Orionis – n°10



Enfants de l’Unité, Enfants
de l’Un, Frères et Sœurs de la Terre, je vous salue. Je suis Orionis et vous me
connaissez.

Voici des temps
immémoriaux que je connais votre planète et ses différents cycles. Au long des
époques, je l’ai tendrement observée, accompagnée parfois. Il m’est arrivé d’y
vivre l’espace d’une vie à telle ou telle époque, que ce soient les époques de l’Histoire
que vous connaissez ou des époques d’Histoire que vous ne connaissez pas.

J’observe en ce moment
les changements qui se produisent, même si beaucoup d’entre vous ne les
constatent pas suffisamment clairement – et cela est bien : observer trop
clairement trop de changements pourrait être source de chaos dans les esprits
de ceux qui ne sont pas préparés à de la discontinuité. Je sais que certains d’entre
vous attendent et se figurent des changements extrêmement visibles et importants.
Cela vous a effectivement été prédit, annoncé, voire décrit, par un certain
nombre de canaux humains doués d’une perception leur permettant d’être en
relation avec tel ou tel intermédiaire des mondes célestes ou subtils, qui
ainsi vous ont informés, et qui actuellement sont fort nombreux en votre époque
où ce cycle se termine.

Il y a eu de nombreux
cycles. Certains d’entre eux vous sont connus de façon relativement floue, au
travers des petits restes de la transmission qui s’en est faite, via ce que vous
savez de l’Atlantide ou ce que par exemple les calendriers Maya ont pu retracer,
et qui est demeuré au capital des connaissances accumulées jusqu’à ce jour. Il
est également d’autres traditions moins connues qui ont conservé la mémoire de
ces cycles sous des formes qui leur appartiennent et qui parfois sont restées
secrètes – car il n’est pas bon toujours de révéler certaines choses à ceux qui
ne sont pas préparés – mais également il y a eu occultation, parfois abusive, de quelques données (mais cela n’a pas tant d’importance).

Nous nous intéressons
aujourd’hui au cycle qui se termine et dans lequel vous vous trouvez vivre. 

Accueillez la Lumière en vous et ouvrez les
portes de votre temple intérieur : cela est le chemin. Les modalités,
disons matérielles, par lequel ce cycle s’achèvera ne sont pas tant ce qui doit
vous préoccuper, et vous n’avez à vrai dire rien à anticiper en ce domaine,
autant que faire se peut, car ce qui importe – et nous l’avons déjà dit à
plusieurs reprises, moi-même ainsi que d’autres venus parler à travers les
canaux –  ce qui importe donc est ce chemin du cœur, ce déploiement vers l’intérieur
de vous : le mot retournement a été employé et il est approprié. Certains
d’entre vous ont relativement acquis la possibilité d’arriver à le pratiquer de
façon temporaire, ou de façon voire ponctuelle…

Il importerait à présent que cette
attitude intérieure puisse prédominer davantage au travers de votre quotidien,
et non pas être cantonnée à un moment de méditation. Quand je dis méditation, j’entends
ces instants où vous êtes assis en silence à vous tourner effectivement à l’intérieur
de vous et à contacter votre essence la plus pure, votre Lumière, les
vibrations qui vous relient plus ou moins directement à votre Source et à la
partie la subtile et la plus rectiligne de votre être. Ces moments de
méditation sont certes une voie qui fut et qui est encore à sa manière
indispensable, car ils vous permettent effectivement de vous ressaisir, de vous
recentrer comme vous dites, et de trouver le chemin – et c’est cela qui est
important – de ce retournement. Mais certains pratiquent encore la méditation
de façon un peu mécanique, comme une sorte d’exercice de santé. Cela est certes
louable, mais vibratoirement insuffisant.

Ces moments de
retournement – et je n’emploie pas le mot de méditation à dessein – se doivent
d’être des… appelons cela des sortes d’ «ascenseurs»
vibratoires. Cette
formule semble un peu barbare mais je l’emploie car elle se réfère à des
notions que vous pouvez comprendre sans être trop abstraite. Il s’agit donc
que vous puissiez vous élever en vibration, au cours de ces moments privilégiés,
et non pas simplement vous recentrer. Disons qu’après vous être rapidement
recentrés, il importe que cette ascension vibratoire intérieure devienne une
pratique familière et je dirais même agréable – car elle ne peut pas être autre
qu’agréable. Comme je le disais, il importerait que ces états s’infiltrent dans
votre vie quotidienne davantage, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas de coupure
entre les moments où vous êtes actifs, tournés vers ce que vous appelez les choses
à faire, et les moments où vous vous reposez pour rentrer en vous-même. Cette
alternance a été le chemin, et bien évidemment en soi elle n’est pas
critiquable le moins du monde : elle est tout ce qu’il y a de plus
louable. Toutefois, dans une démarche d’ascension, d’unification et de sortie
de la dualité, la seule logique impose qu’il n’y ait plus de coupure.

Votre cœur, si vous l’écoutez
véritablement, est mal à l’aise avec cette coupure ; et votre corps, si
vous l’écoutez véritablement, ne la souhaite plus. Je ne suis pas en train de
vous dire que vous devriez vous assoir en méditation toute la journée, car je
sais que votre vie physique et matérielle vous impose un certain nombre de
tâches, de pensées et d’actions. Mais il serait bon que votre conscience maintienne
au cours de ces tâches, de ces pensées et de ces actions la continuité de ce
contact avec vous-même, avec votre Être, avec votre essence, et que votre
attention soit tournée également vers l’intérieur, même lorsque vous vous
occupez de l’extérieur. Certains enseignements spirituels donnent des
pourcentages : 20%, 40% , peu
importe, je ne souhaite pas vous donner de chiffres… Mais si j’en donnais un,
je dirais : au moins 50%.


Que la vibration de votre
cœur ne s’éteigne pas lorsque vous effectuez vos tâches quotidiennes. Que la
vibration de votre cœur les fasse être, les fasse vivre, et ainsi ces tâches
vous apparaîtront tout à fait autres, et vous verrez apparaître le fait que
certaines ont du sens et que certaines n’en ont pas. Lorsque votre conscience
aura atteint le point de cette continuité de vous-même avec vous-même à travers
vos tâches, vous observerez que les tâches qui n’ont pas de sens n’ont plus
lieu d’être. Et peut-être les tâches qui ont du sens vont elles-mêmes se
réduire à une simplicité dont vous n’aviez pas réellement la possibilité auparavant.
Je ne suis pas non plus en train de dire encore une fois que vous allez rester
assis sans rien faire – quoi que vous le pourriez, si rien de ce qui n’a
pas de sens ne vous occupe… Ne cherchez pas à vous occuper inutilement, et
restez simplement en relation avec votre Être au lieu de chercher à vous agiter
en trouvant quelque chose à faire. Car je sais que beaucoup d’entre vous souffrent
encore de cette programmation  « Quand je n’ai rien à faire, il
faut que je trouve quelque chose à faire » : avouez que cela vous
coupe de votre intériorité, n’est-il pas vrai ? 

Lorsque vous atteignez
cet état que je vous ai conseillé d’atteindre – et la proportion que je me suis
aventuré à vous donner peut varier encore dans le sens de l’augmentation : augmentation
de la présence à votre intériorité, dans ce qui vous amène encore à agir
extérieurement – vous vous apercevrez de la Joie et de la fluidité en quelque
sorte immanentes du moindre de vos gestes, de la moindre de vos actions et, j’espère,
de vos pensées…Car je sais que dans le domaine de vos pensées la tâche est
bien difficile, car votre mental a toujours cette propension à déployer ses constructions
pour occuper l’espace par peur du vide et par peur de disparaître. Mais cette
fluidité, cette Joie et cette simplicité, si évidentes et si naturelles, ne
peuvent que faire votre bonheur et vous élever vibratoirement, ou plus
exactement vous éviter de redescendre vibratoirement. Car lorsque vous vous
éloignez de votre intérieur et que vous ne consacrez votre attention qu’à des
choses qui n’ont pas de sens, vous vous abaissez vibratoirement, et parfois la
remontée vous semble bien ardue, voire impossible, décourageante – et lorsque
vous vous découragez, vous descendez encore davantage : cela n’est pas non
plus le chemin.


