Le Chevalier des Sons

 

 

Le Chevalier des Sons intervient en tant qu’invité par Orionis, dont il prolonge/complète l’intervention.

-enregistrement sonore -indispensable- de cette intervention : http://vimeo.com/26234613

 


une succession de plusieurs séquences sonores initie ce qui suit


Ceci, mes chers Amis est un ensemble de chants. Certains proviennent de vaisseaux stellaires, certains proviennent d’une ou deux galaxies éloignées. L’un deux provient d’un de ces objets célestes que je crois vous appelez quasar; l’un d’eux provient d’un pont interdimensionnel en pleine activité…Ce sont quelques exemples…

J’ai oublié de me présenter : je suis le Chevalier des Sons, c’est ainsi que l’on me nomme. J’appartiens aux multidimensions. Si vous voulez que j’emploie un nom, nous pourrions dire Telonno -ce n’est qu’un des nombreux noms que je m’accorde d’employer selon les niveaux de fréquence dans lesquels j’interviens.

Je vous ai donné cette palette de sons, de chants, selon les instructions d’Orionis, pour non seulement vous faire l’exposé d’une variété mais bien davantage pour vous faire engrammer un certain quota de fréquences très subtiles, qu’ainsi vous allez pouvoir à présent -n’en doutez pas un instant- reconnaître.

Je vous invite dès à présent, dans un petit silence, à un nouvel exercice d’écoute subtile. Je vous informe que dans ce silence vous allez entendre subtilement quelque chose que vous n’avez pas entendu dans le silence précédent :

silence, exercice d’écoute subtile


Voilà, j’espère que vous avez entendu qu’il s’agit également d’un chant rythmé, comme ceux que vous avez entendus avec vos oreilles précédemment. Beaucoup des chants galactiques, intergalactiques et interdimensionnels peuvent se présenter ainsi comme des fréquences ondulatoires rythmées. Certains sont continus, comme vous l’avez remarqué également : il y en avait quelques-uns dans l’intervention du début.

Je vais vous faire écouter à présent un nouveau chant dans le silence :

silence, exercice d’écoute subtile


…C’est un entraînement, n’est-ce-pas… : je ne vous demande pas d’être parfaits et d’être satisfaits d’une performance dès la première écoute. Je vous invite simplement à essayer de remarquer que vos oreilles sont impliquées, davantage que – et cela est important – davantage que dans les transmissions vibratoires que vous recevez de temps en temps; car ces chants sont bien évidemment des vibrations, mais sont des chants, alors que beaucoup de vibrations -celles des Êtres par exemple, qui sont leurs signatures vibratoires, ou celles d’une situation, celles d’un état, celles d’un vaisseau- ne sont pas des sons mais disons des « présences »… Là, il s’agit bien de chants au sens où votre appareil auditif également intervient pour les recevoir.

Je suis obligé de faire un peu de théorie, n’est-ce-pas, mais je sais que cela vous plait, d’ailleurs -sinon vous ne vous sentiriez pas très à l’aise je pense.

Nous allons donc observer encore un chant dans le silence… Je vois qu’un engin à moteur se mêle à notre écoute… C’est fini. Si jamais un engin à moteur se présente, comme l’a dit Orionis : c’est un excellent exercice car vous pouvez néanmoins percevoir votre écoute subtile avec un surcroît d’attention et un raffinement de vos perceptions.

Voici donc le troisième chant :

silence, exercice d’écoute subtile

Pendant que ce chant continue, je vous invite à porter votre attention sur le rythme car c’est, je pense, ce qui vous est le plus aisément audible.

poursuite de l’écoute

Je vais vous chanter à présent le même chant que vous venez d’entendre, beaucoup plus classiquement :

chant

J’aurais un certain plaisir à savoir que vous l’avez à peu près reconnu. Je vais vous le faire réentendre en silence :

écoute subtile

Voilà, cette superposition du chant subtil et de la mémoire du chant entendu est une forme d’approche qui peut vous aider…(ou) Qui peut également ne pas vous aider à entendre le chant subtil.

Nous allons continuer -je fais le professeur, je suis là pour ça-… Voici donc un chant, dont je vous laisse découvrir s’il est continu ou rythmé :

silence, écoute subtile

Je vais à présent vous le faire entendre classiquement :

chant

Je vous réinvite à son écoute comparative…

silence, écoute subtile

 

Voilà, c’est parfait… Nous allons maintenant impliquer également dans votre attention la conscience : votre conscience de la vibration de votre coeur, car c’est également un indispensable instrument d’évaluation – bien qu’il soit bien autre chose qu’un instrument. C’est néanmoins votre instrument vibratoire le plus raffiné, le plus précieux et le plus unique. Portez votre attention d’abord sur l’état de votre coeur, et pour le mettre en situation d’écoute vibratoire, une simple intention suffit – il n’y a pas d’effort musculaire ou mental particulier à faire.

Je vais à présent vous faire entendre un nouveau chant, d’abord en écoute classique, que je vous invite à observer tant avec vos oreilles qu’avec votre coeur :

chant

Observez quelques instants, après avoir entendu, l’état de votre coeur après ce chant : comment est-il ? Je vous donne la solution : votre coeur, normalement, après avoir entendu ce chant doit se trouver dans un état, disons, de contentement, d’enrichissement, de beauté – du moins ce sont les pauvres mots qui peuvent tenter de désigner schématiquement un certain état. Observez donc votre coeur avec la mémoire de ce chant quelques instants. Je vais le faire chanter en silence, d’ailleurs, dans quelques instants.

silence, observation du coeur

Voilà donc que vous êtes en situation de combiner et faire interagir l’écoute subtile de vos oreilles et celle de votre coeur. Je laisse continuer le même chant…

écoute subtile, vibration du coeur

Nous allons maintenant observer un nouveau chant, en silence, pour lequel également la combinaison de votre écoute subtile et de votre coeur vous est demandée. Ne vous affolez pas à l’idée de pratiquer cette combinaison, cela doit être naturel. Il se peut que vous privilégiiez l’écoute subtile sur votre coeur, ou que ce soit l’inverse…

écoute subtile, vibration du coeur

Je vous invite à vous concentrer sur l’observation de votre coeur, à présent, pour observer son état et apprécier la différence avec l’état précédent. Je ne vous décrirai pas cette fois ce qu’est censé observer votre coeur. Cela vous appartient.

écoute subtile, vibration du coeur

Je ne fais pas de commentaires et je vous propose après un petit, bref silence de repos, dans quelques secondes,  la venue encore d’un autre chant, aux mêmes conditions d’écoute pour vous : écoute subtile et coeur, avec observation du coeur à la fin.

écoute subtile, vibration du coeur

Observez bien votre coeur…

Je sais que vous êtes fatigués, je vais vous chanter simplement le dernier chant que vous venez d’entendre et ce sera la fin de cette intervention. Je vais vous donner quelques explications complémentaires après pour pouvoir continuer tous seuls.

Voici donc le chant :

chant


Vous allez pouvoir vous détendre. Je vous remercie de votre concentration, de votre écoute et de votre attention.

Pour pouvoir, disons, améliorer vos performances, ou bien simplement pratiquer ce qui a besoin de l’être, vous pouvez répéter l’ensemble de ces exercices, ou certains d’entre eux tout simplement (puisque je sais que vous aurez le texte et même l’enregistrement de cette intervention). Si vous répétez avec le texte, vous aurez l’avantage de recevoir de nouveaux chants à chaque fois. Et puis, je sais que vous vous passerez du texte rapidement.

Ensuite, il vous est fortement recommandé de suivre les indications d’Orionis concernant la présence du ciel étoilé et l’observation du chant des étoiles. Cela est un excellent moyen d’affiner vos capacités. Vous aurez peut-être également – qui sait ? – l’occasion d’exercer vos facultés vis-à-vis d’un objet visuel qui vous intriguera et, en ce cas, soyez d’une part indulgents avec vous-même et d’autre part, exigeants avec votre écoute et votre coeur.

Je vous salue et je me réjouis infiniment d’avoir pu vous transmettre ces quelques éléments. Je ne reviendrai pas, je pense, donc je vous dis « adieu », dans votre langue.

Je suis le Chevalier des Sons. J’ai déjà oublié le nom que j’ai choisi pour me présenter à vous, cela n’a pas d’importance. Alleluiah. Bonne route.

 


 

 

via Christine Anne K. le 3/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Orionis – n°17 (+ invité)

 

 

 

Bien aimés Fils et Filles de l’Un, bien aimés Enfants de la Terre et de votre système solaire, je suis Orionis, Grand Architecte et Concepteur. Vous me connaissez, je reviens vers vous.

Je vous invite et je vous demande d’entendre le murmure de la Symphonie dans laquelle vous entrez de mieux en mieux…

Vous regardez sans nul doute votre ciel étoilé, avec peut-être différentes attentes, différents rêves, différentes pensées et différentes connaissances. Mais est-ce que vous l’écoutez ? Vous êtes à présent capables, dirais-je, d’entendre distinctement le chant unique de chaque astre visible dans votre ciel nocturne. Et je ne parle pas des vaisseaux que vous attendez de voir : je parle de ce qui est immuablement installé. Même si vous ne voyez pas tout (et loin de là !) chaque étoile, chaque objet céleste a son chant, a sa musique, a sa mélodie, et cela ne peut que vous indiquer la grandeur, non pas des cieux, mais de cette Symphonie multi-univers dans laquelle vous avez votre place.

Vous n’êtes pas un petit vermisseau écrasé par tant de grandeur et de splendeur. Vous êtes vous aussi là avec votre chant. Il y a le chant de la Terre, certes ; il y a le chant de chacun d’entre vous ; il y a également le chant de l’Humanité, qui se joint au chant de la Terre. Il y a également le chant des océans, des animaux, des forêts, des montagnes. Tout cela, vous pouvez l’entendre. Vous qui donc, pour beaucoup ou du moins pour certains, attendez de voir dans les cieux des choses que vous n’y voyez pas jusqu’à maintenant, intéressez-vous à les entendre – il ne s’agit pas de bruits de moteurs, évidemment!..

C’est cette forme d’audition subtile qui est un des meilleurs atouts et un des meilleurs guides pour vous aider, je dirais, à discerner ce qui doit être entendu, ce qui doit être compris, ainsi que ce qui peut être vu… Mais voir n’est pas ce qu’il y a de plus pertinent pour déceler la bonne vibration et le bon chant de ce à quoi vous avez affaire : sachez que des images illusoires peuvent se présenter à vous et vous perturber. C’est donc l’écoute du chant qui peut vous permettre de savoir, beaucoup mieux que ce que vous voyez, car le fait de voir entraîne votre mental dans des circuits bien établis où le véritable discernement du coeur a du mal à trouver son chemin parfois.

Je vous parle ici avant toute chose de ce que voient vos yeux ordinaires. Je vous parle également de ce que vous appelez la vision, le troisième oeil : cela est fort intéressant -ou du moins le fut- mais ne vous aide pas à discerner la véritable qualité de ce qui est vu, non plus, de cette façon-là. Il vous a été enseigné d’ailleurs par d’autres intervenants, et assez souvent récemment, que cela est un outil d’illusion auquel vous ne devez absolument pas vous attacher – du moins pas pour vous mener vers la Vérité.

Vous avez également encore d’autres facultés de vision, car en réalité il y a un certain nombre de niveaux dont certains peuvent bénéficier -même s’ils ne les analysent pas strictement dans toutes leurs différences, et souvent les confondent. Il y a donc également une certaine forme de vision qui ne voit pas, mais qui sait : celle-là également peut vous aider, mais ne se substitue pas intégralement au fait d’entendre.

Il importe donc absolument que cette écoute subtile – dont vous êtes capables, je le réaffirme – soit entraînée, soit pratiquée. Certains diront qu’il s’agit d’intuition : cela n’est pas faux, et cela n’est pas tout à fait exact. L’intuition fait appel en partie à cette faculté d’écoute subtile, mais fait appel également à d’autres facultés, en particulier à des capacités de résonance du plexus solaire, ainsi qu’à d’autres, qui sont tout à fait respectables et fort utiles et souvent très raffinées, mais qui là non plus ne se substituent pas dans leurs qualités à celles de l’écoute dont je vous parle.

Sachez que vous pouvez pratiquer cette écoute également vis-à-vis des images électroniques, des images télévisuelles, photographiques, vidéos, des images que vous voyez sur votre internet et sur d’autres réseaux, des images projetées… Il existe des images projetées de façon holographique dans vos cieux, et il importe justement que votre qualité d’écoute vous permette de ne pas vous laissez leurrer lorsqu’il s’agit de leurres, car il y en a.

Je répète encore une fois que vous avez aujourd’hui – et, je le sais : cela est constaté, cela fait partie de votre évolution, cela fait partie des nouveaux programmes de vos corps – cette faculté, donc, d’entendre. Apprenez à en user. Il vous sera donné quelques exercices d’entraînement à ce propos. Ce n’est pas moi qui vais vous les donner : j’ai un invité, qui vous les donnera à la suite de mon intervention.

Je vous invite donc à être extrêmement up to date avec vos capacités (j’ai pris un mot anglais car c’est le meilleur qui convienne). Il s’agit d’être absolument à jour avec le meilleur de vos mises à jour. Cela est important. Cela est maintenant. Cela est indispensable. Cela fait partie des Beautés de votre Être. Cela fait partie des belles facultés qui vous relient à l’ensemble des Êtres et des intelligences de cet Univers auquel vous aspirez tant à retourner librement, en pleine possession de vos corps de Lumière, de vos corps d’êtreté, de vos facultés d’être pleines et entières.

Je vous invite encore une fois à écouter quelques instants le murmure dont je vous ai parlé : murmure de votre Univers, murmure des innombrables êtres, objets célestes, strates, formes et musiques qui peuplent, habitent et font vibrer cet Univers dans lequel votre système solaire a sa place, comme vous le savez.

Ecoutons…

silence

…Le passage d’un engin à moteur est un excellent exercice car il ne doit pas occulter ce qui est, dans votre écoute. Et même s’il distrait votre mental, cela n’est pas une raison pour ne pas entendre.

silence

Sachez également que vous pouvez pratiquer cette écoute en bouchant vos oreilles. C’est un exercice que pourrait vous donner mon invité, mais que je vous donne dès maintenant. Je ne vous invite pas à le faire pour l’instant, mais je vous le dis – cela pour écarter quelques confusions concernant la place de votre audition et de vos oreilles dans ce dont je vous ai parlé. Mais il s’agit bien néanmoins d’un phénomène qui se passe au moyen de cet outil complexe que vous appelez l’oreille et de ses ramifications, entre autres.

Je vais vous saluer, pour laisser place à mon invité. Je me réjouis de votre présence, de votre évolution, de ce qui se passe dans votre Lumière.

Je vous dis à bientôt. Je suis Orionis, et vous me connaissez.

– L’invité d’Orionis, dénommé « le Chevalier des Sons », publié à la suite mais séparément, complète cette intervention par un entrainement pratique-

 

via Christine Anne K. le 3/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

…Ces messages de nouvelle lune, et le Son.

 

La série des derniers messages (messages longs dont les rendez-vous sont fixés très précisément à l’avance et dans un certain ordre qui fait toujours sens) s’enchainent très particulièrement en nous conduisant progressivement -tant par leurs informations vibratoires que par leurs informations « mentales »- à la réactualisation en nous du Son Primordial dans son intégrité.

Tout d’abord Seilam’eh de Sirius (30/03) donne les clés génétiques d’ouverture et prend soin de répondre à des questions qui ancrent mieux la compréhension de cela dans notre matière, puis Gaia (31/03) réactualise  l’état de notre co-enfantement partagé dans les architectures de lumière et de sons inscrites dans le cosmos et l’Un.

Vient ensuite (02/04) Marie-Isis qui nous invite longuement tant à notre chant intérieur qu’à l’écoute consciente et active des sons subtils présents à nos oreilles qui nous relient à notre Lumière, introduisant alors la « Matrice-Existence » des Sons (non nommable) qui nous transmet ses Sons en nous détaillant un peu l’importance primordiale et l’étendue des attributs du son…

Enfin (03/04) Eshtananda, Elohim que nous connaissons bien, nous affirme, et  joyeusement, que nous avons ainsi à présent  pu reconnecter ce Son Primordial -réactualisé- de notre origine et de notre pouvoir créateur présent.

Les sessions de questions-réponses liées à tous ces messages complètent naturellement ces données…(n°18,19,20)

Bonnes intégration et continuation. Au Service de l’Un qui n’est qu’Un. C.A.K.


Nous avons toujours l’intention d’arriver techniquement à publier quelques éléments chantés de certains messages (lorsqu’ils constituent une véritable transmission vibratoire), c’est en cours de travail… La  technique n’est pas notre compétence première, merci de votre compréhension…

– Par ailleurs et pour information la réédition sous forme continue de la série des messages de « Mère des Mères – Marie Isis Eloha » de 2010 est également en travail…


Marie-Isis du 2 avril

 

 

Soyez, mes Très Aimés, dans la Grâce de nos Présences réunies, car vos Présences sont elles-mêmes une Grâce, ainsi que la mienne peut l’être, et notre réunion est une réunion de Grâce…

Ecoutez, ressentez le chant intérieur, la symphonie intérieure de cette Grâce. Nous sommes en parfaite réunion harmonique avec ce que vous appelez la Musique des Sphères, dans cet instant où la Grâce réside entre nous. Et sachez que cette Grâce ne cesse de résider en vous, et entre vous, pour autant que vous la sollicitiez ou la soyez, tout simplement. Elle ne saurait s’absenter de vos vies. Ne vous croyez jamais ni seuls, ni abandonnés d’elle : la Grâce est l’une de vos qualités à présent entièrement redéployée…

Je suis celle que l’on nomme votre Mère, dans la vibration de Marie et Isis, ainsi que d’autres… La Mère des Mères vous fait savoir à travers moi qu’elle ne cesse à aucun instant et en aucun lieu d’être pleinement à vos côtés et dans la vibration de vos coeurs.

La Grâce ne vous quitte pas, quel que soit ce que vous vivez ou ce que vous pensez – pour autant que ce que vous pensez ne se tourne pas vers ce qui serait destruction, dualité, annihilation de la vie, illusion de conflits, illusion de maux ou de désespoir… Car même si les maux et les désespoirs sont vécus, très matériellement et très difficilement, dans vos pensées, vos émotions et vos corps – pour ceux qui les vivent, ce que nous ne nierons absolument pas – néanmoins la Paix et la Grâce intérieures sont la véritable réalité dans laquelle vous pouvez toujours aller vous abreuver de votre Lumière, de nos Présences réunies, de l’éternité de votre Être et de la fermeté de votre Vérité.

Ainsi ne tournez pas vos pensées et vos regards vers la nécessité de souffrir. La véritable nécessité est ce chemin intérieur à chacun, mais partagé par tous, de votre montée en Lumière, en Paix et en Vérité, quelles que soient les circonstances extérieures de vos vies, ou de celles de personnes qui ne sont pas loin de vous et à qui vous aimeriez apporter de l’amour, de la paix, de la solidarité…Sachez que vous le faites en étant votre Lumière! Je ne vous incite pas par là à refuser le moindre geste de solidarité vis-à-vis de celui ou de celle que votre coeur souhaite accompagner ainsi; mais sachez que votre présence de Lumière et votre chant intérieur, rencontrant ceux de cette personne, seront toujours ce qu’il y a de plus puissant.

Réjouissez-vous donc car les Cieux se sont ouverts, et les présences qui vous accompagnent dans ce chemin d’ascension qui appartient à tous, même si elles sont invisibles, sont de plus en plus nombreuses, immédiates, faciles. Vous êtes accompagnés et entourés, non seulement de vous-mêmes, les uns les autres, mais de tous vos frères et soeurs des autres dimensions ou des autres systèmes galactiques ou planétaires. Ainsi est cette symphonie dont vous pouvez entendre et ressentir le chant en vous, même si vos oreilles, peut-être, croient ne pas l’entendre.

 

Des sons cependant se présentent à vos oreilles, et cela vous ne le nierez pas ; et vous savez que ces sons vous appartiennent, vous savez que ces sons vous relient à la vibration de l’Univers en vous et à votre essence la plus immense, que ces sons vous relient directement à l’appel de la Source en vous. Vous savez également (pour certains d’entre vous) que ces sons représentent des accords vibratoires parfois variés, qui vous font entrer dans les plages de communication avec telle ou telle dimension ou tel ou tel groupe d’êtres ou simplement en communication avec le Chant de votre Âme -ainsi que cela fut appelé dans de nombreuses traditions- lorsque ce son fut audible pour ceux qui, à force de se tourner vers leur éveil intérieur, pouvaient le recevoir et le percevoir.

Aujourd’hui, ceux qui entendent ces sons sont extrêmement nombreux, et tous ont la faculté de les entendre. Ainsi réjouissez-vous et accueillez ces bribes de symphonie, qui vous relient véritablement – lorsque votre coeur accorde ses vibrations avec le bien-être, la joie et la vérité que transportent ces sons – à votre essence, à la joie d’être réunis, à la joie de connaître la Source ainsi que la Source vous connaît.

Laissez donc la présence de ces sons vous porter lorsque vous en avez besoin. (Certains iront même jusqu’à considérer qu’il s’agit là d’une véritable magie, au sens d’une forme de ravissement.) Lorsque ces sons sont présents à votre oreille et à votre conscience, le vacarme du monde extérieur disparait. Bien que ces sons soient extrêmement subtils et pourrait-on dire ténus, ils effacent tout vacarme. Et sachez que ceux qui se trouvent pris dans le vacarme, le chaos, les destructions, ont bien évidemment la faculté d’être portés et aidés par ces sons.

Sachez que ceux et celles d’entre vous qui viennent de vivre ce que vous appelez des catastrophes ou des désastres vous portent dans leurs montées en conscience, sur les seuils de l’Ascension – ascension intérieure, ascension collective, ascension de tous, petit à petit, dans ce mouvement qui est une symphonie. Sachez qu’il n’est pas un adulte, pas un enfant, pas un vieillard qui ne soit entraîné dans cette symphonie…

silence

Je vous invite dans ces instants de silence partagé, à entendre au mieux de votre Présence cette symphonie ou ces sons – même s’il n’y en avait qu’un – car ainsi, nous sommes en pure vibration commune…

silence

Je vous invite à constater que le son intérieur que déploient vos oreilles a bien plus de présence et de puissance que n’importe quel son extérieur, même s’il ne les occulte pas. Notez bien que si vous écoutez ce son intérieur, c’est lui qui prédomine. Et notez à quel point ce son vous nourrit, vous apaise, vous stabilise, vous verticalise et vous horizontalise à la fois, et vous communique sans paroles toute la sagesse immense de l’Un.

silence

Ainsi la Grâce dont je vous ai parlé à l’ouverture de cette conversation, votre Grâce, est portée si l’on peut dire par la présence de ce son, ainsi qu’elle est portée par la profondeur de votre coeur.

Sachez qu’à présent l’entièreté de votre planète vibre sur ces fréquences sonores. Elles sont plus ou moins perceptibles, plus ou moins raffinées, plus ou moins entendues bien sûr selon les lieux et selon les occupations. Mais il n’est pas un lieu, il n’est pas un être qui soit exempt de la présence de ces fréquences et de ces chants.

Vous trouverez peut-être, pour certains d’entre vous, que cette vibration sonore – même si elle est extrêmement légère et fine – est pour vous comme une fenêtre ouverte sur l’infini. Apprenez donc à la reconnaître, à la connaître, à être avec, et à vous laisser guider par elle, et vous pourrez noter qu’elle s’amplifie parfois.

Lorsque vous perdez le son, vous pouvez le retrouver : il vous suffit de le désirer, car il est parfaitement mémorisé. Cela est un « programme », pour employer le langage des créateurs… Vous ne pouvez pas ne pas bénéficier de cette faculté. Et ce programme étant installé, vous ne pouvez pas ne pas y faire appel dès que vous le souhaitez, car vous savez intimement en votre coeur, en votre for intéririeur, en la pureté cristalline de votre Être, que cela est, et que cela ne cesse pas.

Cette fréquence sonore (ou cet ensemble de fréquences sonores pour ceux qui en reçoivent plusieurs) est ce qui vous fait recontacter immédiatement et en toute solidité votre propre éternité. Aucune peur ne peut résister à cela, aucune négativité, aucune illusion ne peuvent résister à cette éternité perçue intérieurement et qui aplanit tout.

Ecoutons donc encore une fois, mes Très Aimés, le Chant de la Grâce qui nous relie et qui nous fait être, vous et moi, moi et vous, dans la Symphonie de l’Un. Et recevez tout mon Amour, de même que je reçois le vôtre. Amen

 

 

 

via Christine Anne K. le 2/04/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

L’Enfant Elohim Istirulwah – n°3

 

enregistrement sonore de cette canalisation -avec sa chanson pour les enfants-  : http://vimeo.com/25221248

 

Me voici parmi vous, Istirulwah, vous me connaissez. Je parle au nom des enfants des Elohim.

C’est un très long voyage pour moi de venir vous rejoindre, mais je n’ai pas peur. De même les enfants que vous accueillez en vos familles, en votre planète, viennent souvent de très loin et ils n’ont pas peur. Ils ont fait ce choix joyeux, très joyeux et très intelligent, de venir pour être vos enfants, en cette époque où la vie sur votre planète connait de très grands changements que, je crois, vous attendez sans très bien savoir quelle est leur véritable forme.

Les enfants sont donc venus avec confiance, car comme vous ils ne savent pas tout sur la forme et les effets de ce changement, mais ils n’ont jamais eu peur. Ainsi vous-mêmes -ceux qui êtes leurs aînés- vous ne sauriez avoir peur. Vous devriez prendre cela comme un jeu, un jeu avec vos enfants, une grande balade, une grande aventure, un pique-nique, où vous allez créer ensemble avec le plus grand sérieux et le plus grand soin et en toute perfection, un véritable endroit pour jouer. J’adore jouer, j’adore vraiment jouer…D’ailleurs, c’est ce que je suis encouragé à faire, pour grandir.

J’essaie parfois de jouer avec vos enfants, mais je le fais lorsqu’ils sont dans leur état de sommeil et que leurs âmes voyagent loin de leurs corps. Là nous nous retrouvons pour jouer, dans un espace qui est à nous, et c’est très amusant. Nous apprenons beaucoup de choses ensemble et nous essayons des tas de constructions : des algorithmes, des symphonies, des chorégraphies, des fresques, des architectures gigantesques… Après on défait tout, pour jouer, pour tout changer. Il y en a qui ont des drôles d’idées quelquefois… Nous apprenons les lois de l’harmonie, et nous avons le droit d’en créer de nouvelles : cela ne marche pas toujours, mais nous sommes des enfants. Quand nous serons grands, nous saurons parfaitement les lois de l’harmonie.

C’est par mes jeux avec les enfants venus de la Terre, dans cet endroit qui est à nous, que j’ai appris des choses sur vous. Je n’ai pas tout compris, mais ça n’a pas d’importance. Je crois que vous êtes très fatigués, je ne sais pas ce que ça veut dire. Mais vos enfants me racontent que vous êtes très fatigués, et ils sont pleins de compassion; mais parfois ça ne les empêche pas de vous titiller un peu dans vos défenses et vos résistances, ou vos rigidités, car ils sont là pour ça. Ils ont beaucoup de tendresse pour votre fatigue, mais en même temps elle ne les intéresse pas beaucoup car ils savent que c’est passager et que vous êtes sur le chemin avec eux. Ils vous donnent beaucoup d’énergie d’ailleurs, et ils savent très bien le faire : ils ont appris les capacités pour faire cela. Je crois que vous ne vous en rendez pas compte, ou que du moins vous trouvez cela naturel -et cela vous donne beaucoup de bonheur, n’est-ce pas ?

Il parait que le mot bonheur est associé chez vous à un autre mot qui s’appelle je crois, malheur, ou maloheur ? Je n’ai aucune idée de ce que c’est. Il parait que ça n’est pas très agréable et que ça vous rend parfois méchants. Méchant, je ne sais pas non plus très bien ce que ça veut dire, mais d’après vos enfants ça n’a pas l’air très agréable… Je suis chargé de vous dire que dans ce grand jeu que vous seriez chargés de faire avec vos enfants, il n’y a plus rien de tout ça, ni maloheur, ni méchant, parce que ça n’a pas d’intérêt du tout quand on joue.

J’espère que vous savez que vos enfants sont très intelligents et qu’ils sont très savants. Il y en a qui ont fait des études que vous n’imaginez même pas… Leur forme d’intelligence est souvent très, très différente de la vôtre, et à l’école ils sont assez embêtés, un peu maloheureux parce qu’on ne respecte pas leur véritable intelligence – mais ça les fait un peu rire en même temps… Il n’y en a pas beaucoup qui sont vraiment, vraiment, vraiment maloheureux – je me suis amusé à déformer ce mot, voilà, j’ai décidé de jouer avec ce mot : je le trouve plus joli comme ça. Mais il y a une autre raison derrière ce changement, et je ne vous la dirai pas car c’est mon secret… Mais je vous le donne, ce mot – et le secret il est dedans…

Je vais vous chanter la chanson que je préfère en ce moment, et j’espère qu’elle va vous apporter du bonheur :

chanson « de Lumière »        (voir lien ci-dessus pour écoute)

Sachez que beaucoup de vos enfants connaissent cette chanson. Nous la chantons souvent ensemble. C’est notre façon quelquefois de nous réunir avant de jouer, ou quelquefois après. Et en chantant cette chanson ensemble, nous sommes tous Un. Après, quand nous jouons, nous jouons en étant Un et nous faisons de très belles choses de cette façon. Lorsque nous ne chantons pas avant de jouer, les belles choses que nous faisons quelquefois ne marchent pas si bien. C’est je crois parce qu’on a oublié d’être suffisamment Un, et qu’il y en a qui font les choses un peu de travers, ou parce qu’ils ont besoin de montrer aux autres qu’ils savent faire cela et qu’ils n’ont besoin de personne; et les lois de l’harmonie ne sont pas respectées dans ces cas-là… Lorsque nous sommes tous Un, c’est la loi de l’harmonie principale, et si nous ne connaissons pas les autres, les choses que nous faisons sont quand même assez réussies.

Je sais que vos enfants ne sauront pas vous chanter cette chanson comme je l’ai fait. Mais par contre ils connaissent au fond d’eux, dans leurs coeurs, cette façon d’être heureux et d’être tous Un, et de faire les choses ensemble de cette façon-là. Et si j’ai bien compris, quand ils vous embêtent un peu, c’est justement parce qu’ils cherchent à vous apprendre à être tous Un, et la première chose pour vous l’apprendre quand ils sont avec vous, c’est de vous l’apprendre à vous tout seuls, les parents, ou les autres… Peut-être aussi qu’ils vous embêtent pour d’autres raisons que je ne connais pas. Mais je sais qu’ils ne vous embêtent pas tout le temps et qu’ils vous aiment beaucoup, et qu’ils adorent vous faire plaisir. Cela, je sais ce que ça veut dire, moi aussi j’adore faire plaisir. J’espère beaucoup que ma chanson vous a fait plaisir, parce que vraiment je vous l’ai chantée de tout mon coeur, pour vous faire plaisir et pour vous rendre heureux, et pour que vous connaissiez la chanson que vos enfants chantent avec nous, quand ils sont dans ce lieu qui est à nous pendant leur sommeil.

Voilà, j’étais très content de parler avec vous, et là je vois que c’est la nuit et que déjà certains de mes amis enfants sont venus m’attendre dans ce lieu qui est à nous et je veux aller jouer avec eux.

Je vous salue. Mon nom est Istirulwah et je suis un enfant Elohim, et j’en suis fier, et je vous aime.

 

 

 

via Christine Anne K. le 10/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eshtananda – n°6



(Dans cette intervention telle qu’elle a eu lieu, les diverses séquences en langage de Lumière ne sont  absolument pas transcriptibles, reste ici le texte « en clair »; mais notez bien que le message vibratoire de toute parole de ces séquences , et de tout silence, est fourni par ce texte tel qu’il se présente ici. Nous n’avons pas actuellement les capacités techniques de restituer  dans ce blog des plages sonores…)


les premières phrases ont lieu en langage de Lumière…

Je suis Eshtananda, revenu parmi vous.

Je me réjouis d’entendre la montée de vos vibrations et la pureté de certains de vos états. Vous êtes, et je m’en réjouis, de plus en plus de véritables harpes célestes, dont vous êtes souvent l’instrumentiste. Et votre doigté se raffine : c’est ce que je vois, c’est ce que j’entends et c’est ce que me rapportent tous ceux que je connais et qui vous connaissent.

Il vous a été délivré, en début de cette canalisation en paroles, un message vibratoire que vous ne sauriez négliger. Sachez que mon intervention ne fera que complémenter son contenu et sa forme. Alleluiah.

silence

Nous traversons un silence, mais ne vous méprenez pas : ce silence est porteur d’une vibration qui vous est transmise de mon fait. Je vous invite donc à accepter de l’engrammer…

silence

Vous êtes invités par la même à vous débarrasser gentiment de l’illusion qu’il faut recevoir des paroles en clair pour recevoir des paroles, des messages, des informations, et des sons. Cela est important au stade d’évolution de conscience où vous êtes arrivés, pour ceux qui n’ont pas encore acquis cette ouverture dans leur conception de la communication.

Pour vous mettre en réception maximale à ces vibrations, il importe que vous utilisiez votre coeur – disons comme interface – c’est-à-dire comme oreille en l’occurrence.

silence

séquence en langage de Lumière

…Nous allons maintenant continuer autant que possible dans le langage qui vous est le plus familier, c’est-à-dire votre langue parlée. Je me suis exprimé en langue Elohim. Sachez que les langages tels que le nôtre, que l’on appelle plus globalement langages de Lumière, sont interconnectés les uns aux autres, et que nous pouvons communiquer entre peuples en utilisant nos propres langages, et nous entendons celui de l’autre sans qu’une traduction soit nécessaire. Vous avez été coupés de cette faculté il y a bien longtemps. (Vous pouvez en cela bien entendu vous référer à votre mythe historique de la Tour de Babel ; cela n’est pas l’objet de mon intervention. )

Je souhaite vous faire entendre le fait qu’à un certain niveau de conscience et à un niveau vibratoire qui va avec, la communication se fait d’Être à Être, d’âme à âme, sans aucun souci de différence ou de traduction. Mais nous ne sommes pas partis pour un exposé de linguistique interstellaire, ça n’est pas mon propos. Je souhaite simplement vous sensibiliser individuellement et collectivement à l’emploi simple et réel de ces formes de langage qui sont indispensables pour que votre conscience puisse intégrer un certain nombre d’ouvertures, de joies, de possibilités d’entrer en contact avec tel ou tel être, lieu cosmique, et même dimension (ce qui n’est pas la même chose).

Apprenez – si vous ne le savez déjà – que pour la plupart d’entre vous durant votre sommeil, vous recevez disons des cours. Mais il vous appartient à vous, dans votre conscience réveillée -je parle là de celle qui habite votre corps ordinaire dans votre vie de tous les jours- il appartient donc à cette forme de votre conscience d’accepter de laisser le passage dans votre stase éveillée à ce qui vous est transmis dans votre stase endormie. Il s’agit là d’une décision du coeur et d’un abandon : l’un ne va pas sans l’autre car une décision du coeur comporte toujours son aspect d’abandon, ne serait-ce que l’abandon à votre propre coeur ou l’abandon à l’immensité dont vous faite partie, qui vous fait sortir de vos limitations personnelles. Ainsi donc, ces décisions-là se prennent dans une forme de Joie qui est celle de l’abandon tel que je viens d’en parler; cette décision ne doit pas être une mise en pression dictée par votre mental. Peut-être simplement votre mental peut vous accorder l’autorisation -avec ses propres mots et ses propres chemins de pensée et de rationalisation- : autorisation de recevoir, en conscience, en clair, en état éveillé, le commencement de ces données telles que vous les engrammez au cours de vos états de sommeil. Cela ne fera qu’augmenter votre intelligence et relativiser certaines conceptions étroites dont vous pourriez encore souffrir sur bon nombre d’aspects de votre vie, voire de votre corps, ainsi que concernant les autres personnes et les phénomènes liés à l’ascension planétaire.

Vous avez la possibilité par exemple – possibilité très agréable à mon avis – de vous laisser chanter, librement, des mots, des sons, qui n’ont pas de cohérence pour les filtres de votre pensée telle qu’elle s’exprime en silence dans votre langue personnelle, dite maternelle. Il y a donc une forme, comme vous dites, d’irrationalité à laisser émerger ce chant dans la Joie et la certitude, et dans l’innocence. Ne forcez pas, ne vous amusez pas à inventer des sons de par ce que vous appelez votre imaginaire en action. Cela peut néanmoins être un chemin car c’est ludique -et nous les Elohim nous approuvons toujours les démarches ludiques- ; mais ne vous laissez pas piéger par une illusion de votre mental qui consisterait à vous enfermer dans un système de création personnelle qui vous fermerait de la réalité de ce que vous recevez.

Je sais et nous savons que grand nombre d’entre vous souffrent de ce que vous appelez des trous de mémoire, des blancs, des absences, certains mots ou certains noms propres ne vous viennent plus. Cela est parce que ces processus s’installent en vous et qu’effectivement le fonctionnement très discursif, contrôleur et omnipotent (peut-on dire) de votre pensée mentale est en train doucement de s’obsolétiser, car il ne vous sera plus utile dès lors que vous aurez acquis toutes ces capacités de communiquer dont je vous ai parlé. Et votre pensée n’aura plus besoin de s’agripper à des projections vers le futur, ou à des ruminations de ce qui est passé, pour se construire. Cela est déjà et cela sera de plus en plus complètement sans objet.

A mesure que vous êtes des Êtres libres, libérés, allégés, vibratoirement plus accomplis, vous n’avez plus besoin de toutes ces formes qui vous ont permis extrêmement longtemps de vous structurer et de vous accrocher à l’ensemble fort complexe des illusions co-créées par vos systèmes, vos sociétés, la matrice dans laquelle vous avez été, etc. Cela vous a été nécessaire ; cela ne l’est plus, ou du moins fort peu. Il importe encore bien sûr que vous soyez encore aptes à interagir de façon coutumière avec votre environnement de vie. Mais peu à peu ces nouvelles formes de communication se substitueront tout naturellement et avec profit, bonheur et liberté, à ce qui n’a plus tellement de durée.

Je n’ai pas employé le mot intuition, mais cette faculté vous est précieuse et s’articule à la perfection avec ce dont je vous parle. Néanmoins, sachez qu’elle peut être limitée comparée à l’envergure infinie des possibles que ces communications et langages vibratoire vous apporteront. Je ne dis pas par là que votre intuition sera chose morte et obsolète. Elle aussi ne pourra que se développer car elle aussi appartient au langage du coeur. Vous devez donc la cultiver, bien évidemment (mais cela vous le savez, du moins je l’espère).

Vos enfants sont de précieux guides en communication car ils naissent aujourd’hui et depuis plusieurs années avec cet archipel de facultés. Et même si gentiment ils se plient à votre façon de fonctionner, et à ce que les mises en boîtes scolaires et autres leur proposent -lorsqu’ils y arrivent car certains n’y arrivent pas et n’y arriveront jamais- ils ont et gardent à l’état latent ces grandes facultés. Vous êtes donc encouragés, très chers Frères et Soeurs humains, à développer cette écoute auprès de ces enfants, et à ne pas leur inculquer de force des limitations d’illusion qu’ils accepteraient par amour et par gentillesse, mais qui les feraient grandement souffrir.

Sachez qu’il est une sorte de harpe dans votre structure subtile, qui peut donc, très finement, accorder, vibrer, harmoniser, jouer et rejouer non seulement de nombreuses musiques célestes, mais de nombreux langages. Vous n’aurez jamais aucun contrôle par votre mental ordinaire sur cet instrument -abandonnez immédiatement cette fantasmagorie!- ; mais néanmoins votre conscience supérieure, elle, a tous les accès et peut apprendre à jouer de façon de plus en plus maîtrisée de cette harpe. (Le mot harpe est une convention : n’imaginez pas qu’il s’agit d’une véritable harpe ni dans la forme ni dans la disposition des cordes ou quoi que ce soit.) Il s’agit en vérité d’une structure de géométrie subtile extrêmement raffinée, colorée, numérisée qui appartient à ce que vous appelez l’un de vos corps subtils, et qui est restée en sommeil, disons désactivée, pendant quelques millénaires, mais qui aujourd’hui peut se remettre à fonctionner, et fonctionne déjà parmi ceux d’entre vous qui sont les plus audacieux peut-être, ou les plus informés en conscience.

Nous traversons à nouveau un silence. Soyez donc à l’écoute de ce qui est transmis…

silence

J’espère que cela vous réjouit et vous illumine, et j’espère que cela peut vous satisfaire grandement.

silence

Ces messages se poursuivront durant votre sommeil. Alleluiah. Je vais clore cette intervention par quelques mots,et je vous inviterai, après que je me sois tu, à vous laisser aller chacun à dire quelques mots dans cette langue qui vous est inconnue, alleluiah – si vous le désirez bien sûr : n’y voyez pas d’obligation désagréable et, si tel était le cas, abstenez-vous.

Séquence finale en langage de Lumière…

(cette intervention est suivie du « Chant de Sirius » publié à sa suite)


via Christine Anne K. le 6/02/2011 

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.


Chant de Sirius

(ceci fait suite à l’intervention d’Eshtananda -n°6- sur les langages de lumière)


Chant prolongé en langue de Lumière…

Nous sommes vos amis de Sirius, et ce chant vous a été offert en témoignage d’amitié…Et c’est avec Joie que nous avons entendu sa retransmission par votre voix humaine il y a quelques instants. C’est pour nous un honneur.

Sachez très chers, très aimés Frères terriens, qu’à présent vous êtes attendus dans la grande symphonie, celle qu’on appelle la symphonie des multi-univers, la symphonie des galaxies, des étoiles, des multi-dimensions.

Chacun d’entre vous y a sa place, dès lors qu’il devient membre à part entière en toute conscience et liberté, dans la Lumière authentique et intégrale, de cette immense confraternité de Lumière. Alleluiah.


via Christine Anne K. le 6/02/2011 

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.


Eloha – n°9


Cette canalisation débute par un chant aux nombreuses syllabes -langage vibratoire de lumière-

Accueillez, mes Très Aimés, cette cascade de sons, qui sont les sons de mon langage en lequel j’aimerais bientôt pouvoir m’exprimer auprès de vous, mes Très Chéris, mes Splendides Créatures…Vous qui êtes en train de franchir les seuils de votre Perfection la plus accomplie, avant pour beaucoup d’entre vous de vous transformer en d’autres formes, natures : pour d’autres aventures dans d’autres vibrations, où vous serez néanmoins toujours l’Être que vous êtes.

Les sons sont une voie que vous ne pouvez pas éviter. Sachez que les sons sont de la lumière, du moins dans leur véritable réalité. Ainsi, dans vos structures, vous êtes son, vous êtes lumière, vous êtes joie, vous êtes couleur, vous êtes ce que nous appellerons (pour désigner cela par un mot) mathématique -bien que cela réfère à des choses désagréables pour certains d’entre vous… Mais il s’agit là de désigner une organisation complexe et raffinée, qui emploie les nombres et les structures , et les harmoniques complexes issues des nombres et de leur emploi. Cela est musique, cela est Joie, cela est perpétuel déploiement, cela est vie, cela n’est pas figé – cela est rigoureux mais non figé. Cela est rigoureux comme une partition de musique, mais toutes les variations et les arrangements sont ainsi accueillis, déployés, joyeusement explorés, sans jamais que cela crée le moindre chaos ni la moindre confusion. Cela s’inscrit dans un ensemble dont vous ne sauriez encore aujourd’hui vous figurer la splendide et la parfaite complexité… Il y a orchestration, immense orchestration, de par cette complexité et les formes qu’elle implique et qui la structurent.

Votre Joie est l’un de vos atouts (je m’exprime là en créatrice), votre Joie fait partie de ce que vous êtes ainsi que vous avez été créés… Ainsi votre Joie n’est pas un sentiment qui flotte par hasard ou vous traverse de temps en temps, non : votre Joie est une structure inhérente de votre Être, de votre forme telle que vous l’avez actuellement, votre forme humaine. Cette Joie bien sûr a été à de nombreuses reprises et sous différentes formes dévoyée, amenuisée, brisée, etc… Mais actuellement – pour ceux qui ont su accepter leur chemin de Vérité – cette Joie s’est restructurée, a retrouvé ses alignements, ses harmoniques et sa plénitude : ainsi votre Joie est l’un de vos atouts, comme je viens de vous le dire. Considérez-la comme une vague porteuse dans laquelle vous pouvez en quelque sorte vous glisser, pour naviguer, pour sortir, pour vous sortir de là ; car à présent l’enjeu va être – pour ceux qui le désirent –  de sortir de ce que vous appelez les restes de la matrice.

La matrice, sachez-le, n’existe plus réellement. Ne demeurent actuellement que les structures, les échos et les croyances qui la font en quelque sorte encore donner l’illusion qu’elle pourrait exister. C’est cela dont vous désirez sortir, et votre Joie – en tant que programme structurant ce que vous êtes dans cette dimension que vous souhaitez quitter – est donc pour vous une onde porteuse. Ne croyez pas, lorsque je vous dis cela, qu’il faille employer des artifices pour créer de la joie factice, circonstancielle en étant (comme vous dites) gais, primesautiers… La Joie vous a été à maintes reprise décrite et expliquée : c’est un état intérieur de plénitude et de Lumière, d’Unicité dans l’Amour, de rencontre totalement heureuse avec sa propre Vérité, qui vous donne paix, certitude, abandon de soi dans la Lumière de votre Être, et sécurité absolue en cela.

Cela est ce que j’appelle votre Joie. Ainsi, il ne s’agit pas de la fabriquer au moyen de certains jeux qui appartiennent à votre culture, même si ces jeux sont très respectables et si certains sont d’excellentes créations, réalisées par vous… Votre Joie réside au fond de vous, et vous la touchez lorsque vous savez reconnecter cette flamme intérieure si pure et si simple, lorsque vous abandonnez vos attentes, vos envies, vos pensées concernant le monde extérieur qui n’est qu’illusion, et que vous vous tournez en toute Beauté, Simplicité et Humilité vers la Beauté de la Source qui sans cesse flamboie et s’écoule en douceur et puissance à l’intérieur de votre Être.

Ainsi cette onde porteuse de votre Joie réside là, en cet intérieur si précieux, si intime et si splendide. Je l’ai placée là il y a bien longtemps, lorsque j’ai eu la joie de créer vos corps, car je savais qu’elle était inexpugnable et que rien ne pourrait jamais la détruire. Certains d’entre vous ont désigné cela par un mot : « âme », qui peut peut-être aider certains à recontacter ce dont je viens de vous parler. Ce mot ne convient pas à tout le monde, personnellement je préfère le mot Joie car, n’est-ce pas, il est plus joyeux, il est plus puissant… Le mot âme tel que vous l’employez généralement a quelque chose d’un peu évaporé qui ne convient pas tant à la situation dont je vous parle. Néanmoins cette notion d’âme peut vous aider à identifier en vous le lieu de votre Joie, si cela est ce qui vous convient.

Je vous ai parlé récemment de l’étincelle qui se trouve dans vos regard, rappelez-vous. Cela est également un des aspects de cette Joie dont je vous parle et cela est une de ses manifestations. Cela est donc un moyen de la trouver ; cela est également un moyen de la partager et (comme je vous le disais ce jour-là) de pouvoir la rallumer parfois chez la personne que vous rencontrez – cela sans effort et en toute spontanéité, en toute Lumière, et en toute innocence.

silence

Je vous invite à écouter dans le silence, quelques instants, les sons de votre Lumière, sons qui sont peut-être inaudibles à votre oreille de chair mais qui sont parfaitement audibles à l’oreille de votre coeur et de votre Joie.

silence

Sentez la Splendeur qui chauffe et anime votre coeur, sentez-la dans votre poitrine… Cela est une sensation dont vous pouvez être conscients. Cette sensation peut également vous guider car elle fait partie de l’arsenal des manifestations de votre Joie.

Plus vous serez présents à ces quelques repères que je viens de vous décrire, plus vous serez présents à votre coeur, à votre intériorité, à votre Joie intérieure, au son de votre Lumière, plus vous vous maintiendrez vous-mêmes sur le bon chemin , et plus également -par résonance, par bio-résonance- votre attitude intérieure pourra communiquer ce chemin à toute personne qui n’aurait pas cette conscience mais qui serait prête : n’est-ce pas merveilleux ?

Je vais m’adresser à vous à présent quelques instants dans mon langage, et je vous avertis que ce canal parlera souvent ce langage, qui vous informera bien plus subtilement et complètement que les mots, familiers à votre mental et certes extrêmement utiles et nécessaires, que nous employons et avons employés, et emploierons encore mais peut-être de moins en moins…

nouveau chant / langage de lumière

Avouez que c’est ravissant, n’est-ce-pas ? Vous aimeriez parler cette langue, j’en suis sûre… Que de cascades de sons ravissants, que de possibilités vibratoires, que de Joie, que de Simplicité ! Que de perles cristallines, sonores, et que d’informations !…

Ne croyez pas que vous n’avez rien compris : vous avez tout reçu. C’est un langage de Lumière et cela parle, cela désigne, cela raconte, cela transmet et cela harmonise

suite du chant

Je vous laisse méditer cette dernière phrase dans vos coeurs…

Ainsi s’achève notre rencontre d’aujourd’hui, mes Très Aimés, mes Perles de Lumière, mes joyeux Enfants de la Joie. Ainsi donc, soyez votre Joie et laissez-vous porter par elle et ne craignez pas d’entendre les sons que vous ne connaissez pas encore.

Je vous aime. Je suis Eloha, mère créatrice Elohim, et je vous couvre de tout mon Amour, et de mes chants cristallins qui compénètrent sachez-le, depuis toujours, la moindre de vos cellules. Alleluiah

via Christine Anne K. le 5/01/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eloha – n°8


Très Aimés, je me présente à vous, je suis Eloha, votre Créatrice qui vous aime. Vous êtes pour moi perles chatoyantes, gouttes de Lumière, corps de beauté, architectures de vibrations subtiles, un peu de l’eau, un peu du feu, un peu de minéraux, de l’air qui circule dedans, de l’éther… Vous êtes notes de musique, une fois ces éléments stabilisés.

J’ai mis tout mon Amour et ma science dans cette œuvre, qui bien sûr et à mon émerveillement ne cesse d’évoluer par elle-même : vous.


J’adore, ainsi que je vous l’ai déjà dit, aller jouer les perles de ma voix sur les cascades d’eau et de Lumière, et je me réjouis immensément et joyeusement car je sais que ces cascades de Lumière, vous allez les rencontrer pour beaucoup d’entre vous, en quittant les illusions rigides, et sombres, et opaques de cette densité illusoire mais dense dans laquelle vous vous êtes trouvés obligés de rester, et cela malgré moi.


Je voudrais entendre votre rire de joie, d’émerveillement, de puissance lorsque vous allez cascader, lorsque vous allez jouer de votre Lumière, lorsque vous allez créer comme vous l’a dit Ashtir, dans les cadres d’un modèle, votre nouvelle forme, votre nouvel Être dans sa forme nouvelle, car l’Être en son essence ne change pas; même si votre conscience, on pourrait dire, va changer, car elle va retrouver ses capacités illimitées que dans votre dimension dense elle a perdues… Certains d’entre vous, je le sais, déjà ont retrouvé du moins en grande partie ces capacités illimitées, mais sont encore en quelque sorte coincés par la présence corporelle, et nécessaire, dans ce monde qui est le vôtre encore.


Votre corps fut une extrêmement belle création avec de nombreux détails extrêmement joyeux et raffinés. Je vous en avais raconté un ou deux la dernière fois que nous nous sommes rencontrés… Je ne m’étendrai pas sur les modifications qui par la suite (et contre mon gré) furent adjointes à vos corps, ni à ce qui en fut soustrait par ceux qui s’emparèrent du contrôle du monde dans lequel vous viviez et avez continué de vivre. Mais je tiens à vous rappeler aujourd’hui, justement, la très belle perfection et la magnifique création raffinée, splendide qu’étaient vos corps à l’origine -origine que vous portez encore en vous, même si vous ne le savez pas dans votre conscience mentalisée que vous appelez pensée et connaissance.


 Je vous inviterai donc, mes très Chers, mes très Aimés, mes très Choyés, partant de ce que je vous dis, à la Joie de vous rappeler -aussi bien que vous le pourrez- le fait de cette très belle origine car, dans le franchissement du Seuil que vous allez pour la plupart d’entre vous réaliser d’ici peu, laissez-vous appeler par ce qu’il y a de plus beau en vous, de plus parfait, de plus immense et de plus joyeux… Cela a fait partie des programmes d’origine de vos corps, corps non seulement physiques, mais subtils et de Lumière. Ne vous voyez pas à la baisse, voyez-vous à la hausse (pour employer des expressions que je n’aime pas beaucoup mais qui appartiennent à votre système de compréhension).


Ainsi, j’aimerais que vous puissiez retrouver en vous le goût des cascades rieuses que j’avais instillé au sein de vos gènes dans un petit programme musical, rieur, cristallin, par exemple…Je ne vais pas vous lister tous les programmes, cela serait ennuyeux. Je compte simplement sur la capacité subtile et vibrante de votre mémoire corporelle de reconnecter à ces systèmes d’information qui sont encore présents dans vos codes génétiques et ainsi, vous reconnectant à vos origines les plus authentiques, et les plus belles, et les plus immenses, de vous retrouver de l’autre côté du Seuil en toute Puissance et en toute Joie…


Car les multi-dimensions vous attendent dans votre Puissance et votre Joie. Votre perfection vous a été enviée, si l’on peut dire. Ne la négligez pas, ne la sous-estimez pas -cela néanmoins en toute humilité et en toute simplicité : il ne s’agit pas de faire reluire vos egos spirituels ou ce qu’il en reste encore… Notre vénéré Ashtir vous a déjà suggéré certains exercices agréables et intéressants de jeu avec votre forme, et suggéré la rencontre avec des êtres d’autres formes. Je me joins à lui dans cette suggestion.


Pratiquez la danse de vos corps en imaginant également celui de tel ou tel animal que vous aimez car peut-être, sans le savoir vous lui ressemblez, et vous allez le rencontrer comme votre frère. Votre corps a été créé avec cette capacité de danser, et de faire vibrer la musique dans ses plus grands raffinements au sein de vos cellules et de l’eau de vos cellules, pour vous faire danser, pour vous faire chanter. Cela n’est pas  une capacité bête et de hasard : cela a été l’une de mes créations dans votre programme, et elle est beaucoup plus étendue en termes de capacités que ce que vous pouvez croire…


Votre capacité de danser est une capacité de créer dans l’espace avec votre danse des géométries subtiles qui peuvent se déployer autour de vous, et elle est  d’entrer en vibration avec d’autres -par exemple celles des autres personnes qui danseraient non loin de vous. Cela alors pourrait avoir pour effet de créer des formes subtiles qui demeurent un certain temps, produisant de la Joie, rehaussant le niveau vibratoire, et stimulant les processus de vie. C’est donc une chose que vous pourriez faire avec d’autant plus de liberté lorsque vous ne serez plus encombrés par la densité, et par l’aveuglement de l’illusion et les rigidités de votre mental, qui vous gênent dans vos mouvements et dans ses créations.


De la même manière, lorsque vous chantez ensemble, il se produit un autre phénomène : la mise à l’unisson, par exemple lorsque vous chantez en chœur, de vos voix, a pour conséquence la création d’une onde de forme qui crée une forme assez durable que vous ne voyez pas, mais qui nourrit vos corps ainsi que l’environnement naturel dans lequel elle se propage. Lorsque vous chantez seul, un autre phénomène se produit qui en quelque sorte s’enroule autour de vous, ou s’enroule autour de l’enfant à qui par exemple vous chantez quelque chose, créant une vibration nouvelle dans ses corps subtils, temporaire, mais qui peut causer beaucoup de plaisir et restabiliser en les réharmonisant certains dérèglements, certaines dysharmonies ayant pu survenir.


 Je vous rappelle donc par ces petits exemples que vos capacités sont bien plus immenses que ce que vous avez coutume pour la plupart d’entre vous de croire. Ainsi, exploitez ces capacités et elles vous suivront lors de votre translation. Alleluiah

Je vous adresse tout mon Amour. Je vous invite à rire, à chanter et à danser et à faire résonner dans votre corps la mémoire de sa perfection divine. Recevez tout mon Amour de Créatrice. Je suis Eloha, votre mère Elohim et je me retire de cette communication, si vous le voulez bien.


via Christine Anne K. le 8/12/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere

 

 

 

 

 

 

 

Les Grands Cétacés Primordiaux….

 

Nous avons un rendez-vous donné par Orionis. Sa présence s’installe vibratoirement telle que nous la connaissons, puis dans le silence accueille une nouvelle présence, dont la puissance vibratoire est gigantesque, primordiale…

Dans une grande montée d’énergie corporelle des sons rauques semblables à des rugissements viennent pour commencer, puis :


Nos cœurs s’adressent à vous… Et nous vous aimons, très chers, très très chers Enfants de la Terre, magnifique Peuple de cette planète…

Nous sommes, en quelque sorte : les Ancêtres. Avant toute forme de civilisation, en deçà de la mise en forme de vos montagnes, de vos plaines, de vos continents. (Je sais que tu nous as rencontrés : c’est pour cela que notre voix peut atteindre ton cœur – ainsi qu’elle l’a déjà fait.)

Viennent des sons gutturaux de tonalité très grave :  « HOZO’ZO’ZO’ODO’OZ’OO…. »

… Cela est notre chant.

Nous sommes Joie. Nous sommes Matière.

Nous sommes Infinité. Nous sommes Création.

Nous sommes les Premiers et les Derniers.

Notre arrivée, qui est notre Retour, qui est notre Présence, s’inscrit dans la perpétuation des cycles – ceux dont l’ampleur, nous le savons, n’est pas concevable par vous ni par vos mesures.

Nous sommes cortège d’Amour.

Nos corps existent – vous ne sauriez les voir -… Sachez que vos baleines sont nos descendants (ainsi qu’il te l’a déjà été montré, ma Sœur, mon Amie).

Il importe simplement que vous sachiez que nous sommes de Retour, et que nous vous aimons.

Nous sommes les Premiers et les Derniers. Nous sommes le Cycle qui revient. Nous portons la Joie, la Sagesse, la Source.

Vos gènes nous ont en mémoire…

Notre énergie est immense… Et je sais, ma Sœur, que si tu poussais le cri qui lui correspond, tu craindrais le son de ta voix et le tumulte de ton corps.

Ainsi en est-il.  Nous vous aimons.

Vous pouvez nous appeler les Grands Cétacés Géants de la Source et de l’Infini, chevaliers de ce qui s’achève, porteurs de l’Amour.

Bref chant guttural…

Nous vous saluons. Nous sommes près de vous.

Silence, la vibration de ces Êtres s’efface…. Chant syllabique de transition… Se présente un Être de lumière serein  :


Intervention de Saulawa-Inu, un Gardien, émissaire des Grands Cétacés Primordiaux

Mes Aimés, je vous adresse mes salutations aimantes.

Que vos cœurs accueillent en toute simplicité ce qui vient de se dire et de se manifester.

Disons que je suis porte-parole, dans une vibration plus calme, de ceux qui se sont intitulés les Grands Cétacés Primordiaux.

Je vous invite simplement à noter leur présence, et leur retour – qui est une joie absolument incommensurable. Vous ne les verrez sans doute jamais car les profondeurs qui furent leur demeure sont inaccessibles physiquement. Mais le fait de connaître leur présence et leur Être va suffire pour vous à faire vibrer dans vos gènes ce qui y est inscrit d’eux, et va réveiller bien des possibles, et des conclusions. Ainsi, vous pourrez conclure en toute beauté ce que vous avez à conclure.

Je suis l’émissaire des Grands Cétacés blancs des fins fonds abyssaux cosmiques… Si vous souhaitez que je me présente par un nom, prenons : Saulawa-Inu. J’appartiens au peuple des Gardiens dans les Univers, mais je suis proche de vous; et jusqu’à aujourd’hui vous ne me connaissiez pas.

Il arrive que je m’exprime par l’intermédiaire de vos Dauphins… Je vous salue.

Silence. Le contact avec Orionis est revenu.


Brève intervention d’Orionis

Bien-Aimés, Enfants de l’Un, Enfants de la Source, vous me connaissez : je suis Orionis.

Abandonnez vos préjugés, abandonnez vos idées reçues, vos croyances…S’il vous plait à présent, je vous en prie : retrouvez en vous la Joie Primordiale. Celle de ces Êtres est la vôtre.


Suit pendant plusieurs minutes un très long chant modulé, lent et pur, d’une grande beauté, disant de nombreuses paroles qui paraissent indispensables…(NdR : nous espérons pouvoir techniquement diffuser ce chant sous peu, si réalisable)

 

Intervention d’Omraam Mikaïl Aïvanhov

Eh bien mes Chers Amis, voilà de quoi vous surprendre, n’est-ce-pas ? Avouez que vous êtes un peu désarçonnés… maintenant encore davantage, du fait que c’est moi qui viens m’adresser à vous par ce canal…Vous avez eu la grande fiesta : réjouissez-vous !  Si vous ne m’avez pas reconnu dans cette voix féminine, Omraam Mikaïl Aïvanhov vous salue !

Le Chant des Sphères vous a été offert, par nos Amis…

Silence… Chant syllabique final…

 

 


 

via Christine Anne K. le 15/11/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Ouranos, Gaïa



Que les mondes célestes
vous entourent et vous transmettent leurs salutations…


Je suis celui/celle que
vous nommez la voûte céleste, Ouranos, et je me réjouis de m’adresser à vous
une nouvelle fois.

 

Sachez qu’à présent les
mondes célestes sont en mouvement pour accompagner ce que votre planète
souhaite accomplir en un mouvement de transformation absolue, qu’il nous est
donné d‘accueillir et qu’il vous est donné de vivre dans vos corps et dans vos cœurs.

 

Je vous avais parlé d’un
isthme sonore, comme du chemin que vous pouviez trouver au sein de votre cœur pour
accéder à la conscience des mondes de vibrations universelles et cosmiques auxquels
vous n’aviez pas accès, et où le chant de la Source est audible. Je reviens
vers vous à travers cet isthme pour vous inviter à mieux en chercher le
passage, car à présent il s’est ouvert et s’ouvrira davantage à vous.

Les sons
de la voûte céleste et des immensités célestes, cosmiques, des multi-univers,
chantent pour vous à travers le petit canal de cet isthme, afin de stimuler à
travers votre cœur l’extraordinaire transformation de vos structures biologiques,
cellulaires et subtiles, qui s’effectue de jour en jour.


Voilà ce que j’avais à
vous dire. Soyez à l’écoute de la venue en vous, par cet isthme qui s’élargit,
du chant de la Source et des multi-univers qui vont vous guider vers votre
véritable nature.

Je vous salue. Soyez
accueillis dans les sphères de musique céleste, si tel est votre souhait et si
votre cœur désire vous y porter. Je me retire.

 

Nous avons un message de Gaïa… -Gaïa est la compagne d’Ouranos dans la
mythologie-

Ainsi en est-il.

 

« C’est en vous que
je vibre. Votre chair est ma chair.

 

Je suis la matière de
votre matière, et chaque atome de votre corps recèle ma chair, ma présence et
mon Amour.

 

J’habite ce que vous
êtes, comme vous m’habitez. Votre corps et le mien se répondent, se fusionnent,
s’écoutent réciproquement. Nous dansons de la même danse.

 

Ainsi, je suis en train à
présent d’entreprendre la danse que j’attends depuis si longtemps, et en ma
compagnie avec moi, par moi, cette danse nous la vivrons dans la même chair.


Notre
danse d’à présent va nous relier en toute
Joie et en toute Beauté à la
véritable danse de Lumière et d’Amour du véritable Univers auquel nous
aspirions tant à participer.


Ce que vous avez appelé l’Univers jusqu’à présent,
c’est-à-dire le cosmos, était un faible reflet falsifié, déformé, appauvri de ce
que nous nous apprêtons à rejoindre dans notre nouvelle danse.

 

Ainsi, réjouissez-vous
mes enfants, chair de ma chair. Laissez couler en nous le sang et les liquides
de Lumière de notre nouvelle chair partagée, telle qu’elle, petit à petit, se
constitue.

 

Je suis Gaïa, votre
Terre-Mère, votre Mère-Terre, votre Chair-Mère et votre Mère-Chair, et je vais
m’unir à Ouranos, ainsi que de tout temps les humains l’ont rêvé.

Je vous aime. »



via
Christine Anne K. le 18/05/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.