MARIE n°3 + Dauphins de la Terre



Mes enfants,
mes aimés, soyez les bienvenus en ce jour, dans cette maison qui m’accueille
avec tant de grâce et de joie et d’abandon.

 

Soyez
les bienvenus en mon cœur de Mère. Recevez l’infinité de mon Amour, tel l’océan
en vos cœurs.

L’océan est sans limites sur votre horizon, et ses vagues le
parcourent à l’infini. Ainsi en est-il des vagues de mon Amour qui sans cesse
cheminent perpétuellement vers vous, mourant et renaissant sur le rivage de
votre Etre. Ainsi en est-il. Ne voyez pas d’obstacle à cela. Recevez,
soyez.

 

Aujourd’hui
nous sommes, comme vous le savez, dans le temps de ce que vous appelez la Fin
des Temps, et qui n’est que la naissance et l’aube de la Lumière dans vos vies.
Ne vous accrochez pas à vos résistances, à vos croyances, à vos possessions,
qu’elles fussent matérielles, mentales ou spirituelles. Il n’y a qu’à laisser
couler, comme les vagues de cet océan qui perpétuellement viennent et se
recréent, de moi à vous et de vous à moi.


Vous êtes, indéfectiblement, mes
enfants. Je vous annonce votre Etre, tel que je l’ai toujours désiré, aimé, tel
que j’ai choisi que vous soyez, à l’aube des temps où j’ai eu l’immense joie de
créer ce que vous êtes, cette Terre et ses peuples.

 

Je suis
aujourd’hui de retour et très proche de vous. Je veille, et les vagues de mon
Amour sans cesse se déploient et arrivent vers vous pour vous soutenir dans ce
processus d’éclosion, qui pour vous parfois n’est pas si facile. Apprenez à
lâcher les morceaux usés de votre cocon qui à présent veut s’ouvrir. Ne refusez
pas cette transformation de la chenille en papillon. Aucune chenille ne peut
refuser de devenir papillon. Si elle le fait, c’est simplement qu’elle cesse de
vivre.

 

Certains
d’entre vous connaissent la peur face à cette métamorphose. C’est pourquoi je
vous invite à prendre appui sur cette vision de l’océan qui vient vers vous.
Océan d’Amour, océan d’Unité, océan de Joie, océan de complétude. Car vous
serez enfin complets, tel que vous avez toujours souhaité l’être, alors
qu’actuellement le cocon de la chenille (si tant est que vous soyez une
chenille, ce n’est qu’une image) enserre votre corps et vos ailes, et vous
étouffe dans une illusion que vous croyez douillette et confortable. Cela n’est
pas le cas. L’illusion se brise autour de vous, quelle que soit votre décision
d’y rester. Sachez-le : vous n’avez pas le pouvoir de la maintenir. Vous n’avez
que le pouvoir d’être aveugles et sourds – si c’est votre choix-, mais mon
Amour ne peut vous laisser sans issue et, jusqu’au dernier, je vous
accueillerai dans votre éclosion de Lumière, de Joie, de complétude, d’Unité,
de clarté et de réalité. Réalité des mondes de la Lumière qui vous attendent,
réalité de vos corps enfin libérés de leurs formes et de leurs attaches
illusoires, réalité de votre esprit qui enfin reconnecte toutes ses capacités,
votre reliance à la Source et à vous-mêmes : vous-mêmes qui ne faites qu’Un avec
la Source, avec le tout et avec toute la Création et toutes les multi-créations
dont la musique se joue à l’infini et en permanence sans que le temps et
l’espace ne fournissent aucune limitation à cela.


Soyez.

Soyez
la beauté que vous êtes.

Soyez la force et la douceur que vous êtes.

Soyez la
splendeur du papillon.

Soyez la splendeur de votre Etre.

Ne résistez pas à cela.
Cette grandeur vous fait peur, cette splendeur vous fait peur, parfois. Vos
croyances vous empêchent d’accepter que cela est vrai, que cela est maintenant,
que cela est sans restrictions.

 

Je suis
là pour vous aider avec tout mon Amour, à dénouer les fils de vos croyances
limitantes, tendrement, lumineusement, patiemment. Il n’y a pas d’obstacles, je
le répète. Il n’y a que des croyances illusoires. Il n’y a que des attachements
à ce qui n’existe pas. Aussi, abandonnez-vous simplement sur les vagues de cet
océan, qui vous portera avec Amour, tendresse et soin vers cet horizon de
Lumière qui est si proche de vous que vous n’en avez pas idée. Vous êtes cet
horizon, nul autre que vous n’est cet horizon. Cet horizon qu’est vous-mêmes,
vous pouvez le toucher du doigt mais vous ne le voyez pas. Abandonnez-vous sur
l’eau de mon Amour. Fondez-vous dans la multitude des vagues de l’Unité.
Retrouvez la Joie d’être une goutte fondue dans l’océan. C’est là que toutes
vos croyances seront non seulement diluées mais n’auront plus lieu d’être même
un souvenir. Vous retrouverez la liberté, la Joie, l’existence, la réalité.
Qu’il en soit ainsi, mes aimés.

