Les Neuf Amis Réunis Hoj ! – Récit

(NB fichier son de mauvaise qualité malheureusement, surtout les premières 15mn environ)

écouter >

Musique douce au rythme régulier…

Ainsi marchaient et parfois couraient les Neuf Amis.
Ils aimaient cela.
Cela les réjouissait de franchir ensemble ainsi quelques vallées, de voir défiler les arbres et les rivières dans leur Course à grands Pas – car leurs Pas étaient fort larges et leur vitesse vous la jugeriez, je pense, considérable.

Pour Eux c’était juste une Allure, qui restait confortable
Et où ils aimaient partager l’Effort ainsi en commun,
Le Rythme
Et l’Harmonie de rester groupés.

Musique délicate vibrante qui continue avec les paroles…

Parfois Quelqu’un Les voyait passer – naturellement.
Lorsque Je dis « quelqu’un », Je ne vous ai pas précisé qu’il ne s’agit pas de la Terre mais d’un autre Lieu où les corps sont un peu différents. Le paysage est un peu différent aussi. Mais bon vous pouvez comprendre : il y a un Paysage – il n’y a pas des Trous !

Et le Travail de ces Neufs Amis consistait justement à établir des Repères au long de leur Parcours mais c’était un plaisir en même temps, c’était comme un Jeu.
Cela n’avait pas le côté étouffant ou astreignant d’un travail tel que vous le connaissez.

Notes douces rythmées qui s’intensifient et accélèrent…

Et lorsque Quelqu’un donc les voyait passer, parfois ils remarquaient ce Quelqu’un parfois ils ne le remarquaient pas.
Ils étaient concentrés en effet sur leurs Pas, leurs Objectifs – et le plaisir des corps à effectuer cet Exercice. (la musique s’arrête)

Il arriva toutefois que l’Un de ces Quelqu’un prit une certaine importance.
Le Quelqu’un en question – est-ce que c’était un vieil Homme à barbe blanche portant une longue robe comme un Magicien ?
C’est possible. Cela lui irait pas mal…
Il avait un Bâton également.

Ce Quelqu’un donc avait un Pouvoir personnel qui lui permettait non pas de courir mais de se déplacer.. (vous diriez une sorte de téléportation mais c’est très anecdotique de parler comme ça, cela ôte beaucoup de charme à mon histoire)…
Donc ce Quelqu’un..
(Nous devrions lui donner un nom n’est-ce pas, mais ça n’est pas si important)
…Se fit remarquer de nos Neuf Amis car..
(Est-ce que c’était Lui qui jouait à Cela ou est-ce que par synchronicité ou par simple hasard Cela se produisait ?)
…Il se trouva de façon répétée et successive sur leur Parcours, en des endroits très différents.

D’abord il était Là, au bord de ce ruisseau devant lequel Ils sont passés en l’enjambant de leur Pas ailé.
Puis il se trouva le long de la route, celle qui était poussiéreuse sous le soleil et néanmoins agréable, et Là aussi ils passèrent devant Lui.
Puis voilà qu’il était de nouveau Là, à côté du petit étal de friandises tenu par une autre Personne au coin d’une ruelle – qui néanmoins était assez large pour laisser passer la Course de nos Amis…
– Là ils ne purent pas ne pas le remarquer car la ruelle obligeait à certaines précautions et à prendre soin de regarder autour de soi pour ne pas heurter je ne sais qui ou je ne sais quoi. –
C’est là que certains d’entre Eux eurent conscience que : ils avaient déjà remarqué sans le voir cet Individu auprès du ruisseau et sur la route – mais bon..!

Il apparut ensuite directement sur le Seuil de l’Eglise dans laquelle ils étaient obligés d’entrer pour effectuer un petit Rituel avant de continuer leur Course.
Il ne Les empêcha pas de passer
Mais ils ne purent pas ne pas frôler sa Présence à l’Entrée – car à la Sortie Il n’y était plus !

Musique douce au rythme cadencé qui va crescendo…

Ils continuèrent leur Course
Et voilà que  (la musique se fait très douce)
Au détour d’un Croisement ils Le trouvèrent, accompagné de tout un Groupe !
On aurait dit une famille, il y avait des gens un peu de tous les âges, des petits aussi.
Et ils tendaient tous la main comme des Mendiants mais avec un grand sourire !

