Eluhyam Al – Elohim de la Terre – N°1

 

Chants spécifiques de « décollement d’illusion »   -lien pour écoute/vidéo : http://vimeo.com/30812338

– ce message chanté vient à la suite et en complément de l’intervention de Marie-Isis

 

 

Long chant introductif

Très chers Frères et Soeurs, Frères Humains, je me nomme Eluhyam. Je suis un Elohim incarné en cette Terre depuis bien longtemps. Je me réjouis infiniment de pouvoir m’exprimer en tant que Ce que je suis, en ce jour. C’est une grande Joie, et une grande Simplicité.

Nous sommes un certain nombre en cette Terre, sachez-le, et nous avons choisi de nous fondre pendant longtemps au sein des hommes et des femmes, et de partager ce qui était le lot de ces incarnations. Nous avons dormi, nous nous sommes réveillés petit à petit. A présent, je suis en état d’être ce que je suis, ainsi que je vous l’ai dit, et de quitter temporairement mais facilement le corps et la personne qui me servent à être incarné. Car cela ne m’est plus utile, et Ce que je suis me permet d’être également en bien d’autres couches dimensionnelles, et en bien d’autres états, qu’il est nécessaire que je traverse afin d’employer mes capacités, mes fonctions, là où je peux être appelé à donner, au mieux, mon Service.

Cela est un peu explicatif mais il le faut bien, n’est-ce pas… J’ai simplement la joie de pouvoir exprimer par cette parole cet état, cette fonction, cette Joie.

 

Je compte à présent vous transmettre par quelques chants un certain nombre de données et d’informations qui ne pourront que vous aider à mieux parfaire ce que vous avez à parfaire en ces instants, et en particulier – ainsi que Marie-Isis, Mère Incarnante, vous l’a indiqué – à parfaire ce qui vous permet de frotter, d’abraser, de décoller, de défaire -dans le respect absolu de vous-même- ce qui n’a plus lieu de vous encombrer, en termes de structures égotiques, en termes d’illusion de soi-même, en termes de confusion entre ce que vous croyez être, ce que vous êtes, ce que vous croyez ne pas savoir de vous, et ce que vous savez en réalité mais qui vous est voilé.

Ainsi, cela est ma fonction en ce jour, et je m’en réjouis à travers cette voix que j’emploie et que je connais bien.

 

Voici donc un premier chant :

premier chant

Que ce chant vous aide, mes Frères et mes Soeurs humains que j’aime et dont je partage l’expérience, à vous libérer d’un ensemble de structures très précis qui actuellement n’est plus qu’une enveloppe parfaitement détachée de vous mais encore présente (presque par accident pourrait-on dire) et que vous pouvez lâcher comme une coquille desséchée, mes Très Aimés, mes Frères et Soeurs. N’ayez crainte.

bref silence

Sentez, acceptez ce détachement, et réjouissez-vous comme je me réjouis moi-même. N’ayez crainte, cela ne peut être douloureux.

Je vais vous offrir un deuxième chant pour compléter le précédent.

 

deuxième chant

Que ce chant, que cette architecture sonore mette en place ce qui permet le décollement précis, structuré, définitif et sûr de la structure voilante qui jusqu’à présent a été nécessaire au fonctionnement de votre personnalité dans cette illusion. Cette structure voilante ne sera pas défaite en un seul chant, ni en une seule séance, mais il importe que cela débute ainsi. Et cela permet la première phase de cette opération.

bref silence

Je vous invite mes Frères et Soeurs très aimés, à respecter votre corps infiniment. je vous invite à l’aimer, je vous invite à partager entre vous, entre nous, la Beauté et l’Amour qui sont inhérents à la véritable structure de nos corps. Je vous invite, je nous invite à être ensemble ce que véritablement nous devons être et nous savons être, nous, vous, Humains de la Terre, dont je partage encore parfois l’existence incarnée.

 

Je vais à présent – et cela toujours dans le service que j’accomplis au nom de l’Un que je sers infiniment – vous délivrer encore un chant, avec tout mon respect, mon amour, et en toute humilité. Cela est ma fonction et je l’accomplis.

troisième chant

Recevez encore une fois toute ma joie. Je ne suis pas habilité à vous délivrer le sens, la fonction de ce dernier chant moi-même; mais sachez qu’il vous est transmis dans les conditions les plus pures de transmission qui puissent être, à travers un certain nombre de filtres très précis, très élaborés, et très joyeux, mes Frères et Soeurs aimés.

silence


Partageons donc en confiance, en joie et en absolue vérité de nous-même le bénéfice de ces chants, et abandonnons joyeusement ce qui de nos incarnations passées et encore actuelles n’a plus à rester en fonction, ni à rester en obstruction de notre Clarté, Vérité, Lumière, Absoluité et Joie Simple, dans le Service de l’Un et dans la simplicité parfaite de l’Unité qui est la seule Vérité à laquelle nous puissions nous référer.

Je vous salue, avec ma joie et tout mon amour. Je me nomme Eluhyam Al, Elohim de la Terre. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 17/10/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Orionis – n°20

 

lien pour écoute de cette transmission = http://vimeo.com/29671327

 

 

Que la Joie, Biens Aimés fils et filles de la Terre, enfants de l’UN indéfectible, indivisible, que la Joie soit en vous, avec vous, et répandez la.

 

Je suis Orionis, vous me connaissez. Je m’adresse à vous par ce canal depuis de nombreux mois. Vous êtes à présent, très Aimés, en train de franchir une étape importante que certains ont choisi de désigner comme peut-être la dernière, mais sachez que cela dépend de vous. Je ne me prononcerais pas quant à moi, en cet instant, et en ce canal, sur cet aspect-là, car ce n’est qu’un aspect historique.

 

Voici donc, vous Tous, que vous soyez ou non éveillés, que vous soyez ou non porteurs de Lumière, vous êtes prêts dans la plus grande majorité, et celle-ci est suffisante pour franchir ce passage. Je n’ignore pas bien évidemment qu’énormément d’encre a coulé sur ce passage, énormément d’encre et de petites lettres électroniques dansant devant vos yeux avides de comprendre, de connaître, de maîtriser, d’anticiper, de contrôler. Je ne tiens pas à alimenter cela. Néanmoins mon rôle est celui que j’ai choisi, donc de transmettre, parfois d’enseigner, d’informer, de remettre comme on dit les pendules à l’heure, aussi – ce qui est l’un de mes privilèges.

Voici donc que je me réjouis je le répète, et que je vous invite à la Joie avant toute chose. A vrai dire s’il était un seul conseil et une seule information à délivrer ce serait cela : soyez dans la Joie. Non pas la joie stupide d’un divertissement passager, mais la Joie de la Vérité, de l’Entièreté, la Joie pleine et entière de l’arrivée, là où vous avez tant désiré revenir.

 

Silence vibratoire

 

Dans ces instants de silence une certaine accélération se produit. Et je pose mes paroles, sur la fin de cette accélération.

Comme d’autres intervenants l’ont exprimé, il n’est plus tant besoin de mots, il n’est plus tant besoin de longues paroles, mais néanmoins j’ai un certain nombre de choses à vous dire. Cela sera fait par l’usage de la parole mais aussi par l’usage du silence et de la vibration.

 

La peur peut exister chez un certain nombre d’entre vous ou de ceux qui vous entoure, c’est la même chose. Cette peur a pu être renflouée, masquée sous des déguisements divers incluant vos états d’anticipation. Cette peur est le dernier verrou et croyez-moi, elle existe. Et si vous croyez l’avoir déjà franchie, restez humbles, car pour certains cela est peut-être vrai, pour d’autres non. Vous avez donc d’abord à l’accepter. Il s’agit bien d’avantage de la regarder en face lorsqu’elle apparaîtra, ou lorsqu’elle est apparue, que de se détourner et de prétendre passer à côté. La peur en vérité n’est pas grand-chose, mais elle fait croire qu’elle est une très grande chose, un état énorme. Cela est constituant, mes très chers, de ce qui a fait tenir votre matrice terrestre, et cela est donc constituant d’une partie non-négligeable des programmes de vos corps humains, que l’on pourrait nommer aujourd’hui les « anciens » corps, puisque vous en avez de nouveaux également. Il importe donc de savoir faire un choix, d’endosser pleinement ce nouveau corps car cela ne peut que réduire très très considérablement cet état dont je vous ai parlé, que vous appelez peur. Il est fort important de mentionner cela et comme je l’ai dit de la regarder en face.

Vous ne pouvez pas envisager, si vous n’acceptez pas ce passage de la peur qui peut être très réduit ou bien important, vous ne pouvez pas envisager de passer, vous ne pouvez pas vous raconter que cela n’est pas pour vous si cela doit se présenter. En revanche vous pouvez, si cela se présente et que vous l’acceptez ainsi que je vous le conseille -et d’ailleurs il n’y a pas véritablement d’autres choix comme je vous l’ai dit-  en l’acceptant vous êtes en état de fluidification, d’abandon, ce qui est une approche indispensable pour franchir ce qui doit l’être, et je le rappelle, dans la Joie.

La Joie par conséquent est également ce qui en vous doit faire face à cette peur, et souvenez-vous bien de cela, car en face de la Joie la peur n’est pas grand-chose. Elle peut être désagréable, mais elle n’est pas puissante.

Rappelez-vous également, je vous l’ai dit il y a quelques instants, que l’acceptation de l’usage de vos nouveaux corps est également une grande facilitation. C’est même la plus grande évidence que vous puissiez avoir et dont vous pouvez disposer, mes très chers.

 

Si donc je voulais résumer ce petit chapitre sur la peur, je dirais pratiquez la Joie, acceptez et usez pleinement de votre nouveau corps.

Vos nouveaux corps sont à disposition – car j’entends silencieusement quelques protestations concernant par exemple de ne pas savoir, de ne pas connaître, de ne pas savoir où c’est, de ne pas savoir comment on s’en sert, de ne pas savoir etcetera..

Bien. Cela fait partie des configurations ordinaires de votre mental, et rappelez-vous que votre mental n’est pas un allié face à la peur, bien au contraire. Votre mental se nourrit de la peur, et votre peur se nourrit de votre mental. Par conséquent, si votre mental vous empêche de concevoir et d’accepter que vous avez l’usage plein et entier de ce nouveau corps, et bien il vous appartient d’arranger cela. Il vous appartient de trouver comment dépasser cela. Il vous appartient d’accepter cette situation. Il vous appartient de fluidifier ce qui doit l’être.

 

Vous avez donc, je le répète, pleinement la possibilité de cet usage de vos nouveaux corps. Quand je dis « nouveaux corps », je ne parle pas bien évidemment de nouveaux corps physiques qui auraient une forme, un aspect, une surface ou des attributs complètement autres, comme si soudain vous endossiez le déguisement de je ne sais quel extra-terrestre de passage, ce que vous voyez dans les films ou autres.. Non. Votre nouveau corps n’est pas visible. Votre nouveau corps n’est pas véritablement palpable, quoique, certains d’entre vous qui sont doués de certaines perceptions énergétiques pourraient le faire. Votre nouveau corps est une configuration vibratoire, de même que l’ancien corps avait et a encore pour certains (voire pour beaucoup) une configuration vibratoire, (qui d’ailleurs est assez endommagée à présent car beaucoup de déprogrammations ont eu lieu, ce qui est une excellente chose), et cet état, donc, modifié dirais-je de vos anciens corps peut occasionner certaines fatigues physiques ou mentales que précisément l’usage de vos nouveaux corps peut éviter.

Il s’agit donc simplement d’un choix, il s’agit d’une acceptation. Il ne s’agit pas de dégoter un livret de mode d’emploi et de tourner certains boutons. Il y a bien sûr, néanmoins, quelques pratiques qui de fait activent de façon bénéfique et productive certains points énergétiques de ces nouveaux corps. Et je sais que certains d’entre vous en ont un certain panel. Sachez que cela est bien, sachez aussi que cela n’est pas indispensable. Tout être humain, qu’il pratique avec assiduité certains panels d’exercices ou qu’il ne le fasse pas, à pleinement accès à l’usage de ce nouveau corps, qui est un corps, pourrait-on dire, « choisi ».

 

Court silence

Nous observons un silence à nouveau car il y a en cet instant information de l’ensemble de ces nouveaux corps. Je vous demande de respecter ce silence.

 

Silence

Sachez à présent, vous tous très Aimés, que votre nouveau corps est votre vaisseau, et que le passage dimensionnel, le passage à ce nouveau cycle, le changement d’état, quelle que soit la forme que vous aimez à lui donner dans vos pensées, se fait avec l’emploi fluide et simple de ce nouveau corps.

La Joie pourrait-on dire donc, est une sorte de clé aussi pour intégrer pleinement cet état. Je remarque en effet que certains êtres humains en chemin d’éveil risquent parfois de s’abîmer dans des circonvolutions théoriques, au lieu de pratiquer avec simplicité un état tel que la Joie.

Il est clair que les théories, les enseignements, les méthodes et les pratiques sont extrêmement structurants, clarifiants, et peuvent être d’une grande aide un certain temps. Mais je tiens à vous dire qu’au final il est un moment où il est préférable de s’en débarrasser. Cela afin de retrouver sa propre simplicité et ces états : la Joie face à la peur que j’ai nommée.

 

Je vous invite donc à fluidifier, et à le faire avec plaisir. Fluidifiez le passage et le fonctionnement de ce nouveau corps. Pour ceux qui auraient besoin de se le représenter -car je sais que pour certains ne pas pouvoir se le représenter est une sorte de handicap créé par le mental- je vous invite à vous représenter une sorte de constellation. Imaginez donc, c’est une image symbolique empruntée à votre environnement terrestre, mais elle est parfaitement juste au niveau structurel : imaginez donc que lorsque vous êtes habitant de votre nouveau corps celui-ci se représente comme une forme de constellation d’étoiles, dont la géométrie est à vrai dire plus complexe que les constellations simples que vous voyez dans votre ciel. Mais je pense que cette représentation, avec la poésie qu’elle recèle pour ceux qui aiment regarder le ciel, est un bon outil pour amadouer votre mental.
 

Silence vibratoire

 

J’ajouterais à présent, il vous l’a été dit et redit, sans cesse, (et vous l’avez intégré pour la plupart d’entre vous mais je le redis car cela doit être encore dit et redit) : il s’agit de l’importance de votre cœur. Il s’agit de l’importance prépondérante de la conscience située dans le cœur. Et je sais que pour la plupart d’entre vous, vous l’avez véritablement pratiqué avec joie, avec succès, avec accomplissement, et ceux qui ne l’ont pas pratiqué consciemment, croyez-moi, en ont énormément bénéficié par bio-résonance. Cela est donc un acquis suffisamment général. Néanmoins, je le redis, votre cœur fait partie de ce qui constitue la Porte. Veillez donc en tout instant à observer l’état de votre cœur et à éviter de le voir s’installer dans une fermeture.

L’effet de la peur est en effet, bien souvent, de vous fermer le cœur. C’est une contraction, c’est une forme de mort intérieure. Il importe donc véritablement que vous sachiez pratiquer, maintenir, faire vivre la conscience de votre cœur, et la pratique non seulement de son ouverture mais de sa vasteté, de sa vie propre et particulière qui vous relie de tout temps et déjà à toutes les autres dimensions, à La Source et à tous les Êtres d’Amour et de Lumière et de Sagesse – y compris vous-mêmes, bien évidemment.

 

Je sais que différents enseignements de grande qualité s’offrent à vous pour maintenir ces états de conscience et d’ouverture du cœur. Je vous rappelle simplement que votre cœur n’est pas une abstraction, car certaines théories -en particulier certaines théorisations du système des chakras tel qu’elles ont eu lieu dans les dernières décennies- ont pu tendre à vous faire envisager votre cœur comme une sorte d’abstraction. Votre cœur est un organe physique ne l’oubliez pas. Et même si sa vibration, qui peut être colossale et immense, est de nature énergétique, il n’en demeure pas moins que ce n’est pas de la poudre de perlimpinpin mais un véritable et essentiel composant de tous vos corps y compris votre corps physique. Et ceci n’a rien à voir avec nouveau ou ancien corps : votre cœur est Intemporel, votre cœur est ce qu’il Est, votre cœur est tellement vivant par lui-même qu’il n’a pas besoin d’être restructuré ou quoi que ce soit d’autre.

Usez donc de votre cœur, et de ce fait la Joie, à laquelle je vous ai invités dès l’entrée en matière de cette intervention, ne peut qu’être là. Et de ce fait, le passage dans votre nouveau corps ne peut que se faire, car votre cœur est en prise directe avec votre nouveau corps. Il n’en est pas séparé. Il n’a pas à être transporté dans votre nouveau corps – c’est à partir de votre cœur que votre nouveau corps a été installé. Néanmoins si vous oubliez d’être dans la conscience du cœur, et si vous le laissez se fermer, cette fermeture rejaillit sur tout ce que vous pouvez essayer avec votre mental et votre volonté seuls, voire avec votre ego – car nul n’ignore la puissance malheureusement de votre ego, qui est un grand facteur parfois de développement de certaines facultés pour renforcer votre confiance en vous, mais qui est un grand facteur de blocages et d’erreurs.

 

Silence vibratoire

 

Ainsi donc, très Aimés, je vous avertis, je vous informe, je vous dis : que vous avez à être prêts et que d’ailleurs vous l’êtes, car considérez bien davantage que vous êtes prêts plutôt que de vous dire que vous devez vous préparer.

Devoir se préparer est une forme d’anticipation, d’anxiété, d’agitation qui n’est pas souhaitable. Et si vous pensez que vous devez néanmoins vous préparer, vous pouvez le faire dans le plus grand calme et la simplicité (comme je vous l’ai dit et comme bien d’autres intervenants je crois vous l’on dit.)

 

Silence vibratoire

Dans ce silence vous est donné à contempler une Forme, une immense Forme, que je peux dire complexe et qui est non seulement de toute Beauté, mais de toute Vérité, et dont la contemplation ne peut que vous permettre et vous aider à lâcher ce qui devrait être encore à lâcher pour tel ou telle, et de savoir regarder en face ce qui doit être regardé en face, mes très Aimés.

 Silence vibratoire

Contemplez.

 Silence vibratoire

Que cette contemplation n’aie pas de fin et se maintienne.

 Silence vibratoire

Quant à moi, je termine là mon intervention en ce canal et je vous salue.

Je suis Orionis, vous me connaissez.

Soyez.

 

-cette intervention est suivie par celle de la Mère des Chants, invitée d’Orionis, et qui vient chanter entre autres la Forme donnée ci-dessus par Orionis-

 

 

via Christine Anne K. le 25/09/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

Oreon Eshta – Elohim – n°3

 

-lien pour écoute (vidéo) de cette canalisation : http://vimeo.com/28429471

Biens aimés frères et soeurs de Terre, je vous salue.

Vous me connaissez, je suis Oreon Eshta. J’appartiens au Peuple des Elohims. Je me réjouis de vous retrouver.

passage en langue Elohim

Nous allons aujourd’hui nous intéresser ensemble à des choses qui j’espère seront très amusantes. Je vous tiens en haleine, de quoi s’agit-il ?
Imaginez que vous êtes dans un immense vaisseau, une immense nef. Cela danse des danses, et vous vous en réjouissez… Vous vous rappelez n’est-ce pas qu’une fois je vous ai invité à faire la fête, et je vous avais dit, je crois, que j’adore les fête. Eh bien cet immense vaisseau est l’occasion de vivre une grande réjouissance que l’on peut assimiler à une grande fête.

Acceptez l’idée de ne pas être qui vous croyez être en ce vaisseau, car à vrai dire ceux qui y pénètrent sont lavés, déshabillés de toutes leurs illusions, de tous leurs oripeaux. Ce n’est donc pas une fête déguisée, mais au contraire, une fête d’authenticité, d’innocence, et ça bouge, et ça rit !

Eh bien, apprenez que ce grand bateau, ce grand navire, cette grande nef, ce grand vaisseau n’est autre… j’hésite à employer le mot « Nouvelle Terre » car il est un peu chargé, et néanmoins je n’en trouve pas d’autre. C’est donc là où vous allez être véritablement dans votre espace de vie, ensemble, mais dans de toutes autres fréquences, et sans toute cette pléthore de choses matérielles qui vous sont très utiles là où vous êtes, mais qui peuvent être balayées avec tout ce que vous lâchez à l’entrée, de même que vos déguisements… Dans certaines de vos cultures religieuses, cela a pu prendre l’appellation de Paradis, ce qui bien sûr est une croyance, mais néanmoins se réfère à la vision de quelque chose de véritable.

Je vous invite, pendant que je parle, à chercher en vous le balancement de ce navire, qui non seulement va vous bercer, mais vous informe par sa forme. Et mes mots seront peu nombreux car ce que je tiens à vous transmettre aujourd’hui c’est justement votre possibilité d’entrer dans la forme de ce dont je vous parle, en employant cette image d’un vaisseau, d’un navire, d’une nef.

Dans un véritable bateau, le mouvement de la mer vous fait tanguer, vous fait perdre l’équilibre, vous donne la nausée parfois. Et bien sachez qu’il faut en passer par là pour devenir un véritable navigateur, dans cette nef. Perdez donc un petit peu votre sens de l’équilibre, et amusez vous de cela. Vous n’êtes pas seul(e), vous êtes tous là ou presque, tout le monde est invité.

Seuls ceux qui n’auront pas su lâcher leurs vêtements d’illusion seront obligés d’attendre à l’extérieur, peut-être. Nul ne peut être invité avec ses vêtements d’illusion, car de toute façon cela l’empêcherait de voir et d’être et de partager parmi les autres, à l’intérieur de ce véritable espace de Joie, de partage d’Êtres, de Vie et de Création.

Sachez mes très chers, que vous avez la possibilité dès maintenant de vivre cela. Il n’y a plus rien à attendre, malgré ce que peut-être vous croyez encore.

Mais alors, me direz vous : comment lâcher ses vêtements d’illusion ? car je sais que mon petit doigt m’a dit que vous croyez ne pas savoir comment faire – du moins pour beaucoup d’entre vous. C’est très amusant n’est-ce pas : vous voilà soumis à une gigantesque farce en croyant qu’elle est sérieuse. Vous êtes déguisés, maquillés, encombrés d’accessoires inutiles, et l’on vous propose de vous débarrasser enfin de tout ça pour entrer dans cette magnifique nef où la Fête, la Joie, le Paradis sont là… Et vous ne savez pas comment faire ! J’espère que vous pouvez en rire avec moi.

Il vous suffit de lâcher, il n’y a même pas besoin d’un vestiaire : vous pouvez faire un tas à l’extérieur, c’est un tas d’illusions.

Je sens que vous êtes perplexes, cela m’amuse. Je vais vous donner quelques indications, un ou deux « trucs »; mais à vrai dire, franchement, cela ne vous est pas vraiment nécessaire. Je fais ça parce que je sais que vous attendez quelque chose.

Première chose : je vous invite, très sérieusement et officiellement, à adopter ce balancement. Il s’agit de faire osciller votre corps dans la forme d’un 8 allongé, c’est à dire un symbole de l’infini dans votre langage mathématique. Mais nous sommes bien au-delà d’un symbole : ne vous laissez pas prendre dans cette croyance. Cette forme est une magnifique forme géométrique appelée un Lemniscate, qui est d’une puissance très certaine et qui vous permet d’informer chacune de vos cellules, non seulement physiques mais subtiles, et de vivre, via ce mouvement et sa codification (car il est codifié), la facilité d’un certain nombre de transmutations circonstancielles. Je dis circonstancielles car ce mouvement ne vous est pas inconnu, et vous l’avez déjà utilisé à de nombreuses reprises dans différentes situations, et c’est toujours dans des occasions de transmutation. C’est un mouvement régénérateur que vos traditions du mouvement connaissaient depuis fort longtemps. Donc je dis qu’aujourd’hui, il est codifié d’une certaine façon qui, elle, est d’aujourd’hui.

Ne croyez donc pas que je vous invite à refaire simplement un vieux mouvement, et même si c’était le cas, ce n’est pas le même mouvement.

Apprenez donc que pour entrer dans ce magnifique espace de Vie et d’authenticité, de Joie et d’amusement, dans le service et la proximité des vibrations authentiques que vous recherchez depuis si longtemps, il vous suffit d’accepter d’y entrer. Et vous avez beaucoup de mal, je crois, je le vois, même si un grand nombre d’entre vous sont en train de piétiner sur le pas de la porte en attendant les autres. Ceux là sont prêts à entrer.

Simplement, parfois, ils se lassent d’avoir disons « a faire la queue », comme si les portes étaient fermées alors qu’elles ne le sont pas. Vous pouvez entrer mes très chers. Je sais d’ailleurs que certains d’entre vous savent le faire. Il en est quand même un certain nombre qui viennent danser à l’intérieur, assez souvent, pas pour longtemps – et il est vrai que vous n’avez pas la possibilité de rester indéfiniment encore, cela est vrai : vous devez commencer par être de passage dans ce navire, cette nef, ce lieu, ce mouvement, cette Vie qui est véritable.

Mais plus vous y venez, et plus vous savez comment y rester. Et je peux même vous dire un secret : lorsque vous y avez séjourné, vous emportez avec vous, en vous, engrammée, la vérité de ce qui s’y produit, de ce qui y est, de ce que vous y êtes, de ce que vous y vivez; des magnifiques ensembles musicaux auxquels vous participez, et des danses innombrables dans lesquelles vous interagissez avec tous ces Êtres magnifiques qu’enfin vous retrouvez, mes très chers, et qui enfin vous retrouvent, avec tant de Joie partagée. C’est la fête des Cœurs, c’est la fêtes des Esprits, c’est la fête des Êtres. C’est la véritable Essence de ce que vous êtes appelés à être.

Pratiquez donc ce mouvement régulièrement mes très chers, n’hésitez pas, il vous porte, il vous informe, il vous délivre.

Je vais à présent vous délivrer comme je l’ai dit un ou deux « trucs » supplémentaires, mes très chers, mes aimés, mes amis, mes compagnons de fête.

Voici donc le premier :

message en langue Elohim

Cela étant fait, vous pouvez élever vos deux index à la hauteur de vos oreilles (mais pas contre vos oreilles), et la pointe de vos doigts va se connecter à ce que vous ne voyez pas, bien sûr, mais que peut-être vous savez entendre et vous permettra de lâcher beaucoup de vêtements. Plus vous ferez cela, plus vous allez vous débarrasser de vos oripeaux, mes très aimés.

Il y a en effet, à la pointe de vos doigts, un petit programme qui là, ainsi, se connecte à la vibration précise qui peut vous aider. On peut dire que c’est un petit jeu qui a été créé, fabriqué, mis en place, par une équipe dont je fais partie. Vous avez que nous, les Elohims, nous sommes extrêmement prolixes en programmes, en créations et en petits jeux, très utiles, très novateurs, très évolutifs.

Voilà. Ce petit truc, ne croyez pas qu’il soit dérisoire, il est tout à fait précis, travaillé, puissant. Les quelques phrases que j’ai prononcées avant, bien sûr, ne s’adressaient pas à votre mental – et c’est très important puisque votre mental fait partie des vieux habits que justement vous avez à laisser en tas. Et donc, même si la compréhension de ces phrases est pour vous tout à fait évidente, je sais, je ne plaisante pas ,  je précise que – cela est une parenthèse mais : que ce ne sont pas des défis qui vous sont lancés lorsque moi ou d’autres vous parlons dans ce langage là, bien au contraire. C’est toute tendresse, toute amitié, tout partage, toute connivence, tout accueil ! C’est juste votre mental et votre égo qui croient que c’est un défi. Cela est très amusant d’ailleurs : j’espère que vous serez capables de vous en amuser.

Je vais donc continuer.
Il y a un autre truc important :

Chant en langue Elohim

Je m’amuse beaucoup, je me réjouis de ces chansons que je peux vous transmettre. C’est donc là un ensemble de sons, extrêmement précis et tout à fait joyeux, et tout à fait ludiques, mais (je le répète) fort précis, qui installent encore un petit programme, mais oui ! mes très chers, mes aimés.

..Programme dont je ne vous donnerai pas d’explications car je souhaite véritablement que votre mental soit totalement exclu de la compréhension de ce programme ( hahah !) …Mais qui va vous être d’une grande aide, et même fort stimulant. Ça va vous pousser d’un grand mouvement intérieur pour pouvoir lâcher le maximum de vos bagages mes très chers, mes très aimés.

J’espère que vous allez donc enfin pouvoir entrer, même s’il y a la queue -mais ça c’est une pure illusion : il n’y a pas du tout la queue. Vous pouvez entrer absolument quand vous voulez, que cela soit clair. C’est vous qui avez créé cette queue pour vous raconter que vous ne pouviez pas entrer. Il est grand temps que vous puissiez la dé-créer, n’est-ce pas. Je compte sur vous : donc la voie est libre.

Ah ah ! Je vois que déjà beaucoup d’entre vous sont entrés, la danse commence, chouette ! Je me réjouis, je me réjouis, hmm !

…J’aimerais pouvoir vous donner le nom de ce navire, de cette nef, de ce vaisseau, de cet espace qui est vôtre. Je n’ai pas le droit de le faire aujourd’hui. C’est aussi, d’ailleurs, parce que ce nom viendra de vous. Je crois le connaître, mais je peux me tromper d’ailleurs, car il n’est pas créé, me dit-on.

Alleluia.

Je suis Oreon Eshta du Peuple des Elohims, et je me réjouis d’avoir été avec vous. Nous avons bien dansé, n’est-ce pas ? Je vous aime tellement. Je vous salue… Bye !

Alleluia.

 


 

via Christine Anne K. le 29/08/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eshtananda – n°10 – et Chant « Baume »

 

-lien pour écoute (vidéo) de cette canalisation : http://vimeo.com/27848304

-lien d’écoute du chant « Baume » qui lui fait suite  : http://vimeo.com/27848447

 

Brève introduction en langage stellaire

Je vous salue, Bien-Aimés, Frères et Soeurs amis de la Terre, créatures et créateurs. Me voici : Eshtananda, Elohim, créateur – ainsi que bien d’autres…

brève séquence en langage stellaire

Que la Joie s’imprime absolument, universellement, en vos nouvelles structures, lesquelles sont encore en cours d’activation. Ayez confiance en cela, ayez confiance en vos capacités d’exploiter et d’être tous ces nouveaux possibles qui sont désormais part intégrante de vous.

Les langues que nous employons pour vous parler ne vous sont pas inconnues, car à présent s’est ouverte en vous la faculté de les comprendre… N’élaborez pas de défenses mentales en croyant que ce sont de jolies petites séries de sons, inintelligibles et un peu folkloriques : cela n’est pas le cas, c’est la véritable langue que vous avez à entendre. Je vais néanmoins m’adresser à vous dans la langue habituelle qui vous permet de faire fonctionner vos capacités mentales et de raccorder mes propos à votre pensée ordinaire, et ainsi vous donne la satisfaction d’avoir mieux compris, enregistré et joui en vos personnes de ce qui vous est dit, mes Très Chers – et cela est important pour vous, nous le savons, en ce temps de transition. Nous nous réjouissons néanmoins que certains intervenants puissent à présent s’adresser à vous dans la langue authentique qu’ils ont besoin d’employer.

Il vous a été offert hier la beauté entière et simple du Grand Poème de la Création, et vos cellules à présent sont parcourues par cela. L’information s’est répandue en vous, et sachez que même elle irradie de vous. Cela est une joie partagée de tout l’Univers, pourrait-on dire. Les animaux de votre Terre également bénéficient de tout cela, et se réjouissent d’eux-mêmes en leurs cellules, en leurs corps, en leurs êtres, de ces nouvelles vibrations qui vous permettent à tous, habitants de la Terre, de partager à l’unisson ce que vous recevez, ce que vous devenez, ce qui vous guide, ce que vous co-créez, et ce qui vous porte en votre nouvel état en cours d’actualisation.

Nous avons créé certains circuits parfois depuis longtemps, car certains circuits créés depuis longtemps ont été, disons, mis en sommeil pendant les temps de la Matrice, et puis ont pu être remis en état ou réveillés progressivement tous ces derniers temps. (Je me réfère là à ce que vous appelez le passé récent – j’allais dire le passé présent, car à vrai dire, c’est cela qu’il faut dire)…Certains circuits ont été importés récemment dans votre structure -je me réfère là à ce que nous nommons vos nouveaux corps- et il vous a déjà été donné à travers nombre d’interventions de pouvoir contacter leur mise en pratique. Mais peut-être n’avez-vous pas encore intégré le fait que cette mise en pratique est destinée à être employée au quotidien, et non pas justement et seulement à l’occasion d’un petit exercice passager dans l’intimité de votre chambre! Je ne saurais trop vous inviter par conséquent à accepter de vivre ces actualisations dans votre présent, et les uns parmi les autres. Une simple acceptation et une simple intention sont suffisantes pour cela, à partir du moment où vous avez pu faire l’activation de ces fonctions. Et sachez même que tous ceux d’entre vous qui n’ont pas lu ou entendu directement ces interventions, bénéficient -de par le contact les uns avec les autres et de par le fait que vous êtes tous Un- ils bénéficient donc indirectement et par résonance de ces actualisations.

En revanche ceux-là, qui bénéficient indirectement, ont besoin également d’avoir l’information que je viens de vous délivrer, à savoir que ces extensions et ces actualisations de vous sont destinées à servir, et non pas à être regardées comme un bibelot posé sur la table. Il y a enfin encore, dans le présent et dans le présent qui va suivre très rapidement, de nouvelles actualisations – car nous suivons votre évolution; et en tant que co-créateurs avec vous, il est fort admissible et parfois bien pertinent ou nécessaire d’apporter encore de nouvelles améliorations ou mêmes quelques innovations. N’est-ce pas réjouissant, mes Très Chers ?

Soyez donc bien conscients que nous sommes, vous et nous, dans cet état quasi permanent de la co-création de vos nouvelles structures, de vos nouveaux corps, de vos nouvelles pensées, de vos nouvelles capacités, de vos nouvelles vibrations et de vos nouvelles co-vibrations.

séquence en langage stellaire

Je vais vous inviter en ce jour à ce que nous pratiquions ensemble, dans les instants qui vont suivre, la co-création et la mise en place d’un nouvel élément de votre composition de Lumière. Je ne vais donc pas vous l’appliquer, car il n’est pas prêt. Disons que j’ai travaillé à sa préfiguration, mais sa finalisation va être une collaboration avec vous, et c’est vous-même qui allez le poser ou l’intégrer dans votre propre structure (encore une fois, celle-ci étant partagée par l’ensemble de votre humanité). Je précise que cela concerne l’ensemble de vos nouveaux corps car, comme on vous l’a déjà dit, il y a plusieurs modèles  – ou plusieurs configurations, appelez cela comme vous voulez. Ce que nous allons faire aujourd’hui concerne donc l’ensemble et non pas une seule configuration.

Je vous demande à présent d’écouter attentivement ce que je vais vous dire dans la langue que vous comprenez..

(la sonnerie d’un téléphone retentit…)

Nous allons intégrer ce qui vient de se faire entendre…

Je vais donc à présent vous dire ce que j’ai à vous dire, et cela est la première programmation que vous devez entendre pour cette co-création. Prêtez-y donc une attention sans interrogation, car vous comprenez.

premier élément, en langage stellaire

Voilà, c’est donc le premier élément global du petit programme que j’ai préparé. Vous allez donc à présent laisser travailler votre intelligence circulaire pour simplement adapter ce programme créativement à vos corps. Je vous rassure : si vous faisiez une erreur, je serai en mesure de réparer le moindre dégât. Mais cela n’aura pas lieu, j’en suis sûr…

silence, intégration, co-création

…Cela se passe très bien, et nous allons envoyer un son via votre canal pour sceller cette première partie, d’ici quelques instants…

sceau sonore

Ma foi, je vous félicite ! A vrai dire, ce n’était pas gagné (pourrait-on dire). Je savais que c’était tout à fait faisable, mais sait-on jamais. Donc, bravo !

Nous allons donc, d’ici quelques secondes, aborder la suite… Voici l’élément suivant que j’ai préparé :

deuxième élément en langage stellaire

C’est à vous…

silence, intégration, co-création

N’oubliez pas, je vous prie, que vous fonctionnez en intelligence collective et non pas tout seul. Et j’ajouterai même : rappelez-vous qu’il vous a été communiqué très récemment la vibration de cette intelligence collective. Vous pouvez donc la recontacter.

…Je peux vous dire que vous avez des contributions extrêmement intéressantes de la part de personnes que vous jugeriez tout à fait inattendues dans cette collaboration.

silence

Voici à présent le son qui va sceller ce nouvel élément co-créé, et ce son va être reçu non pas de moi mais de l’intelligence collective :

sceau sonore

…Et voici le son d’Eshtananda pour compléter :

son complémentaire


…Nous allons marquer un petit temps de repos avant d’aborder la suite, et pour amplifier la qualité de ce temps de repos et d’intégration, je vais vous inviter à contacter dans votre mémoire, ou votre imagination, ou dans vos ressentis corporels mémorisés, le flux d’une rivière ou d’un fleuve coulant d’ouest en est.

Restez donc quelques instants dans la contemplation de ce flux – que cette contemplation soit plutôt visuelle ou plutôt auditive…

silence, contemplation


Je vais à présent vous proposer l’importation de l’élément suivant que j’ai préparé. Il sert, pourrait-on dire, à mettre en relation les deux précédents :

troisième élément en langage stellaire

Cela s’accompagne d’une forme que je vous invite à recevoir dans le silence, comme vous avez déjà reçu des formes en d’autres occasions. Cette forme est le support des éléments que nous avons co-créés. Faites donc appel à nouveau à votre intelligence collective pour employer avec moi cette forme dans l’architecturation des éléments précédents, fournis par moi et complétés par vous.

silence, réception

A ce stade, il nous faut établir un angle précis d’orientation du premier élément avec le second, à l’intérieur de cette forme. Je vous donne le chiffre de cet angle : 19.3°. Soyez bien attentifs à cela car l’harmonie entre ces éléments ne peut être négligée, et cet angle en est la garantie.

…Je perçois que cette notion d’angle perturbe certains participants de l’intelligence au travail. Je demande donc que soit effacée toute inhibition mathématique, toute inhibition intellectuelle concernant cette notion. Nous sommes au sein des Lois de l’Univers, et non pas sur une table d’examen, mes Très Chers : cela vous est naturel. Contactez donc en vous cette capacité et ne contactez pas vos incapacités. Je vous remercie.

silence, intégration

Je perçois que certains d’entre vous commencent à sentir la structure qui s’active et cela est bien, car par bio-résonance cela se communique à l’ensemble. Nous avons néanmoins un élément supplémentaire à y installer. J’attends quelques instants pour vous le fournir… Cet élément donc que je vais vous fournir va être fourni en très grande partie par moi. Vous avez simplement à y rajouter un son intérieur que vous allez, j’en suis sûr, co-créer de par votre intelligence collective. Le son que vous allez co-créer sera une sorte de quintessence de la multitude des sons qui seront proposés. Ne voyez donc là aucune difficulté particulière au niveau de votre personne, ou de votre Être, qui n’est pas isolé dans ce travail encore une fois.

Voici donc ce que moi, Eshtananda, je vous fournis :

silence

quatrième élément en langage stellaire

Votre intervention sonore, tel que je vous l’ai expliquée, va pouvoir se produire, mais attendez : je vous indique que ce son doit être originé par un certain point au bas de votre dos qui se trouve au niveau de la vertèbre 4 en remontant à partir du sacrum, et d’un point précis qui n’est pas un point physique mais subtil, qui est lié à cette vertèbre-là. Placez simplement l’intention d’émettre ce son intérieur, que vous n’entendrez pas avec vos oreilles ni avec votre voix, depuis ce point. C’est à vous.

silence, co-création

Je vais ajouter, par la voix de mon canal, un son harmonisant pour fluidifier la conjonction de tous les sons émis par votre intelligence collective :

son harmonisant

Voici venu le moment pour moi de poser le dernier sceau à ce travail. Je vous demande de bien relâcher votre corps physique pour cela et de concentrer intérieurement votre regard vers l’horizon, bien que vous ayez les yeux fermés.

dernier sceau sonore

Restez ainsi encore un petit moment, mais peut-être allez-vous commencer à percevoir subtilement un certain état… Accueillez donc cet état sans chercher à l’analyser… Sa simple acceptation consciente est suffisante pour son activation définitive.

silence


Je peux simplement vous dire à présent que ces éléments de structure, ce programme peut-on dire que nous avons co-installé ensemble et fini de co-créer en vous et pour vous a pour fonction, entre autres, d’affiner notoirement vos capacités de vous relier à l’intelligence collective et de produire via celle-ci des éléments structurants, efficaces, interactifs, qui trouveront leurs applications dans toute co-création que vous pouvez souhaiter mettre en oeuvre. Il a également quelques effets harmonisants sur certaines de vos fonctions subtiles, vibratoires, en particulier dans vos relations avec certains Frères et Soeurs galactiques, que vous ne rencontrez pas encore physiquement mais qui sont autour de vous; et cela en toute beauté, en toute fraternité, en toute intelligence partagée, en tout amour et en tout respect mutuel.

Je terminerai par ces quelques mots :

dernière séquence en langage stellaire

Je suis Eshtananda et je vous salue mes Bien-Aimés. Alleluiah

 – cette intervention est suivie d’un chant « Baume » d’harmonisation et d’intégration après cette programmation, en écoute seulement : http://vimeo.com/27848447

via Christine Anne K. le 07/08/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Questions/Réponses – n°30

 

 

-ceci fait suite à l’intervention d’Orionis (II) du même jour, concernant le système des cercles de l’intelligence collective, et ici nous sont fournies des recommandations pratiques de base pour cette transition de notre fonctionnement-

 

Quelle différence y a-t-il entre penser en rond et tourner en rond ?

Bien-aimé, il y a déjà la différence que « tourner en rond » est déjà une notion, je crois, désagréable. Penser en cercle (et non pas « en rond ») est un processus non linéaire, qui a été posé par l’établissement d’un certain nombre de lois posées dans un cercle il y a quelques jours par Kerim Hel Ak, intervenant Pléiadien en ce canal : sachez donc qu’il s’agit d’une dynamique extrêmement productive dans bien des états. Nous avons ici parlé de la pensée : penser en cercle n’est donc pas penser « en rond » mais penser de façon, disons, multi-entrées simultanées et non pas point par point.

…Il se peut, bien évidemment, qu’en pensant en cercle tu te mettes à tourner en rond – de même qu’en pensant linéairement tu peux te mettre à tourner en rond… Mais ce sont deux choses distinctes. Alleluiah

 

A cet instant, j’ai très mal à la tête et je me rends compte de la difficulté à utiliser ce fonctionnement en cercle… Y a-t-il des moyens de faciliter ce processus ?

Merci de cette question, bien-aimée, car elle est très utile.

Je crois qu’il  (vous) a été proposé par ailleurs l’usage du « Cercleur des voyageurs célestes », qui est un dispositif -un outil- très fonctionnel mais qui n’est certes pas à la portée de tout un chacun (ne serait-ce que par l’incompréhension de ce que pourrait être cet outil, qui va vous bloquer, du moins pour un certain nombre d’entre vous, car vous aurez l’impression de ne pas comprendre comment faire pour y accéder). Outre cet outil – qui est un outil pratiqué de longue date par les voyageurs célestes, justement, pour rentrer dans l’influence Pléiadienne en gardant la capacité de communiquer, d’interférer, de négocier et de parler même, voire de penser… Outre cet outil donc, je vais effectivement tenter de rassembler quelques conseils qui, j’espère, seront suffisamment productifs. Je parle sous forme hypothétique car il s’agit de la toute première fois que l’humanité se confronte, dans l’état actuel où elle se trouve, à ces nouveaux paramètres et même à ce nouveau paradigme qui va se créer. Par conséquent il n’y a pas l’épreuve expérientielle de l’efficacité ou de la non-efficacité de telle ou telle recommandation : nous allons donc donner des recommandations qui relèvent simplement du bon sens.

La première recommandation consiste à accepter d’avoir, soit un peu mal à la tête, soit – comme il a été dit plus haut je crois – un sentiment de bug mental, voire d’autres manifestations, que nous ne sommes pas en état de répertorier puisque, encore une fois, cela est nouveau. Accepter, donc, facilite bien évidemment tout processus, alors que résister rend les choses moins fluides et plus problématiques. Cela est du bon sens.

Deuxièmement, n’oubliez pas que boire de l’eau vous aide à faire circuler l’information et à, comme vous dites, « nettoyer » certains encombrements. Boire de l’eau est donc également un bon outil pour le fonctionnement du mental et pour le fonctionnement cérébral. Cela informe également votre corps physique du processus de fluidification qui se répercute au niveau de ces processus… Cela est une hypothèse que nous pensons avoir vérifiée à l’occasion de différentes observations.

Par ailleurs, le rythme de la marche est un excellent régulateur, qui d’une part vous pose effectivement, de par votre corps physique mais aussi au niveau de vos corps dits subtils, dans une sorte de pulsation, sous forme de ce rythme, qui engendre tout simplement circulation, réactivation, purification des circuits. Cela est également du bon sens. Et ce rythme de la marche ne croyez pas, bien sûr, qu’il favorise un fonctionnement linéaire même si vous marchez d’un point à un autre -vous n’êtes pas obligés de marcher en rond pour faire fonctionner votre intelligence en cercle!-… Ce rythme de la marche, donc, pose une sorte de rythme subtil qui… je ne sais pas comment le formuler… supporte avantageusement la libération de certaines formes et d’installations spontanées d’une mise à jour – et cela n’est pas nouveau dans votre fonctionnement : vous devez savoir par expérience que le fait d’aller marcher produit des mises à jour très simples en vous. Donc cela est identique.

Je ne peux pas vous affirmer preuves à l’appui que tout cela est totalement performant pour accompagner bénéfiquement et parfaitement ces processus mais cela ne peut être que bénéfique; et je vous invite vous-même à chercher, pour pouvoir les partager, d’autres aspects qui peuvent être utiles pour tous.

…Vous avez également, j’allais l’oublier, l’usage du miel : qui en toutes petites quantités permet l’installation vibratoire d’une outil très puissant qui est l’intelligence des abeilles et leurs connections subtiles multiples, ainsi que la relation à la grande beauté de la mathématique subtile qu’elles déploient dans leur travail. Cela est également un excellent produit, car de par cette intelligence des abeilles la possibilité de mise en cercle de votre pensée, de votre intelligence sera favorisée; car cette forme n’est pas inconnue des abeilles.

Il se peut que l’usage de certains sons vous aide. Je parle de certains sons que vous pouvez spontanément vocalement produire vous-mêmes et, pourquoi pas, de sons que vous pouvez produire avec certains instruments comme par exemple vos bols tibétains, certaines cloches de cristal, certains instruments dont je ne connais pas les noms mais qui appartiennent au florilège de vos beautés musicales vibratoires… Il est même bien possible qu’un violon puisse vous aider. N’oubliez pas que la musique, lorsqu’elle est belle et authentique, est une magnifique ressource : ne la négligez pas. Je vous demande simplement en ce cas de ne pas écouter de la musique de façon convenue et par des choix faits par votre mental, mais d’écouter ce qui va vous appeler, résonner, réjouir votre coeur et votre corps (et non pas nécessairement ce que vous avez coutume d’écouter pour des raisons culturelles).

 

Cette invitation au fonctionnement circulaire arrive dans une période où, par d’autres canaux, on nous informe que le cube est la forme géométrique parfaite… Faut-il y voir une contradiction, une divergence, ou y a-t-il une complémentarité sur d’autres plans ?

Il s’agit en effet d’une autre source d’information, bien-aimée. Ne voyez jamais contradiction ou divergence dans ce qui vous semble dissemblable. Cette forme cubique, je crois, a déjà été expliquée et nous ne reviendrons pas là-dessus en cet instant… Le fonctionnement de votre intelligence dans un plan circulaire ou dans une organisation circulaire est un tout autre aspect, qui ne peut entrer en divergence. Imagine que ce sont deux chaînes de télévision spécialisées qui ne parlent pas des mêmes sujets et dont les journalistes ne sont pas les mêmes : cela ne veut pas dire qu’il y ait conflit, ou qu’il y ait impossibilité de fonctionner avec les deux, n’est-ce-pas ? Je pense avoir suffisamment répondu.

…J’ajouterai cependant que tu peux par exemple inscrire le cube dans des cercles et inscrire des cercles dans n’importe quel cube : cela est la beauté, justement, à la fois du cube et du cercle, tu n’en disconviendras pas.

…oui, dans les crop circles, il y a beaucoup d’inclusions de cubes dans des cercles, justement…

Alleluiah !

 

 

 

via Christine Anne K. le 05/08/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Peuple Fourmis de Heja-Terre

 

Nous, Peuple Fourmis, peuple sacré et fondateur de nos oeuvres et réalisations, vous saluons, Amis de la Terre et de feu-eau-air-éther. Soyez conscients en vos corps et constructions intérieures des possibilités de déplacer et replacer des éléments, du feu, de l’eau, de l’air, de l’éther, de la terre -sachant que cet élément, que nous savons tant creuser et labourer, se subtilise et se fluidifie de plus en plus. Ishan Ouh’d Ellin’es Hij’n Et Ey Aga’l En’neza Hej.

Acceptez intérieurement de déconstruire, de recomposer, de venir à bout de cette recomposition « divine » en toute beauté et travail intérieur. Nous savons les lois de la déconstruction et du passage et vous les transmettons en ce message. Enaj’al Tonna He Ando’es Ezül Tag’o L.

Avec tout notre Amour, dans l’oeuvre infinie et le Service de l’Un-Source de Tout. Agash All. Alleluia

 

 

via Christine Anne K. le 06/08/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Questions/Réponses – n°27

 

 

 

Quelle est la définition d' »esprit », que vivent et traversent nos esprits ?

« Esprit » ici désigne la part inaliénable et subtile, intègre et non incarnée, porteuse de l’intelligence/étincelle « divine » et non aliénée par un quelconque système de croyances….Par ailleurs tous les esprits vivent et interagissent avec ce qui est et évolue, et il peut leur arriver très normalement d’être influencés par certaines interactions ou configurations (…) et cela également dans certains cas de distorsions – lesquelles sont réversibles au niveau esprit, mais peuvent ou ont pu créer des lésions sur l’âme, l’émotionnel, le mental…-

 

Quelle est la relation entre âme – Être – esprit ?

L’esprit est à l’Être ce que l’âme est au corps.

 

Quelle est la distinction entre l’Être, l’âme et corps ?

Votre Être est votre Vérité entière et indivisible, originelle. Âme et corps sont ceux d’une certaine incarnation.

 

Nos noms « célestes » sont-ils ceux des esprits, des êtres… ?

Des êtres. Vos esprits n’ont pas de noms, mais sans eux vos êtres n’existent pas.

 

Les esprits sont-ils distincts, ou un seul ?

Distincts, mais un au plan de l’Un.

 

A-t-on des esprits individuels ou un esprit collectif ?

Esprit n’a rien à voir avec individu, ni avec collectif.

 

Les Êtres sont-ils éternels ? Naissent-ils, se transforment-ils ?

Bien-Aimés, un Être est une Lumière, une vibration définie et unique, une forme; et au sein de cette forme est ce que vous appelez conscience, intelligence, caractéristiques de corps, tonalités, codes « génétiques » et de comportements, et d’autres choses encore… -Tout ceci pour mieux définir de quoi ou de qui traite la question.

Tout Être est dans un éternel Présent, plutôt qu' »éternel » (mot qui souvent pour vous connote une durée sempiternelle) et à ce titre il n’y a pas de limite particulière, de type cycle de vie, à son état et à son existence dans le déroulement des événements, qui constitue pour vous « le temps »… Dans cet éternel Présent se déroulent bien évidemment des événements. L’Ascension de votre planète et de votre système solaire en est un exemple, et dans cet exemple vous ne nierez pas qu’il y a un déroulement et une inscription dans des configurations événementielles cosmiques, tel le mouvement de votre galaxie sur elle-même, et d’autres.

La vie d’un Être, au sein de ces configurations-type, ou d’autres non décrites, est donc en phase avec certains événements ou chaînes d’événements -ce qui pourrait paraître un paradoxe révélant à vos yeux l’évidence d’une forme du temps, alors qu’il y a éternel Présent…Laissons être cet apparent paradoxe car je sais que bon nombre d’entre vous ont déjà contacté -par intermittences pour la plupart- ce vécu de cet éternel Présent, où la question et le paradoxe exposé se diluent totalement…

Maintenant, hors de ce paradoxe et dans la Beauté absolue et « parfaite » de cet éternel Présent; entre autres interactions -événementielles ou continues- un Être de polarité mâle et un Être de polarité femelle peuvent, par leur interaction et par implication d’une fusion (brève en principe) engendrer un nouvel Être. Ainsi, il y a ce que vous nommez naissance…

La vie d’un Être relève d’un processus d’évolution, elle n’est pas statique  -à part pour certaines catégories d’Êtres dont c’est précisément la nature-…  Dans ce processus, il peut se produire -parfois- une ou plusieurs transformations : transformations d’état, de corps, d’intelligence… Transformation signifie bien passage d’une forme à une autre forme et d’un état à une autre état. Certains Êtres ont cette possibilité, ce programme, peut-on dire… De telles transformations interviennent dans le cours d’un processus évolutif plutôt groupal qu’individuel, ou pour les besoins d’un certain événement ou création complexe. Quand je dis événement, prenez cela davantage au sens mathématique ou musical, qu’au sens perceptuel que vous pratiquez et qui s’inscrit dans une occurrence physique et temporelle de 3ème dimension.

La naissance d’un Être est un instant magnifique, la transformation d’un Être également, en général.

 

Le terme « transformations » inclut-il des transmutations ?

La transmutation d’un Être est un événement cosmique !

Transformation veut dire passage d’une forme à une autre, d’un état à un autre, d’une fonction ou d’une attribution au sein d’un groupe, à une autre (ce qui est un changement de forme : ne prenez pas « forme » comme contour ou silhouette : c’est aussi résonance, placement, rythmes, habitat…). Transformation n’est pas simple changement, il y a abandon et lâcher d’une forme avec sa complexité d’attributions, pour une nouvelle, qui généralement se crée – ce n’est donc pas une permutation non plus d’un état A à un état B, mais disons un passage de A à A’, A’ étant généré par A…

Transmutation implique changement de nature intrinsèque, c’est donc au-delà d’un changement de forme ou d’une transformation. De ce fait, la transmutation est un événement non seulement irréversible mais où toute la composition intrinsèque de l’Être – matérielle, fréquentielle, formelle-architecturale, résonatoire, fonctionnelle, locale (avec ce qui caractérise une localisation : dimension par ex. ou système solaire, etc…) – est transmutée. Ainsi Orionis est devenu une espèce d’hyper-système galactiforme et son intelligence s’est hyper-déployée tout en conservant ses mémoires et liens, mais sur de nouvelles boucles fréquentielles (formulations adaptées à votre lexique).

 

L’idée de disparition, dans l’ascension, des corps et de l’environnement matériel (telle qu’annoncée par certaines canalisations) est à comprendre comment ?

…Question de fond, car les croyances sont affolantes en ce domaine. Vos corps humains sont en pleine évolution avec, comme vous le savez, nouveaux programmes, nouvelles fonctions, ce qui n’est pas fait pour disparaître purement et simplement. Ce qui est appelé à (et est déjà en voie de) disparaître ou de ne plus être, c’est le vieux modèle…

Je sais que votre question est centrée sur le devenir du corps dit physique, disons d’ailleurs le véhicule (composé de nombreux aspects non de chair, en sus de la chair que vous connaissez)… Le corps de chair du véhicule est un gros bout du vieux modèle, avec surtout toutes les croyances et attachements liés à lui : on est en plein vieux modèle… Et un vieux modèle, ça finit au placard ou bien à la déchèterie ou à l’Armée du Salut; sachant que le placard permet de s’en détacher sans déchirement, pendant que le nouveau modèle agréable et neuf, multi-performant, est adopté…

Disons qu’actuellement et selon les individus, vous en êtes à l’essayage des nouveaux modèles. Certains les adoptent déjà « à la maison » mais ne sortent pas toujours avec, par souci de rester fonctionnels au sein des vieux modèles encore si répandus ; certains sont juste en train de les essayer à peine, ou de ne pas comprendre encore leur nécessité… – La métaphore (des vieux et nouveau modèles) n’est pas si simpliste, elle est très explicative, c’est très comparable.

Par conséquent, il est un moment où les vieux modèles, les corps 3D, vont perdre toute raison d’être employés puisque les nouveaux corps seront parfaitement opérants. En clair, vos corps physiques et vos véhicules sont en train de traverser ce processus de substitution, au rythme et à la vitesse qu’impose, disons, le consensus planétaire…

Vue sous cette perspective, avouez que votre question est devenue un peu plus sans objet au regard du stress qui s’y dissimule, n’est-ce-pas ? …Eh bien votre environnement traverse un processus comparable, puisque la planète et ses habitants sont très intimement et biologiquement liés.

…Ce qui est réellement important, c’est de reformuler la question en termes de fin de l’illusion, car vos corps et votre environnement matériel étant des illusions (auxquelles certes vous êtes fort accoutumés et encore dépendants, comme pour « manger » par exemple), la disparition de l’illusion va de pair avec la mise en action des « nouveaux corps » qui ne sont pas en principe illusions mais vérité. Le « passage de conscience » à ce niveau est un aspect délicat sans doute du processus… Lorsque la conscience véritable est entièrement établie, la conscience de l’illusion peut aller au placard et même au recyclage absolu. Là est aussi la simplicité et la vérité de la réponse à votre interrogation.

 

 

 

via Christine Anne K. le 12/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Ashtir – n°7

 

 

 

Alleluiah ! Bien aimés Fils et Filles de la Terre, Fils et Filles de la Source, Fils et Filles de toutes vos lignées célestes; je suis Ashtir, Elohim, Maître-ès-formes, vous me connaissez bien. Je vous connais aussi.

Me voici parmi vous en ce jour, fixé par moi et par mes auxiliaires de communication, pour vous exposer ainsi qu’à mon habitude (dans mes façons qui sont parfois déroutantes mais qui vous permettent d’activer certains circuits : disons plus « frais » que vos circuits habituels de compréhension) : un certain nombre de choses – je dirai « choses » pour le moment.

Nous allons donc jouer avec une première chose. Qu’est-ce que c’est qu’une chose ? C’est quelque chose d’informe, de non défini, mais qui est là. Cela désigne tout : que ce soit matériel, que ce soit pensé, que ce soit subtil, que ce soit justement indéfinissable, vous dites chose. Eh bien nous allons « choser« .

Je vais m’appuyer un petit peu sur les choses que notre ami Keznoar vous a transmises, et particulièrement en matière de formes puisque c’est mon domaine de prédilection. Ainsi Keznoar Nd Hey Az’k -vénéré représentant des Hautes Consciences Galactiques que j’honore et respecte absolument- vous a envoyé un certain nombre de choses. Que sont ces choses ? Elles sont faites, dirai-je, d’une part pour que vous les receviez, d’autre part pour que vous les emmagasiniez dans vos boîtes à choses, mais pour que vous en fassiez quelque chose.

Qu’est-ce que vous allez pouvoir en faire ? Vous pouvez jouer, sans savoir ce que c’est. Vous pouvez les assembler, les trier, les empiler, les disposer dans des formes d’agencement de votre choix. Vous pouvez les faire rouler. Vous pouvez même essayer de les manger. Vous pouvez les ranger sur des étagères…Mais tout cela fait partie de vos petites opérations de gestion de votre espace : cela n’est pas leur seule destination!

Ces formes donc, complexes et mystérieuses, que votre mental même ne sait absolument pas envisager dans leur véritable envergure (et votre mental s’en est aperçu, je n’en doute pas), sont de magnifiques préludes -architecturaux en particulier- à tous les programmes que votre futur, quel qu’il soit, peut déployer.

Vous avez en quelque sorte des formes qui sont un peu repliées sur elles-mêmes, un peu mises en boule -un peu comme ces éponges déshydratées qui prennent la forme de ceci ou cela et qui, quand vous les mettez dans l’eau, redeviennent une belle éponge, libre… Voilà, ces formes sont donc un peu… non pas déshydratées, mais préparées dans un compactage qui vous permet de les mettre sur vos étagères sans qu’elles coulent…Pardonnez-moi, je m’amuse, mais cela m’est absolument nécessaire, et cela vous est également nécessaire… Car bien sûr ces formes peuvent couler : couler au sens de perdre une partie de leur substance si vous ne les rangez pas exactement dans les meilleurs conditions -c’est-à-dire si vous les laissez traîner quelque part, au soleil ou à la pluie, sans vous en occuper.


…Voici donc une chose – et je prends là l’une des formes que notre ami Keznoar ND Hey Az’k vous a transmises : je la tiens; je vais souffler dessus… Bing ! Elle s’ouvre un peu d’un côté, ou de l’autre. Ô merveille : voici qu’elle révèle des choses qui me plaisent beaucoup ! Si j’étais un enfant en train de jouer, je me dirais que c’est magique -et même en tant que vieil Elohim je suis ravi- et Dieu sait que j’en ai vu des formes, que j’en ai créées, que j’en ai architecturées, que j’en ai enseignées; que j’en ai détruites aussi (ou disons : recyclées, plus exactement) lorsqu’elles ne sont pas suffisamment correctes ou opérantes, ou adaptées…

L’intérêt de ces formes telles que Keznoar Nd Hey Az’k vous les a données, c’est qu’elles ne sont pas encore adaptées mais qu’elles sont parfaitement adaptables, et adaptables pas à une seule opération ni à une seule situation, mais adaptables dans des configurations assez nombreuses, pour ne pas dire très nombreuses. Elles sont donc d’une utilité tout à fait exceptionnelle et importante, comparée au type de matériel que vous avez l’habitude d’utiliser sur votre planète (et qui même dans ses hautes technologies est généralement tellement spécialisé qu’il ne sert plus qu’à une seule opération dans un contexte extrêmement cadré, défini, et ne peut plus être parfois manipulé que par un ou deux individus seulement, dans les cas les plus extrêmes de la recherche scientifique)… Nous avons ici un tout autre type d’objet ! -j’abandonne le mot « chose » pour le moment.

Je reprends donc mon exemple : je tiens cette forme dont je vous ai parlé. Je viens de souffler dessus et elle s’est un peu ouverte, comme un insecte qui ouvrirait ses pattes ou ses ailes lorsqu’il se réveille à votre toucher. Et puis, je vais l’écouter pour voir si elle dit quelque chose ou si elle chante quelque chose : je vais tendre mon oreille et je vais entendre. Je vais alors peut-être avoir envie d’ouvrir un peu plus ce que me réserve cet objet qui est encore non déployé, qui ne révèle pas encore tout ce qu’il cache ou tout ce qu’il propose… Lorsque je l’ai ouvert davantage, je vais commencer à l’observer en me disant : « hum, ça me fait penser à quelque chose que j’aimerais faire… Et si j’essayais d’employer cet objet, cette forme, dans la situation que précisément j’ai envie de créer, avec quelques amis, ou seul…Tiens, tiens? « … Je vais m’atteler à cela et je vais entendre ce que me dit cette forme : je vais donc me faire guider par ce que me dit cette forme, qui va me proposer de la structure, des circulations, des systèmes de polarités, des circuits de circulation d’informations qui sont déjà disposés d’une façon fort intelligente et efficace.

Et puis je vais aussi écouter ce qui me pousse à vouloir créer cette situation, en partant des données extérieures à cette forme; que je suis en train de trier, d’accumuler et de réfléchir avec ma pensée créatrice. Après, pourrait-on dire : vous prenez un shaker, vous agitez le tout et vous voyez ce qui sort. C’est une image certes dynamique et amusante mais qui ne suffit pas; néanmoins il y a de cela, car vous avez à mélanger et à ne pas véritablement contrôler les opérations détaillées de ce mélange. Il y a une part d’auto-organisation des données, qui justement est possible du fait de certains programmes que contiennent ces formes qui vous sont proposées.

Sachez néanmoins que ces formes n’imposent absolument pas un certain résultat : elles sont des matrices qui offrent comme je l’ai dit une structure fort intéressante et des possibilités de circulation des données et des polarisations, mais elles restent… je cherche le mot, cela n’est pas « auto-créantes »… elles restent à la disposition de ce qui se crée, et elles vont s’y adapter à un certain stade; ou bien elles vont être adaptables par vous…C’est-à-dire que vous pourrez exploiter au mieux de votre projet ce que cette forme vous propose, mais vous ne serez pas prisonnier dans votre projet des structures prévues intégralement dans cette forme -qui justement vous offre un certain nombre de possibles que vous pouvez combiner de plusieurs façons, et même avec lesquelles vous pouvez créer de nouvelles combinatoires. N’est-ce-pas merveilleux !? Je vous invite donc à prendre bien soin de votre petit panier de choses –et à ne pas les laisser traîner ni au soleil, ni sous la pluie, ni trop longtemps au frigidaire…

Je ne vais pas traiter l’ensemble des sortes de données qui vous ont été délivrées par ce vénéré ami Keznoar Nd Hey Az’k car les vibrations compactées qui se trouvent dans d’autres éléments de la transmission n’ont pas à être « dépactées » par moi : ce sont des données plus scientifiques qui ne sont pas exactement du domaine dans lequel j’excelle. Vous aurez peut-être l’occasion -je ne sais pas- d’avoir quelques révélations à ce sujet, mais je crois qu’il vous a été dit déjà quelques explications et commentaires, qui peuvent déjà vous convenir.

Je vais donc maintenant reprendre mon jeu avec les choses quelques instants. Imaginez donc que vous êtes une chose… « Ciel, me direz-vous, je suis un Être ! Je ne suis pas une chose ! » Bien sûr, vous répondrai-je : imaginez simplement que vous êtes une chose. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que vous pouvez changer de forme !… Je vous en avais déjà parlé dans l’une de mes toutes premières interventions, où je vous ai montré que je changeais de forme. Sachez que vous avez cette possibilité en tant qu’Être : donc le fait d’imaginer que vous êtes une chose peut vous aider justement, dans une phase de gestation d’une forme, ou de transition entre deux formes, à justement ne plus avoir de fixation sur une certaine forme mais à rendre possible toute nouvelle forme. Et de même que les choses-formes fournies par notre ami dont je vous ai parlé, se déploient de façon inattendue et révèlent ce qu’elles ont à révéler, dans des configurations qui sont variables comme je viens de vous l’exposer, de même, en tant que choses vous pouvez vous déployer dans de nouvelles configurations de formes.

Qu’est-ce que cela signifie pour un Être d’avoir une forme et de changer de forme ? D’abord un Être ne peut pas être sans forme, c’est un non sens. Après, bien sûr, vous pouvez adopter en tant qu’Être la forme d’un brouillard extrêmement diffus si cela vous fait plaisir, et à ce moment-là vous pourriez jouer à dire intellectuellement que vous n’avez pas de forme… Mais ce brouillard extrêmement diffus est une forme en lui-même, qui a même ses contraintes, croyez-moi. Vous pouvez également, ainsi que je l’avais dit je crois une fois, prendre la forme d’une Tour Eiffel, ou d’un ballon, d’un cube, d’un animal, d’un multi-polyèdre extrêmement complexe… Je crois que je vous ai déjà raconté tout ça une autre fois.

Je vous invite aujourd’hui plus particulièrement à vous intéresser à ce passage par l’état de chose, chose indéfinie, qui n’est pas pour autant (bien évidemment) une destruction ni une négation de ce que vous êtes. C’est simplement un jeu avec le changement de forme, qui temporairement va passer par cet état non déployé, indiscernable : et cela peut vous aider, croyez-moi, à faire certains passages dimensionnels. Passer d’une dimension à une autre implique généralement, et à vrai dire toujours, une transition vibratoire importante -et parfois dérangeante, du moins très temporairement… Et le fait de savoir abandonner sa forme initiale avant ce changement, pour récupérer harmonieusement et créativement sa nouvelle forme dans la nouvelle dimension, est bien agréable -croyez-moi- plutôt que de se sentir concassé alors qu’on ne l’a pas prévu. De ce fait, le mot chose est extrêmement intéressant car tout est possible avec une chose.

 

Je vais donc vous proposer un petit exercice pour vous chosifier quelques instants. « Ciel, me direz-vous, je ne veux pas disparaître » – mais vous n’allez pas disparaître, et vous n’allez pas non plus être abîmé : vous allez au contraire en retirer un regain d’énergie, je vous l’annonce déjà.

Vous allez donc recevoir en silence d’une part un peu de sons qui vont vous aider… Et d’autre part je vais vous demander de pratiquer un abandon intérieur et extérieur de la structure de votre corps, en tant qu’elle vous fait tenir dans une certaine forme… Il se peut donc que vous vous mettiez à remuer pour vous dégager de cette forme. Je vous rassure, votre corps physique tel que vous avez l’habitude de le chouchouter ne va absolument pas être endommagé et vous ne verriez aucune différence si un observateur  extérieur vous regardait. Nous sommes à un niveau plus subtil.

Voilà… Donc il y a un abandon et une chosification de votre structure corporelle qui est en train de se présenter, et d’être acceptée – et avouez que ça chatouille un peu… cela n’est pas du tout désagréable… Vous pourriez imaginer, pour vous aider, que vous allez être quelques instants une sorte de boule de pâte (pâte à tarte, pâte à modeler, argile, prenez ce qui vous plaît). L’intérêt c’est que cette boule peut être posée, roulée, un peu cabossée, sans que sa matière n’en soit ni destructurée ni affectée, mais aussi sans que la moindre forme ne s’impose pendant un certain temps.

Je vous laisse vous abandonner davantage…

J’espère que vous sentez un certain ramollissement de vos enveloppes, un grand surcroît d’élasticité et de fluidité qui a envahi votre série de corps subtils – sans pour autant les détériorer, je le redis, puisque nous faisons un jeu et que vous avez cette capacité de changer de forme. Dans quelques instants, vous allez être sans doute à point dans la chosification…

…Je vous laisse vous pétrir vous-même en imagination un petit peu, si vous voulez, ou laisser votre corps épouser cette possibilité de pétrissage. C’est un pétrissage créateur, vous n’allez pas être mangé !

Nous allons maintenant activer un point d’assemblage qui se trouve à quelques centimètres au-dessus de votre nombril et qui va symboliser la possibilité du changement de dimension. C’est réellement un point d’assemblage multi-dimensionnel.

Vous êtes donc en train, en appuyant sur ce point et grâce à votre chosification, de jouer à un changement dimensionnel qui se passe donc fluidement… Avouez qu’il n’y a aucune gêne à cela, peut-être un petit sentiment d’inconnu, mais beaucoup de sécurité. Vous allez ensuite, de la même main si possible, toucher un point qui se trouve à peu près à la distance d’un doigt au-dessus -qui donc va être à peu près dans le creux intercostal, grosso modo au niveau de votre plexus solaire. (Je vous laisse trouver la place de ces points vous-même, car chaque corps physique a ses petites distances individuelles.) Une fois que vous avez trouvé le deuxième point, vous allez lâcher le premier, et là : restructuration – vous devez le sentir tout de suite….

Nous n’avons évidemment pas fait le projet d’un changement de forme précis, et je ne vous ai pas proposé de vous transformer en Tour Eiffel car vous seriez bien embarrassés à l’arrivée. Donc vous retrouvez simplement votre forme originelle : sentez comme vos corps se restructurent avec fraîcheur… Sentez qu’un surcroît de lumière s’est produit en vous.

Vous lâcherez le point quand cela sera approprié pour vous. Je vous conseille de maintenir la pression quelques instants pour que cette restructuration et cet afflux d’énergie soit à leur qualité optimale.

Voilà, mes chères choses (comme on dit en anglais). Je suis bien content de vous avoir enseigné ce jeu extrêmement vital et je compte sur vous pour en tirer profit.

Vous n’êtes donc à nouveau plus des choses mais vous êtes vous-mêmes, dans votre forme habituelle – sauf si quelqu’un parmi vous avait décidé un changement de forme : j’espère en ce cas qu’il est réussi… Si jamais vous avez un changement de forme qui est raté, c’est réversible : vous refaites la même opération tout simplement, d’accord ? Avec un projet qui tient la route, si possible – d’où l’aide, aussi, des structures qui ont été délivrées à travers les formes nombreuses et complexes de notre ami des Hautes Consciences Intergalactiques.

Je vous salue. Je suis Ashtir, Maître-es-formes, Elohim.

 

 

 

 

via Christine Anne K. le 5/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Questions/Réponses – n°26

 

 

-ces questions font suite à l’intervention n°4 de Keznoar Nd Hey Az’k –

 

Nous avons, mandaté par Keznoar Nd, un intervenant qui est prêt à répondre à quelques questions éventuelles concernant ces transmissions, entre autres, et éventuellement d’autres aspects, si leur pertinence s’inscrit dans le cadre de cette intervention. Le nom de cet intervenant est Toulan Euz de Shilla’h Outt – c’est un être d’une galaxie éloignée qui appartient au système intergalactique auquel il a été fait référence, et qui est accoutumé à la fréquentation de notre planète Terre.

Je vous écoute.

 

J’ai constaté qu’il y a une différence entre un son entendu dans l’oreille et une vibration perçue. Puis-je avoir quelques explications, puisque le son est vibration et que ce sont en effet deux perceptions très différentes : peuvent-elles aussi s’unifier ?

Chère Soeur de la Terre, votre corps physique a ses perceptions auxquelles s’ajoutent les perceptions de vos corps plus subtils : cela déjà implique une certaine complexité d’analyse. Nous dirons que les vibrations sont perçues par l’ensemble de vos corps, qui répercutent l’information soit à votre corps physique directement, soit à une sorte d’étage intermédiaire qui les répercute en certains points seulement de votre corps physique… Cela dépend des individus, n’est-ce-pas.

La perception des sons par vos oreilles s’inscrit bien davantage dans votre corps physique en premier lieu. Cependant, elle affecte également un certain niveau de ce que vous appelez vos corps subtils. (Je ne vais pas là me référer à votre typologie culturelle des corps subtils telle que vous l’avez employée -et tout spécialement au cours du siècle dernier- car c’est une convention qui vous a été utile mais qui n’est pas véritablement opérante dans la configuration qu’actuellement nous observons, et également de notre point de vue. Par conséquent je m’excuse de ne pas désirer employer le nom des corps subtils que vous avez coutume d’employer, cela n’est pas très pertinent pour ma propre rigueur scientifique et je ne tiens pas à entretenir davantage des illusions à ce sujet.)

J’ajouterai, pour tenter de répondre encore un peu plus à ta question, que donc la perception des sons peut constituer une sorte de pont entre ce niveau subtil -que je viens d’évoquer sans savoir le nommer correctement pour vous- et certains récepteurs de votre corps physique; et que cela est fort intéressant car justement vous avez aujourd’hui la capacité de développer cette écoute intérieure de sons que vous n’entendez pas, tel que cela vous a été enseigné (je crois il y a quelques jours, ou peut-être même hier, je ne sais plus). Voilà, j’arrêterai ma réponse à cet essentiel.

 

…J’ai l’impression que le son « remplit » plus que la vibration ? Est-ce justement une perception du corps physique ou des corps subtils ?

Chère Soeur de la Terre, cette question est fort intéressante et je découvre là une information sur vos perceptions. Je ne peux t’offrir de réponse générale et scientifique. Il se peut que ce soit une impression personnelle liée à ce que tu fais interagir entre ton corps, ton mental et ce qu’il peut rester de tes émotions; il se peut aussi que cela soit une réalité. Mais en tout état de cause, la formule « remplir » me parait très subjective, même si pour toi – je n’en doute pas – elle a toute sa réalité. Je ne peux donc généraliser et je m’en excuse. Je mettrai ce point en observation.

 

Dans toutes ces transmissions de Keznoar, et concernant particulièrement ces séries de mots : puis-je avoir un commentaire pour comprendre un peu mieux la différentiation entre les séquences sonores, les transmissions de formes, et puis cette transmission un peu étrange de mots dont certains semblent venir de notre langue et d’autres de langues inconnues ?…

Chère Soeur de la Terre, je te remercie de cette question, qui effectivement peut apporter un élément supplémentaire de clarification et d’illumination à ce qui s’est déroulé. Je crois que Keznoar vous a indiqué que ces mots sont des paquets de données condensées, et je ne le contredirai pas, bien évidemment. Il ne s’agit pas du tout des mêmes sortes, des mêmes formes, et des mêmes niveaux de données que celles qui sont transmises par les séquences sonores. Par ailleurs, elles sont effectivement -comme vous dites dans votre langage des ordinateurs- compactées; et la mise en forme au moyen de ces mots,  ou de ces espèces de mots, a semblé fort commode et fort efficace à ceux qui ont opéré ces compactages. Cela donne des paquets de données faciles à transmettre par la voie sonore, ainsi que par la voie mentale et visuelle, ce qui est un grand avantage – car ces mots, nous le savons, sont autant entendus que lus, et l’impact visuel des lettres qui les constituent a toute sa valeur en tant que (comme vous appelez cela) ondes de formes. Voilà la raison de ces mots.

 

Ces outils subtils transmis par Keznoar sont-ils immédiatement opérants, dès leur transmission, et j’ai envie de demander sur quels plans, puisque la conscience mentale peut ne pas en être informée ? Sont-ils aussi opérants chez ceux qui n’ont aucune perception vibratoire, pendant et après, de ces outils transmis ?

Chère Amie et Soeur de la Terre, l’ensemble de ces transmissions est totalement opérant quelles que soient les conditions de transmission. Je ne suis pas autorisé à expliquer en détail les différents circuits collectifs par lesquels cela est opérant; mais cela n’est pas opérant simplement au niveau personnel et, bien évidemment, ce n’est pas fait pour que votre mental y comprenne grand chose et s’en empare (sans pouvoir en faire quoi que ce soit d’ailleurs). La question de savoir si le niveau des perceptions vibratoires intervient n’est pas pertinente au regard de ce que sont ces transmissions. Cela est donc peut-être, j’espère, un élément rassurant dans ma réponse – si tant est qu’il y ait nécessité d’être rassurant, ce qui n’est pas ma place. J’espère avoir donné les éléments suffisants dans cette réponse.

 

Au cours des transmissions de formes qui se font donc dans le silence et la vibration, est-ce qu’il est attendu qu’il y ait visualisation par les personnes qui reçoivent ces vibrations de formes? En ce cas, est-ce que ces visualisations sont importantes et prévues dans une certaine forme par ceux qui ont préparé ces transmissions ? Ou ces visualisations sont-elles libres ? Ou est-ce qu’aucune visualisation n’est attendue ?

Bien aimés Frères et Soeurs de la Terre, votre capacité à visualiser, nous la connaissons et nous savons qu’elle est très variable, néanmoins, d’un individu à l’autre. Il n’y a donc pas nécessité dans la réception de ces transmissions d’une performance précise en visualisation – qui signifierait qu’automatiquement, pour avoir reçu la transmission, il aurait fallu réussir l’examen de visualiser parfaitement une forme dans toute sa complexité et son exactitude… Bien évidemment que non, puisque cette transmission est vibratoire (ou alors nous vous offririons des petits dessins, ou des grands…)

Par conséquent cette question est fort intéressante, car il importe en effet de clarifier cette interrogation qui peut susciter un peu de confusion mentale. Il y a certes dans ces transmissions de formes le matériau qui peut susciter, chez chacun, des éléments de visualisation; mais encore une fois il n’y aura pas échec ou réussite d’une visualisation pour avoir intégré la forme : celle-ci de toute façon est transmise et intégrée dans son aspect vibratoire. Et il ne s’agit pas d’avoir reçu ces formes, ni pour pouvoir les dessiner, ni pour pouvoir mentalement en faire usage d’une façon analytique ou quoi que ce soit… Donc soyez en paix : visualisez ou ne visualisez pas, tout est bien.

…Votre cerveau possède plusieurs niveaux de capacité de visualisations, et nous cherchons globalement pendant ces transmissions à toucher les niveaux les moins imagés dans vos capacités de visualisation. Et ceux qui effectivement ont des éléments de visualisation reconnaîtront sans doute que ces éléments -paradoxalement- sont sans couleurs ni formes et sont indescriptibles, et relèvent tout autant d’une perception vibratoire avec ses aspects kinesthésiques, que réellement d’une image telle que, par ailleurs,  vous pouvez en d’autres circonstances en élaborer intérieurement de par vos capacités cérébrales. Il ne s’agit pas à vrai dire des mêmes zones du cerveau. Je pense avoir donné une réponse suffisante.

 

Peut-on avoir un peu plus d’explications sur les cercles, ont-ils une fonction symbolique par exemple, sont-ils présents dans notre corps?

Chère Soeur de la Terre, je crois que Keznoar a bien déjà expliqué que ces cercles correspondaient à l’activation d’un programme, et que vous pouviez répéter l’exercice. Je peux vous dire que l’emploi de cette forme suggérée par visualisation -par véritable visualisation, contrairement à ce qui vient d’être dit- n’est pas exactement un symbole, mais une commodité… Il n’y a pas réellement de cercles dans votre corps correspondant à ce que cette visualisation met en jeu, c’est bien plus complexe que cela : car bien évidemment, la mise en rotation de ces cercles correspond réellement à quelque chose qui s’inscrit, non pas dans votre corps physique mais dans certaines couches subtiles, et en particulier dans un programme qui appartient à ce que vous appelez vos nouveaux corps. Par conséquent, je ne vois pas quelle explication davantage apporter à cela…

Il vous est beaucoup plus suggéré d’accepter simplement la bonne nouvelle que c’est un programme que vous pouvez activer, et je pense que c’est déjà largement intéressant en soi. Sachez d’ailleurs que ce programme n’est pas non-activé si vous ne répétez pas l’exercice : vous êtes libres de le répéter ou de considérer que cela a suffi. Et comme (je reprends une des questions précédentes) cette activation de programmes, certes, se fait lorsque vous entendez ou lisez cette transmission, elle se fait également par bio-résonance et touche un nombre d’individus bien plus vaste que ceux qui ont accès directement à la source d’information première que constitue cette transmission.

 

 

 

via Christine Anne K. le 4/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Orionis – n°17 (+ invité)

 

 

 

Bien aimés Fils et Filles de l’Un, bien aimés Enfants de la Terre et de votre système solaire, je suis Orionis, Grand Architecte et Concepteur. Vous me connaissez, je reviens vers vous.

Je vous invite et je vous demande d’entendre le murmure de la Symphonie dans laquelle vous entrez de mieux en mieux…

Vous regardez sans nul doute votre ciel étoilé, avec peut-être différentes attentes, différents rêves, différentes pensées et différentes connaissances. Mais est-ce que vous l’écoutez ? Vous êtes à présent capables, dirais-je, d’entendre distinctement le chant unique de chaque astre visible dans votre ciel nocturne. Et je ne parle pas des vaisseaux que vous attendez de voir : je parle de ce qui est immuablement installé. Même si vous ne voyez pas tout (et loin de là !) chaque étoile, chaque objet céleste a son chant, a sa musique, a sa mélodie, et cela ne peut que vous indiquer la grandeur, non pas des cieux, mais de cette Symphonie multi-univers dans laquelle vous avez votre place.

Vous n’êtes pas un petit vermisseau écrasé par tant de grandeur et de splendeur. Vous êtes vous aussi là avec votre chant. Il y a le chant de la Terre, certes ; il y a le chant de chacun d’entre vous ; il y a également le chant de l’Humanité, qui se joint au chant de la Terre. Il y a également le chant des océans, des animaux, des forêts, des montagnes. Tout cela, vous pouvez l’entendre. Vous qui donc, pour beaucoup ou du moins pour certains, attendez de voir dans les cieux des choses que vous n’y voyez pas jusqu’à maintenant, intéressez-vous à les entendre – il ne s’agit pas de bruits de moteurs, évidemment!..

C’est cette forme d’audition subtile qui est un des meilleurs atouts et un des meilleurs guides pour vous aider, je dirais, à discerner ce qui doit être entendu, ce qui doit être compris, ainsi que ce qui peut être vu… Mais voir n’est pas ce qu’il y a de plus pertinent pour déceler la bonne vibration et le bon chant de ce à quoi vous avez affaire : sachez que des images illusoires peuvent se présenter à vous et vous perturber. C’est donc l’écoute du chant qui peut vous permettre de savoir, beaucoup mieux que ce que vous voyez, car le fait de voir entraîne votre mental dans des circuits bien établis où le véritable discernement du coeur a du mal à trouver son chemin parfois.

Je vous parle ici avant toute chose de ce que voient vos yeux ordinaires. Je vous parle également de ce que vous appelez la vision, le troisième oeil : cela est fort intéressant -ou du moins le fut- mais ne vous aide pas à discerner la véritable qualité de ce qui est vu, non plus, de cette façon-là. Il vous a été enseigné d’ailleurs par d’autres intervenants, et assez souvent récemment, que cela est un outil d’illusion auquel vous ne devez absolument pas vous attacher – du moins pas pour vous mener vers la Vérité.

Vous avez également encore d’autres facultés de vision, car en réalité il y a un certain nombre de niveaux dont certains peuvent bénéficier -même s’ils ne les analysent pas strictement dans toutes leurs différences, et souvent les confondent. Il y a donc également une certaine forme de vision qui ne voit pas, mais qui sait : celle-là également peut vous aider, mais ne se substitue pas intégralement au fait d’entendre.

Il importe donc absolument que cette écoute subtile – dont vous êtes capables, je le réaffirme – soit entraînée, soit pratiquée. Certains diront qu’il s’agit d’intuition : cela n’est pas faux, et cela n’est pas tout à fait exact. L’intuition fait appel en partie à cette faculté d’écoute subtile, mais fait appel également à d’autres facultés, en particulier à des capacités de résonance du plexus solaire, ainsi qu’à d’autres, qui sont tout à fait respectables et fort utiles et souvent très raffinées, mais qui là non plus ne se substituent pas dans leurs qualités à celles de l’écoute dont je vous parle.

Sachez que vous pouvez pratiquer cette écoute également vis-à-vis des images électroniques, des images télévisuelles, photographiques, vidéos, des images que vous voyez sur votre internet et sur d’autres réseaux, des images projetées… Il existe des images projetées de façon holographique dans vos cieux, et il importe justement que votre qualité d’écoute vous permette de ne pas vous laissez leurrer lorsqu’il s’agit de leurres, car il y en a.

Je répète encore une fois que vous avez aujourd’hui – et, je le sais : cela est constaté, cela fait partie de votre évolution, cela fait partie des nouveaux programmes de vos corps – cette faculté, donc, d’entendre. Apprenez à en user. Il vous sera donné quelques exercices d’entraînement à ce propos. Ce n’est pas moi qui vais vous les donner : j’ai un invité, qui vous les donnera à la suite de mon intervention.

Je vous invite donc à être extrêmement up to date avec vos capacités (j’ai pris un mot anglais car c’est le meilleur qui convienne). Il s’agit d’être absolument à jour avec le meilleur de vos mises à jour. Cela est important. Cela est maintenant. Cela est indispensable. Cela fait partie des Beautés de votre Être. Cela fait partie des belles facultés qui vous relient à l’ensemble des Êtres et des intelligences de cet Univers auquel vous aspirez tant à retourner librement, en pleine possession de vos corps de Lumière, de vos corps d’êtreté, de vos facultés d’être pleines et entières.

Je vous invite encore une fois à écouter quelques instants le murmure dont je vous ai parlé : murmure de votre Univers, murmure des innombrables êtres, objets célestes, strates, formes et musiques qui peuplent, habitent et font vibrer cet Univers dans lequel votre système solaire a sa place, comme vous le savez.

Ecoutons…

silence

…Le passage d’un engin à moteur est un excellent exercice car il ne doit pas occulter ce qui est, dans votre écoute. Et même s’il distrait votre mental, cela n’est pas une raison pour ne pas entendre.

silence

Sachez également que vous pouvez pratiquer cette écoute en bouchant vos oreilles. C’est un exercice que pourrait vous donner mon invité, mais que je vous donne dès maintenant. Je ne vous invite pas à le faire pour l’instant, mais je vous le dis – cela pour écarter quelques confusions concernant la place de votre audition et de vos oreilles dans ce dont je vous ai parlé. Mais il s’agit bien néanmoins d’un phénomène qui se passe au moyen de cet outil complexe que vous appelez l’oreille et de ses ramifications, entre autres.

Je vais vous saluer, pour laisser place à mon invité. Je me réjouis de votre présence, de votre évolution, de ce qui se passe dans votre Lumière.

Je vous dis à bientôt. Je suis Orionis, et vous me connaissez.

– L’invité d’Orionis, dénommé « le Chevalier des Sons », publié à la suite mais séparément, complète cette intervention par un entrainement pratique-

 

via Christine Anne K. le 3/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Oreon-Esh’ta – Elohim – n°2

 

 

 

Salut à vous, Amis Frères et Soeurs, Bien-Aimés de Terre !

Vous me connaissez : je suis Oreon-Esh’ta, j’appartiens au Peuple Elohim.

Je me réjouis d’être à nouveau quelques instants en mesure d’échanger avec vous par cette voix qui nous est bien utile. L’autre fois, je me souviens, je vous ai parlé de Fête… Fête, fête, fêtes, fêtes, fêtes innombrables et joyeuses, car je vous sentais et je vous observais un peu sombres, un peu tournés vers les catastrophes…

Aujourd’hui, j’observe que mon sujet devrait vous plaire. Je ne sais pas pourquoi, je ne connais pas en détails tous vos sentiments, mais je tiens à vous faire partager aujourd’hui ce que j’intitulerai peut-être pour commencer : Retour, Retour à Soi, Retour en Soi, Retour de soi vers Soi, Retour de ce qui fut vers ce qui est, et Retour de ce qui aurait été vers ce qui est.

Le Retour est une forme. Certains Retours épousent la forme d’un cycle. Ce Retour-là, celui dont je vous parle, peut s’apparenter pour certains à ce qui a la forme d’un cycle. Mais pour d’autres il s’agirait simplement, soit d’un arrêt qui tourne un peu sur lui-même, soit de ce que vous appelez un demi-tour lorsque vous êtes en voiture; mais qui va également vers un stationnement et une introspection. Vous me direz que c’est tout l’opposé peut-être de mon sujet précédent, car la notion de Fête impliquait une ouverture sur l’extérieur, de la compagnie, des divertissements… Mais je vous rappelle que cela n’était qu’illusion…

Ainsi donc ce Retour est bien une sorte de Fête à sa manière, car en vérité un véritable Retour sur Soi est bien l’entrée dans une Fête intérieure. Quelle importance, me direz-vous, y a-t-il aujourd’hui à parler ainsi et à s’occuper d’un Retour sur Soi, alors que peut-être beaucoup d’entre vous seraient occupés à se demander ce qu’ils vont faire, soit pour les vacances, soit pour leur vie ? Car vous êtes dans une période où les changements se profilent, s’annoncent, se nécessitent, se subissent parfois, ou se décident. Et lorsque vous êtes dans des perspectives de changement, vous êtes peut-être plutôt tournés vers l’extérieur, vers d’autres lieux, d’autres personnes, d’autres activités, et non pas vers votre intérieur.

Or justement, cette pratique du Retour sur Soi n’est bien évidemment pas un retour vers l’extérieur, comme son nom l’indique, mais vous permettra justement de mener vos activités et vos choix vers l’extérieur avec la plus grande fluidité; car c’est à partir du Retour sur Soi et du Retour vers Soi – et du Retour de soi vers Soi et de soi en Soi – que la clarté absolue des choix et des vérités personnelles se dessine. Je vais donc vous donner quelques notions du jeu qui peut se pratiquer pour explorer les modes nombreux de ce Retour vers Soi, et de façon créative comme vous dites, voire ludique, voire festive.

Je sais que pour la plupart d’entre vous, parler de Retour sur Soi implique bien évidemment silence, introspection, concentration, détachement des bruits extérieurs et abandon à la vague des mouvements internes de l’Être, du Soi, et de ce qui peut se produire en vous, que cela vous appartienne,  ou que cela soit partagé avec d’autres. Mais voilà que je vous invite à rencontrer une autre manière de mettre en mouvement et d’inciter ce processus, temporaire, là, de Retour sur Soi. Je dis bien temporaire, car mon propos n’est pas bien évidemment là de vous enseigner la méditation, mais de vous faire redécouvrir une dynamique, ce qui est autre chose aujourd’hui. Pourquoi cette dynamique ? Pour, comme je vous l’ai dit, vous permettre de pouvoir repartir vers l’extérieur et les choix, les décisions et les changements, avec toute la clarté, la fermeté et la simplicité que vous auront procurées ces instants de Retour, qui donc par là-même sont dynamiques.

Il s’agit donc de vous retourner. Vous avez un corps, mes chers Amis : nous allons donc faire jouer cette splendide création qui actuellement vous sert encore. Je vous rappelle d’ailleurs que vos corps ont été considérablement modifiés toutes ces dernières semaines et tous ces derniers mois, que donc au-delà des fonctions que vous connaissez bien et que vous avez explorées depuis votre enfance (pour ceux d’entre vous qui sont des adultes ou même de vieux adultes), il y a certaines fonctions que peut-être vous n’avez pas eu l’occasion d’explorer et qui comptent parmi ces nouveaux attributs de ces nouveaux modèles de corps qu’actuellement vous habitez, parfois sans en être véritablement conscients.

 

Vous allez donc j’espère prendre goût à un petit jeu de Retour sur Soi. Vous avez deux mains, n’est-ce pas ? Vous allez donc accoler vos deux mains dos à dos devant vous. Cela signifie que les paumes de vos mains sont tournées vers l’extérieur, et que donc probablement vos pouces sont dirigés vers le devant, et que vos auriculaires seront plus près de votre coeur… Que faisons-nous maintenant ? C’est un cours de gymnastique, n’est-ce-pas ? Amusons-nous un petit peu ! (je sais que je ne suis pas drôle, mais j’essaye)… Donc vos deux mains ainsi placées, vous allez les retourner sans décoller ce qui fait contact. Vous allez donc vous retrouver à un certain moment avec les doigts dirigés vers le bas, tout simplement, et vous allez continuer le mouvement. Ce mouvement consistant à tenter d’apporter vos doigts vers le haut, ce mouvement va vous amener à lever les bras très certainement. Vous allez retrouver au-dessus de votre tête vos deux mains, dont les dessus sont toujours joints, et dont les paumes seront à nouveau tournées vers l’extérieur et les pouces dirigés vers l’avant, mais cette fois – miracle – elles sont les doigts en haut alors qu’avant elles étaient les doigts en bas. (voir série de photos ci-dessous. NdR)

Où est le Retour dans tout ça, me direz-vous ? Eh bien il s’est produit. Je vous invite donc, mes Très Chers, peut-être à répéter ce mouvement dans un certain silence pour observer ce qui peut se produire en vous…

silence

…Si vous ne sentez rien, c’est juste que, soit vous avez besoin de vous exercer, soit ce Retour n’est pas nécessaire dans l’instant où vous vous trouvez à l’instant où je vous parle… Cela est donc un premier geste qui peut vous servir, et j’espère que vous en ferez un certain usage. Son objectif, en tant que Retour sur Soi dynamique, peut vous permettre de vous recentrer (pour employer un mot que vous connaissez bien), afin de mieux vous « dispatcher » dans vos regards vers l’extérieur et vos choix. Ce geste, en effet, met en jeu une petite programmation qui existe dans un certain nombre de vos nouveaux corps, et qui peut être installée dans ceux qui ne l’ont pas déjà. Et cette petite programmation a justement pour but de favoriser le recentrage et la clarté, entre autres choses.

Je vous invite peut-être à répéter encore pour vous-même ce geste avant que je vous invite à découvrir quelque chose d’autre… Je vous rappelle qu’il s’agit d’un geste extrêmement simple. Vous n’avez pas à faire des choses compliquées avec vos mains, pas du tout…

Je vais vous donner une précision quant à la position de vos mains au-dessus de votre tête : elles ne doivent pas toucher votre tête et ne doivent pas non plus être très éloignées en l’air. Vos coudes sont donc un peu pliés, et cela doit rester confortable. Ce geste est simplement une amorce : vous n’avez pas besoin de le maintenir très longtemps…

 

Je vais à présent, mes Très Chers, vous révéler un deuxième outil de Retour sur Soi. Celui-ci se passe avec votre respiration. Comme je vais le faire faire à mon canal, elle ne va pas pouvoir l’expliquer en même temps qu’elle va avoir à le faire puisque sa respiration et sa voix sont intimement co-dépendantes. Je vous demande un moment de patience…

le canal pratique cette respiration

La première étape consiste donc à inspirer (bouche fermée NdR) en resserrant certains muscles de votre gorge pour rendre le passage étroit. Vous devez donc sentir l’inspir comme un petit couloir bruyant dans le fond de votre gorge… Vous allez ensuite ne pas expirer tout de suite mais retenir l’air que vous avez inspiré en serrant le ventre. Vous relâcherez ensuite cet air en expirant, mais en plusieurs petits coups. Il est un exercice de yoga je sais, qui s’appelle je crois – je ne sais plus… – kapalabati (pardonnez-moi si je me trompe, je vous invite à vérifier), dans lequel la respiration se fait par petits à-coups et fait un certain bruit. Ce n’est pas la même chose, mais il y a une analogie dans le déclenchement des petits à-coups. Je vais donc vous suggérer d’expirer en quatre petits coups voire un peu plus si vous en êtes capables.

Lorsque vous pratiquez cet exercice respiratoire un certain nombre de fois – et le nombre de fois dépend de votre entraînement et de vous-même – vous allez observer, si vous concentrez votre attention entre vos deux yeux, qu’un Retour sur Soi intéressant se produit. Lorsque vous l’observez, vous pouvez alors arrêter cet exercice, tout en maintenant votre concentration sur une respiration très calme et sur ce point entre les deux yeux, jusqu’à temps que vous ayez besoin de retourner vers l’extérieur. Vous verrez qu’alors votre conscience du monde extérieur aura profité de ce Retour, sera plus claire et plus dynamique.

 

Vous trouvez peut-être ces exercices un peu dérisoires… Je vous informe qu’ils mettent en jeu des programmes (comme je vous l’ai dit au sujet des mains, je le répète) qui ont tout leur intérêt. Pourquoi en effet est-ce que je viens vous parler de ces nécessités de retourner sur vous pour clarifier vos choix ? Parce que je sais que vous allez en avoir besoin. Beaucoup d’entre vous peuvent se trouver, disons, confrontés  -soit par des nécessités intérieures, soit par des nécessités extérieures- à faire le bon choix, et dans ces cas-là, l’emballement stérile de votre mental vous affaiblit énormément et vous met dans la confusion. La possibilité, par conséquent, de pratiquer un Retour sur Soi dynamique est d’une grande utilité et d’un grand bénéfice pour éviter ces moments de confusion ou d’emballement stérile, qui perturbent considérablement la clarté de certaines décisions que vous pouvez avoir à faire, à prendre, à mettre en actes, et à imposer.

 

Je vais enfin vous délivrer un geste, que vous allez peut-être trouver un peu plus amusant, et qui en apparence va vous sembler plus facile, mais je dis bien en apparence… Il s’agira d’attraper avec vos deux mains – pouces et index – le sommet de vos oreilles (je vous rassure : c’est l’oreille du même côté que la main..). Vous tirez légèrement ainsi sur vos oreilles (vers le haut), vos coudes sont déployés et, ce faisant, vous allez émettre un son. Paradoxalement, ce son est libre. Je ne vous impose pas une certaine forme de son. Mais, si la forme du son est libre, son rythme est important. Ce son doit donc, ainsi que l’oiseau qui vient de s’exprimer, être modulé sur un rythme très rapide. Je vous donne un exemple : (première séquence sonore rythmée), ou bien : (seconde séquence sonore rythmée)

Croyez-moi, ce petit geste est très utile. Et il sera d’autant plus performant si vous l’accompagnez ensuite d’une pression de votre index sur un point de votre gorge que je suis en train de chercher à nommer, qui se trouve, disons, sous le menton (à l’angle de jonction de la zone sous-mentonnière et du cou, voir photo). Vous appuyez un petit peu sur votre gorge, et là va se compléter l’opération, après le son…

Il y a là également un programme, qui est un peu différent, qui a été conçu pour aider les prises de décisions dans des situations de stress, afin que ces prises de décision soient reliées à la Vérité de la Lumière intérieure qui est la vôtre.

…Nous sommes bien loin, me direz-vous, de la Fête dont j’ai parlé la dernière fois… Eh oui, nous avons parlé d’autre chose. Je souhaite à présent que cette intervention extrêmement technique, que Dieu-merci le chant d’un oiseau rend un peu plus musicale (et je remercie cet oiseau) que donc après cette intervention extrêmement technique, vous ayez la possibilité de profiter de ce qu’elle vous propose.

Je vous invite, pour mieux engrammer ce que j’ai tenté de vous démontrer très rapidement, à visualiser à présent la spirale de la coquille d’un escargot ou d’un coquillage en forme d’escargot. Choisissez plutôt l’un de ces coquillages blancs que vous trouvez vides sur les plages de sable. Visualisez donc la spirale et cette coquille, et qu’elles vous apportent la clé des secrets qui sont contenus dans les choses très simples et en apparence anodines que j’ai eu la joie de vous indiquer.

Je vous laisse contempler avec soin : la beauté, la perfection et le mystère de cette spirale et de cette coquille blanche, ou grise, qui vous indique par sa forme le merveilleux chemin d’un Retour sur Soi, bien plus beau qu’un demi-tour en voiture tel que celui dont je vous ai parlé en débutant cette intervention, rébarbative mais fort nécessaire.

Je vous salue et je vous invite à présent à toutes les Fêtes que vous pourrez rencontrer, grâce à vos libres choix et vos libres décisions, profitant de ces merveilleux petits exercices que je vous ai transmis. Alleluiah

Je vous quitte. Je suis Oreon-Esh’ta et je vous salue.

 

 

 

via Christine Anne K. le 01/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Photos jointes : pratiques de Retour sur Soi.

 

Pratique n°1   -geste/mouvement-               Son effet : recentrage, stabilisation, calme, joie.

1      2      3

 Dans ce mouvement complet (1 à 5) la rotation des mains jointes jusqu’au dessus de la tête réalise exactement une spirale de type Nombre d’Or… Les doigts restent souples, le mouvement est assez lent.

4      5  

 

 

Pratique n°2 – respiratoire-    Son effet : recentre et clarifie le mental en cas de confusion/agitation/envahissement

 

 

Pratique n°3 gestes et son-       – Son effet : permet de s’extraire d’un stress important (en groupe particulièrement)

Point final à toucher après le son :  

Agol Anna Hus O’Kel d’Uranus II

 

 

enregistrement sonore de cette canalisation :  http://vimeo.com/26120219

 

 

Série de sons …

…Voici ma voix, je l’ai trouvée : je parle!… C’est une amusante découverte, ce canal.

Je vous salue très poliment, dans toutes les règles qui sont les vôtres. Je me présente : Agol Anna Hus O’Kel.

Le lieu dont je proviens s’appelle, je crois, pour vous, Uranus. Mais il s’agit du numéro 2, dont vous ne voyez pas l’existence dans vos lunettes… Pour continuer à me présenter je fais partie, en tant qu’Être et Conscience, de la Confrérie des Emirs des Hautes Consciences Intergalactiques dont je crois vous connaissez déjà un ou deux représentants. Et même si je vous rends visite en quelque sorte par cette voix qui me permet de parler, j’ai envie de vous dire quand même : « bienvenue, mes amis », car notre hospitalité est immense -légendaire pourrait-on dire dans votre littérature, que je connais, si surprenant cela puisse-t-il vous paraître après ma difficulté à prendre voix… C’est que j’habite des fréquences totalement autres que les vôtres, mais je dispose d’un certain nombre d’outils, de connaissances et de bibliothèques que beaucoup m’envieraient.

Je me réjouis d’entendre le chant d’un oiseau, et j’aimerais chanter comme lui, ou plus exactement parler à sa manière, mais vous ne me comprendriez pas… Je n’ai pas tant de choses à vous exposer qu’à simplement vous donner les moyens de comprendre certains aspects de ce système solaire dont vous et nous faisons partie, en des lieux certes bien éloignés, mais qui néanmoins bénéficient de la gravité et des mouvements autour de cet astre que vous nommez Soleil et que nous nommons dans notre langue « Shella ».

Sachez que notre astre commun et bien aimé est en train de cheminer au long d’un programme soigneusement établi par les lois cosmiques et les ordonnateurs des mouvements complexes des astres et des objets célestes et cosmiques dans cet Univers; et plus particulièrement au sein de la galaxie que nous habitons, vous et nous, de par ce système solaire donc, auquel nous référons de par nos planètes respectives, ou plus exactement nos systèmes planétaires -car ce dont je viens est plutôt un système planétaire qu’une planète.

Voici donc que Shella, le Soleil, est dans une phase importante de transformations. Je ne saurais – par la voix de ce canal qui n’est pas spécialisé dans les disciplines astrophysiques de haut niveau – donner de nombreux détails scientifiques et techniques sur la nature et le déroulement des processus de ces transformations de notre astre. Je resterai donc très général (ou même vague, pourraient penser certains) à ce sujet. Mais ne vous méprenez pas, car vous devez savoir que dans ce que là vous aimez à entendre ou à lire, bien des informations se transmettent, non pas par les mots qui sont un simple support vibratoire, mais par ce qui passe entre les mots.


J’ai donc à vous faire savoir que notre astre à présent est entré dans la phase numéro 3 et bientôt 4 du processus qu’il parcourt pour atteindre en 7 phases le point d’où il pourra repartir pour un nouveau cycle. La durée des cycles en question dépasse largement ce que vous avez l’habitude de compter en années, en siècles, etc. Nous avons affaire là à une forme de temps qui n’est pas exactement celle que vous maîtrisez, ni celle que vous croyez connaître. Ces cycles par conséquent, et j’en suis désolé croyez-moi, vous devez accepter qu’ils existent et que leur durée n’est pas véritablement quantifiable pour vous de façon précise, mais que néanmoins vous pourriez dire qu’elle est extrêmement longue, et que chaque cycle de l’histoire de votre humanité (je parle de ces cycles de 52.000 ans) s’inscrivent les uns derrière les autres à peine dans un de ces cycles solaires…

Ne croyez pas d’ailleurs qu’il y ait répétition de cycle en cycle, car à chaque cycle précisément, notre astre atteint un nouveau degré de sa transformation : il y a en a déjà eu (mais je ne suis pas là pour les dénombrer) et il y en aura encore quelques-uns. Au bout du compte Shella/Soleil, notre astre, disparaîtra. Mais je vous rassure : cela n’est pas à la fin de ce cycle-là. Il disparaîtra donc de même que les étoiles qui ont fini de vivre deviennent des géantes rouges et finissent par s’éteindre pour ensuite connaître dans leur matière certains changements pour lesquels il y a différentes variantes, et qui de toute façon donnent naissance après quelques étapes à quelque chose d’autre, c’est-à-dire des pépinières d’étoiles comme vous dites, soit des amas gazeux, soit d’autres objets célestes. Mais là n’est pas notre propos. Je vous parle du cycle actuel de notre Soleil/Shella. Certains de vos astronomes ont relativement entrevu une bonne partie de ce dont je vous parle, mais n’ont pas pu pour diverses raisons rendre véritablement public le résultat de leurs travaux, et aussi sans doute parce qu’ils ne les ont pas tout à fait assez avancés pour avoir des certitudes absolument indéniables et totalement défendables à ce sujet.

Je vous parle là de ce qui est en train de se produire lentement, et ce qui nous intéresse est ce qui va se produire dans peu de temps. Car c’est cela que nous serons en mesure d’observer, et particulièrement vous qui êtes assujettis encore à un temps linéaire dans votre chair, dans vos corps et vos constellations personnelles. J’entends que quelqu’un demande : « qu’est-ce que c’est que nos constellations personnelles ? ». Eh bien ma foi, c’est un vocabulaire que j’importe de mon propre système de pensée et me voilà embarrassé pour vous donnez une explication dans le vôtre, et j’en suis désolé. Nous vous observons comme des êtres et des corps qui comportent une constellation personnelle… Voilà : vous n’avez pas ce raisonnement-là mais vous en avez d’autres, et tout est bien.

Ne croyez pas que je m’égare à faire des digressions sans cesse. Le propos que je vous tiens sur votre Soleil se déroule au-delà des mots que j’emploie. Je suis donc en train de vous informer, bien au-delà des mots, de ce que vous avez absolument à identifier et à connaître sur le processus de vie et d’évolution actuel de notre astre Shella/Soleil, celui que vous connaissez éclairant et chauffant vos corps et vos lieux de vie. Sachez que chez nous, il est glacé, lointain, mais que ses vibrations nous sont indispensables pour maintenir nos rythmes cellulaires, corporels et environnementaux. Nous sommes donc également très attentifs et, disons, attachés non seulement à l’observation mais au bon déroulement de l’évolution de notre astre. Et c’est aussi la raison pour laquelle je m’adresse à vous : c’est que vous-mêmes, si vous êtes attentifs et attachés au bon déroulement et à l’évolution de votre astre, le nôtre, vous contribuez bien évidemment à la qualité de l’accomplissement des phases de ce cycle auquel vous êtes indéfectiblement, non seulement liés mais parties prenantes, de par vos consciences et non pas uniquement passivement par vos corps.


Je viens donc en quelque sorte vous inviter à accompagner consciemment le mouvement, et l’évolution, et les transformations de notre astre. Je vais donc vous transmettre quelques données non verbales à présent, pour vous aider et vous outiller davantage à votre fonction, si l’on peut dire, d’accompagnement et d’attention vis-à-vis de votre soleil. J’ajoute que je vous ai parlé de phases 3-4 sur 7 : cela est important. Vous n’avez à vous intéresser dans le présent qu’à ces deux phases car les phases numéros 5, 6 et 7 n’ont pas à être traitées pour le moment. Ne vous égarez donc pas à faire des supputations en dehors de ce qui se déroule actuellement, qui donc se désigne par 3-4. Je vous remercie.

Je vais donc à présent m’employer à vous transmettre ce qui est nécessaire :

première séquence sonore

…Vous avez là déjà, sachez-le, des données de conscience extrêmement précises et performantes, mais je vais continuer, après une petite pause…

pause

Voici donc une deuxième série :

seconde séquence sonore

pause

Sachez que j’observe avec beaucoup de plaisir que c’est tout à fait merveilleux d’observer dès à présent qu’après que vous ayez entendu ces séries de sons, de bruits pourrait-on dire, vous êtes déjà -et bien plus nombreux que ceux qui viennent de l’entendre- par bio-résonance, en train, bel et bien, d’avoir commencé ce travail d’accompagnement. Ceci me permet de constater à quel point votre niveau vibratoire est d’excellente qualité – ceci sans jugement mais à l’étalon de nos systèmes d’observation, du moins ceux que je pratique.


Il a été convenu entre nous, mes confrères des Hautes Consciences Intergalactiques, que je ne vous délivrerais pas dans cet entretien la moindre information pouvant susciter des pensées-catastrophes en vous ni dans votre entourage au sujet du Soleil. Par conséquent, je ne vous donnerai aucune échéance ni aucun élément d’observation visuelle des changements dont je vous ai parlé. Sachez que cela est un choix extrêmement réfléchi. Nous ne voulons pas induire, au stade d’évolution de conscience où vous vous trouvez, d’intrusions mentales : ni de peurs, ni de désirs de contrôle, ni de prophétisations fallacieuses. Cela est important pour la qualité de votre ascension, tant personnelle/individuelle, que collective. Je vous remercie donc d’accepter cette sorte de frustration sur la possibilité d’un agenda, et simplement je vous remercie au nom de tous ceux que vous êtes, que nous sommes, et d’autres qui sont nombreux également, de bien vouloir pratiquer cet accompagnement conscient et aimant de notre Soleil dans son processus d’évolution, qui sachez-le est tout à fait comparable au vôtre : car vous êtes tous – et cela j’espère ne vous surprendra pas trop – à un certain niveau de ce que vous êtes corporellement et dans votre matière, des reflets du Soleil, ou des petits soleils pourrait-on dire… Ce sont des expressions terrestres qui ne sont en vérité que des sortes de métaphores, mais qui néanmoins vous font comprendre, j’espère, à quel point vos corps et vos devenirs sont liés à ceux du Soleil, dont le corps et le vôtre ne sont pas si différents (ce qui, je sais, ne peut que vous surprendre dans la représentation qu’actuellement vous avez de votre corps). Mais je vous le dis, et je vous l’affirme.

Ainsi donc, votre travail de conscience est bien plus proche de l’évolution du Soleil que ce que vous pouvez croire. J’ajouterai d’ailleurs qu’il ne s’agit pas (car je sais que beaucoup d’entre vous pratiquent cela) de faire ce que vous appelez « envoyer de l’énergie » ou « envoyer de l’amour » : ce n’est pas ça. Il s’agit d’être avec, et c’est très différent et beaucoup plus simple, et beaucoup moins égotique. Alleluiah

Je me réjouis de vous avoir parlé, et encore une fois je vous souhaite la bienvenue. Je me nomme (pour faire court) Agol d’Uranus II, et je vous salue. Amen

via Christine Anne K. le 1/07/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Eshtananda – n°9

 

-enregistrement sonore de cette canalisation : http://vimeo.com/24745136

 

 

Le choeur des cloches d’une église proche se met à sonner

 

Bien aimés Frères et Soeurs, Enfants de la Terre, je vous salue avec la Joie de me retrouver parmi vous. Vous me connaissez : je suis Esthananda.

J’apprécie la musique de ce carillon des cloches d’une église qui se déploie à mon arrivée – et j’ai choisi à vrai dire de me couler aussi dans cet instant harmonique de musique locale : cela installe de belles formes autour de nous, en sus de tout ce qui est déjà là, mais dans la vibration terrestre la plus simple.

Ce carillon et toutes ces harmoniques que nous venons d’entendre vibrer dans nos corps est bien un exemple très simple de cette musicalité partagée -à la fois simple et infiniment subtile, complexe dans ses vibrations, dirais-je secondaires, et résonances-  de la façon de fonctionner en musicalité et en formes, comme il a été dit, de géométries variées, qui vous ont déjà été enseignées par moi et par quelques autres. Cela est donc, si vous vous référez à cet exemple, d’une simplicité certaine.

…Je vous invite à observer encore dans la résonance de vos corps (pour ceux qui sont là en cet instant) qu’il y a eu création de formes subtiles par le jeu des cloches de ce carillon, qui est un beau carillon émis par de véritables cloches fondues et faites avec art, et dont par conséquent les harmoniques sont tout à fait véritables. Il y a donc eu création de formes, et ces formes nourrissent encore en ces instants, non seulement les fluides de votre corps par lesquels elles se diffusent, mais les récepteurs vibratoires de vos cellules, et de vos corps subtils.

Ce sont là des formes simples, dont vous venez d’expérimenter la mise en vie sur quelques instants. Imaginez donc à présent qu’il y a bien évidemment des formes comparables -dans leurs natures, leurs fonctionnements- bien plus grandes, bien plus déployées, bien plus architecturées dans de multi-directions et de multi-dimensions; et que vous participez, mes Très Aimés, à ces architectures et à ces jeux, ainsi qu’il vous l’a été dit à plusieurs reprises. Mais je me sers de cet exemple, très quotidien pour vous, pour mieux vous faire entrevoir une certaine véridicité, concrète et non pas théorique, de la réalité simple et vraie de ces structures dont nous vous parlons et dont je vous parle.

Je ne m’apprête pas à vous refaire un cours théorique sur les structures sonores, mais j’ai choisi de vous faire vivre cet exemple et je m’en réjouis : car quoi de plus beau que de partager une expérience concrète et compréhensible par tous ensemble, parfois ?

Je vous informe donc que les mises en forme qui ont été stimulées, et lancées comme on lance un galet dans l’eau, par la musique de ce carillon, vous informent aujourd’hui d’une façon très particulière; cela en raison de la vibration qui s’est installée ici, quelques secondes avant la mise en route de ce carillon, et qui s’est conjuguée dans son silence apparent à la musique de ces cloches. Cela a donc été le véhicule aujourd’hui pour vous transmettre -non seulement au petit auditoire qui est près de ce canal, mais également à tous par simple bio-résonance- d’autres vibrations et des informations dont je ne vous détaillerai pas analytiquement le contenu, mais qui sachez-le sont appropriées et nécessaires en ce jour, très précisément, s’inscrivant dans les processus de dévoilement et d’amplification vibratoire qui s’adressent à vous et que vous co-créez parfois sans le savoir, de jour en jour, avec l’ensemble des peuples et des intervenants qui interagissent en votre planète et à sa périphérie. Réjouissez-vous donc, comme je me réjouis.

 

Je vous invite – maintenant que je vous ai tout expliqué sur ce carillon – à contempler en vous-même la vérité du déploiement de ces formes, telles qu’elles ont été déclenchées et initialisées véritablement et sans aucun hasard il y a quelques instants.

silence

…Je ne sais pas à quel point vous le percevez, mais peut-être que oui : les formes qui ont été enclenchées ainsi il y a quelques instants sont en train de générer un déploiement d’autres formes, ou de prolongements de leurs propres formes. Je vous invite donc à nouveau à accompagner cela en contemplant en vous ce qui se passe. N’y mettez aucune forme de mentalisations, je vous en prie; ne cherchez pas à analyser quoi que ce soit : cela serait une erreur et une illusion.

silence


…Sachez à présent que ces formes ne sont pas une sorte de feu d’artifices gratuit et sans objet autre qu’une démonstration, mais sont directement en relation avec l’information de votre ADN, qui comme vous le savez ne cesse de connaître des réactivations progressives de tout ce qui en lui a été mis en veille, ou shunté dans certains cas… Je ne m’étendrai pas ici sur une analyse des nouvelles formes qualitatives et quantitatives de votre ADN, ce n’est pas mon propos. Mais la petite séance d’information vibratoire que nous avons réalisée au moyen des cloches de cette église, ce qui n’a pas été employé par hasard, a donc pour impact (je n’aime pas beaucoup ce mot) de redéployer dans certaines zones de certains de vos brins d’ADN, comme vous dites, la remise en oeuvre, ou la mise en oeuvre, d’un certain nombre de fonctions subtiles : de conscience, mais aussi de collaboration et de communication entre vos Êtres et vos corps, et la possibilité d’identifier et de rencontrer d’autres Êtres – ce qui est très utile et important puisque votre planète est actuellement entourée et visitée par de nombreux Frères et Soeurs multi-galactiques, qui viennent accompagner votre travail d’ascension collective.

La mise en oeuvre de ces formes vis-à-vis de vos ADN a également eu pour objet de vous apporter des ressources individuelles mais aussi collectives. Il vous appartient de déployer ces ressources. Ces ressources concernent ce que vous appelez votre joie de vivre, d’une part : disons donc que vous avez quelques nutriments supplémentaires pour alimenter votre joie de vivre, aussi étonnant que cela puisse paraître… Ces ressources concernent également un autre aspect qui est la non-résignation à ce que vous êtes ou croyez être : autrement dit, ces ressources sont là pour vous aider à éviter ou à sortir d’une certaine forme de résignation à votre état, à vos limitations et à vos illusions – et ce sont les illusions l’objectif le plus essentiel dans la mise en place de ces ressources de non-résignation.

Je vous invite donc encore, à nouveau, à rentrer en vous quelques instants pour jouir, avec un peu plus de compréhension et donc certainement de joie (au sens du plaisir), et à observer en vous l’installation de ces programmes, car cela peut s’appeler un programme.

silence


Avant de clore mon intervention, je vais vous inviter à pratiquer un petit geste pour parfaire l’installation de ce programme. Et sachez que je me réjouis car je sens et j’observe à quel point ce programme est bien reçu et s’installe en toute beauté!

Vous allez donc employer vos deux mains, dans un geste qui va joindre devant votre visage (ainsi qu’une sorte de mudra) vos deux pouces se touchant par leurs extrémités au niveau environ de votre bouche, et vos deux index se touchant par leurs extrémités un peu au-dessus. Vos autres doigts sont déployés, ainsi que les ailes d’un « ange ». Maintenez ce geste quelques instants. Vous pouvez appuyer légèrement vos doigts, c’est-à-dire vos pouces l’un contre l’autre et vos index l’un contre l’autre, mais sans forcer. J’oubliais de dire que vos coudes sont ouverts de chaque côté et votre poitrine n’est pas recroquevillée. Prenez quelques inspirations en maintenant ce geste…

silence

… A présent vous pouvez soit continuer, soit relâcher vos doigts : c’est à vous d’apprécier l’instant qui vous convient. Et notez bien, donc, que vous êtes en train d’engrammer les résultats de ce carillon et du déploiement vibratoire qui a installé en vous le programme dont je viens de vous parler, ainsi que d’autres aspects (que je ne saurais vous détailler).

 

Je me retire, et c’est avec Joie que je vous dit à bientôt. Je suis Eshtananda et vous me connaissez. J’appartiens au Peuple des Elohim.

 


 

via Christine Anne K. le 4/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Questions/Réponses – n°23

 

 

 

Quelle fin et quel début signe le Retour de notre corps d’Être ou d’êtreté – dit le Retour du Voyageur – dans nos vies et notre environnement ?

Ce Retour – tant attendu et inattendu – signe et marque la fin absolue de l’illusion. Cette fin le rend possible, de même qu’Il la rend possible. De là s’engendre toute Vérité. Vérité collective au sens de la Présence de l’Un dans le « collectif », tout simplement et entièrement : ce qui est un changement de niveau de conscience collective absolu. Par ailleurs, le retour unifiant de vos Êtres « entiers » signe bien évidemment la fin absolue de la matrice de troisième dimension et le passage nécessaire en cinquième dimension. Ce passage est à ce niveau-là « invisible » et absolument intérieur, mais signe déjà le changement d’ère que vous espérez.

 

Comment est-ce que cela interagit avec la Terre ?

Par osmose, disons. La Terre retrouve donc sa vibration absolue d’Être unifié, car ce qui vous advient advient à la Terre, et réciproquement ce qui advient de la Terre advient de vous. Ainsi la cinquième dimension est actualisable au niveau planétaire, de même qu’au niveau de vos Êtres et consciences partagées.

 

En rapport avec ces nombreux changements réalisés ces derniers temps – changements concernant les nouveaux corps, la réinformation de l’Eau, changements innombrables… – est-il possible d’avoir une explication concernant l’ascension ?

Bien-Aimée, les changements sont comme tu le dis innombrables, et se sont produits (et continuent de se produire) dans bien des corps, bien des niveaux, bien des situations, dans des plans tant matériels que subtils et dans votre planète elle-même. N’attends pas de moi toutefois que je te montre le bouton de l’ascenseur en te disant : « il part à 17h ou à 18h ». Cela n’est pas de mon ressort. Alleluiah

L’ascension est votre co-création, ne l’oubliez pas, et toute co-création est un être vivant, une forme en mouvement, en transformation, et de ce fait personne d’autre que vous ne peut en connaître l’achèvement.

 

Cela sous-entend un achèvement ?

Achèvement signifie simplement achèvement. Après un achèvement, il y a toujours autre chose. L’achèvement est un instant de perfection. Les harmonies se créent, se construisent, arrivent à un état optimal, et puis plus tard bougent pour se reconstruire autrement. Chaque achèvement est un équilibre, et les équilibres durent un moment. Ensuite il y a mouvement, déconstruction, reconstruction, réachèvement, etc.


J’aimerais avoir un éclairage sur le destin. Ai-je un destin ? Ai-je une mission à accomplir ?

Bien-Aimée, tant que cette interrogation tourne dans ton mental, pardonne-moi mais tu es dans l’illusion. Si ton coeur vibre de sa vibration propre, et si le contact avec ton Être véritable est fait dans ton coeur, ce questionnement-même ne peut que s’effacer pour un état beaucoup plus doux, plein de certitude.

J’entends cependant dans ta question une forme peut-être de souffrance, de chercher à savoir, à ne pas savoir, et peut-être d’avoir peur d’être à côté de ce qui devrait être, ou de rater quelque chose… Ces interrogations ne sont pas productives. Lorsque ton coeur te guide et que ton Être est aux commandes, les certitudes se présentent à toi, et lorsque les questions t’agitent, il importe de refaire une forme de silence dans ton coeur pour recontacter la Vérité de ton Être, pour qui les choses sont bien plus simples et claires, car ton Être ne peut se tromper sur ce qu’il est. J’espère avoir répondu suffisamment.

 

Au sein de tous ces messages, on a l’explication de cette Liberté – et cette Liberté est effective au sein du coeur – mais on a en même temps toujours cette impression de ne pas être libérés, d’être en prison… Quelle est l’explication de ces ressentis existant au sein de notre personnalité ?

Bien-Aimée, l’explication est dans ta question : tant que vous êtes au sein de la personnalité demeurent les questions et l’emprisonnement, et lorsque vous accédez à la Liberté, c’est au détriment bien sûr des enfermements propres à votre personnalité. Considérez que la personnalité est un vêtement, qu’à un certain moment vous pouvez « laisser au vestiaire », de même que lorsque vous « partez », comme vous dites, en méditation, ou dans votre sommeil, les vêtements de travail autant que celui de la personnalité peuvent être accrochés au porte-manteau, pour vous laisser votre pleine et entière liberté de mouvement et d’accès à votre Lumière.

Au niveau dont je te parle, Bien-Aimée, tout autre tentative d’explication rationnelle de ma part ne serait que jeu avec les mots, les phrases, les concepts, et je considère que vous n’avez plus besoin de cela. Ayez confiance en vous-mêmes, ayez confiance en votre Lumière. Soyez grands comme la Mère des Mères en témoigne en vous le disant, même si cela représente pour votre personnalité, comme vous dites, un effort ou une sorte d’interrogation sur votre « destin », comme il a été mentionné. Ce ne sont que des illusions auxquelles vous devez encore vous confronter – si vous n’avez pas fini de les comprendre et de les contourner. Les contourner signifie simplement accéder à votre Vérité, et celle-ci – vous le savez – est intérieure. J’espère avoir apporté une réponse qui malgré tout te satisfasse.

 

J’ai eu le message que je ne suis pas incarnée complètement vis-à-vis de la matière et de ce monde et j’aimerais savoir ce que cela veut dire et comment je peux m’incarner davantage…

Bien-Aimée, ce message que tu as reçu n’est pas forcément l’indication d’un défaut : c’est simplement, sans doute, une constatation. Il est vrai que dans les années passées de la matrice telle qu’elle était encore, beaucoup d’écoles spirituelles vous invitaient à vous incarner, au maximum et de votre mieux, cela étant également pour vous permettre de mieux vous adapter à votre environnement. Je te rappelle qu’aujourd’hui, ainsi qu’il vous l’a été dit il y a quelques jours, vos corps ne sont plus les mêmes : de nombreux changements ont été opérés et vous avez ce que vous appelez de nouveaux corps, qui justement vous permettent de faire, disons, passerelle avec votre corps d’Être véritable, qui lui n’est absolument pas incarné, car il est par essence multidimensionnel.

L’aspect incarnation de votre corps ne concerne aujourd’hui vraiment que votre corps physique et la partie mentale qui vous permet de fonctionner dans votre environnement de matière. La nécessité pour ta propre évolution de t’incarner davantage est ton choix. S’il t’importe de travailler à cela, cela est ton choix ; mais ce n’est pas une nécessité imposée, ce n’est pas un manque, un défaut, une faiblesse, un amoindrissement de ce que tu es. Nous ne sommes plus, vous n’êtes plus, plus exactement, aujourd’hui dans les conditions qui étaient les vôtres il y a quelques années, ni même il y a quelques mois. La matrice est ouverte, vous n’avez plus à vous soucier d’augmenter votre incarnation, sauf bien évidemment si cela est votre choix. J’espère t’avoir répondu suffisamment.

 

Quelle serait la différence si je faisais le choix de m’incarner plus ? Quelle en serait la conséquence ?

La conséquence est un appel vers la densité, vers l’action, est un choix peut-être de rester dans un corps de troisième dimension, plutôt que le choix qui consisterait à aller vers les aspects plus subtils et multidimensionnels qui sont offerts à vos Êtres, et qui représentent – pour ceux qui les choisissent – plus de conscience de Lumière et de liberté. Le mot liberté ici n’est pas à prendre au sens le plus terrestre du terme… Il s’agit presque plutôt d' »espace », car la liberté dans les multidimensions n’est pas individualisme : elle est Service, elle est celle d’occuper sa place et non pas celle de quitter sa place – comme dans vos croyances terrestres vous la désignez parfois…

 

Est-ce qu’entrer dans une impossibilité d’expression, de difficulté – voire d’impossibilité – à communiquer, jusqu’au silence, est symptomatique des nouveaux corps ?

En effet, Bien-Aimé, cette hypothèse est parfaitement acceptable et intéresse de nombreuses personnes. Comme vous le savez, il y a différents modèles de nouveaux corps et tous n’ont pas les mêmes modes de fonctionnement, dirons-nous. Mais l’usage du mental pour discourir ne fait pas partie des programmes intéressants dans les nouveaux corps, qui sont appelés à voyager vers des sphères subtiles, davantage que de s’enliser vers ce qui fut. Par conséquent, les modes de communication des nouveaux corps sont beaucoup plus subtils et, de fait, comme tu le dis, silencieux au sens de l’usage de la parole… Car, je te le rappelle, Eshtananda vous a informés que vous aviez une voix subtile ; et vous avez également une écoute subtile. Par conséquent, à un certain stade de réalisation de soi et des nouveaux corps, il peut devenir de peu d’importance de continuer à développer l’usage de la parole comme outil d’expression. Je te remercie donc de ta question, Bien-Aimé.

 

Je suis arrivée à un endroit où je sens, je vois le mental qui participe à certaines choses que je sens, et j’ai un coeur qui sent tellement, que je n’arrive plus à savoir moi-même ce que je sens vraiment… J’ai des choix à faire, je passe par une phase de dépouillement et j’arrive à un coeur comme un artichaut, enveloppé encore, et je sais que ces choix sont liés à mon coeur et que je ne sais plus entendre mon coeur. Je sais que je dois apprendre cela maintenant, après cet achèvement et ce mouvement qui vient, mais où je ne sais plus écouter comme une enfant… Je cherche à connaître mon coeur et à savoir l’entendre, à le dissocier parmi ces élans, et j’ai l’impression de trop sentir, trop de choses, et de ne plus pouvoir choisir…

Quelle beauté, Bien-Aimée, tu nous fais entendre… Quelle humanité… je sais qu’il est douloureux pour vous, pour chacun de vous, d’être dans ces périodes de choix, d’abandon de beaucoup de croyances, de certitudes, ou bien de conditions matérielles, et dans ces phases d’incertitude concernant ce qui ensuite doit prendre forme, et je respecte la complexité et les difficultés de ces états.

Le chemin de votre coeur est extrêmement simple. Je sais que parfois vous le perdez – ou vous croyez le perdre – parce que vos émotions vous masquent votre coeur véritable. Le véritable coeur est dégagé des émotions, et c’est là le travail peut-être, aussi, qui est à réaliser dans ces moments-là… Le coeur est stabilité, le coeur est simplicité, le coeur est Lumière. Le coeur émotionnel est agité. Ainsi donc, parfois, votre coeur est obligé de se fermer car le trop d’émotions et le trop de sensations ne lui permettent plus de faire face à l’extérieur ainsi qu’au trouble intérieur. Retrouver la stabilité et la vibration du coeur véritable peut demander un certain chemin, disons de pacification, d’intériorisation, qui peut demander des conditions d’environnement protégées, car cela est plus facile, et que peut-être vous n’avez pas dans un moment d’instabilité. C’est pour cela que j’ai dit que je respecte vos difficultés lorsque vous y êtes…

Mais je t’invite, Bien-Aimée, à marcher intérieurement sur ton chemin de Lumière, le plus droit, car il est là : je le vois, et si tu ne le vois pas, c’est simplement que tu crois ne pas le voir, ce que je respecte. Chaque pas est un pas de Lumière, chaque pas est un pas de Joie et de Simplicité.

Rappelle-toi que la Mère des Mères te regarde, ne t’oublie jamais, se réjouit de chacun de tes pas de tout son coeur, et de toute l’immensité et la fierté de son Amour de Mère. Tu n’as donc peut-être qu’à t’abandonner à ce regard, pour mieux choisir le sens de tes pas, si jamais tu t’interroges sur leur sens. Et sinon, abandonne-toi à la Lumière, car cela est le chemin le plus sûr. Plus tu t’abandonnes à la Lumière en décidant intérieurement de le faire, plus ton chemin s’ouvre, s’éclaire et se facilite, et tu peux l’observer très rapidement et de jour en jour.

Je te remercie, Bien-Aimée, de la beauté de ce que tu nous as fait entrevoir de toi.

 

Je sens en moi un appel à vivre le couple sacré. Dans ces moments-là j’ai l’impression de faire un voyage initiatique essentiel. J’aimerais savoir si un couple sacré est possible dans ce monde, si cela est possible pour moi. Cet appel est-il juste ou suis-je dans une illusion ?

Bien-Aimée, la réunion des polarités masculine et féminine est toujours – lorsqu’elle est dans sa perfection – un acte sacré. Dans la vie terrestre que vous savez connue jusqu’à maintenant, les relations homme-femme – tout en cherchant, lorsqu’elles le faisaient ou le font, à être sacrées – rencontrent un certain nombre d’illusions, et cela fait partie de l’essence de ces relations.

Il y a donc, peut-on dire, nécessairement chemin d’illusion autant que chemin de vérité dans cette quête-là. La vérité en question est ta propre vérité, est ta vérité intérieure et ton chemin intérieur. La vérité en question n’est pas celle de l’entité qui s’appelle couple, ni celle de la disparition dans le désir ou le regard de l’autre, par exemple, ni celle de l’accomplissement de la possession de l’autre. Ces deux indications sont le résumé de ce qui fait l’essence de la plupart des illusions concernant la vie en couple.

L’homme et la femme qui se rencontrent dans l’incarnation sur cette Terre sont simplement appelés à travailler ensemble leurs difficultés, et le partenaire idéal est celui qui va te confronter à tes difficultés, et avec qui tu vas pouvoir les affronter ou les subir pour grandir vers toi-même, et uniquement vers toi-même. Il ne m’appartient pas de te dire – car ce n’est pas le genre de pouvoir que je souhaite exercer – ce qui est juste ou ce qui ne l’est pas. Ce qui est juste, pour toi, est ce qui dans l’instant fait vibrer ton coeur – et non pas ton coeur émotionnel, mais ton coeur de Vérité et de Lumière.

 

Est-ce que l’amour, tel que je le conçois au sein de mon coeur, en ces temps et sur ce plan est possible, (car j’ai conscience que cela ne l’était pas véritablement avant) ? Ou est-ce qu’en ces instants où on accède à d’autres vérités, d’autres capacités, cela nous coupe de ce fait de la possibilité d’un amour terrestre ?

Mes Très Aimés, je ne suis qu’un ange… Je sais que vos questionnements sur l’amour sont extrêmement enchevêtrés, vous occupe énormément, et je ne peux que te dire la réponse que j’avais dès le début de ta question : c’est que l’Amour véritable se vit, bien évidemment, mais dans l’instant. Pour ce qui est de ce que tu appelles l’amour véritable, pardonne-moi Bien-Aimée, mais j’entends énormément d’illusions dans ta désignation d’amour véritable. je suis donc un peu désarmé pour répondre de façon pragmatique.

Il est clair que plus vous êtes dégagés des illusions de la matrice, plus vous êtes dégagés des illusions de vos émotions, plus vous êtes dégagés des illusions de votre mental, plus vous êtes dégagés de vos innombrables projections les uns sur les autres, plus vous pouvez tendre à un idéal que peut-être on pourrait appeler l’amour véritable. Mais je ne suis pas sûr qu’il ressemble à ce que vous désirez comme amour véritable, qui je crois implique passion, exaltation, fusion, voyage en voiture avec de la musique, union des corps dans l’embrasement incessant, et réalisation de vie prolongée sans conflits, dans l’harmonie la plus parfaite et néanmoins dans la matière… Je suis très désarmé pour répondre à cette question, ma Soeur.

Au niveau d’où je vous parle, l’instant est éternel et l’amour véritable est éternel, mais il est dégagé de toute polarisation excessive vers tel ou tel être que l’on rencontre, car vous êtes inscrits dans une musique où vous pouvez avoir un partenaire privilégié, mais il ne s’agit pas pour autant de fonder un foyer et de connaître des moments de passion.

Je m’excuse d’être aussi lamentable dans mes réponses, aux yeux de ce que vous souhaiteriez… Je vous rappelle également que les nouveaux corps que vous avez sont plutôt faits pour aller vers votre chemin de Lumière, et que ce chemin de Lumière implique liberté, et non pas co-dépendance à quelqu’un.

 

 

 

via Christine Anne K. le 8/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Questions/Réponses – n°22

 

 

Puisqu’il a été parlé de musique, dans quelle mesure sommes-nous des instruments et dans quelle mesure avons-nous des instruments ? (Peut-être est-ce une question irrecevable, mais je le pose…)

Mes Très Aimés, la musique des coeurs se joue avec l’instrument de votre coeur et votre corps est également un instrument. Quand je parle de corps, il s’agit d’une part de votre corps de matière, et puis de votre corps dit subtil – corps de Lumière, corps d’êtreté, corps que vous appelez énergétique, corps sonore – voilà donc votre première collection d’instruments. Il peut arriver en sus que lorsque vous avez certaines tâches à réaliser dans le Service de l’Un et dans l’accomplissement de ce que vous êtes, à votre place, dans ces architectures, ces géométries, ces formes et ces musiques dont il a été question, il se peut, oui, que vous ayez parfois à employer un instrument supplémentaire. Ces instruments vous sont alors donnés, ou bien vous les proposez, parfois vous les co-créez à plusieurs : il peut y avoir des instruments collectifs.

Instrument signifie également outil. Un instrument est une création qui sert à quelque chose et qui produit quelque chose, et les quelques choses en question sont de natures extrêmement variées, vous n’en douterez pas. Ainsi Bien-Aimée, ta question n’est pas du tout irrecevable. Sois en remerciée, car nous te l’avons soufflée !

 

Comment puis-je accompagner ma fille pour qu’elle réalise ce qu’elle est venue réaliser sur Terre ?

Bien-Aimée, les enfants qui aujourd’hui se sont incarnés sur cette Terre sont pour la plupart des êtres que vous qualifieriez d’exception, en regardant votre passé, mais qui sont à vrai dire venus pour vous accompagner. En tant que parents, par conséquent, votre rôle principal est celui de parents : cela signifie aimer, éduquer, enseigner la survie du corps, la relation au monde, offrir la sécurité, la joie, le partage ; rien de tout cela n’est bien compliqué. Ne croyez pas qu’en tant que parents d’enfants dont vous êtes conscients qu’ils ont une mission, vous soyez appelés à produire des actes particuliers, car vos enfants eux-mêmes savent très bien ce qu’ils ont à faire, et ils sont également là pour vous faire travailler sur vous (et certains le font assez durement parfois…).

Il ne s’agit pas non plus d’admirer vos enfants comme si c’étaient des êtres tout puissants, auxquels il faudrait vous soumettre : ce n’est pas ce qu’ils demandent. Ils ont beaucoup d’amour pour vous, mais ils vous demandent de grandir auprès d’eux de même qu’auprès de vous ils peuvent grandir, non seulement dans leur corps qui grandit en tant qu’enfant, mais également dans leur être qui s’est incarné pour évoluer, de même que vous.

Ton enfant et toi vous pouvez avant tout chercher ensemble les voies de ce qui vous donne bonheur réciproque à avancer ensemble, et s’il y a des conflits, cela fait partie de ce qui vous fait travailler votre évolution. La seule chose particulière que l’on peut ajouter – car ceci s’adresse non seulement à toi mais à bien des parents – c’est que vos enfants, bien évidemment, ont des facultés souvent exprimées de clairvoyance, de clairaudience ou de télépathie qui peuvent vous étonner, et qu’il n’y a ni à les réprimer, ni à les survaloriser : il y a juste à ne pas les interdire. Il n’y a pas à croire que vos enfants seraient des enseignants spirituels, ou des mages (j’emploi ces mots à dessein). Ils sont ce qu’ils sont, et le rôle des parents – car ils vous ont choisis – est celui que j’ai dit, d’apporter amour, sécurité, éducation, et d’évoluer ensemble. Ils vous ont également choisis comme je l’ai dit pour vous aider à grandir vous-mêmes. Aimez-vous et restez simples. J’espère avoir répondu à ta question.

 

Je me suis ouverte à la perception que ma vie est au service de la Source, je prie que la volonté de la Source se réalise… Est-ce que c’est juste, ou est-ce que je suis en train de refuser mon rôle de co-créateur, ou bien est-ce justement ma place en tant que co-créateur d’ouvrir en ce sens ?

C’est bien évidemment ta place, Très Aimée, il importe en cela simplement que ta conscience maintienne le fait que la Source n’est pas extérieure à toi. Au-delà de cette place telle que tu la définis, sache que ta place, même si elle comportera toujours cette fonction, a également les qualités de s’inscrire dans des corrélations subtiles avec d’autres êtres. Tu es à la fois unique et tu es dans l’Un : être dans l’Un signifie être tous Un. En cela, tu es à la fois unique à ta place et tu n’es pas différente de tous les autres, tout en étant strictement ce que tu es, à ta place. Ainsi la Source se déploie à travers chacun, pour Elle-Même et pour tous, et c’est cela qui en effet constitue la plus belle des réalisations de soi et du Tout.

Ainsi, la volonté de la Source doit s’exprimer à l’intérieur de toi plutôt que de venir de l’extérieur, mais elle peut aussi s’exprimer par la qualité de ton abandon à ce qui fait ta vie, à ce qui advient, à ce qui est, à ce que tu traverses, à ce qui vient à toi et à ce qui vient de toi. Il n’y a pas de volonté de la Source comme d’un dieu tout-puissant tel qu’il vous fut enseigné, car celui-là n’existe que dans les représentations de la matrice et n’est pas la véritable image de la Source, qui n’a pas d’image, car elle est.

 

 

via Christine Anne K. le 6/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.