Eshtananda n°2

(Eshtananda nous prend à témoin de son jeu et  de son pouvoir créateurs en tant qu’Elohim.

Ensuite s’adresse à nous un Dauphin de Sirius, « l’Ami Vibrant »,
pas tant comme porte-parole de son peuple, mais mu par son propre désir d’ intervenir…)

 


 

Eshtananda je suis.

Posé au sein
des oiseaux; non pas de votre Terre…

La multitude et la myriade
d’oiseaux dont je suis entouré n’appartient pas à la Terre.

Recevez la vision que je suis – sur
l’une des plages les plus vierges de votre océan le plus vierge – dressé,
entouré, accompagné, aimé, d’une infinie multitude de ces oiseaux qui jouent
autour de moi et avec moi, qui ne suis pas l’un d’entre eux. Mais je suis leur
créateur.

 

Ils sont, en toute beauté, non pas
les créatures mais les « créifiés » de mon jeu et du leur qui,  s’inter-tressant avec le mien, ne cesse de les
créer à mesure que le jeu se danse et que son mouvement se perpétue. Ainsi nous
sommes, posés ensemble, en ce lieu encore vierge et incréé il y a si peu de
temps et que nous faisons vivre à présent.

Voilà que j’ai créé ce banc de sable
et ses habitants, dans le jeu infiniment plein de gratitude que j’ai avec la
Source qui me donne sans cesse cette joie et cette liberté d’être créateur ou
créatrice.

 

Il y a multitude de ces oiseaux, au
point que l’air en est presque saturé, même si ce n’est pas de l’air au sens où
vous l’entendez. Et nous jouons. Je ne sais pas m’arrêter pour l’instant.

La multitude
si merveilleuse de ces êtres qui naissent et volent et chantent à mes côtés, ne
cesse pour l’instant de s’accroître et poursuit sa danse autour de moi, moi qui
suis là humble et puissant, joyeux, sans attentes.


J’attends que le mouvement
se ralentisse et puis s’arrête : alors je saurai que s’est accompli ce que
j’avais à réaliser à cet instant. Alors je pourrai sommeiller un peu, allongé
sur le sable de cette toute nouvelle planète dont je suis en train de faire
apparaître encore la matière, les détails, les surprises. Je ne sais ce que
demain j’entreprendrai de créer, mais je sais que je ne cesserai pas, sauf
lorsque la Source m’invite au repos : alors je dors et je suis baigné par les
sons.

 

J’entends la harpe d’Eloha qui joue,
un peu plus loin. Je ne sais si nous participons de la création du même petit
univers ou si simplement ces sons parviennent, comme ses perles, jusqu’à mes
oreilles.

 

Je vous invite au sommeil créateur.
Je vous invite au repos. Je vous invite à la joie d’avoir fait son travail -plus exactement, son œuvre. Je vous invite à l’éternel recommencement et à la
perfection sans cesse accomplie et recherchée de votre œuvre.

 

Eshtananda n’a pas de limites dans
sa capacité ou son pouvoir de créer de nouvelles formes de vie.

Les circuits de
vibrations et de Lumière sur lesquels j’appuie et cale la joie créatrice, sont
innombrables, multi-directionnels, multi-trames, multi-currentiels. Ainsi
circule la vie dans l’Univers. Il n’y a
de cesse à ces mouvements, lesquels s’organisent selon différentes formes,
selon les vocalisations et les fonctions auxquelles ils sont appelés à
participer.

Ainsi, votre petit système solaire a ses propres formes de
rotation, de pérégrination, de révolution des planètes, car il en a été décidé
ainsi. De même que les oiseaux innombrables, ces petits systèmes planétaires
autour d’une étoile sont innombrables. Nous en avons créé des myriades. Cela
est la vie, telle qu’elle est décrétée par la Source et telle que nous
participons à son jeu créateur.

Je vous informe qu’à présent nous accélérons
les mouvements de votre système solaire.

 

Je sens et j’observe que le
mouvement des oiseaux se ralentit. Ils ont trouvé leur cri. Ils trouvent où se
nicher. Ils ont entrepris de chasser ce qui pourrait nourrir leur corps, si
tant est qu’il y ait nourriture au sens où vous l’entendez. Je veux simplement
vous faire comprendre, avec ces détails, que ma création peut alors continuer
sa vie sans que j’intervienne. Ainsi en est-il de bien des créations dans les
innombrables dimensions.

 

Me voilà couché sur le sable. Chaque
grain de ce sable fut ma création, et cependant à l’intérieur de chacun de ces
grains se trouve encore un univers. Je repose. Mon sommeil se nourrit à l’infini
de la musique de ces multi-univers, sur lesquels j’ai posé mon visage afin de
dormir quelques instants d’éternité. Lorsque je m’éveillerai, je reprendrai ma
joyeuse tâche. Qu’il en soit ainsi pour vous.

 

Je suis Eshtananda, j’appartiens à
la Fraternité des Elohim, et au nom de nos frères et sœurs, je vous envoie
toute notre vibration créatrice et tout notre Amour. Soyez ce que vous avez à
être. Aucune création n’est figée. Devenez ce que vous avez à présent à
manifester. Ainsi se réjouiront les multi-univers et vos créateurs. Qu’il en
soit ainsi. Je vous salue.

 

 

je me trouve environnée dans la dimension élevée des Dauphins de Sirius, il n’y a pas de mots, que des présences, des vibrations. L’une d’elles semble insistante mais ne semble pas trouver le lien avec ma parole, le contact se cherche, finit par s’établir… L' »Ami Vibrant » nous parle, en son propre nom, dans beaucoup de
plages de présence vibrante silencieuse


via
Christine Anne K. le 15/06/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.