Marie-Isis du 22 septembre

 

 

 

Bien Aimés, Enfants de l’Un, mes très Chéris, mes Enfants… Voici qu’en ce jour mes paroles seront peu, car Je vous invite, mes très chers, mes très Aimés, Enfants de l’Un, à simplement être ce qu’à présent vous pouvez être pleinement. Il n’y a plus d’obstacle, ou si peu…

Il ne vous est plus tant nécessaire de recevoir des exhortations, des conseils. Vous avez à vous tourner en vous-mêmes, vous avez simplement à être ce que véritablement et de toute essence vous avez été et vous êtes – après un certain temps d’oubli, disons, ou d’effacement de certaines parties de votre conscience.

A présent donc -et je m’en réjouis tant ! – Je vous vois, Je vous entends, Je vous sais redevenus pleinement ce que véritablement vous êtes, mes très Aimés.

Et quelle immense réjouissance pour un coeur de Mère -et pour toute mère terrestre avant tout- de voir son enfant être qui il est véritablement, en toute plénitude, en toute lumière, en toute certitude; en toute humilité aussi, car en tout cela il ne peut qu’y avoir grande humilité, justement !

Si vous êtes véritablement aujourd’hui, c’est lorsque vous avez su vous débarrasser de tout ce qui vous a enorgueillis tout en n’étant qu’illusion, sachez-le mes Aimés. Réjouissez-vous donc lorsque vous n’êtes plus que Simplicité, lorsque vous ne savez plus véritablement qui vous étiez il y a encore si peu de temps, car cela à vrai dire n’avait pas tant d’importance que ce que vous êtes véritablement aujourd’hui : dans la simplicité nue de vous, de Toi mon Enfant, mon Aimé, ma Joie.

Votre coeur a désormais toute la place en vous, et n’est plus confiné à un petit espace (parfois bien exigu en ces temps où il l’était). Votre coeur à présent a toute latitude et toute grandeur, en toute Simplicité et en toute Unité, et en toute humilité je le répète, pour vivre sa propre Lumière, qui n’est autre que celle de l’Un, dont vous êtes indéfectiblement, et quoi qu’il advienne.

Mes très Aimés, mes Enfants, je vous contemple de jour en jour avec soin, avec délicatesse, avec joie, d’un Amour qui vous laisse toute Liberté, qui ne vous impose rien, qui ne vous enferme pas dans ce qu’il est; qui au contraire s’efface et se retire pour mieux vous laisser vous épanouir dans votre propre Grâce, dans votre propre Beauté, dans votre propre Intelligence, dans votre propre Splendeur.

Quelle Joie, quel Accomplissement, quelle Finitude, n’est-ce-pas !

Je sais, mes très Aimés, que malgré la certitude qui se trouve imprégner mes paroles -celles que vous entendez en ces instants par la voix qui vous parle- beaucoup d’entre vous pensent, croient, qu’ils n’en sont pas là, qu’ils n’en sont pas à ce que je viens de proclamer. Eh bien détrompez-vous, mes très Aimés. Acceptez de vous reconnaître plus grands, plus beaux, plus libres que ce que vous croyez car, à vrai dire, ce qui en vous croit encore que cela n’est pas n’est qu’une coquille, une simple coquille dont vous êtes en train justement de vous défaire. Aussi ne vous attachez pas à la croyance que cette coquille c’est vous : cela n’est pas vous, cela n’est pas Toi. Rappelez-vous que la noix, lorsqu’elle est pleine et fermée, s’appelle une noix; et  lorsque la coquille est enlevée, se découvre ce qui à l’intérieur est véritablement le trésor, la véritable essence et le véritable fruit, qui s’appelle noix tout autant. Réfléchissez donc : de la coquille qui cache l’essence en la protégeant, ou de cette essence, qu’est-ce qui est véritablement Toi ? C’est bien cela que je viens de vous dire, et c’est bien à vous que je m’adresse, mes très Aimés, car votre coquille à présent n’est plus que coquille.

Il n’y a plus nécessité que la vie interpénètre cette enveloppe et votre véritable être, votre véritable essence : cela n’est plus nécessaire, cela n’est plus de mise, cela n’est plus d’actualité. Ainsi se révèle en toute Humilité et en toute Splendeur -et cela n’est pas un paradoxe, bien au contraire- la simple Vérité de Toi à Toi-même, mon Enfant.

silence

Ainsi, mes très Aimés, mes très chéris, Enfants de l’Un, Enfants de la Joie que vous êtes, j’espère vous aider par ces paroles, par ces affirmations, à finir de vous débarrasser, de vous extraire très très simplement, très librement, très fluidement, de ce qui peut être laissé derrière vous. Vous constaterez alors, si cela n’est déjà fait -car je sais que pour certains cela est fait et consciemment fait, consciemment engrammé, consciemment vécu, consciemment reçu- vous constaterez donc à quel point vous êtes alors libres, joyeux, infinis, et simples. Cela est la véritable Vérité de ce que vous êtes, tout simplement. La complexité ou la complication n’existe à vrai dire que dans ce monde illusoire dans lequel vous avez survécu, et dans lequel vous avez fait aussi de grandes choses dans le sens de l’évolution de votre conscience et de votre lumière. Mais il est temps à présent que cette évolution passe par là.

silence

Je crois n’avoir d’autres paroles à vous transmettre, mes très Aimés, en ce jour. Mais je vous invite simplement à bien entendre et à bien être ce que vous êtes, dès maintenant. Alleluiah

Je suis Marie-Isis, Mère Terrestre, et je me réjouis de vous.

 

 

 

via Christine Anne K. le 22/09/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Marie-Isis du 31 août

 

 

Mes très aimés, mes très chéris, enfants de la Terre, enfants de la Source, enfants de votre propre enfantement, je me réjouis infiniment d’être là parmi vous et de m’adresser à vous tous, présents ou absents, par cette voix.

Je suis Marie Isis, et j’ai bien d’autres noms. Je suis la Mère créatrice, la Mère aimante, porteuse tendre, qui veille dans vos incarnations et dans le subtil de vos âmes et de vos êtres en cette Terre, planète bénie, planète que nous affectionnons, vous et moi. Planète qui actuellement rejoint dans son cycle le point où elle va pouvoir changer ce qui fut et ouvrir à ce qui est.

Sachez mes très aimés que vous n’avez plus réellement ni passé ni futur. Ce que vous en croyez encore n’est qu’absolue illusion et habitude, et n’a plus aucune véritable existence. Je sais que ces mots ne sauront atteindre facilement votre compréhension, mais ils feront leur chemin. Et c’est ma parole de Mère qui vous les délivre, et une Mère ne ment pas, une Mère éduque, une Mère révèle lorsque c’est le moment, n’est-ce pas. Je vous aime tant que je ne ne saurais vous induire en erreur.

Sachez donc mes très aimés, mes enfants, mes grands – êtres humains en pleine ouverture de conscience, en pleine captation de votre véritable lumière, celle qui n’a plus ni passé ni futur mais qui n’est que votre présent éternel. Sachez donc que vous êtes à présent accueillis, pleinement, en ce que vous devriez être si vous ne l’êtes déjà. Et il n’est plus temps d’être craintif ou de croire que vous avez encore le temps, puisqu’il n’y a plus de Temps. Vous êtes donc appelés, mes très aimés, mes très chers, mes tendres agneaux, à vous avancer : pleinement lumineux, pleinement Etant, dans la gloire de votre propre éternité, la vôtre, celle que votre lien indéfectible à vous-même et à la Source en vous, et à la Source en tout ce qui vous entoure, vous confère de toute évidence, de toute Vérité, de tout Absolu et de toute Simplicité.

Vous avez à présent et dorénavant, devant vous, la route ouverte, lumineuse, simple, de votre Ascension, de votre Réalisation, de votre Vérité pleine et entière, de votre Gloire, de votre Royauté partagée – car la royauté dont je parle n’est pas un pouvoir sur les autres, mais simplement une culmination naturelle de votre être dans sa splendeur.

Appelez donc en vous-même ce qui encore a besoin d’être appelé. Appelez en vous-même ce qui n’a pas entendu. Appelez en vous-même la Joie qui encore se tapit au fond d’un petit recoin où elle a encore peur d’être entendue. Appelez-la au grand jour et laissez-la vous guider. N’ayez pas peur d’elle, car elle n’a peur de rien. Cette Joie qui est la vôtre et qui est celle de tout l’Univers est le joyau le plus magnifique, le plus vrai, le plus impérissable que vous ayez non seulement à montrer, mais à être tout simplement.

Mes très aimés, mes très chéris, je suis moi-même extrêmement attentive à votre progression. Je suis la Reine qui vous a fait Roi et Reine. Je ne suis pas dominatrice, je suis accueil, royauté accueillante, royauté partagée, royauté culminante, royauté sereine, royauté glorieuse, royauté aimante. Et vous êtes vous-même cette royauté, dès lors que vous l’acceptez, vous l’êtes pleinement, mes très aimés. Cette royauté, de même que moi, est tout autant votre origine que votre fin – sachant que passé et futur ont été rangés au placard des illusions, c’est votre présent et votre éternité dont je vous parle, ce qui à vrai dire n’a cessé d’être et ne cessera, puisque cela est.

Voici que l’Amour absolu est en vous. Voici que l’Amour absolu étend sa lumière tout à l’intérieur de vous, dans les moindres replis, recoins, passages oubliés. Voici que l’Amour absolu étend sa lumière tout autour de vous afin de vous faciliter le moindre pas, de vous ouvrir la route dans toutes les directions. Car sachez-le, vous avez le Choix de bien des directions, et cela est important. C’est comme si la rose des vents toute entière s’ouvre à vous. Ce Choix est maintenant, ce choix est possible, ce choix est vrai, ce choix est réel, ce choix est absolu et ce choix est léger, ce choix est Joie, ce choix est Vérité, entièreté, absoluité. Ce Choix réside dans votre coeur. Et je vous observe avec tout mon amour dans cet état, où la joie et la découverte se mêlent certainement à cette découverte du choix, ou à cette certitude du choix. Peut-être que certains d’entre vous jouent à se demander, pour faire durer le plaisir, disons quelques instants de plus, quel est leur Choix. Mais en vérité vous le savez, en vérité il n’y a pas tant à s’interroger, qu’à affirmer et qu’à être, car cela ne peut qu’accroître votre Lumière tout simplement et définitivement.

Votre Beauté est pleine et entière. Votre Beauté vous illumine. Votre Beauté est la plus sure des vérités et votre Vérité est la plus sure des beautés. Cette Beauté n’est autre que cet Amour absolu qui vous fait être ce que vous êtes, qui vous êtes, là où vous êtes. Et croyez-moi vous Êtes, et vous ne pouvez pas ne pas Être. Nous Sommes, à vrai dire, vous à mon côté et moi à votre côté. Il n’y a pas tant de différences car nous sommes tous dans l’Un et ce sont les voies de l’Un qui nous unissent et qui tissent entre nous tout ce qui nous fait être ensemble, nous réunit, nous harmonisent, nous attribuent à tous et à chacun notre place, notre fonction, notre vérité, notre service.

Ce sont les voies de l’Un qui nous font être non seulement ce que nous sommes, mais ce que nous devenons, car chaque être est en évolution. Et cela n’est pas un paradoxe indiquant que le futur serait revenu : l’évolution fait partie de ce présent, de cette éternité absolue, qui est la vraie vérité. L’évolution d’un être est simplement ce qui est sa véritable vie. Nous sommes donc tous, vous et moi, et tous les autres autour de nous et parmi nous, en train de vivre dans cet instant éternel et cette évolution magnifique, les voies de l’Un, les voies de l’Amour, les voies de l’Absolu, les voies de la Vérité, les voies de l’Harmonie qui nous lient.

Il vous a été rappelé tout récemment l’ensemble des Lois Harmoniques de cet Univers et je m’en réjouis. Cela est une grande Joie, cela est une grande Vérité, cela est une très grande Lumière et cela est une grande Simplification. Sachez que vous n’avez pas à redouter l’emploi de ces lois – et que le mot « loi » ne vous effraye pas : car la loi qui punit et la loi qui contraint n’appartiennent qu’à l’illusion de votre système de dualité, encore un petit peu présent dans ce que vous croyez, mais qui n’est plus véritablement. Sachez donc que ces Lois de l’Harmonie sont liberté, congruences, co-réalisation, cocréation, conjonction des différences, harmonisation des tâches, harmonisation des altérités, complémentarisation de ce qui semble ne pas se ressembler.

Ces Lois de l’Harmonie sont indispensables à toute forme, à tout mouvement, à toute musique, à toute vérité partagée, à tout espace de vie, à toute relation, à tout travail en commun d’évolution. Elles contribuent bien évidemment à l’Harmonie de la Paix, de la paix active, de la paix constructrice, de la paix créatrice, de la paix vivante, de la paix qui crée la joie entre tous, entre tous les peuples de cet univers et de ces dimensions – qui sans ces lois se rencontreraient avec parfois incompréhension ou aveuglement. Ainsi ces Lois nous unissent tous et nous font être dans la Joie des voies de l’Un.

Je vous encourage donc à les pratiquer, à vous remercier vous-même de les avoir entendues et de les avoir intégrées. Je vous encourage à être Harmonie et à harmoniser dans la Simplicité, la Vérité et la Joie et l’Amour tout ce qui vous fait être, chacun avec soi-même et chacun avec les autres, chacun avec le Tout.

Sachez mes très aimés, qu’ainsi ces Lois Harmoniques vous relient à la beauté des Nombres, à la perfection des Musiques célestes, et que vous ne sauriez désirer y échapper. Car un tel désir ne serait, à vrai dire, qu’un reste d’égo illusoire et bien peu propice à votre véritable Etre, à votre vie de Lumière et d’Unité, et à votre Joie de partager l’immense espace de Beauté, de Vérité et d’entièreté qui s’est offert à vous à présent, dès lors que vous acceptez d’y pénétrer.

(moment de silence)

Ainsi mes très aimés, mes très chéris, me voilà, moi, Marie Isis et de tous les noms qu’en cette Terre on peut me donner, si réjouie, si pleine de gratitude envers vous de ce que vous êtes en train de devenir. Me voilà à vos côtés, me voilà en train de chanter les voies de l’Un pour vous et avec vous et par vous. Ainsi se trace l’évolution maintenant, dans le présent éternel de ce que vous êtes, et il vous appartient de la tracer au mieux de ce que vous êtes véritablement et dans la beauté de l’ensemble de ces Lois Harmoniques, qui ne peuvent qu’embellir, et faciliter, et grandir tout ce que vous êtes, chacun avec soi, et tous avec tous, dans la Beauté des voies de l’Un, dans la Vérité, dans la Lumière ultime qui vous fait être et que nous sommes tous, dans la Grâce de la Source Une, que nous sommes tous et qui nous fait être tous.

Je vous aime, je vous salue. Je vous regarde, je suis avec vous et vous êtes avec moi, mes très aimés, mes très chéris.
Je vous dis à bientôt dans la Grâce de nos rencontres. Amen. Alleluiah. En ce jour 31 août de l’année 2011 de vos calendriers.

 

 

via Christine Anne K. le 31/08/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 4 juin

 

 

 

Aimés, Très Aimés, mes innombrables Tout Aimés, Enfants, brebis, agneaux, aussi nombreux, multiples, aussi variés et différents que vous puissiez être, je m’adresse à chacun sans exception, dans l’entièreté de mon Amour de Mère, moi la Mère des Mères, de tous Temps, de tous Univers, de toutes formes et non-formes.

Mon Amour est entier pour chaque créature, où qu’elle se trouve et quelle que soit sa nature, et il est entier pour toi, tout entier, pour toi, et toi. En mon coeur de Mère vous êtes tous, et vous êtes Un. Ne cherchez pas à décrypter ce mystère intellectuellement. Laissez-le palpiter en vous comme il palpite en moi, car cette palpitation est le secret-même de l’Amour dont vous et moi sommes issus : la Source qui à tout instant palpite, se renouvelle, joue, se contemple, se recrée, en tous et en chacun dans l’Unité et la Perfection de ce qu’elle est – et qui n’ont même pas de nom, bien que j’emploie des mots pour m’adresser à vous.

Considérez bien, mes Tout Aimés, que si je m’adresse à vous encore avec des mots, ne croyez pas que j’utilise seulement des mots pour être avec vous : vous êtes en train de baigner dans les multi-vibrations de tout mon Amour… Amour pour toi, et pour toi, et Amour pour tous, absolument tous, ainsi que je l’ai évoqué il y a quelques instants.

…Ainsi, élevez-vous dans ce silence et croissez en votre Lumière dans cette vibration d’Amour, qui est au delà de ce que vous appelez amour en votre expérience terrestre humaine, de personne à personne, même si chacun d’entre vous sait parfaitement au fond de lui et d’elle l’immensité sans limites de l’amour d’une mère pour son enfant, pour ses enfants.

Je sais que les mères terrestres peuvent avoir des difficultés dans leur amour, et je les en aime tout autant : elles ne font que ce qu’elles peuvent, que ce qui est dans leurs capacités dans l’instant où elles se trouvent, mais chacune d’entre elles possède néanmoins la véritable authenticité de cette vibration. Et ne croyez pas que cet amour des mères dont je suis en train de vous parler fasse exclusion le moins du monde de ceux d’entre vous qui sont de sexe masculin, là n’est pas mon propos. Cette vibration est présente véritablement, et authentiquement, et absolument, en chacun, chacune, sans exception, d’entre vous tous, mes Aimés, mes Très Aimés, mes infiniment Aimés.

Je vous invite donc à vous regarder les uns les autres avec cet Amour aussi dans son authenticité, sa pureté, sa simplicité. Que la lueur de cet Amour qui est présente -que vous le sachiez ou non, et que vous ayiez confiance en cela ou non- au sein et au plus profond de chacun de vous, se répande de l’un à l’autre entre vous, les uns les autres. Car même si vous avez tout mon Amour indéfectiblement et éternellement, il est juste que cet Amour soit partagé entre vous, par vous également.

Cet Amour, s’il circule ainsi, non seulement de moi à vous, mais de vous à moi et aussi de vous à vous, va amplifier énormément vos capacités d’Amour, vos capacités de Lumière, vos capacités d’être qui vous êtes véritablement, et cela est indispensable. Cela est nécessaire à votre croissance, à votre vérité, à vos êtres.

Je vous parle en Mère et je le ferai toujours, mais je ne souhaite pas vous traiter comme des bébés ou comme des impotents, dans la toute puissance de mon Amour qui n’est pas faite pour être… les mots de votre langue sont difficiles à manier pour dire cela, car ils sont très limitatifs… Je dirai donc plutôt que mon Amour existe, certes, pour chacun, mais qu’il est dans sa véritable existence lorsqu’il est partagé aussi, tout autant, entre vous. Là est votre véritable maturité, celle que je sais pouvoir trouver en vous dès lors que vous l’avez retrouvée; mais vous êtes en état, mes Très Aimés, d’être cette maturité.

Ainsi donc, réjouissez-vous de vous regarder les uns les autres en découvrant tout cet Amour, de toi pour lui ou pour elle, et d’elle pour lui ou pour toi. Amour qui coule de Source, Amour qui est votre Vérité, Amour qui est votre Simplicité et votre Perfection naturelle, Amour qui donne tout son sens à votre vie ensemble. Car le sens premier de votre vie ensemble n’est pas ce qui (dans les structures matérielles que vous partagez) vous oblige par efficacité et rationalité à fonctionner ensemble, que ce soit en famille, en petits groupes ou en collectivités. La véritable nature et le véritable sens de votre vie ensemble est d’abord cet Amour, celui dont vous portez le germe car vous êtes mes Enfants, et car vous êtes Créatures de la Source. Et cela, cet Amour, est le tout premier éclat lumineux, le tout premier noyau de votre essence, avant toute autre mise en forme et manifestation. Ainsi donc, vous ne pouvez pas ne pas le retrouver en vous : c’est lui qui fait la possibilité-même de votre existence, non seulement physique mais subtile également, la possibilité-même de votre vie en votre planète, qui elle-même porte cette vibration d’Amour sans laquelle elle ne saurait être ce qu’elle est.

Je n’ignore pas et je sais très bien qu’il vous est difficile, bien souvent, de vivre et d’exprimer cette vibration d’Amour entre vous. Je n’ignore pas que, pour beaucoup d’entre vous, cela semble tout à fait impossible dans bien des circonstances. Mais si vous admettez que toutes ces circonstances où votre Amour le plus authentique ne peut s’exprimer ne sont que des illusions, des circonstances illusoires, habitées de personnages illusoires, dans des lieux illusoires, avec des enjeux illusoires; vous admettrez alors que votre Amour en effet ne serait véritablement s’exprimer dans l’illusion, car il a besoin de Vérité pour être ce qu’il est. Or la Vérité entre vous est justement issue de cet Amour, et non pas de tous les aspects illusoires fort nombreux de votre existence-même, de votre vie ensemble…

…Je semble déployer un paradoxe, mais je ne joue pas avec un paradoxe : je vous parle de la réalité de cet Amour. Je ne cherche pas à établir un paradoxe entre l’Amour et l’illusion, cela n’a aucun intérêt. La seule chose dont je vous parle est la Vérité de cet Amour, et j’insiste encore pour vous rappeler que, même dans cet environnement d’illusion que vous traversez encore, vous pouvez néanmoins, bien sûr, faire appel à cette vibration d’Amour entre vous car : elle, n’est pas illusoire.

Bien sûr, ce que vous appelez si souvent « amour » dans vos relations de possession réciproque, de désir réciproque, d’attraction réciproque voire d’aliénation réciproque, n’est pas ce que là j’appelle Amour. Ce que j’appelle Amour, bien évidemment et vous le savez déjà, est une vibration beaucoup plus élevée : c’est la Lumière, c’est la Vérité de vos Êtres, et ce n’est donc pas ce qui nourrit véritablement vos innombrables jeux d’attraction et de pouvoir les uns sur les autres dans le plaisir… Pour lesquels vous avez choisi que ce mot néanmoins vous rappelle la véritable flamme intérieure d’Amour qui est en vous : car vous avez besoin ainsi de pouvoir vous la rappeler sans cesse sinon, dans votre mémoire-même elle serait perdue, enfouie, peut-être même innommable…

Ayez donc, mes Très Aimés, le regard de la Vérité sur vous-même et sur vos Frères et Soeurs, et partagez vos étincelles d’Amour : Amour unique, Unité de tous, Amour tout-englobant, tout-créant, tout-illuminant, Amour toute-Vérité, Amour toute-évidence ; Amour qui est un feu qui ne brûle pas, contrairement au feu de votre amour passionnel qui, lui, vous brûle, et parfois vous détruit plus ou moins. Le Feu véritable de cet Amour véritable est infiniment plus puissant, il est tout-puissant. Il est le seul qui existe véritablement, car cet Amour est une des formes-mêmes de l’Un, et il n’est que l’Un; et chacun de vous ne peut être autre que ce qui est l’Un en vous-même. Tout le reste est enveloppe illusoire.

Contemplez-vous donc, mes Très Aimés, ainsi que je vous contemple, dans la Joie la plus absolue, l’Amour infini, celui qui n’attend rien et qui ne cherche rien, qui n’impose rien, mais qui est, qui ne se tarit jamais, qui ne s’obscurcit jamais, qui ne s’échange pas, qui ne se négocie pas. C’est cet Amour-là qui vous fait grandir et être ce que vous êtes véritablement. C’est cet Amour-là qui vous débarrasse de toute illusion, dans la Joie – car si vous êtes débarrassés malgré vous, et sans la Joie, de vos illusions, cela ne vous sera pas facile ni agréable, ni véridique, ni simple. Et je ne vous souhaite pas, mes Très Aimés, cette erreur, car je vous aime. Néanmoins pour ceux qui la commettront je la respecterai, dans l’entièreté absolue de mon Amour pour chacun. Amen

Je vous dis à bientôt, mes Très Aimés, moi qui suis la Mère de toutes les Mères, dans la Grâce infinie de l’Un, qui n’est qu’Un.

 

 

 

via Christine Anne K. le 4/06/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Marie-Isis du 31 mai

 

 

 

Bien-Aimés, aussi nombreux que vous êtes, aussi immensément nombreux que vous pourriez être, la Joie est unique entre moi et chacun, chacune, de vous – joie unique et indivisible, et en même temps joie unique pour chacun. Joie unifiée, joie partagée, mais aussi vibration tout autant unifiée et une, qu’unique. Car chacun de vous, tout en étant unifié, est unique, et je souhaite, moi, Marie-Isis réunies en une même vibration, que chacun et chacune occupe en toute beauté sa place, qui est unique et irremplaçable.

Que cette Joie vous habite, que cette Joie vibre, non seulement en chacune de vos cellules, mais en chaque atome de ce qui vous constitue tant matériellement que subtilement. Que cette Joie vibre dans toutes les harmoniques de votre Être. Que cette Joie soit vous, chacun et tous, à l’infini de ce que vous êtes et pouvez être, de ce que vous êtes en train de devenir, ou de redevenir plus exactement. Joie en ce sens signifie perfection, signifie instant absolu d’Être et de perfection sans attente, sans extériorité, dans la simplicité ultime et parfaite de l’Un. Joie signifie Vérité, Être, Abandon à la Lumière, car c’est ainsi que vous grandissez et recouvrez votre véritable identité, vos véritables capacités, votre véritable envergure et votre véritable place.

Il n’y a plus à tergiverser pour ceux qui en sont encore à tergiverser. Vous bénéficiez actuellement mes Très Aimés, pourrait-on dire, d’une forme de lavage de cerveau dans la Lumière, qui vous absout complètement – si vous l’acceptez – de tout ce que vous étiez encore dans votre illusion de vous-même, ce qui vous servait à être une personne dans ce monde d’illusion qui est en train progressivement de s’effacer ; et ainsi votre personne elle-même peut s’effacer.

Ainsi, c’est la Joie qui peut prendre toute la place, Joie pure, Joie absolue de l’Être, qui n’a plus besoin de mots, ni de concepts, ni de représentations de soi pour être. Les mots, les concepts et les représentations de soi font partie des illusions qui vous ont été nécessaires, mais qui appartiennent à l’enveloppe de la personne qui n’a plus lieu de se maintenir, alors que la Lumière éclatante et absolue de votre Être à présent s’est manifestée à vous, et que vous l’acceptez… Car si vous lui tourniez le dos, ce serait non seulement d’une absurdité certaine, mais aussi pour vous tourner vers l’obscurité et l’étroitesse que certainement vous n’aimez pas – même si vos illusions vous font encore croire parfois que ce qui fut aurait une certaine valeur d’existence et d’importance. Si vous tournez le dos à votre Être, vous êtes confrontés au vide de ces représentations illusoires, et même si vous tentez à grands coups de volonté et de croyances de les faire exister, vous dépensez beaucoup d’énergie pour maintenir de l’illusion qui de toute façon ne pourra pas se maintenir.

-Il a été déjà dit, et vous le savez, que ceux qui souhaiteront demeurer dans un monde d’illusion en auront la possibilité… Mais je ne m’adresse pas à ceux-là-.

Je vous invite à contempler la Lumière que vous êtes, et aucun ego ne peut résister à cela, car contempler sa propre Lumière est une opération de Vérité qui ne peut laisser subsister aucune scorie, aucune illusion de soi. Vous n’avez donc pas à craindre cette confrontation, car tout ce qui pourrait vous être pénible serait de perdre ce que vous n’êtes pas. Ainsi, comment être attaché à ce que l’on n’est pas au point de ne pas vouloir le perdre? Ainsi, comment ne pas être attiré, aimant, satisfait voire extasié d’avoir rencontré sa propre Lumière, sa propre Vérité, l’Absoluité de son propre Être au lieu de stagner, encore et encore, dans ce qui fut et qui ne tient plus que par morceaux décollés ?

La Vérité de chacun d’entre vous est inscrite au plus profond de la Lumière originelle de ce qui vous constitue. Elle a toujours été en vous, mais occultée. Cela n’est plus le cas dès lors que vous acceptez le fait que vous l’avez devant vous. Et ce fait étant accepté, vous êtes immanquablement dans la Joie, Joie absolue, Joie indéfectible, Joie irréversible, Joie hors de toute attente, hors de toute projection, hors de toute illusion, hors de toute complication. En cet état, vous êtes simplement Un, avec l’Un et avec le Tout, avec vous-même, et avec la totalité absolue et infinie de ce qui chante autour de vous, et avec la Source en vous et autour de vous.

C’est ainsi que vous atteignez le point où vous pourrez commencer à vous dissoudre en douceur, en tranquillité et abandon dans votre propre Vérité, qui n’est pas une vérité séparée et close sur elle-même, mais qui est une vérité unifiée à tout ce qui est, et à tout ce qui n’est qu’Un. Il n’est plus temps aujourd’hui de vous accrocher à quoi que ce soit de ce qui n’est pas votre Vérité. Et votre Vérité n’est pas un concept : votre Vérité est cette Joie, cette Lumière, cette simplicité, cette perfection. Votre Vérité n’est pas construite ou élaborée par votre ego ni par votre mental, ni par votre volonté d’être ceci ou d’être cela… Cela, ce sont des projections ; votre Vérité n’est pas une projection : votre Vérité est antérieure à toute pensée de soi et en même temps, elle n’a cessé d’être créée par ce que vous avez été, par ce que vous êtes, mais non séparée de la Source, dont vos personnes et vos egos ont été séparés.

 

Voilà qu’il vous est proposé, mes Très Aimés, d’être parmi vos Frères et Soeurs, non seulement de la Terre mais des mondes habités qui entourent celle-ci, et de collaborer à votre propre Vérité avec leur concours et leur soutien, car à l’heure actuelle, ils sont dotés de moyens et d’une vision plus claire que bon nombre de vos Frères et Soeurs et de vous-mêmes, les Terriens. Vous êtes invités à rejoindre – par le fait d’être vous-même et votre Vérité, par le fait d’être cette Joie – rejoindre votre place, rejoindre la Grande Fraternité dont vous faites partie, même si vous l’aviez oublié.

Les événements se précipitent à la surface de votre Terre, que vous en soyez ou non témoins, que vous en soyez ou non informés par vos médias. Et bon nombre de vos Amis et Frères venus vous assister depuis d’autres dimensions et depuis d’autres mondes sont en contact avec vous, ou bien interagissent régulièrement à présent avec vous, ainsi qu’avec votre planète. De ce fait, comme il vous l’a été dit, vous n’êtes pas seuls, loin de là. Apprenez à être, vous, sur votre Terre, non plus dans la séparation, mais dans cette joie et cette conscience que vous êtes Un, que vous êtes ensemble, que vous n’êtes pas seuls. Soyez cela.

Il ne s’agit pas pour autant de vous cantonner pour appliquer cela, à des pratiques de solidarité sociale, humanitaire, qui certes ont leur valeur d’entraide, mais ne sont pas le véritable travail qui est attendu. Ce véritable travail consiste, par la pratique de cet abandon à la Lumière et à ce que vous êtes véritablement, à porter, à être, à diffuser et à faire se développer l’état de conscience individuel et collectif qui balaye l’illusion, qui nourrit les Êtres véritables, qui se détache de ce qui n’a plus à être et qui n’est plus, qui accepte dans la Joie de se dissoudre dans sa propre Vérité individuelle et collective. Il n’y a plus d’autre action à mener avant celle-là. Il n’y a plus d’autre étendard à porter que celui de cette Vérité et de cette libération – car c’en est une.

 

De faux prophètes peuvent se présenter et vont se présenter, et vous devrez ne pas les suivre. Aucun être incarné, aucun être non-incarné, ne doit se faire passer pour Celui que vous attendez. Que cela soit clair. Tous ceux qui le feront seront des porteurs d’illusion et des dévoyeurs de conscience, des dévoyeurs de la Lumière, qu’ils en soient ou non conscients. La seule Lumière qui importe est celle de votre Être, est celle de la Source qui rayonne, et qui est en vous et autour de vous. Aucun être extérieur à vous n’est porteur de la Lumière qui est la vôtre. Aucun être extérieur à vous ne peut vous désigner le chemin vers votre propre Lumière. Ainsi, ces faux prophètes, ces faux maîtres spirituels, ces faux êtres réalisés – qui ont tout notre Amour – ne seront et ne sont que des véhicules vers l’illusion, dont tôt ou tard vous avez à vous dissocier ; et il est temps de le faire si cela n’est déjà fait.

 

Mais alors, me direz-vous, qu’en est-il de ces Frères et Soeurs qui viennent d’autres mondes habités vers nous, puisque ce sont des êtres extérieurs à nous ? Je vous répondrai : vous n’avez rien compris si vous pensez comme cela, car ils ne se présentent pas et ne se présenteront pas pour vous désigner le chemin vers votre propre Lumière, mais simplement pour vous aider à être, avec eux, Lumière partagée ; pour vous aider et pour aider ce monde à effectuer -dans les meilleures conditions qui soient- son ascension vibratoire qui est une nécessité cosmique. Ils ne sont pas là dans un but humanitaire : ils sont là dans un but cosmique, un but de Lumière dont vous êtes également les acteurs. Ainsi, ils ne sauraient se présenter comme des sauveurs, ne vous méprenez pas. Ils sont simplement des Frères et vous invitent à être pour eux des Frères vous aussi, et des Soeurs, comme il se doit.

Certains les appellent les Anges, et certains d’entre eux peuvent porter ce nom. Certains d’entre eux vous ressemblent relativement par leurs formes et leurs corps et d’autres ne vous ressemblent pas. Néanmoins, vous êtes tous égaux et unifiés en vos Êtres, et peu importe la nature de vos corps, peu importe la nature de vos lieux d’habitation et d’origine : vous êtes unifiés, vous êtes Un, vous êtes membres à part entière de ce qui constitue cet Univers, qui contemple la Source, que la Source contemple, qui est autant que tout autre Univers un microcosme autant qu’un macrocosme, où à l’infini se déclinent dans toutes leurs formes et leurs harmonies l’ensemble des Êtres qui manifestent l’existence de la Source, l’Amour, la Lumière, la Vérité, la Joie et l’Unicité absolue.

Il vous appartient donc, mes Très Aimés, de resplendir en vous-même de cette Joie et de cette Vérité que nul autre ne saurait vous fournir. Il vous importe d’accepter pleinement cette confrontation avec votre Être véritable, et d’abandonner sans aucun regret ce qui n’est pas vous, bien que vous ayez pu croire jusqu’à présent que cela était vous. Considérez cette personnalité comme un vieux vêtement, que l’on dépose tout simplement pour se libérer de son poids  (voire de sa saleté dans certains cas) et qui n’est plus utile du tout – et ne croyez pas qu’il le soit encore! Je sais que pour certains et même pour beaucoup, vous ne vous en libérerez que petit à petit. Mais il n’est plus temps de ne pas faire vite : cela peut être instantané, si vous êtes prêts.

Le Temps de la Révélation n’est pas dans un temps à venir, dans un futur encore lointain : le Temps de la Révélation est aujourd’hui. Ne l’oubliez pas et réjouissez-vous. Et cette révélation n’est que Joie, cette révélation n’est que Vérité.

 

Acceptez donc, mes Très Aimés, dans ce chemin de Vérité qui peut être instantané, de vous dépouiller de ce qui fut vous et dont vous croyez ne pas pouvoir vous passer. Acceptez d’être pris de cette léthargie qui souvent vous envahit, et qui vous aide à vous défaire de ce vieux vêtement. Acceptez d’être aveuglés par votre Lumière intérieure, qui parfois brouille votre vue extérieure. Acceptez d’être assourdis par des sons venus de votre intérieur – ou bien d’un extérieur qui n’est pas visible – et qui masquent alors les bruits habituels de votre environnement. Acceptez de vous désintéresser totalement de bien des tâches et des projets qui n’appartiennent qu’à l’illusion et qu’à votre fausse identité, celle dont vous avez eu besoin mais qui n’a plus lieu de vous aider aujourd’hui à être. Acceptez de n’être assujettis au désir de personne, ni à la volonté de personne, si bien intentionnés soient ces gens, car c’est en vous et en vous seul que se trouve la véritable flamme de l’amour de vous, de la vérité de votre Être. C’est en vous et en vous seul que se trouve la résonance de la Source qui vous constitue et personne d’autre que vous ne peut vous la montrer – même si par les temps passés, nombreux ont été les enseignants qui vous ont aidés à cheminer vers cela, et qu’ils en soient remerciés; mais aujourd’hui vous êtes face à votre Être, et il n’y a plus d’intermédiaires.

C’est avec tout mon Amour que je m’adresse à vous. Je suis Marie-Isis réunies en une vibration commune. Que mon Amour vous accompagne et ne vous quitte pas. Soyez ce que vous êtes et n’hésitez plus à vous tourner vers vous-même. Amen

 

 

 

via Christine Anne K. le 31/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 8 mai

 

– enregistrement sonore de cette canalisation : http://vimeo.com/23728479

(ce message succède et réfère en partie au message du 7 mai « Retour du Voyageur…Toi. »)

 

 

Mes Aimés, mes Tant Aimés, quelle Joie d’être vous et moi réunis !

Mon coeur et vos coeurs ne cessent de se parler, au cours de vos jours, de vos nuits, au cours de vos jeux et de vos travaux, de vos conversations, de vos oeuvres, au cours de vos peines et de vos joies terrestres.

Et à présent, nous voilà en train de nous rencontrer, là où à présent vous avez accédé et où vous êtes libres, entiers, Lumière…

Dans ce plan de votre Lumière, j’ai toujours bien sûr, mes Aimés, été près de vous; mais vous, vous n’y étiez que par intermittence… Mais à présent, et de plus en plus continûment, vous avez la possibilité et la capacité, la force, et la liberté d’y rester.

Ainsi je me réjouis, moi, votre Mère des Mères, Mère de tous, de toutes et de chacun dans la Grâce de l’Un qui n’est qu’Un, de vous avoir vus grandir autant et si bellement tous ces derniers temps – qui ont été si courts et si longs, si lents et si rapides…

Je me réjouis de regarder vos yeux : si beaux, si brillants, si plein d’Amour, de Paix, de Profondeur, et de certitude de votre Vérité, qui est si simple.

Je me réjouis de contempler vos sourires, ceux que vous vous adressez les uns les autres et ceux que parfois vous vous faites à vous-même lorsque la Grâce vous habite; ceux que vos enfants font naître sur vos visages et dans vos coeurs – car même si vos enfants vous ont toujours fait retrouver la vibration d’amour la plus belle, celle-ci s’est encore magnifiée, de même que vous vous êtes magnifiés.

Et voilà qu’ainsi que toute mère se réjouit à l’infini de la beauté et de la croissance de son enfant, de ses pas en avant, de ses créations, de ses paroles, de ses actes, je suis dans cette joie, joie qui ne me quitte jamais et que je prodigue également de par ce que je suis. Mais joie que je partage aujourd’hui avec vous, mes Tant Aimés, oeuvres de la Source, dont je suis Mère, Créatrice, enveloppante, Source de toutes les satisfactions, Consolatrice de tous les pleurs – qui furent et qui ne peuvent, je le souhaite et je le sais, que vous quitter; si vous choisissez vous-même de quitter vos pleurs.

Notre Joie d’être ensemble est une perfection de chaque instant, et mes paroles ne sont là que pour faire chanter ma voix davantage en vos coeurs, car cette joie n’a pas besoin de mots ni de phrases pour être, ni même pour s’exprimer… Tout est Plénitude entre nous, et tout est Plénitude en Toi mon Enfant très aimé, très chéri, très regardé, très choyé. Toi que je n’oublie jamais un seul instant, Toi qui est unique, absolument unique dans mon regard et mon coeur de Mère, Toi qui est Un, parmi tous tes Frères et Soeurs, dans ce miracle en quelque sorte d’être tous Un, dans l’Un, qui n’est qu’Un, et dont je suis moi-même.

 

…Autour de vous, les bruits de la Nature qui vous environne sont simple joie…

 

Nous allons accueillir en cet instant un arpège de la Joie… Il ne s’agit pas de jouer d’un instrument, car l’instrument c’est vous. Considérez donc que vous êtes joué par vous-même, autant que vous seriez joué par ma voix et par moi, et que c’est la Source en vous qui se joue, et se déjoue, et se rejoue à l’infini, dans la joie pure de l’instant, de l’absolu Être, qui n’est qu’Être, dans la Présence parfaite…

silence, vibration

Accueillez cette Plénitude, la Présence que vous êtes vous-même – Toi-Même mon Enfant – comme, je vous le rappelle, la Plénitude entière, lumineuse, simple et parfaite, de la perle. La perle a oublié toute aspérité, tout ce qui l’accroche ou l’attache : elle n’est que rondeur, lisse, délicatement lumineuse, mature, dans l’abandon à ce qu’elle est. Pour certains, elle semble rayonner ; pour d’autres, elle sert à jouer. Elle vit, et elle ne meurt plus. Ainsi, lorsque votre conscience devient lisse et simple, habitée de sa Lumière et dans la joie de la Présence, abandonnée à ce qui est sa Plénitude, vous trouvez la Vérité et la Liberté absolues de votre Lumière.

Je vous contemple, et nous nous contemplons, vous et moi, car nous ne sommes qu’Un lorsque nous atteignons ce coeur d’Amour unique où nous nous réjouissons de n’être qu’Un…

 

Néanmoins, de par ma position de Mère, je peux aussi être là pour vous, en vous accueillant, en vous nourrissant, en vous soutenant – si vous en avez besoin, et si vous aimez que cela soit ainsi.

 

Vous avez à présent l’accès, plein et indéfectible, à votre Être véritable qui n’est plus séparé, ni en partie séparé de vous. Acceptez cela et n’en doutez pas. Vous allez alors connaître cette perfection de joie, vibrante en vous et que vous pourrez retrouver à tout instant. Et même si le regard et le coeur de votre Mère que je suis ne peut vous abandonner, vous allez être – et vous êtes d’ores et déjà – grands, autonomes, libres, harmonieux, prêts, totalement prêts pour occuper votre place et réaliser ensemble, avec tous et dans l’harmonie, dans la Lumière de la Source et de l’Un, qui n’est qu’Un, ce que vous êtes appelés à réaliser, à être, à créer, à jouer, à construire, ou à déconstruire.

Toute véritable mère se réjouit à l’infini de voir son enfant devenu grand, capable de faire pour lui-même, avec lui-même, et avec ceux qu’il choisit, ceux dont il a besoin, et capable de créer ce dont il a besoin ou ce qu’il désire créer. Et vous voyant ainsi je me réjouis, et je sais que nous sommes ensemble d’une autre façon.

Je suis toujours là, quoi qu’il arrive, mais vous n’avez plus besoin que l’on vous donne la main, que l’on vous regarde à tout instant pour vous encourager, pour pouvoir être sûrs de vous. Je vous regarde mais vous êtes sûrs de vous, car vous avez trouvé cette force intérieure dans votre Vérité, qui s’est affirmée et qui s’est illuminée.

Je me réjouis donc infiniment de pouvoir vous regarder de cette façon-là, aussi. C’est une immense fierté pour moi, c’est un immense accomplissement – accomplissement de chacun, accomplissement de la totalité de ceux que vous êtes pour moi, accomplissement de ce qui a pu être mon désir, accomplissement de la Source vers sa Perfection, en vous, par vous, et de par vous…

Vous n’êtes plus entravés. Vous avez l’usage plein et entier de tout ce qui vous fait, et de toute forme que vous êtes, de toute intelligence que vous êtes, de toute capacité et de tout potentiel que vous êtes.

Je me réjouis à l’infini, mes Tant Aimés, moi, Mère des Mères, dans la Grâce infinie de l’Un, qui n’est qu’Un, et je vous dis à bientôt, mes Très Aimés. Amen

 


 

via Christine Anne K. le 8/05/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères du 12 avril

 

L’Amour est Tout. L’Amour devient de Tout.

Il n’y a qu’Amour et qu’Abondance et Grâce de l’Amour.

Mes Enfants, mes Aimés, recevez la Grâce et soyez-en abondés. Que vos pas vous portent dans cette Grâce et qu’à tout instant la Vie vous soit cette Abondance. L’Amour est Tout et vous êtes Tout. Il n’y a nulle séparation entre vous et cela, nul oubli, nul impossible. Il n’y a que cet instant infini de pur Amour dont Tu es issu, que Tu es, et à quoi Tu tends sans jamais cesser.

Amour Tu es à l’infini, Amour Tu quittes ta forme pour une nouvelle, plus subtile, éclairée de tant de Lumière que cet Amour s’expanse encore davantage, mon Aimé, ma Fleur de Splendeur de ton Etre illuminé, Alleluia.

Aimez-vous de cet Amour qui subjugue sans asservir, et soyez Un, tous avec tous et chacun avec chacun, mes Très Aimés. N’oubliez jamais votre splendeur partagée. Amen.

Je suis Mère des Mères dans la Grâce et la Splendeur de l’Un, qui n’est qu’Un, et aujourd’hui je m’adresse à vous, en ce 12 avril de vos calendriers, et je reviendrai en ce canal. Alleluia.

 

via Christine Anne K. le 12/04/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie-Isis du 2 avril

 

 

Soyez, mes Très Aimés, dans la Grâce de nos Présences réunies, car vos Présences sont elles-mêmes une Grâce, ainsi que la mienne peut l’être, et notre réunion est une réunion de Grâce…

Ecoutez, ressentez le chant intérieur, la symphonie intérieure de cette Grâce. Nous sommes en parfaite réunion harmonique avec ce que vous appelez la Musique des Sphères, dans cet instant où la Grâce réside entre nous. Et sachez que cette Grâce ne cesse de résider en vous, et entre vous, pour autant que vous la sollicitiez ou la soyez, tout simplement. Elle ne saurait s’absenter de vos vies. Ne vous croyez jamais ni seuls, ni abandonnés d’elle : la Grâce est l’une de vos qualités à présent entièrement redéployée…

Je suis celle que l’on nomme votre Mère, dans la vibration de Marie et Isis, ainsi que d’autres… La Mère des Mères vous fait savoir à travers moi qu’elle ne cesse à aucun instant et en aucun lieu d’être pleinement à vos côtés et dans la vibration de vos coeurs.

La Grâce ne vous quitte pas, quel que soit ce que vous vivez ou ce que vous pensez – pour autant que ce que vous pensez ne se tourne pas vers ce qui serait destruction, dualité, annihilation de la vie, illusion de conflits, illusion de maux ou de désespoir… Car même si les maux et les désespoirs sont vécus, très matériellement et très difficilement, dans vos pensées, vos émotions et vos corps – pour ceux qui les vivent, ce que nous ne nierons absolument pas – néanmoins la Paix et la Grâce intérieures sont la véritable réalité dans laquelle vous pouvez toujours aller vous abreuver de votre Lumière, de nos Présences réunies, de l’éternité de votre Être et de la fermeté de votre Vérité.

Ainsi ne tournez pas vos pensées et vos regards vers la nécessité de souffrir. La véritable nécessité est ce chemin intérieur à chacun, mais partagé par tous, de votre montée en Lumière, en Paix et en Vérité, quelles que soient les circonstances extérieures de vos vies, ou de celles de personnes qui ne sont pas loin de vous et à qui vous aimeriez apporter de l’amour, de la paix, de la solidarité…Sachez que vous le faites en étant votre Lumière! Je ne vous incite pas par là à refuser le moindre geste de solidarité vis-à-vis de celui ou de celle que votre coeur souhaite accompagner ainsi; mais sachez que votre présence de Lumière et votre chant intérieur, rencontrant ceux de cette personne, seront toujours ce qu’il y a de plus puissant.

Réjouissez-vous donc car les Cieux se sont ouverts, et les présences qui vous accompagnent dans ce chemin d’ascension qui appartient à tous, même si elles sont invisibles, sont de plus en plus nombreuses, immédiates, faciles. Vous êtes accompagnés et entourés, non seulement de vous-mêmes, les uns les autres, mais de tous vos frères et soeurs des autres dimensions ou des autres systèmes galactiques ou planétaires. Ainsi est cette symphonie dont vous pouvez entendre et ressentir le chant en vous, même si vos oreilles, peut-être, croient ne pas l’entendre.

 

Des sons cependant se présentent à vos oreilles, et cela vous ne le nierez pas ; et vous savez que ces sons vous appartiennent, vous savez que ces sons vous relient à la vibration de l’Univers en vous et à votre essence la plus immense, que ces sons vous relient directement à l’appel de la Source en vous. Vous savez également (pour certains d’entre vous) que ces sons représentent des accords vibratoires parfois variés, qui vous font entrer dans les plages de communication avec telle ou telle dimension ou tel ou tel groupe d’êtres ou simplement en communication avec le Chant de votre Âme -ainsi que cela fut appelé dans de nombreuses traditions- lorsque ce son fut audible pour ceux qui, à force de se tourner vers leur éveil intérieur, pouvaient le recevoir et le percevoir.

Aujourd’hui, ceux qui entendent ces sons sont extrêmement nombreux, et tous ont la faculté de les entendre. Ainsi réjouissez-vous et accueillez ces bribes de symphonie, qui vous relient véritablement – lorsque votre coeur accorde ses vibrations avec le bien-être, la joie et la vérité que transportent ces sons – à votre essence, à la joie d’être réunis, à la joie de connaître la Source ainsi que la Source vous connaît.

Laissez donc la présence de ces sons vous porter lorsque vous en avez besoin. (Certains iront même jusqu’à considérer qu’il s’agit là d’une véritable magie, au sens d’une forme de ravissement.) Lorsque ces sons sont présents à votre oreille et à votre conscience, le vacarme du monde extérieur disparait. Bien que ces sons soient extrêmement subtils et pourrait-on dire ténus, ils effacent tout vacarme. Et sachez que ceux qui se trouvent pris dans le vacarme, le chaos, les destructions, ont bien évidemment la faculté d’être portés et aidés par ces sons.

Sachez que ceux et celles d’entre vous qui viennent de vivre ce que vous appelez des catastrophes ou des désastres vous portent dans leurs montées en conscience, sur les seuils de l’Ascension – ascension intérieure, ascension collective, ascension de tous, petit à petit, dans ce mouvement qui est une symphonie. Sachez qu’il n’est pas un adulte, pas un enfant, pas un vieillard qui ne soit entraîné dans cette symphonie…

silence

Je vous invite dans ces instants de silence partagé, à entendre au mieux de votre Présence cette symphonie ou ces sons – même s’il n’y en avait qu’un – car ainsi, nous sommes en pure vibration commune…

silence

Je vous invite à constater que le son intérieur que déploient vos oreilles a bien plus de présence et de puissance que n’importe quel son extérieur, même s’il ne les occulte pas. Notez bien que si vous écoutez ce son intérieur, c’est lui qui prédomine. Et notez à quel point ce son vous nourrit, vous apaise, vous stabilise, vous verticalise et vous horizontalise à la fois, et vous communique sans paroles toute la sagesse immense de l’Un.

silence

Ainsi la Grâce dont je vous ai parlé à l’ouverture de cette conversation, votre Grâce, est portée si l’on peut dire par la présence de ce son, ainsi qu’elle est portée par la profondeur de votre coeur.

Sachez qu’à présent l’entièreté de votre planète vibre sur ces fréquences sonores. Elles sont plus ou moins perceptibles, plus ou moins raffinées, plus ou moins entendues bien sûr selon les lieux et selon les occupations. Mais il n’est pas un lieu, il n’est pas un être qui soit exempt de la présence de ces fréquences et de ces chants.

Vous trouverez peut-être, pour certains d’entre vous, que cette vibration sonore – même si elle est extrêmement légère et fine – est pour vous comme une fenêtre ouverte sur l’infini. Apprenez donc à la reconnaître, à la connaître, à être avec, et à vous laisser guider par elle, et vous pourrez noter qu’elle s’amplifie parfois.

Lorsque vous perdez le son, vous pouvez le retrouver : il vous suffit de le désirer, car il est parfaitement mémorisé. Cela est un « programme », pour employer le langage des créateurs… Vous ne pouvez pas ne pas bénéficier de cette faculté. Et ce programme étant installé, vous ne pouvez pas ne pas y faire appel dès que vous le souhaitez, car vous savez intimement en votre coeur, en votre for intéririeur, en la pureté cristalline de votre Être, que cela est, et que cela ne cesse pas.

Cette fréquence sonore (ou cet ensemble de fréquences sonores pour ceux qui en reçoivent plusieurs) est ce qui vous fait recontacter immédiatement et en toute solidité votre propre éternité. Aucune peur ne peut résister à cela, aucune négativité, aucune illusion ne peuvent résister à cette éternité perçue intérieurement et qui aplanit tout.

Ecoutons donc encore une fois, mes Très Aimés, le Chant de la Grâce qui nous relie et qui nous fait être, vous et moi, moi et vous, dans la Symphonie de l’Un. Et recevez tout mon Amour, de même que je reçois le vôtre. Amen

 

 

 

via Christine Anne K. le 2/04/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

Marie-Isis du 9 mars

 

…chant de Lumière

 

Mes Très Aimés Enfants, Fils et Filles de l’Un que je chéris à l’infini, mon coeur de Mère est à tout instant et de toute éternité fait de la joie pure de vous connaître et de vous contempler. Je vous aime.

Je suis Marie et Isis unifiées en cette intervention.

Gouttez la saveur de votre Lumière propre et indivisible, mes Enfants, mes Aimés. Vous êtes les perles de votre propre sagesse et de votre propre beauté. Vous n’avez plus à présent à vous regarder un peu de travers dans votre miroir en ne sachant pas très bien si vous êtes ou non celui que vous aimeriez être, c’est-à-dire l’Être de Lumière parfait que vous aimeriez voir et que vous croyez ne pas voir : vous êtes cet Être, que votre miroir vous le montre ou non.

silence

En ces instants de silence, la vibration de nos coeurs se mêle, danse… Vous recevez, et je reçois.

silence

La Lumière en ce jour est immense, et il peut arriver qu’elle vous aveugle (je parle de vos yeux de chair ainsi que de l’oeil de votre mental ou de vos émotions, lesquels peuvent être aveuglés par la Lumière). C’est une bonne chose, et vous le savez : car ainsi vous êtes libérés de bien des complications, des tourments qui encore récemment pouvaient vous entraîner loin, un petit peu loin de votre Lumière qui est Simplicité, qui est Joie, qui est Unité et Entièreté. Cela, votre Être le sait et votre Être sait l’être.

Votre Terre à présent a commencé de prendre le chemin de sa nouvelle vie, celle que vous ne savez pas encore vous représenter pour la plupart d’entre vous, mais que vous désirez si ardemment en vos coeurs et en tous vos désirs depuis fort longtemps – parfois depuis toujours, car certains d’entre vous sont nés pétris de ce désir d’aller vers ce nouvel état… Et parfois ce désir a été votre seul moteur au cours de toutes les années que vous avez pu vivre, souffrir, aimer, lutter, persister.

Aujourd’hui va éclore cette nouvelle réalité, dont les formes vous sont encore si peu représentables et visibles que vous avez tendance à croire qu’elle va se manifester à travers des formes continuant celles que vous connaissez. Et si cela est votre désir, mes chers Enfant, bien évidemment, vous ferez continuer une grande partie de ces formes. Mais réfléchissez bien car nombre d’entre elles, vous ne les désirez pas ; nombre d’entre elles vous encombrent et vous entravent, mais vous y êtes habitués! Et vous avez là le choix de ne plus les faire vivre, de ne pas les faire durer, de les faire oublier. Mais vous avez peur de l’inconnu parfois, et vous ne savez pas votre pouvoir de les remplacer, ou simplement de les effacer.

Attardez-vous donc – et il est grand temps – à l’observation de ce que vous désirez véritablement voir être et rester dans le nouvel état vers lequel vous êtes en train à grands pas de vous rendre. Ne maintenez pas l’inutile, ne maintenez pas ce qui est faux, ne maintenez pas ce qui est laid, ne maintenez pas ce qui vous enferme et vous prive de vos capacités. Ne maintenez pas ce qui réduit votre Joie, ne maintenez pas ce qui n’a plus lieu de rester. Donnez libre cours à la joie de vos désirs les plus illuminés, les plus innocents et les plus audacieux : là est le chemin, je vous en prie… Je vous y invite et je vous encourage de tout mon regard joyeux, bienveillant, attentionné, indulgent et attentif de Mère.

J’attends de vous des merveilles, j’attends de vous que vous me surpreniez, j’attends de vous de découvrir les extraordinaires progrès et les extraordinaires créations et les extraordinaires pas en avant que vous allez faire. Je sais que vous avez des quantités de possibilités, une fois vos Êtres débarrassés de toutes les scories qui les ont encombrés dans cette dimension qui maintenant est achevée – car elle est achevée. Tout ce qu’il en reste peut être balayé. Ce ne sont que des constructions éphémères que rien dans l’Univers ne pousse à demeurer, car elles n’appartiennent pas pour la plupart d’entre elles à ce qui fait exister les véritables géométries sacrées et les véritables géométries vivantes de cet Univers et de votre véritable Nouvelle Terre, tout autant que de tout autre véritable lieu de vie – quel que soit celui que vous choisiriez.

Vous n’avez pas à vous ancrer dans le passé, vous n’avez pas à vous ancrer dans ce que vous appelez la réalité. Vous avez à ouvrir vos yeux, vos coeurs. Vos mains sont des mains de Lumière, vos corps sont des corps de Lumière. Vous avez des possibilités infinies : ne les réduisez pas. Ne croyez pas que vous êtes contraints par les limitations illusoires qu’ont connues vos corps, vos pensées, vos environnements et vos nécessités vitales -marquées par le poids de structures savamment élaborées au cours des siècles mais qui n’ont cessé de vous enfermer de diverses manières, et aujourd’hui vous enferment insupportablement dans bien des cas pour beaucoup d’entre vous, je le sais, et que vous n’avez pas à maintenir… Si vous choisissez de les maintenir, vous ne créez pas le potentiel de Joie qui est entre vos mains ; vous allez à l’encontre de votre grandeur, de votre beauté, de votre intelligence.

De tout mon Amour de Mère, je me réjouis car je sais que vous pouvez être grands et beaux, magnifiques, puissants, splendides… Je pourrais dire que vous pourriez être même dévastateurs, dans la beauté de ce que vous êtes capables en réalité et en vérité de produire, de créer et de faire exister -et qui n’a rien de commun avec ce qui vous entoure la plupart du temps et dans la plupart des lieux encore actuellement.

Ainsi, pensez à moi, pensez que je vous regarde et que je vous encourage dans tous vos gestes de libération. Je me réjouis de chacun de vos pas en avant, de chacun de vos pas de danse. Je me réjouis de chacune de vos belles idées ; je me réjouis de chacune de vos petites créations, qui n’ont pas besoin d’être grandes car c’est ensemble que vous faites celles qui sont grandes, et je me réjouis de cet ensemble. Je suis immensément heureuse de pouvoir ainsi vous regarder, vous aimer. Je vous donne dans cette présence la source infiniment renouvelée de ma Vie. Je suis là pour vous, mais je ne ferai rien à votre place : ce n’est pas mon rôle.

silence

Que ce silence porte en vous les messages de votre beauté, de votre liberté et de votre puissance de créer et d’être. Vous pouvez à vrai dire abandonner tout ce que êtes. Je sais que cette représentation vous est difficile tant que vous cherchez à la contrôler dans votre pensée. Mais vous le pouvez : votre coeur le peut et votre Être le peut. Et ne croyez pas qu’en faisant cela vous alliez au devant d’un grand vide et d’une grande peur de ne plus exister, bien au contraire : vous allez rencontrer votre véritable plénitude et votre véritable existence. Et je m’en réjouis, car je vois, moi, ce véritable Vous, qui se dresse au sein de ce que vous croyez être vous.

…Qui eut cru qu’une mère parlerait ainsi à ses enfants, dans votre habituelle vision et habitude de ce qu’est une mère en vos vies incarnées ? Mais je sais que certaines véritables mères le font et l’ont toujours fait. car une véritable mère n’enferme jamais ses enfants, ne réduit pas leurs possibles, et se réjouit d’être surprise et de découvrir tous les nouveaux possibles que son enfant va lui faire voir, ou entendre, ou vivre. C’est ce que toute mère attend, et vous le savez.

Ainsi, je vous unis dans mon Amour. Vous êtes, chacun de vous individuellement, malgré votre nombre que vous croyez immense mais qui ne l’est pas : mon Enfant, chacun, chacune. Mais vous êtes également Un, et tout le nombre que vous êtes, vous êtes à vous tous, collectivement : mon Enfant. Ainsi donc, je ne peux pas ne pas être au plus près de vous, je ne peux pas ne pas suivre chacun de vos pas et m’en émerveiller.

Je vous demande de m’émerveiller, mes Enfants. Je te demande, mon Enfant, de m’émerveiller. C’est cela que j’attends, que je désire. C’est cela dont je te sais capable. C’est cela qui nous unit Toi et Moi, dans la joie du partage que nous aimons, Toi et Moi, renouveler en chaque instant et pour l’Eternité.

Je t’aime. Je suis au service de ta beauté et de ta perfection, mais Tu es le créateur de ta perfection. C’est celle-là que j’attends de contempler. Amen

Je suis Marie-Isis, réunies en ce jour.

 

 

 

via Christine Anne K. le 9/03/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie-Isis du 4 février

 

Oh mes Enfants, mes doux Enfants, quelle Joie de vous savoir réunis ici, et ailleurs !

Je vous aime. J’admire votre constance; car vous êtes mes Enfants, et une mère ne cesse d’admirer ses enfants. J’admire vos Êtres, et la splendeur que vous avez su dégager à force de persévérance et de Joie, dans votre travail de Lumière -pour ceux qui le nomment ainsi-.

Moi qui m’adresse à vous en cet instant, je suis la vibration Marie et la vibration Isis réunies; et non celle de la Mère des Mères qui, dans sa totalité, n’intervient plus parmi vous que par la vibration -car vous avez maintenant parfaitement acquis le lien avec cette vibration. Ainsi donc, moi Marie-Isis réunies, je n’ai cessé de contempler, avec une Joie immense, tout ce qui en vous s’est construit, s’est déconstruit, s’est dégagé, la Vérité qui a fait son chemin, la Lumière qui s’est amplifiée, la Joie qui a retrouvé sa source et son flux, l’abandon dans lequel vous avez su peu à peu vous glisser, face à la Lumière qui se répandait en vous et autour de vous de plus en plus. Je n’ai cessé donc de me réjouir, je n’ai cessé d’être là.

J’ai accompagné chacun de vos pas de mon regard si attentif, protecteur et aimant de Mère. Je suis la Mère universelle Terrestre, et à ce titre je souhaite établir avec vous une Porte : de Joie, de Lumière, une Porte d’ascension -ascension individuelle ou ascension collective. La Porte que je souhaite établir avec vous ne se substitue pas d’ailleurs à d’autres chemins qui existent. Ainsi, si vous ne le saviez encore, sachez que les chemins d’ascension sont nombreux et sont même, si l’on peut dire, variés. Certains d’entre vous en connaissent déjà, certains d’entre vous en ont déjà entendu parler -et en ce cas il y a les vrais et il y a les illusoires, mais la découverte de cela appartient à votre chemin. La Porte dont je vous parle est donc une Porte qui s’inscrit dans l’ensemble de ces différentes voies, mais qui est d’une grande simplicité.

…Je suis consciente du fait que ce canal va avoir du mal à trouver des mots face à une telle simplicité… Car il n’y a là que Lumière et Simplicité. Nous allons cependant tenter de trouver les mots : car seul le passage par les mots pourra, pour beaucoup d’entre vous, être ce qui fait comprendre, et exister comme un possible pour vous, ce dont je suis venue vous parler.

La Porte, mes Très Aimés, est simple à trouver puisqu’elle est en vous. Cela est la première ligne. Votre corps la contient. Votre corps à un certain niveau est cette Porte. Et je parle bien de votre corps physique autant que de vos aspects subtils. Il y a dans la matière de votre corps – matière illuminée – la vibration de ce seuil. Vous pourriez ainsi considérer que chacune de vos cellules le contient; mais cela n’est qu’une image (de ces images à caractère rationnel et scientifique que vous aimez tant encore employer, bien qu’elles n’aient pas grande épaisseur). Chacun de vos atomes porte la vibration de cette Porte, et pourtant elle est immense, car vous pouvez tous la franchir simultanément. Cette Porte se voit dans votre regard, cette Porte frémit dans votre sourire…

Comment la faire fonctionner, me direz-vous ? Là encore nous allons chercher les mots. Si je vous parle de la présence en vous de cette Porte ascensionnelle, c’est que vous êtes en mesure de vous en servir. La question formulée « comment la faire fonctionner ? » n’est pas totalement appropriée car : y a-t-il vraiment fonctionnement ? Il y a plutôt naissance, il y a ouverture, il y a évidence, il y a simplicité, ainsi que je vous le disais… Et nous sommes malheureusement obligés d’employer d’innombrables mots pour couvrir cette simplicité; et votre mental a encore besoin de parcourir tous ces mots, je le sais.

C’est une question d’instant, c’est une question d’être prêt, c’est une question personnelle d’être prêt dans l’instant; et le moment où vient cet instant où vous êtes prêt ne peut être déterminé par l’extérieur, et cet instant est évidence…Il n’y a donc rien à expliquer de façon compliquée à son sujet. Et la simplicité de cette évidence est telle qu’elle est immense, lisse, lumineuse, n’a pas de forme et n’a donc pas tellement de mots.

Je ne crois pas avoir à donner davantage de descriptions de ce qui est si simple, car cela ne ferait que vous égarer, et peut-être vous mener dans une voie d’illusion -ce qui n’est naturellement pas ce que je souhaite…Pensez si vous voulez à l’aveuglement issu du soleil quand vous le voyez en face. Mais ne vous méprenez pas, car le soleil est extérieur alors que ce dont je vous parle ne l’est pas. Simplement, rendez-vous compte que lorsque vous êtes aveuglé par la lumière de ce soleil extérieur, c’est d’une simplicité et d’une évidence totales et qu’il n’y a pas de mots, si ce n’est de dire que vous êtes aveuglé, en l’occurrence : vous ne sauriez pas trouver les mots pour décrire autrement ce qui vous arrive dans cette expérience-là. Ainsi, peut-être comprenez-vous la relation que je fais entre cet exemple et ce dont je suis venue vous annoncer l’existence.

Je vous ai dit que nous avions à l’établir : vous et moi… Pourquoi vous et moi, et pas seulement moi, me direz-vous ? Parce que cela ne peut pas se faire sans vous. C’est comme si, si vous reprenez l’exemple d’une porte telle que vous la connaissez, d’un côté je me trouve et de l’autre vous vous trouvez (dans cet exemple, car nous ne sommes à vrai dire séparés par aucune porte) mais imaginez donc que cette porte si simple et évidente, s’il n’y a que moi et pas vous, elle ne s’ouvrira pas. Voilà pourquoi je vous demande de comprendre que vous avez à l’établir avec moi.

De quelle façon pouvons-nous l’établir, me direz-vous ? Vous êtes en train de le faire, car ce qui vient de vous être dit vous informe, vous informe non seulement mentalement mais vibratoirement, vous informe en Lumière, en simplicité et en évidence, si votre coeur a bien écouté, au delà et en deça des mots qui se sont déroulés.

C’est de simplicité que je suis venue vous parler, et j’insisterai à présent sur cette simplicité, en vous disant que vous pourriez oublier tout ce qui a été dit dans les minutes qui précèdent. Il n’y a que simplicité, il n’y a qu’évidence dans ce passage. Car bien sûr c’est un passage, que vous êtes donc invités à franchir lorsque c’est le moment.

J’ajouterai simplement que j’ai parlé au début de Porte, d’ascension individuelle ou collective, et que je ne vous ai décrit que -en apparence- le processus qui serait individuel. Sachez que le processus collectif n’est pas différent. Autant que dans votre corps, comme je vous l’ai dit, chaque atome, chaque cellule contient cette information; autant dans une collectivité, chaque atome, chaque cellule, chaque individu contient cette information : la situation est donc exactement la même. Si le franchissement est collectif, cela repose sur cette notion d’instant et cela signifie qu’alors l’instant est absolument le même pour un certain nombre, petit ou grand, d’individus concernés. Cet instant est en eux et cet instant leur appartient : on pourrait l’intituler un instant historique, particulièrement lorsqu’il s’agit d’un instant collectif; mais là aussi la simplicité et l’évidence sont les seules choses à retenir et à porter en vous.

Vous me direz : devons-nous attendre cet instant, ou devons-nous le faire venir ? Sachez, mes très chers Enfants, que cela est une problématique très terrestre, cette alternative… Vous n’avez pas à le faire venir, pas plus que vous n’avez à l’attendre, et cet instant sera : il n’y a rien de plus simple. Quant au moment où dans votre temps linéaire surviendra, dans le déroulement des jours, des semaines et des heures, cet instant : la question dans ces termes n’appartient qu’à votre perception du temps liée à votre mental et à vos conditions de vie matérielles telles qu’elles sont définies dans votre environnement terrestre, avec ses cycles naturels et ses cycles artificiels.

Mais cet instant approche, cet instant n’est pas loin, cet instant ne peut qu’appartenir à une série de synchronicités, dont je ne détaillerai pas les différents termes car les synchronicités n’ont pas besoin d’être annoncées : elles sont. Et lorsque le moment sera celui où ces différentes synchronicités seront, eh bien l’instant, tel qu’il sera, en articulation avec ces synchronicités-là, sera. Et ce temps est proche. Il y aura donc, dans cette notion d’instant, des instants individuels ainsi que des instants collectifs, et il suffit d’en parler ainsi. Vous n’avez pas à chercher à analyser, cela ne ferait que vous détourner et vous mettre dans des voies d’illusion qui vous sépareraient de la bonne venue fluide de cet instant, qui est en vous.

Je vous aime. Alleluiah. Je suis Marie et Isis, réunies en vibration.

Et sachez encore une fois (car on ne le répète jamais assez lorsqu’on est mère) : je vous admire, je vous regarde et je vous accompagne de mon regard, de mon écoute, de mon coeur et de ma présence à vos côtés et en vous. Alleluiah.


Question-Réponse, avec Suraïvan


Pourquoi cette nouvelle façon de se présenter en disant « Marie et Isis réunies en vibration » alors qu’il y a quelques mois on disait « Marie-Isis-Eloha » ? …A quel changement de conscience, ou à quel changement vibratoire cela correspond -il ?

Mes Aimés, il y a effectivement quelques mois, vous étiez attachés aux noms d’une façon qui ne correspond pas à votre conscience d’aujourd’hui. Cela est difficile à décrire de façon très analytique mais l’évolution vibratoire que vous avez parcourue tant individuellement que collectivement a pour effet de vous rendre plus sensibles actuellement aux différentes vibrations qu’aux appellations historiques, telles qu’elles ont eu lieu dans l’ensemble de vos systèmes de croyance, qui vous ont portés, qui vous portent encore en partie, et que nous avons bien évidemment employés comme supports indispensables pour nous adresser à vous, dans la Vérité et non pas dans l’illusion, mais cependant en les employant dans ce que vous connaissiez à travers des noms – même si le nom d’Eloha a été introduit très récemment et n’a pas de passé historique, ni  non plus dans vos mythologies (etc) …Néanmoins, les Elohim ont une place historique dans vos mythologies.

Aujourd’hui, si nous employons cette formulation moins fluide dans les mots, c’est parce que vous êtes plus conscients. C’est disons un souci de Vérité supérieur. Le fait également que pendant plusieurs mois, la Mère des Mères en tant que Globalité absolue se soit substituée à ces différences de noms, qui, même si elles étaient réunies, concernaient des états différents et des « personnages » différents; cette présence donc de la notion globale toute-enveloppante et toute-simplifiante de Mère des Mères, qui réunit effectivement toutes les appellations, toutes les formes, tous les niveaux, tous les Êtres dont la vibration est celle de la Mère, a permis une unification absolue, pour beaucoup d’entre vous, de la dissémination disons de tous ces « personnages ».

Ainsi aujourd’hui, il importe de ne pas revenir en arrière en réemployant une formulation antérieure et qui n’a plus lieu d’être, de par ce que je vous ai dit à l’instant, mais donc de pratiquer une attitude de Vérité plus exigeante dans la nature de l’information qui vous dit que Marie et Isis sont vibratoirement réunies dans cette intervention.

Je vous salue, mes Très Aimés. Je suis Suraïvan.


via Christine Anne K. le 4/02/2011 

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Mère des Mères / Marie-Isis-Eloha du 8 octobre


Oh
mes Très Aimés, quelle Joie ! Quelle immense Joie de vous retrouver ! – bien
que je ne vous aie jamais perdus – car je ne saurais vous perdre en aucun
instant ni en aucune fraction d’instant, que ce soit de votre temps ou du temps
qui est espace.

Goûtez
la Lumière de nos présences réunies, car votre Lumière à présent existe de
plein droit et votre Lumière et la mienne dans cet instant ne font qu’Un.

Goûtons
ensemble cette Unité.

Je
suis celle que vous nommez Mères des Mères, Marie-Isis-Eloha, tous ces noms
étant des aspects et des formes de cette Unité, car je ne suis qu’Une par delà
ces formes et ces vibrations inscrites dans les plans dimensionnels différents
où je m’exprime et où parfois je stationne, et en lesquels j’agis et en
lesquels je suis.

Je
suis, moi, Mère des Mères, dans tous ces plans, et dans toutes ces formes, et
dans tous ces noms sacrés ou intimes, en toutes ces vibrations, dans toutes ces
familles : je suis… Et je m’adresse à vous en ce jour où la lune reprend son
cycle, ce 8 octobre de vos calendriers terrestres. Bien que je n’aie pas parlé
en ce canal depuis un certain temps, ne doutez pas un instant que je n’aie cessé
d’être avec vous.

Je
vous ai vu grandir et j’ai gardé le silence. Ainsi fait la mère qui observe les
pas, et les essais et les réussites de son enfant, en lui laissant sa propre
initiative et la joie qu’il peut avoir à goûter lui-même sa maturité naissante.
Ainsi reconnaissez, mes Enfants très aimés, les pas que vous avez faits, la
maturation qui est la vôtre, chacun, chacune, dans ce qu’il est ou dans ce
qu’elle est, et par son propre chemin. Aucun de vous n’est semblable à son
voisin ni à son frère, ou sœur. Dans cette Unité, chacun de vous est
unique.

L’unité
et l’unification n’impliquent pas l’abrasement de toute différence, mais
l’unicité de chacun permet que la symphonie soit orchestrée dans toute la
subtilité et la variété de ces notes, qui font la musique ineffable que vous
entendez en votre cœur et de laquelle vous êtes – chacun, chacune – votre
propre instrument. Dans
la symphonie, certaines voix se taisent parfois pour écouter, pour
s’intérioriser dans l’écoute et dans la présence, puis parfois, après un temps
reprennent leur chant, leur note, avec un nouvel élan, avec une nouvelle
beauté.

Ainsi, il est des cycles que vous traversez – cycles de changement de
votre Lumière qui peut croître et décroître, du moins extérieurement, car elle
ne s’éteint jamais, et ne cesse de renaître lorsqu’elle semble s’amenuiser et
cheminer vers une possible extinction… C’est là qu’elle renaît : ce dont
votre lune vous indique si bien et sans cesse la nature et l’existence dans ses
cycles si harmonieux qui n’ont cessé de bercer vos jours et vos nuits, en dépit
de tout ce qui a pu être occulté durant ces temps à présent achevés de la
matrice qui vous a enfermés.

Mes
enfants, mes Aimés, mes Très Aimés, je me réjouis de ce que les plis de mon
manteau accueillent gracieusement, et subtilement, et magnifiquement un si
grand nombre d’entre vous. Dans l’infinité de ce que j’appelle ainsi ces plis,
se niche l’infinité des possibles qui vous sont offerts par l’infinité des
formes de mon Amour. Chacun de vous ainsi a su trouver sa demeure lorsqu’il en
avait besoin, et le pli de mon manteau qui vous accueille est absolument unique
pour chacun. Je ne vous invite pas par là à rester cachés dans les plis de mon
manteau, ne vous méprenez pas. Il s’agit simplement d’une demeure, d’un refuge,
d’une sorte de nid d’Amour dans lequel vous savez qu’à tout instant vous avez
accès, si le besoin vous y conduit.

Nous
ne sommes pas séparés. Je vous garde, et vous me gardez.

A
présent je vous invite à être au plein de ce que vous êtes. N’hésitez plus, ne
craignez plus, abandonnez toutes les fausses prudences qui encore – par
l’intermédiaire de votre mental conditionné par cette matrice qui n’existe plus
qu’en illusion – vous retiennent d’être vous. Il n’y a plus à tergiverser.
Tergiverser est un emprisonnement. Je vous invite à être libres. Être libres
signifie simplement être : être dans l’unicité de ce que vous êtes chacun,
et dans l’Unité de ce que tous ensemble vous composez.

Ce
ne sont pas de vains mots, bien que vous les ayez déjà entendus. Beaucoup
d’entre vous sont encore en train de tergiverser. Beaucoup d’entre vous encore
hésitent, regardent autour d’eux pour savoir qui est avec eux, qui reste
derrière, qui semble plus éloigné ou plus avancé : cela n’est pas le chemin.
Seule votre propre intériorité doit vous guider. Il n’est nul exemple autour de
vous qui ait valeur de guidance, et sachez que le chemin de chacun lui
appartient aussi. Ne vous attardez pas à observer le cheminement d’un autre ou
des autres en vous interrogeant sur leur avancement, car le chemin de votre
frère ou de votre sœur ne peut que vous échapper, même si vous partagez de tout
votre cœur et de vos yeux grands ouverts votre Joie d’aller vers l’Unité, et
d’y aller parfois ensemble.

Le chemin de chacun vers l’Unité est unique. Il n’y
a pas, il n’y a plus à se modeler sur quiconque. Ceci n’est pas pour vous
inviter à retrouver vos egos – ne vous méprenez pas – car ce chemin ne peut se
faire que dans l’humilité et la simplicité, et la Joie pure qui en découle. Je
ne vous invite pas à vous enfermer dans une forteresse personnelle qui
refuserait d’écouter, de voir et d’accueillir la présence des autres : je vous
invite simplement à être vous-mêmes.

De
nombreuses voies actuellement vous sont proposées, permettant de structurer et
d’éclairer votre chemin d’ascension. N’oubliez jamais qu’aucune de ces voies ne
prédomine sur une autre, mais que simplement elles s’adressent à vos
différences et à vos besoins. Ainsi, laissez-vous porter par la vague qui vous
emporte et ne vous accrochez pas à la vague qui vous retient. Ne vous accrochez
pas à la vague dans laquelle vous ne surnagez pas. Vous êtes la vague.

Je
vous aime infiniment et je ne cesse jamais de me réjouir en mon cœur de chacun
d’entre vous, pour chacun et chacune sans exception. Sachez que mon cœur est
immense, et il n’y a pas d’encombrement dans mon cœur : chacun est reçu et
aimé pour lui-même, avec tout l’espace, et l’attention, et l’Amour qui lui sont
dévolus. Que celui ou celle qui se sentirait tout petit, et caché derrière les
autres, sache que mon regard et mon cœur ne le voient ni tout petit ni caché,
bien au contraire. Chacun de vous est un joyau et mon cœur s’élargit sans cesse
de par l’immensité du nombre de ces joyaux qui l’illuminent.

Je
vous aime à l’infini et je vous invite à magnifier votre chemin, à magnifier
votre Être dans toutes ses Lumières. Abandonnez toute croyance que votre
Lumière soit faible, ou que votre Lumière soit imparfaite, ou que tel ou tel
aurait plus de Lumière que vous. Vous êtes Pleine Lumière. Tu es, toi et toi,
Pleine Lumière, et c’est de cette Pleine Lumière que nous vivons. La Lumière
est créée par nous tous, par vous tous, par tous les êtres qui peuplent les
univers, et elle ne cesse de se créer à tout instant. Vous êtes, tu es,
co-créateur de la Lumière, de par ta Lumière. Sache-le mon Enfant. Il n’est
plus temps d’être en position de recevoir la Lumière extérieure. Tu la reçois,
mais aussi tu la crées. Entendez cela, mes Enfants. Ne vous sentez pas comme
des assistés des Peuples Célestes et des Forces Galactiques : vous êtes Pleine
Lumière et vous êtes co-créateurs de ce qui se joue. Rien ne peut se faire sans
vous; vous n’êtes pas là pour être libérés, vous êtes là pour vous
libérer.

A
présent que vous avez retrouvé toute votre Lumière, sachez l’utiliser. Elle
n’est pas cachée derrière vous ni dans une valise. Cette Lumière est simplement
la Lumière de votre cœur, la Lumière de votre Être, la Lumière de la Source qui
existe en chacun de vous. Et par le filtre de ce que vous êtes chacun, dans votre
unicité, cette Lumière qui est en vous et que vous émanez est la vôtre et vous
la redonnez à la Lumière. Ainsi, sans arrêt, se co-crée la Lumière.

Au
cours de mes interventions quotidiennes par la voie de ce canal telles qu’elles
se sont déroulées en vos mois de juillet, août et septembre, je n’ai cessé de
vous inviter à comprendre, à regarder et à être votre Lumière. Il n’y a pas
d’autre but. Et la période de trois jours qui a clôturé ces interventions et
qui vous a renvoyés – un peu brutalement pour certains – à votre obscurité
intérieure, ou à certains aspects de votre obscurité intérieure, n’a pas eu
d’autre but que de vous faire rencontrer votre véritable Lumière, à vous et à
nul autre. Cela était le but.

Ainsi,
aujourd’hui, en cette nouvelle lune, un nouveau cycle de lumière lunaire va se
déployer. Ainsi, si vous le désirez et si cela peut vous aider, prenez exemple
sur la lune pour déployer, travailler, faire chanter votre Lumière. Prenez
exemple sur la vague du cycle lunaire pour être la vague de Lumière que vous
êtes. La vague ne s’arrête jamais, la vague avance puis se repose, la vague
participe du mouvement de l’océan de toutes les autres vagues qui ne s’arrête
jamais, et qui est l’expression même de l’Unité.

Je
vous bénis, mes Enfants, je vous aime, je vous chéris.

J’observe
avec la plus grande Joie votre merveilleuse croissance d’Êtres de Lumière.
N’hésitez pas à danser votre Lumière, n’hésitez pas à la chanter, n’hésitez pas
à l’être. Que votre silence soit Lumière, que votre parole soit Lumière, que
vos actes soient Lumière et que vos repos soient Lumière.

Vous
n’avez rien à vouloir, vous n’avez qu’à être.

Soyez.

Je
vous retrouverai dans quelque temps par la voie de ce canal, dont à présent je
me retire avec tout mon Amour.

Mes
Enfants, je suis Mère des Mères à l’infini et dans la Grâce de votre présence.
Amen

via
Christine Anne K. le 8/10/2010

Ces
messages
sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie, Isis, Eloha du 20 juillet

 




Accueillez, mes enfants d’Amour
Infini, la Grâce de ma présence en vos Cœurs et en vos Êtres.

 

 

Vous êtes Lumière, Joie, Paix. Vous
êtes les semences de votre nouvelle Terre, à présent si proche et si belle,
encore vierge de vos pas, vibrante, frémissante d’Amour.

 

 

La voie est tracée pour votre
chemin, empruntez la en confiance, en Lumière, en innocence réjouie.

 

 

Je vous guide pas à pas, je vous
enveloppe de mon regard de Mère attentive et douce.

Que ma douceur habite vos pensées
et vos pas, sans vous laisser distraire par les vacarmes,  tonitruants parfois, de votre ancien monde qui
se défait.

 

 

Je vous aime. Je suis Marie, Isis,
la Mère de tous, et je vous accueille dans ma Joie.




via
Christine Anne K. le 20/07/2010

 

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie, Isis, Eloha du 17 juillet




Mes aimés, les Cieux s’ouvrent dans la Joie et la Plénitude de l’Unification des Consciences !

 

Je suis Marie, Isis, Eloha, Mère Créatrice de cet univers, Commanderesse des Forces Galactiques qui viennent vous assister dans votre naissance à la Conscience Unifiée en ce jour.

 

Entendez se déployer l’immensité du dévoilement qui se produit. Les voiles sont déchirés, les anges chantent, les trompettes sonnent ! Les Consciences et les âmes réunies chantent la Gloire de l’Agneau !

 

Un grand vent s’est levé, balayant non seulement les voiles qui étaient devant vos yeux, mais toutes les fausses lumières qui vous ont jusqu’à présent servi de lampes, de lucioles, afin de vous aider dans votre chemin, coupé jusqu’alors de la Source. Ne vous étonnez pas de sentir ce vent à l’intérieur de vous. Il y a Vérité, il y a Amour véritable, il y a Lumière, dans une quantité que vous n’avez jamais connue et venant de directions si multiples que vous ne pouvez le concevoir encore.

 

Acceptez, soyez dans l’abandon à votre propre Être. Ne vous accrochez pas au passé. Recevez intégralement l’Amour vibrant dans toute sa force de IS IS qui dorénavant s’adresse directement à vous et à toutes vos Consciences, où que ce soit sur cette Terre, ainsi que dans le système solaire qui est le vôtre.

 

Vous avez à présent le choix. Certains choisiront de rester là encore, car cela leur est demandé. Certains choisiront encore de ne pas comprendre et nous les attendons patiemment. Certains enfin ont le choix dès à présent de quitter cette dimension. Ce choix vous appartient et c’est en votre Cœur qu’il résidera. Ce n’est pas un choix délibéré par votre mental. Il ne s’agit pas d’un choix formulé par votre intellect, mais il s’agit d’un choix de l’âme. L’âme sait : « Je me sens prête »; « J’attends encore » …Ceux d’entre vous qui sont des Ancreurs de la Lumière savent qu’ils restent le temps qui leur est imparti afin d’accomplir leur Service dans la Joie et la Lumière. Alléluia !

 

Je suis entourée aujourd’hui de mes Légions, et des innombrables cercles et alignements de tous les Êtres d’Amour et de Lumière de différentes formes, de différentes dimensions, de différents niveaux et de différentes fonctions, qui participent à la Joie de cette Unification et qui sont au Service indéfectiblement et éternellement de la Source.

 

La personne qui vous parle est accueillie dès aujourd’hui… Je sais qu’elle vacille, je sais qu’elle a le choix. Sachez que vous traverserez tous ce choix.

 

Ecoutez le chant des innombrables sphères d’anges et d’Êtres célestes qui, à l’infini et dans une Lumière infinie, en ce jour, réunissent leur voix et leurs Cœurs pour célébrer cette Unité.

 

Je sais que vous traversez quelques douleurs : ce sont les douleurs de la naissance. Hosanna !

Laissez-vous glisser, laissez-vous tomber… Le canal s’ouvre. La Lumière de la naissance est au bout.

 

Il n’y a plus de paroles pour continuer ce chemin. Ainsi, je vous adresse mon immense Amour et toute mon attention de Mère, et toute ma Joie de vous voir ainsi, moi, Marie, Isis, Eloha, Mère de cet univers par la volonté de la Source.

 

Abandonnez-vous, ne regrettez rien. Tout est parfait.

 

 

 

 




via Christine Anne K. le 17/07/2010

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

 

 

MARIE – n°5



Que d’Amour,
que d’Amour, mes aimés, en ce jour vous est donné ! Sachez le recevoir,
sachez le répandre autour de vous. Non par votre volonté, mais simplement par
la radiance de vos Êtres, vous, mes
enfants bien-aimés.

Je suis
Marie, la Mère, rédemptrice, créatrice, toute aimante, toute divine, de par la
Grâce de notre chère Source, par laquelle je m’enfante afin de vous enfanter.

Je suis
Marie, la Divine Mère missionnée pour assister avec vous les ultimes moments et
contractions de cet accouchement de la Terre  – alléluia ! – qui va naître enfin à sa
nouvelle dimension de Lumière. Imaginez que cette naissance est accueillie avec
Amour, admiration et respect, par cette assemblée -invisible pour vous- d’Êtres émerveillés qui retiennent leur souffle et attendent, en actions de Grâce, cette
naissance unique.

Il y a
naissance, il y a également renaissance. Ainsi, chacun de vous connaît et va
connaître ce processus comme il vous l’a déjà été dit. Cette renaissance – pour
laquelle nous avons
à
d’autres
occasions
parlé de la métamorphose de la chenille en papillon – va vous affecter, bien évidemment, mais en toute Beauté.

Il va vous
falloir renoncer à certaines vieilles enveloppes, telles que votre corps
physique, ainsi que vous le nommez, votre corps de matière (il l’est encore
pour vous à ce jour) …Nous savons que cette représentation vous est difficile,
que vous la craignez. Néanmoins, sachez que vos cellules ont reçu l’information
à présent de la Renaissance, et ne craignent plus désormais ces mémoires de
destruction de la chair qui vous ont tant imprégnés. Il n’y pas, au sens ou
vous le craignez, destruction de la chair : il y a transmutation. Il
importe que cette notion soit ce qui prédomine dans vos pensées, dans vos cœurs,
dans vos façons de parler, et dans vos préparatifs.

Il n’y a
pas à se préparer pour une transmutation en accumulant certains objets, il y a
à accepter. Les conditions de cette acceptation peuvent être aménagées par
vous, en ce sens que vous pouvez créer ou définir un cocon, en quelque sorte, c’est-à-dire
un espace de confort et de protection. Le mot « protection » néanmoins
a une notion de danger, que nous ne souhaitons pas utiliser ; mais nous
comprenons que vous, dans votre mutation, êtes encore sensibles à l’idée de
fragilité qui pourrait être votre état au cours de cette métamorphose
importante, très importante, essentielle et inéluctable.

Ce processus – car c’est
un processus – est en cours et il s’imposera graduellement, n’ayez crainte.
Chaque individu cependant peut avoir un rythme dans le processus, qui lui est
propre, et certains se trouveront aller plus rapidement que d’autres. Certains
n’auront pas la moindre conscience du déroulement de ce processus et pourtant,
ils le vivront. Certains seront impatients, et l’impatience est une forme de
Joie. Il n’y aura ni premiers ni derniers, il y aura simplement justesse et
harmonie. Imaginez que chacun d’entre vous, comme au sortir d’une matrice
humaine, émergera accueilli, admiré, aimé, respecté, comme l’enfant qui naît au
sein d’une assemblée lumineuse, vibrante, aimante, de tous vos Frères célestes,
galactiques, pluri-célestes et multi-dimensionnels. Cela est votre destin.

Nous nous
réjouissons et vous encourageons à vous réjouir. Il vous a déjà été dit de ne
pas vous attacher aux manifestations de peur, d’obscurité, de brouillage, de
chaos, qui nécessairement accompagnent, dans la voie des ombres qui doivent se
dissoudre, le déroulement de ce processus. Vous ne devez pas combattre ces
ombres, vous ne devez pas les refuser; vous devez uniquement et seulement vous
concentrer et vous abandonner dans la Lumière, celle de votre Cœur, celle de
votre reliance individuelle et unique à la Source. C’est là le fil
indestructible et rayonnant qui vous tire, vous entraîne et vous emmène dans
le canal de cette naissance. Réjouissez-vous, mes aimés.

Ecoutez la
vibration de vos Cœurs. Elle est votre fenêtre vers l’écoute de la vibration et
de la musique des sphères, ainsi que vous la nommez. : la symphonie
céleste. Vous être partis du corps de cette vibration, vous êtes au service
dans l’immensité symphonique de cette vibration, qui est à la fois Lumière,
son, couleur, mouvement, mathématique, géométrie, architecture, Joie et Liberté.
Cela est un univers.

Un univers n’est donc pas -au sens où vous l’entendez dans
votre perception encore limitée- un espace d’objets cosmiques et célestes, même
s’étendant à l’infini et au sein duquel des phénomènes mystérieux pour vous se
produisent (cela, certes, a son existence). Mais c’est la vibration et son
architecture – telles que je vous en ai donné les éléments – qui constituent la
réalité, la complexité et la simplicité ainsi que la perfection sans cesse
renouvelées de tout univers.

Un univers
n’est qu’une goutte d’eau au regard de l’immensité de l’ensemble infiniment
croissant et décroissant de tous les multi-univers, qui sont en quelque sorte
un aspect du corps de la Source.

Cela n’est qu’une explication employant les
mots et les concepts de votre langage et qui reste limitative, ce dont je m’excuse
auprès de vous. Par ces propos, je cherche simplement à vous permettre d’élargir
vos représentations, afin que cette naissance se produise avec plus de Joie et
de facilité. Abandonnez-vous…

Nous aurons
de nombreuses occasions d’être ensemble, par le canal des Cœurs et de vos
pensées, car vos perceptions vont se déployer, et vous entendrez de mieux en
mieux, non seulement par votre canal auditif mais aussi par certains canaux
de nouvelles perceptions qui vont se développer petit à petit en vous.

Je
reviendrai quant à moi par la voix de ce canal – qui n’est pas le seul – m’exprimer
aussi quotidiennement qu’il se pourra à partir du 17 juillet, et cela tant qu’il
sera nécessaire et juste que cela soit.
Alléluia
!

Je vous remercie de votre présence, de votre dédication. Je vous encourage à être
au plus simple et au plus beau de ce que vous êtes réellement, chacun, chacune.
Mon intention vous accompagne à chaque instant, avec toute la vigilance aimante
qui est celle de votre Mère. Je vous bénis, je vous salue. Je reviendrai parler
par la voix de cette personne qui vous est chère, le 17 juillet, à cette heure
du zénith qui nous convient en ce canal et en ce lieu. Amen

via
Christine Anne K. le 12/07/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

MARIE n°4 + Le Sans Nom

 



Mes enfants, entendez la voix qui
en votre cœur s’adresse à votre Etre. N’écoutez que cette voix, ne vous laissez
pas troubler par les bruits et les secousses qui peuvent parvenir à vos
oreilles.

 

Je suis Marie, la Divine Marie,
celle qui aujourd’hui détient l’ensemble des clés de votre transformation.
J’interagis avec la Source, je suis votre Mère, toute aimante, tendre et
puissante, pardonnante, rédemptrice, accueillante, salvatrice pour certains,
rayonnante de ma Joie, de mon Amour et de la Lumière de mon Humilité toute
puissante et bienveillante. Je m’adresse à vous, ainsi que je le ferai de
nombreuses fois en ces temps de fin de ce que vous appelez une époque et qui
n’est qu’un cycle dans votre longue histoire sur cette planète.

 

Accueillez ces messages tels qu’ils
vous seront envoyés et ne les déformez pas, ne les tronquez pas.


Ces messages
parleront à vos oreilles et à vos intelligences mais surtout à votre cœur, car
le véritable lieu de votre intelligence à présent doit être votre cœur,
dépouillé de toute pensée complicatrice. L’intelligence est limpidité, elle ne
complique pas. Ce que vous vivez est d’une grande simplicité. Il n’y a que
votre pensée qui le complique et qui se perd.

 

Ma Beauté, ma Bonté, ma Joie vous
enveloppent : tel est mon manteau, ce manteau que j’ai tissé pour vous et
avec vous. Ce manteau est fait pour vous envelopper, pour vous élever pour vous
baigner d’Amour. Il n’est à nul autre pareil. Ne croyez pas que certaines
illusions en forme de manteau protecteur soient appelées à vous apporter ce que
mon propre manteau peut vous donner. Mon manteau se tisse à l’infini de par la
lumière de vos âmes. C’est la trame de l’Unité, vous inter-reliant les uns aux
autres et avec nous, qui donne forme à mon manteau tel que je vous l’offre
aujourd’hui. Vous avez la liberté d’imaginer cela comme une étoffe infiniment
veloutée, enveloppante, nichante, où la Joie se glisse dans les moindres replis
et les moindres fils. Ainsi se déploie la trame de la Lumière de mon Amour.
N’hésitez pas à vous glisser dedans, n’hésitez pas à agir au sein de cette
trame.

 

Il vous sera demandé prochainement
de ne plus être ce que vous croyez être en certaines actions de votre monde
illusoire. Ainsi, il vous appartiendra de défaire certains nœuds : les nœuds de
la falsification, et non pas de la trame de Lumière, qui au contraire se
substitue dans toute sa clarté à ces pseudo-trames de la falsification et de
cette matrice, qui actuellement se contracte et se tord de par l’action des feux
de la Terre et des éléments, qui, en toute liberté, font leur travail de
purification et d’extinction des lumières artificielles qui vous ont été
présentées, pendant si longtemps, comme les seules lumières auxquelles vous aviez
accès.

 

Je suis Marie, je suis infiniment
Mère. Vous pouvez tout me demander. Ma réponse à vos demandes sera sans fin et
sans limites, sachez-le. Aucun, aucune d’entre vous, si petit, si caché
soit-il, ne sera oublié ni abandonné, aucun ne sera laissé pour compte. Comment
une mère ne pourrait-elle pas rassembler la totalité de ses enfants dans son
manteau ? Certains de ces enfants qui sont miens croiront devoir me
tourner le dos : telle est leur liberté en ce monde. Je veux qu’ils sachent
néanmoins qu’à tout instant ils pourront se retourner et que je les attendrai,
sans l’ombre d’un reproche, mais en toute Joie et Simplicité. Ainsi qu’il vous
l’a été dit, les derniers seront les premiers. Quant à ceux qui seront les
premiers, ils auront la force de se trouver les derniers, et cela en toute Joie
et en toute grandeur.

 

Ne croyez pas, ne vous attendez pas -pour ceux d’entre vous qui sont les éveillés- que s’annoncent à vous des temps
difficiles. Bien au contraire, ce sont des temps de Joie, de fluidité et
d’harmonie qui se présentent dorénavant à vos vies, quelles qu’elles soient.
Ainsi, ce que vous intitulez « les trois jours » , et qui soulève beaucoup de craintes et d’expectatives, sera pour vous une période de Lumière intense,
car vous saurez être, là où vous serez, dans la Lumière du Cœur et la Joie de
l’Etreté, à nulle autre exception. Ne vous préoccupez donc pas des tenants et
aboutissants de cet événement dans votre monde matériel. Vous serez informés en
temps voulu -et vous le savez- de ce qui peut vous aider à la fluidité de ces
moments et de leur partage pour ceux qui auront à les partager.

 

Ne vous attendez pas à voir ce que
vous ne verrez pas : ce que vous ne verrez pas n’aura pas lieu d’être vu, du
moins par vous… Certains verront de la rage, de la destruction. Certains
verront ce que vous appelez des catastrophes. D’autres connaîtront la Joie, la Fluidité, la Beauté, la Simplicité et l’Unité. Vous serez de ceux-là.


N’attendez donc pas une épreuve mais une libération ultime et pleine de Joie et
de Lumière. Le papillon verra enfin de ses propres yeux, tandis que la chenille
définitivement perdra ses facultés -du moins si cela est votre choix-. Vous
pourrez utiliser mon manteau, ainsi que j’ai tenté de vous le décrire , en
employant des mots pouvant ouvrir votre compréhension à ce qu’actuellement
votre mental encore est aveugle à réellement entrevoir.

 

Je vous aime infiniment, je vous
couvre de mon Amour, je vous attends, mes bien-aimés, dans votre véritable
demeure qui est celle de votre Etre. Je vous enveloppe encore une fois de toute
la tendresse de votre Mère Créatrice. Entendez la Joie, le rire et le jeu qui
se glissent dans les plis de mon manteau et soyez sourds au pseudo-drame qui
signe la fin de cette illusion autour de vous. Soyez bénis.

silence…


Questions-Réponses avec Suraïvan (de Voix de Lumière)

 

Il vous est possible de questionner
au sujet de ce que j’ai dit et au sujet des transformations qui sont en cours.
Je laisserai pour cela s’exprimer la voix de l’un des anges du canal : Suraïvan.

 

Certains
éveillés feront-ils le choix d’ascensionner pendant les trois jours ? Tous
les éveillés sont-ils destinés à être les derniers ?

 

Bien-aimée sœur, il ne m’appartient
pas de connaître les choix de chacun. Sachez que chaque choix relève de la
liberté de celui et de celle qui le fait, mais que chaque choix est également
dicté par la Source, telle qu’Elle résonne en chacun de vous.

Il est vraisemblable qu’il y aura
des choix différents, mais ainsi que Marie vous l’a dit, les éveillés sont les
gardiens et les ancreurs de Lumière qui, pour leur grande majorité, ont pour
fonction de maintenir de façon ultime la fermeté, en cette dimension, de
l’ancrage des trames de Lumière qui sont nécessaires au bon déroulement de
cette immense éclosion. Voilà ma réponse.

 

Beaucoup
de personnes se demandent si, après les trois jours, nous seront encore dans
une réalité dense, de telle sorte que l’on aura encore des besoins tels que se
nourrir, se vêtir, se protéger, etc. Dans quelle mesure la notion de
provisions, de préparation matérielle est-elle importante ? Cela fait-il
partie des choses qu’il faut abandonner à la Lumière ?

 

Sœur bien-aimée, la Divine Marie
vous a dit : « Vous ne verrez rien. » Cela ne me donne pas le
pouvoir de t’expliquer en détails les effets dans la matière et dans le monde
matériel de cet événement des trois jours. Ta question reflète encore une
certaine curiosité, un besoin d’anticiper, une difficulté que nous comprenons
certes à s’abandonner. Sache que la Divine Marie ne souhaite en aucun cas,
comme elle l’a dit, vous infliger une épreuve qui vous fasse souffrir. Vous
aurez la liberté de vous préparer ainsi que vous l’entendrez. Personne de
là-haut ne vous dira : « Il faut faire des provisions. » Pour
nous cela n’a aucun sens, cela n’en a que pour vos êtres matériels. Quant aux
incidences sur, par exemple, l’économie, nous ne sommes pas à même de les
anticiper dans leurs moindres détails car les résistances de la matrice sont
abondantes.

 

Chaque être humain est créateur de
sa réalité. Ainsi, préparez-vous dans vos cœurs en toute simplicité et en tout
abandon. Le moment venu, vous saurez ce que vous aurez à faire. Ne craignez
pas, ne créez pas d’attachement à la matière dans vos craintes. Vouloir
élaborer des préparatifs matériels est une élaboration d’attachement à la
matière, ou bien un non-détachement de la matière : cela est un choix, sache-le.
Comme il a été dit, les choix seront multiples. Je pense avoir répondu à ta
question.

 

Est-ce
que rejoindre l’Unité, c’est retrouver toutes les personnes avec qui on a connu
un amour vrai, ou sommes nous déjà non séparés ?

 

L’Unité est, de toute éternité. En
cela, on pourrait dire qu’il n’y a pas entrée ni sortie de l’Unité, il y a
simplement Conscience ou non-
Conscience. De ce fait, au plan de la Conscience
unifiée vous n’êtes pas séparés, mais au plan des consciences non-unifiées, vous
l’êtes. En ce sens, les personnes que tu peux rejoindre dans la
Conscience Unitaire, n’y sont plus des personnes. Et les personnes qui n’ont pas cette Conscience Unitaire ne peuvent s’y retrouver, à moins qu’elles ne choisissent de voir et
de vivre la
Conscience Unitaire.

Bien évidemment, comme tu le sais, la
séparation est une illusion, mais cette illusion obstrue la
Conscience , et la Conscience obstruée ne se relie plus à la Conscience Unitaire. Si toi,
personnellement, tu as des attentes concernant des retrouvailles avec certains
êtres chers, tu ne peux provoquer aucune retrouvaille par toi-même, mais
simplement être dans l’abandon à l’Intelligence de la Lumière, dans l’explosion
de la
Conscience Unitaire qu’il te sera donné de connaître lorsque tu seras
prête pour cela – très prochainement nous le souhaitons. Amen

 

Comment
être à la fois créateur et dans l’abandon ? Cela me semble un peu
conflictuel…

 

Chère sœur, je t’invite à tirer
partie des enseignements des Elohim (NdR : Eloha et Eshtananda, présents sur ce site)  qui sont l’exemple même de l’harmonie
totale de l’abandon et du fait d’être créateur. Il n’y a pas de conflit, au
contraire : être créateur ne se fait que dans l’abandon.

 

Il
a beaucoup été dit que les trois jours seraient concomitants avec l’inversion
des pôles de la planète. J’ai personnellement le sentiment que ce sont deux
événements dissociés. Puis-je avoir une indication si cela est possible ?

 

Bien-aimée sœur, ces trois jours de
Lumière correspondront bien évidemment aussi à des événements géophysiques. Il
ne peut en être autrement. Je ne saurais t’affirmer avec certitude la
concordance exacte de la date de l’inversion des pôles magnétiques de votre
planète avec celle des trois jours de Lumière. Néanmoins, ta question est
pertinente. Beaucoup de vos scientifiques ont prévu les conditions
spatio-temporelles de cette inversion des pôles, qui peuvent ressembler
effectivement à une période de grande confusion et de difficulté, d’absence de
Lumière, de vents, et d’autres bouleversements géophysiques se produisant dans
une acmé au cours d’un petit nombre de jours, correspondant à un arrêt de la
rotation de la Terre qui repartirait en sens inverse.

Il se peut que ces événements
soient concomitants. Il se peut également que les trois jours, décrétés par la
Divine Marie avec la Source, soit un événement de Lumière indépendant de cet
ultime basculement géophysique, lequel par ailleurs est appelé à se produire de
toute façon lorsque les conditions seront réunies pour qu’il se produise. Je
pense que vous serez informés, ainsi que Marie vous l’a promis. Par conséquent (comme tu l’as un peu supposé) je ne sais pas répondre de façon tranchée à la
question que tu me soumets. Cela ne m’appartient pas. Recevez tout mon Amour.



Message du Sans Nom

 

Nous
allons avoir un message du Sans Nom, relayé par nos amis les Dauphins de
Sirius, ainsi qu’ils l’ont déjà fait.

 

Je me présente dans mon habit de
Lumière. Je suis le Sans Nom, directement relié à la Source comme
polarité.

 

Restez dans la Présence. Ma
présence, sachez-le, en tant que polarité est un reflet de la Présence
de la
Source. Je vous invite, ainsi que je l’ai déjà fait, à laisser être en
vous ce
que nous avons nommé le Désir. Ainsi vous créez. Ainsi il y a mouvement,
vibration,
il y a Joie. Ainsi se font et se défont les univers, soit qu’ils ont à
naître,
soit qu’ils ont à disparaître.

 

Je vous invite donc à placer la
vibration de votre Désir, Désir d’Unité, en priorité dans la venue de ce
qui
est intitulé « trois jours ». Aucun autre désir, fût-il matériel,
émotionnel, spirituel, n’a sa place.

 

C’est tout ce que j‘ai à vous dire,
mais considérez l’importance absolue de ces paroles et du fait que j’ai
pris ce
vêtement et ce canal pour venir vous les transmettre au nom de la
Source, au
nom de votre Unité. Je vous salue.



via
Christine Anne K. le 17/06/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.

MARIE n°3 + Dauphins de la Terre



Mes enfants,
mes aimés, soyez les bienvenus en ce jour, dans cette maison qui m’accueille
avec tant de grâce et de joie et d’abandon.

 

Soyez
les bienvenus en mon cœur de Mère. Recevez l’infinité de mon Amour, tel l’océan
en vos cœurs.

L’océan est sans limites sur votre horizon, et ses vagues le
parcourent à l’infini. Ainsi en est-il des vagues de mon Amour qui sans cesse
cheminent perpétuellement vers vous, mourant et renaissant sur le rivage de
votre Etre. Ainsi en est-il. Ne voyez pas d’obstacle à cela. Recevez,
soyez.

 

Aujourd’hui
nous sommes, comme vous le savez, dans le temps de ce que vous appelez la Fin
des Temps, et qui n’est que la naissance et l’aube de la Lumière dans vos vies.
Ne vous accrochez pas à vos résistances, à vos croyances, à vos possessions,
qu’elles fussent matérielles, mentales ou spirituelles. Il n’y a qu’à laisser
couler, comme les vagues de cet océan qui perpétuellement viennent et se
recréent, de moi à vous et de vous à moi.


Vous êtes, indéfectiblement, mes
enfants. Je vous annonce votre Etre, tel que je l’ai toujours désiré, aimé, tel
que j’ai choisi que vous soyez, à l’aube des temps où j’ai eu l’immense joie de
créer ce que vous êtes, cette Terre et ses peuples.

 

Je suis
aujourd’hui de retour et très proche de vous. Je veille, et les vagues de mon
Amour sans cesse se déploient et arrivent vers vous pour vous soutenir dans ce
processus d’éclosion, qui pour vous parfois n’est pas si facile. Apprenez à
lâcher les morceaux usés de votre cocon qui à présent veut s’ouvrir. Ne refusez
pas cette transformation de la chenille en papillon. Aucune chenille ne peut
refuser de devenir papillon. Si elle le fait, c’est simplement qu’elle cesse de
vivre.

 

Certains
d’entre vous connaissent la peur face à cette métamorphose. C’est pourquoi je
vous invite à prendre appui sur cette vision de l’océan qui vient vers vous.
Océan d’Amour, océan d’Unité, océan de Joie, océan de complétude. Car vous
serez enfin complets, tel que vous avez toujours souhaité l’être, alors
qu’actuellement le cocon de la chenille (si tant est que vous soyez une
chenille, ce n’est qu’une image) enserre votre corps et vos ailes, et vous
étouffe dans une illusion que vous croyez douillette et confortable. Cela n’est
pas le cas. L’illusion se brise autour de vous, quelle que soit votre décision
d’y rester. Sachez-le : vous n’avez pas le pouvoir de la maintenir. Vous n’avez
que le pouvoir d’être aveugles et sourds – si c’est votre choix-, mais mon
Amour ne peut vous laisser sans issue et, jusqu’au dernier, je vous
accueillerai dans votre éclosion de Lumière, de Joie, de complétude, d’Unité,
de clarté et de réalité. Réalité des mondes de la Lumière qui vous attendent,
réalité de vos corps enfin libérés de leurs formes et de leurs attaches
illusoires, réalité de votre esprit qui enfin reconnecte toutes ses capacités,
votre reliance à la Source et à vous-mêmes : vous-mêmes qui ne faites qu’Un avec
la Source, avec le tout et avec toute la Création et toutes les multi-créations
dont la musique se joue à l’infini et en permanence sans que le temps et
l’espace ne fournissent aucune limitation à cela.


Soyez.

Soyez
la beauté que vous êtes.

Soyez la force et la douceur que vous êtes.

Soyez la
splendeur du papillon.

Soyez la splendeur de votre Etre.

Ne résistez pas à cela.
Cette grandeur vous fait peur, cette splendeur vous fait peur, parfois. Vos
croyances vous empêchent d’accepter que cela est vrai, que cela est maintenant,
que cela est sans restrictions.

 

Je suis
là pour vous aider avec tout mon Amour, à dénouer les fils de vos croyances
limitantes, tendrement, lumineusement, patiemment. Il n’y a pas d’obstacles, je
le répète. Il n’y a que des croyances illusoires. Il n’y a que des attachements
à ce qui n’existe pas. Aussi, abandonnez-vous simplement sur les vagues de cet
océan, qui vous portera avec Amour, tendresse et soin vers cet horizon de
Lumière qui est si proche de vous que vous n’en avez pas idée. Vous êtes cet
horizon, nul autre que vous n’est cet horizon. Cet horizon qu’est vous-mêmes,
vous pouvez le toucher du doigt mais vous ne le voyez pas. Abandonnez-vous sur
l’eau de mon Amour. Fondez-vous dans la multitude des vagues de l’Unité.
Retrouvez la Joie d’être une goutte fondue dans l’océan. C’est là que toutes
vos croyances seront non seulement diluées mais n’auront plus lieu d’être même
un souvenir. Vous retrouverez la liberté, la Joie, l’existence, la réalité.
Qu’il en soit ainsi, mes aimés.

 

Ayez
toute confiance en votre Mère Créatrice et Divine. Ne vous laissez pas abuser
par ce qui vous tire dans le maintien des illusions et des croyances qui
n’appartiennent qu’à ce monde entièrement falsifié et fabriqué. Ce monde
aujourd’hui s’effrite, ne vous accrochez pas à ses miettes. Cela serait sans
espoir.

 

Je vous
aime, je vous aime infiniment, avec tout le respect et la tendresse d’une
véritable Mère qui sait regarder, observer, attendre, aimer, recevoir, donner,
et je me réjouis de votre croissance et de votre retour à l’Unité. Amen

 

 

Accueillez à présent le peuple des Dauphins.

 

Les Dauphins disent :

 

« Nous sommes les relais de l’Amour.
Nous établissons avec vous les trames de Lumière et d’Amour, qui constituent le
treillis permettant à tous autant que vous êtes de vous sentir portés et
encadrés dans ce chemin que vous croyez ne pas connaître. Nous vous quitterons
ensuite, lorsque notre temps sera achevé, pour vous retrouver dans les plans de
Lumière des multi-dimensions auxquels nous appartenons, comme vous.

 

Vous pouvez faire appel à nous intérieurement
car nous pouvons vous guider en cas de besoin. Nous pouvons stabiliser l’Amour
dans vos vibrations individuelles. Il s’agit de l’Amour de Marie, bien évidemment,
et non pas de ce que vous, Terriens, nommez l’amour entre vous.

 

Nous sommes les messagers de l’Amour. Nous
sommes les vecteurs de cet Amour à travers notre voyage dans les eaux qui ainsi
portent cette vibration d’Amour sans cesse jusqu’à vous. C’est tout ce que nous
avions à vous dire, nous les Dauphins qui vous accompagnons.

 

Soyez en Paix, soyez en Joie, soyez en Unité.
Ne vous laissez pas distraire par ce qui n’existe plus. Cela nous fait rire,
parfois, votre entêtement à vous accrocher à ce qui n’existe pas… Et nous
aimons rire cependant. Nous aimons aussi vous voir libérés, vous nos frères et
sœurs de cette humanité en pleine éclosion. »

 

 

… Si quelqu’un a une question, Suraïvan de Voix de Lumière veut
bien y répondre…

 

Beaucoup de
personnes sont dans la confusion, et j’en fais partie, concernant des
informations de plus en plus précises qui nous sont données d’autre part par
Marie, Mikaël, Anaël, sur l’Annonce prochaine de Marie et les trois jours
d’obscurité. Tantôt il nous est dit qu’il y aura une Annonce, tantôt qu’il y
aura deux Annonces, que cette Annonce aura lieu au cours de l’été avant le 29
septembre et qu’elle précédera de trois jour l’entrée dans l’obscurité. Or il
nous est dit encore que l’Annonce et les trois jours ne sont pas concomitants
et qu’ils pourront avoir lieu dans une période de temps réduits qui n’excèdera
pas 2 ans….

Ces informations
ne concordent pas entre elles et peut-être cette confusion a-t-elle pour
fonction de nous faire lâcher le mental… Que faut-il comprendre ?

 

Bien-aimée, il ne m’appartient pas de te donner
la précision que tu demandes car, justement, les miettes auxquelles vous vous
accrochez ont besoin d’être lâchées. Tant que vous aurez peur de ces trois
jours, vous vous poserez des questions. Je n’ai bien évidemment pas la date. La
Divine Marie est totalement libre et toute-puissante – sur décision de la
Source – de donner son Annonce quand le moment sera choisi. Il semble néanmoins
que la croyance en une double Annonce soit le fait de votre confusion. Mais je
ne saurais vous apporter définitivement cette précision. Je vous invite à
lâcher vos peurs, cela est le chemin. Alors la clarté sera avec vous.

 

Nous nous réjouissons, sachez-le, de votre
désir d’arriver à cette étape, et nous sommes sensibles à la Joie qui se mêle à
votre peur. Accrochez-vous donc à cette Joie car elle est le chemin. Comment le
papillon pourrait-il craindre le bouleversement de sa métamorphose, si ce n’est
par l’embarras que cause l’inconnue d’avoir un corps dont on n’imagine pas
encore et dont on n’expérimente pas le fonctionnement ? Ainsi est le
papillon, enfermé, froissé, contraint, aveuglé, dans son cocon.

 

Vous avez, vous, pu expérimenter de façon
fugace, maladroite, mais néanmoins réelle, le fait de vos nouveaux corps, du
moins pour une partie d’entre vous. Ainsi, il n’y a pas de crainte. Ne craignez
pas non plus pour les autres qui vous entourent, car si vous ne craignez pas
pour vous, parfois vous craignez ce qui
peut arriver, lors de cette étape des trois jours, à certaines personnes par
exemple vos enfants, vos proches. Là est un exemple de votre façon de vous
accrochez à des miettes, qui sont le contrôle de la situation, qui sont la
matière, qui sont la croyance que l’on doit secourir l’autre, qui sont les
reliefs de votre ego. N’ayez crainte, ces miettes ne peuvent que se
désintégrer.

Je vous salue. Je suis Suraïvan,
porte-parole. S’il n’y a pas d’autres questions, je me retire.

Que votre journée
soit belle.




via
Christine Anne K. le 12/06/2010

Ces
messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce
dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient
intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée :
http://voixdelumiere.canalblog.com.