Marie Madeleine, de Sirius C – n°1-

cliquez pour écouter ce message

Que de Bien-Aimés vous êtes…

Bien-Aimés de vous-mêmes, Bien-Aimés de tout ce qui vous entoure.

Bien-Aimés de notre Source Une, Bien-Aimés de la Vérité, Bien-Aimés du Soi qui est en chacun, Bien-Aimés de Christ.

Sachez le, vous êtes cela.

Moi qui vous parle en ce jour, vous pouvez me nommer Marie Madeleine; de même que Marie Madeleine la compagne de Jeshua, Marie Madeleine, l’initiée, Marie Madeleine, connue et mal connue… Je suis cependant Marie Madeleine, de Sirius C. J’appartiens donc à l’ensemble des Etres que vous diriez sages, éveillés, clair-conscients, qui résident dans les plaines de Sagesse et de Conscience pure.

(Ne voyez pas Sirius C comme une localisation extra-terrestre. C’est une localisation vibrante, c’est une localisation multi-locale -que vous pourriez désigner comme un « plan élevé », mais cette appellation ne convient pas, elle est réductrice et implique des hiérarchies qui n’ont pas à être ) …

Considérez donc que je suis cependant, mais seulement « en quelque sorte », la même Marie Madeleine. C’est à ce titre que je viens à vous en prenant ce nom, qui à votre niveau est le mien. Je suis déjà venue en tant que Marie Madeleine, celle que vous connaissez mieux, m’exprimer par cette voix il y a un certain temps, et je m’en suis réjouie, ainsi que je m’en réjouis aujourd’hui dans cet autre état.

Au delà de ce que vous pourriez attendre ou croire, je n’ai pas grand chose à vous dire. Mais c’est ma présence, ma Joie d’être ainsi parmi vous et autour de vous, qui est ce que principalement je viens communiquer.

Ainsi je me réjouis en cet instant de prendre le temps d’écouter, moi, les battements de vos cœurs unis, les frémissements de vos ailes invisibles, la vibration de vos pensées de lumière. Je me réjouis, car vous êtes comme je l’ai dit : Bien-Aimés.

…J’écoute…

Ecoutez vous mêmes, Bien-Aimés, ce que Vous êtes. Ecoutez ces battements de vos cœurs unis, écoutez ce chant de vos souffles qui se perpétuent, qui sont votre vie, votre source de Lumière, émanant de cette merveille qui est votre corps.

Ecoutez Bien-Aimés, le bruissement inaudible mais merveilleux de vos pensées de Lumière. Entendez Bien-Aimés, les frémissements continus, incessants, de vos ailes déployées, car elles le sont.

Ecoutez, entendez le chant silencieux de vos joies entrelacées, créatrices, infinies, en ce que vous êtes, en ces instants.

Vous n’êtes pas seulement ces humains ici tendus dans l’effort, luttant dans des difficultés, contraints pour certains de chercher à survivre dans le combat et parfois la peine : mais au delà de ces états, vous êtes en Réalité ces Bien-Aimés que j’écoute, que j’entends et dont la Joie existe, dont la Lumière palpite, dont l’Intelligence s’étend dans l’infini de vos possibilités…

…Encore une fois ne croyez pas que j’ai beaucoup de choses extraordinaires à vous dire, étonnantes, compliquées, savantes. Je le pourrais si cela était mon rôle. Ce n’est pas celui que j’ai choisi.

Bien aimés…Je vous écoute.

Car nous vous écoutons, et car vous, Bien-Aimés, avez à vous écouter : car votre bruissement est le plus parfait que vous ayiez à entendre, c’est le chant le plus nourrissant que vous ayiez à percevoir, recevoir, partager…

Ne croyez pas que les anges soient lointains et différents de vous, cela n’est qu’une croyance qui vous fut imposée. Il n’y a pas de différence, en vérité, entre vous et ces anges – si ce n’est que vous, Bien-Aimés, vous êtes Vous : par cette écoute et cette reconnaissance de ce que vous êtes, de ce que vous émettez, de ce que vous vibrez… Vous permettant, certainement, ensemble, que cela s’affirme, que cela se pose, que cela s’impose, que cela se dépose : comme un manteau sûr, couvrant, léger, vivant, absolu, tout autour de votre Terre, imbibant l’air, la lumière du jour, les corps, les eaux, les êtres vivants, les cœurs, les pensées… Au point que tout ce qui n’est pas cela en vienne à se rétracter, s’amenuiser, voire se dessécher, voire même brûler !

Considérez je vous prie, vous les Bien-Aimés, cette capacité que vous avez -par ce que vous êtes, cette lumière, cette affirmation, cette vérité- de brûler ce qui n’a plus à être. Regardez cela en face. Ecoutez-le. Vous pouvez l’être, car vous l’êtes.

Ainsi, les luttes pour la survie, les combats, les difficultés, les peines ont le droit d’être brûlés, peuvent être consumés, rétrécis, rétractés, calcinés…

Si vous vous rendez compte que vous en avez la capacité (et même, ajouterai-je, si vous ne vous en rendez pas compte) cela ne peut que se faire, dès lors que votre Lumière, que vos ailes, que vos cœurs, que vos intelligences illimitées sont là, ensemble dans leur Unité.

C’est cela que j’écoute mes Bien-Aimés. C’est cela et uniquement cela, et cela est immensément vaste et joyeux. Cela est le bruissement véritable que j’écoute et que je souhaite vous faire écouter. Cela est la véritable nature de vos ailes , du chant de vos cœurs, du murmure de vos intelligences, du frémissement de votre immensité. Cela est ce que je suis venue écouter avec Vous…

…Lorsque je vivais en Marie Madeleine, la compagne de Jeshua, j’étais une compagne solide, enflammée, intelligente, vraie. J’étais ce qu’il fallait être – car je l’étais, et nous l’étions. J’avais le courage de ma Lumière; et lorsque je le perdais, il me fallait le retrouver. Mais aujourd’hui, sachez que cela (et vous serez peut-être surpris) est plus facile, car vous êtes tous les Bien-Aimés : vous n’êtes pas une poignée…

Nous étions une poignée -en cette époque là et dans ces situations là- et voyez la Lumière que nous avions su faire connaître, et nous n’étions qu’une poignée ! Vous aujourd’hui, mes Bien-Aimés, vous êtes innombrables, vous êtes Tous !

Même si certains d’entre vous ne se reconnaissent pas comme tels, cela n’est qu’un faux semblant : leur Lumière est là…

…Je vous écoute mes Bien-Aimés, avec Joie, avec plénitude… Vous vous écoutez.

Aimez vous encore davantage. Je vous l’ai dit, vous êtes les Bien-Aimés de Vous-mêmes avant toute chose. Mettez cela en pratique, encore davantage. Il n’y a rien à attendre, c’est maintenant. Je n’ai pas autre chose à vous dire, n’est ce pas !

Bien-Aimés, sachez qu’aujourd’hui, ne l’oubliez pas : Il est d’autre Christ que Vous tous. Ne l’attendez pas venant d’ailleurs.

Cela est votre véritable puissance d’Etre, de Vous aimer.

Cela est votre véritable Feu.

Cela est Ce que vous avez attendu.

Je vous salue, Bien-Aimés. Je suis Marie Madeleine, de Sirius C, revenue en ce jour vous parler brièvement par cette voix.

N’oubliez pas.

Alleluiah.

via Christine Anne K  le 15 mars 2012

cliquez pour la page/catégorie de tous les messages de Marie-Madeleine

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.