Istirulwah, jeune Elohim – n°5

cliquez pour écouter

Musique

Très Chers Frères et Soeurs humains de la Terre, je vous salue. Je suis celui que vous connaissez comme Istirulwah, enfant Elohim. J’ai grandi. Je suis à présent un jeune et non plus un petit enfant : un jeune au sens de vos adolescents, fougueux, plein de projets – et cependant discipliné.

Je viens en ce jour m’adresser tant aux adultes, qu’aux jeunes et aux petits enfants – de par mon état d’Elohim, c’est à dire de jeune créateur.

Vous savez bien sûr que les jeunes sont ceux qui succèdent et complètent, et poussent plus loin ce qui a été entrepris par leurs ainés, qui sont leurs enseignants, qui les encadrent, qui les aiment, et qui peu à peu leurs laissent prendre leur place, pleine et entière dans l’Orchestre…

Silence

Musique

Par cette transmission sonore, brève, vous avez pu recevoir des « accès » pour les jeunes, qui leur seront transmis, n’en doutez pas, par la bio-résonance que vous pratiquez naturellement. Ces accès leur sont disons presque réservés, et constituent pour eux un patrimoine, une réserve de leurs propres possibilités de pousser plus loin, et de réaliser ce qui doit l’être dans la suite et le présent actualisable de ce qui actuellement se génère, se fait, se crée – par vous, pour vous, parmi vous, Humanité.

Vous savez que les jeunes aiment la musique, il importe donc qu’ils puissent employer la musique : pour installer un grand nombre de belles vibrations et de nouvelles structures en votre monde partagé…

Silence

Musique

J’aime à vous retrouver! Vous avez changé. Vous êtes comment dire plus lumineux, plus inventifs. Vous êtes -semble-t-il- débarrassés d’une partie de ce qui empoussiérait considérablement une partie de vos structures, surtout mentales. Ce n’est pas fini…

…J’aime cependant voir comment vous évoluez. J’aime voir comment les enfants et les jeunes de la Terre sont sages, même si certains ne le montrent pas du tout – car ils vous font avancer, vous, les plus âgés…De même que vous les faites également avancer autrement, car vous leurs faites des propositions et des problèmes qu’ils doivent résoudre, de la même manière qu’ils peuvent vous créer des problèmes que vous avez à résoudre. Mais en réalité ce sont bien eux qui poussent et qui font avancer le plus, pour la plupart…

…Il y a simplement parfois à réajuster quelques distorsions, car certains d’entre les jeunes ont accepté de subir des distorsions, et il se peut -vous le savez- qu’ils en souffrent véritablement…Cela doit donc bien évidemment être arrangé; et cela doit être arrangé par tous : car il s’agit d’une oeuvre collective, et non pas d’interventions individuelles sur des cas individuels – même si chaque cas se dessine dans la configuration d’une histoire individuelle.

Je vais donc continuer à installer par la voie musicale et vibratoire un certain nombre de petits éléments créatifs. Certains d’entre eux sont mes propres créations, validées par mes enseignants et mes camarade. Certains autres sont des créations d’autres, ou de groupe. Certains sont des créations avec vous…

Ces éléments sont des éléments qui – je l’ai prévu, nous l’avons prévu et nous le souhaitons, ainsi que vous – (sont des éléments qui) devraient permettre de rétablir la droite ligne, et harmonieuse, dans certaines distorsions : auprès principalement des jeunes ou des enfants, et peut être parfois auprès de certains adultes.

Faisons donc cela dans la joie, et amusons nous à faire un peu de Bruit…

Musique

Chant et Musique

Silence

Vous savez que nous les jeunes nous aimons la « musique de sauvages » -et que quand vous étiez jeunes vous aimiez la « musique de sauvages » et que lorsque vous vieillissez vous trouvez que c’est de la musique « de sauvages »- alors que quand vous êtes jeunes vous trouvez que c’est parfait… Il y a ainsi une interaction nécessaire entre ce qui est « jeune » et ce qui l’est moins… Et si chez vous cela génère des incompréhensions, ça fait partie des distorsions que nous aimerions avoir pu rectifier à travers cet ensemble de bruits – qui s’appellerait de la musique pour certains, et qui pour d’autres sera une cacophonie.

silence, chants au dehors 

J’apprécie à présent le fait de me remettre en silence, et de me laisser porter par l’accompagnement musical du Chant imperturbable d’une cigale et de quelques oiseaux….

silence, chants au dehors

…Cela m’a été transmis par mes enseignants Elohims : alterner une phase de création intense avec une phase d’intériorisation et de vide, et d’écoute de mon propre coeur, dans sa vibration, quelle qu’elle soit…

silence, chants au dehors

…L’écoute également des Sons permanents de l’Univers est une aide considérable, rassérénante, stabilisatrice, d’une grande richesse, et d’un continuum qui nous relie directement à la Source…

Souhaitons ainsi en notre Coeur que tout ce qui peut avoir distordu certains chemins – harmoniquement principalement – se retrouve aligné, sans douleur et avec Joie…

Je vous salue, ceci est la fin de mon intervention. J’ajouterai encore un peu de cacophonie, car je suis jeune…

Musique avec chant  – « sauvage »?

…En toute modestie je suis très content de ma petite improvisation…Je suis Istirulwah, jeune Elohim…et avec tout mon Amour et dans le Service absolu, je vous salue.

Alléluiah!

 

via Christine Anne K. le 4 juillet 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

Eshtananda – n°7 + Istirulwah

 

 

-Phrase en langue Elohim-

Que mes salutations en langue Elohim vous parviennent !

Très Aimés, Enfants de la Source et Frères et Soeurs de la Terre, je suis Eshtananda, Elohim, vous me connaissez.

J’apporte avec moi – et avec joie, une joie importante, considérable – la certitude pour vous que votre Son Primordial d’origine est revenu, dans son intégrité, sa pureté. Cela a été le produit de l’intervention de celui qui est le Maître et l’Architecte et la Matrice de tous les sons, et qui ne porte pas de nom.

Sachez que ces sons -qu’il/elle nous porte, nous stabilise, nous trie, nous orchestre et nous forme- sont essentiels pour nos travaux, nos créations et pour toute oeuvre qui se fait dans la Lumière de la Source Une et au sein de tous les mondes et univers connus et inconnus.

Ainsi vous revenez, pas à pas, dans les vibrations les plus authentiques, les plus intègres, dans lesquelles vous avez été créés il y a bien longtemps, aux origines de la création de cette planète et de ses habitants. Ainsi se reconstituent l’entièreté et la simplicité de vos capacités de Lumière. Au niveau dont je vous parle, la Lumière et le Son ne sont pas deux choses qui « n’ont rien à voir » : la Lumière est Son et le Son est Lumière.

De même que la Lumière est Amour, le Son est Amour à ses origines; et il ne pourrait exister sans cette vibration d’Amour absolu, qui s’origine dans la Source, et qui est la toute première matrice de toutes les matrices. Ainsi le Son Premier n’est autre que la première onde de manifestation de cet Amour, extériorisé depuis la Source, et qui se transporte, et qui va se joindre à ce qui est déjà, ou qui va ensemencer ce qui doit être.

…Si vous entendez en cet instant dans le silence quelques chants d’oiseaux, ou quelque autre des nombreux bruits de la vie qui peuvent vous entourer; prêtez attention au fait qu’à présent la pureté authentique de leur sonorité est revenue, et vos oreilles peuvent restituer cette vibration à votre coeur et à vos cellules. Cela est non seulement une restauration de ce qu’à l’origine vous avez été désignés pour être, mais c’est également une actualisation : il ne s’agit pas d’un retour en arrière, mais d’un pas dans le présent.

Vous êtes ainsi actualisés dans l’architecture intime en vous de la vibration originelle du Son Premier, qui serait en quelque sorte le germe de Lumière primordial qui vous constitue. Et si je parle d’actualisation, c’est que ce germe primordial néanmoins vient d’être ré-informé (s’il ne l’était déjà) des données de Lumière qui constituent à présent votre patrimoine d’aujourd’hui – en tant qu’êtres dont l’évolution s’est faite, et dont la maturité a augmenté, peut-on dire, et dont les capacités de Lumière sont celles de votre présent.

La semence de Lumière d’origine est donc retrouvée, mais ré-actualisée : ainsi vous êtes dans la pleine possession de la plus grande liberté d’être, dans la plus grande magnificence de ce que vous pouvez être.

 

Moi Eshtananda je vous affirme, en tant qu’appartenant au peuple des créateurs, Elohim – qui collaborent avec de nombreux peuples, artisans,  intelligences, structurances, musiques – que vous êtes maintenant, non seulement vos propres créateurs à chaque instant, mais que vous êtes investis, de par ce son primordial auquel vous avez accès, de la possibilité déjà existante en partie mais réactualisée dans sa pleine potentialité, de créer ce qui vous entoure, en pleine possession de tous les outils nécessaires et accessibles, que vous le sachiez mentalement ou non. Ce que vous créerez ainsi sera traversé par ce Son Primordial.

Comment me direz-vous, pouvons-nous créer ainsi ? C’est la force et l’intelligence de votre Lumière et la Vérité de vos Êtres, manifestés en vos coeurs et en leurs vibrations de création, qui sont en oeuvre – je dirais presque : que vous le vouliez ou non… Ainsi soyez pleinement avertis et conscients que vous êtes créateurs, et je dirai : prenez soin de choisir dans vos coeurs et vos intelligences – celle de votre Lumière – ce que vous créez. Ne créez pas ce dont vous ne voulez pas, ne créez pas ce qui n’a pas lieu d’être, ne créez pas ce qui ne sert pas la Lumière ; choisissez ! Comment choisir ? Me direz-vous (…car parfois votre mental ne sait pas reconnaître la Vérité de l’illusion, et votre mental contribue bien souvent, en part plus ou moins importante, à vos choix).

…Le choix qui est juste doit être simple et faire résonner votre coeur de joie simple, immédiate et lumineuse. Le choix n’est pas compliqué. Le choix juste va dans le sens, non seulement de la Lumière intérieure partagée par tous, mais de la Vérité, vérité de cette Lumière et vérité de la Joie et non pas vérité de fausses connaissances. Le choix juste résonne comme sur une harpe dans la plus grande harmonie avec ce qui se joue, s’entend et se manifeste autour de vous. Le choix n’est jamais discordant. Le choix juste vient de la simplicité du coeur et non pas de l’élaboration audacieuse de concepts. Le choix juste vous relie à la Source et à l’ensemble de vos Frères et Soeurs dans le plus pur Service. Il n’est pas fait pour vous mettre en valeur en tant que personne; il n’est pas fait pour priver certains êtres de leur Lumière. Il est fait pour que la Lumière soit, et pour que la Symphonie soit de plus en plus parfaite, de plus en plus vivante, de plus en plus harmonieuse – même si elle l’est déjà.

C’est ainsi que vous êtes invités à être créateurs. Réjouissez-vous donc !

Je vous disais que je vous apportais une information importante et d’une grande joie : cela est donc ce que je vous ai dit. Ainsi je vous redis : réjouissez-vous !

Soyez simples et purs, soyez véridiques, soyez au service de la Lumière. Ne vous égarez pas dans les méandres de certains egos car vous n’arriveriez pas de toute manière à produire quoi que ce soit de véritable… Or il n’y a plus que ce qui est véritable qui ait lieu d’être en ces instants pour vous : tout ce qui ne l’est pas est appelé, soit à se désagréger, soit à disparaître, soit (lorsque c’est possible) à profiter d’un processus de transmutation qui sera naturel.

Réjouissez-vous donc, mes Très Aimés, et sachez que l’ensemble des êtres créateurs et des multi-créations participent de cette joie et de la vie, nouvelle encore, qui à présent se dessine à travers cela, de par vos capacités réactualisées de création.

Alleluiah ! Je vous salue.

 

 

Intervention d’Istirulwah, l’Enfant Elohim

 

Je me nomme Istirulwah, je sais que vous me connaissez.

Je ne suis plus un enfant aujourd’hui; mais j’ai encore tout le goût de l’enfance et l’amitié des enfants.

Je voulais simplement vous rappeler à quel point les enfants de votre planète sont de grands créateurs…

Je n’ai pas d’autre intervention à délivrer que cela. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 3/04/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

 

L’Enfant Elohim Istirulwah – n°3

 

enregistrement sonore de cette canalisation -avec sa chanson pour les enfants-  : http://vimeo.com/25221248

 

Me voici parmi vous, Istirulwah, vous me connaissez. Je parle au nom des enfants des Elohim.

C’est un très long voyage pour moi de venir vous rejoindre, mais je n’ai pas peur. De même les enfants que vous accueillez en vos familles, en votre planète, viennent souvent de très loin et ils n’ont pas peur. Ils ont fait ce choix joyeux, très joyeux et très intelligent, de venir pour être vos enfants, en cette époque où la vie sur votre planète connait de très grands changements que, je crois, vous attendez sans très bien savoir quelle est leur véritable forme.

Les enfants sont donc venus avec confiance, car comme vous ils ne savent pas tout sur la forme et les effets de ce changement, mais ils n’ont jamais eu peur. Ainsi vous-mêmes -ceux qui êtes leurs aînés- vous ne sauriez avoir peur. Vous devriez prendre cela comme un jeu, un jeu avec vos enfants, une grande balade, une grande aventure, un pique-nique, où vous allez créer ensemble avec le plus grand sérieux et le plus grand soin et en toute perfection, un véritable endroit pour jouer. J’adore jouer, j’adore vraiment jouer…D’ailleurs, c’est ce que je suis encouragé à faire, pour grandir.

J’essaie parfois de jouer avec vos enfants, mais je le fais lorsqu’ils sont dans leur état de sommeil et que leurs âmes voyagent loin de leurs corps. Là nous nous retrouvons pour jouer, dans un espace qui est à nous, et c’est très amusant. Nous apprenons beaucoup de choses ensemble et nous essayons des tas de constructions : des algorithmes, des symphonies, des chorégraphies, des fresques, des architectures gigantesques… Après on défait tout, pour jouer, pour tout changer. Il y en a qui ont des drôles d’idées quelquefois… Nous apprenons les lois de l’harmonie, et nous avons le droit d’en créer de nouvelles : cela ne marche pas toujours, mais nous sommes des enfants. Quand nous serons grands, nous saurons parfaitement les lois de l’harmonie.

C’est par mes jeux avec les enfants venus de la Terre, dans cet endroit qui est à nous, que j’ai appris des choses sur vous. Je n’ai pas tout compris, mais ça n’a pas d’importance. Je crois que vous êtes très fatigués, je ne sais pas ce que ça veut dire. Mais vos enfants me racontent que vous êtes très fatigués, et ils sont pleins de compassion; mais parfois ça ne les empêche pas de vous titiller un peu dans vos défenses et vos résistances, ou vos rigidités, car ils sont là pour ça. Ils ont beaucoup de tendresse pour votre fatigue, mais en même temps elle ne les intéresse pas beaucoup car ils savent que c’est passager et que vous êtes sur le chemin avec eux. Ils vous donnent beaucoup d’énergie d’ailleurs, et ils savent très bien le faire : ils ont appris les capacités pour faire cela. Je crois que vous ne vous en rendez pas compte, ou que du moins vous trouvez cela naturel -et cela vous donne beaucoup de bonheur, n’est-ce pas ?

Il parait que le mot bonheur est associé chez vous à un autre mot qui s’appelle je crois, malheur, ou maloheur ? Je n’ai aucune idée de ce que c’est. Il parait que ça n’est pas très agréable et que ça vous rend parfois méchants. Méchant, je ne sais pas non plus très bien ce que ça veut dire, mais d’après vos enfants ça n’a pas l’air très agréable… Je suis chargé de vous dire que dans ce grand jeu que vous seriez chargés de faire avec vos enfants, il n’y a plus rien de tout ça, ni maloheur, ni méchant, parce que ça n’a pas d’intérêt du tout quand on joue.

J’espère que vous savez que vos enfants sont très intelligents et qu’ils sont très savants. Il y en a qui ont fait des études que vous n’imaginez même pas… Leur forme d’intelligence est souvent très, très différente de la vôtre, et à l’école ils sont assez embêtés, un peu maloheureux parce qu’on ne respecte pas leur véritable intelligence – mais ça les fait un peu rire en même temps… Il n’y en a pas beaucoup qui sont vraiment, vraiment, vraiment maloheureux – je me suis amusé à déformer ce mot, voilà, j’ai décidé de jouer avec ce mot : je le trouve plus joli comme ça. Mais il y a une autre raison derrière ce changement, et je ne vous la dirai pas car c’est mon secret… Mais je vous le donne, ce mot – et le secret il est dedans…

Je vais vous chanter la chanson que je préfère en ce moment, et j’espère qu’elle va vous apporter du bonheur :

chanson « de Lumière »        (voir lien ci-dessus pour écoute)

Sachez que beaucoup de vos enfants connaissent cette chanson. Nous la chantons souvent ensemble. C’est notre façon quelquefois de nous réunir avant de jouer, ou quelquefois après. Et en chantant cette chanson ensemble, nous sommes tous Un. Après, quand nous jouons, nous jouons en étant Un et nous faisons de très belles choses de cette façon. Lorsque nous ne chantons pas avant de jouer, les belles choses que nous faisons quelquefois ne marchent pas si bien. C’est je crois parce qu’on a oublié d’être suffisamment Un, et qu’il y en a qui font les choses un peu de travers, ou parce qu’ils ont besoin de montrer aux autres qu’ils savent faire cela et qu’ils n’ont besoin de personne; et les lois de l’harmonie ne sont pas respectées dans ces cas-là… Lorsque nous sommes tous Un, c’est la loi de l’harmonie principale, et si nous ne connaissons pas les autres, les choses que nous faisons sont quand même assez réussies.

Je sais que vos enfants ne sauront pas vous chanter cette chanson comme je l’ai fait. Mais par contre ils connaissent au fond d’eux, dans leurs coeurs, cette façon d’être heureux et d’être tous Un, et de faire les choses ensemble de cette façon-là. Et si j’ai bien compris, quand ils vous embêtent un peu, c’est justement parce qu’ils cherchent à vous apprendre à être tous Un, et la première chose pour vous l’apprendre quand ils sont avec vous, c’est de vous l’apprendre à vous tout seuls, les parents, ou les autres… Peut-être aussi qu’ils vous embêtent pour d’autres raisons que je ne connais pas. Mais je sais qu’ils ne vous embêtent pas tout le temps et qu’ils vous aiment beaucoup, et qu’ils adorent vous faire plaisir. Cela, je sais ce que ça veut dire, moi aussi j’adore faire plaisir. J’espère beaucoup que ma chanson vous a fait plaisir, parce que vraiment je vous l’ai chantée de tout mon coeur, pour vous faire plaisir et pour vous rendre heureux, et pour que vous connaissiez la chanson que vos enfants chantent avec nous, quand ils sont dans ce lieu qui est à nous pendant leur sommeil.

Voilà, j’étais très content de parler avec vous, et là je vois que c’est la nuit et que déjà certains de mes amis enfants sont venus m’attendre dans ce lieu qui est à nous et je veux aller jouer avec eux.

Je vous salue. Mon nom est Istirulwah et je suis un enfant Elohim, et j’en suis fier, et je vous aime.

 

 

 

via Christine Anne K. le 10/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

L’Enfant Elohim « Istirulwah » – n°2

 

Il est souhaité et nous est demandé, par le coeur, que ce message au sujet de nos enfants soit très largement diffusé. Revoyez également le précédent message d’Istirulwah, daté du 09/09, qui bien évidemment s’ajoute. Merci à tous.             


Je souhaite à présent vous dire quelques mots. Vous me connaissez :
je suis l’Enfant Elohim, nommé Istirulwah.

Je me réjouis de pouvoir vous parler car j’aime que les enfants de la
Terre soient aussi éveillés, aussi prêts à être ce qu’ils sont en ces temps où,
parait-il, vous êtes sur le point d’opérer un grand changement dans tout ce qui
fait vos vies, vos êtres, vos corps, votre planète.

Je ne sais pas tout car je suis un enfant, mais je suis en vibration
avec les enfants de la Terre et je connais leurs capacités. La plupart d’entre
eux font partie de programmes de réensemencement et d’accompagnement de
l’humanité dans cette fin de cycle. Vos enfants ont donc les yeux
particulièrement brillants, l’intelligence particulièrement vive, joyeuse,
aigue, efficace, surprenante parfois. Vos enfants vous surprennent parfois et
ne vous ressemblent pas, du moins pas tant que cela, ou bien ils savent vous
ressembler tout en étant très surprenants. Vos enfants souvent sont plus rapides
que vous pour comprendre bien des choses. Vos enfants vous entraînent en avant,
vos enfants vous obligent à abandonner ce qui n’est plus. Vos enfants souvent
sont vos maîtres en ce qu’ils vous tracassent. Ils vous obligent à revoir
complètement vos comportements, vos attitudes, vos préjugés, vos croyances. Ils
vous invitent alors à être vous. Ne croyez pas qu’ils vous martyrisent, bien au
contraire : ils vous aiment et ils attendent de vous le meilleur de ce que
vous êtes ; ils ne veulent pas transiger, ils ne souhaitent pas avoir
affaire à des fantoches. Ils savent qui vous êtes, et ils vous ont choisis
-lorsqu’ils sont vos propres enfants.

Moi aussi je suis un enfant : j’apprends, je découvre, je grandis,
j’aime ceux qui sont mes parents et mes enseignants. Je sais qu’un jour je les
dépasserai et que peut-être ils choisiront de disparaître, ou de se transmuter,
ou bien nous travaillerons ensemble. Bien des choses sont possibles… Moi-même,
quand je ne serai plus un enfant, je deviendrai un parent et je m’en réjouis.
Mais je sais que nous, les Elohim, nous ne perdons jamais l’étincelle et la
véracité de l’énergie enfantine, et même les plus vieux d’entre nous ont gardé
cela intact, vivace, joyeux, et c’est une grande joie pour moi de jouer avec
eux.

Ainsi je vous invite, Amis de la Terre, à jouer avec vos enfants pour
conserver votre étincelle. Cela me réjouirait beaucoup, et réjouirait beaucoup
tous ces enfants, je le sais. Il parait que vous avez beaucoup de travail et
d’obligations (je ne sais pas bien ce que cela veut dire) et que vous n’avez
pas le temps de jouer : je n’arrive pas à y croire… C’est une absurdité,
qui me fait beaucoup rire, mais il parait que c’est vrai. Mais je vous en
supplie, n’enseignez pas à vos enfants toutes ces obligations : c’est trop
absurde, ils ne sont pas là pour ça. Même s’ils grandissent et deviennent
parents, il faut qu’ils continuent à jouer, je vous en supplie, comprenez cela…

Je vais m’en aller faire quelques pirouettes à présent. Je vous quitte et
j’espère que vous respecterez mes conseils, j’y tiens beaucoup.

Je vous salue, moi l’enfant Istirulwah des Elohim. (Je ne suis pas le seul
enfant des Elohim, nous sommes nombreux et nous jouons beaucoup.)

 


via Christine Anne K. le 8/11/2010

Ces messages sont faits pour être
partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que
leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source
dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

L’Enfant Elohim – « Istirulwah » -n°1


La
vibration de l’être qui vous parle pourrait se nommer l’Enfant Elohim…

…Car
sachez que les enfants sont appelés à vous guider bien plus que vous ne les
guiderez : ils sont bien plus proches de nous, les Créateurs. Acceptez
ainsi d’être humbles et joyeux lorsque les enfants auront à vous montrer le
chemin, parfois à travers leurs jeux et à travers leur innocence, voire à
travers leurs crises de colère ou de joie.

Je
suis l’Elohim des enfants. Je n’ai pas encore de nom, du moins officiellement,
car je suis en apprentissage et la vibration de mon nom n’est pas encore
définitivement réglée. Il parait que cela vous gêne et que vous aimeriez que j’aie
un nom afin de consigner cela dans vos notes, ainsi que je le comprends : appelez-moi donc provisoirement   » I.s.t.i.r.u.l.w.a.h  »

Je
vous invite à vous pencher sur la vibration des enfants, car les enfants de la
Terre aujourd’hui sont un réseau, un réseau vibratoire lumineux où la vibration
circule d’une façon que vous ne soupçonnez pas. Bien sûr, pouvez-vous penser,
certains de ces enfants pourraient avoir pâti d’un grand nombre de pollutions
diverses, à la fois chimiques, électromagnétiques et plus subtiles. Néanmoins,
sachez que leur cœur contient de façon indestructible la clé qui leur permet ou
leur permettra d’ouvrir le réseau et de communiquer et de fonctionner de façon
groupale. Cela fait partie de leurs tâches de guides et d’accompagnants.

Ne
tombez pas pour autant dans la confusion qui consisterait à traiter ces enfants
comme des adultes. Cela les mettrait dans l’embarras et leur insufflerait des
bouffées d’ego non désirables. Vous avez, vous les adultes de la Terre, les
parents, les éducateurs, les grands-parents et le voisinage, à apprendre avec
humilité comment vous laisser guider – car il ne s’agit pas non plus d’être
complaisants et de laisser tout caprice enfantin se réaliser. Il s’agit d’être
à l’écoute par le cœur et d’être dans l’authenticité de cette communication du
cœur ; il s’agit de pratiquer la Vérité et la Simplicité ; il s’agit
de pratiquer l’Amour au quotidien et non pas uniquement celui de l’affection,
souvent possessive, des parents pour leurs enfants.

L’Amour au quotidien dont
il s’agit est d’une vibration beaucoup plus élevée : c’est une reliance à
vos Êtres, c’est une simplicité évidente qui vous relie les uns aux autres, dans
la tolérance, la Joie, la solidarité bien sûr, l’intelligence collective, la
bienveillance, et l’amusement parfois. L’amusement a souvent plus de valeur que
ce qui est très sérieux, avec les enfants, et vous devez le savoir.

Voilà
que je vous dis que je suis un enfant et que je vous parle comme un pédagogue…

Cela est la preuve pour vous qu’un enfant peut vous guider. Bien évidemment nos
jeux sont multiples, car c’est par le jeu et uniquement par le jeu que nous
développons tous nos apprentissages. Le jeu est création, le jeu est
auto-créant, le jeu est co-création : tout cela constitue la matrice de
base nécessaire au développement d’un être, au développement d’un groupe et
au développement de certaines constructions réalisées en groupe ou
individuellement.

Apportez
à vos enfants le soin que vous apporteriez à un vieux maître extrêmement
vénéré, pour qui vous avez la plus grande tendresse et le plus grand respect,
mais qui a besoin de vous pour assurer une partie de sa survie au quotidien.
C’est par le cœur que vous pouvez obéir à vos enfants et non pas, encore une
fois, par la voie des caprices et des argumentations. Obéir ne signifie pas se
soumettre : obéir, c’est simplement obéir aux lois du cœur et à la sagesse
du cœur et de la Lumière, telles qu’elles arrivent en toute pureté et sans
scories par le réseau du cœur des enfants incarnés sur la Terre aujourd’hui.
Certains d’entre vous les appellent les Nouveaux Enfants et vous avez raison.

Ne traitez donc pas les enfants comme des animaux de compagnie ou comme des
êtres stupides à qui il faut soit tout expliquer, soit laisser la bride sur le
cou lorsqu’ils créent quelque chose.

Les
enfants vous aiment. Les enfants n’ont pas besoin que vous leur achetiez des
monceaux de choses pour vous assurer leur amour. Bien évidemment, comme ils
aiment jouer, ils aiment les monceaux de choses, comme nous les Elohim nous
adorons les monceaux de choses avec lesquelles nous pouvons nous amuser,
bricoler, et inventer de nouveaux systèmes, de nouveaux êtres et de nouveaux
univers… Mais nous n’accumulons pas les choses par accumulation : nous les
employons et nous les transformons. Les enfants sont des transformateurs, si
vous les laissez agir. Ainsi, prenons l’exemple d’un enfant qui démolit son
jouet pour en faire autre chose : peu d’entre vous se rendront compte qu’il
s’agit d’une création.

Je
sais qu’il est chez vous une notion qui se nomme « l’enfant
intérieur » et que pas mal d’adultes cherchant l’éveil ont tenté de
pratiquer. Cela est très louable. Toutefois, il semble qu’il y ait un certain
nombre d’illusions qui se soient engluées autour de cette notion de l’enfant
intérieur telle que vous la pratiquez. Il semblerait que bon nombre aient
greffé, collé dessus des notions de psychologie un peu tortueuses, des
questionnements sur la souffrance qui n’ont rien à voir avec l’enfance telle
que je désire vous en parler aujourd’hui… Par conséquent, ceux qui penseraient
que recontacter leur enfant intérieur ainsi qu’il a été pratiqué, correspond au
chemin que je veux vous indiquer, ne doivent pas se mettre dans l’erreur.
Certes, il y a dans cet enfant intérieur la part d’innocence, de Joie et la Semence de Lumière pure qui vous fait, et là, recontactez-le. Si cela vous aide
à pratiquer le jeu, c’est encore une excellente chose. Mais ne cherchez pas
chez l’enfant intérieur vos souffrances passées, ne cherchez pas chez l’enfant
intérieur une fragilité, une vulnérabilité : cela n’est pas le chemin.
Cela appartient au domaine de l’auto-compassion qui vous a servi à travailler
sur vous pour vous libérer, à une certaine époque encore assez récente, d’un
certain nombre d’entraves créées par les entrelacs de mémoire et d’encodages
successifs qui vous voilaient en grande partie votre Être. Aujourd’hui cela
appartient au placard d’un passé dont vous n’avez plus besoin.

Je
vous invite donc à écouter le rire des enfants et à respecter leur voie ainsi,
encore une fois, que vous le feriez d’un vieux maître un peu fantasque, un peu
imprévisible, mais absolument adorable et que vous respectez plus que tout, dont
vous acceptez de temps en temps les bizarreries. Là est le chemin. Je précise
qu’il ne s’agit de vous laisser entraîner par des bizarreries, ne vous méprenez
pas. Je vous ai parlé de l’écoute du cœur et de la loi des cœurs : c’est
cela qui fait la qualité de l’écoute réciproque et non pas le fait que les bizarreries
soient bizarres. Quand je parle de bizarreries, il s’agit simplement de l’approche
– un peu déroutante pour certains d’entre vous – qui n’emploie pas les canaux
de votre raisonnement logique et pragmatique. Vous pouvez ainsi discuter avec
les enfants de certaines stratégies à adopter, et écouter avec votre cœur et
toute votre bienveillance tendre et votre vénération au vieux maître caché en
eux, leurs suggestions parfois étonnantes. Et n’hésitez pas à jouer en leur
compagnie plutôt qu’à les obliger à des devoirs, qui les privent de leur
vibration, bien souvent.

La
transmission entre nous étant d’excellente qualité -et cela grâce au réseau actif
des enfants- je vous propose si vous le désirez la possibilité de poser quelques
questions, auxquelles je me ferai un honneur de vous répondre.

 

Le terme enfant :
cela englobe ces êtres jusque vers quel âge ?

Très
bonne question. L’âge où la puberté commence est déjà un portail où l’enfant
change, mais la qualité d’enfance peut demeurer encore, cela dépend de l’étincelle
qui est en eux. Par ailleurs, ceux que nous appelons et que vous appelez les Nouveaux Enfants de la Terre ont commencé à descendre en incarnation voici… je
ne sais pas le nombre des années, mais certains d’entre eux sont des adultes
actuellement. Tant que ces adultes ont conservé la pureté et leur étincelle de Nouveaux Enfants – certains d’entre eux sont des parents d’ailleurs -, nous les
considérons comme des accompagnateurs. Mais mon propos a surtout concerné les
enfants les plus jeunes, c’est-à-dire ceux dont le corps n’est pas encore en
train de les emmener vers davantage de poids. Je ne sais pas à vrai dire parler
en termes d’âge… Cette notion m’échappe encore en grande partie, à mon niveau,
car nous les Elohim gardons cette vibration d’enfant quel que soit notre âge. Chère
amie, je ne saurais pas mieux répondre à ta question et je m’en excuse.

S’il
n’est pas d’autres questions, je vais vous saluer et je vais laisser celle que
vous connaissez et qui se nomme Eloha, vous adresser ainsi qu’elle aime le
faire quelques notes de sa harpe et de ses mots.



via
Christine Anne K. le 09/09/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.