Ashtir – n°2

 



Ashtir vous salue, depuis ces lieux
à la fois vagues et très déterminés dans lesquels il opère -ainsi que ses Frères
et Sœurs- toutes ses fabrications, créations, « entortillifications »,
bricolages célestes et sacrés, géométrisations, expérimentations, amusements
sérieux… Dédiés à la Vie et au commandement de la Source, nous, les Elohim,
employés à la création…

 

Je voulais aujourd’hui vous parler,
moi, Ashtir, de votre corps humain terrestre, composé (pour ce que vous en
savez) d’une quantité de formes, de circuits, de matières, de textures organiques,
de composants électriques, magnétiques et subtils, de torsades vibratoires que
vous appelez ADN et qui vous relient presque directement à la Lumière, entre
autres fonctions.


Sachez que votre corps a été notre œuvre, à un certain stade
de ce qu’aujourd’hui nous pourrions appelez sa pré-évolution (puisque chez vous
on parle d’évolution) – cela étant repéré à partir d’un certain stade d’existence
de vos corps, et de ce que vous nommez espèce avec un certain penchant
animalier dans votre vocabulaire, dont nous pourrions rire : vous n’êtes
pas exactement des animaux, bien que vous soyez des mammifères…

 

Nous vous avions élaborés avec un
grand soin. Votre Mère, Eloha, étant – disons dans cette équipe – celle qui
occupait le rôle de mère, c’est–à-dire de vous engendrer. Disons que la
conception était partagée et l’engendrement dévolu à notre Sœur que je viens de
nommer. Votre corps fut conçu comme un immense instrument de musique, à l’origine,
non pas tant de musique mélodique mais vibratoire  : un fort complexe
récepteur-émetteur de géométries musicales subtiles, qui sont la façon
principale dont les informations circulent dans les univers et les
multi-dimensions. Cela était la Joie commanditée par la Source, en quelque sorte,
qui animait vos créateurs dans ce magnifique projet.

 

Nous avions le choix entre bien des
formes et cette forme humaine a été finalement celle qui fut retenue, car elle
semblait le mieux adaptée à la fois à nos désirs et à certaines fonctionnalités
que nous souhaitions que vous ayiez. Il y avait également ce souci, si l’on peut
dire, disons plutôt objectif, que vous puissiez vous reconnaître comme étant à
l’image de Dieu – ce qui appartient à votre langage mais signifie une forme d’accomplissement
et de perfection des données matérialisées dans cette forme organique, qui
devait pouvoir évoluer par elle-même, se reproduire de façon toujours créative
et variée -car vous conviendrez que chacun de vos individus est unique, même s’il
y a des ressemblances- , cela est une de vos caractéristiques en tant qu’espèce.


Il était également intéressant d’élaborer le fait que vos intelligences
pourraient fonctionner séparément les unes des autres. Il n’était certes pas
prévu qu’il y eût compétition entre vous. Il n’était
pas prévu que certaines intelligences chercheraient à dominer d’autres
intelligences ou à les empêcher de se développer comme cela fut le cas plus
tard.

 

Pourquoi, me direz-vous, est-ce que
je dresse cette sorte d’historique ? Disons -vous connaissez mon côté
badin– que je cherche à vous distraire, disons que je vous invite à méditer
sur votre forme humaine et sur l’architecture de vos corps ainsi que leur
fonctionnement, en ces moments où beaucoup d’entre vous vont très certainement
connaître des modifications très importantes de leur forme, de leur matière et
de leur fonctionnement… C’est assez amusant, ne trouvez-vous pas ? J’espère
en tout cas que cela peut vous amuser, car c’est la meilleure chose qui puisse
être. L’amusement n’est pas une fantaisie stupide : l’amusement est l’état
d’esprit qui convient au jeu et à sa gaîté. Il y a en cela légèreté, ouverture,
Paix et Lumière. C’est à cela que je vous convie.

 

Sachez donc que ce que vous nommez
votre corps appartient au patrimoine universel et multi-étendu de la science de
création des corps en ces univers. Vous ne sauriez donc vous attacher
personnellement à votre corps, car il est répertorié, n’ayez crainte. Sachez
même que chacun de vous, d’une certaine manière, en tant que composition
unique, est en quelque sorte répertorié. Nous pourrions donc dire, toujours
avec cette forme de badinage que j’aime à pratiquer, que votre corps ne se
perdra pas, quoi qu’il vous arrive et quels que soient les changements que vous
pourriez rencontrer. Ceux qui craignent pour leur corps pourraient ainsi,
peut-être, avoir une satisfaction en recevant cette information de sauvegarde. Il y a des bases de données (j’emploie ici un concept issu de votre langage). Ce
qui pour nous est une base de données est infiniment plus complexe et musical
que ce que vous pouvez imaginer.

 

Amusez-vous quelques instants à
méditer sur le fait que vos corps pourraient être d’ici quelque temps ce que
vous appelez des pièces de musée. N’est-ce pas très amusant ? Avouez-le… J’aimerais
que vous puissiez en rire. Certains de vos maîtres spirituels pourraient
appeler cela un exercice de détachement. Le détachement est une clé de l’évolution.
J’aimerais que vous sachiez bondir vers le nouveau en vous détachant dans l’amusement
de ce que vous quittez, lorsque cela vous arrivera. Avouez que c’est amusant…

 

Certaines pièces dans les corps
sont immuables et auto-transformantes. Votre cœur en est une et c’est la
principale : vous ne perdrez pas votre cœur. Il ne s’agit pas du morceau de
chair à deux ventricules et parcouru d’artères dans lequel réside la pulsation
de la Source et dont vous êtes dotés. Il s’agit de ce qui est lié à cette
pulsation, qui est vitalisé par cet organe dont nous venons de parler dans vos
corps physiques, qui correspond comme vous le savez très bien à un centre
énergétique que vous nommez chakra -cela également appartient à ce vieux
corps-patrimoine, pièce de musée, dont nous avons parlé-…Mais néanmoins, la
Lumière, l’énergie, l’immensité, les facultés exceptionnelles, la Présence, la
reliance directe à la Source et la communication d’Amour dont il est capable,
font de cette pièce de vos corps ce qui est immortel, indestructible et capable
de traverser toutes les transformations de formes pour perdurer dans la Joie et
la Paix, dans l’Immensité, dans l’Amour, dans la Sagesse, et dans la mélodie de
l’Univers.

 

Attachez-vous donc à la Beauté et à
la pérennité de votre cœur.


Certains vont demander : qu’en est-il de mon
intelligence et de ma pensée, auxquelles je suis tant attaché, qui font ma
fierté sur bien des choses ? Et je répondrai : ce sont des interconnexions
électriques, ce sont des mécanismes de création engendrés de façon très
complexe, tant par votre cerveau que par vos corps subtils et votre reliance à
la Source. Mais votre cœur est également l’outil central de cette partie de
vous que vous nommez parfois esprit et qui recèle effectivement les outils de
pensée et d’intelligence -que vous avez l’habitude d’identifier à votre ego, ce
qui est très stupide de votre part, mais nous ne vous en tenons pas rigueur :
cela fait partie de votre programmation.

 

Nous vous aimons.

Pardonnez-moi la
forme de légèreté que je pratique et qui parfois peut peut-être vous vexer pour
certains, vous surprendre, mais j’espère vous amuser pour beaucoup. Mon grand
âge me permet ces petits écarts, car j’ai vu –comme je vous l’ai déjà dit une
autre fois– bien des créations, bien des univers, bien des corps et bien des
transformations. Je vous adresse donc, avec tout mon Amour et ma Sagesse de
vieil Elohim (un vieux routard de la création, pourriez-vous dire) mes encouragements
et mes félicitations pour cette transformation qu’il va vous être donné de
traverser et dont vous êtes, ne l’oubliez pas, co-créateurs.

 

Je vous salue.

via
Christine Anne K. le 17/08/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.