Nos Neuf Amis étaient un peu embarrassés car dans leur Mode de Vie et leur Éthique il était important de donner quelque chose lorsque l’on rencontrait un Mendiant
– mais là il y en avait au moins neuf ou dix !…
Et comme ils étaient en train d’effectuer leur Course
-même si c’était d’un Pas pas trop trop rapide à ce moment-là-
Ils.. Ils furent déconcertés.
Se demandèrent s’il fallait vraiment s’arrêter pour donner, ou bien continuer la Course ?

-Cela fit trébucher Deux ou Trois d’entre Eux à vrai dire-
Donc ils s’arrêtèrent.

La musique ralentit puis s’arrête…

Alors ils se présentèrent au Groupe qui était là. Ils dirent :
« Bonjour. Nous sommes Les Neufs Amis Hoj !
Heureux de vous rencontrer. Pouvons-nous faire quelque chose pour Vous ?
Nous voyons votre main tendue… »

Alors le Plus Petit de ceux qui faisait partie de ce Groupe à la main tendue prit un Sifflet :

Un coup de sifflet vif et aigu…

– Hola ! Qu’est-ce que c’est que ça ?! –
Et il leur dit : »Vous devez Vous arrêter car mon Sifflet est plus puissant que votre Course ! ».

Il était si petit que c’était difficile de le prendre au sérieux
– Néanmoins son Regard était fort sérieux,
Son assurance était indéniable, sa tranquillité aussi –
Et son Sifflet, ma foi, faisait son Effet !

La main tendue n’avait pas été l’objet d’une Réponse
Mais les Neuf Amis décidèrent de sortir un petit Sou de leur poche, ou un petit Caillou de Cristal ou un de ces Objets qui ont du prix dans ces Lieux-là – et de les offrir avec Cérémonie et de tout leur Cœur à ceux-là qui étaient Là, la main tendue.

L’Homme à la barbe blanche ne disait rien.
Il faisait comme s’il faisait partie du Paysage.
Il n’évoqua pas du tout le fait que…ils s’étaient déjà croisés plusieurs fois auparavant.
Simplement son Regard était baissé.
Il était concentré apparemment sur le Sol ou peut-être sur ses propres Pieds.

Donc aucun des Neuf Amis arrêtés là ne put croiser son Regard..
(Car à présent la plupart d’entre eux l’avaient reconnu !).
Il y eut donc une certaine petite gêne, un certain flottement interrogatif…
Et lorsqu’Ils voulurent reprendre leurs Pas pour repartir ils s’aperçurent qu’effectivement Ils étaient arrêtés.
Ah Ah !

C’est alors que..!..

Rythme rapide d’un tambour…

 » Oyez-Oyez !  » – dit l’un des membres du Groupe qui avait exhibé lui un énorme Tambour. (On se demande même comment cet énorme Tambour était caché)
Et il se mit à chanter :

Chant grave accompagné du tambour…(qui s’arrête pour la reprise du récit)

Cela dura longtemps.
La nuit tomba.
Il continuait à chanter.
Et tout le monde s’installa pour faire un Feu – cela se fit tout seul, spontanément…

Les Neuf Amis ma foi s’étaient arrêtés.
Ils étaient quand même de Nature suffisamment sage pour accepter la situation et ne pas s’énerver…(un ou deux s’étaient énervés lorsque l’Arrêt se manifesta mais cela ne dura pas car ils se calmèrent très vite.)

Le Chanteur continuait à chanter.
Il avait une Puissance pour pratiquer la durée, tant dans son Chant que dans son Tambour, que Moi-même je n’ai pas : donc Vous remarquerez que J’ai arrêté.

Et la nuit se passa ainsi autour du Feu, avec ma foi quelques friandises qui étaient apparues – car n’oublions pas qu’ils étaient passés près d’un Vendeur de friandises beaucoup plus tôt et il se trouvait que le vieil Homme -peut-être?- en avait fait un stock, qui apparut donc.
Il y avait aussi quelques viandes grillées qui apparurent.
Enfin c’était un -finalement- un véritable Festin et les conversations allaient bon train…

Les Neuf Amis s’étaient enfin disons mêlés à tout ce Groupe qui semblait être une famille. Mais ma foi, est-ce que c’était vraiment une famille ?
Et le vieil Homme, Lui, continuait à regarder ses Pieds mais il était en même temps aimable et présent.

Voilà une étrange situation n’est-ce pas !

Lorsque les Étoiles -car il y avait des étoiles aussi en ces Lieux-là- furent en train de scintiller de leurs pleins Feux, les Neuf Amis regardèrent leur Constellation favorite de Neuf Etoiles.

Alors un Silence se fit.
Le Tambour s’arrêta, le Chant aussi.
Les conversations se turent
Et nous-mêmes Nous allons observer un léger silence pour nous harmoniser à tout Cela et comprendre ce que ces Neuf Etoiles vont avoir à communiquer peut-être…
Chhhut..!!..
Écoutons…

Silence

Un léger son vibrant…puis un autre…

Il y avait donc un léger Chant assez cristallin qui se faisait entendre mais par intermittence.. Car il était très subtil et lointain.

Les Neuf Amis, groupés, après avoir regardé un certain temps ces Neuf Étoiles avaient fermé les yeux et s’étaient mis en Méditation profonde.
C’était leur Habitude en ces cas-là car en effet ils étaient convaincus d’être reliés à ces Neuf Étoiles et leur Méditation leur permettait de confirmer Cela en eux-mêmes et d’honorer cette Connexion et de pouvoir ensuite partager peut-être
Ce qu’ils avaient pu avoir comme Intuitions, comme Révélations, comme Ressentis par rapport à ces Neuf Étoiles
Et par rapport à leur propre Groupe.
Cela était pour Eux important pour la Cohésion du Groupe.
..Chhhut !! ..(maintenant je me tais)…

Silence

Quelques petits sons vibrants encore…

 » Atchoumm !!  » fit soudain une Petite fille.
Quelqu’un d’autre se mit à ronfler « Rrrr…Rrrr… » .
Mais la Méditation se poursuivait et les autres Personnes, l’espèce de famille, peu à peu se couchèrent, s’endormirent comme ça autour du Feu sous les Étoiles – la nuit était assez douce.
La Petite fille qui avait eu froid avait une couverture de même que la plupart d’entre Eux.

Et le Cercle de nos Neuf Amis en train de méditer s’était mis à vrombir – oui !

Ça ne Leur était jamais arrivé.
Ils n’en prirent pas conscience tout de suite.
Le bruit de ce Vrombissement était fort discret.
Ils le ressentaient dans leurs corps, une bonne grosse vibration, mais le bruit également était perceptible.
Je ne saurais le reproduire avec certitude – d’ailleurs Je n’y suis pas autorisé.

Mais Ce dont Ils ne s’étaient pas rendu compte, car ils avaient gardé les yeux fermés,
C’est que le vieil Homme à la barbe blanche se trouvait à présent au Centre de leur Cercle..
– et il ne les avait pas dérangés-
Il avait encore opéré un Déplacement mystérieux – mais de petite Envergure…
..Et il était en train de tourner sur Lui-même.
Ses deux Pieds étaient très grands -même s’ils avaient l’air normaux- et lui donnaient une Faculté de tourner sur Lui-même avec rapidité, légèreté
Comme s’il rebondissait discrètement (…ça n’était pas un trampoline !).
Et plus il tournait vite, Lui, plus le Vrombissement des Autres était manifeste.

Voilà tout un Phénomène !

Tous les autres dormaient. Sauf le Tout-Petit au Sifflet – qui avait rangé son Sifflet mais qui avait très envie de le ressortir.
Il savait tout de même que s’il donnait un coup de Sifflet il allait de nouveau stopper Quelque Chose ou faire redémarrer Quelque Chose – donc il était partagé entre son envie de le faire et la conscience qu’il risquait de faire quand même une certaine Bêtise.
Il eut donc la Sagesse de se retenir – jusqu’au Moment où il n’y tint plus et, en oubliant complètement qu’il allait réveiller toute sa famille, pris dans une sorte de Transe il attrapa son Sifflet :

Sifflet vif !…

– Whaaa …!!
Les Neufs Amis disparurent immédiatement !
Ils étaient repartis à toute vitesse..

L’Homme aux cheveux blancs avait également disparu.

Les autres Membres de la famille se réveillèrent euh…comme-ci comme-ça, un peu forcément dérangés par le coup de Sifflet. Certains continuaient à dormir ou faire semblant, les autres grognèrent un peu, tout le monde se ré-enroula dans les couvertures.

Le Petit qui avait sifflé était un peu embêté mais il était heureux de l’avoir fait.
C’est ce qu’il confia à son Papa. Il lui dit :  » Tu sais, je vous demande pardon d’avoir fait ce Bruit mais j’ai le Cœur content, je pense que je devais vraiment Le faire. »

Ici s’arrête notre Rencontre avec cette étrange famille qui tendait la main et qui jouait du Tambour – et d’autres Bruits peut-être encore que nous n’avons pas eu l’occasion d’observer, là, dans cette situation-là.

Et les Neuf Amis Hoj (…toux de la canal…)
En difficulté sans doute (…toux encore…)
Se voyaient propulsés presque à leur corps défendant vers les Neuf Etoiles…
Ce qui n’était pas du tout du tout à leur Programme.

Ils ne couraient plus donc sur le Sol mais à travers les Airs dans une espèce de Courant Ascendant.
Ils restaient groupés. Ils maintenaient un Pas harmonique.
Mais ils se demandaient quand même ce qui allait se passer – Vous vous en doutez.

Il arriva que l’Homme aux cheveux blancs reparut une fois…
Deux fois…
Trois fois…
Quatre fois – au long de cette Course…

À la Quatrième fois il leva un bras quand il Les vit arriver de loin et il Leur dit :

(Coup de gong…)
 » STOP !! Vous n’irez pas plus loin !  »

Et Ils décidèrent effectivement de s’arrêter.
C’était tout à fait étrange car ils étaient dans le  » Rien du Tout  »
Il n’y avait pas de sol, il n’y avait pas d’arbres, il n’y avait pas de rochers pour s’asseoir
Il n’y avait pas de carrefour, de repères.

Ils étaient simplement à une certaine Distance
Entre le Sol qu’ils avaient quitté et les Neuf Étoiles
(qui étaient encore bien loin, disons-le)
Et cet Individu -à présent devenu assez familier mais dont ils ignoraient toujours le Nom- Qui leur disait « Stop » et Ils ne savaient même pas pourquoi.
– Et vous non plus n’est-ce pas..? –

Alors…

Chant doux mélodieux vibrant, avec musique
Court silence…

…Ils reprirent connaissance sur un Sol à l’ombre de quelques buissons.
Ils constatèrent qu’ils étaient tous là, tous les Neuf – et qu’une très belle Panthère veillait sur Eux.
C’était Elle apparemment qui avait chanté.
Ils étaient un peu étourdis puis constatèrent que le…
L’espèce de Sable qui était sur ce Sol ne leur était pas du tout familier.

Premièrement Ils ne savaient pas où ils étaient.
Deuxièmement ce Sol semblait ? ..Non pas se dérober sous leurs pieds ma c’était bizarre.. Cela ne portait pas comme ils en avaient l’habitude…
Ça s’effritait
Ça… C’était bizarre.

Il semblait insensé de chercher à entamer une poursuite de leur Course
D’autant qu’ils ne savaient pas du tout dans quel Monde ils se trouvaient.
Était-ce toujours la Planète dont ils venaient ? ..Était-ce tout à fait Autre Chose ?

Ils s’assirent donc en Rond pour méditer…
…La musique reprend en discret fond sonore…
Et ils appelèrent leur Esprit tutélaire nommé Hoj ! Celui-ci parfois répondait, parfois ne répondait pas…
(Il arrivait qu’il soit tout à fait disponible, et d’autres fois : Pfft !…c’était le silence – Débrouillez-vous…)

Mais là Il répondit.
Il leur parla intérieurement – « dans leur cœur » comme vous dites…
Chhhut !!…

Il leur expliqua donc succinctement mais clairement que la Personne qu’ils avaient rencontrée plusieurs fois Les avait effectivement mis dans un État qui leur avait permis de franchir plusieurs Espaces-Temps et qu’actuellement ils se trouvaient « débarqués » disons sur l’une des Neuf Étoiles – pas n’importe laquelle, Celle qui convenait..
Et que..?
.. Alors là c’était moins clair.
Quand ils partagèrent leurs Réceptions ça n’était pareil pour personne : l’Un avait eu telle information, l’Autre telle autre…

reprise de la musique, doucement

Même Moi je n’y comprends rien : c’était compliqué. C’était n’importe quoi !

Qu’est-ce que Ce Hoj ! avait bien voulu dire ?
Et la Panthère qu’est-ce qu’Elle en pensait ?

Elle chantait de nouveau…

Chant tendre, modulé, en musique…

…Et son Chant les endormit.
C’est alors qu’apparut…
– comme si auparavant il était juste caché derrière un buisson –
Devinez Qui ?
Non pas le vieil Homme aux cheveux blancs – eh non !
Mais le Petit qui avait le Sifflet… Est-ce qu’il avait toujours son Sifflet ?

En tout cas, là il ne le tenait pas à la main.
Il l’avait peut-être rangé dans sa poche ou alors il l’avait perdu.
Mais il s’avança à pas de loup…
Il alla se nicher contre la Panthère. Il semblait un peu perdu quand même…
Comment est-ce qu’il était arrivé là Lui aussi ?!

la musique reprend doucement

La Panthère reprit son Chant.

Chant en musique, toujours doux et mélodieux

Silence vibrant

Le Petit expliqua aux Neuf Amis qu’il devait Les conduire mais que pour Cela il avait besoin de leur Aide – et que grâce à Lui ils allaient pouvoir ensuite revenir, s’ils le désiraient, Là d’où Ils venaient.
– Et lui aussi ! (il ne voulait pas qu’on le laisse tout seul sur cette Planète hein !)

Ils Le suivirent donc.
Apparemment il savait très bien se repérer dans ces Lieux étranges.

Et passée la difficulté à marcher sur ce Sol étrange…
(Ma foi on y arrivait quand même mais d’un Pas un peu précautionneux et pas très rapide) Ils franchirent donc quelques Distances,
Croisèrent quelques ruisseaux asséchés, remontèrent quelques petites pentes, écorchèrent un peu leurs mollets dans les buissons qui étaient piquants…
Entendirent couler de l’Eau mais ne la virent pas.
Entendirent également quelques Animaux qu’ils ne virent pas non plus…

La Panthère marchait à quelque distance d’Eux, disons en parallèle
Mais Elle ne se mêlait pas à leur Groupe.

Finalement…

…quelques notes de musique…

Le Petit se tourna vers Eux avec un regard triomphant et leur dit :
 » HOJ !!  »

la musique s’arrête

…Et là apparut Quelque Chose de complètement différent !

Il y avait une foultitude et une myriade de Détails
Des Plantes, des…D’autres Plantes et encore d’autres Plantes et…
Et des Créatures et d’autres Créatures et encore d’autres Créatures
Et certainement des Choses qui étaient encore des Créatures.

Et puis c’était traversé par des Lignes de Sons et de Couleurs
Et des Lumières et des Fréquences
Et des Trucs qui passaient dans un sens
Et des Choses qui tourbillonnaient dans un autre sens et…
..Whaaa !!…

Les Neuf Amis restaient groupés.
Qu’est-ce qui allait se passer ?
Alors tout d’un coup le Petit leur dit :  » Allez-y, On chante :…HOJ !!  »

Et ils se mirent Tous Ensemble.
Ils prirent le Petit dans leurs bras.
Ils se groupèrent car ils sentirent que c’était le Moment de -peut-être ?…
(ça n’était pas sûr mais peut-être )
Se préparer à repartir vers Leur Planète.

Et ils se mirent à chanter Tous Ensemble
Quelque Chose que Je ne suis pas autorisé à Vous faire entendre
( sourire.. car sinon il vous « arriverait des Bricoles »..!)
Mais Cela mit de l’ordre dans Tout Ce qui était autour d’Eux.
C’était impressionnant.
Tout prit une Place cohérente, se rangea, s’aligna,
Forma une Sorte d’Architecture certes complexe mais complètement harmonique…
(Vous pourriez penser -dans votre système culturel- un Mandala très compliqué mais très très beau, et très plein de petit détails mais tous complètement à leur place avec les symétries, les rythmes et cetera)…

Et lorsque Cela fut accompli le Petit leur dit : « Maintenant !  »
Et il sortit son Sifflet.

Double coup de sifflet flûté…petit son vocal…

…Suspense !
Ils se réveillèrent tous les Neuf.
Où ça ?
Ils ne savaient pas où ils étaient mais ils reconnurent le Sol.
Ce Sol était familier. Leurs chaussures de Course étaient opérantes.

Ils regardèrent autour d’Eux : le Petit n’était pas là mais ils eurent la Conviction intérieure
-et ils la partagèrent- que tout allait bien pour Lui
Et qu’Il les remerciait d’avoir réalisé Tous Ensemble Ce qu’ils avaient pu réaliser
Avec ce fameux « Hoj ! » dont ils étaient si fièrement Porteurs sans savoir encore, jusqu’à ce jour-là, Ce que cela pouvait signifier en certaines Occasions et qu’ils venaient de découvrir Ensemble.

La Mission qu’ils avaient eu à remplir était accomplie
Et ils reprirent d’un Pas tranquille mais cohérent leur belle Course qui continuait à les faire avancer.

– Quant à l’Homme à la barbe blanche ?
Nous ne saurons pas s’il se représenta plus tard devant Eux car mon histoire s’arrête là…-

Je vous salue.
Au revoir.

trois notes finales

 

via Christine Anne K. le 31 aout 2015
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

-Merci de vos Dons co-Créateurs ! –

Bienvenue au Cercle de co-création n°16 les 26-27+28/09
« Relever le défi d’être soi-entier au sein de la matière vivante Hal T. »
voir Evènements

.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.