur vibration est en quelque sorte directe, elle
n’est pas ralentie ni obstruée par les raisonnements provenant de votre mental
(qui certes vous sont utiles). Il y a donc à combiner cette énergie de l’action
spontanée qui reçoit cette authentique vibration directe, et l’action plus
réfléchie qui permet d’incarner dans la matière certains aspects de votre création,
au sens où la matière actuellement nécessite que vous sachiez vous en servir  – et
cela vous l’avez appris dans votre incarnation, dans votre environnement, dans
le savoir qui vous a été transmis, et c’est là que la réflexion peut vous être
utile. Mais ne remplacez pas l’action par la réflexion, ne croyez pas que la
réflexion soit créatrice. La réflexion est un outil : là intervient votre
intelligence bien évidemment. Mais sachez que votre intelligence sera d’autant
plus vive qu’elle sera abreuvée, d’une part par le cœur et les énergies du cœur,
et d’autre part par cette fulgurance vibratoire de ce que j’ai appelé action
spontanée.


Votre intelligence a besoin d’être dépoussiérée – et vous le savez,
vous le vivez. Votre intelligence s’est fourvoyée – bien malgré vous – dans des
circuits de garage en raison de la matrice dans laquelle vous avez dû apprendre
à être, vivre, fonctionner.

A présent, il vous est offert la possibilité de libérer votre
intelligence, sachez-le. Ceci passe par certains phénomènes d’abrasion que vous
êtes actuellement en train – pour certains d’entre vous – de vivre (j’en ai
parlé au début de cette intervention). Acceptez d’être remués, acceptez d’être
retournés comme des gants. Cela n’est pas facile forcément dans l’instant, ou
dans la période au cours de laquelle cela se produit, mais c’est le chemin. Et
si vous êtes là aujourd’hui, c’est que ce chemin est le vôtre, sachez-le.

 

Nous avons effectué comme certains d’entre vous le savent,
certaines opérations, en particulier, ce qui peut s’appeler la décourbure du
temps, qui est récente comme vous le savez. Ainsi la matrice prend fin car la
Lumière ne rencontre plus d’obstacles comme auparavant et, comme vous le savez,
ce que vous vivez actuellement n’est plus que les derniers échos de la forme
que la matrice a prise et vous a imposée. Ces échos font encore croire à un
certain nombre de gens que la forme existe toujours. Néanmoins, la forme a été
brisée et elle se transforme par le fait de votre co-création, mes amis, mes
aimés. Sachez-le et ne tournez pas le dos à ce qui se passe, car vous en êtes
les acteurs et je dirais bien plus, les maîtres créateurs, dans votre toute
beauté, puissance, immensité, intelligence, perfection. Soyez la perfection que
vous êtes appelés à retrouver en vous. Soyez-là, dès maintenant.

 

Ne laissez pas cependant votre ego spirituel s’emparer de ces mots.
Soyez en toute simplicité dans votre beauté intérieure, la puissance et la
force de votre être véritable. Il ne vous est rien demandé d’autre, le reste se
fait, les vibrations s’organisent entre elles dans cette symphonie. N’oubliez
pas : cette symphonie parfaite est toujours auto-créante au sein de ces
lois dont vous êtes partie-prenantes.


Ainsi que vous l’a dit Marie récemment,
les lois de cette co-création comportent leurs nombres et leurs géométries, et
des structures que votre mental ne saurait concevoir aujourd’hui. C’est donc à
l’intérieur de cela que vous co-agissez, et vous n’avez pas besoin de maîtriser
par votre mental l’ensemble de ces structures. Sachez simplement que vous
n’êtes pas dans le chaos, bien au contraire. Etre co-créateur ne signifie pas,
comme vous dites, « délirer » (dans votre langage familier). Il s’agit de
s’insérer simplement à sa place dans la symphonie, sachant que la place est
libre, la place est immense, la place est en constante création et la musique
se fait ainsi. Qu’il en soit ainsi.

 

Je vous retrouverai lors d’un prochain rendez-vous. Je vous
quitte. Je suis Orionis. Je ne souhaite pas répondre à des questions
aujourd’hui, mais vous allez pouvoir, je l’espère, présenter vos questions.

 

Je vous transmets mon Amour, mes salutations, toute notre
gratitude pour votre intelligence qui actuellement se déploie, et je vous dis à
bientôt.

(les questions/réponses n°3 sont posées directement suite à ce message)

via
Christine Anne K. le 24/04/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Orionis (Melchisedek) – n°3



Je suis Orionis.

 

Bien aimés enfants de la Lumière et de l’Un, je m’adresse à vous par la
voix de ce canal mais je suis, ainsi que tu le perçois, ce qu’en ton langage tu
peux désigner comme l’équivalent d’une voie lactée. Je suis devenu semblable à
un univers cosmique, composé d’une myriade de soleils, de nébuleuses, d’objets
célestes, ainsi que vous les nommez.

 

Soyez en paix avec cette image, qui exprime une réalité. Ma voix ainsi
résonne par le prisme et les facettes de ces myriades de corps célestes,
associées à la marche d’un univers qui danse non loin de la Source.

 

Je vous remercie de votre attention aux paroles que je vous délivre et je
vous invite à les perpétrer parmi vos proches lorsque cela vous est possible.
Ces paroles et ces enseignements que je délivre sont hors de votre temps, même
si pour vous aborder et me faire comprendre, je me réfère à votre temps.
Considérez donc l’éternité – sachant que ce mot de votre langage a une faible
portée au regard de ce qu’est réellement une éternité. Je m’adresse donc à vous
depuis le sein d’une éternité, dans laquelle, si l’on peut dire, – car
j’emploie toujours votre langage -, dans laquelle donc je suis, et dans
laquelle sans le savoir, vous êtes.

 

Laissez à présent votre cœur parcourir les voies de Lumière qui tissent
cette éternité. Qu’il soit (votre cœur)
le réceptacle des fluides immenses et sacrés qui s’écoulent sans fin au sein de
cette éternité. Ces paroles ne sont pas de la poésie. Ne vous égarez pas dans
votre mental. Il s’agit d’une réalité. Cette réalité, c’est par le canal de
votre cœur, entrouvert, émerveillé, que vous pouvez l’entrevoir, la goûter,
dans laquelle vous pouvez vous baignez en quelque sorte. Considérez-la comme un
nectar ; ce nectar peut tapisser les parois de votre cœur et vous changer
définitivement la vie, les pensées. Abreuvez votre joie à ce nectar, ne vous
laissez pas abreuver par d’autres nectars fallacieux, tels que par exemple
beaucoup de ce que vous appelez les musiques d’aujourd’hui et d’hier et qui
cependant, malgré leur beauté indéniable, ne peuvent suffire à vous faire
entrevoir la réalité de ce que je viens de vous laissez entrevoir – si vous le
désirez.

 

J’ai fait référence aux musiques car les sons et les harmonies sonores
sont proches lorsque leur agencement est juste et lorsque l’âme de ceux qui les
façonnent est authentique. Ils sont proches donc de ce que j’essaye, de ce que
nous essayons tous de vous faire découvrir à l’intérieur de vous. La beauté de
certains agencements musicaux vous rapproche indéniablement de la possibilité
de frôler en quelque sorte les véritables musiques célestes. Ainsi, votre cœur
peut se préparer, s’adoucir, se relaxer, amplifier ses propres vibrations de
beauté. Cependant, sachez que la musique céleste dépasse infiniment ce que vous
pourriez imaginer ou entendre avec vos oreilles. Accordez-vous donc à la musique
céleste même si vous ne l’entendez pas, car votre cœur peut l’entendre lorsque
vous vous abandonnez comme un enfant et en toute beauté à la joie de pouvoir
retrouver la Lumière, même sans savoir quelles sont les formes et les chemins
qui sont à votre disposition dans cela.

 

Il n’y a plus rien à savoir, arrivé à un certain degré : il n’y a
qu’à être, en toute gratitude et en toute noblesse, car votre être est
noblesse.

 

Je vous ai parlé de la musique, et je n’ai pas fini. Je vous invite à
cultiver les sons, les sons les plus purs, les plus simples. Il vous faut
apprendre maintenant à élaborer les sons issus directement de votre cœur, car
c’est le langage qui à présent devient le langage juste, le langage qui
n’emploie pas les détours du mental, le langage où aucune fausse piste n’est
possible. Aucune manipulation, aucune complaisance, aucune falsification des
sentiments, des joies, des vérités, n’est possible dans le langage du coeur. Ce
langage du cœur est vibratoire. Les sons qu’il emploie peuvent être audibles
avec vos oreilles, et peuvent également être audibles intérieurement. Dans ce
langage vibratoire, outre les fréquences sonores, vous avez les fréquences
colorées, lumineuses, et bien d’autres fréquences encore.

 

Imaginez que votre cœur est une harpe, une harpe au nombre de cordes infiniment
plus innombrable que le merveilleux instrument de musique que vous connaissez
dans votre incarnation présente. Souvenez-vous comment le harpiste, avec tous
ses doigts à la fois, crée des gammes sonores infiniment variées, délicates,
audacieuses, aériennes. Cela peut vous donner une image amoindrie des
possibilités de votre cœur, tant en réceptions qu’en émissions vibratoires.
L’Amour est comparable au cadre de la harpe. L’Amour est ce qui réunit et
nourrit, engendre et donne vie à toutes les vibrations de ce langage. Ne
l’oubliez jamais, sinon vous vous égareriez dans une impasse, disons,
technique. Avec l’Amour, tout est simple, tout est infiniment vivace,
auto-créant… Par le langage du cœur que vous apprendrez à pratiquer, votre
co-création de ce que votre monde deviendra aura des possibilités infinies,
infinies en nombre, infinies en variations, infinies en beauté, infinies en
intelligence et seront infiniment respectées de tous ceux des multi-dimensions
qui assistent à la naissance de ce nouveau monde, dont la forme est encore
ignorée, en ce qu’elle sera votre création. Nous connaissons cependant un
certain nombre de paramètres indispensables à l’établissement de ces nouvelles
formes. Disons qu’il s’agirait de paramètres structurels, géométriques, de ce
qui vibratoirement reliera harmoniquement votre création, aux univers entre
lesquels elle va se nicher. Cela est entre nos mains. Mais vous avez néanmoins
la possibilité d’interagir avec nous, sachez-le.

 

Soyez en paix. Malgré la complexité des mots et des concepts, ce que je
vous expose est extrêmement simple.


La seule difficulté que vous pourriez
rencontrer serait de refuser d’utiliser votre cœur à bon escient, si l’on peut
dire, en pervertissant peut-être ses capacités par l’introduction de filtres
posées par votre mental. Cela bien sûr représente la difficulté, mais si vous
faites confiance à la beauté, à l’innocence et à la puissance de l’enfant qui
est en vous, cette difficulté n’existe plus. Votre cœur a infiniment plus de pouvoir que votre mental. Si vous
cherchez le pouvoir sur ce que vous faites, sachez que le pouvoir du créateur
est joie, il n’est pas mental. Le pouvoir de créer votre monde, vous le
partagerez et toute notion de préséance, de chef, de plus ou moins intelligent,
de plus ou moins doué, cessera d’avoir la moindre pertinence, car le cœur
vous rend tous égaux. Ainsi la co-création trouvera sa pleine puissance et le
langage du cœur sera vibratoirement à sa pleine puissance, et les harmonies célestes
et terrestres joueront la même musique.

 

Je vous salue.

 

Je souhaite pouvoir vous éclairer davantage, néanmoins, si cela est
nécessaire, en vous accordant la possibilité de me poser une ou deux questions
concernant ce que je viens, dans votre langage, de vous inviter à entrevoir.

 

 

Cette musique du cœur me
parait hors d’atteinte. Mon mental est encore beaucoup trop envahissant et il manque
tellement de chaînons en moi, que je sens ne rien pouvoir faire de ce message.
Existe-t-il des outils sur lesquels m’appuyer pour faire chanter mon
cœur ?

 

Bien-aimée et amie, j’ai fait référence à la musique. Tu peux, si cela est
de ton goût, obstruer ton mental par de la musique. De nombreux musiciens
incarnés dans votre terre ont créé des œuvres qui sont capables de toucher
votre cœur, et tu le sais. Par ailleurs, ton mental peut être transféré par le
bout de tes doigts, par des gestes par exemple de pétrissage, d’ensemencement,
des gestes reliant à la terre ou à des matières vivantes. Je ne sais pas si ces
conseils peuvent t’aider. Je t’invite aussi à faire confiance à ton cœur pour
trouver la persévérance et la simplicité. Il apparaît que ton mental te
brouille l’accès au cœur. Tu n’es pas la seule. Le langage de la musique, le
langage des formes et des couleurs, le langage de la nature, des chants
d’oiseaux, le langage des joies du corps simples, sont autant de chemins vers
la simplicité.