Votre humanité d’aujourd’hui
a le privilège de compter un grand nombre d’êtres dont la conscience est
remarquable, comparée à d’autres époques, car en cette fin de cycle se sont
incarnés beaucoup d’êtres dont le niveau vibratoire était d’emblée plus élevé
que dans les générations précédentes, et dont la capacité de connexion aux
autres plans était plus grande. Cela n’a certes pas été le cas de tout le monde
mais d’un grand nombre, comparé à auparavant. Puis, ceux qui sont encore enfants,
petits, tout petits, ou jeunes comme
vous les appelez, parmi vous, sont également des êtres aux capacités
supérieures en vibration. Ainsi donc, vous bénéficiez d’un environnement humain
qui vous permet de monter en vibration, ce qu’il n’a pas été possible de faire
dans les époques antérieures où cela était plus laborieux, plus long, et parfois
réservé uniquement à certaines élites spirituelles ou à certains ascètes qui
se sont complètement retirés du monde. Vous n’avez pas besoin aujourd’hui d’être
un ascète pour vous élever vibratoirement : que cela soit clair.  

Votre conscience aujourd’hui
devrait être telle, que lorsque vous redescendez vibratoirement, c’est
insupportable de lourdeur, de tristesse, de fermeture, d’angoisse et de
non-sens. Partagez votre Joie les uns avec les autres : cela vous aide à monter
en vibration. Soyez simples, éliminez le superflu et le non-sens : cela vous
aide à monter en vibration. Choisissez vos relations, ne pratiquez plus celles
qui n’ont pas de sens ou qui vous font redescendre. Ayez des activités qui vous
rendent heureux ou qui vous dynamisent par le fait qu’elles ont du sens :
cela maintient votre vibration…

Bien sûr, me direz-vous, certains n’ont
« pas le choix », car il y a des obligations, une famille à nourrir, une maison
à payer et des choses comme cela. Penser qu’on n’a pas le choix est une pensée
de fermeture du cœur, ce dont je ne tiens pas rigueur à ceux qui ont cette
pensée, mais c’est une pensée qui refuse de considérer la joie des possibles.
Certains me direz-vous n’ont pas l’espace, peut-être, de considérer des
possibles… Ce qui importe, c’est de ne pas s’accrocher à de fausses certitudes
et à de fausses obligations. Il est clair que nourrir des enfants n’est pas une
fausse obligation ; il est clair que maintenir les conditions de vie de
son corps et de ceux de sa famille a du sens. Mais les possibles s’ouvrent
lorsque le cœur est ouvert et lorsque vous savez vous abandonner avec confiance
à votre propre Lumière et à la Lumière des possibles que vous rencontrerez.
Ainsi que la Mère des Mères vous l’a dit, vous n’êtes jamais abandonnés. Que
cette Joie et cette confiance – je le souhaite – puissent vous faire monter en
vibration également.

Beaucoup de personnes
aujourd’hui ont changé intérieurement de façon importante et se sont élevées,
même si elles n’en ont pas conscience en ces termes-là. Beaucoup de personnes
se sont ralliées en leur âme et conscience au sentiment de l’Unité, même si
cela n’est pas formulé ainsi chez tous. Ainsi, vous êtes bien davantage frères
et sœurs que vous ne l’avez été dans les temps de séparation que vous avez
connus. Ainsi, sachez que vous n’êtes pas seuls et sachez vous tourner les uns
vers les autres. Cela est également une occasion de maintenir votre vibration
et de la maintenir ensemble, et de la faire s’élever ensemble.

Vous n’avez pas à juger
qui que ce soit, ni les actions de qui que ce soit, car cela n’est pas juste, n’a
pas de sens, et vous met en descente vibratoire également. Vous avez à
accueillir – en toute neutralité parfois, si vous ne souhaitez pas accueillir à
bras ouverts. Ainsi cette montée vibratoire doit envahir votre quotidien, davantage qu’aujourd’hui encore cela ne se produit.

Chacun de vos gestes,
chacun de vos instants, chacune de vos actions, chacune de vos conversations
devraient rester éclairés par la Lumière du cœur et de la conscience, et
résonner avec votre intériorité, devraient émaner de votre intériorité comme si
celle-ci en était l’habitacle, et non pas comme si, au contraire, votre corps
était l’habitacle d’une petite intériorité… Imaginez que c’est l’inverse qui se
produit : qu’une grande intériorité serait l’habitacle d’un petit corps, agréablement niché en elle, et qui ne pratique que ce qui a du sens pour cette
intériorité. Je m’excuse de cette
image un peu enfantine, mais je sais qu’elle parlera à bon nombre de personnes.
Quoi de plus délicieux qu’une image enfantine parfois, car elle vous ramène à
la présence de votre Mère, toute-puissante, toute-enveloppante, toute-aimante,
toute-pardonnante et toute-créatrice, vous privant ainsi de tout souci et de
tout stress. Acceptez donc cette image.