 

Ayez
toute confiance en votre Mère Créatrice et Divine. Ne vous laissez pas abuser
par ce qui vous tire dans le maintien des illusions et des croyances qui
n’appartiennent qu’à ce monde entièrement falsifié et fabriqué. Ce monde
aujourd’hui s’effrite, ne vous accrochez pas à ses miettes. Cela serait sans
espoir.

 

Je vous
aime, je vous aime infiniment, avec tout le respect et la tendresse d’une
véritable Mère qui sait regarder, observer, attendre, aimer, recevoir, donner,
et je me réjouis de votre croissance et de votre retour à l’Unité. Amen

 

 

Accueillez à présent le peuple des Dauphins.

 

Les Dauphins disent :

 

« Nous sommes les relais de l’Amour.
Nous établissons avec vous les trames de Lumière et d’Amour, qui constituent le
treillis permettant à tous autant que vous êtes de vous sentir portés et
encadrés dans ce chemin que vous croyez ne pas connaître. Nous vous quitterons
ensuite, lorsque notre temps sera achevé, pour vous retrouver dans les plans de
Lumière des multi-dimensions auxquels nous appartenons, comme vous.

 

Vous pouvez faire appel à nous intérieurement
car nous pouvons vous guider en cas de besoin. Nous pouvons stabiliser l’Amour
dans vos vibrations individuelles. Il s’agit de l’Amour de Marie, bien évidemment,
et non pas de ce que vous, Terriens, nommez l’amour entre vous.

 

Nous sommes les messagers de l’Amour. Nous
sommes les vecteurs de cet Amour à travers notre voyage dans les eaux qui ainsi
portent cette vibration d’Amour sans cesse jusqu’à vous. C’est tout ce que nous
avions à vous dire, nous les Dauphins qui vous accompagnons.

 

Soyez en Paix, soyez en Joie, soyez en Unité.
Ne vous laissez pas distraire par ce qui n’existe plus. Cela nous fait rire,
parfois, votre entêtement à vous accrocher à ce qui n’existe pas… Et nous
aimons rire cependant. Nous aimons aussi vous voir libérés, vous nos frères et
sœurs de cette humanité en pleine éclosion. »

 

 

… Si quelqu’un a une question, Suraïvan de Voix de Lumière veut
bien y répondre…

 

Beaucoup de
personnes sont dans la confusion, et j’en fais partie, concernant des
informations de plus en plus précises qui nous sont données d’autre part par
Marie, Mikaël, Anaël, sur l’Annonce prochaine de Marie et les trois jours
d’obscurité. Tantôt il nous est dit qu’il y aura une Annonce, tantôt qu’il y
aura deux Annonces, que cette Annonce aura lieu au cours de l’été avant le 29
septembre et qu’elle précédera de trois jour l’entrée dans l’obscurité. Or il
nous est dit encore que l’Annonce et les trois jours ne sont pas concomitants
et qu’ils pourront avoir lieu dans une période de temps réduits qui n’excèdera
pas 2 ans….

Ces informations
ne concordent pas entre elles et peut-être cette confusion a-t-elle pour
fonction de nous faire lâcher le mental… Que faut-il comprendre ?

 

Bien-aimée, il ne m’appartient pas de te donner
la précision que tu demandes car, justement, les miettes auxquelles vous vous
accrochez ont besoin d’être lâchées. Tant que vous aurez peur de ces trois
jours, vous vous poserez des questions. Je n’ai bien évidemment pas la date. La
Divine Marie est totalement libre et toute-puissante – sur décision de la
Source – de donner son Annonce quand le moment sera choisi. Il semble néanmoins
que la croyance en une double Annonce soit le fait de votre confusion. Mais je
ne saurais vous apporter définitivement cette précision. Je vous invite à
lâcher vos peurs, cela est le chemin. Alors la clarté sera avec vous.

 

Nous nous réjouissons, sachez-le, de votre
désir d’arriver à cette étape, et nous sommes sensibles à la Joie qui se mêle à
votre peur. Accrochez-vous donc à cette Joie car elle est le chemin. Comment le
papillon pourrait-il craindre le bouleversement de sa métamorphose, si ce n’est
par l’embarras que cause l’inconnue d’avoir un corps dont on n’imagine pas
encore et dont on n’expérimente pas le fonctionnement ? Ainsi est le
papillon, enfermé, froissé, contraint, aveuglé, dans son cocon.

 

Vous avez, vous, pu expérimenter de façon
fugace, maladroite, mais néanmoins réelle, le fait de vos nouveaux corps, du
moins pour une partie d’entre vous. Ainsi, il n’y a pas de crainte. Ne craignez
pas non plus pour les autres qui vous entourent, car si vous ne craignez pas
pour vous, parfois vous craignez ce qui
peut arriver, lors de cette étape des trois jours, à certaines personnes par
exemple vos enfants, vos proches. Là est un exemple de votre façon de vous
accrochez à des miettes, qui sont le contrôle de la situation, qui sont la
matière, qui sont la croyance que l’on doit secourir l’autre, qui sont les
reliefs de votre ego. N’ayez crainte, ces miettes ne peuvent que se
désintégrer.

Je vous salue. Je suis Suraïvan,
porte-parole. S’il n’y a pas d’autres questions, je me retire.

Que votre journée
soit belle.




via
Christine Anne K. le 12/06/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.