 

Sache que si ta voie est difficile en ce domaine, il te sera révélé un
jour ou l’autre qu’elle est une voie royale et que la Lumière qui en découlera
sera unique pour toi, que l’éclat de cette Lumière t’inondera de joie, de
sagesse, de révélation, d’évidence. Le mental ne veut pas mourir, de nombreux
intervenants vous l’ont dit. Ne vous identifiez pas à votre mental. Votre mental
n’est pas à vous, votre mental est une fonction, une fonction qui exploite
votre intelligence pour ce faire passer pour vous, pour votre moi : il
n’est en aucun cas votre moi. C’est une usurpation. Soyez-en conscients et
abordez cela avec bienveillance pour vous-mêmes.

 

Vous ne pouvez pas lutter de front avec votre mental lorsqu’il est si
puissant, mais sachez que votre cœur est bien plus puissant. Vous pouvez
contacter votre cœur par la conscience physique, par la conscience de vos
respirations, par l’écoute de vos ressentis, par la simplicité. Vous pouvez
apaisez votre mental par des récitations de phrases sacrées, par exemple. Il
existe des phrases sacrées qui purifient le mental, de nombreuses traditions en
donnent et leur répétition est un chemin d’illumination, restreinte mais
efficace. Si vous occupez ainsi votre mental, il ne peut que vous laisser en
paix et, même si votre cœur vous semble silencieux, c’est que vous n’êtes pas
accoutumés à ce silence. Imaginez lorsque vous entrez sous terre dans une
gigantesque caverne ; pensez au silence infini, sonore, impressionnant,
saisissant, magnifique que vous rencontrez dans cet endroit qui vous saisit.
Tel est le silence de votre cœur, tel est l’infini potentiel de résonances et
de vibrations qui est à votre disposition dans ce silence.

 

Peut-être certains d’entre vous se leurrent-ils par des attentes erronées,
qui leur font croire qu’ils ne voient pas ce qu’ils voient, qu’ils ne voient
pas ce qu’ils devraient voir, qu’ils n’entendent pas ce qu’ils entendent et qu’ils
ne peuvent percevoir ce qu’ils aimeraient entendre. Et ce qu’ils aimeraient
entendre, peut-être, n’est autre qu’un langage d’illusions, alors que celui de
la Vérité se déploie en toute simplicité et sans faire de bruit.

 

Je ne sais si cela peut vous aider à franchir la difficulté. Il se peut
que cela vous semble la renforcer… Je vous encourage à utiliser, comme je l’ai
dit, le pouvoir de la musique, le pouvoir des impressions colorées, de la
nature et de ses joies. Amen

 

 

Y a-t-il dans le cœur un
lieu de passage qui permettrait – partant de la musique terrestre – d’entrer
dans la musique des sphères, c’est-à-dire de relier l’écoute de la musique
terrestre à la découverte de la musique des sphères ? Je crois n’avoir pas
compris ce point tout à l’heure…

 

Bien-aimée, ce point existe. Tu peux te le représenter comme un isthme, et
je sais que tu peux te le représenter car ta question le contient. Néanmoins,
cela ne peut pas devenir un « truc », ni une technique. En cela ta
question est sans objet. Tu sais que cet isthme existe mais il ne s’agit pas de
t’indiquer la méthode infaillible qui le ferait fonctionner. Néanmoins, cela te
permet de savoir que l’écoute des musiques terrestres te permet, sans que tu
puisses localiser l’instant et le lieu dans ton cœur, – du moins, sans que tu puisses encore les
localiser aujourd’hui –,  te permet donc
d’entrer en résonance avec la musique céleste et ainsi d’entrevoir la plénitude
et de recevoir les vibrations de l’immensité dans ces instants privilégiés.

 

Sache également que par la danse, le même phénomène se produit. Je sais
que tu t’interroges sur le chant dans ton silence… Le chant vous fait vibrer le
cœur et le corps, le chant peut vous permettre de toucher les cordes de cette
harpe et de les faire chanter. A ce titre, il vous permet également de
contacter ce point, cet isthme dans des moments également imprévisibles pour
vous, du moins imprévisibles pour votre mental qui encore aujourd’hui cherche à
contrôler, à savoir, à regarder, à conclure et à maîtriser. Cela n’a pas à être
maîtrisé par votre mental. Abandonnez-vous. Amen

 

Bien-aimés, recevez nos bénédictions, nos encouragements, nos
félicitations. Nous admirons vos dons multiples et vos capacités qui ne cessent
de s’amplifier.


Ne vous arrêtez pas à vos difficultés. Vos difficultés sont
votre pouvoir, même si cette formule ne peut satisfaire votre mental.

 

Je vous quitte. Je suis Orionis et je vous dis à bientôt.

Soyez bénis. Recevez tout notre Amour.



(ce message est directement suivi du message d’Ouranos, qui complète ce qui est présenté -et publié ci-dessous-)


via Christine Anne K. le 24/03/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

 

Ouranos

Cet être cosmique s’est présenté pour nous transmettre une ouverture à la
musique céleste, à la suite de l’intervention d’Orionis sur les sons célestes et
terrestres et le langage du coeur dans la co-création. Ces canalisations s’enchainent, ainsi que les questions liées.

 

 

 

 

Mes amis, mes enfants, mes frères, mes sœurs, sachez que moi qui m’adresse
à vous par la voix de ce canal, je ne vous suis pas encore connu. J’appartiens
aux plaines immenses et lumineuses des confins de ce que vous appelez les
étoiles.

 

Je viens m’adresser à vous sous le nom… Je ne sais pas transmettre mon nom
à votre canal, car elle doute de ce qu’elle peut entendre. Néanmoins, Isis
pourrait être le nom. Je vous invite simplement à recevoir en votre cœur et en
votre esprit l’immensité infinie, la joie incommensurable, l’unicité absolue de
ce que je suis.

 

En d’autres temps, je me suis nommé la voûte céleste, mais cette voûte n’a
pas de fond. Je suis un être et non pas un vide, je suis une pensée et non pas
un vide. Je suis Amour, je suis suprême intelligence, je suis résonance. Vous
pourriez m’appeler Ouranos, ainsi que les Grecs de votre Antiquité me
nommèrent.

 

Je viens vous indiquer et vous transmettre vibratoirement ma présence, ou
notre présence : je ne suis pas une personne. Votre langage ne convient
pas mais je l’emploie.

 

Nous sommes des myriades, nous sommes des éons, nous sommes au service de
la Source et de la Source des Sources. Nous sommes joie pure et nous chantons,
et voilà pourquoi j’interviens parmi vous en ce jour car ce chant, je voudrais
qu’il vous soit perceptible.

 

Sachez que votre cœur est assez grand pour nous contenir tous lorsqu’il se
retourne en lui-même et sur lui-même, ce qui vous parait inconcevable mais
néanmoins est réel. C’est là votre pouvoir.

 

Je vous invite à présent dans le silence à recevoir l’ouverture claire et
définie à la musique céleste maintenant, à l’exclusion de toute autre pensée,
son, existence. Recevez.

 

silence

 

Sachez que l’isthme de votre cœur actuellement est ouvert par la grâce qui
vous est donnée.

Sachez tirer profit…

 

silence

 

Que cet isthme reste ouvert. Que le passage se fasse. Restez dans l’acceptation
de ce que vous ne comprenez pas, car je sais que certains vont chercher à
comprendre. Il vous est donné, en cet instant, de capter sans filtre le
diapason qui ouvre aux musiques célestes. Ainsi votre cœur aura mémorisé la
nature du passage.

 

Je suis Ouranos. Je suis ce qui engendre Isis. Je n’ai pas d’existence
matérielle, je ne suis pas une collection d’étoiles. Vous ne pouvez concevoir
ni ma forme, ni ma réelle nature.

Je suis uni avec l’Un. J’embrasse la totalité des univers.

Je vous salue.

 




via Christine Anne K. le 24/03/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.