 

Certains d’entre vous n’ont
pas encore réellement intégré ce que « vibration » signifie. Il
semble même que ce mot parfois bloque dans certains esprits. Vous pouvez donc
parler de fréquence si cela vous est plus confortable. C’est un mot plus
scientifique et vous conviendrez que les hautes fréquences sont plus hautes que
les basses fréquences, tout simplement. Ainsi donc, une montée vibratoire est
une montée en fréquence. La fréquence peut être sonore et elle peut être de
multiples natures selon la nature des ondes à laquelle elle réfère, que ce soient
des ondes lumineuses, des ondes de choc, des ondes radiophoniques…  (Je sais que mon canal n’est pas très
compétente sur les différentes natures d’onde en physique, nous n’allons donc
pas donner des exemples impossibles.) Je cherche simplement à vous faire
entrevoir clairement que « la vibration » n’est pas juste un mot qui concerne la
vibration – sensible par exemple avec votre main – d’une peau de tambour qui
vibre sous l’effet d’un choc, ni le tremblement d’un objet soumis à un
mouvement ou à un son qui le fait vibrer de façon flagrante ; que la
vibration n’est pas exclusivement non plus celle des ondes sonores que vous
entendez avec vos oreilles, mais qu’il y a toutes sortes de niveaux et de
matières qui sont habités de fréquences vibratoires. La matière elle-même est
faite de fréquences vibratoires : c’est cela qui maintient les structures
de la matière. Ainsi donc, je reviens simplement à cette notion de fréquence
qui peut vous aider, pour certains, à mieux accepter que le mot vibration ait
un sens : et vous conviendrez que les hautes fréquences, par exemple sonores,
vont faire vibrer les parties hautes de votre corps et vous transportent dans
des états plus légers, plus exaltés. Par ailleurs, il y a également une notion
de rapidité, de clarté et d’acuité. Tout ceci vous permet de mieux être en
contact avec votre Lumière, et vous savez que les ondes lumineuses sont des
ondes de fréquence plus élevée que certaines ondes sonores.

J’espère que ces quelques
remarques peuvent contribuer à éclaircir mon insistance sur la montée
vibratoire. Cette montée vibratoire est le témoin de l’ascension. Ainsi vous l’accompagnez
et elle vous accompagne. Ainsi se défont certaines structures de basse
fréquence qui ne peuvent résister – ou qui bientôt ne pourront plus résister – à la
fréquence plus élevée qui ne pourra pas ne pas les traverser. Cette ascension
est votre libération, c’est votre ouverture vers votre Lumière véritable, c’est
votre Liberté, c’est votre Vérité. Vous allez sortir de beaucoup de vos limitations
et vous connaîtrez une forme de Bonheur et de Joie dont vous ne sauriez vous
détourner. Ainsi pouvez-vous comprendre mon invitation à porter davantage votre
attention sur votre montée en vibration dans le quotidien, car ainsi vous
accompagnez le processus général et vous facilitez la fluidité de votre propre
processus, pour le Bonheur de tous, pour votre Joie, pour votre Lumière et pour
la Vérité de vos Êtres.


J’ajouterai pour terminer
que ce que je viens de décrire se produit spontanément chez beaucoup de
personnes, et je m’en réjouis ainsi que tous ceux qui vous observent. Mais nous
observons également ce qui encore vous fait redescendre un peu trop souvent, et
qui provient généralement de tout ce qui constitue votre quotidien et votre
environnement. Voici donc la raison pour laquelle j’ai cru bon de développer
tout ce que je viens de développer. Et pour conclure, je vous invite à la Joie
intérieure, qui est l’outil le plus simple et le plus puissant pour maintenir
le Bonheur de votre élévation vibratoire et votre Lumière.


Je vous salue. Je sais
que vous souhaitez avoir des réponses à des questions. Je peux répondre à
certaines questions, et sinon, Suraïvan de Voix de Lumière certainement
répondra à quelques autres.

J’accueille vos
questions.

(Cette
session de questions-réponses va être mise en ligne très vite… Merci !)


via Christine Anne K. le 18/10/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *