Oreon-Esh’ta – Elohim – n°4

 

-Pour meilleure interface avec nos nouveaux corps-

 

 

Salut à vous, très chers Frères et Soeurs de Terre. Me voici de retour en votre petit cercle : je suis Oreon Esh’ta, Elohim, que vous connaissez.

C’est une joie de pouvoir à nouveau venir vous transmettre quelques petits « trucs et astuces » qui ont été préparés afin de vous permettre une meilleure entrée, une meilleure approche dans un passage qui se présente à vous très incessamment, mes Très Chers. (Ne croyez pas que par là je vous annonce des catastrophes ou des événements radicalement terrifiants comme vous aimez à vous les imaginer…)

Vous devez constater un certain état de difficulté ou de confusion en vos corps, en votre mental, en vos personnes, qui sans doute depuis quelques jours ou quelques heures vous interpelle… Et je sens que mon canal est un peu encombrée elle-même par cet état.

 

Nous allons donc dès à présent, mes Très Chers, employer ensemble le premier truc/astuce, que je suis venu vous enseigner. Cela, j’espère, va vous permettre de mieux vous aligner avec la jointure entre votre corps habituel -et usagé, je dois dire- de troisième dimension, et votre corps tout neuf que vous ne savez pas encore très bien articuler avec le précédent (je le crois du moins).

première séquence gestuelle :

Je vais donc vous proposer un certain geste. Je vous invite à présenter vos deux mains, paumes vers le ciel, tranchants des mains joints. Les pouces donc sont déployés vers les côtés. Il importe qu’une petite pression soit maintenue pour tenir les mains l’une contre l’autre et vous devez les placer à la hauteur disons de votre sternum, mais devant vous. Les coudes sont un peu pliés, il y a tout de même une certaine aisance, mais  avec cette pression qui est maintenue entre vos deux mains l’une contre l’autre…

Je pense que vous sentez déjà un allègement… C’est un petit programme extrêmement simple. C’est cette pression du tranchant des mains qui est la clé – et particulièrement vous pouvez sentir la pression entre la naissance de vos auriculaires, car c’est là que se trouve l’un des points qui sont sollicités dans ce programme; il y a donc à la fois ce point, et l’ensemble du tranchant externe de votre paume  -qui va plus ou moins jusqu’au poignet selon la morphologie de votre main. Je vous invite à trouver vous-même la place la plus vivante et peut-être la plus énergétique de cette posture pour vous… Ceci est la première phase, il y en a une seconde qui vient après un petit moment…

…Vous allez donc élever très légèrement à présent vos deux mains, toujours jointes de la même façon, en maintenant cette petite pression. Il s’agit maintenant d’étendre très doucement vos avant-bras vers l’avant. Il y a sans doute une certaine tension dans vos bras, et vous allez sentir vos deux pouces également s’étirer un petit peu. Car maintenant, c’est la tension de vos deux pouces vers l’extérieur qui constitue, dans cette avancée des bras, la deuxième phase du processus.

Je vous invite à maintenir cette tension vers l’avant de vos deux bras. La jointure des mains n’a pas changé : cela vous amène donc à un petit effort musculaire (on dirait un cours de yoga, n’est-ce-pas ?) , et la tension de vos pouces doit vous paraître assez dynamique, je pense. Voilà. Maintenez ce geste encore quelques secondes et puis vous pourrez relâcher vos mains en les joignant l’une contre l’autre, paume contre paume, pour les ramener devant vous tranquillement et vous relâcher, dans quelques instants. Vous allez sentir sans doute une certaine chaleur dans la paume de vos mains à la fin de ce processus et qui va vous indiquer que justement l’effet se fait sentir.

Ce geste a donc pour effet, pour conséquence, de stabiliser la couche dimensionnelle dans laquelle se trouve votre corps physique de troisième dimension, avec l’interface de la couche dimensionnelle où se trouve davantage votre corps (que vous ne voyez pas) de l’autre dimension. Et cette interface a certes besoin d’être stable et bien alignée – car sinon vous devez vous sentir un peu pâteux ou un peu vertigineux, mes Très Chers.

Cela a également un effet sur votre mental et sur votre clarté de pensée et de ressenti. La pratique de ce geste vous ouvre également davantage les portes conscientes de votre perception de l’autre dimension, qui est celle du corps non visible que je viens de citer et qui ainsi est mieux aligné avec votre ancien corps de troisième dimension… J’espère que vous allez profiter de ce petit apport, qui a l’avantage d’utiliser les ressources de votre corps physique de troisième dimension actuel d’une façon extrêmement simple et agréable, du moins c’est mon point de vue. Je pense que vous pouvez le partager, car il n’y a rien de bien difficile dans cette mise en place de vos mains.

…J’observe un petit temps de silence pour que se déroule le processus intégratif qui suit l’ensemble de ce geste. …Et j’ajoute d’ailleurs pour votre information que dans ce temps de silence, un certain nombre de sons inaudibles mais que vous percevez peut-être, accompagnent cela. Ces sons proviennent de l’alignement que nous venons de réaliser, ce ne sont pas des sons qui sont émis par une source extérieure.

silence, intégration


Voilà. Espérant que vous avez gagné un petit peu de meilleure clarté, meilleure énergie, meilleur alignement, je vais poursuivre et développer mon intervention et je me réjouis, mes Très Chers, d’être ainsi avec vous en ces instants si uniques.

Nous sommes donc vous et moi aujourd’hui dans une forme d’expérimentation où, en effet, il m’a été demandé de vous aider à mieux mettre en action et en dynamique l’interface de vos corps ancien et nouveau – pour employer un vocabulaire brut et simple qui certes est un peu réducteur, mais qui a son efficacité.

Il est bien évidemment souhaité, par l’ensemble de la Confédération et la Réunion de ceux qui s’occupent d’accompagner votre évolution, que la mise en place et l’usage de vos nouveaux corps soient d’une simplicité parfaite pour vous et ne reposent pas sur des choses trop difficiles ni trop compliquées, qui n’auraient pas de large diffusion et qui sans doute ne permettraient pas que tout cela soit fluide. C’est pourquoi je suis venu vous apporter quelques petits « trucs et astuces », comme je vous l’ai dit, dont la simplicité est le grand avantage.

Je n’entrerai pas dans le détail de ces nouveaux corps que j’évoque. Vous avez déjà été informés de différentes façons, plus ou moins détaillées ou plus ou moins globales peu importe, sur leur existence et parfois sur leurs formes. Et il importe de toute façon que votre mental -qui appartient à votre ancien corps- ne s’empare pas de tous ces détails pour en faire je ne sais quelle confiture : il importe que cela soit très fonctionnel, et c’est très différent.

Ces nouveaux corps vous permettent d’accéder en toute simplicité à ce que vous êtes véritablement, et de laisser petit à petit ce qui est illusoire et appartient à ce monde d’illusion que vous avez du mal à abandonner, mais qu’en même temps vous souhaitez fort au fond de votre coeur quitter, n’est-ce-pas?

Votre nouveau corps est donc essentiel, indispensable. Il vous appartient, il est vous, il est toi, il est chacun. Il y a plusieurs modèles, et cela n’est pas important dans notre intervention car celle-ci s’adresse globalement à tous, quelle que soit la diversité des formes qui peuvent correspondre à tel ou tel type ou modèle de ces nouveaux corps. Là encore ne laissez pas votre mental partir au travail, cela n’est pas intéressant pour lui. Votre mental n’a autre chose à faire que de se lâcher, de s’abandonner comme un vieux vêtement. Il n’a pas autre chose à faire. Sa seule fonction maintenant est simplement de vous permettre de fonctionner encore dans votre environnement actuel, physique, c’est tout. Ne lui donnez pas d’autres prérogatives, Très Chers.

 

deuxième séquence gestuelle :

Nous allons donc aborder à présent une deuxième petite séquence gestuelle. Vous allez tendre votre index gauche et le placer à la racine de votre front : la phalange médiane de votre index peut se placer sur cette zone entre les sourcils que vous identifiez souvent comme le troisième oeil (je n’entrerai pas dans un commentaire à ce sujet). Par conséquent la pointe du doigt est dirigée vers votre droite et votre coude gauche est levé.

1             2                   

Vous allez ensuite prendre votre index droit et le tendre de la même façon, et vous allez le placer d’abord  : exactement parallèle, collé à l’index gauche et donc dans la direction opposée, cela n’est que transitoire. Une fois cette jointure faite, vous allez replier votre index droit sans replier votre index gauche, comme si vous faisiez une petite boucle avec votre index droit. Les deux doigts se touchent toujours. Imaginez que votre index droit avec cette petite boucle forme un noeud à l’avant de la phalange médiane de votre index gauche (qui est posé donc entre vos sourcils), et vous allez serrer votre index droit sur cette petite boucle sans le déplacer. Votre index gauche est toujours tendu et posé dans la même posture… Vos deux coudes sont donc levés et vos bras sont probablement symétriques. Respirez bien, votre poitrine est probablement dans un état d’extension, profitez-en.

3   

Ce geste, mes amis, est d’origine pharaonique. Nous l’avons repris pour la circonstance. Ce petit détail est important car il est destiné à vous connecter à un certain fil énergétique, par le fait de l’intention qu’automatiquement vous allez établir entre ce geste et cette dimension pharaonique. C’est un geste initiatique, c’est un geste d’ouverture, justement, sur l’autre dimension dans laquelle vous avez besoin de vous familiariser : c’est un geste qui vous connecte à une lignée cosmique… N’y mettez pas d’ego spirituel, je vous en prie, ne commencez pas à vous imaginer des choses sur vous-même : c’est simplement un geste qui vous connecte!

Dans quelques instants, vous serez obligés de lâcher vos deux doigts très rapidement car cela suffira… Vous allez sentir une tension qui augmente de par ce contact et ce geste, et ce contact avec cette lignée énergétique dont je vous ai parlé : il est un moment où vos doigts vont trembler et vous sentirez que ça suffit, peut-être. Ne craignez pas de rester un petit peu dans cet état, mais soyez à l’écoute du moment où vous devez disjoindre vos deux doigts, les écarter.

…La posture finale consiste à avoir les mains posées sur les genoux, avec les index encore tendus mais dans une posture d’équilibre et de repos. J’espère que vous ressentez, mes Très Chers, ce qui se passe au niveau de votre front, au niveau de votre connexion cosmique, au niveau de votre alignement. Et soyez confiants dans la beauté, la perfection et la sûreté de ce geste, que je me réjouis extrêmement d’avoir pu en ce jour vous transmettre.

4                  5

Pour clôturer, je vous inviterai finalement à ouvrir complètement chacune de vos mains. Vous pouvez remuer légèrement vos doigts, l’ensemble de vos doigts… Nous allons encore une fois observer un temps d’intégration en silence, temps d’intégration au cours duquel également des sons intérieurs peuvent être perceptibles, mais sont présents.

silence, intégration

Pour information, le mot « pharaon » veut dire « porteur de Lumière ».

silence, intégration

Que votre respiration soit claire et franche, mes Aimés. Elle est à présent chargée de ce qui vient de se faire, et peut-être peut-elle vous sembler légèrement différente. Non pas dans son rythme, dans son amplitude, mais dans la vibration qu’elle porte en vous ou dans sa texture : cela est le signe que l’interface entre vos doubles corps est mieux activée, et que justement ce prâna circule entre les deux – ceci pour employer un mot que vous connaissez bien (je parle du mot prâna).

silence, intégration

Ce temps d’intégration étant ce qu’il est, je pense pouvoir à présent vous donner les éléments de la séquence gestuelle qui vient ensuite. Cette séquence est la troisième et sera, non pas la dernière, mais néanmoins la dernière séquence gestuelle de ce type. Il y aura un quatrième élément de nature différente ensuite.

 

troisième séquence gestuelle :

Vous allez donc, mes Aimés, utiliser cette fois vos mains et vos pieds. Je vous invite donc à vous donner la possibilité de saisir vos pieds ou vos chevilles avec vos mains. Si vous portez des chaussures, prenez le temps peut-être, s’il-vous-plait, de vous en libérer, cela améliorera votre performance.

Vous allez donc agir simultanément avec main droite sur le pied droit, et main gauche sur le pied gauche : je vous invite à poser donc votre main sur votre cheville. Disons que votre pouce de chaque côté se trouve en contact avec l’os de la cheville côté intérieur, et que vos doigts et donc vos index vont atteindre l’autre os de la cheville côté extérieur. (1) Cela doit être confortable et ferme. Vos pieds peuvent être joints ou disjoints (cela n’est pas fondamentalement important mais les deux sont possibles : faites donc ce qui vous convient le mieux).

1           2

Maintenant vos pouces peuvent, s’ils sont bien placés, se promener de façon circulaire autour du petit os de la cheville côté interne, qui forme un monticule agréable, et vous allez promener – comme si c’était un petit massage – votre pouce autour de cet os, dans un sens ou dans l’autre, ou dans les deux alternativement, cela vous appartient. Faites-le plusieurs fois : vous êtes en train par cela de préparer l’ouverture, et cela est important (2). Vous allez ensuite immobiliser votre pouce en le plaçant, chacun de vos pouces : sur la pointe de ce petit monticule que vous venez de caresser.

Vous allez vous intéresser à l’autre petit monticule avec votre index, et vous allez tourner votre index de la même manière autour de cet autre petit monticule de l’autre côté de votre pied. Il s’agit encore d’un geste d’initié, et peut-être sentez-vous déjà le flux énergétique qui se constitue entre ces deux boucles, celle faite avec le pouce et celle faite avec l’index : vous êtes en train d’établir un courant, mes Très Chers. Vous allez ensuite de la même manière déposer votre index sur la pointe de ce petit monticule qu’il vient de caresser.

Prenez un temps de pause… et portez votre attention sur le médius des doigts de chacun de vos pieds. Visualisez  une sorte de jointure de forme triangulaire entre ce médius et vos deux doigts posés sur les pointes des os de vos chevilles, ainsi qu’il a été fait (3).

3

Vous pouvez sentir alors votre médius rempli d’énergie, de tension, de fermeté. Il est comme une sorte de glaive directionnel. Restez simplement ainsi, dans cette conscience parfaitement équilibrée de vos deux pieds. N’oubliez pas de détendre suffisamment vos bras et vos jambes, afin de ne pas bloquer votre respiration ou autre chose.

 Vous avez le choix pour terminer, soit de rester ainsi, soit de toucher (si vous le désirez, si vous en ressentez le besoin) chacun de vos médius en lâchant alors vos chevilles. Cela est optionnel, cela est possible.

pause

Ramenez ensuite vos mains, si vous les avez déplacées, là où elles étaient précédemment  (chevilles) et relâchez vos pieds. Refaites le tour, avec le pouce et avec votre index successivement, de vos os de cheville pour clôturer le geste qui a été fait : cela est important. Vous pouvez ensuite vous détendre et même penser à remettre vos chaussures si vous le désirez. Toutefois, avant de remettre vos chaussures, prenez un temps d’intégration.

silence, intégration

Ce geste, mes Très Chers, est encore une pratique d’alignement entre vos deux corps. Je dis « deux » par commodité, mais ne considérez pas qu’il s’agit d’un véritable deux, car il s’agit bien d’un « un », d’un « un » dont vous connaissez moins bien cet autre aspect, qui pourtant ne fait qu’Un avec la totalité de ce que vous êtes véritablement.

…Je ne peux pas vous révéler aussi précisément que pour les deux gestes précédents quel est l’effet de ce troisième geste. Néanmoins, soyez confiants en sa grande importance. Sachez qu’il complète absolument les deux précédents et leur permet de s’ancrer encore mieux. Il a également un ou deux effets supplémentaires, qu’en ce jour et en cet instant je n’ai pas à vous expliciter. Je sais, et vous savez, que ce que je n’explicite pas vous est néanmoins connu : c’est simplement votre fonction mentale qui est tenue à l’écart de cette explication, mes Très Chers, et vous l’accepterez sans peine.

silence

J’avoue que je me réjouis fort de constater à quel point ces gestes sont efficaces dès la première mise en route avec vous, mes Très Chers… J’observe encore une petite pause avant d’aborder le quatrième et dernier élément, qui n’est pas un geste à proprement parler.

bref silence

 

quatrième pratique :

Nous allons donc ajouter à présent ce quatrième élément. Considérez que cet élément n’est pas obligatoirement à ajouter aux trois précédents. Il est un peu différent. Il a bien sûr la capacité de les compléter très avantageusement, cela est indubitable. Il peut également être employé tout seul, par lui-même, car il a également cette capacité. Ne croyez pas pour autant qu’il remplace ce qui précède. Il a simplement la vertu de pouvoir être employé seul. Je vous expliquerai davantage, après vous l’avoir présenté, quel est son intérêt et quel est l’objectif avec lequel vous pouvez l’utiliser.

Vous allez donc concentrer votre attention, mes Très Chers, sur la pointe de votre nez. Je vous invite pour cela davantage à avoir les yeux fermés que les yeux ouverts – mais néanmoins s’il vous est plus confortable de loucher avec les yeux ouverts sur la pointe de votre nez, vous pouvez le faire. Une fois cette focalisation réalisée, je vous invite à créer par votre visualisation, votre imagination ou votre pensée, une sorte de perle blanche qui se poserait là, mais qui ne serait pas extérieure à vous, qui serait réellement une partie de la pointe de votre nez à vous.

Vous allez ensuite faire remonter cette perle comme si elle roulait le long de l’arrête de votre nez, donc vers le haut, très doucement. Lorsqu’elle arrive entre vos deux yeux, vous pouvez la laisser là un petit moment… Vous remarquerez peut-être qu’elle a grossi, ou qu’elle brille davantage (ou les deux). Ne forcez pas avec votre mental sur ce genre d’intention, cela n’est pas l’objectif. Cela doit être spontané, et si cela ne l’est pas, dès à présent ne vous en souciez pas.

Cette perle blanche peut alors prendre l’ampleur d’un véritable disque, et là il s’agit encore d’une représentation pharaonique, où ce disque pourrait être représenté comme adjacent ou concomitant à votre profil, s’il s’agissait d’un dessin. Ce disque peut être une boule. Ce qui compte c’est la forme et la grandeur, la forme circulaire : peu importe la symbolique dans laquelle vous puisez pour le constituer.

 Vous allez à présent insuffler tout votre souffle à l’intérieur de ce disque, tant à l’inspir qu’à l’expir …Il ne s’agit pas de gonfler un ballon, mais néanmoins il se peut que ce disque ou cette boule augmente de taille, et si cela est le cas, laissez faire. Si cela n’est pas le cas, laissez faire également. Vous êtes en train par ce geste de relier par votre souffle votre corps actuel, dit ancien, avec votre nouveau corps.

Je vais à présent vous faire savoir que ce disque est sonore. Je ne vous l’ai pas dit avant pour ne pas vous compliquer trop les représentations, mais cela est indispensable et fondamental : c’est même sa caractéristique principale. Dans cette conscience donc que ce disque est sonore, je vous invite à placer votre souffle dedans. Ce disque, je vous le rappelle, est donc posé en quelque sorte devant votre profil, votre visage, votre front, votre nez, votre bouche; mais il appartient également, et tout autant, à l’interface avec votre nouveau corps invisible à vos yeux de chair. Et c’est le niveau sonore de ce disque combiné avec votre souffle qui justement permet l’alchimie de l’interaction du souffle physique de ce corps que vous connaissez bien avec le souffle subtil du nouveau corps que vous apprenez à contacter.

Cet exercice peut vous sembler un peu compliqué mais il ne l’est pas. Considérez-le comme une clé. La forme qu’il emploie permet que s’établisse un processus, et elle correspond également au processus d’une pratique initiatique que nous avons repris. La clé est donc dans ce processus et dans l’emploi de cette forme que je vous invite à respecter.

Pour terminer – et cela est la dernière phase de cette pratique – vous pouvez lâcher l’attention sur le souffle et simplement vous laissez imprégner par la qualité sonore de ce disque sans plus vous intéresser à autre chose. Cela peut d’ailleurs vous induire dans un état méditatif tout simplement. Il n’y a pas d’autre clôture que celle-là pour cette pratique. J’insiste sur le fait que c’est la qualité sonore, et non pas l’aspect visuel de la forme, sur quoi vous devez porter votre attention dans cette clôture.

silence, écoute subtile

J’ajouterai un petit commentaire sur cette dernière pratique. Elle vous permet, outre ce que j’ai dit, de connecter en vous-même le fil de votre coeur physique avec la vibration vaste et multiple de ce qu’est votre coeur dans sa plénitude. Vous ne l’avez peut-être pas observé au cours de ce dernier essai, mais je vous le dit. Cela a donc pour effet d’amplifier votre conscience et la stabilité de votre vibration cardiaque au plan le plus interdimensionnel et cosmique que vous puissiez connaître, et cela à partir de votre vécu physique de ce corps , que vous apprenez à lâcher ainsi – et ce n’est pas un paradoxe.

 

Ainsi donc mes Très Chers, voici ce qu’aujourd’hui je suis venu vous enseigner, vous transmettre, vous partager. Je vous rappelle que nous, les Elohim, sommes les créateurs en grande partie de vos corps, de vos structures, de vos programmes – co-créateurs naturellement mais avec toutes nos compétences qui s’ajoutent à d’autres interactions. Ces éléments que je vous ai apportés sont donc le fruit d’une grande élaboration et concernent véritablement l’essence, la finesse et la vérité de vos structures les plus précises et les plus efficientes, croyez-moi.

Je vous invite donc à vous réjouir et à partager de votre mieux ce que vous avez appris.

J’ajouterai que je sais bien que peu d’entre vous auront directement accès, je suppose, au détail de ces gestes et de ces pratiques, mais je vous affirme que par bio-résonance elles vont se répandre bien plus que vous ne le croyez. Et il importe que parmi vous les quelques-uns qui les connaissent les emploient avec méthode et perfection pendant un petit moment, afin que cet effet de bio-résonance s’aligne, s’ancre, se nourrisse, se stabilise et se répande, tout simplement.

Chacun de vous est donc en quelque sorte missionné pour bio-résonner vis-à-vis de l’ensemble de vos frères et soeurs, que vous les connaissiez ou pas. J’espère que cela est pour vous une joie, et cela est un Service : n’en doutez pas.

Je vous remercie, avec tout notre Amour.

Je suis Oreon Esh’ta, Elohim, et je vous salue. Bonne pratique, bonne inter-connexion avec vos nouveaux corps, mes Très Chers. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 19/10/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

2 réflexions au sujet de « Oreon-Esh’ta – Elohim – n°4 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *