Marie, Isis, Eloha – n°2




Bienvenue, bienvenue mes enfants, mes chéris, mes tout
petits, mes grands.

 

Je sais que malgré le peu que vous êtes physiquement, le
nombre est important.

 

Soyez reçus dans les bras de votre Mère, de votre Créatrice.

 

Votre enfantement n’est jamais terminé car je suis celle
qui vous enfante, qui vous reçoit, qui vous pardonne qui vous couvre de mes
bras, qui accueille vos larmes et vos rires. Je suis celle qui donne le sens à
votre chemin et qui vous regarde à chaque instant de tout mon amour, tandis que
vous le parcourez avec votre joie et vos tristesses. Je suis Marie, Je suis
Isis, Je suis Eloha la Créatrice.

 

Je laisse parler en ce jour ce qui de moi est connu comme
la jeune, très jeune Marie, celle qui enfanta dans la Lumière cet enfant qu’on
nomma le Christ et qui est votre Christ dans votre histoire. Aujourd’hui le
Christ se déploie en vous.

 

 

Je suis Marie la jeune, la jeune et sage. Je voudrais
déployer pour vous les fleurs qui ont entouré mon enfance et celle de mon fils.
Ces fleurs sont à l’image de vous.

 

Vous êtes des fleurs des champs, des chemins, des fleurs
des bois sombres et celles des sommets enneigés, pierreux sous le soleil. La
voix des fleurs est importante car les fleurs chantent leur amour sans cesse,
tournant leur visage vers le soleil. Elles sont humbles et raffinées, elles sont
précieuses et éphémères, elles s’élancent vers la Lumière de toute leur beauté,
de toute leur innocence, de toute la perfection de leur forme, même pour celles
qui sont atrophiées, car il y en a.

 

Je voudrais vous parler de l’enfance. L’enfance, c’est
l’ouverture du chemin, c’est la joie au quotidien, la joie pure de la fleur qui
s’élance comme je l’ai dit vers le soleil.

 

L’enfance n’a pas peur, l’enfance ne manque de rien,
l’enfance marche d’un pas vif, joyeux, spontané, sans se poser de questions.
Elle balaie du regard l’horizon avec joie et puis se tourne vers sa mère, et
l’horizon se trouve dans le regard et dans le cœur de la mère.

 

La mère est là pour que l’enfant aille son chemin en toute
sûreté, en toute joie, en toute perfection. La mère n’a que ce souci et c’est
un souci de joie et non pas, comme vous employez ce mot, un souci qui implique
la moindre ombre.

 

 

Redevenez des enfants, je vous offre mon regard dans
lequel vous pourrez lire l’horizon, celui auquel vous tendez, celui qui vous
appelle, celui qui marque la ligne entre le ciel et la terre tel que vos yeux
la perçoivent, et qui marque également la ligne de partage entre le dense et le
subtil, entre l’opacité et la lumière. L’horizon est donc ce vers quoi votre
regard, lisant le mien, n’a de cesse de cheminer, car c’est là que tous les
espoirs encore non révélés se cachent.

 

La ligne d’horizon est ce qui vous appelle à manifester ce
qui est encore simplement espéré, entrevu intérieurement.

 

Soyez remerciés d’être ce que vous êtes. Soyez reconnus
comme les enfants de l’Un et dans toute votre perfection.

 

Acceptez d’être ce que vous êtes et ne cherchez plus les
faux-semblants, les diverticules, les apparences. Eloignez-vous de ce qui
embrouille votre clarté et votre innocence. Revenez à la simplicité de
l’enfant. Alignez-vous sur le soleil et l’horizon. Le soleil qui s’élève sur
l’horizon n’est autre que vous, vous-même, toi-même.

 

Tu peux être la même chose que ce feu qui quitte la
densité pour s’élever dans le subtil. C’est là ta vraie nature, mon enfant.
Regarde les fleurs et sois l’une d’entre elles car la fleur, quand elle a fini
sa croissance de plante émet son parfum puis se flétrit. C’est alors que sa
nature subtile se révèle complètement.

 

Il en est de même à votre manière pour le processus
biologique que vous traversez.

 

C’est votre parfum qui monte. Soyez ce parfum, soyez la
lumière du parfum et soyez le parfum de la Lumière.

 

Restons en silence.

 

Contemplez le disque solaire intérieurement.

 

De part et d’autre de ce disque, les deux mains d’Isis
vous indiquent très précisément que lorsque vos deux mains se placent de part
et d’autre de votre soleil intérieur, dont le lieu d’émanation est votre cœur,
alors vous vous unissez, vous vous unissez à l’Un. Vous êtes ce qu’Isis a
choisi que vous soyez et à l’image de son geste qui entoure le soleil.

 

 

Soyez ce que vous êtes et ne cherchez plus ailleurs,
dépouillez-vous de tout ce qui constitue votre fausseté. Il ne s’agit pas là
d’émettre un jugement, il ne s’agit pas de vous critiquer. Je vous donne tout
mon amour et je vous parle avec tout mon amour. Vous n’êtes pas fautifs. Je
vous invite simplement à regarder avec les yeux du cœur ce que vous êtes réellement.

 

Vous êtes mes enfants.

 

Non pas que je vous possède, non pas que je cherche à
brider votre énergie ni vos erreurs, car il y en a, ni votre liberté qui est
essentielle dans ce que vous êtes.

 

Mais votre liberté n’est pas, ainsi qu’on vous l’a déjà
enseigné, ce libre arbitre qui n’est qu’une illusion. Votre liberté, c’est
celle d’aller vers la Lumière vous-mêmes, il n’y a pas d’autre liberté. Cette
liberté là est joie, immense joie, et lorsque vous placez vos deux mains ainsi
qu’il a été prescrit par mon bien-aimé fils Mikaël-Christ, vous êtes en train
d’ouvrir les portes de votre liberté. Ces deux mains ne sont pas une posture
ésotérique, ces deux mains ainsi que je l’ai dit sont le geste d’Isis qui ouvre
le temple intérieur où le soleil intérieur resplendit.

 

Allez mes enfants, je vous bénis de mon amour. Je suis
Marie, Isis, Eloha.

 

 

Je peux accueillir une ou deux questions concernant ce qui
vient d’être dit et je tenterai d’y répondre.

 

Cette ouverture du temple intérieur
advient-elle aussi quand on est exilé de toute vibration, perception des autres
dimensions ?

 

Ce temple intérieur, mon enfant, ne t’est pas fermé, n’est
pas non plus fermé à quiconque car vous êtes tous concernés. Il n’est point
besoin, si cela ne t’est pas donné, d’avoir une perception définie avec les organes
de tes sens, de la manifestation de ce temple. Tes sens, tes perceptions ne
sont que des outils propres à cette forme de conscience, celle qui relève de
votre incarnation dans sa forme et sa matière actuelles.

 

Ainsi, l’ouverture de ce temple est indépendante tout
autant de votre ignorance que de votre habileté. C’est la nature d’enfant dont
je vous ai parlée qui propose le chemin et non pas les satisfactions de
connaître telle ou telle sensation. Amen

 

 

Qu’en est-il des pratiques du culte
d’Isis concernant l’énergie sexuelle ?

Je parle des pratiques concernant ce
soleil intérieur, cette lumière intérieure et qui se manifestent sous d’autres
appellations par la kundalini ou les respirations microcosmiques, toutes ces
pratiques énergétiques amenant la joie, la lumière et l’énergie à l’intérieur
des cellules…

 

Toutes ces pratiques vous ont été fidèlement transmises au
cours des siècles par les initiés qui les ont maintenues et, bien évidemment,
elles vous ont servi et vous servent encore à trouver la force et la joie de
votre chemin. Il n’y a pas ici à établir ni que ces pratiques seraient
obsolètes, ni qu’elles seraient aujourd’hui nécessaires. Elles sont, et par là-même
il n’y a bien évidemment aucun inconvénient à les pratiquer. Tout ce qui est
source de joie, tout ce qui amène à la conscience de la Lumière intérieure,
tout ce qui conduit à l’unification, que ce soit à travers la sexualité ou dans
un chemin solitaire individuel, sont – si cela vous convient – des pratiques
qu’il est bon de maintenir.

 

Mais sache que ces pratiques ont été données du temps de
la matrice afin de permettre que se maintienne un minimum de connexion à la
Source. Et dans la mesure où actuellement la matrice est sur le point de
disparaître, considère qu’il y a une sorte d’éclatement dans la Lumière, si
l’on peut dire, qui est amené à se produire et dans lequel ces pratiques et
celles de bien d’autres traditions vont se fondre dans la pure joie de l’Un
lorsqu’elles auront achevé leur utilité.

 

…Il vous est demandé à présent de faire connaître ce qui a
été dit par Marie. Ce message est destiné au plus grand nombre. Il vous
appartient de réaliser l’amorce de cette transmission via les moyens de
communication qui sont entre vos mains.

 

Je vais à présent me retirer. Recevez tout mon amour et ma
gratitude. Regardez votre soleil intérieur entre vos deux mains, ainsi qu’il
vous l’a été décrit, et soyez des enfants dans cette découverte. Amen

 

 

via Christine Anne K. le 16/02/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *