Marie Madeleine / Sirius C – n° 3

cliquez pour écouter

O Très Aimés,

Ecoutez en vous même votre qualité d’Etre. Soyez votre propre Présence. Ne vous égarez pas à chercher à l’extérieur ce que vous avez intégralement en vous-même.

Goutons ensemble la Présence réunie. La notre, la votre.

Moi qui vous parle en cet instant, je suis celle que vous appelez Marie Madeleine et vous me connaissez. Je me suis présentée déjà à deux reprises en mentionnant mon lien avec les plages vibratoires nommées Sirius C : plages auxquelles vous avez accès, dans ces moments privilégiés de Présence et d’Etre… Nous sommes donc, Vous et Moi, du même Sang, de la même Origine, de la même qualité. Nous chantons les mêmes notes.

Goutez donc en vous-même cette Qualité. Elle est infuse, et elle s’infuse ainsi lors de nos rencontres, et davantage de par ces instants privilégiés que nous créons pour être ensemble.

Silence Vibrant

Chacun de vous, n’est ce pas, héberge en soi-même ce qu’est le Christ, nous sommes donc Compagnons à l’infini, Vous et Moi, Moi et Vous, de ce qu’est le Christ.

Il n’est d’autre Joie, il n’est d’autre Présence.

Il n’est d’autre qualité à cela, que ce simple état – lorsqu’il est ainsi rendu possible, vécu, partagé.

Silence Vibrant

Et lorsque je m’exprime et lorsque je vous parle, je ne fais que dire ce que vous-même vous pourriez dire. Et vous le savez lorsque vous m’entendez : mes paroles ne vous sont pas étrangères, et mon souci de Vérité ne vous est pas étranger, et résonne au plus profond, je le sais, avec le votre… J’ai simplement le privilège (pourrait-on dire) d’être capable de l’exprimer en toute franchise, sans précaution, sans crainte, sans retour en arrière dans les hésitations qui sont propres à un mental ou un ego encore attaché à des préoccupations -qui sont les vôtres, sans doute, ou souvent- et auxquelles à présent j’échappe. Mais je suis comme vous.

Silence Vibrant

…Il y a dans mes souvenirs la forme d’une Nef, que je souhaite vous rappeler car cette Nef nous contient Tous. Car cette Nef, ce Navire est fait pour que chacun, chacune, s’y sente porté, navigué d’un Monde vers un autre.

Je vous invite par conséquent à vous rappeler cette Nef, qui est inscrite en chacun et qui Nous appartient à Tous, et qui Vous appartient.

Il y a deux Rivages : celui que l’on a quitté, peut être avec des regrets, celui ou l’on a abandonné ce qui devait y rester… Il y a un autre Rivage : qui est lointain mais proche, qui cependant doit être atteint, au prix de certaine Traversée, de certains abandons, d’un passage par l’immensité du Rien qui s’étend sous le soleil et face à soi-même.

Et ce second rivage, une fois que la Nef navigue, est la seule chose à laquelle nos aspirations, vos aspirations peuvent se fixer : comme un but, comme une direction, comme un nouvel état vers lequel il est bon de traverser.

Mais la mer qui se trouve entre ces deux Rivages n’est pas effrayante, et si quelques peurs peuvent encore y être rencontrées, ce sont des peurs qui doivent justement être traversées. Il y a encore des états dont il faut se défaire pour arriver au Rivage neuf, qui semble être un inconnu mais qui est parfaitement connu, et attendu dans ses moindres détails au plus profond de soi, car en Vérité cette Traversée à été conçue, programmée, désirée, attendue depuis toujours ou du moins depuis fort longtemps…Cela au point qu’elle a pu être oubliée par certaines mémoires de surface, et cela était également juste.

Silence Vibrant

Je viens donc vous rappeler cette Nef : sa forme, son existence, sa Vérité.

Silence Vibrant

-Bien sûr, le langage que j’emploie peut être considéré comme métaphorique, et je l’assume.-

Silence

Je vous laisse entendre à l’intérieur de vous-même, l’Appel et la Vérité de ce navire. Je vous laisse entendre, écouter -à l’intérieur de vous peut être- le bruit du clapotement des Eaux contre son flanc, les Eaux de la transmutation, les Eaux de la naissance, les Eaux qui portent vers d’autres rivages, les Eaux qui nous lavent et nous régénèrent, les Eaux qui nous permettent aussi de redevenir neufs.

Ecoutez .

Ecoutez le Bruissement des Eaux.

Ecoutez comme votre cœur s’apaise et s’accorde avec cela.

Entendez comme, au plus profond de vos mémoires vous aspirez à retrouver ces Eaux, à retrouver la voie de cette Traversée.

Silence vibrant

Entendez en vous-même l’Appel du Rivage – que ce soit celui que vous quittez, que ce soit celui qui est votre but. Et cependant, ces deux Rivages ne font qu’Un puisqu’il ne peut y avoir séparation, puisque l’Eau justement les réunit.

Silence vibrant

J’ai moi même traversé les Eaux à plusieurs reprises. Et chaque traversée est unique – bien que toutes les traversées ne soient qu’Une.

Silence vibrant

Il y a en vous ce qui traverse, ce qui est déjà là-bas, et il y a en vous ce qui est encore là. Tout cela est confondu dans un même Instant et cependant cela n’est que Traversée. Cela n’est ni un passé ni véritablement un futur, cela s’apparente davantage à un Présent : qui sans cesse traverse, évolue, se dirige, et qui sans cesse quitte ce qui doit être quitté; et qui sans cesse atteint ce vers quoi il est juste de se rendre.

Silence vibrant

La Traversée des Eaux a je le sais de multiples sens, mais cependant elle n’en a qu’un. Elle est nécessaire. Lorsque dans votre incarnation vous prenez forme et vous naissez, vous traversez les Eaux. Ainsi, cette Matrice dans laquelle vous les traversez, vous enveloppe, vous nourrit, vous permet d’être, d’évoluer, de venir à terme, de cette transformation qui vous garantit l’arrivée au but, au Rivage désiré.

Considérez donc, très Aimés, mes frères et mes sœurs, que cette Matrice et cette Nef ne font qu’Un… Et la Traversée des Eaux entre les Rivages est un moment de réjouissance en commun, où la joie de devenir ce que l’on doit être et atteindre, pousse le navire, pousse la transformation naturelle de ceux et celles qui, en toute acceptation, et en toute conscience parfois, s’y trouvent; de ceux et celles qui vont d’un rivage à l’autre ainsi. Et cela concerne chacun et chacune sans exception, même si, dans la profondeur unique et individuelle de chaque être parmi vous, le passage se fait de façon également unique.

Là est le Mystère, là est également le Christ en chacun.

Silence vibrant

Le bruissement des Eaux est mélodieux, et les chants, que d’un Rivage à l’autre porte la surface de l’eau, sont également mélodieux.

Silence vibrant

Quelles que soient les légendes et les vérités qui se disent et circulent à mon sujet, j’ai bien réalisé plusieurs Traversées – terrestres, et intérieures… Et j’ai bien connu bien des Eaux.

Je vous propose donc en toute sûreté d’entendre, de par la sagesse que j’ai pu en acquérir -et à laquelle la votre est parfaitement identique- de vous indiquer avec sûreté la possibilité d’entrer dans cette Traversée sans l’illusion de croire que vous quitteriez ce à quoi vous devriez rester attaché. Car en réalité, croyez moi, c’est ce vers quoi vous vous rendez qui est réellement ce à quoi vous pouvez vous attacher.

…Je n’ignore pas que ce Message vous a déjà été délivré sous différentes formes, à de nombreuses reprises, par différentes voix et sans cesse. Je n’ignore pas que vous l’avez déjà entendu. Mais vous ignorez (encore) que vous l’avez entendu : car c’est en vous-même en premier lieu et en dernier lieu qu’il s’entend – et non pas tant de par les voix extérieures qui ne font que vous le rappeler. Ainsi moi encore, en ces instants, je vous le rappelle : et je vous propose de voyager ensemble.

Silence vibrant

Fiez vous donc au bruit de l’Eau. Fiez vous aux chants mélodieux qui sont portés par l’eau et qui réunissent les Rivages en apparence si éloignés, Fiez vous aux chants joyeux en vous-même de ce qui se souvient, de ce qui sait, de ce qui ne craint pas, de ce qui désire, de ce qui s’abandonne, et de qui sait son évolution.

Ainsi notre Nef à tous peut accueillir en toute plénitude, en toute acceptation, en toute sagesse, et en toute joie de l’Un, l’ensemble que vous formez : Humanité de la Terre, Bien Aimés Frères et Sœurs.

Ainsi peut s’élever le Chant Un de cette Nef, qui alors navigue en toute sûreté, beauté, fierté, plénitude, au sein des Eaux qui la portent et vers ce qui est attendu.

Ainsi Christ est transporté en chacun et je l’accompagne, Moi, Marie-Madeleine, en toute fraternité avec chacun de vous mes Frères et Sœurs.
Je vous salue. A bientôt.

Halleluiah.

 

via Christine Anne K. le 05 mai 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *