Marie Isis Eloha du 13/05/13 : Acceptation véritable de l’Unité

écouter >

(Chants d’oiseaux et nombreux bruits de vie, dont machines, en arrière plan)

Très-aimés, me revoici : Marie, Isis, Eloha – fondues d’une seule et même Voix unifiée, comme Nous l’avons déjà exprimée à d’autres reprises.

Il est un Temps à présent…
Où une telle unification prend de plus en plus de valeur et de sens
Dans le cortège des processus qui se font -connus ou inconnus de vous-
Et où se dénouent de plus en plus pour vous les faux attachements, les liens illusoires, les identités absurdes ou erronées.

silence vibrant

Écoutez en vous-même : Ce qui est si simple, si unique, si parfait…

Ce vers quoi vous désirez vous rendre et Ce pour quoi parfois (à certains d’entre vous) le chemin est encore fort compliqué…

…Écoutez votre Unité intérieure vibrante, simple, chantante comme ces bruits cristallins et cet oiseau…

silence vibrant… (on entend toujours un oiseau chanter au dehors, plus toujours un certain nombre de bruits plus éloignés, machines etc).

Respectez la cette Unité.
Choyez-la !
Elle vous appartient – non pas comme une propriété mais comme une Essence de vous-même…
Acceptez-vous de n’être plus rien d’autre que Cela ?
…C’est une question !

Accepteriez-vous de perdre tous les bruits qui vous entourent et leurs repères, pour n’être plus que cet Embrasement intérieur, qui brûle encore en vous les illusions les plus profondes (et dont vous n’êtes même pas conscients!) – et qui vous permet de rencontrer cette Unité : simple.
Si simple qu’il n’est même pas possible parfois pour vous de la déceler, de la reconnaître, de l’accepter…

Il s’agit bien d’Acceptation. Et je reprends ma question :
Accepteriez-vous ? Êtes-vous prêts ?

silence vibrant
Car cette Acceptation implique une kyrielle d’abandons, y compris d’abandon de vous-même :
De ce que vous croyez être.
De votre personne.
De vos projets illusoires.
De vos constructions éphémères.
De vos croyances en vous-même..
En ce que vous avez cru construire, comprendre, maîtriser…

Accepteriez-vous d’abandonner tout cela ?

silence vibrant …le même oiseau chante à tue-tête dehors

Et pourtant écoutez cet oiseau : il n’a rien que lui-même et il chante à merveille.
…Vous n’êtes pas capables encore de chanter comme cela, pour la plupart d’entre vous, car vous vous êtes encombrés !
Cela n’est pas votre faute, mais il est Temps de vous désencombrer.

Et il est Temps d’une autre façon à présent.
Car ces choses là vous ont déjà été dites, à d’autres reprises, et en d’autres temps.
Mais à présent ce Temps-là vous invite à un lâcher plus conséquent, moins complaisant…

Long silence vibrant

Acceptez-vous, mes très-aimés, d’être véritablement mes très-aimés?

Vous l’êtes bien évidemment, quoi qu’il en soit…
…Mais accepter de l’être n’est pas si facile car cela implique finalement tout cet Abandon, pour pouvoir être au cœur de vous-mêmes encore plus embrasés par cet Amour si simple – que simplement dans la croyance émotionnelle que vous êtes très-aimés !…

Il n’est plus de répit car devant vous se dresse ce qui peut s’apparenter à une grande vague dont le déferlement ne vous laissera aucun choix -ou fort peu…

Cela vous poussera à être véritablement à la mesure de cette Acceptation sur laquelle je vous questionne.

Entendez en vous-mêmes ce qui encore fait obstruction à de tels abandons, ce qui fait obstruction à cette véritable Acceptation.

Bien-sûr si c’est votre mental usuel qui se complait à entendre ce mot Acceptation avec condescendance, vous allez croire que vous avez tout accepté et vous resterez dans cette croyance jusqu’à la fin !
Et bien ce n’est pas de cette croyance qu’il s’agit.

Il s’agit d’autre chose : il s’agit d’être vraiment emporté
Sans contrôle
Sans certitudes
Sans croyances
Dans une sorte de vague intérieure qui elle, vous oblige à vous accepter dans cette Nudité à laquelle je souhaite vous offrir de parvenir, par mes mots.

Je sais parfaitement que mon langage est abstrait – mais la Vibration qui dans cette intervention que je vous offre se glisse comme l’eau qui imprègne, Elle, va vous confronter à la réalité de Ce qui n’est pas une croyance mais un véritable Abandon, nécessaire, qui encore une fois est le seul authentique chemin pour vous conduire à cet Embrasement, à cette vérité et à cette Unité.

…Vous ne savez même pas ce que veut dire le mot Unité !
C’est également pour vous un mot abstrait.
Fort peu d’entre vous en ont véritablement la conscience véritable, authentique, sincère, dénuée de tout trafic mental !…

…Vous n’avez pas l’habitude de m’entendre vous parler ainsi : ce sont pourtant des propos de mère.

Une mère, certes est aimante et enveloppante à l’infini, mais une mère est également exigeante et doit savoir vous indiquer le bon chemin pour ne pas rester à mi-chemin ! Quoiqu’il vous en coûte dans l’instant – ou quoi que vous croyiez qu’il vous en coûte !

silence vibrant

Je vais donc demander cette fois à mon canal d’employer son art de faire des sons pour vous transmettre – et non plus par les paroles qui vous arrangent et qui dans leur abstraction conviennent au besoin de superficialité de votre mental qui va croire qu’il a compris ce que c’est que l’Unité et l’Abandon…

Le pouvoir donc de la pure vibration portée par les sons va vous offrir une autre perspective -c’est du moins ce que je souhaite.

Je vous demande donc de vous ouvrir à recevoir cette autre perspective avec Acceptation et amour de vous mêmes…

Musique douce et vibrante (“transcendante”) où se mêlent harmonieusement les chants d’oiseaux.

Silence vibrant

Je sais que vous pouvez !
Je ne vous demande rien d’impossible…

Silence vibrant et chants d’oiseaux

Cette Acceptation de l’Unité -et non pas du mot unité- est capitale pour votre vérité et votre ultime retrouvaille en vous-même avec Ce que vous croyez souvent atteindre mais qui vous échappe souvent également – et que parfois vos égos se disent avoir atteint alors qu’en vérité vous n’avez fait que L’effleurer pour Le reperdre…

Vous êtes donc parfaitement aptes à rencontrer cette Acceptation, à la vivre, et à la faire vibrer enfin !

court silence vibrant

…Il est étrange n’est-ce pas que je vous tienne de tels propos.

Il n’y a plus de repères, voilà pourquoi !
Il y a simplement ce qui vous fait être, et qui vous appartient.
Il y a simplement le fait de s’abandonner à ce qui dans l’instant est votre vérité, sans aucune projection mentale, égotique, vers une Vérité future…

Silence vibrant

Croyez bien (et cela non pas en tant que croyance mais en tant que certitude du cœur !) que j’ai -et que Nous avons, Nous les Mères fusionnées- tout l’Amour pour vous qu’ont les mères :
C’est à dire un Amour indivisible, incoercible, inaliénable, entier, joyeux, invincible…
Et c’est bien cela -cet Amour-  qui nous fait exiger de vous la vérité de cette Acceptation en vous-mêmes !

C’est la joie de vous savoir réalisés, arrivés, accomplis, vrais, qui Nous fait palpiter le cœur et qui Nous amène à vous tenir ces propos qui vous ont un peu dérangés…

…Et c’est parce que les paroles s’usent, et ne sont plus entendues que superficiellement, que le Mystère de la musique a pris le relais…

Sachez qu’une clé pour atteindre et comprendre en vous ce qu’est l’Unité, c’est bien entre autres aspects cette Fusion qui est la nôtre : Mère Créatrice, Mère Incarnatrice, et Mère incarnante/incarnée… (*)

Et même si mentalement cette déclaration ne peut être décortiquée au-delà d’un certain jeu mental; vibratoirement elle a toute sa force !
…Je ne souhaite pas faire appel à votre mental : je souhaite faire appel à votre Intelligence supérieure, et à votre Vérité ! Et là, la Vérité de cette vibration d’Unité ne peut être masquée par des mots.

L’oiseau au dehors chante fort
L’oiseau lui chante sa vérité – car il n’a pas de mental, il n’a pas d’égo, il vit dans l’instant.

Recueillez-vous donc pour retrouver en vous ce chant intérieur : si simple !
Si joyeux !
Si authentique. Si vrai.
Si parfait…

Silence vibrant autour de l’oiseau qui chante de plus belle (c’est un véritable concert !).

Soyez cet oiseau mes très-aimés ! – sans perdre tout ce qui vous fait être de magnifiques créatures divines, humaines !

Nous vous aimons.
Je vous aime : Nous et Moi, Marie / Isis / Eloha. Mères à l’Infini…
Avec notre exigence, et la pureté de notre Amour entier, invincible – mais exigeant…

Soyez !

Alléluia
.

(*) pour mémoire, et dans l’ordre de “densification” donné par elle-même ci-dessus : la Mère Créatrice = Eloha la Mère Elohim ; la Mère Incarnatrice = Isis ; et la Mère incarnante/incarnée = Marie.
Chacune d’elles est intervenue en sa propre essence ici durant ces 3 ans , et souvent aussi en fusion – comme aujourd’hui… C.A.K
.


via Christine Anne K. le 13 mai 2013
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

écouter le Chant qui suit et complète cette intervention >

.

Eloha -n°15- Chants d’une Création très unique

écouter >

Très Aimés, très Chéris…
Je suis Eloha, la Mère Elohim que vous connaissez.

Il y a tant de Jeux que nous avons fait ensemble ! j’entends vos rires tinter de tous les cotés. Il y a tant de créations parmi lesquelles nous avons joué, parmi lesquelles je vous ai introduits -démembrés parfois, pour mieux vous remembrer !- …La liste n’est pas possible à énumérer…
Et cependant, il est une Création, une seule, dont il m’importe aujourd’hui de vous ré-informer. Elle vous concerne, mes Très Aimés, mais elle concerne également ce vers quoi vous êtes programmés.

Il ya des rires et des jeux dans cette Création, il ya des joies et des découvertes, des intelligences partagées, des multi-créations, qui à leur tour engendrent d’autres possibles, et parfois des embryons de mondes, de planètes, de formes musicales… (…je ne trouve pas le mot)…
Je vous transmets en silence : la beauté, la force, la complexité, la perfection de ce qui n’a pas trouvé de mot

transmission silencieuse

Il y a donc dans cette Création très unique dont je souhaite vous parler : tout cela, et encore davantage de ressources.
Elle peut être l’habitacle de nombreux peuples, cohabitant non seulement dans la Fraternité mais dans l’Intelligence partagée, dans l’Unité, dans la Synergie des consciences, dans l’exploration commune des découvertes et des possibles qui sont en quelque sorte des objectifs communs malgré les différences de corps, ou de constitution, des uns avec les autres.

Cette Création est en constante évolution et en constant retour sur elle-même : une forme de régénération diriez vous avec vos mots. Et cependant elle est parfaitement stable. Elle est maintenue par un Chant que je vous laisse entendre à présent, dans le silence (qui n’en est pas un) : car il importe que ce Chant vous soit non seulement connu mais familier.

transmission silencieuse

Vous allez pouvoir mes très-aimés mes très-chéris, si vous le voulez -mais je vous y engage!- engrammer la mémoire de ce Chant par un geste de vos mains que je vais vous décrire :

Vous allez mette vos deux mains paumes face à face et les doigts se touchant légèrement (C’est la première étape pour réaliser ensuite ce geste).. Vos index vont s’incurver, formant l’un sur l’autre ( incurvés) une moitié de cercle, tandis que les autres doigts n’ont pas bougé.. Puis avec vos deux pouces vous allez constituer l’autre moitié de ce cercle : vos pouces et index réunis (donc se recouvrant) forment un rond en quelque sorte, et les autres doigts se touchent toujours à leurs pointes. Vous pouvez aiguiser un petit peu la forme de cette pointe..
Et voilà que ce geste est j’espère tel qu’il doit être..

Maintenez-le et écoutez encore ce Chant…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notez bien que vous pourrez en refaisant ce geste, si vous en avez besoin retrouver intégralement l’entière totalité de ce Chant – et qu’il doit habiter vos cellules, vos circuits électriques, vos vibrations, vos musiques individuelles, vos enveloppes, vos volutes, vos formes, vos danses et vos pensées !

En effet il est de toute importance que vous puissiez avoir ainsi un chemin pour vous rendre en cette Création dont je vous parle – que vous pouvez considérer comme un lieu, qui cependant n’est pas matériel au sens où vous en avez l’habitude, mais qui est un lieu de Vie, de Partage et d’Intelligence, et de Créations et d’Evolution perpétuelle, comme je vous l’ai fait entrevoir.

Musique jouée assez longuement…

J’ai choisi mes très-aimés, très-chéris, de faire usage de cet instrument de musique pour vous donner toute la cartographie, les images, les repères.. Les chemins, les clés, et quelques aperçus des joies et des intelligences que cette Création représente. Ce qu’elle est…

silence résonnant

…Il ne m’appartient pas à moi d’employer son nom, tel que certains d’entre vous déjà la nomment. Mais cela n’a pas grande importance n’est-ce pas que je n’emploie pas son nom – car je sais que ceux qui savent la reconnaitre savent bien de quoi je parle et ce que je viens de vous décrire, de vous rappeler.

silence résonnant

Je vous laisse à présent écouter le chant des ruisseaux qui s’y trouvent : ruisseaux tels que vous pouvez les connaitre, et puis ruisseaux d’autres “choses”… Il y a d’autres Eléments que ceux que vous connaissez dans la matière qui vous est familière, et leurs combinaisons produisent d’autres choses. Là encore il n’y a pas de mots pour pratiquer une véritable précision..

Ecoutez donc chanter ces ruisseaux, car ils vous informent.
transmission silencieuse

…Récemment il vous a été parlé de défis je le sais, et j’en suis d’accord !
Ainsi n’ignorez pas qu’il y a un certain nombre de défis à accomplir pour réaliser l’Entrée dans cette Création si cette Entrée vous appelle.
Et ces défis sont autant d’occasions pour vous de grandir encore et de déployer davantage vos qualités, vos vérités, vos Essences.

Je souhaite bien sûr en tant que Mère Elohim pouvoir me réjouir de vous voir tous réaliser avec succès ces défis.
Je sais néanmoins que certains seront appelés à d’autres défis…
Et ceux-là je les couvrirai également de mon regard.

transmission silencieuse

Il y a beaucoup n’est-ce pas de sous-entendus dans mes paroles. Mais cela est ainsi.
Il ne m’appartient pas à moi d’imprimer les nombreux détails qui sont exigés par vos formes de pensées et votre langage coutumier – je vous les communique à ma façon sans l’emploi des mots, vous l’avez remarqué.
Je vais vous offrir encore quelques ruisseaux sonores :

…Musique jouée…
Je souhaite donc très profondément, très entièrement, vous voir -mes très-aimés, mes très-chéris- réaliser, réussir, franchir ces défis – qui sont à votre portée n’en doutez pas !

Je souhaite vous voir intégrer les formes d’intelligences et de partages, les découvertes, les joies et les avancées… Les créations en retour, et en avancée, que vous pourrez voir,  rencontrer et parfaire en cette Création-là, unique, que je tenais à vous rappeler et dont j’avais joie à venir vous parler aujourd’hui !… Et je l’ai fait.

Je célèbre quelques instants notre présence partagée…
Je vous chéris, je vous observe, je vous crée encore par mon regard.
Et vous vous créez de par la conjonction de vos pas, et des notes de Musique que j’égrène pour vous !

silence résonnant

Je n’ai pas d’autres mots à vous dire.
N’oubliez pas le geste que je vous ai montré.
N’oubliez pas les défis que j’attends de vous voir franchir !
N’oubliez pas qui vous êtes.
…Je ne cesse de m’intéresser à votre destinée, et aux pas que vous faites mes très-chéris mes très-aimés. Je suis Eloha, Mère Elohim en cette Création la Terre – qui n’est pas le nom de Celle dont je vous ai parlé.

Soyez votre Lumière : telle que nous avons aimé qu’Elle puisse être.

Alleluia

 

via Christine Anne K. le 31 mars 2013
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

.

 

 

 

Marie-Isis-Eloha : Fusion

cliquez pour écouter

Ô mes très Aimés !

Quelle Joie Immense de vous voir ainsi parvenus à une telle réalisation de Vous!
À une telle unification de vos Consciences… Même si cela n’est pas tout à fait achevé.

En ce jour je me dirai tout à la fois : Marie, Isis, Eloha
Dans une qualité d’Unification que vous n’aviez pu rencontrer encore en Vous !

Même si ces différents Aspects ont pu intervenir en ce canal séparément; il y a eu dans des états vibratoirement moins développés, déjà, des interventions sous ce triple Nom ( 2010 principalement. NdR) …Car quelles que soient les facettes de la Mère -et Elle en a de nombreuses-  Elle est tout à fait Une.

Et encore une fois, quels que soient les Aspects par lesquels Je me présente, ou Je chante, ou Je parle, ou Je suis là…
Je suis -en tout état, en toute vibration, en tout aspect, en toute représentation- Celle qui est Une.

Que cela soit bien accepté !
Tous ces visages, tous ces personnages, tous ces différents états vibratoires, ces niveaux, ces différentes dimensions -dans lesquels J’habite, disons, en différentes formes- sont simplement l’Etendue de Ce que Je suis…

…C’est donc de toute ma Joie de mère et dans toute la simplicité de cette Joie, dans mon Unité la plus vécue, la plus simple, que j’ai décidé aujourd’hui de vous rencontrer – en paroles…

silence vibrant

Vibrons ensemble, mes très-Aimés …
Enfants de chacun de mes Aspects.

Enfants de vous-mêmes également.
Enfants de la Terre -que vous nommez Gaïa si souvent-  …Le Corps qui vous fait être, et dont vous n’êtes pas séparés…

Vibrons à l’Unisson !

…silence vibrant…

… Et de même que je fusionne tous mes Aspects ainsi que je l’ai dit, de même Vous et Moi, nous pouvons totalement fusionner – ainsi que chaque petit enfant fusionne avec celle qui est sa Maman – de chair, de cœur, de Lumière, d’Essence.
Car une mère humaine est tout cela. Et bien plus!

…silence vibrant…

…Vibrons cet Unisson!

Fusionnons toutes les Consciences :  les vôtres, les miennes, celles de tous les Peuples à l’infini dont je suis mère également.

Nous ne sommes qu’Un dans cet Etat de fusion!

…silence vibrant…

Ô comme Cela est bon!
Comme Cela est simple!

Cela est, n’est-ce pas, primordial pourrait-on dire.
Cela nourrit nos Essences.
Cela vivifie nos êtres, nos cœurs.
Cela apaise et aplanit toutes nos pensées, tous nos efforts, toutes nos projections vers ce qui nous occupe.

Cela nous rend absolument, parfaitement dans l’Instant : dans cette Union unique, qui est à la fois une Origine et une Fin et qui est un Présent absolu…

…silence vibrant…

petite toux du canal

Tousse mon enfant, tousse !  Cela nettoie ton cœur, tes corps, tes pensées.
Je te recueille dans cet état.
Je t’enveloppe.
Je te tiens chaud.
Je te nourris…

Tu n’as rien à craindre : tu as tout à être.
Tu peux t’abandonner, dans la chaleur de mon corps avec lequel tu ne fais qu’Un en cet instant!

…silence vibrant…

Plus votre conscience quitte les illusions de séparation et s’unifie
Plus cette fusion peut s’installer.
Plus l’intelligence de cette fusion peut se manifester…

Plus la Beauté de chacun peut se dévoiler dans sa Vérité et son Unicité.
Il n’y a pas paradoxe, il y a Vérité en cela.

Ne résistez donc pas à cet abandon :
Ne craignez pas de vous perdre en cela – car vous ne faites que vous retrouver.
Et non seulement vous retrouver, mais vous créer davantage !…

Chacun de vous pour moi est parfait.
Chacun de vous est la Perfection absolue de Ce que j’enfante, et suffit à me combler,    Moi, en tant que mère, qui sans cesse cherche à me réjouir de Ce que sont mes enfants chéris !

…silence vibrant…

…Cela est un vaisseau mes très-aimés !
Un vaisseau qui nous unit et nous transporte à travers les Temps et les Espaces, nourri de notre Lumière partagée.
Existant de tous Temps, de toutes Formes, de toutes Musiques, de tous Aspects.

…Et de tous les Désirs émanés de la Source dont vous et moi sommes le Fruit.
Fruit unique et multiplié.
Fruit vivant : sans cesse recréant ses propres conditions, sa propre existence, sa propre joie d’être….

…silence vibrant… carillon au loin

…Que cet Instant de notre Réunion soit perpétré dans l’Eternité, et l’Essence absolue de vos cœurs, de vos êtres, de vos corps.
Et de mon Amour : qui n’est autre que le Vôtre!

…silence vibrant…

En cela, cette intervention qui semble limitée dans le temps de ses paroles, n’a en vérité pas de fin…
Que cela soit entendu – et conservé. En vous…
Alleluiah !

Marie, Isis, Eloha.
Et tous mes Noms, toutes mes Formes, tous mes Aspects. Tous mes désirs, toutes mes joies, qui ne sont que Vous!
… Et je ne vous dis pas “à bientôt” : Je vous dis “à sans cesse !”

Alleluiah !   Alleluiah !   Alleluiah !

 

via Christine Anne K. le 9 janvier 2013
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr
 – participer au Cercle Harmonique du 13 février : voir en page Evènements

.

Eloha n°14

cliquez pour écouter

Introduction en “langue véritable” (ou langue dite stellaire)

Très Aimés, voici à nouveau que je suis venue parler avec vous, moi Eloha, Créatrice, Mère Elohim…

Comme vous avez grandi à présent ! Comme vous êtes en train de devenir de grands Créateurs !

Je me souviens lorsque je vous parlais des Perles, et que vous ne compreniez pas toujours, mais qu’en vous-mêmes ces perles s’égrenaient, se jouaient, s’organisaient. Je me souviens lorsque je vous faisais entendre subtilement les Sons de ma Harpe et que vous ne saisissiez pas très bien, mais que ces Sons en vous entraient, s’installaient, résonnaient, se posaient.

A présent vous êtes vous-mêmes capables de créer quelques Perles, de produire vos propres Sons : harmonieux, véritables. Je ne parle pas bien évidemment des Sons émis par vos instruments “matriciels” -qui cependant parfois ont pu et peuvent réaliser de magnifiques compositions musicales.

Il est une grande Joie -pour nous qui vous regardons, nous qui vous avons beaucoup accompagné et continuons d’être avec vous, pour nous qui partageons de cette façon votre Evolution, votre montée en Conscience et en Lumière depuis des années, des mois- une grande Joie d’être dans ce Présent, ensemble, où tant à été accompli et où tant se montre possible à accomplir -dans votre nouvelle Forme, dans votre nouvel état, dans votre nouvel habitacle… Même si des éléments d’Illusion, qui sont maintenus car ils vous sont familiers (et utiles à ce titre), peuvent vous donner l’impression de façon illusoire que rien n’a bougé…

Prenez ça avec un grand rire, et sachez rire de cette illusion ! …Qui tout en étant illusion vous est encore tellement utile, pour faire marcher vos corps (qui sont illusion), ou vos systèmes de vie avec toutes leurs formes illusoires et leurs jeux d’illusions…

Mais à présent vous n’êtes pas dupes : vous savez que c’est un Jeu. Et en cela ayez conscience de ma fierté en tant que Mère Elohim : car si vous savez jouer “en conscience” vous n’êtes pas victimes de l’Illusion, vous êtes simplement en train de créer, vous êtes en train de voyager, de traverser, d’expérimenter et d’évoluer, en utilisant des éléments qui sont là, et qui sont au demeurant de belles réalisations. Car un corps humain, et tout ce qui est sur la Terre, représentent une quantité de magnifiques et riches possibilités de jouer : avec des réalisations, des oeuvres, des systèmes, et des configurations d’une très belle qualité – de forme, de matière, de complexité, d’intelligence, de structures et de possibilités.

Néanmoins le processus actuel qui consiste à substituer progressivement de nouveaux paradigmes et paramètres à tout ce qui a été, est un excellent processus, et nécessaire : car tout ce qui dans cette Illusion a été usagé -au cours du Cycle précédent et dans le cadre de l’ancienne Matrice- n’a plus aucune valeur, même illusoire, justifiant que cela ne soit pas rénové… J’espère que vous me suivez !

J’insiste donc pour vous dire qu’il y a Jeu ! Et vous qui me connaissez, vous connaissez mon plaisir du Jeu… Nous allons donc jouer à quelque chose encore une fois. Je vais donc pour cela m’adresser à vous dans cette langue que vous apprenez à aimer -car elle vous parle véritablement, et bien plus que toutes les langues, maternelles ou autres, que votre corps d’illusion à coutume d’employer pour communiquer et fonctionner dans l’illusion. Voici donc dans cette langue véritable ce que je vous dis afin que nous puissions jouer….

série d’énoncés en “langue véritable”

…Comme vous l’avez sans doute entendu, jouer est un acte plein de Responsabilité et en même temps plein d’Innocence. C’est donc pourrait on dire les deux Principes fondamentaux de ce qu’à présent vous avez à pratiquer.

…Il y a bien sûr également cette dimension du Plaisir : plaisir de créer, plaisir d’être dans sa vérité -et non pas plaisir au sens vulgaire dirai-je, et je m’excuse du terme-….Je veux dire par là que le véritable plaisir a sa profondeur, sa vérité, sa gravité, tout en étant bien évidemment du plaisir, mais qu’il ne s’agit pas de quelque chose d’artificiel. Tel que je le crois, vous êtes las, lassés de le chercher dans certaines choses, qui n’ont plus grand attrait aujourd’hui dans ce monde illusoire pour vous.

Ainsi donc Innocence et Responsabilité, plus ce Plaisir, peuvent vous permettre de franchir beaucoup de seuils, beaucoup de portes inconnues, avec la plus grande facilité, la plus grande certitude, avec abandon, car ce jeu doit être pratiqué…Vous êtes là pour ça.

Et c’est ainsi que cette évolution qui est la votre, peut se développer dans les formes les plus parfaites et les plus aventureuses en même temps -qui sont à présent possibles de par ce que vous avez déjà créé.

Pour pratiquer ce jeu donc, à présent je vous dirai encore ceci:

série d’énoncés en “langue véritable”

C’est donc une grande Responsabilité n’est-ce pas que vous avez ! Mais quelle Joyeuse Responsabilité ! Et je sais combien vous la trouvez merveilleusement stimulante, profondément excitante… (vous remarquerez que j’emploie des mots qui font vraiment partie du vocabulaire le plus médiatique : amusons nous n’est-ce pas…et il faut bien employer des mots…)

Cette Responsabilité donc vous l’adorez -je le vois bien, je le sens- c’est donc que ce Jeu déjà vous passionne. Et c’est bien. C’est ce qu’il faut : car ce Jeu c’est votre Création n’est ce pas ? Ne l’abandonnez surtout pas en route, car il va vous mener vers de grands résultats -qui ne seront jamais terminés d’ailleurs, et justement vous irez toujours et encore au delà de vos possibilités, cela avec justement cette Innocence et ce Plaisir… Ecoutez le Plaisir et l’Innocence des oiseaux, qui chantent en cet instant…

écoute des chants des oiseaux

…C’est ainsi que vous devez jouer, tout simplement – et vous le savez.

Il n’y a pas d’enjeu  économique, il n’y a pas d’enjeu politique, il n’y a pas d’enjeu même scientifique -quoiqu’il y en a tout de même un, mais il est tellement naturel que c’est un plaisir-…Il n’y a pas d’enjeu de carrière, il n’y a pas d’enjeu d’ego(s). Il y a un enjeu qui est un Jeu Innocent et Responsable, collectif et partagé, dans lequel vous êtes tous UN, et où la Joie est votre nourriture et votre motivation, où la Joie est votre Lumière, où la Joie est votre évidence et votre simplicité, et où votre intelligence rayonne de tout cela.

…Et alors je vais pouvoir dire de tout mon Plaisir comme il est amusant de pouvoir jouer : il n’y a rien de meilleur! Lorsque je joue de la Harpe, que je joue avec ces fameuses Perles, ou que je joue avec des morceaux d’espaces, des morceaux de codes, lorsque je joue avec des mots, avec des pensées, lorsque je joue avec..même, des matières : je m’amuse et je suis responsable, je suis responsable et je crée. Je crée et cela est mon travail, ma dédication, mon Service. C’est ce que j’aime faire et c’est ce pourquoi je suis là. Et toute mon Innocence demeure, et mon Plaisir…et toute ma Responsabilité.

C’est ainsi qu’à l’Origine, dans cet état parfait, j’avais pu vous créer; avant qu’il se passe d’autres choses (que votre histoire connait plus ou moins). Sachez donc qu’à l’Origine vous avez bien été créés dans le Jeu, l’Innocence, la Responsabilité et le Plaisir…Créés directement à partir d’un Désir émané de la Source, et mis en Forme par moi – dans Son Service absolu, telle que je le suis à tout jamais. Voici donc les éléments du Jeu…

Silence vibrant

J’ai cessé d’employer les mots car à quoi bon employer des mots? Ainsi vous pouvez percevoir sans les filtres du mental, et dans son intégrité : la Vibration de ce Jeu créateur…

Silence vibrant et chants d’oiseaux

…Et bien sachez que cette Vibration, vous pouvez l’amplifier encore…Et sachez qu’elle vous porte : ce n’est pas imaginaire, c’est réel. Ce n’est pas illusoire, c’est véritable…

Silence vibrant et chants d’oiseaux

…Ces petits oiseaux chantent comme ils n’ont jamais chanté, tellement cette Vibration leur donne du Plaisir !…Plaisir d’Etre, Joie, Responsabilité de créer !….

Eloha joue à chanter en duo avec un oiseau particulièrement présent…

…Ainsi nous avons créé une petite matrice sonore, cet oiseau et moi : petite forme de passage qui va vivre sa Vie, qui va se joindre tout simplement à ce grand Jeu de formes qui se créent et de formes qui se défont, d’agencements neufs qui se musicalisent…

Entendez comme cet oiseau est content, comme il joue !…Les autres également. Soyez donc cela, rien n’est plus simple. Cela est tout votre Pouvoir, toute votre Vérité, votre Essence.

Je vous dis à bientôt, Très Aimés. Je suis Eloha, Créatrice. Alléluiah!

Soyez en pleine possession de ce que Vous Etes : Vous avez Tout!

 

via Christine Anne K. le 10/05/2012

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Enajal Ena – Mère des Retournements

 cliquez pour écouter Enajal, Mère des Retournements

Introduction en langue stellaire

Je vous salue, Très Aimés. Mon nom est Enajal Ena, Mère des Retournements.

En tant que Mère des Retournements, je porte la vibration d’une grande ancienneté, comme si j’étais une très vieille personne, et en même temps toujours renaissante… Les Retournements sont de différentes natures et de multiples formes – et nous n’allons pas les lister. Considérez simplement quelques instants en vous-même, mes Très Aimés, quels sont les différents Retournements que vous avez pu chacun expérimenter, au cours de cette vie dans laquelle vous êtes encore conscients de vous, de votre propre histoire. Qu’est-ce qui en vous a basculé d’un pôle à un autre, sous différentes formes, en différents contextes ?

silence

Il est en vous un mouvement naturel qui ne cesse jamais de se retourner : c’est votre respiration. Observez comme elle est fluide, comme elle est naturelle, et comme elle vous est nécessaire… Vous pourriez également considérer, si cela ne vous est pas trop difficile, que votre vie humaine tout entière n’est qu’un processus de Retournement, entre un instant qui est celui d’une naissance et celui de votre mort : et qu’entre les deux vous êtes en train d’effectuer simplement ce mouvement, une fois, pour revenir donc au même point, mais dans l’état inversé… Les Retournements sont donc un processus de vie, comme ces exemples très simples peuvent vous le faire considérer de toute évidence.

Il y a actuellement, au niveau tant du Système Solaire, que de la Terre et de vous l’Humanité, tant dans son ensemble qu’au plan des individualités -et également parmi d’autres êtres vivants de cette Planète, qui sont les végétaux, les animaux principalement, et d’autres- un certain nombre de formes de Retournements qui sont en processus. Et je ne parle pas là des mouvements de vie coutumiers que j’ai utilisés comme exemples, mais je parle de choses plus ponctuelles, évènementielles et conjoncturelles : autrement dit des Retournements qui actuellement de façon unique ou spécifique sont en processus, car le cycle planétaire et systémique que vous partagez tous implique, au niveau des cycles individuels et de chaque corps, certains processus dont ces Retournements font partie.

Le changement de Cycle qui s’est accompli, et continue de s’accomplir (car il ne se fait pas en un seul instant) implique donc ces phénomènes de Retournement, comme -vous l’avez compris- quelque chose d’absolument naturel, d’absolument logique, comme un processus de Vie qui ne peut pas ne pas être… Néanmoins, ces mouvements nécessitent une certaine attention car, à un certain point disons de ces cycles ou de leurs états, et donc à un certain point (variable) d’un cycle de Retournement, il peut y avoir désorientation, il peut y avoir erreur du mouvement.

C’est donc pourquoi, en tant que Mère des Retournements, j’observe, je regarde, j’accompagne. J’enseigne, et je crée les meilleures conditions qui soient en chacun. Cela est ma fonction, cela est ma place, cela est ma Joie, mon Service.

Je vais donc aujourd’hui vous enseigner quelques éléments de processus et de contrôle interne de vos propres processus de Retournement -physiques, magnétiques, électro-magnétiques, et cosmo-telluriques- afin que vous puissiez accomplir ces mouvements, tant individuellement que collectivement et planétairement, dans la meilleure des fluidités qui soit… Et non pas risquer de traverser certains points délicats pour sombrer dans quelque forme d’anarchie ou de confusion qui ne vous seraient que dommageables, ce qui n’est pas du tout demandé par le processus lui-même, ni par vous, ni par quiconque vous regarde et vous aime.

…J‘ai plaisir à choisir l’image, que vous connaissez bien, d’un petit enfant qui va apprendre à se retourner en posant la tête par terre et en faisant basculer son corps de l’autre côté. Je crois que vous appelez cela, je sais plus : une pirouette, une galipette, quelque chose comme ça. C’est un nom gentil et amusant. Néanmoins, si le mouvement est mal géré : soit cela n’a pas lieu, soit on se fait mal.

Il y a donc une façon d’entreprendre ce type de mouvement qui est régi par certaines lois physiques, harmoniques, et de clarté mentale également, dans la décision de le faire – en l’occurrence dans ce petit mouvement que j’ai pris pour exemple, car il est fort sympathique et tendre, et je pense éveille en vous des souvenirs agréables, joyeux, enfantins, ludiques… Vous conviendrez avec moi que ce petit mouvement dont nous parlons implique d’être abordé avec légèreté et décision, et que si vous hésitez avant de l’entreprendre, vous devenez pesant et vous ne savez plus comment faire ; ou alors vous tomberez sur le côté et votre chute sera un peu maladroite, et vous aurez peut-être un petit peu mal ici ou là… Eh bien, considérez que pour opérer ce Retournement qui dans un proche avenir vous est proposé, vous avez à observer un certain comportement : pour le faire avec légèreté, facilité et joie, et non pas pour vous retrouver lourd et retomber de côté avec maladresse et déception, voire réelle difficulté.

Vous voyez que nous parlons d’une chose extrêmement simple, n’est-ce-pas… Je vais continuer à m’appuyer sur cette image-exemple de la pirouette/galipette. Et d’ailleurs ce mouvement dont nous venons de parler, lorsqu’il est effectué par des gymnastes très expérimentés et habiles, devient extraordinairement léger, fluide, rapide, et d’une précision totale, au point que certains peuvent l’effectuer sur une planche ou sur un objet qui se trouve en hauteur, car ils savent mesurer exactement l’ensemble du mouvement que leur corps effectue dans l’espace, et l’endroit où il retombe en toute aisance.

Eh bien, imaginez que vous aimeriez arriver à cette perfection, à cette habileté, dans votre propre Retournement. Je vous rassure, vous n’avez pas besoin de devenir gymnastes expérimentés : simplement je vous invite à comprendre ce qu’il faut être pour faire les choses de façon ludique, avec joie et légèreté. Car rappelez-vous que le petit enfant après sa pirouette éclate de rire et de joie : c’est bien cela qui doit vous arriver, ne l’oubliez pas.

Il y a donc trois étapes, dans cette mise en mouvement et dans sa réalisation, qui sont à gérer par vous… Il est clair qu’une autre partie du mouvement échappe largement à votre contrôle, et cela est parfaitement juste – et cela d’ailleurs correspond à la Loi de l’Abandon qui fait partie de ce que justement vous avez à intégrer dans cette petite préparation.

Nous avons donc à considérer comme première phase de ce que vous avez, vous, la possibilité de gérer : votre attitude intérieure, qui doit être sereine, centrée. Votre respiration devrait être sereine, régulière, non contrainte, et la confiance un des composants de votre attitude, ainsi que, je dirais, un certain plaisir -ne serait-ce que le plaisir d’avoir confiance et celui de vous abandonner à ce qui est… Mais la rectitude de votre alignement intérieur ne peut que vous aider, et cela est donc ce que j’ai appelé la première phase à gérer. Vous me direz que c’est extrêmement simple, mais il est néanmoins bien utile de vous le rappeler.

La deuxième phase que vous avez à gérer est celle qui va se présenter lorsque vous êtes emporté dans quelque chose que vous ne connaissez pas dans votre expérience de vie (du moins pas sous cette forme) et qui donc nécessite que vous ne vous mettiez pas à tomber sur le côté, par exemple, ou à rester planté sans pouvoir bouger. Il s’agit donc… (je cherche à m’exprimer dans votre langage et cela n’est pas très facile à créer dans l’instant)… vous avez donc là un ensemble de mouvements qui pourraient devenir très chaotiques : ce sont à la fois des mouvements externes et internes, et selon les circonstances dans lesquelles vous pouvez vous trouver, il peut y avoir différentes formes dans cette manifestation. Je ne peux pas donc vous donner un déroulement descriptif, simple et évident, de ce qui se passerait, et ce qui compte est davantage encore une fois votre attitude.

Il y a donc un certain principe de non-action, et en même temps de gestion de son propre centrage, dirais-je, tant par la respiration que par le contrôle d’un certain abandon du mental – je sais que cette expression est fort paradoxale, mais elle me semble intéressante à employer. Vous devez être prêts, et quelque part vous devez vous lancer, mais en même temps vous devez ne rien faire -il me semble d’ailleurs que cela est assez clairement décrit par ces trois mots-… Il ne s’agit donc pas de vouloir établir des systèmes de défense, de protection, de gestion par des choses extérieures.

Vous n’avez pas non plus la possibilité d’anticiper, car vous ne l’avez jamais fait. Lorsque vous faites des galipettes la première fois, vous n’avez pas la possibilité d’anticiper la surface sur laquelle vous allez retomber, ne serait-ce que sensoriellement. Lorsque vous l’avez fait plusieurs fois, vous pouvez le faire, bien sûr. Admettez donc -là c’est la première fois- que tout ce que vous avez à anticiper est que ça va bien se passer, et qu’il n’y a rien à empêcher car de toute façon vous ne le pouvez pas.

Cela est donc la deuxième phase – et que cette phase soit joyeuse : elle est pleine de surprises !… Elle nécessite simplement que vous restiez au bon endroit et que vous sachiez à la fois vous lancer et vous laisser aller, ainsi que je l’ai dit. Si notre ami Ashtir l’Elohim Maître-es-Formes, était parmi nous, il vous dirait je n’en doute pas que c’est très amusant. Et j’aimerais pouvoir savoir le dire à sa place comme il le dit.

La troisième phase, disons, est celle où -toujours dans l’exemple de la galipette/pirouette- il faudrait ne pas retomber n’importe comment, mais de façon fluide et agréable. Il s’agit donc de la fin du mouvement, ou de ce qui en tout cas marque la fin. Le gymnaste expérimenté à la fin de sa galipette se remet debout dans le même mouvement – ce qui n’est pas le cas pour la plupart des novices qui jouent à le faire, et qui d’abord retombent, et ensuite se remettent debout tant bien que mal. C’est probablement ce qui vous arrivera…

Avant de pouvoir vous remettre debout, vous allez être étourdi, et il importe que vous puissiez, encore une fois, être retombé dans des conditions suffisamment confortables et cohérentes pour ne pas avoir à vous enliser dans le fait de gérer un mauvais placement ou une petite douleur, ou dysfonctionnement, parce que vous seriez tombé de travers en vous heurtant vous-même. Il importe donc, pour optimiser cette phase d’arrivée dans le mouvement, que vous ayiez observé une certaine qualité de vitesse : que donc vous n’ayiez pas cherché à freiner quoi que ce soit, à ralentir quelque chose, à empêcher ce qui naturellement se produit de façon fluide une fois que vous êtes lancés. Il ne doit pas y avoir d’hésitation ni de crainte -qui créent soit ce ralentissement soit même une déviation à votre mouvement.

Tout cela, je pense, est extrêmement simple à vous représenter – dès lors que cet exemple de la pirouette/galipette est toujours employé, car je doute que qui que ce soit ne l’ait jamais fait. Et sinon, il est encore temps de vous exercer !… Si donc vous êtes respectueux de ces conditions, vous arriverez de façon évidente et par conséquent fluide. Et là, eh bien ma foi vous serez étourdi un petit temps avant de savoir vous remettre debout. Et vous aurez la joie de découvrir, probablement, un espace qui vous plaira. Et vous aurez donc la joie, comme le petit enfant, d’éclater de rire.

Cela est donc la façon que j’ai choisie pour maternellement vous préparer à cette expérience de mouvements que vous ne connaissez pas encore.

 

Je vais à présent vous transmettre les mêmes principes dans un langage qui ne s’adresse plus à votre mental. C’est donc, on pourrait dire, complémentaire. On peut dire aussi que cela s’adresse à cet autre niveau de vous – qui est dirais-je, presque le plus vivant aujourd’hui, et qui n’emploie pas les limites de votre mental pour faire fonctionner son intelligence.

Voici donc ces éléments :

…un long chant , suivi d’un énoncé en langue stellaire…

Voilà, Très Aimés, je vous regarde, je vous accompagne… Mais vous devrez faire votre mouvement tout seuls. J’espère que mes indications vont vous aider et vous permettre d’être parfaitement à l’aise et d’en tirer grand plaisir, joie, accomplissement.

Je ne doute pas un instant, à présent, de vos capacités. Je vous salue, et je vous regarde avec attention et Amour.

Je suis Enajal, la Mère des Retournements.

Alleluiah

 

 

via Christine Anne K. le 22 février 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

 

Marie-Isis du 16 février

 écouter Marie-Isis

Soyez dans la vibration pure, mes Très Aimés, de notre Présence réunie…

silence vibrant

Je suis Marie-Isis, telle que vous me connaissez, et je vous invite à découvrir en vous… le changement important, extrêmement radical, de votre niveau de Conscience (ainsi que vous formulez cela dans votre langage)… Vous avez changé considérablement de plan vibratoire, même si au sein de vos préoccupations quotidiennes et de vos corps, accoutumés à leur environnement et à leurs routines, vous ne savez pas si bien, peut-être, le percevoir.

…Goûtez donc, en notre Présence réunie, cet état…

silence vibrant

Vous êtes aujourd’hui, mes très Aimés, arrivés au point où vous êtes voyageurs de cette nouvelle Dimension, qu’il ne s’agit pas de numéroter, qui vous accueille et que vous connaissez déjà, même si vous ne le saviez pas. Vous êtes, mes Très Aimés, en possession de la quasi-totalité des outils et des éléments de votre nouveau corps, qui vous permettent d’être en Cela… Et même vos corps usuels de chair que vous connaissez si bien, participent très légèrement – et probablement à votre insu – de ce voyage….

 

…Il est donc de vastes étendues que votre Conscience, débarrassée des encombrements de votre mental qui toujours limite l’étendue réelle de vos perceptions réelles – car il n’a pas le moyen de les nommer… Vous êtes donc là… Et nous sommes ensemble, vivants, présents, actifs. Etonnés peut-être, pour certains d’entre vous encore, et cela est bon. Car l’étonnement, n’est-ce-pas, est une forme d’innocence joyeuse qu’il est bon de traverser; car l’étonnement vous nettoie encore de ce que vous n’avez qu’à laisser derrière vous, et qui n’est pas utile – et que même vous ne savez pas emporter avec vous dans cette dimension-là.

Votre étonnement peut faire que vous ne voyez rien, croyez ne rien voir, ne rien sentir, ne rien comprendre et ne rien percevoir… Certains d’entre vous sont déjà mieux accoutumés, sont allés un peu au-delà de cet étonnement – et certains sont en train de baigner tels des nouveaux-nés dans ce joli étonnement, dont la splendeur me réjouit.

…Le nouveau-né, n’est-ce-pas, lorsqu’il arrive sortant du corps de sa mère, ne sait pas voir, ne sait pas comprendre, ne sait pas reconnaître ce qui l’entoure, ni même les sons qui sont autour de lui et qui lui parlent. Et parfois, il peut même s’effrayer, se rebeller en criant…  Il y a aussi dans cet état toute la joie inexprimable et maladroite d’être arrivé, tout en ne comprenant pas bien où l’on est, même si cela était tant désiré…

…Goûtez donc à l’état pur, ce qui est là…

silence vibrant

…En ce jour, au moyen de cette voix que j’emploie pour vous parler, je m’adresse tant à vos oreilles de chair et à votre compréhension mentale qu’à vos oreilles et à votre compréhension de Nouveaux-Nés, dans cette Dimension qui vous étonne, et que – je le sais – vous n’avez pas conscience pour beaucoup d’avoir pénétrée.

…Jusqu’à ce jour je me suis adressée à vous – par cette voix et par les autres que j’emploie – en m’adressant à votre humanité terrestre, disons ordinaire. Aujourd’hui – et c’est la première fois – je m’adresse simultanément à ces deux niveaux de vous… Il y a donc dans mon propos ce qui -passant par les mots et vos oreilles, ou vos yeux si vous lisez- s’adresse comme d’habitude à votre véhicule coutumier, que vous appelez “vous”, “vous-même”… Mais je m’adresse avec d’autres mots, que vos oreilles de chair n’entendent pas, à cet autre niveau de vous qui est donc le Nouveau-Né, pour beaucoup d’entre vous…

Entendez, et que la vibration de cette voix sache vous instruire de cet autre aspect de vous, et sache se faire entendre dans le son subtil qui peuple et architecture les sons de cette Dimension où vous ne savez pas encore si bien voir, entendre, et vous mouvoir – à part quelques-uns d’entre vous, qui sont pourrait-on dire vos éclaireurs, car ils ont eu le privilège ou la chance – de par leur propre évolution et de par ce qu’ils sont – d’y pénétrer en avance et de vous servir en quelque sorte de pilotes…

…Il vous a récemment été communiqué et enseigné l’existence et l’expérience de certaines couches vibratoires d’Unité, différentes -certaines proches et certaines plus lointaines- ce qui vous a préparés, familiarisés, introduits aux possibilités de ce changement d’état véritable… Vous aviez donc engrammé à cette occasion, non seulement des données vibratoires, mais également des données de mouvements et de repères d’un espace à l’autre, qui aujourd’hui peuvent vous permettre d’accepter que vous pouvez faire ce Voyage, être ce Voyageur, et bientôt peut-on dire, ce Résident.

Et cette nouvelle Dimension qu’ainsi vous approchez peu à peu, par ces petits voyages, ces petites installations, de façon pour la plupart d’entre vous discontinue, vous accoutument en douceur au fait que vous pouvez véritablement entrer dans cette Dimension, y être, y rester, et ne plus avoir besoin de fréquenter ce qui était votre environnement, votre corps, vos coutumes, vos interactions et vos systèmes périmés du monde que vous connaissez si bien, ce monde dont les lois ne vous conviennent plus, ce monde dans lequel vos corps – qui se sont étendus – ne peuvent plus supporter, car il vous limite, vous aveugle, vous assourdit, distord vos intelligences et vous prive de vos capacités, et n’honore pas vos véritables Consciences dans toute leur grandeur, leur magnificence et leur véritable potentiel…

…Il est possible que dans quelques instants, mon canal ne trouve plus ses mots pour vous parler… Que cela ne vous surprenne pas et que cela ne la surprenne pas non plus… Cela fait partie de ce qui doit être, en cet instant…

…Devons en effet déconstruire votre mental un peu plus…   pour parfaire votre entrée…      votre essence…     naissance…     entrée…     advenir….     poussée…     être…

…   joie indescriptible…     vérité…     connaissance…     absolu…        …Marie-Isis vous accueille…      abondance…      étonnement partagé…

…Les sons se taisent, les sons parlent…     pousser…     être…     émerger…     ouvrir les yeux…     refermer…     sentir…      être soi…      étonnement…      abondance….     joie…

…  perfection de l’instant…     nausée passagère…   (la nausée est l’abandon de ce qui doit être abandonné…)…     immensité…     plénitude…     être là…     simplicité…     accueil…     évidence…

chant fredonnant

…Simplicité…     évidence…     absolue simplicité…     simple évidence…     immédiateté de l’évidence…      simplicité immédiate…     nécessité d’être là…     être… soi…

…Je vous accompagne…      je vous explique…      je vous apprends…      je vous montre…

…Nous sommes, n’est-ce-pas, ensemble dans notre grand jardin…

silence vibrant suivi d’un chant

Vos yeux vont s’ouvrir, n’en doutez pas. Vous allez apprendre à reconnaître… Votre coeur est paisible…

C’est en vérité un retour, n’est-ce-pas ? Mais vous ne le saviez plus.

Acceptez…

Entendez à présent les voix qui s’adressent à vous et qui vous parlent…

silence, écoute intérieure

Ces voix qui vous parlent, apprenez à les reconnaître : ce sont les vôtres

silence, écoute intérieure

Alleluiah. Je suis Marie-Isis, je vous aime.

Je ne reviendrai pas, dans cette forme. Cela n’est plus nécessaire.

Avec tout mon Amour….Je suis avec vous. Vous êtes avec moi. Nous n’avons plus besoin de ces échanges sous cette forme.

 

 

via Christine Anne K. le 16 février 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

Eloha n°13

-écouter Eloha n°13-

Long chant et paroles d’ouverture

Mes Très Aimés, quelle joie, quel plaisir, quelle réjouissance de chaque cellule, de m’adresser à vous ! Je sens vos cellules modifiées, régénérées, transformées, simplifiées, ou complexifiées selon le regard que l’on pourrait y porter, car vous avez considérablement changé.

Ne vous fiez pas aux apparences qui donneraient à penser, avec votre moi limité, que vous n’avez pas changé, car cela n’est vraiment qu’illusoire : croyez-moi, vous avez considérablement changé ! Vous êtes rayonnants, vous êtes splendides, vous êtes puissants, vous êtes beaux, vous êtes libres, vous êtes sages, vous êtes créateurs – du moins, vous avez tout ce qu’il faut, ou presque. Il vous manque encore quelques petits paquets de données, mais cela est conjoncturel, car vous avez également à vous assujettir à certains cours des événements cosmiques, qui font que vous ne pouvez pas aller plus vite que ce qui vous entoure et que ce qui vous fait être, tous à la fois, ensemble, avec la Terre et le Système Solaire.

C’est moi, Eloha, Mère Elohim Créatrice, qui m’adresse à vous.

Que chaque cellule, que chaque atome de vos corps et de vos lumières soient en Joie -mais ils le sont-, soient en Vérité -et ils le sont-, soient en pleine potentialité -et ils savent l’être.

Je remarque, de toute ma tendresse, qu’en ce moment vous ne riez pas beaucoup. Je crois en saisir plus ou moins les raisons… Mais sachez que vous ne devez pas vous attacher à ces raisons disons événementielles, ou de séparation telles que Marie-Isis les a évoquées, car vous êtes réellement en état d’outre-passer, de par vos Êtres, ces aspects circonstanciels qui – nous le savons – font partie du processus qui vous permet de vous libérer de vos vieilles enveloppes, et cela est long… Mais sachez donc que le rire n’est pas exclu.

Le rire est une activité non seulement saine, mais libératrice, activante, et par là-même propice aux états de création. Il ne s’agit pas, bien évidemment, de rire de façon lourde pour des choses qui ne sont pas réellement élevantes. Il ne s’agit pas de rire de qui que ce soit; mais vous pouvez rire de vous-même en revanche, et cela, je ne saurais trop vous y inviter.

Que chacun sache rire de ce qu’il n’est plus et de ce qu’il croit encore être, tout en sachant qu’il ne fait que croire l’être, alors qu’il sait qu’il ne l’est pas !…Vous jouez à cache-cache avec vous-même, mes Très Chers. Vous mettez, vous retirez votre Masque, vous jouez à colin-maillard avec vous-même, mais sachez au moins en rire ! Riez, riez, amusez-vous ! Sinon, vous êtes simplement enchevêtrés dans les ficelles qui attachent votre Masque, et ça n’est pas très drôle, n’est-ce-pas ?

Nous allons donc jouer à quelque chose. Je vais donc vous inviter à bien regarder votre Masque. Et quand je parle de Masque, de désigne le visage et la forme de l’individu social et de convention – que vous appelez aussi votre personnalité – qui vous sert de vêtement et de véhicule, dans cet environnement que vous croyez encore extrêmement réel. Ainsi donc, ceci étant désigné comme le Masque, je vous invite d’une part à le reconnaître comme tel, d’autre part à le regarder… Et qu’est-ce qui n’est pas le Masque ? direz-vous. Eh bien vous le savez très bien, je ne vais pas vous le décrire. Ce qui n’est pas le Masque, c’est Vous, c’est Toi, c’est ta Vérité, ta Joie, ton Entièreté, Toi qui est capable de rire.

Regardez donc bien ce Masque, regardez-le avec amour, avec affection, avec bienveillance, car il vous appartient, il vous est familier, il vous est encore utile dans un certain nombre d’interactions, et par confort. Mais justement, ce confort : est-il véritablement, mes Très Chers, confortable de porter un Masque jour et nuit ? Cela ne vous colle-t-il pas au visage ? Cela ne vous gratte-il pas les oreilles d’avoir cette chose accrochée, reposant par cette ficelle, un peu de guingois, sur vos oreilles qui servent à bloquer sa chute? Eh bien enlevez vos oreilles pour que sa chute s’accomplisse ! Vos oreilles ne vous servent à rien ; vous pouvez entendre sans les oreilles. Ne croyez pas que je plaisante… Je sais que vos oreilles, celles de votre corps physique, sont un bien précieux. Et même que l’oreille contient (en résumé) l’accès à un grand nombre de programmes. Néanmoins, je vous affirme que vos oreilles ne vous servent pas à entendre et qu’elles ne servent pas non plus véritablement, utilement, à maintenir ce Masque en position.

Nous allons donc établir un petit protocole pour jouer à retirer le Masque, sans le perdre, car je sais que beaucoup d’entre vous craignent de le perdre – et je respecterai ce petit travers. Car c’est à vous qu’il appartient – et à vous seuls – de choisir que vous ne craigniez plus de le perdre. Je ne vous forcerai pas.

chant

Eh bien, dites-vous que ce chant, vous ne l’avez pas entendu avec vos oreilles, et cela est la réalité. Vous allez donc considérer que vous n’avez plus d’oreilles. Avouez que c’est amusant et que c’est libérateur : vous allez pouvoir vous coiffer autrement… Je plaisante ! Comment donc ce Masque peut-il à présent être regardé ? Je sais qu’il vous est cher et je sais que vous aimez, beaucoup même – et je concède que cela est important -, vous aimez vous trouver beaux, vous aimez vous trouver cohérents -et cela est encore plus important, d’où l’importance que vous accordez au maintien cohérent de ce Masque. Nous allons donc admettre parfaitement qu’il est cohérent, et nous allons cependant décider de le poser tranquillement, à côté… On pourrait proposer de le remiser, mais cela est un choix qui vous appartient. Nous jouons simplement à l’enlever, et vous vous apercevrez que le Visage qui est derrière est non seulement parfaitement cohérent, mais parfaitement beau, parfaitement structuré, et qu’en plus il vous plait davantage que le Masque. Pour cela, vous allez écouter – et non pas avec vos oreilles que vous avez enlevées mais avec vos véritables organes d’audition – la suite de ce chant.

le chant se déploie en silence, se clôt par de brèves modulations sonores

Et bien que vous le croyez ou non à présent, mes Très Aimés, mes tendres Aimées Créatures, votre Masque est déposé pour les instants que vous choisirez de laisser durer. Vous pouvez ne plus le remettre; vous pouvez le remettre dès que vous en aurez besoin : cela vous appartient. Néanmoins, je vous ai fourni là un code tout à fait précis qui vous permet de déposer ce Masque…N’utilisez pas votre mental pour comprendre et croire ce que je vous dis, car vous vous y perdriez, et vous seriez encore une fois prisonniers, englués dans votre Masque.

Nous allons passer maintenant à l’étape suivante de mon Jeu, qui consistera à vous regarder sans votre Masque. Comment faire ? Je vais vous inviter à vous regarder intérieurement  (il ne s’agit pas d’aller vous mettre devant un miroir !). Vous allez donc focaliser intérieurement votre regard, d’abord sur votre gorge, précisément là où vous avalez votre salive. Et puis vous allez suivre, en direction de votre coeur, cette merveilleuse goutte de salive qui descend comme une petite lumière pour vous aider… Et vous allez focaliser votre regard, intérieurement, vers le point de votre coeur que je vais désigner :

bref énoncé en langue stellaire

Je vous rappelle que vous avez laissé votre mental dans votre Masque, et que donc les indications que je vous ai données sont parfaitement intelligibles, évidentes, limpides. Vous êtes en train de vous regarder… Vous n’allez pas tout de suite comprendre que vous êtes en train de vous regarder, et cela était prévisible. Simplement, nous allons maintenir cet état. Rappelez-vous que c’est un Jeu, un Jeu de “j’enlève mon Masque, et je suis tellement bien sans mon Masque”. Et pendant que vous vous regardez, je vais simplement vous envoyer quelques sons, pour supporter cette situation disons, en musique…

chant

Est-ce que vous commencez à Vous voir ? Est-ce que vous acceptez de voir que Vous voyez ? Est-ce que vous acceptez de Vous reconnaître, d’être en face de Vous-même ? Si vous croyez ne rien percevoir, ne rien saisir, ne rien voir ni ne rien comprendre, soyez en paix car cela va se faire… Je ne fais que vous transmettre ce qui vous permet de le faire en toute quiétude. Et par conséquent, soit c’est déjà là, soit cela va se produire, peut-être plus tard, peut-être demain, peut-être très vite. Les clés sont données, les oreilles qui tiennent le Masque sont dévissées… Façon de parler : vous savez que nous aimons jouer !

Je vous invite encore à poursuivre votre contemplation. Que la vibration de mon chant vous permette de réaliser cela encore quelque temps. Ce chant est sans prétention : il est simplement Présence.

chant

silence, contemplation

Je sais que vous reconnaissez la beauté et la cohérence magnifiques de ce Vrai Visage. C’est le Visage que vous avez à la Maison – cette Maison de l’Instant, où ma vibration de Marie-Isis vous attend. C’est le Visage de votre Joie, de votre Présence dans l’Unité. Reconnaissez que vous aimez le porter, le montrer…

silence, contemplation

Ainsi, mes Très Aimés, est le but de notre Jeu. J’espère que ce Jeu vous plait et que vous le referez. Vous pouvez le refaire, chacun, tout seul, ou en groupe, chaque fois que vous en avez envie. Et j’espère, peut-être, que vous aimerez ne plus considérer cela comme un Jeu mais comme une réalité, et laisser votre Masque définitivement là où vous le laisserez. Je sais qu’aujourd’hui, comme je l’ai dit, vous craignez encore de le perdre : apprenez à vous en détacher, si cela n’est déjà en cours. Ce Jeu que je vous ai proposé est une autre approche des exercices de détachement que vous pratiquez déjà, et je le sais.

Nous avons installé dans ce Jeu un petit programme, bien utile, pour vous aider à déconnecter d’un switch votre Vrai Visage de votre Masque. Apprenez à profiter de ce programme.

Je vous aime, je me réjouis en toutes vos cellules, en toute joie. Que vous êtes beaux, que vous êtes cohérents, comme vous avez changé, comme cela est magnifique ! Vous êtes puissants, vous n’avez plus besoin de votre Masque, mes Aimés, il vous enferme. Sachez dénouer ses ficelles et libérer vos oreilles. Sachez vous aimer pour ce que vous êtes, et non pas pour ce Masque que vous entretenez encore.

Je suis Eloha, Mère Elohim Créatrice. Je vous aime à l’Infini, et je vous salue.

Alleluiah

 

via Christine Anne K. le 24 janvier 2012

ces messages sont faits pour être partagés, à condition toutefois -et nous vous en remercions- que leur contenu et leur forme soient intégralement respectés, et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

Marie-Isis du 24 janvier


écouter Marie Isis

Le chant très mélodieux et incessant d’un oiseau au dehors accompagne toute cette intervention…

Que joie et innocence, mes Très Aimés, habitent vos Coeurs et vos Êtres…De même cet oiseau qui chante, alors que l’hiver est encore là ! Réjouissons-nous, simplement, ensemble vous et moi, d’être, de demeurer en cet instant, Instant qui n’est qu’un instant, et qui est l’Instant. Joie parfaite, innocence, simplicité absolue, perfection de l’Instant.

silence vibrant

Je suis Marie-Isis… et ensemble nous portons cet Instant. Observez-le comme un Instant d’Unité, de cette Unité qui est à votre portée en sa simplicité, son innocence, sa complétude,  sa perfection…

silence vibrant

Observez, ressentez, mes Très Aimés, l’état, la vibration simple et dense qu’est cette Unité en cet Instant. Observez-le en votre corps… Observez-le en votre coeur… Observez-le en l’espace qui vous entoure…

silence vibrant

Nous sommes, vous et moi, parfaitement unis. Nous sommes, en cet Instant de perfection, parfaitement Un.

…Observez en toute quiétude la plénitude de cet Instant, de cet état, sa parfaite complétude, sa parfaite entièreté.

…Nous sommes au sein d’un Instant qui n’a pas de limites, qui exclut la perception du temps que vous avez coutume de connaître. Nous sommes dans un Instant qui n’est que cet Instant, et qui n’a pas besoin d’autre signification, ni d’aucune analyse de son passé, de sa forme, de son pourquoi, de son comment… Il n’est que cet Instant qui nous unit, vous et moi, moi et vous : vous, tous, Un.

Puissiez-vous porter en votre coeur, indéfectiblement, l’état et la mémoire de cet Instant, car il vous appartient de continuer à le vivre, de vous rappeler qu’il est, et qu’il ne peut cesser dès lors que vous sauriez y demeurer. Et si vous en sortez – car je sais bien que bon nombre d’entre vous croirons devoir en sortir pour vaquer à leurs occupations -, eh bien vous avez la faculté d’y revenir, d’y être..

…Vous pourriez considérer, mes Très Aimés, que cet Instant d’Unité se poursuit en parallèle de ce que vous faites, de ce que vous avez à faire, de vos tâches, voire de vos agitations. Considérez qu’il est une partie de vous qui n’a pas à quitter cet Instant et ne le quitte pas. Et c’est là votre vraie nature, c’est là que la vérité de votre Être s’épanouit, se ressemble, se connaît, se vit… Vous n’êtes donc en vérité jamais séparés de cet Instant, de cet état. Et si vous croyez l’être, cela n’est que l’un des chatoiements, dirais-je, parfois difficiles de l’illusion qui encore s’accroche, de par vos habitudes et certaines nécessités que vous avez à traverser – pour le maintien de la survie, dirais-je, de vos corps dans votre environnement.

Cet Instant et cet état sont donc – considérez-le avec soin et avec bienveillance vis-à-vis de vous-mêmes – le seul véritable état, la seule véritable continuité, la seule authentique réalité. Et vous savez y demeurer, quelle que soit votre perception limitée de ne pas y demeurer.

Et non seulement vous savez y demeurer, mais je confierai que cet Instant, nous l’avons créé ensemble. Vous savez donc non seulement y demeurer mais le créer, en permanence.

silence vibrant

Rappelez-vous, donc, la joie de cet Instant. Rappelez-vous que vous savez y demeurer, même si – et je le sais – un désagréable voire douloureux sentiment de séparation peut se manifester, dans votre vie quotidienne qui vous parait de plus en plus vide, de sens, de désir, de but, d’épaisseur, de certitudes… Cette séparation n’est autre que celle de ce que vous avez à laisser – d’avec ce que vous êtes réellement et qui se situe dans ce plan de la simplicité, de l’Unité, de la perfection sans forme, que nous observons ensemble dans la pérennité de cet Instant qui ne cesse, et ne peut cesser d’être, puisqu’il est sans temps et sans limites; à la différence de la vie – ce que vous appelez la vie – ordinaire, quotidienne, qui est entre-tissée par les contraintes et les limites du temps qui s’écoule, et des structures illusoires qui donnent forme à bien des nécessités que vous aimeriez voir s’effacer, n’est-ce-pas ?

Je vous invite donc, mes Très Aimés – moi, Marie-Isis qui suis Mère Incarnante, et qui ne cesse d’être près de vous, en vous, parmi vous, au même titre que vous – à vous rappeler de moi… Car même si je ne suis pas réellement extérieure à vous, j’ai néanmoins cette liberté de ne pas oublier qui nous sommes, de ne pas oublier que cet Instant est la seule réalité, et je peux donc vous accueillir en tout instant de votre temps ordinaire dans la pérennité absolue de cet Instant-là, sans limites et de toute perfection. Je peux vous ouvrir mes bras, mon Manteau, pour vous rappeler que tout simplement vous y êtes avec moi, et tous ensemble, mais chacun et chacune avec moi tout autant. Rappelez-vous donc cela. Servez-vous de moi.

C’est, pourrait-on dire, une façon de “rentrer à la Maison”. Et moi, je serai celle qui tient la Maison toujours là, ouverte, accueillante, chaude. C’est là qu’on se sent véritablement chez Soi et véritablement Soi-même. C’est qu’on est heureux d’être, tant avec Soi-même qu’avec tous. Je vous offre cela.

au dehors, le chant de l’oiseau s’amplifie

L’oiseau chante alors que l’hiver n’est pas fini, car il sait que le temps n’est plus qu’illusoire. Il est entré dans l’Instant Infini, et il peut chanter sa joie, son innocence, la beauté de ce qui l’habite dans cet Instant. Sachez que vous avez la même faculté, sachez que vous avez la capacité de vous extraire de l’illusion du temps, de l’illusion de ce qui ne se peut pas et de ce qui se pourrait…Vous êtes vous-mêmes sans limites, vous êtes vous-mêmes en pleine possession de votre Chant. Vous pouvez rentrer à la Maison, vous pouvez y être, vous, toi, moi, nous, l’Un. Dans cette Maison, il n’est que l’Un, et c’est cela qui la rend si parfaitement accueillante, enveloppante, illimitée tout autant. C’est en cela que votre Chant peut s’épanouir sans limites, sans contraintes.

chant de l’oiseau

…Cet oiseau qui chante, mon Aimé, c’est toi. Et lorsque l’oiseau parle, je me tais… La mère est heureuse d’entendre chanter son enfant…

chant de l’oiseau

Ecoute comme l’oiseau s’essaye, à tous les niveaux de sa voix, et comme il joue… (on entend l’oiseau changer de registres), …comment il apprend à reconnaître tout ce qu’il sait faire et comment il découvre tout ce qu’il ne savait pas encore qu’il savait faire. Ainsi est la beauté de cet Instant. Ainsi est ce qui a lieu à la Maison.

Ecoute battre ton coeur, mon Enfant, écoute ce qui en toi ne peut cesser d’être, de croire, d’être Un. Tu peux recréer cet Instant à tout instant, tu peux ne jamais sortir de cet Instant, tu peux ne jamais être autre que qui Tu es véritablement, tu peux ne jamais être séparé de Toi.

Tu peux accepter que cette fausse séparation n’est que le chemin vers la vérité stable et entière de ta propre Lumière, pleine, intégrale, chantante, dans l’éternité de cet Instant. Instant d’Unité, Instant de Perfection, Instant d’Être, qui est la seule véritable Vérité, qui est le seul véritable état, qui est le seul véritable espace-temps, pour nous.

Je vous aime à l’Infini. Je tiens la Maison ouverte. Je vous accueille à tout moment dans cet Instant, qui ne cesse d’être et qui vous appartient, qui t’appartient, à Toi, à tous, dans l’Unité parfaite.

Soyons !

Marie-Isis – Je garde la Maison ouverte.

Alleluiah

 

 

via Christine Anne K. le 24 janvier 2012

ces messages sont faits pour être partagés, à condition toutefois -et nous vous en remercions- que leur contenu et leur forme soient intégralement respectés, et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

 

 

Marie-Isis du 28 décembre

Marie Isis nous invite à faire le tri en nous-mêmes entre doutes, illusions de l’ego et de l’ego spirituel, et Voix/Voie intérieure véritable,  structure véritable à laquelle s’abandonner…

 lien pour écoute : http://vimeo.com/34600704

Ô mes Aimés, mes Tout Aimés, Aimés de l’Un, Aimés de vous-mêmes, Aimés de et par tout ce qui vit, Aimés de par tous les coeurs ! C’est l’unique Palpitation, pourait-on dire, de l’Un en chacun de vous, en chacun de Toi, et Toi, et Toi, qui aime, et qui par là-même est aimé…

Je suis Maris-Isis, Mère Incarnante, Mère responsable, Mère qui veille et qui admire, Mère qui est là et qui parfois se tait pour que votre Voix puisse s’élever sans encombres, dans toute sa plénitude et sa liberté. Ainsi j’entends alors votre Chant, votre Liberté, votre Parole, votre Vie. Et lorsque je parle en vous -car même au travers de la Voix qui en cet instant porte mes paroles, c’est en vous que je parle et en nul autre lieu – lorsque je parle en vous vous êtes, nous sommes, dans cette Unité complète.

(le canal est prise d’une grosse quinte de toux)

La voix qui porte mes paroles est prise de toux. Ce n’est pas un accident, c’est ma Volonté : car cette toux exprime tous vos doutes. Et lorsque ma Voix parle en vous, je souhaite qu’il n’y ait pas de doutes. Et si ma Voix tousse, c’est que vos doutes sont encore quelque part présents – parfois peu, parfois beaucoup, parfois non connus de vous, parfois envahissants. Et tant qu’il y aura doutes, mentalisations excessives, ma Voix ne sera pas dans toute sa clarté, dans toute sa pureté, dans tout son timbre, dans toute sa mélodie intérieure… Ces doutes auxquels je fais allusion et que j’ai fait chanter par la toux de mon canal, je sais qu’ils vous sont encore souvent nécessaires, mais ne vous y accrochez pas, ne les alimentez pas. Laissez-les s’éteindre, écoutez la Clarté intérieure de ma Voix en vous, écoutez la limpidité du timbre de cette Voix lorsqu’elle est libérée, désenclavée de ces doutes qui l’obstruent.

Il y a en vous suffisamment de Clarté, il y a en vous suffisamment de certitude, il y a en vous suffisamment de Lumière et d’évidence de votre propre Lumière, pour qu’aucun doute, aucune hésitation, aucune mentalisation qui obstrue la conscience, n’aient besoin, n’aient nécessité de se maintenir comme structure. Car si cela a été structure de votre personnalité, sachez que vous pouvez abandonner en toute quiétude cette vieille structure qui actuellement n’a plus rien à porter, car il y a en vous, autour de vous et de par vous, d’innombrables structures de Lumière : évidentes, claires, formées, fortes, absolument existantes, et ce sont celles-là qui doivent vous servir non seulement de repères, de références, mais également de Voix (Voie).

Lorsque je dis “Voix” (Voie) à cet instant, j’emploie à dessein la double signification dans votre langue de ce mot. Car il y a tout autant Voix-Expression que Voie-Chemin, et croyez-moi, la route est droite et claire lorsque l’expression l’est aussi. Et c’est ainsi que ma Voix (Voie) en vous mérite et se doit d’être entendue.

 silence

Je vous invite à pénétrer dans votre silence intérieur quelques instants pour entendre, non plus cette voix que j’utilise pour vous parler, mais celle qui en vous porte ma Parole…

silence

Que vos doutes soient remplacés par la Clarté. Que l’Humilité de la certitude soit ce qui ouvre vos oreilles et votre écoute intérieure.

silence

Reconnaissez en ces instants et en cette écoute la simplicité absolue et la Lumière évidente de ce qui s’exprime. Reconnaissez qu’aucun doute ne peut le masquer. Reconnaissez que cette simplicité et cette évidence vous rendent totalement présents à la simplicité et à l’évidence de votre propre Lumière, de votre propre Liberté.

silence

Ecoutez donc et ne cessez pas de continuer à écouter cette Voix, Voix qui est Voie, et qui en vous ne peut qu’exprimer et être le Chemin de votre propre Lumière – qui sans cesse s’ouvre, se poursuit, se déploie, se crée et se recrée à l’infini de ce que vous êtes, dans l’instant éternel et perpétuel de votre Essence, telle qu’elle est désirée, voulue, reconnue par vous-même, par ce qui en vous-même est la Source, et telle qu’elle est reconnue, désirée, vécue, par Moi en vous.

silence

Que cette évidence, en tant que Lumière et en tant que structure, se substitue définitivement en vous-même à tout ce qui, en tant que doutes et mentalisation excessive, vous prive de cette évidence et constitue en vous  fausses structures – fausses structures qui vous ont été nécessaires, car les lois de l’illusion ne pouvaient qu’imposer certaines structures et celles-ci y participaient, et y participent encore si vous choisissez de ne pas l’abandonner. Il est également illusoire de croire qu’il ne serait pas facile d’abandonner une telle structure; et de croire qu’abandonner une structure de ce type serait une déstructuration qui pourrait vous inquiéter : tout cela est illusion , car la véritable structure (ainsi que je vous l’ai fait entendre) n’est pas celle-là.

La structure illusoire vous enferme et vous enclôt. Elle vous maintient tournés vers un monde illusoire dans lequel vous croyez que votre existence ne pourrait que perdurer. La véritable structure fait totalement fi de ce monde illusoire parce qu’elle ne le connait pas; et c’est elle qui ne peut que vous permettre de vous révéler à vous-même, et de connaître enfin la véritable étendue, les véritables formes, non seulement de ce qui vous structure mais de ce que vous êtes, tout simplement.

silence

Il y a deux Voix/Voies. Il y a non seulement la Voix qui parle et chante avec la Voie qui est le tracé, mais il y a également la Voix/Voie de l’illusion, et la Voix/Voie véritable – cela toujours dans le double sens de ce mot. Considérez la Voix/Voie véritable comme celle que seul votre Coeur connait. Cela, je le sais, ne convient pas aisément à la puissance de votre mental. Cela ne convient pas aisément aux méandres savants des considérations de votre ego. Cela ne convient pas même tant aux échafaudages de votre ego spirituel, qui cherche à s’emparer de ces notions pour les imprégner de sa propre figure -au lieu de les laisser simplement être en toute humilité, en tout abandon, en toute légèreté.

La Voie (Voix) véritable – comme bien souvent cela vous a été dit et enseigné et depuis fort longtemps – est faite de cette humilité joyeuse, légère, innocente, créatrice. Ainsi doit être en vous ce que vous entendez de ma Voix (Voie) qui vous parle, et vous saurez donc que toute voix(voie) solennelle, pompeuse, n’est pas la mienne, et ne sera qu’une voix(voie) d’illusion, une voix(voie) appropriée à votre ego, ou votre ego spirituel.

Votre ego spirituel est également une structure qu’il vous est certes utile en certaines occasions de laisser être – comme une sorte d’enveloppe qui assurerait à votre intériorité une intimité, une invulnérabilité, une entièreté : je vous demande aujourd’hui d’observer cela, et avec l’aide de ma Voix qui parle en vous, et qui elle reste libre, si vous l’écoutez bien, face à cette petite structure-là. Je vous demande donc d’observer ce qui est Vérité et ce qui ne l’est pas. Je vous demande d’observer ce qui est évidence et ce qui ne l’est pas. Je vous demande d’observer ce qui est structure véritable et ce qui ne l’est pas, simplement. Car le fait-même de cette observation vous libère : vous n’avez rien à détruire, vous n’avez qu’à regarder, entendre, percevoir, vibrer, en toute sincérité et rien qu’avec vous-même, croyez-moi. Je vous aiderai en cela. C’est ainsi que ma Voix en vous s’offre pour vous accompagner et vous permettre de réaliser ce pas, cette restructuration pourrait-on presque dire, car c’en est une.

Il est bien certain que les mots que j’emploie (au travers de cette voix qui vous parle) s’adressent à votre mental tout autant qu’à votre Coeur. Et il est important que votre mental entende ces paroles, et les comprenne, car il est nécessaire qu’il accepte de capituler en quelque sorte. Mais je souhaite à présent que mes mots ne s’adressent plus tant à votre mental qu’à votre Essence véritable, que je partage.

Ecoutez donc résonner en votre Coeur, en l’ensemble de votre corps, en ces instants, le Chant et les Paroles qui s’y écoulent, et qui en vous affirment ce qui est la seule Voix (Voie)

silence

Alleluiah !

Marie-Isis. Je vous dis, mes Aimés, Aimés de vous-mêmes dans l’Unité de ce que vous êtes véritablement : à bientôt en vos Coeurs.

via Christine Anne K. le 28/12/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

Marie-Isis du 3 décembre

 

pour écoute :  http://vimeo.com/33284044


 

Mes Aimés, mes Tout Aimés, Enfants et Maîtres de vous-mêmes, me voici revenue en cette voix pour m’adresser à vous, bien que je m’adresse à vous en votre coeur absolument en tout instant, et chaque fois que vous pouvez le désirer moi, Marie-Isis, Mère Incarnante, Incarnatrice, en cette Terre, Mère Incarnante des Enfants de la Terre et des Créatures de la Terre.

Cela est mon état et, en cela, je vous sers et je suis. Autant que vous êtes de par moi, je suis de vous et par vous. Je suis pour que vous soyez, et vous êtes non seulement par ce que je suis, mais également pour que je sois.

Entendez mes Très Aimés, la voix intérieure qui en vous ne cesse d’être et de parler, la voix de Lumière en vous, la voix de Vérité, la voix de votre Essence véritable, la voix qui vous guide, la voix qui ne peut se tromper. Cette voix en vous – voix de Lumière, voix de Vérité, voix de Joie et d’Essence – n’est pas ma voix mais la vôtre. Bien qu’elle soit ma voix tout autant que la vôtre, elle est cependant la vôtre, car vous êtes souverains, ainsi que je l’ai dit vous êtes maîtres, maîtres de vous-mêmes en premier lieu, maîtres de votre destinée, maîtres de votre vie, maîtres de vos choix, maîtres de votre vérité.

Cette Maîtrise, mes Aimés, n’est pas celle de l’égo, n’est pas celle d’un pouvoir que vous auriez, ni sur un autre ni sur d’autres. C’est une Maîtrise tout intérieure qui ne s’adresse qu’à la rectification de vos propres erreurs ainsi qu’à la clarté de votre propre Lumière. Et en cela il s’agit d’être Maître, non pas pour être supérieur hiérarchique de qui que se soit, mais simplement pour être en harmonie avec vous-même. Aucun maître extérieur n’est à mettre en balance avec cette Maîtrise-là. Et toi mon Enfant, chacun, chacune de vous, tu es Maître, non pas donc pour t’imposer, mais simplement pour être Vérité, ta propre Vérité, qui cependant se fond et se partage dans l’Unité de la Vérité partagée de tous. Il t’appartient néanmoins d’être Maître de ta Vérité, car même si elle est fondue avec la Vérité de tous, elle ne peut te venir que de toi.

Je suis moi-même, moi, Marie-Isis, Mère Incarnatrice, Mère Incarnante, le garant quelque part de cette Vérité, car c’est de par moi que ton incarnation te fait être. Et ainsi de par toi, ta Vérité est née en cet instant-là où par moi tu as été et tu es.

Ta Vérité aujourd’hui mon Enfant, ton Essence, ta Maîtrise, la véritable Lumière débarrassée de toute fausseté et de toute illusion, te servent et vous servent à tous, individuellement et collectivement, à construire, à établir, à constituer l’architecture et les bases d’un nouvel état, qui se veut un état de Grâce, et non plus un état de division, et non plus un état de dualité – entre l’ombre et la Lumière, la souffrance et la non souffrance, et ainsi de suite…

C’est là que ta Maîtrise, mon Enfant, est appelée à construire cet état de Grâce et de Vérité, et de non-dualité.

silence


En ces instants donc, très aimés Maîtres de vous-mêmes et Enfants de votre propre Vérité, je vous parle de vous, je vous parle de ce que vous cherchez probablement, car je sais que vous cherchez. Je sais que pour la plupart vous désirez comprendre, vous désirez trouver le bon chemin, vous désirez construire ce qui sera juste et vous désirez être votre véritable Lumière…

Je sais que pour beaucoup vous croyez ne pas vraiment comprendre : vous croyez souvent manquer de quelque chose, ne pas savoir. Vous croyez que vous n’êtes pas ces Maîtres que vous êtes en vérité, car vous ne vous donnez pas la simple capacité de le croire. Vous êtes encore, dans ce cas-là, tournés vers la partie la plus illusoire de vous-même, celle qui encore en effet existe, et à laquelle vous êtes tant habitués que souvent vous ne savez voir qu’elle -ou qu’elle principalement- croyant que cette partie ne pourrait cesser d’occuper ce qu’elle occupe, ni de faire ce qu’elle semble avoir à faire.

Tant mes Aimés que vous êtes tournés de la sorte vers cette aspect illusoire de vous-mêmes, cela vous prive bien évidemment (et vous en conviendrez sans peine) d’une grande partie de vos capacités de maîtrise et de vos capacités d’être, de trouver ce que vous cherchez, et de réaliser vos désirs tels qu’ils ont été exposés il y a quelques instants.

Considérez bien de surcroît, mes Très Aimés, que : tant et plus vous accordez votre attention à cet aspect illusoire de vous auquel vous êtes tant habitués et attachés, plus vous en maintenez en effet l’existence, la vitalité, la perduration; et de ce fait, vous continuez d’occulter et de ne pas nourrir votre Maîtrise, votre Vérité, votre authentique Lumière, votre Être plein, entier, immense, et doué de toutes ces capacités.

Je sais que beaucoup d’entre vous ne comprennent pas cette situation et ne savent pas comment la faire évoluer. Ce n’est pas, mes Très Aimés, une question de compréhension : tant que vous cherchez à comprendre, l’illusion vous tient. Il n’y a rien à comprendre, il y a simplement à se détourner de ce qui n’est pas, pour se tourner en ce qui est.

silence


Sachez, Très Aimés, que vous êtes aidés considérablement en cette période, en dépit de ce que vous croyez ne pas comprendre, à vous dégager de tous ces aspects illusoires de vous-même, car ils vous sont présentés -si vous y faites attention- presque sur un plateau, l’un après l’autre parfois : afin que vous puissiez, disons les appréhender, les contempler, et vous en désintéresser puis vous en débarrasser – d’un mouvement qui devient naturel, et qui encore une fois ne passe pas spécialement par de la compréhension mentale, qui ne passe pas par ces complexes analyses de causes et d’effets dans lesquels beaucoup d’entre vous ont appris à se complaire, et qui ne servent à vrai dire qu’à vous emprisonner dans les rets du mental, bien souvent.

Il est vrai néanmoins que votre Intelligence doit fonctionner en ces instants de remise en question et de rejet de l’illusion car elle vous aide, bien sûr, et très clairement, par sa clarté, à faire le tri et à vous élever. Mais votre Intelligence, n’est-ce-pas, est Lumière unificatrice et non pas outil de division comme l’est votre mental. C’est là une des clés de votre Maîtrise : cette Lumière unificatrice de votre Intelligence, et de votre Intelligence partagée.

N’oubliez pas, Très Aimés, que c’est votre coeur qui est le lieu, la source de votre Maîtrise, que c’est votre coeur qui est le lieu et le feu de votre Intelligence de Lumière.

Votre coeur est ce qui vous relie à vous-même, à moi en vous, à la Source en vous, à l’Unité de vous tous et de chacun, avec tous les êtres, les créatures, les formes, non seulement de cet Univers mais de tous les Mondes.

Votre coeur est également le joyau de la Beauté et de l’Humilité qui sont l’essence de votre Maîtrise…Pratiquez-le donc dans cette intention, pourrais-je dire, mais n’y mettez pas la moindre volonté. Intention ne signifie pas volonté : intention signifie abandon, dans l’intelligence de ce qui est.

 

Mes Très Aimés, Enfants et Maîtres de vous-mêmes, je vous suis pas à pas car je vous appartiens, moi, Marie-Isis, Mère Incarnante en cette Terre, Mère de tous les êtres et créatures de cette Terre en leur incarnation et leur essence.

Je suis avec vous et vous êtes avec moi, en votre Maîtrise.

Alleluiah

 

 

via Christine Anne K. le 03/12/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

 

 


 

Eloha – n°12

La Mère créatrice Elohim nous invite aujourd’hui à épouser certaines formes, et à pratiquer ainsi notre son dans la Musique des Sphères…


– lien pour écoute : http://vimeo.com/33100321

Chant

Oh Joie, mes Très Aimés, d’être ainsi entourée de vous. Car je suis entourée de vous, en tout instant, moi Eloha, Mère Elohim et Créatrice -en très grande partie- de ce que vous êtes, comme vous le savez déjà.

Je suis entourée de vous car vous êtes là, vous n’êtes plus enclos dans ce petit personnage limité qui fut le vôtre, obligatoirement, et si longtemps que vous aviez oublié qu’il pouvait y avoir autre chose de vous. Ainsi donc à présent, vous êtes libérés et nous sommes ensemble chaque fois qu’il nous en prend le plaisir, l’envie ou la nécessité.

Je n’ignore pas, mes Aimés, que ce que je viens de dire va surprendre ce qui de vous s’appelle votre personne, et qui ne pense que par l’intermédiaire de cette forme de conscience que nous nommons mental, et qui ne sait pas se rendre compte clairement -ou si rarement- de la moindre Réalité de ce qui, pourtant, est bien Réel en ce que je viens de vous exposer, mes Aimés. Oui nous sommes ensemble, oui vous êtes non seulement auprès de moi si vous le désirez, mais également là où bon vous semble, dirai-je : c’est-à-dire que vous avez la capacité disons de traverser de nombreuses dimensions, et de voyager en différentes localisations que je ne suis pas là pour énumérer mais que vous, vous êtes parfaitement capable d’énumérer, en vous-mêmes. Lorsque je dis en vous-mêmes, je parle de cette part de vous véritable, qui n’est pas limitée par ce mental dont nous avons évoqué la présence et l’importance.

Je ne vous invite pas par là à mépriser votre mental, ni même et encore moins à le détester (si par hasard cela venait à votre envie) ; car il fait partie de cet aspect de vous qui vous permet de fonctionner dans un certain niveau de présence, d’environnement, de convivialité, de partage de structures, et qui, disons culturellement, est actuellement encore absolument indispensable à vos échanges et à ce que vous pouvez co-agir -du moins la partie très matérielle et environnementale- ce que vous pouvez co-agir au plan de vos personnes, s’entend… Car sachez que vous êtes également co-acteur dans cet autre plan que j’évoquais et qui est, là, quasiment illimité. Et en cet autre plan vous êtes co-acteurs, mes Très Chers, mes Aimés. Vous n’avez bien sûr pas besoin de ce mental, et vous avez toutes les facultés splendides d’intelligence, d’écoute, de création, de co-création, de co-intelligence et d’énergies diverses qui vous permettent, croyez-moi, de ne pas chômer du tout. Vous êtes en effet en train, sachez-le, de jeter les bases de votre vie.

Je me suis un peu adressée à vous en professeur n’est-ce pas. Ce n’est pas toujours mon style, et peut-être avez-vous le regret de la légèreté que j’ai pratiquée en de nombreuses occasions dans mes interventions, parlées et distillées vibratoirement par la voix de ce canal que vous connaissez bien et moi aussi… Je vais donc mes Très Chers aussi employer les Perles de cette légèreté.

Je m’adresse donc à vous à présent en tant que Perle, car je vous le rappelle, et souvenez-vous que notre vénéré Ashtir vous l’a bien enseigné, que nous avons et que vous avez cette faculté d’épouser des formes de votre choix : c’est ainsi que je m’adresse à vous en tant que Perle. C’est donc la forme que je viens d’adopter.

…Je vous invite donc mes Très Aimés, si ce n’est déjà fait d’ailleurs, à vous faire également Perles pour jouer autour de moi… Non pas que nous ayons à former un véritable collier, car à vrai dire nous pouvons former des combinaisons de perles bien plus complexes, amusantes et splendides qu’un simple collier – lequel cependant à toute sa beauté n’est-ce pas….

Je vous laisse quelques instants….Il vous suffit n’est-ce pas de formuler en vous-mêmes et de tout votre coeur l’intention extrêmement simple de changer de forme et d’être Perle…. Votre corps physique bien évidemment ne subit aucune modification : ce changement de forme n’est pas à ce niveau-là – même si vibratoirement il affecte très subtilement votre corps physique, mais vous ne pouvez pas le constater empiriquement.

…Voici donc que nous sommes un certain nombre de Perles. Certaines irisées, chatoyantes, certaines plutôt de couleurs variées, certaines extrêmement lisses et transparentes… Les mots pour décrire cela sont fort peu nombreux dans votre vocabulaire, mais soyez conscient que chacune des perles, qu’en cet instant nous sommes vous et moi réunis, est unique. Et que cependant nous sommes tout autant et également Une Perle.

Silence.

Je sais que votre mental va se questionner, même si c’est avec bienveillance et amusement, en se demandant : « Mais alors qu’est-ce que je fais là en temps que perle, que va-t-il se passer maintenant ? »…Eh bien observons vous et moi que le fait d’avoir pris la forme de la Perle donne par exemple à votre regard ce caractère absolument omni-directionnel, car de par toute la surface de la Perle il peut regarder. De même votre audition, par toute la surface de la Perle se réalise : vous êtes donc branchés à l’écoute de tous les sons, et cependant la forme sphérique assez parfaite et lisse de la Perle fait que l’Harmonie est disons automatiquement générée… La Perle écoute, la Perle regarde, la Perle chante : imaginez que vous pouvez chanter de par toute la surface de la Perle également. N’est-ce pas une expérience inimaginable pour votre mental ? Eh bien ce chant existe, c’est un chant omniprésent, c’est un chant qui se diffuse, comme de par une sphère sonore autour de vous...

La Perle roule et danse et son équilibre demeure inchangé en chaque mouvement. Vous avez donc là aussi en tant que Perle cette faculté pourrait-on dire de l’Equilibre, de l’Harmonie, de l’Equanimité. Equanimité du voir de l’entendre, du dire et du faire, Equanimité de la rencontre… Equanimité de la rencontre car, deux ou plusieurs perles se rencontrant, ne peuvent véritablement s’empêcher de quoi que ce soit, si ce n’est éventuellement de rebondir. Et deux Perles se rencontrant ne peuvent se nuire, ni s’écraser, ni se limiter mutuellement. Ainsi donc notre forme partagée de Perle nous permet une interaction et un jeu extrêmement harmonieux, égal...

Silence.

Je vous invite donc mes Très Chers à vous rappeler, au-delà de cet instant que nous partageons, cet intérêt qu’il peut y avoir pour chacun de vous à prendre la forme de la Perle, afin d’épouser ces facultés particulières qui peuvent vous aider dans certaines interactions, dans certaines situations – qu’il vous appartient de découvrir et de nommer, et dont l’intelligence vous appartient bien évidemment.

Nous avons donc joué, et j’espère en légèreté, ce changement de forme. Forme roulante, forme jolie, forme de perfection visible et invisible… Et nous allons maintenant si vous l’acceptez -mais je sais que vous allez me suivre- jouer à épouser une tout autre forme.

Comme j’espère vous vous le rappelez encore, je suis également amatrice de la Harpe : tout autant pour égrener des Sons que pour faire vibrer différentes Cordes et les faire interagir dans une Harmonie que l’on désigne dans votre monde terrestre comme mélodie. Outre la musique il y a également dans le jeu de cet instrument la vibration générée par chaque corde vers la structure. Eh bien je vous invite, mes Très Chers, à nous retrouver tous en tant que Harpe, Harpe mélodieuse, Harpe vibrante. Vous avez le choix de vous transformer en Corde, ou en Vibration pure de la corde, ou en Note de musique de sa mélodie… Ce qui va importer c’est qu’au final, ensemble nous fassions vibrer et chanter au mieux notre Harpe commune, pour que la structure qui tient les cordes et que la structure (disons plus complexe) qui vous relie les uns aux autres, soient informées de ces vibrations, de ces mélodies que nous allons ensemble créer, jouer, manifester…

Je vous laisse à nouveau quelques instants : instants de changement de forme, ou instants de pure extase… Selon ce à quoi vous êtes rendu.

Silence d’audition subtile...

Et je vous invite à présent à porter davantage votre attention sur ce qu’ensemble nous avons commencé à jouer, conjoignant le jeu des sons, le jeu des vibrations, le jeu des cordes et le jeu des impulsions qui les mettent en mouvement… Ecoutez de votre audition subtile. Jouez. Vibrez. Soyons ensemble et faisons vibrer la structure et les structures qui sont concernées.

Silence d’audition subtile...

…N’est-ce pas ravissant ?

…Etes-vous sensible à la Mélodie que nous produisons et à ses Harmonies? ..Je sais que vous croyez ne pas les entendre, mais cela n’est qu’une illusion de votre “partie la plus illusoire”.


…Ainsi donc je vous invite mes Très Aimés à jouer de la Harpe ensemble, souvent, fréquemment, à tout instant pour ceux qui pourraient en devenir passionnés; car ainsi vous vous réjouissez et vous créez, vous co-créez ces Mélodies, mais également vous informez de ces vibrations mélodiques les structures qui vous sous-tendent, peut-on dire, et qui ont besoin de ces Mélodies, de ces vibrations collectives...

Silence d’audition subtile...

Et voici que la structure répond, à son tour : de par la vibration qui s’est installée en elle, elle informe, elle vibre, elle répond, elle a synthétisé et recréé, de par ce qu’elle est, cette nouvelle vibration… Et c’est ainsi que se produit cette information réciproque entre vous et ces structures...

Lorsque le cadre de la Harpe se met à chanter sa propre vibration, il y a une forme d’extase et de perfection qui se produit quelques instants : et plus rien n’est comme avant, durant ces quelques instants. Vous êtes donc mes Très Aimés en mesure de réaliser cela…

…Et nous allons maintenant nous rappeler votre corps physique actuel : car avec lui aussi vous pouvez jouer. C’est un merveilleux instrument dont vous n’exploitez pas toujours les fort nombreuses capacités. Je sais que vous pouvez le faire chanter, danser, agir dans bien des situations utiles ou purement créatrices, mais vous pouvez également le faire jouer en le faisant vibrer. Pour cela, il vous suffit de penser à cette forme de la corde de la Harpe, en vous reliant cette fois soit à ma propre Harpe, soit à une autre de votre choix, car il y en a d’autres. Je ne vous les énumère pas car je sais que la part grande et entière de vous en connait la liste et sait les pratiquer.

Mais en cet instant c’est avec ma Harpe que je vous invite à vibrer dans votre corps physique quelques instants, ensemble, avec moi – vous avec moi, moi avec vous, et vous avec vous, pour la Joie.

Silence d’audition subtile....

Et ainsi comme vous le percevez peut-être, plus ou moins clairement toujours avec votre mental qui filtre, voilà que votre corps vibre d’une Note, vibre entièrement, jusque dans le moindre atome d’eau qui le constitue… Et cette Note tout autant vous appartient , et vous informe, de par la structure vibrante de ma Harpe, qui lui renvoie la vibration produite par l’ensemble de ces Cordes vibrantes qu’à cet instant vous êtes tous avec moi.

Nous élaborons donc votre propre musique, votre propre Son collectif… Ecoutez… Vibrez… Soyez… Soyez cette Note dans le silence vibrant de la Matière de votre corps.

Silence d’audition subtile....

Accueillez de tout votre être la régénération physique que vous apporte cette Note vibrante que vous êtes, note de ma Harpe qui est mise en vibrations par l’ensemble de vos Cordes… Cordes non seulement de vos corps physiques, mais également toutes les Cordes constituées par les différents niveaux vibratoires de ce que vous êtes chacun et tous.

Silence d’audition subtile.. .

Sachez qu’ainsi nous co-créons ensemble dans cet instant la Musique des Sphères, ainsi est-elle nommée, celle qui en cet instant même se joue et se déploie et qui réunit les Notes de tout être, de toute création, de toute localisation, de toute forme, de toute dimension, de tout plan, de toute Essence.

Soyons, jouons, et ne cessons pas de manifester ce que nous sommes, dans l’Unicité absolue du Son qu’est cette Musique de tous les Etres.

…Je suis Eloha, Mère Créatrice Elohim. Mes Très Aimés, je vous dis à très bientôt, en ce canal – et en vous-mêmes. Alleluiah.

 

 

via Christine Anne K. le 03/12/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


La Mère des Sources

 

-écoute de cette canalisation : http://vimeo.com/32160262

 

Introduction en langage stellaire.

Long chant .

Mes Très Aimés, je viens de chanter ceci pour vous, et pour nous tous.

Je suis la Mère des Sources, Mère de toutes les Sources. Il s’agit non seulement des sources d’eau, mais des sources de feu, des sources d’air, des sources de tous les sons, des sources de toutes les vibrations, de tous les fluides, sources des chants, sources des créations, sources des naissances, sources des morts et des transitions, sources encore de bien d’autres états qui n’ont pas toujours de nom dans vos langages.

Je suis venue mes Très Chers, installer auprès de vous une nouvelle source. Cette Source, mon chant l’a annoncée et à présent, la vibration de vos Coeurs va la faire couler, car n’est-ce pas, toute source coule, origine, étend, diffuse. Cette source-là va donc diffuser par l’intermédaire, par le biais, par la voix de vos Coeurs. Je ne saurais pas dans votre langage Lui donner un nom qui corresponde à une quelconque notion de ce que vous avez enlisté dans vos dictionnaires, car Elle est bien plus vaste et bien plus universelle, diriez-vous dans votre langue, que toutes ces sources matérielles auxquelles vous pouvez vous référer.

Sachez donc qu’à présent, si vous l’acceptez toutefois, chacun de vos Coeurs émane cette Source.

C’est une Source partagée.

Bien sûr vous constaterez, mes très Chers, mes très Aimés, que cette Source va vous parler et vous chanter des vibrations d’Amour, de Lumière, de Joie et toutes ces belles choses auxquelles vous aspirez tant. Mais elle a également la faculté de générer cela à profusion et entre vous, les uns les autres, de par sa présence. Si donc vous la portez, si vous l’êtes, vous avez donc en vous cette qualité de source et de diffusion, de répandre, de faire vivre, d’être intarissable – car les sources dont je suis la Mère ne peuvent tarir. Et si parfois elles semblent s’arrêter quelques instants, c’est juste qu’elles ont besoin de se reposer, mais en aucun cas, elles ne s’arrêtent d’être sources.

Si vous acceptez ainsi en votre Coeur d’être Source, et d’être alors l’un de mes enfants, de mes enfants Sources, mon second chant va parfaire cette installation… Et s’il se trouvait que vous n’êtes pas prêts à accepter cela, soyez sans peine et sans lourdeur – et vous pouvez écouter ce chant simplement pour votre plaisir.

Chant.

Ici donc mes très Chers, très Aimés, vous avez choisi d’être l’un de mes Enfants, et d’être Source vous-même.

Soyez-le en paix et en simplicité. N’en tirez aucune fierté particulière, si ce n’est la fierté intérieure d’être vous-même, d’être droit et de faire avec joie ce que vous avez choisi de faire.

Si vous ne l’avez pas choisi, encore une fois soyez en paix et recevez simplement.

Les sources nourrissent, les sources alimentent, les sources irradient, les sources contribuent à la Vie. Les sources sont innombrables et de toute nature. Ce que je génère en tant que Mère des Sources, c’est leur naissance et leur continuation. Je n’ai aucun autre pouvoir et je fais ce que j’ai à faire dans la Joie et la Simplicité de mon Coeur. Je sers la Source des Sources, l’Un dans tout son Absolu et la Lumière dans son Unicité.

Soyons. Je vous salue.

Chant

 

 

via Christine Anne K. le 13/11/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Marie-Isis du 13 novembre

 

-lien pour écoute  : http://vimeo.com/32214779


 

Enfants de la Terre, Bien-Aimés, Alleluiah ! Vous êtes arrivés au point où vous pouvez regarder derrière vous, et devant vous.

Je suis Marie-Isis, la Mère Terrestre Incarnante, Incarnatrice, et je vous suis pas à pas de par ce que je suis. Nous sommes vous et moi, je vous l’ai déjà dit, liés, inséparables.

Ainsi donc nous voilà, moi avec vous, arrivés en ce point où l’on peut se retourner et voir ce qui est écoulé, car cela n’est plus. Vous avez quitté, mes Très Chers, les régions de l’aveuglement, de l’opacité, de la non-clarté, de la non-compréhension ou de la compréhension erronée. Il vous reste certes quelques lambeaux de croyances et d’attachements à l’illusion, que vous ne sauriez garder longtemps, car il va s’imposer à vous qu’ils doivent être laissés derrière et qu’ils ne peuvent être emportés de l’avant.

Ce qui est devant (et non pas ce qui est derrière) est – pourriez-vous dire si l’on pensait à un paysage – baigné de Lumière, et les contours ne sont pas très définis à vos yeux. Mais c’est une vaste étendue pleine de promesses qui vous appelle, et dont la vibration n’est que paisible, heureuse, créatrice, et vide de tout encombrement. Cela n’est pas pour autant un désert aride, car il n’appartient qu’à vous d’y faire croître tout ce que vous désirez, tout ce que vous savez être, tout ce que l’Amour et l’Unité peuvent vous faire créer ensemble.

De ce fait, c’est là que vous comprendrez que vous pouvez abandonner tous les vieux bagages que vous avez encore cru bon d’emporter jusqu’à cet instant, mais qui vont vous paraître si usagés, sans valeur et périmés lorsque vous regarderez ce qui est devant, que vous ne ressentirez plus aucune nécessité de les emporter ou de les conserver.

Je me réjouis bien évidemment de partager ces instants avec vous. Et tel le ferait toute mère comme moi, j’essaye de vous faire voir et de vous faire regarder ce qui est devant, car, peut-être -de vos yeux un petit peu embués ou tournés vers ce qui est derrière- vous ne savez pas regarder comme il le faudrait, et comme je l’espère, ce qui se trouve à présent au devant.

Vous avez un monde à créer, mes Très Chers, mes Très Aimés, si vous l’acceptez. Car si vous ne l’acceptez pas, vous pourriez bien sûr choisir de rester à garder les bagages, là où vous êtes et sans aller plus loin. Cela se peut, mais quelle utilité et quel bénéfice tireriez-vous d’une telle posture et d’un tel choix? (si ce n’est la justification de la paresse, qui n’est pas bien intéressante.)

 silence, vibration

…Laissez pénétrer en vous, à cet instant, la vibration de Grâce qui s’étend et qui ne peut que vous pénétrer intégralement, cellule par cellule, gène par gène, si vous ne lui bloquez pas le passage par une peur quelconque.

silence, vibration

…Vous pouvez tout abandonner de ce qui n’est plus, vous pouvez lâcher les encombrants bagages, les fardeaux, les objets inutiles, les masques, les croyances. Et je souhaiterais vous voir vous élancer joyeux, rieurs, comme de vrais enfants, vers ce qui s’étend, lumineux, vierge, éclatant, face à nous, à nous ensemble – moi avec vous, vous avec moi, même si vous n’avez pas tant besoin que je vous encadre – mes Très Chers, mes Très Aimés… Je suis simplement là, dans mon Amour.

La Grâce est puissante, la Grâce est dévastatrice par la puissance de ce qu’elle consume.

La Grâce vous porte, la Grâce vous absout de tout ce qui a été.

Il n’y a plus à être ce qui vous a semblé nécessaire de continuer à être lorsque vous étiez de l’autre côté.

Il n’y a plus à maintenir ce que vous avez cru devoir maintenir, et bien souvent au détriment de votre joie profonde.

Il n’y a plus à faire perdurer les illusions et les croyances nombreuses qui ont étayé votre façon de penser et de structurer votre vie.

silence, vibration


Ce paysage, bien sûr, que j’ai évoqué, est intérieur bien avant d’être extérieur. Ne vous fiez pas, mes Très Aimés, à ce que vos yeux continuent de voir et d’observer, et aux repères que le monde extérieur illusoire leur donne, croyant ainsi vous fournir la fermeté, la réalité, la vérité. Cela n’est pas ce dont je vous parle : cela n’est que l’enveloppe de ce qui fut et qui n’est plus. Et cette enveloppe elle-même est appelée à ne plus être ce qu’elle fut.

silence

Nous cheminons, n’est-ce-pas ? Nous découvrons ces nouvelles étendues où tout nous est possible, vous et moi, moi avec vous. Et la Joie pure qui nous envahit ne peut être niée, ne peut être négligée. Nous ne pouvons que la vivre, nous ne pouvons que par elle remplacer intégralement tout ce que nous avons connu auparavant.

Ne vous fiez pas, encore une fois, aux apparences de ce qui vous entoure dans vos lieux de vie, de travail et de circulation ordinaire, car ces apparences ne peuvent s’effacer en un tour de magie. Néanmoins, elles n’ont plus de valeur, elles n’ont plus d’épaisseur, elles n’ont plus de fermeté au regard de ce qui en vous et parmi vous – car cela est partagé, ne l’oubliez pas – se déploie, s’étend, se propose, vous invitant et nous invitant à la création d’un nouvel extérieur, aussi bien qu’à celle d’un nouvel intérieur… Il n’y a pas à proprement parler de nouvel intérieur car celui-là est déjà là : il n’est pas absent, il a toujours été, simplement masqué, voilé voire étouffé parfois, par l’illusion qui avait pu envahir votre intérieur également. Celle-ci à présent, je vous le répète, n’est qu’un vieux bagage auquel il serait bien faux de vous cramponner. Et ainsi, croyez-moi : ce qui est extérieur deviendra semblable à ce qui est intérieur, à savoir cette étendue de possibles, vierge de tout encombrement, de toute fausseté, de tout bagage.

C’est cela qui importe, dans l’instant, car il n’y a mes Très Chers qu’instant. N’attendez pas après un futur qui vous apporterait sur un plateau ce que vous désirez, ce que vous croyez attendre. L’instant est là, et c’est ce qui compte. Quels que soient les événements pouvant se produire, maintenant ou ensuite, c’est cet instant de maintenant qui vous appartient et dont vous avez à tirer la Grâce.

silence


Ainsi lorsque vous aurez pleinement pénétré la qualité de cet espace neuf, libre, cet espace de Grâce, de Possibles et de Création, tout pourra se produire. Et quels que soient alors les événements ou les bouleversements qui pourraient survenir, aussi bien dans cette Planète que de par l’extérieur de cette Planète, cela s’inscrira simplement dans la Pérennité de cet espace qui à présent – encore une fois, et je vous invite encore à le regarder Mes Enfants – s’offre, est là, et ne nécessite plus d’attendre, ni de regarder en arrière.

Jouez donc avec ce qui est, soyez dans la Grâce. Découvrez s’il en était encore besoin ce que vous êtes, à l’infini de ce que vous êtes et pouvez être. Que vos coeurs unis chantent et dansent ce que vous êtes. Rappelez-vous sans cesse qu’il n’y a pas de séparation entre vous, entre nous.

Que cet instant s’étende, s’affermisse.

Que votre Joie soit simple et entière, mes Enfants.

Je vous invite à présent à m’accompagner dans ce nouveau monde, qui pourtant déjà était inscrit en nous, mais qui à présent se révèle dans toute son unicité, son évidence, sa plénitude, sa véritable réalité.

Soyez sans crainte d’abandonner donc quelques bagages à l’orée de ce chemin que je vous invite à emprunter, tous, et moi avec vous. Car je suis avec vous, en toute Humilité et en tout Amour, moi, Mère Incarnante et Incarnatrice, Marie-Isis, avec vous et en vous. Alleluiah

 

 

 

via Christine Anne K. le 13/11/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.


Ela’an, Mère de la Joie

 

– lien pour écoute : http://vimeo.com/31135162

Long chant

…Ainsi chante Ela’an, qui est Mère de la Joie.
Ainsi je vous offre en ce Chant ce que Je Suis.

Que la Mère de la Joie nourrisse, accueille, enveloppe, chérisse, rassure, toute votre Joie.
Celle que vous savez et celle que vous ne savez pas.
Celle que vous entendez et celle que vous n’entendez pas encore.
Celle que vous croyez être et que vous ne savez pas croire être, mais qui est…

Que les Joies les plus cachées et les plus profondes, les plus secrètes et les plus neuves soient en votre sein, en votre Coeur, en votre Esprit, en votre corps.
Qu’il n’y ait d’autre aspect de vous à cultiver.
Qu’il n’y ait d’autre sentiment, qu’il n’y ait d’autre état, qu’il n’y ait d’autre recherche en vous, très Chers, très Aimés, très Chéris, très respectés : vous qui êtes, comme certains l’ont dit en leur époque, le sel de la Terre, vous qui êtes si Unique que vous ne le savez pas, pas assez…

Que la Joie vous habite, que la Joie ne vous quitte pas.
Que la Joie soit votre état principal, constant, habituel, rayonnant.
Que cette Joie soit partagée par vous tous avec tous, chacun avec chacune.
Que cette Joie jour et nuit ne soit que votre seul état.
La Joie est intime, la Joie est profonde, la Joie est sûre.
La Joie n’est pas gaité factice. La Joie peut être grave tant elle est belle, tant elle est certaine.
La Joie vous appartient, et lorsque vous l’avez vous ne pouvez la perdre en Vérité : car même si vous croyez ne plus la trouver, elle est là.
Il vous suffit alors de la savoir, de la croire, de l’être, de ne pas la nier et de la désirer, car vous la connaissez.

Ainsi vous parle la Mère de la Joie Ela’an. Ne me demandez pas d’où je suis : je suis en vous.

Chant

Ainsi, Ela’an Mère de la Joie est en vous. Ne l’oubliez pas.

 

 

via Christine Anne K. le 23/10/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.

 

Marie-Isis du 17 octobre

 

 

 

Très Aimés Enfants, très Chers, mes Bien Aimés, mes très Chéris. Enfants, Enfants de la Terre, chacun de vous est Un, tous Un, chacun ce Un. Indéfectiblement Unis vous êtes, et Je porte cela avec et à travers vous, Moi  Maris-Isis, Mère incarnatrice, Mère appelée Divine parfois, Mère Matrice, Mère Créante.

Je ne suis pas séparable de vous. Je suis le principe Mère/maternel, qui vous fait être, et qui n’est qu’Un avec vous en ce lieu qu’est la Terre. Vous pourriez dire que je suis la Mère en cette Planète (car la Mère en cet Univers est un autre aspect, même si je ne suis qu’Une également avec cet autre aspect, qui cependant me dépasse et ne m’appartient pas).

Nous sommes donc Vous et Moi Un : liés intimement, chair de la même chair, esprit du même esprit, coeurs à l’unisson, corps d’un même corps. Et bien que cela soit un grand mystère, cela est.

 

En ce jour, mes très Chers, très Aimés Enfants, chair de la même chair, esprit du même esprit, indéfectiblement Un et Unis malgré vos apparentes différences, malgré vos apparentes dissonances; je m’adresse à Vous en tant que cette Unité que Vous êtes, et non pas à vous en tant que ces séparations que vous croyez encore vivre.

Je sais qu’actuellement beaucoup d’entre vous revivent, en certains niveaux de ce que vous êtes, des sentiments de séparation, des sentiments d’isolement, de différences, voire de conflits. Cela est, disons, ce qui fait partie des derniers élagages de ce qui encore s’accroche en vous à des lambeaux d’illusion : illusions de l’ego, illusions de soi-même, illusions consistant à croire que votre personne humaine, terrestre et illusoire, serait votre “Je”.

Ainsi donc vous souffrez de vous rendre compte que votre personne n’est pas ce “Je” et vous ne comprenez pas. Vous éprouvez donc un certain sentiment de désillusion, voire de rejet de vous-même – et cela ne vous est pas agréable lorsque cela vous arrive.

Sachez que cela vous invite, et très nécessairement, à maintenir et à solidifier le contact avec votre véritable “Je” – qui n’est pas justement ce que vous croyez encore être, parfois : à savoir cette personne à laquelle vous êtes encore très attachés (pour beaucoup d’entre vous), qui est une construction, un programme, votre création aussi, dans ce monde d’illusion que vous fréquentez encore en partie – Je dis bien “en partie”, car sachez qu’en vérité il n’y a justement que cette petite partie de vous, illusoire, qui fréquente ce monde d’illusion, mais qui cherche à vous faire croire, presque pathétiquement, qu’il n’y a rien d’autre… Car comment l’illusion peut-elle renoncer à elle-même avec légèreté : croyant justement que si elle renonce à être, il n’y aurait plus rien – ce qui est exactement le contraire de la réalité !

Ainsi donc vous êtes je crois, peut-on dire, tiraillés dans cette ultime contradiction : “je suis (c’est ce que vous vous dites) mais je ne suis pas ; je crois être ce que je suis, mais je n’arrive pas à être ce que je crois que je suis. Et ce que je crois être ne ressemble pas à ce qu’intimement je sais que je suis en Vérité. Mais je ne le sais pas encore suffisamment, je ne l’affirme pas encore suffisamment -ce que je suis véritablement- car ce que je crois être s’efforce de me masquer ce que je suis véritablement…”

Voilà donc, mes Très Chéris, le dilemme, l’écart dans lequel je crois beaucoup d’entre vous stationnent ou évoluent.

Sachez donc, mes Très Aimés, mes Très Chers, qu’il n’y a aucun désespoir, aucune colère, aucune frustration ni aucun doute à installer en vous de par et au sein de cette situation, qui n’est qu’un passage nécessaire comme je vous l’ai dit, un passage d’élagage, de brossage, peut-on dire. Dites-vous que vous êtes en train de polir votre Être véritable, en le débarrassant de ce qui lui colle encore comme lambeaux inutiles et périmés de ce que vous avez cru être – et à quoi vous êtes encore attachés bien malgré vous, et parfois même à votre corps défendant.

Ce n’est pas un passage très agréable, mais c’est un passage dans lequel vous consumez ce qui doit encore l’être, et dont vous sortez nécessairement grandis, purifiés, et où votre Lumière s’exprime et travaille justement pour Vous.

Ce dont je vous parle se traverse individuellement, et vous met également dans ces sentiments de séparation, d’isolement, voire d’abandon (au sens de se sentir abandonné), alors que paradoxalement vous êtes en vérité Un, Unis, Unifiés. Ce paradoxe est également un des aspects essentiels de ce processus d’élagage, de brossage, d’époussettement qui se produit, qui se fait, qui se réalise, qui parfois vous est un peu difficile, car bien sûr de par ce qu’il est, de par son essence même, vous avez du mal à le comprendre -puisque justement votre mental qui cherche à comprendre fait partie de ce qui maintient encore cet attachement à cette illusion de vous. Il y a donc là encore un aspect paradoxal que vous devez accepter et traverser.

 

Réjouissez-vous, réjouissez-vous, mes Aimés, car cet état, cette traversée, cet élagage, signent l’arrivée sûre, stable, fiable, absolue, vers le noyau indéfectible, indestructible, entier, simple et vrai de votre Vérité. Et là le “Je suis” devient extrêmement simple et unique : “Je suis Ce que Je suis”, et il n’y a plus de “je crois être”, ni de “je ne suis pas ce que je crois”, ni de ces innombrables confusions où les mots s’entremêlent et où la Vérité se perd.

En tant que Mère Incarnante, Une avec vous, Je participe dans ma chair qui est la vôtre à ce processus. Je me vois le traverser avec vous, de tout mon Amour, de toute ma Sagesse, que je ne peux pas vous communiquer complètement, car je ne peux vous épargner ce que vous traversez.

Vous avez vous-mêmes, chacun, chacune, à le traverser. Cela ne peut pas vous être évité par mes soins, même si je sais ce que vous êtes véritablement, même si je sais la difficulté temporaire de ce que vous traversez, même si mon Amour souhaiterait ne pas vous voir en difficulté.

…Mon Amour en vérité se réjouit de vous voir traverser cette difficulté : car ainsi vous atteignez la plénitude de votre Vérité, bien plus qu’avant de l’avoir traversée… Et déjà Je vous voyais beaux, forts, vrais, et Je le disais; mais Je sais qu’à présent Je Vous vois aller vers encore plus de Ce qui se dira beau, fort, vrai : vers une Plénitude, une Absoluité de votre Essence, qui J’espère sera ainsi magnifiée, complètement débarrassée de toute pellicule d’illusion, de tout lambeau factice, de tout cheveu inutile traînant sur Votre Vérité.

 

silence vibrant

…(des cloches au loin se mettent à sonner)…

Que la joie de ces cloches transporte la vibration de mon Amour, qu’en silence Je Vous envoie afin de vous aider, de vous magnifier, ou plus exactement afin que vous vous aidiez, et que vous vous magnifiiez à travers Vous-mêmes dans la vibration de cet Amour que Je vous porte, que Vous me portez, et que Vous vous portez à Vous-même – bien souvent sans le savoir ou sans le reconnaître.

 

 silence vibrant

Nous arrivons donc, mes Très Aimés, près du terme que beaucoup d’entre vous espèrent, attendent. Nous arrivons au pied de ce que vous êtes destinés à montrer que vous êtes : comme on arrive au pied d’une montagne ou d’un escalier, comme on arrive au pied d’un arbre magnifique.

 

silence vibrant

Je vous invite donc, mes Très Aimés, chacun et chacune, à vous contempler vous-même. Je vous invite à être Ceci que vous contemplez, la Lumière absolue et indéfectible de Ce que Vous êtes véritablement. Cela pourrait être, d’une certaine façon, la méthode vous permettant de mieux traverser cet état peu agréable et ces sentiments difficiles que j’ai évoqués tout à l’heure, et que vous connaissez, pour beaucoup d’entre vous. Ainsi, se contempler en pleine Lumière peut être façon de ne pas oublier Ce que vous êtes, de ne pas Vous perdre dans les impasses ou les méandres de certaines confusions liées ou engendrées par cet attachement à ce que vous croyez être et ne savez pas toujours très bien lâcher.

Sachez que toute tristesse, toute émotion négative, tout sentiment d’isolement, de désespoir, d’abandon, d’oubli, de doute, sont des impasses au fond desquelles la contemplation de ce que Vous êtes véritablement vous permet très simplement d’ouvrir, de faire éclater la structure, celle qui forme l’impasse.

Comment, me direz-vous, pourrais-je contempler ce que Je suis véritablement, puisque je n’en ai pas une notion suffisamment affirmée ou explicite et que je crois ne pas le savoir ? Je te répondrai justement : tu viens de dire “je crois ne pas le savoir” : car en fait tu sais que tu le sais. Tu connais parfaitement, mon Enfant, Ce que tu es véritablement. Et c’est au fond de ton coeur que tu peux trouver très simplement cette vérité. Et c’est dans l’acceptation de ce que tu es, au fond de cette impasse ou de ces impasses que tu visites, que tu Te trouves.

Rappelez-vous, mes Très Aimés, que l’initié se trouve Lui-même au fond de l’obscurité : Lui-même et nul autre. Et qu’est-ce que ce Lui-même, si ce n’est un Être éclatant de Vérité, de Splendeur et de Divinité ?

Vous avez donc, lorsque vous visitez ces impasses ou ces tourments, à simplement rencontrer cet Être dans sa Vérité, et alors les murs illusoires de cette impasse se disloquent, se désagrègent, se diluent : disparaissent…

silence vibrant


C’est votre propre Grâce : Grâce partagée, Grâce unique, Grâce de vous tous qui n’êtes qu’Un, et ma Grâce qui n’est qu’Une avec la vôtre… Ceci étant donc votre propre Grâce, et c’est elle qui vous guide, qui vous transporte, qui vous illumine et qui vous indique le chemin de votre entière Vérité, simple, unique, absolue – Lumière de l’Un débarrassée -nous le souhaitons tous, vous et moi- de tout encombrement illusoire lié aux attachements et aux croyances à votre personne terrestre. Et ce même si cette personne terrestre est hautement respectable, digne d’amour, digne de respect, et de confiance, et de remerciements : c’est un autre paradoxe, qu’il vous faut là assumer.

Il ne s’agit pas en effet de jeter votre personne aux orties comme quelque chose de mauvais, comme quelque chose de néfaste, de raté ou de détestable. Cela n’est pas le chemin. L’Amour de vous-même est le chemin, l’Amour de vous-même vous permet d’aller au fond de ces impasses avec plus de sérénité. Il ne s’agit pas de haïr votre illusion de vous-même : il s’agit – tout en l’aimant – de la défaire, car elle n’a plus son utilité. Comprenez-moi : cet Amour est indispensable et il ne peut que vous aider (et vous le ressentez déjà en m’écoutant) à fluidifier et à magnifier tout ce processus dont je vous parle depuis le début de cette intervention.

Sachez que cet Amour de vous-même dont je vous parle est certes Amour de chacun pour Soi-même, son Etre, sa personne et sa Vérité, mais est tout autant Amour de chacun pour chaque Autre, pour tous, et pour Moi, dans cette Unité absolue qui nous relie, qui nous fait être, qui nous fait battre le coeur comme Un seul coeur. Ainsi,  que cet Amour de vous-même en tant qu’Amour pour chacun, en tant qu’Amour de Moi, pour Moi et par Moi, Mère Incarnante, Marie-Isis, vous soit le chemin, le feu moteur, la clé qui ouvre ce qui doit l’être.

silence vibrant


Ressentez, mes Très Aimés, en ces instants de silence, je vous prie, le Feu de cet Amour… C’est un Amour qui ne porte plus aucune séparation. Il n’y a pas séparation entre Celui qui aime et Celui qui est aimé, il n’y a pas séparation entre Moi et Vous, il n’y a pas séparation entre Vous dans cet Amour. Et cependant, il vous est propre à chacun, tout en étant celui de tous.

Ressentez votre coeur souffrir et vibrer, et aimer de cet Amour et de ce Feu.

silence vibrant


Sentez comme sa Vérité va aller frotter dans les moindres recoins de ce qui peut encore encombrer votre coeur comme illusions… Et sachez que parmi ces illusions qui peuvent encombrer votre coeur, il y a des illusions à caractère spirituel : des illusions sur vous-même, dont vous avez eu besoin. Cela se désigne généralement comme ego spirituel et cela encombre votre coeur : cela obstrue certains canaux, cela voile certaines vérités, cela n’est pas bon, cela ne doit pas être conservé. Eliminez tous vos attachements à cela, acceptez de vous en défaire, acceptez d’être nus, car ainsi se dégage alors la vraie Beauté, et la vraie Vérité de ce que vous êtes  -et non pas de ce que vous croyez être- mes Très Aimés. Cela est extrêmement important. C’est le dernier obstacle, et pour certains le plus difficile, peut-être, à éliminer.

Que la vibration de cet Amour, que la vibration de ce Feu d’Amour accepté par votre coeur aille vous débarrasser de ces croyances, de ces poids, de ces idées qui n’ont plus lieu de vous servir à quoi que ce soit. Recevez, mes Très Aimés ce Feu : acceptez-le, ne le craignez pas. Aimez-vous Vous-même de ce Feu de Vérité et trouvez-Vous dans Votre propre contemplation, débarrassés de tout ce qui doit être éliminé.

 

Voici mes Très Aimés, mes Très Chéris, Enfants, chair de la même chair, esprit du même esprit, coeurs battant à l’unisson, ce qu’aujourd’hui je vous rappelle avec tout mon Amour, Moi Marie-Isis, Mère Incarnante en cette planète qui vit ce qui la fait devenir ce qu’Elle sera véritablement avec Vous tous. Amen

En ce jour 17 octobre de votre année désignée 2011 dans vos calendriers.

 

 

 

via Christine Anne K. le 17/10/2011 

Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.canalblog.com.